• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Climat/Pollution, Migrations, Reculs Sociaux : s’en prendre à la (...)

Climat/Pollution, Migrations, Reculs Sociaux : s’en prendre à la racine commune de ces maux !

En vue d’être réélu en 2022 Macron est désormais… En Marche dans les pas de Marine Le Pen (1), son adversaire fantoche de 2017, mais dont il doit néanmoins capter une partie des électeurs pour éviter que le simulacre de démocratie à l’horizon 2022 ne tourne au fiasco !

L’opération « panique climatique-la fin du monde en marche » étant déjà en bonne voie depuis qu’il a adoubé l’innocente Greta au sein même de son palais présidentiel, il lui fallait donc « élargir », car le socle électoral « écolo-bobo » est loin d’être suffisant pour verrouiller 2022.

La persistance résiduelle du mouvement « Gilet Jaune » autour des RIC, RIP et autres baudruches agitées par le RN et ses satellites atteste de l’assise large et de la base « populaire » que ce parti a donc réussi à contrôler durablement, malgré son échec grotesque en 2017.

Et confirmant ce constat, c’est bien le même Macron qui avait reçu à l’Élysée, vendredi 22 février, l’adolescente suédoise en affirmant avoir besoin de son soutien pour entraîner une «  mobilisation  » mondiale (2), qui déclare, lundi 16 Septembre, à propos de l’immigration (1) : « la question est de savoir si nous voulons être un parti bourgeois ou pas. Les bourgeois n’ont pas de problème avec cela : ils ne la croisent pas. Les classes populaires vivent avec »

Après Sarkozy et Hollande, cela devient donc une figure imposée du parcours présidentiel en France… Il y a un moment du quinquennat où une incursion sur les terres du social-fascisme paraît s’imposer… Pourtant, les précédents montrent que ce n’est en rien une garantie de victoire pour le sortant…

Cela semble par contre être devenu une nécessité intrinsèque du système : le parti familial des Le Pen ne doit pas arriver au pouvoir, mais son idéologie doit néanmoins non seulement perdurer dans la société, mais aussi recevoir une validation officielle pour accréditer sa « légitimité » dans l’esprit des électeurs, et, en réalité, l’y enraciner.

Il est pourtant clair que le système n’a aucune intention de mettre réellement fin à l’immigration…

Duplicité cultivée non pas par une sorte d’« humanisme » plus ou moins « contrôlé », mais tout simplement par intérêt, afin d’entretenir à la fois le dumping social et la division raciste du prolétariat, en France comme ailleurs.

Il doit donc y avoir, très officiellement, une « bonne » et une « mauvaise » immigration…

La « bonne » étant celle qui prétend en outre « justifier » l’image « droit-de-l’hommiste » que la bourgeoisie française tente de se conserver…

D’une pierre deux coups, alors que le résultat, tel que voulu réellement par le système, ne fait, tel que vécu sur le terrain des banlieues, aucune différence, aussi bien du côté des migrants que des autochtones…

Il n’empêche en rien l’idéologie sociale-fasciste d’y progresser, et c’est bien là le résultat réellement voulu par le système, de toutes façons…

Alors que dans les « beaux quartiers » la « nuance humaniste » du chef de l’État continue de faire illusion, notamment et surtout, parmi la bobocratie « de gauche » !

Et quant au fond réel, la cause des migrations, qu’elles soient purement « économiques », venant des pays pillés et appauvris par l’impérialisme, ou qu'elles soient pseudo-« politiques », venant des pays ou sévissent des guerres chroniques attisées par… l’impérialisme, c’est donc bien la même : le système capitaliste-impérialiste !

Si la question du climat peut encore faire débat, celle de la destruction de la planète par la pollution devient chaque jour une évidence de plus en plus inexorable. Et là aussi le système opère en réalité un « transfert idéologique » en sponsorisant médiatiquement et massivement une nouvelle angoisse « apocalyptique » sur le problème du climat… Alors que sa propre survie impose bel et bien d’un côté la surconsommation des pays riches, avec un renouvellement forcené encouragé par la pub et même imposé par l’obsolescence programmée, et sinon, directement par les « normes », dans le cas des automobiles, et de l’autre, la sous-consommation dans les pays dits « en voie de développement », dont le « développement » est limité, contrôlé, exploité, et sinon… carrément bloqué par l’impérialisme ! (Cuba, Iran, Venezuela, etc...)

Le nouveau social-fascisme qui s’avance, en France comme ailleurs, n’a donc pas le visage caricatural d’un « remake » du nazisme ou autre forme de cette époque, ni même réellement celui de Le Pen et de ses clones familiaux, mais se caractérise précisément par son absence d’uniforme visible, même dans l’idéologie, pourrait-on dire, car il utilise toutes les nuances et contradictions du monde moderne pour les intégrer dans un seul spectacle médiatique ou chacun pense avoir sa place, et même, son propre « combat », alors que tous, en réalité, concourent au même résultat : la survie et la pérennité du système, par la valorisation et l’accumulation du capital !

Là est à la fois son point fort et son point faible : il doit en permanence escamoter et dissimuler le fait que la valeur produite par le travail est globalement largement plus que suffisante pour assurer à chaque être humain une vie décente et même agréable, sans luxe excessif.

Et c’est le cas aussi en France, immigration ou pas. C’est ce que prouvent, à suffisance, les données économiques réelles. (3)

La solution n’est pas de s’en prendre à telle ou telle catégorie d’immigrés, ni même de manière générale, mais bien de s’en prendre au capital. Ce qui peut transcender efficacement le racisme, c’est bien d’avoir, entre prolétaires, un intérêt commun dans la lutte contre le capital, un cahier de revendications commun. C’est le seul moyen de régler réellement les problèmes sociaux liés à l’immigration, quel qu’en soit le quota et les critères actuels.

Il reste évident que l’immigration ne peut être laissée hors de tout contrôle, quel que soit le régime au pouvoir, mais c’est bien le fait d’en faire un enjeu majeur de politique intérieure et l’objet d’un combat électoral et idéologique qui fait de la démarche actuelle de la classe politique française un tremplin délibérément construit pour le social fascisme !

Et le seul frein à la pollution, c’est bien aussi d’aboutir à un développement équilibré entre besoins réels et production, et cela passe aussi par un retour de la valeur produite par le travail sur le compte du travail, et non plus sur le compte du capital !

En matière de retour, avec l’objectif d'abrogation complète du CICE et de ses substituts, c'est l’abolition totale de la CSG, également tout à fait possible, comme première mesure (4), qui doit donc devenir un objectif social unificateur du prolétariat et de toutes les classes populaires !

S’en prendre directement au capital, c’est attaquer à la racine le mal qui est la cause unique des dérives du monde actuel, que ce soit la pollution, les migrations, les reculs sociaux généralisés.

Alors que attendre du système qu’il veuille bien aménager des « solutions » partielles plus ou moins éphémères et fragmentaires, c’est simplement contribuer à sa survie et donc à l’enracinement encore plus durable de la cause unique de tous ces maux ! 

 

Luniterre

 

MISE A JOUR DE LA PÉTITION :

https://www.change.org/p/emmanuel-macron-mettre-fin-au-scandale-%C3%A0-40-milliards-du-cice-et-de-son-substitut-actuel-82eed49b-2055-4be5-a0b0-4dcc8e80e771/u/25062987

 

( 1  https://www.charentelibre.fr/2019/09/17/la-question-est-de-savoir-si-nous-voulons-etre-un-parti-bourgeois-ou-pas-macron-durcit-le-ton-sur-l-immigration,3487002.php )

( 2 https://www.ouest-france.fr/environnement/climat/climat-emmanuel-macron-recu-greta-thunberg-la-demande-de-la-jeune-suedoise-6233711 )

( 3 https://tribunemlreypa.wordpress.com/2019/09/12/urgence-pour-lhopital-urgence-totale-des-luttes-sociales/ )

( 4 https://www.change.org/p/emmanuel-macron-mettre-fin-au-scandale-%C3%A0-40-milliards-du-cice-et-de-son-substitut-actuel-82eed49b-2055-4be5-a0b0-4dcc8e80e771/u/25062987 )

 

SOURCE :

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2019/09/21/climat-pollution-migrations-reculs-sociaux-une-seule-cause-le-capitalisme-imperialisme/

 

*************************************


Moyenne des avis sur cet article :  3.75/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • San Jose 23 septembre 13:04

    Le titre dit tout  : c’est si beau quand c’est simple !


    • Luniterre 23 septembre 13:23

      @San Jose

      Effectivement, ce n’est pas plus compliqué.

      Ce qui est « compliqué » c’est simplement de faire face à cette réalité !

      « Compliqué » >>> un terme extrêmement utilisé désormais, à tout propos, et surtout, bien commode pour ne pas prendre et/ou assumer ses responsabilités... !

      Luniterre


    • lloreen 23 septembre 15:19

      Pauvre France...

      https://www.nantes-revoltee.com/nantes-guet-apens-policier-pour-capturer-un-homard-geant/

      Conseil aux touristes (s’il en reste...) :Désormais si vous prévoyez de faire un détour par la capitale française il faudra éviter de porter du jaune (ce qui a le don de rendre les miliciens para-militaires fous furieux) et de commander du homard (un acte délictueux capable d’engendrer une descente des précédents) chez l’aubergiste.


      • Luniterre 23 septembre 19:00

        @lloreen

        A la fois très drôle et très significatif, en effet !

        Merci pour l’info, que je pense republier, également.

        Luniterre


      • McGurk McGurk 23 septembre 16:35

        « S’attaquer au capital » ne résoudra rien du tout. Le capitalisme n’est qu’un outil et le libéralisme une doctrine permettant aux puissants de faire comme bon leur semble.

        C’est en ayant un contrôle public sur cet outil et en le mettant au service de la société qu’on pourra éventuellement progresser de manière significative socialement et pour l’environnement.

        Le libéralisme est la règle pour les grands investisseurs et sociétés (derrière lesquelles ils se cachent) pour ne pas payer d’impôts, sous des prétextes fallacieux. Sommes qui pourraient être allouées...à la protection de la faune et la flore, des campagnes et terres agricoles, au patrimoines, à rénover les infrastructures publics et logements sociaux, entretenir les communes, avoir une armée crédible (matériel neuf au lieu de merdes vétustes et un nombre conséquent de soldats pour nous protéger), etc.

        On a pas besoin des débats autour du sujet des présidentielles pour savoir qui sera élu ou pas. Tout es convenu à l’avance, l’électeur étant par nature volontairement manipulable à souhait et con (bêtise qui fait perdurer le système au lieu d’y mettre fin). Le candidat final sera celui qui a l’état d’esprit requis intelligent mais pas trop, dépendant des pontes du monde politique et économique (qui ne font en fait qu’un).

        Un président qui veut se faire réélire doit ratisser large, bien loin de son socle électoral qui, ici, était par défaut, avec une bonne dose de propagande aux proportions jamais vues dans la 5ème république (monarchique).

        Toute cause dont il ne tiendra jamais les engagements parce qu’il l’oubliera volontairement bien vite car il s’en moque éperdument est bonne à défendre, pour être sous le feu des projecteurs ainsi que dans les médias naturellement de connivence avec la force politique majoritaire.

        Comme l’ « urgence climatique » commence à être un sujet très connu et préoccupant pour le public, Macron est prêt à rencontrer n’importe qui du moment qu’il gagne en visibilité. Il faut occuper le terrain médiatique le plus possible.

        PS : Villani, l’entourloupeur-mathématicien, n’a aucun conflit avec son maître à penser. Il s’agit juste d’une stratégie pour gagner un poste-clé en France afin de garder la mainmise sur le pouvoir.

        Lors de sa dernière prestation à la radio, il n’avait aucun plan réel (ni réaliste) d’action. Simplement un discours fait d’une voix rassurante et lénifiante au possible, avec les mots « rassemblent », « projet » et « Parisiens ».


        • leypanou 23 septembre 16:49

          @McGurk
          Villani, l’entourloupeur-mathématicien, n’a aucun conflit avec son maître à penser 

           : il est Young Leader comme lui donc zéro risque de contradiction idéologique.

          De toute façon, Villani était dans l’équipe à A Hidalgo : idéologiquement, ils regardent dans la même direction. A part quelques différences mineures, ils sont pareils.


        • McGurk McGurk 23 septembre 16:53

          @leypanou

          Ouais en gros ils vendraient père et mère pour un poste confortable et le salaire/train de vie qui va avec.


        • Luniterre 23 septembre 18:35

          @McGurk
          Assez d’accord sur ce point : le « libéralisme » n’est pas réellement un système économique, mais bien seulement une idéologie pour masquer la réalité du capitalisme financier, qui est la forme actuelle du capitalisme mondialisé.

          Le capitalisme moderne est celui des monopoles financiers et ce sont eux qui tirent les ficelles des Etats, et assèchent les récalcitrants, comme Cuba, l’Iran, le Venezuela, etc..., via le contrôle qu’ils exercent sur les gouvernements des États-Unis et de leurs alliés.

          Le « contrôle public » ne s’exerce possiblement et efficacement que par un renversement du rapport de force entre le capital et le travail, au profit du travail.

          C’est d’abord le rapport de force dans la lutte sociale qui est déterminant, avant même le contrôle de l’Etat, qui, autrement, reste soumis aux monopoles.

          Par rapport au capital financier il est donc essentiel que les travailleurs se réapproprient la valeur qu’ils produisent sous forme de biens et de services en les remettant en correspondance avec les besoins sociaux réels.

          C’est à cette condition que le capital financier peut être dépouillé de son pouvoir, qui est une nuisance, et rien d’autre !

          Mais avant d’en arriver là, commençons déjà par nous réapproprier l’argent du CICE et surtout, celui de la CSG, volé directement sur nos salaires et nos retraites.

          C’est un premier pas sur la bonne voie...


          Luniterre





        • McGurk McGurk 23 septembre 22:25

          @Luniterre

          Bonsoir,

          Je ne suis pas d’accord sur un point me semblant important : c’est l’équilibre entre le travail et le capital qui, pour moi, assainirait en partie déjà le rapport des français avec le travail/salaire.

          Effectivement, trop de gens aujourd’hui ne souhaitent plus travailler quand bien même ils ont un job. Cela s’explique de bien des manières, comme un avenir bouché (les entreprises verrouillent les secteurs/métiers, j’en sais quelque chose vu que ça fait plus de quatre ans que je suis au chômage), des conditions de travail qui se dégradent, un salaire trop faible compte tenu du coût de la vie/de la charge à effectuer.

          Quant au capital, les entreprises devraient comprendre (surtout reconnaître vu qu’elles le savent déjà) que c’est en ayant de bonnes conditions en leur sain (employés satisfaits, redistribution même mineure au lieu de quelques miettes) qu’augmentera leur productivité et donc leur efficacité sur un marché, pas en employant les gens pour des cacahuètes tout en les traitant comme des merdes.

          On a donc besoin, tout comme dans la société, d’un équilibre qui permet la continuation de l’évolution du pays. Sinon, cela s’appelle ni plus ni moins un sabordage qui n’aura que d’effet qu’à très court terme.

          Idem pour le logement secteur où les prix ont, depuis très longtemps, crevé le plafond , les produits de base, une monnaie dont la valeur serait moins délirante, etc.

          Cette « valeur » dont vous parlez pourrait également se retrouver sous forme d’épargne afin de pouvoir affronter l’avenir au lieu d’être dans une société de consommation/crédit vers laquelle nous nous dirigeons à grand pas.

          Le « capital financier » ne peut être probablement arrêté que par des lois limitant à la fois son expansion et également l’accumulation de trop de richesses/pouvoir (ex : fusions à répétitions).

          Il sera impossible de récupérer l’argent du CICE et du reste, celui-ci étant passé dans les poches de personnes n’habitant même pas dans notre pays et intouchables.

          Le moins que nous puissions faire est de rétablir le véritable impôt sur les sociétés, alléger celui des PME (celles qui jouent les vraies règles) pour qu’elles puissent se développer partout sur le territoire et non sur les trois zones majeures de France , et rétablir des normes sur le marché du travail (ex : les annonces délirantes des entreprises concernant l’embauche voulant majoritairement des esclaves pas ou sous-payés ou leurs mécanismes pour créer artificiellement le chômage).


        • Luniterre 23 septembre 23:30

          @McGurk
          Vous me dites benoitement >>> « ça fait plus de quatre ans que je suis au chômage »

          Et il ne vous vient pas à l’esprit que le capitalisme financier puisse avoir une responsabilité là-dedans ?

          Alors que répartir la production en fonction des besoins sociaux réels permettrait aussi de répartir le travail entre tous, et donc d’éradiquer radicalement le chômage.

          La valeur des biens et services socialement nécessaires correspondant à la valeur-travail effectuée collectivement par l’ensemble des travailleurs désormais associés en tant que producteurs, échangeant ainsi sur cette base nouvelle leurs produits et services, selon les besoins essentiels définis collectivement et démocratiquement.

          Et donc cela permet de se passer et du marché et de sa « main invisible » mais qui ne voit jamais que les besoins solvables et financièrement rentables, et donc de se passer aussi du capital financier lui-même.

          Vu ? Tant que vous rêverez d’un compromis illusoire avec ce capital, vous resterez prisonnier du cercle vicieux que vous décrivez vous-même assez bien.


          Luniterre


        • McGurk McGurk 24 septembre 00:39

          @Luniterre

          Si, en partie. Mais on a aussi une responsabilité lourde de l’Etat totalement complice des pratiques scandaleuses des entreprises. On pourrait parfaitement avoir un Pôle emploi super efficace et plein d’opportunités en faisant le ménage et avec un bon rappel à l’ordre d’arrêter leurs magouilles pour trois ronds.

          On a également le modèle productiviste appliqué à la lettre par les firmes, petites ou grandes d’ailleurs, couplé au modèle élitiste du « mieux encore mieux » à savoir des candidats toujours plus sélect et donc irréels pour un salaire d’esclave.

          La répartition plus équitable des tâches est, en effet, une autre solution mais pas la seule à appliquer.

          En fait, il n’y a pas de « compromis » avec ce que vous appeler « le capital » (à savoir les financiers). Il faut un pouvoir ferme doublé d’une vigilance accrue d’un pouvoir civil capable à la fois de contrôler/destituer les élites et de mettre un frein aux abus dudit capital. Sans ces deux ceintures de sécurité, on repartira encore à la dérive.


        • Luniterre 24 septembre 09:48

          @McGurk
          Votre problème, c’est que vous ne voulez pas sortir du mythe de « l’Etat qui contrôle le capital », alors que c’est l’inverse qui se vérifie, tant que le capital financier contrôle l’économie !!!
          Vous voulez croire que...
          "En fait, il n’y a pas de « compromis » avec ce que vous appeler « le capital » (à savoir les financiers). Il faut un pouvoir ferme doublé d’une vigilance accrue d’un pouvoir civil — capable à la fois de contrôler/destituer les élites et de mettre un frein aux abus dudit capital. Sans ces deux ceintures de sécurité, on repartira encore à la dérive."
          Alors que cela n’a pas de sens sans un contrôle réellement efficace de l’ensemble de la vie économique, actuellement contrôlée par les monopoles.

          En pratique cela signifie donc clairement l’expropriation des monopoles.
          C’est pourquoi il faut un rapport de forces suffisant pour balayer leur réaction !
          Et donc commencer à le construire tout de suite, sur des objectifs facilement compréhensibles par le plus grand nombre de nos concitoyens.
          Tels que l’abrogation totale de la CSG !

          Luniterre


        • doctorix doctorix 24 septembre 12:57

          Arrêtez de vous casser la tête.
          Votez UPR et tous vos problèmes se résolvent d’un coup.
          C’est l’UE et l’euro qui nous tuent.
          Si on en sort, on peut tout espérer, tout reconstruire sur des bases saines.
          Toutes les solutions sont dans le programme de l’UPR : vérifiez...
          https://www.upr.fr/wp-content/uploads/2011/01/Programme-Francois-Asselineau-legislatif-2017.pdf
          Pas un point essentiel qui ne soit abordé.


        • Luniterre 24 septembre 13:58

          @doctorix
          Pas de quoi se casser la tête, effectivement !

          Cette histoire de « plan UPR qui résoudrait tout » a déjà été longuement débattue avec « Fifi Brind_acier » soi-même, ici, et autour des mêmes thèmes :

          https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/urgence-pour-l-hopital-urgence-217969

          La conclusion ne va pas forcément dans le sens que vous indiquez.
          De toutes façons, les électeurs de Le Pen ne sont manifestement pas séduits par les arguments d’Asselineau... L’effet est donc, de plus, actuellement très faible et peu porteur, surtout en rapport des efforts déployés, au demeurant méritoires.

          Merci pour la réaffirmation de votre crédo, certainement sincère, mais il n’y a donc pas utilité à relancer ce débat, toujours aussi hors de propos, ici.
          Bon courage à vous,

          Luniterre


        • McGurk McGurk 24 septembre 14:09

          @Luniterre

          Il existe déjà une loi sur les monopoles. Il suffirait peut-être de l’étendre.

          Quant aux contrôle que vous évoquez, l’Etat est (en théorie) l’émanation de la volonté des citoyens. Le « contraire se vérifie » parce qu’on a des responsables totalement corrompus par les lobbies et que nos représentants sont hors de contrôle une fois élus.


        • Luniterre 24 septembre 18:46

          @McGurk
          Malgré vos quatre ans de chômage vous restez donc d’une naïveté désarmante concernant le pouvoir de la finance...
          « Il existe déjà une loi sur les monopoles. Il suffirait peut-être de l’étendre. »

          Les lois sont faites par et pour les monopoles financiers, même si indirectement.
          Toutes les affaires passées montrent qu’elles servent, tout au plus, à fixer les règles du jeu entre les groupes déjà existants et éventuellement, lors des fusions entre groupes.

          C’est la structure même de l’économie financière mondialisée qui l’impose. Pour rompre avec ce système, il n’y a pas d’autre solution, à terme, que leur expropriation totale et le contrôle de la production et des services par les travailleurs eux-mêmes.

          En un sens, c’est un monopole public, du reste, vu que cela met fin à l’économie de marché, pour l’essentiel. Mais c’est évidemment l’antithèse du monopole financier, qui, lui, veut au contraire contrôler le marché. C’est la logique intrinsèque du marché qui aboutit au monopole financier, même si cela peut paraitre paradoxal.

          Et c’est une tendance qui ne peut que devenir extrême avec la « robotisation » de la production, et même des services, maintenant... !

          Une organisation économique répondant aux besoins sociaux réels doit donc être à la fois suffisamment décentralisée et surtout, démocratique, pour refléter l’ensemble des besoins essentiels recensés, et centralisée, également, pour coordonner l’ensemble des efforts sans occasionner de gâchis ni de pertes (du genre obsolescence programmée...), comme cela se produit dans le système actuel, même s’il est « rentable », mais uniquement sur le plan financier.

          Luniterre


        • loulou 23 septembre 18:15

          Extraordinaire !

          Depuis quelque temps , je lis des articles, qui auraient du être écrits au moins, vraiment au moins , il y a 30 ans.

          Ce dont il est question dans ce texte est le résultat de votre refus de voir la réalité,

          jusqu’aujourd’hui.

          Le Pen, c’est vous qui l’avez créé.

          Vous avez interdit de parler du sujet, vous vous êtes vous même interdit tout débat

          sur ce problème

          Et, aujourd’hui, quand ça sent mauvais, l’avant garde éclairée de la classe ouvrière

          se réveille.

          Et bien, oui, vous avez jeté des tas de braves gens chez Le Pen

          .La gauche, qui ne peut pas se tromper., celle du sens de l’histoire et du matérialisme historique, n’a pas été foutue, par idéologie de voir des évidences.

          Comment avoir encore confiance en vous ?

          Comment avoir confiance en des gens capables d’un tel aveuglement ?


          • Luniterre 23 septembre 18:57

            @loulou
            Le blog TML existe depuis octobre 2013, et a constamment fait un travail de recherche et d’analyse, sur tous les sujets économiques et sociaux, et politiques aussi, bien évidemment, et cela sans le moindre tabou, ce qui lui est généralement reproché, du reste !

            Ce bref article est une sorte de résumé synthétique de la situation politique actuelle en France, et en ce sens, il est plutôt un aboutissement relatif de ces recherches qu’un virage contradictoire avec elles.

            Qu’il soit en contradiction avec d’autres blogs « de gauche », cela n’est en rien surprenant, c’est même plutôt déjà une « tradition » pour TML  !

            Luniterre

            https://tribunemlreypa.wordpress.com/

            ****************************


          • troletbuse troletbuse 23 septembre 21:05

            Bizarre qu’il n’ait pas etreint la suédoise comme les footeux à la coupe du monde.

            Ah oui, elle est du sexe féminin. Micron n’aime pas trop.  !-))


            • Echo Echo 24 septembre 03:14

              Oui, bonjour ou bonsoir à tous

              Juste en passant à propos de Greta T.

              Thunberg n’est pas son vrai nom.

              En réalité elle s’appelle Tayet.

              Et en tant que Greta Tayet, on peut être assuré que ce n’est pas elle qui parle.

              Voilà, j’espère avoir cassé quelques naïvetés primitives.

              De rien, ne me remerciez pas.


              • the clone the clone 24 septembre 04:10

                Macron avec tous ses déplacements tilalipouetpouet est en train de détruire la planète ....


                • the clone the clone 24 septembre 04:14

                  Foutez nous la paix avec le réchauffement , ça devient barbant , on a autre chose a faire ....


                  • Old Dan Old Dan 24 septembre 04:50

                    … beaux discours enthousiastes, belles théories futuristes, belles diatribes ferventes… et lénifiantes

                    Depuis 70 ans, les mêmes palabres, les mêmes blabla = une autre façon de regarder ailleurs…

                    .

                    [ Les décrocheurs de tableaux ne sont-ils pas plus z’efficaces ? Bof... ]


                    • Old Dan Old Dan 24 septembre 05:18

                      Oui, sans aucun doute...
                      ... du moins pour ceux qui ont encore de l’avenir devant eux !
                      .
                      [ Les autres ? Trop tard Fallait s’bouger avant. ]


                    • Luniterre 24 septembre 05:21

                      @Old Dan

                      Depuis 70 ans ??? Mince, alors ! J’ai du effectivement louper quelque chose !

                      Un parti qui ait proposé un plan impératif pour faire correspondre production et besoins sociaux réels, je n’en ai pas croisé en route, alors que c’est bientôt mon âge... Si vous avez la référence, merci de la communiquer...

                      Et même simplement un parti ou syndicat qui propose l’abolition totale de la CSG ...

                      Pour la référence éventuelle, idem, et merci ...

                      Luniterre


                    • yapadekkoaqba yapadekkoaqba 24 septembre 07:18

                      On vote Le Pen mais on n’est pas lepéniste ! C’est un vote de protestation contre la politique magouille dont les aspects sombres ne sont pas « révélés » par un « canard enchaîné » mais mis en lumière par internet et les réseaux sociaux qui font apparaître une plus grande partie de l’iceberg. Tous ces partis, même ripolinés en LREM, qui se gavent sur notre dos et détruisent les acquits du progrès social, c’est le progrès négatif comme aurait di Christine. Ils endettent le pays et le font payer au peuple, l’économie stagne mais ils n’arrêtent pas de favoriser une immigration indésirable et contre la volonté du peuple.

                      Ce qu’on doit faire, c’est confirmer le vote Le Pen jusqu’au bout pour contrarier le phénomène « adversaire fastoche » et créer un bouleversement cahotique de courte durée, Le RN n’est pas en mesure de gouverner, un nouvel ordre se mettrait en place, sinon on continue comme avant.


                      • Luniterre 24 septembre 09:58

                        @yapadekkoaqba

                        Vous semblez nettement parler, après ce « bouleversement chaotique [ »lepéniste« ] de courte de durée » d’un « nouvel ordre » qui serait donc néanmoins basé sur le racisme « anti-immigrés »... Du « lepénisme » sans Le Pen, en quelque sorte ???

                        Merci de préciser votre pensée, si possible...

                        Telle quelle, on voit mal la différence...

                        Luniterre


                      • troletbuse troletbuse 24 septembre 10:07

                        @Luniterre
                        Oui mais, on va nous faire le coup de 2017. « ne pas voter FN » équivaut à voter pour les mêmes. Quelles sont les différences entre LREM et l’extrême droite ?
                        Soral : 18 mois de prison
                        Benalla : il court toujours
                        La justice aux ordres
                        Les condamnations pleuvent sur tout ce qui n’est pas LREM
                        Nous sommes bien en dictature


                      • Luniterre 24 septembre 10:59

                        @troletbuse
                        Bonne observation ! Et de plus, c’est bien ce que dit l’article !

                        Pour le compte du capital financier Macron est un « dictateur » bien plus efficace et bien plus insidieux que MLP, avec ses gros sabots, et même « en passant par la lorraine » comme dans la chanson...(*)

                        C’est pourquoi une stratégie qui vise le pouvoir des monopoles au « cœur », c’est à dire, précisément, au porte-feuille, c’est la seule qui puisse commencer à le faire reculer, et éventuellement, et si possible, débarrasser le plancher, en fonction du rapport de forces !

                        C’est pourquoi il est important de comprendre que des revendications telles que l’abolition totale de la CSG sont tout à fait légitimes et réalisables.

                        Luniterre 

                        (* https://youtu.be/awkc-WcxyhY )

                        *********************


                      • leypanou 24 septembre 15:04

                        Dernière nouvelle : l’égérie de la protection de la planète porte plainte contre la France (avec la Turquie, l’Allemagne, l’Argentine et le Brésil).

                        Que cela serve de leçons à tous les démagogues qui veulent nous enfumer avec leurs prédictions aussi stupides les unes que les autres, par exemple que d’ici 2100, l’augmentation de la température de la terre sera de 7°C si on ne fait rien d’après leur GIEC.

                        Des millions de cerveaux ramollis croient en ces fadaises, comme si on peut prévoir avec certitude ce qui va se passer en 2100, déjà que la météo est incapable de prévoir au-delà de 15 jours.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Luniterre


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès