• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Cinq raisons pour lesquelles les gens justifient les violences (...)

Cinq raisons pour lesquelles les gens justifient les violences policières

Suivi de Les images les plus révélatrices des violences policières sont ces policiers applaudissant les auteurs de violences policières

Par Caitlin Johnstone, le 8 juin 2020

Source : Medium

Traduction : lecridespeuples.fr

Alors que les manifestations contre les violences policières se heurtent à un barrage incessant de violences policières, le cirage zélé et obséquieux des bottes de la maréchaussée dans les forums de discussion en ligne a été porté à son comble.

J'ai écrit quelques articles sur l'agression policière et l'hospitalisation du militant pour la paix Martin Gugino, 75 ans, et sur les arguments de caniveau visant à justifier cet événement manifestement injustifiable qui me laissaient littéralement bouche bée. Certains ont utilisé les arguments les plus stupides que j'ai jamais vus sur Internet pour prétendre que Gugino a mis en scène sa blessure. Ils ont spammé un article bidon par l'odieux blog de désinformation The Conservative Treehouse qui prétend, sans apporter la moindre preuve, que « Gugino tentait de percer la signature des communications radio des policiers de Buffalo », en supposant de manière totalement gratuite que le septuagénaire devrait se trouver à portée de main de la police pour faire une telle chose.

Mais surtout, ces arguments avançaient que Gugino méritait d'être bousculé par les officiers.

« Il n'aurait pas dû se mettre sur leur chemin ! » objectent-ils.

Non, lèche-bottes de la maréchaussée, malgré votre réflexe pavlovien, ce n’est pas normal d’agresser une personne simplement parce qu’elle vous gêne et que vous portez un badge. Ne bousculez pas les gens, encore moins les personnes âgées qui pourraient être blessées et mourir. Vous auriez dû apprendre à ne pas pousser les gens à l'école maternelle.

« Eh bien évidemment, si vous vous approchez trop de la police quand elle se déplace comme ça, elle va vous bousculer », argumentent-ils.

Il est amusant de voir les forces de police parler du « QI de la population inférieur à celui d'un poisson rouge », alors que même les OPJ —c'est l'expérience de garde à vue qui parle— sont incapables d'écrire sans fautes d'orthographe toutes les deux lignes...

Oui, oui, les policiers agressent souvent physiquement les gens pour des raisons inexcusables. Merci d'avoir confirmé le problème que les adultes essaient de résoudre. Arrêtez d'interrompre les conversations de grandes personnes conçues pour y parvenir.

Bingo du lèche-bottes

Pourquoi est-ce que les gens font ça ? Pourquoi est-ce que chaque fois qu'il y a une vidéo de violences policières, même si ces violences sont clairement et manifestement injustifiées, se trouve-t-il toujours des contorsionnistes qui essayeront de les justifier ou de les faire passer pour quelque chose d'acceptable ou d'illusoire ? Littéralement toujours, sans une seule exception ?

Eh bien, en voici cinq raisons.

1. Le sophisme du monde juste

L’une des raisons est due à un problème de cognition humaine connu sous le nom d’hypothèse du monde juste ou de sophisme du monde juste, qui nous amène à supposer que si de mauvaises choses arrivent à quelqu'un, c’est parce que cette personne le mérite. Blâmer la victime est plus confortable psychologiquement que de voir que nous vivons dans un monde injuste où nous pourrions très facilement devenir nous-mêmes une victime un jour, et c'est pourquoi nous choisissons le confort plutôt qu'une analyse rationnelle. Cela nous permet de nous sentir aux commandes de notre destin.

Au début des années 1960, un socio-psychologue du nom de Melvin Lerner a découvert que les sujets de test avaient une curieuse tendance à attribuer la responsabilité d'un événement malheureux aux victimes —même lorsque cet événement ne pouvait logiquement pas être de leur faute— et à attribuer des attributs positifs aux personnes à qui il arrivait de bonnes choses —même si leur bonne fortune était due uniquement au hasard. Lerner a avancé la théorie suivante : les gens ont un besoin inconscient d'organiser leurs perceptions sous la prémisse fallacieuse que le monde est fondamentalement juste, et que de bonnes choses ont tendance à arriver aux bonnes personnes et de mauvaises choses aux mauvaises personnes. Rien dans une analyse rationnelle de notre monde ne nous dit que cette hypothèse est en aucune façon vraie, mais les tests de Lerner et des sociopsychologues ultérieurs ont confirmé sa théorie selon laquelle la plupart d'entre nous ont de toute façon tendance à interpréter les événements à travers le prisme de cette hypothèse irrationnelle.

Tabassé sans raison par la police, il perd 9 dents

Les gens sont plus à l'aise en croyant qu'ils vivent dans un monde contrôlable et juste, alors quand un policier violente quelqu'un, ils doivent commencer à blâmer la victime pour maintenir cette perspective psychologiquement confortable. Reconnaître la réalité est moins confortable. C'est aussi la raison pour laquelle les gens commencent souvent à gloser sur le fait qu'une victime de viol n'aurait pas dû porter tels vêtements, aurait dû savoir que se saouler n'était pas une bonne idée, aurait dû utiliser des techniques d'autodéfense, ou d'autres arguments X, Y et Z. C'est la raison pour laquelle les gens justifient la brutalisation de Julian Assange, c'est la raison pour laquelle les gens excusent les actes abusifs que le gouvernement américain inflige aux nations qui osent désobéir à ses diktats, et c'est la raison pour laquelle chaque fois qu'une séquence vidéo d'un meurtre policier controversé devient virale, les commentaires sont toujours inondés de gens disant que la victime aurait dû se mettre à terre moins lentement ou a eu tort de saisir son portefeuille si rapidement —donnant l'impression qu'elle allait saisir une arme, et justifiant les tirs mortels de la police.

L'alternative est d'être franc avec vous-même et d'accepter la réalité inconfortable que nous vivons dans un monde imprévisible et hors de contrôle où de mauvaises choses peuvent arriver à de bonnes personnes. Beaucoup de gens sont incapables de vivre avec autant de courage.

2. Propagande policière

Étant donné que les journalistes s’appuient souvent sur les déclarations des services de police pour rendre compte des événements d’actualité, il existe une relation beaucoup plus étroite entre les médias et la police qu’entre les médias et les militants ou la population civile de base. Cela place les agents de police responsables des relations publiques dans une position privilégiée pour promouvoir des récits qui donnent aux policiers un visage beaucoup plus positif que la réalité. Ceci, combiné à la dynamique du journalisme d'accès (plus un journaliste se conforme aux récits officiels, plus les portes & échelons lui sont ouverts) et au fait que les médias d'information appartiennent à des milliardaires ayant un intérêt direct à garder leur fortune et leurs actifs protégés par une force de police militarisée, ce qui permet à la police de contrôler le discours dominant à son sujet.

La plupart des occidentaux ont également été endoctrinés tout au long de leur vie par des films et des émissions de télévision montrant des policiers héroïques sauvant la situation face à d'horribles méchants. La classe riche qui produit ces films et séries a bâti ses royaumes sur le statu quo dont l'existence dépend d'une force violente contrôlant le monde internationalement et d'une force violente contrôlant la nation au niveau national, de sorte que la conscience dominante est constamment saturée d'histoires sur l'armée et la police présentées comme géniales et vertueuses.

Un petit rappel des Inconnus sur l'identité des « gentils » et des « méchants » dans la plupart des films...

Il n’est donc pas étonnant que nous voyions constamment cette même conscience du grand public se démener pour défendre les actes dépravés de personnes qu’ils ont été entraînés par la propagande policière à considérer comme des héros bienfaisants.

3. Privilège blanc

Nous nous mentirions si nous prétendions qu’il n’y a pas non plus de composante raciale majeure dans cette question. J'ai récemment partagé le récit de mon mari Tim qui a été témoin du meurtre par la police d'un homme noir nommé Oscar Grant en 2009, et qui a vu avec consternation les Blancs se précipiter pour excuser quelque chose qu'il savait être un fait complètement inexcusable alors que les Noirs (qui sont statistiquement beaucoup plus susceptibles d'être victimes de violences policières) ne se faisaient guère d'illusions sur ce qui s'est passé.

Voir l'indispensable Podcast d'Arte sur le racisme au sein des forces de police, raconté par un policier noir

Ne nous leurrons pas sur la raison principale pour laquelle les conservateurs ont essayé frénétiquement de gérer le récit sur Martin Gugino plus que d’autres victimes de ces manifestations. Ils comprennent que les images d'un vieil homme blanc frêle agressé et blessé par la police ont un impact beaucoup plus important sur une grande partie de la population que de voir des personnes de couleur agressées. Pour de nombreux Américains, le fait que des Noirs se fassent violenter par la police est considéré —consciemment ou inconsciemment— comme normal. Consciemment ou inconsciemment, cela est considéré par beaucoup de gens comme ce qu'il faut faire avec les Noirs. Les lèche-bottes de la maréchaussée ayant une quelconque conscience de la gestion de la perception ont compris que leur programme de défense des policiers est beaucoup plus mis en péril par les images de Gugino que par les innombrables autres victimes de violences policières lors de ces manifestations.

Les gens de couleur essaient de changer cette inégalité de perception sous-jacente, et une grande partie de l'hostilité qu’ils reçoivent est due à un réflexe défensif autour du maintien de cette inégalité.

Si vous aviez garé votre voiture sur la place de votre voisin depuis très longtemps —si longtemps que vous oubliez que ce n'était pas votre place de parking au départ—, ce serait très difficile de s'entendre dire par le voisin qu'il est temps pour vous de trouver un autre endroit pour vous garer. Vous vous sentiriez comme la victime. C’est ainsi que de nombreux Blancs vivent les tentatives de lutte contre les inégalités raciales. Les personnes de couleur n’ont pas été autorisées à occuper un espace à taille humaine dans notre société, si bien que quand elles commencent à vouloir prendre possession de l'ensemble de leur propriété —c'est-à-dire de leurs droits—, cela ressemble à de nombreux Blancs comme une expulsion cruelle.

 

Bill Burr, comique encensé par un certain milieu apologiste de la police [bizarrement, elle est encouragée contre les « racailles » et dénoncée contre les Gilets Jaunes...], raille les « cerveaux olympiques » qui dédouanent la police du meurtre de George Floyd.

C’est ainsi qu’une phrase complètement anodine comme Black Lives Matter (« les vies des Noirs comptent ») est interprétée comme quelque chose de menaçant comme « les vies des Noirs comptent plus que les vies des Blancs » ; lorsque vous n'avez connu que la position de puissance ascendante, voir s'élever ceux qui sont en position inférieure peut donner l'impression que quelque chose vous est ôté. Alors vous êtes sur la défensive.

4. Peur des autres

Beaucoup de gens sont généralement terrifiés par les autres et trouvent que l'autoritarisme est une protection apaisante contre les hordes effrayantes d'êtres humains que leur idéologie les a fait considérer comme différents. Nous avons le respect de l’autorité, forgé en nous depuis la petite enfance, et si nous ne grandissons pas vraiment, nous percevrons un manque de respect envers les figures d’autorité (comme la police) comme une menace existentielle.

Hemlich manoeuver

5. Peur du changement

Enfin, les gens ont tout simplement peur du changement. La police joue un rôle crucial dans la consolidation de ce statu quo oppressif, et changer radicalement son rôle dans la société signifiera nécessairement la fin du statu quo. Ajoutez à cela le fait que nous sommes manifestement en train de plonger dans une période de grand changement pour le meilleur ou pour le pire, et les gens se démèneront instinctivement pour maintenir l'ordre ancien par peur de l'inconnu.

Le changement est toujours stressant, qu’il soit bon ou mauvais. Les gens subissent du stress lorsqu'ils perdent un emploi ou un être cher, mais ils le subissent également lorsqu'ils se marient ou commencent l'emploi de leurs rêves. Oui, les choses changent, et oui, nous avons un biais cognitif qui favorise la stabilité plutôt que le changement. Mais nous ne pouvons pas continuer à faire les choses comme nous les avons faites ; notre espèce se comporte de manière trop insensée et si nous ne changeons pas très bientôt, nous allons détruire notre écosystème si nous ne nous atomisons pas d’abord.

Voir Poutine compare les risques climatique et nucléaire : ‘Tout le monde fait semblant d’être sourd, aveugle ou dyslexique’

Je ne sais pas ce qui va se passer, et ce n'est pas grave. Il n'y a aucun sens à nous stresser en essayant de recoller les morceaux d'un statu quo condamné. Plongeons dans l'inconnu avec vigilance et enthousiasme.

***

Voici une sixième raison avancée par Malcolm X lorsque ce sont des personnes issues de minorités qui défendent les violences policières et dénoncent avec zèle les « racailles » en reprenant tous les codes racistes, ne se rendant pas compte qu'aux yeux des « identitaires » et autres néo-chrétiens —un christianisme original complètement détaché des enseignements de Jésus-Christ, contrairement aux authentiques chrétiens qui voient dans l'Islam un allié naturel contre le laïcisme nihiliste—, tous les « étrangers » (Noirs, Arabes, musulmans, basanés...) sont des « négros », des « bougnoules » ou des « terroristes » qu'il faut « remigrer » :

« Tant de ces soi-disant ‘noirs’ de la ‘classe supérieure’ sont si occupés à essayer d’impressionner l’homme blanc en lui montrant qu’ils sont ‘différents des autres’ qu’ils ne peuvent pas voir qu’ils aident seulement l’homme blanc à garder sa mauvaise opinion de tous les ‘noirs’. » (Autobiographie de Malcolm X)

Voir Malcolm X sur le racisme et les violences policières : ‘Impossible pour un Noir de ne pas avoir de casier judiciaire’

***

Les images les plus révélatrices des violences policières sont ces policiers applaudissant les auteurs de violences policières

Par Caitlin Johnstone, le 7 juin 2020

Source : Medium

Traduction : lecridespeuples.fr

Parmi le déluge constant de séquences de violences policières qui inondent Internet alors que les milices armées des forces de l'ordre américaines répondent aux manifestations de Black Lives Matter à travers le pays, il y a une vidéo qui se démarque des autres en illustrant à quel point la violence est omniprésente dans la culture policière. Curieusement, cette vidéo elle-même ne contient aucune violence policière.

Le clip vidéo en question montre l'extérieur du palais de justice de Buffalo City, où des membres des syndicats de la police et des pompiers ont attendu les deux policiers dont les violences ont conduit à l'hospitalisation d'un militant pour la paix de 75 ans nommé Martin Gugino en le poussant à terre. Lorsque les deux policiers sont sortis du palais de justice, libres après s'être engagés à se présenter devant les tribunaux, ils ont été accueillis par les applaudissements de la foule.

« Deux policiers ont été accusés d'agression criminelle lors d'une manifestation à Buffalo, et ils ont été applaudis par leurs collègues alors qu'ils quittaient le palais de justice », rapporte MSNBC alors que les images montrent un grand rassemblement applaudissant et sifflant avec enthousiasme.

C'est, de manière flagrante, le signe d'une culture qui ne peut être rachetée. Une culture policière qui ne cache pas le fait que les policiers en tant que corps soutiendront systématiquement les actes de brutalité les plus manifestement injustifiables commis par eux-mêmes.

Cette vidéo émerge après que 57 policiers de Buffalo ont démissionné de l'équipe d'intervention d'urgence de leur département (juste de l'équipe, pas du département lui-même) pour protester contre la suspension des deux agents qui avaient été filmés en train d'agresser un vieil homme sans la moindre provocation. Les images ont été publiées après que le département de police de Buffalo a été pris en flagrant délit de mensonge, prétendant que Gugino « a trébuché et est tombé » avant que des images ne fassent surface montrant Gugino poussé violemment et se fracturant le crâne sur le trottoir. Les membres de ce service de police n'aurait pas pu montrer plus clairement au public qu'ils se soutiennent inconditionnellement dans leur cruauté et leur sauvagerie.

102740336_10158541504042299_8567602649832011647_n

C'est beaucoup plus accablant que n'importe lequel des nombreux clips vidéo qui circulent et qui démontrent de manière irréfutable à quel point la police et ses apologistes ont déjà perdu le débat sur cette question. Cela dément le discours répandu selon lequel il ne s'agit que d'un problème mineur causé par quelques brebis galeuses alors que la « grande majorité » (pour citer Obama) sont de braves gens qui respectent leur devoir de protéger et de servir la communauté.

Clairement ce n'est pas le cas. Très clairement. La réalité est que la plupart des policiers soutiennent leurs collègues, même s'ils ont indéniablement tort. Ce n'est pas ce que font les braves gens. Ce n'est pas ce que font les gens qui ont la moindre intention de faire quoi que ce soit contre les violences policières. C'est ce que font les gens qui ont l'intention de perpétuer indéfiniment une force de police violente et de plus en plus militarisée.

Cela ne marche pas. La culture policière ne peut être sauvée et n'a aucun intérêt à être sauvée. Aux yeux des milices armées des forces de l'ordre, ce sont les personnes qui se plaignent des violences policières qui sont le problème. C’est la raison pour laquelle la réponse qu'ils ont reçue a été une quantité constante et abondante de violences policières.

Il ne s’agit pas d’adopter quelques autres lois. Il ne s’agit pas de donner à la police davantage d’ateliers et de séminaires. Il ne s’agit pas d’avoir besoin de plus de policiers mettant un genou à terre lors des manifestations ou manifestant avec eux en solidarité. Il s'agit de toute une force de police, d'un océan à l'autre, qui insiste pour défendre l'usage gratuit de la violence et défendra tout policier qui y recourt.

103761162_3325280570837666_6041340415619274741_n

Le problème, comme nous en avons parlé précédemment, est que ceux qui sont au pouvoir n’ont pas l’intention de se démarquer des milices violentes qui leur donnent la possibilité de brutaliser le public s’il sort des rangs. Beaucoup d'entre eux font des déclarations de solidarité, d'écoute et de compréhension en ce moment, mais ne vous y trompez pas : la prise de conscience du grand public face à la réalité que nous vivons dans un État policier autoritaire militarisé n'était pas dans le scénario, et le système devient très nerveux quant à ses implications.

Il sera intéressant de voir comment cela évolue, c'est le moins qu'on puisse dire.

Pour soutenir ce travail censuré en permanence et ne manquer aucune publication, partagez cet article et abonnez-vous à la Newsletter. Vous pouvez aussi nous suivre sur Facebook et Twitter.

 

Moyenne des avis sur cet article :  4.07/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

48 réactions à cet article    


  • Attila Attila 10 août 16:12

    "Enfin, les gens ont tout simplement peur du changement. La police joue un rôle crucial dans la consolidation de ce statu quo oppressif, et changer radicalement son rôle dans la société signifiera nécessairement la fin du statu quo "

    Imaginons que, au sein d’un peuple français à la mentalité de limaces, se lève un nouveau mouvement style Gilets Jaunes mais ayant compris la nécessité de l’organisation et de la structure, il se passe à grande échelle comme la révolte d’un petit village de Colombie où les habitants ont sorti manu militari une unité de l’armée : Toribio

    Les forces de l’ordre débordées par plus nombreux qu’eux et organisés : plus de police pour nous protéger ?

    .


    • Jean Guillot le retour Jean Guillot le retour 10 août 23:00

      Bonjour je suis Jean Guillot : Consultant en sécurité intérieure
      J’ai formé au Delaware la « mental and reinialized agency »
      Nos agents sont d"anciens membres recrutés au Mossad , à la CIA et au KGB pour le reconditionnement mental .
      Nous avons constaté sur Agoravox une montée exponentielle des théories du complot qui se répandent comme une trainée de poudre .
      Notre mission : enrayer le phénomène .
      Nous avons mis en évidence un profil type :

      Le sujet type est une personne à bas niveau d’instruction et conditionnable .

      la caractéristique principale : il adhère instinctivement et sans preuve à l’efficacité de l’hydroxychloroquine .
      —il croit que l’américain n’a jamais été sur la lune 
      pour lui l’attentat du 9/11 est un inside job
      il croit à des théories bidon : terre creuse , chemtrails etc...
      il croit sans preuve que le gouvernement veut mettre en place le crédit social
      il fait parti des antivax

      Ce profil type est atteint du syndrome Doctorix , il est atteint au niveau de l’échelle 10 , la médecine et la thérapie cognitive ne peuvent plus rien pour lui .
      Ce profil est condamné à un isolement social et ne trouve refuge que sur des sites conspirationnistes comme agoravox et bien d’autres .

      Ces individus sont en grandes souffrances morales , et notre but est de les isoler et de les réinitialiser


    • The White Rabbit The White Rabbit 10 août 23:03

      @Jean Guillot le retour

       smiley


    • Attila Attila 10 août 23:06

      @Jean Guillot le retour
      « la médecine et la thérapie cognitive ne peuvent plus rien pour lui .  »
      Sauf si c’est la thérapie cognitive du docteur Chuck Norris !

      .


    • babelouest babelouest 11 août 06:40

      @Jean Guillot le retour
      C’est de l’humour ?


    • binary 10 août 17:02

      Qui à « intérêt » à ce que la police disparaisse ? MalcolmX le dealer ?


      • babelouest babelouest 11 août 06:45

        @binary
        ce que les officiels aujourd’hui appellent « la police » n’est qu’une milice volontairement ignare et aux yeux injectés de sang. Pas toujours, mais bien trop souvent. Alors oui, cette milice-là, il faut qu’elle disparaisse, et Malcolm X était particulièrement bien placé pour l’apprécier. C’est même parce qu’il était trop lucide, qu’on l’a tué.


      • titi 11 août 17:33

        @babelouest

        Les années soixante ont été des années de persécutions politiques.
        Les Allemands fuyaient la RDA au péril de leur vie.
        Les Anti castristes fuyaient Cuba au péril de leur vie.
        Les boats people par millions ont fuit la péninsule indochinoise au péril de leur vie...

        Aucun noir américain ne s’est senti suffisamment persécuté pour monter sur une coquille de noix et rejoindre le Libéria, ou tout autre pays où il aurait été mieux traité.

        Dans vos commentaires, vous devriez garder le sens de la mesure.
        Car l’histoire, elle, nous la donne.


      • banban 10 août 17:47

        Je m’interroge sur la création d’une police volontaire, sur le modèles des pompier volontaire. Histoire de redonner aux citoyens une part dans cette fonction regaliennes. J’ai dans l’idée que cela pourrait améliorer les choses.


        • Attila Attila 10 août 18:09

          @banban
          «  Je m’interroge sur la création d’une police volontaire »
          Pour protéger les manifestants pacifiques (pas les casseurs) des abus de la police au service du Fric ?
          Je souscrit.

          .


        • leypanou 10 août 19:11

          Lire du Caitlin Johnstone apprend sur le monde plus que les commentaires des petits aigris de l’existence sous cet article.


          • saint louis 10 août 20:32

            Franchement, je serais policier aujourd’hui, je ferais certainement une bavure par jour.

            La violence des certains sujets créé les débordements policiers.

            En France on enlève les gauchistes et les religieux radicalisés, ça irait bien mieux tout d’un coup.


            • Attila Attila 10 août 20:42

              @saint louis
              «  La violence des certains sujets créé les débordements policiers. »
              Je connais leurs noms et je le dis publiquement : Macron et Castaner !

              .


            • Traroth Traroth 12 août 04:24

              @saint louis
              « Franchement, je serais policier aujourd’hui, je ferais certainement une bavure par jour »

              En toute impunité !

              D’autres fachos que vous l’ont déjà fait. C’est un des seuls métiers où on peut tuer et faire du mal aux autres sans conséquence. Beaucoup d’ordures le choisissent donc.


            • titi 10 août 20:57

              @l’auteur

              Quel gloubi boulga.

              Vous mélangez tout : ce qui se passe aux USA ce qui se passe en France.

              Vous parlez de la violence contre les gilets jaunes et vous parlez du racisme..

              Alors que les gilets jaunes sont des faces de craie.

              Si je comprend bien il y a aurait une « internationale » de la violence avec des policiers, anti pauvres, anti bronzés, anti tout en fait.

              Bah non. IL y a juste des hommes, des femmes, qui n’ont pas à subir des insultes, ni à se prendre des pavés dans la tronche.

              En plus les auteurs sont toujours les mêmes avec des casiers long comme le bras, auxquels on oppose comme toute sanction des rappels à la loi.

              Moi ce qui m’interroge le plus c’est pourquoi il y a si peu de flic qui sortent leur flingue dans notre pays.

              Personnellement je n’aurai pas leur patience : interpeller des mecs 10 fois, 20 fois, 30 fois, pour qu’au final une « Justice » complétement incompétente les relâche dans la nature.

              Je leur tire mon chapeau.


              • babelouest babelouest 11 août 06:55

                @titi
                C’est certain : on ne peut pas comparer ce qui se passe en France, et les conditions aux USA.
                Là-bas la règle EST le racisme, dans tous les sens. C’est la base même du système. De plus, un Français qui a vécu 20 ans aux States m’a révélé que les procédures extrêmement tâtillonnes auxquelles DOIVENT se plier les policiers sont tellement draconiennes sous peine de graves sanctions, que ces policiers ne peuvent pas ne pas être violents. Les protocoles d’arrestations sont détaillés au millimètre près, à un point ridicule et difficilement imaginable.


              • titi 11 août 10:36

                @babelouest

                « Là-bas la règle EST le racisme, dans tous les sens. C’est la base même du système  »
                C’est totalement faux.

                Le problème des USA c’est la circulation des armes.

                C’est là qu’est l’escalade.


              • babelouest babelouest 11 août 13:16

                @titi je ne pense pas qu’il en soit ainsi. Pour moi, la circulation des armes vient justement d’une exécration de ce qui n’est pas soi, source du racisme, et aussi de l’individualisme forcené de ce non-peuple.


              • titi 11 août 17:43

                @babelouest

                Je vous rappelle quand même le parcours de Condolezza Rice, Colin Powell, ou même Obama dans ce pays raciste que sont, d’après vous, les USA.

                J’attends de voir un Peul chef d’Etat Major de l’Armée Sénégalaise, ou une Soninké conseillère du président du Sénégal.

                Quand ce sera le cas, alors on pourra reparler du racisme aux USA.


              • zygzornifle zygzornifle 11 août 09:58

                Comme le disait Einstein sur les militaires , pas besoin de cerveau la moelle épinière suffit pour être un flic,

                Les flics sont dresses comme des chiens de combats , ils tabassent sans état d’âme et pire car certains prennent leur pieds , ce sont des gros frustrés au QI d’huitre, pendant l’occupation beaucoup faisaient le sale boulot des nazis en leur amenant les sois disant patriotes et autres résistants .

                Ils obéissent comme s’ils étaient radiocommandés , je n’ai et je n’aurai aucune confiance en eux , il y a leur opposés que l’on trouve au boulot dans les urgences, ha mais la pour travailler en milieu hospitalier il faut avoir fait des études, aimer l’humain au lieu de le cogner et ne pas avoir le néant a la place du cerveau …. 


                • titi 11 août 10:38

                  @zygzornifle

                  C’est malheureux cette manière que vous avez vous et vos amis de toujours réduire ceux qui ne pensent pas comme vous à des cons.

                  Alors je vais vous dire un truc incroyable : ce n’est pas parce que vous avez une haute estime de vous même que vous ne l’êtes pas également.


                • zygzornifle zygzornifle 11 août 11:12

                  @titi
                   C’est malheureux cette manière que vous avez vous et vos amis de toujours réduire ceux qui ne pensent pas comme vous à des cons.

                  C’est celui qui le dit qui y est ….


                • titi 11 août 11:26

                  @zygzornifle

                  Je suis époustouflé par la puissance et la profondeur de votre pensée.

                  Je m’incline.


                • zygzornifle zygzornifle 11 août 15:53

                  @titi
                   et ro minet 


                • titi 11 août 17:45

                  @zygzornifle

                  Vous êtes un chroniqueur chez Hanouna ?


                • zygzornifle zygzornifle 12 août 09:45

                  @titi
                   
                  certainement pas je le déteste


                • eau-du-robinet eau-du-robinet 11 août 10:05

                  Merci pour cet article.

                  .

                  N’oublions pas la hiérarchisation de notre système, ou le donneurs d’ordres, masquent / niant avec l’aide des médias mainstream les violences policières envers les manifestants pacifiques.

                  .

                  Un syndicat de police reconnaît et accuse le gouvernement d’avoir ordonné la répression envers les Gilets Jaunes

                  .

                  « Macron, Philippe, Castaner et Nunez sont les cerveaux et les donneurs d’ordres de la terrible répression mise en place dès le 17 novembre pour écraser le mouvement des Gilets Jaunes et éviter ainsi d’apporter une réponse politique à la crise. »
                  source

                  .

                  L’IGPN étouffé les enquêtes des plaintes déposé pour des violences policières !!!

                  https://www.youtube.com/watch?v=_vRtdy7cD0Y&list=PLr4tNgKxYM6cvRXI_7miXxuH0f6oH_jWv

                  .
                  Quand vas ton juger les auteurs des violences policières suivantes ?

                  Justice Victimes Gilets Jaunes

                  .


                  • zygzornifle zygzornifle 11 août 11:14

                    @eau-du-robinet

                     Si le gouvernement n’a pas la police a ses ordres dans sa poche il est cuit ….


                  • vraidrapo 11 août 12:14

                    Sujet marronnier, je boycotte !


                    • babelouest babelouest 11 août 13:18

                      @vraidrapo
                      Si ça peut vous soulager, pourquoi pas.....


                    • Traroth Traroth 12 août 04:26

                      @vraidrapo
                      Et bien au revoir, dans ce cas.


                    • AlLusion AlLusion 11 août 12:52

                      Bonjour,

                       Je raconte ici, pourquoi « Pourquoi je ne crois pas au reality-show ».


                      • babelouest babelouest 11 août 13:26

                        @AlLusion
                        Ah je ris de voir s’animer ce reposoir....
                        De toute façon l’OTAN est notre ennemi, le seul (mis à part ceux qu’il défend, les Grands Financiers). Je pense que c’est ce que j’aurais sorti au CRS interloqué. Quitte, sans doute, à me voir en garde à vue, voire pire pour insulte à « nos Maîtres ».


                      • babelouest babelouest 11 août 13:32

                        @AlLusion
                        Bien entendu, il n’est pas anodin que l’ensemble des bâtiments de ce nouveau siège reproduise avec minutie les insignes d’un officier de la SS. De nombreuses personnes en ont pris ombrage, mais cela s’est fait malgré leurs objections.


                      • AlLusion AlLusion 11 août 13:36

                        @babelouest
                         Vous avez entendu que Trump veut faire déménager ses troupes vers le SHAPE en Belgique ou en Pologne pour punir Madame Merkel qu’il n’a jamais pu piffer et qu’en plus situation aggravante est une femme...


                      • babelouest babelouest 11 août 13:48

                        @AlLusion
                        Oui, bien sûr, et alors ?..... cela confirme ce que je viens de rappeler, non ?


                      • AlLusion AlLusion 11 août 14:12

                        @babelouest,
                         Bien sûr. Je suis d’accord. Pas vu mon opinement de la tête ?
                         smiley



                        • microf 11 août 14:15

                          Comment peut-on justifier la violence policière ? Est ce que la police est lá pour violenter les personnes ? La police est lá pour protêger les personnes et les biens.

                          Lorqu´un policier frappe une personne lors d´une manifestation comme en France, ou tue une personne comme á Minneapolis, elle manque á son devoir, á savoir, protêger.

                          Suite á la violence policière qui a entrainé la mort de george Floyd aux Usa, voici une proposition qu´a fait un auteur pour stopper partout, les violences policières.

                          7. CONCLUSION : EN CAS DE BAVURES POLICIÈRES, ENGAGER SYSTÉMATIQUEMENT LA RESPONSABILITÉ SANS FAUTE DE L’ÉTAT

                          Si « ne pas tuer » fait référence à la culpabilité, « ne pas faire tuer » est une référence directe à la responsabilité. La culpabilité du policier blanc et ses acolytes ne fait pas de doute. Mais la responsabilité de l’État de Minneapolis est entièrement engagée car la police était aussi censée assurer la sécurité pour tous et surtout apporter une assistance en cas de danger de mort.

                          Manifestement, à Minneapolis, la définition de ce que représente « la mort de George Floyd » doit être différente pour le policier blanc qui semble marabouté par l’esprit et la culture des suprémacistes blancs. L’État a réagi avec la mise en accusation, mais le paiement de la caution d’un million de dollars pourrait permettre de voir l’inculpé se promener librement avec un bracelet électronique… Par contre en France, avec autant de rebondissements et d’expertise contradictoire sans compter les obstructions à la justice, « la mort d’Adama Traoré » fait émerger une possible collusion entre les autorités de la police judiciaire et celles de l’institution judiciaire. Il faut espérer que la pression de la rue, la clairvoyance des politiques fera la différence entre une police française souvent exemplaire au quotidien, et quelques brebis galeuses avec ou sans liens avec les suprémacistes blancs.

                          Aussi, pour éviter le procès en racisme, que ce soit aux États-Unis ou en France ou encore n’importe où ailleurs, dès lors qu’il y a eu des bavures policières avérées, la responsabilité sans fautes de l’État doit être engagé. L’assurance de la police d’État doit pouvoir faire une allocation d’accompagnement pour douleur morale, ce qui n’empêchera pas la justice de procéder à ses propres investigations et aboutir à ses conclusions indépendantes.

                          Si l’impunité est stoppée et son institutionnalisation et sa banalisation corrigées, il y aura assurément un après George Floyd aux États-Unis, et un après Adama Traoré en France. Finie la bouc-émissarisation. Ce sera le signe d’une véritable manifestation de respect de l’autre en tant qu’être humain. A n’en pas douter, ce sera une avancée vers une justice équitable et effective pour tous. Le racisme, la haine du Noir, mais la haine de la Police et même des Politiques reculera. Le vivre ensemble sera promu au même titre que la valorisation de dignité humaine. Mais il s’agit d’un combat de tous les jours. Personne ne doit dormir sur ses lauriers, encore moins faire l’autruche en annonçant naïvement ne pas « manifester » ou ne pas « faire de la politique ».

                          Chacun de nous peut être le prochain George Floyd ou Adama Traoré. Nos sincères condoléances à leurs familles et amis. La vie des « Noirs » compte 23, aux Etats-Unis, en France, comme partout dans le monde !


                          • Traroth Traroth 12 août 04:27

                            @microf
                            La police française tue aussi.


                          • AlLusion AlLusion 11 août 14:22

                            Le terrorisme est l’emploi de la terreur à des fins idéologiquespolitiques ou religieuses 



                              • Moonlander Moonlander 11 août 15:01

                                La première c’est qu’ils ne les ont jamais subi ou alors ...la deuxième.


                                • HELIOS HELIOS 11 août 18:03

                                  .... le vrai problème c’est que l’article parle de quelque chose qui n’existe plus.

                                  La police telle qu’on la conçoit a disparue et elle est remplacée par une milice-a-la-robocop. cette nouvelle police est un armée de metier dirigée contre sa propre population.

                                  ... mais, a la rigueur cela pourrait etre légitime que les serviteurs de l’état soient equipés et formés pour le defendre.

                                  L’etat lui même a edicté pour son administration des lois et des reglements qui ont furieusement entamés les libertés fondamentales et individuelles qui font que tout citoyens a du restreindre son espace pour survivre et c’est au niveau des valeurs les plus contestées que la police est la plus mordante.


                                  L’état doit effectivement se defendre pour assurer les equilibres societaux, La police est là pour en etre le bras armé.

                                  Helas, la société citoyenne qu’on imagine n’existe plus. Batie sur une histoire, sur un polissage permanent décidé et accepté par un profond contexte culturel transmis par un investissement national dans le bien etre et le developpment de la nation et de son avenir...

                                  Une societe homogène telle que notre nation s’est construite (ne parlez pas d’un pays d’immigration, c’est evidement faux) sur le partage d’une culture millenaire changeante comme cela doit etre lorsqu’on parle d’humanité, mais assumée par un peuple.... est devenu une societé multiculturelle dont les pans entiers se trouvent confrontés a des pratiques etrangères et malheureusement defendues au nom d’on ne sait quelle acceptation de l’autre... et surtout le desir des nouveaux entrants de reproduire ou creer un nouveau modèle completement etranger a cette art affinés quelque fois dans le sang, pendant des siecles en France


                                  Alors, moi, même si je ne suis pas d’accord avec les comportements policiers, criticables et a l’encontre de nos valeurs d’origines, je les defendrai parce qu’il participent a la resistance de notre monde tel que nous le faisons survivre.

                                  C’est mon monde que la police defend, toute imparfaite fusse-t-elle et je ne regrette qu’une seule chose, c’est que l’education nationale, la justice, les medias ne soit pas à l’unissons pour que notre corps social ne succombe pas à la maladie, au cancer qui l’atteint actuellement.


                                  Pour le reste, je n’ai qu’un seul espoir, c’est que le citoyens soient conscients des fautes que le mécanisme démocratique dévoyé où le député élu ne represente que ses électeurs et que nous subissons... est quasiment responsable de ce qui nous arrive, au point qu’il puisse y avoir des débats tel que celui que je viens de lire. Evidement, il faut réflechir, réfléchissez donc avant de voter, ou alors, ne vous plaignez pas.

                                  chao


                                  • hocagi@1shivom.com 11 août 20:20

                                    non ue seule, un euro suffit pour acheter n’importe quelle âme sur cette terre, suffit de détourner les caméras, je le sais je suis le diable en visite sur cette terre, ne le dites a personne


                                    • Copain 12 août 01:45

                                      Le peuple ne doit pas se retourner contre ses globules blancs, ils sont forts pour semer la discorde  mais qui ?  la judéo-maçonnique. Le peuple ( les flics font partie du peuple ), le peuple doit défoncer la judéo-maçonnique ( eux ce sont les mondialistes, le nouvel ordre mondial avec comme capitale Jérusalem )

                                      Merci pour l’article


                                      • koulouge 13 août 11:21

                                        en 1995 Chirac a professionnalisé l’armée et a militarisé la police, beaucoup de citoyens se demandaient pourquoi, ils le savent maintenant...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité