• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Construire (23 avril 2022)

Construire (23 avril 2022)

Avant la probable réélection du président sortant de la république française, retour sur le quinquennat et perspectives...

Paradoxe hexagonal s’il en est… Plus de six français sur dix (sondages quasiment tous constants depuis l’automne dernier (2021), refusaient un ticket de second tour à l’élection présidentielle identique à celui de 2017.

La nouveauté n’est plus là pour celles et ceux qui avaient été séduits, souvent dès le premier tour, au « nouveau monde » et à la « start-up nation France ». Reconnaissons encore que le délitement des deux anciens grands partis politiques français (Républicains et Parti Socialiste) avec la piteuse impossibilité pour le président Hollande de se représenter et les affres du candidat Fillon ont finis de décrédibiliser ces formations.

Pourtant, dans plusieurs sursauts, nous avons compris combien l’ancrage régional et local était fort apprécié de nos concitoyens en témoignent les scrutins régionaux et municipaux qui suivirent l’arrivée d’E. Macron à l’Elysée.

Le coup de balai présidentiel devait nous propulser vers une forme d’inconnu transgressif du « en même temps » « ni droit ni gauche » et « de droite et gauche » alors que l’histoire nous as montré fort souvent que ces proclamations incantatoires impliquent des politiques « raisonnables » et forcément libérales « de droite ». En politique, lorsque la « raison » est invoquée, c’est toujours celle des chiffres primaires voire binaires comme dans un langage informatique et un tableur Excel. Cela ne laisse jamais de place au volontarisme politique et au progrès notamment social qui impose une meilleure et plus juste redistribution des richesses produites.

 

Pourtant, l’observation des financements des différents candidats et soutiens auraient dû éclairer la crainte et les intérêts de chacun et chacune des candidats à l’élection présidentielle de 2017. L’effet retour d’investissement se traduisit par une des premières mesures fort symbolique qui fut …la suppression de l’ISF. Une mesure qui ne manqua pas de montrer la fausseté du « et de droite et de gauche ». L’opportunisme fut à l’œuvre chez de nombreux politiques qui s’engagèrent – pour certains en avance dès 2016 – auprès d’un mouvement porté par un seul homme.

Après 2017, on peut croire que le président allait créer un « vrai parti politique » avec des débats, des orientations, des idées, des propositions qui pourraient s’inscrire dans un mouvement citoyen fort car décliné partout et quelque part avec cette part de surprise du « en même temps ». Il n’en a rien été. Le « macronisme » n’est ni un parti, ni des idées, ni même une idéologie, c’est un mouvement unique et personnel qui parait innovant pour les 50 dernières années mais sent le « boulangisme libéral » de la fin du XIXème même avec les techniques de communication de notre siècle.

Résultat : dès 2019, des fissures apparaissent dans la majorité parlementaire présidentielle dont chacun est redevable personnellement d’avoir été élu par le parrainage d’un seul, le président. Le « Délégué Général » de LREM apparait comme le notaire de province de son client star.

Bonjour tristesse pour notre pays qui a toujours été celui des débats politiques les plus dynamiques et qui porte ses valeurs hautement universalistes.

Les citoyens ne sont pas si facétieux en renouvelant en grande partie les élus régionaux et locaux sur la base des « vieilles formations politiques » nationales. Ils n’ont pas accordés de grand soutien à l’étiquette LREM pour les élections régionales et municipales et fort peu pour le scrutin européen.

On pouvait s’attendre à quelques surprises sur la vivacité du « en même temps ». Nous avons donc connu une hyperprésidence souvent stratosphérique mais qui sur le conseil d’auditeurs et conseillers divers ont cultivé avec soin les annonces et mesures paradoxales sans doute à l’écoute de la société du zapping d’aujourd’hui.

Diverses mesures comme la généralisation de la réduction de la vitesse sur les routes à 80km/h, l’absence de toute considération concrète sur les banlieues et la ruralité et la difficulté de logement et de déplacement –et déjà le pouvoir d’achat et l’aménagement du territoire – ont été le terreau du mouvement des gilets jaunes.

Nul doute que cet épisode pouvait créer quelques effrois à l’écoute de certains propos parfois outranciers voire xénophobes et ridicules au sein des ronds-points. Mais traiter par le mépris et la suffisance ce mouvement populaire fut une faute majeure. Cette période mis en lumière la fracture aggravée entre les « insiders » (dans les campagnes et zones suburbaines avec des conditions économiques souvent difficiles) et les « outsiders » voyageurs et nomades des grandes citées souvent CSP+ et ++, et largement hauts-diplômés.

La première tâche du premier français aurait dû être d’écouter et de faire l’effort de comprendre la situation des citoyens protestataires qui n’étaient pas tous des thuriféraires d’extrême droite ou d’extrême gauche mais aussi le révélateur d’un effacement progressif dans les analyses gouvernementales.

Il y eut bien quelques efforts avec le rapport de Jean-Louis Borloo sur les banlieues qui reçut une réponse négative et condescendante du président.

Il n’y aucune surprise sur le mépris que porte E. Macron sur les corps intermédiaires qu’est le mode associatif, les élus locaux et les syndicats de salariés. Sur ces derniers, plusieurs organisations ne ménagèrent pas leurs efforts pour tenter d’expliquer la modernité de l’intermédiation sociale. La CFDT et Laurent Berger alla très loin dans sa stratégie et efforts souvent portés par la nostalgie de la période du quinquennat Hollandais. Sur cela aussi, l’arrogance fut la marque macronienne.

Puis survint le cataclysme sanitaire avec la pandémie de la COVID 19. On reconnaitra avec justesse que le « quoiqu’il en coûte » fut la seule véritable mesure positive et paradoxale devant la doxa libérale. Une mesure « sociale-démocrate » à la réponse urgente de la société française victime comme le monde entier d’un épisode inédit dans l’histoire récente des 80 dernières années. Cet acte exceptionnel est à porter au crédit du président de la république.

Cette décision paradoxale est-t-elle la vraie ou seule marque du dépassement des idéologies ? Ce fut l’unique surprise. Mais rendue possible et admissible par la problématique européenne et planétaire…

Quant aux propos du président Macron (2017/2022), nombreux furent sujets à polémiques fort logiques car souvent marqués par l’arrogance voire le mépris.

Ainsi dès juillet 2017…« Ne pensez pas une seule seconde que si demain vous réussissez vos investissements ou votre start-up, la chose est faite. Non, parce que vous aurez appris dans une gare, et une gare, c'est un lieu où on croise des gens qui réussissent et des gens qui ne sont rien, parce que c'est un lieu où on passe, parce que c'est un lieu qu'on partage », va-t-il dit dans le détail.

Assurément, il n’existe pas des « gens qui ne sont rien » car je répondrais « rien de ce qui est humain ne m’est étranger » selon la formule connue et humaniste. Qui peut-t-il être pour déclarer qu’un autre que lui-même n’est…rien ? Il ne s’agit pas là d’une faute d’expression ou d’un lapsus mais la volonté de ne considérer que celles et ceux qui sont reconnus comme « start-upers » et autres entrepreneurs innovants. A oublier que l’innovation n’est pas qu’économique et qu’elle est par principe humaine, sociale et progressive. Elle est aussi politique dans la volonté de rassembler ce qui n’est pas intégralement incluse dans l’empreinte intellectuelle du président.

Il y eut aussi « je traverse la rue et je vous en trouve du travail » à l’adresse des demandeurs d’emploi notamment les plus jeunes et aussi « on met un pognon de dingue dans les minimas sociaux, les gens ils sont quand même pauvres », « les gaulois réfractaires au changement », « les femmes salariées de chez Gad pour beaucoup illettrées », « le bus pourra bénéficier aux pauvres », « le kwassa-kawassa pêche peu, il ramène du comorien », et d’autres…

En décembre 2021, à l’orée de la prochaine campagne présidentielle, le président fera son méa-culpa ainsi : « Dans certains de mes propos, j’ai blessé des gens », a-t-il admis, en s’engageant à « ne pas le refaire ». « Il y a des mots qui peuvent blesser, et je pense que ce n’est jamais bon, c’est même inacceptable, car le respect fait partie de la vie politique ».

L’échec principal du quiquennat fut sans doute de ne pas avoir réduit la fracture entre les français et illustration concrête, de ne pas avoir réduit l’attrait de l’extrême droite auprès des citoyens.

Doit-t-on voir dans un récent aveu de cet échec personnel une déclaration particulièrement sincère alors que la préférence d’un second tour face à Le Pen lui assure l’assise d’un « front républicain » même s’il sera plus réduit dimanche 24 avril 2022 ?

 

Emmanuel Macron sera réélu président de la république en ce 24 avril 2022. Mais différents actes et déclarations depuis 2017 l’ont fait participer directement à une forme de « crétinisation du débat politique » pour cette élection présidentielle de 2022.

La grande majorité des français considèrent à juste titre que la campagne présidentielle de 2022 a été médiocre par la participation très réduite du candidat-président sortant dans tous les débats. Cela passera encore cette fois… Mais prendre de tels risques pour sa réélection l’oblige à une véritable écoute de tous les français, y compris « ceux qui ne sont rien » et « les illettrées de Gad » si dans cinq il ne veut pas être l’un des responsables majeurs d’un président ou présidente à l’idéologie illibérale et qui assombrira l’avenir des valeurs républicaines françaises à l’universalisme toujours moderne.

Faudrait-t-il une cohabitation ou une majorité parlementaire très « plurielle » pour réduire les dangers et reconstruire l’unité et la solidarité au sien de notre pays ?

Le pire (et peut-être le meilleur) est-t-il à venir ?

Participons. A construire…

Rémi AUFRERE-PRIVEL


Moyenne des avis sur cet article :  2.78/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • pierre 24 avril 17:20

    Les syndicalistes ont toujours eu une position très ambigu à la Fergus


    • remiaufrere remiaufrere 24 avril 18:05

      @pierre ambigu je ne sais pas ... c’est une question presque d’opinion votre propos. Dison que ce que est diversement apprécié c’est une obsession très développée pour vouloir à presque -tous prix devéloppée une très étroite avec le Président...
      Cette stratégie a des limites surtout lorsque la cible (EM) refuse à de nombreuses reprises les demandes de rencontres et les débats ouverts avec un ou plusieurs syndicats de salariés. Pour ma part, la limite a été franchie par l’humiliation adressée par E.Macron à L.Berger SG de la CFDT depuis fin 2017...


    • marly 24 avril 18:06

      Les instituts de sondages ont volés le résultat les élections présidentielles !

       

      Il est indéniables que les instituts de sondages ont prédit avec justesse le résultat du premier tour des élections présidentielles, Macron était crédité de 26,1 % et il a réalisé 27,8 %, Le Pen était crédité de 23,7 % et elle à réalisé 23,1 % .

       

      Les prédictions des instituts de sondages sont si près du résultat final que cela tiens de la prédiction auto-réalisatrice, et si les finalistes sont connus d’avance à quoi bon aller voter utile ou carrément aller voter tout court ?

       

      C’est le raisonnement que des centaines de milliers d’électeurs ont fait de toute bonne foi : « Pour quelle raison je ne voterai pas avec mon cœur puisque le vote de raison n’a plus aucun intérêt ».

      Ce raisonnement a été induit par les instituts de sondages qui se gargarisent de la justesse de leurs prédictions. Mais ces instituts de sondages nous ont sciemment menti et manipulé. En effet comment expliquer autrement l’erreur monumentale de ces mêmes instituts de sondage concernant le vote Jean Luc Melenchon.

       

      Le résultat de Melenchon au soir du premier tour était de 22 % alors que les ’’prédicteurs’’ officiels de la macronie le créditait de 17 %, et encore faut-il rappeler que ces mêmes instituts le créditait d’un score inférieur à 10 % peu de temps avant.

       

      Cette erreur a savamment été distillée tout au long de la campagne par l’ensemble de la presse écrites et TV aux ordres de la macronnie.

       

      Elle a découragé bon nombre d’électeurs de gauche de voter utile ou carrément d’aller voter puisque les carottes étaient cuites.

      Cette erreur a également fragilisé les militants de Roussel et de Hidalgo qui voulaient le vote Melenchon pour que ce dernier soit présent au second tour, mais sur la base des sondages, les diviseurs Roussel et Hidalgo ont eu la tache facile pour maintenir leurs candidatures.

      Des électeurs de Jadot et de Lassalle n’avaient aucune raison de ne pas voter avec leurs cœurs puisque le vote utile était inutile d’après les instituts de sondages unanimes.

       

      Une telle erreur n’est pas une erreur mais bien un hold-up contre la démocratie. En effet sans cette fausse erreur préméditée par la macronie, il est incontestable que Jean Luc Melenchon aurait été présent au second tour de ces élections truquées.

       

      Mais rien n’est joué, c’est pourquoi dès maintenant, il faut activement préparer les élections législatives afin d’empêcher le roi des éborgneurs d’agir en toute impunité 5 ans de plus.


    • remiaufrere remiaufrere 26 avril 18:37

      @marly
      ce ne sont pas les instituts de sondages qui votent mais ce sont les citoyens. 
      Que les citoyens sont influencés et/ou influençables ce n’est pas vraiement nouveau ! -))
      Il n’y a pas de « hold-up » sauf à décréter que les citoyens sont stupides et toujours irraisonnables... Mais là je ne vous suivrais pas ...
      Les politiques ont leur part de responsabilité et d’irresponsabilité sur la maturité des débats. 


    • amiaplacidus amiaplacidus 24 avril 17:46

      @l’auteur qui dit : « ... Plus de six français sur dix (sondages quasiment tous constants depuis l’automne dernier (2021), refusaient un ticket de second tour à l’élection présidentielle identique à celui de 2017. ... ».

      Logiquement, il devrait y avoir 60 % d’abstention + blancs + nuls.


      • remiaufrere remiaufrere 24 avril 18:01

        @amiaplacidus la politique et le choix des électeurs et autres citoyens ne rentrent pas dans la case « logique » et/ou continuité d’expression...
        disons simplement que les francais répondant cela à l’automne ont en partie changé d’avis en votant contre Macron ou contre Le Pen....
        Mais l’enseignement des sondages est bien une forme de refus de ce duel...


      • Louis Louis 24 avril 18:27

        Cette élection est de toute façon bidonnée de A à Z comme l’a été celle de 2017

        * En 2017, plusieurs analystes ont déclaré qu’en réalité MACRON était arrivé quatrième, ce qui est tout à fait plausible pour un nouveau qui n’avait jamais participé à une élection auparavant

         smiley

        Ce soir MACRON sera ré élu triomphalement

        La Mère le Pen sera battue à plate couture et pourtant ce n’est pas faute d’avoir reçu de nombreux soutiens

        En effet tous les syndicalistes (même le MEDEF), toutes les loges de franc maçonnerie, tous les partis de gôche, les sportifs milliardaires, les bouffons du showbiz et last but not least tous les merdias radio, presse télé ont appelé à veauter pour elle !

        INcroyable qu’elle ne soit pas passée ?

        Surement à cause aux algorithmes et des machines « dominions » ?

         smiley


        • pierre 24 avril 18:30

          @Louis
          vas savoir ! mais je pense que Marine serait mal en gagnant, j’imagine la panique pour former un gvt


        • Albert123 25 avril 13:57

          @pierre

          c’etait le but du vote lepen contre macron, un affaiblissement de l’état profond au profit des peuples, 

          les dom tom l’ont parfaitement compris en faisant voler en eclat l’imposture du vote utile 


        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 25 avril 14:12

          @Albert123
          En Polynésie nous avons voté majoritairement Macron ( le plus grand des Aito que la terre ait portée ) .


        • Albert123 25 avril 16:52

          @Aita Pea Pea

          normal c’est un spot pour boomers retraités ex fonctionnaires pistonnés de la république.


        • troletbuse troletbuse 24 avril 18:56

          Les résultats seront conformes au bidonnage des élections.

          Les DOM-TOM ont voté majoritairement pour MLP. Seraient-ils racistes ?  smiley

          Le Poudré a peur de la justice et c’est pour cela qu’il veut être réélu qui à truquer les résuktats.


          • Albert123 25 avril 13:58

            @troletbuse

            « Les DOM-TOM ont voté majoritairement pour MLP. Seraient-ils racistes ? » 

            Juste plus pragmatiques qu’idéologiques en fait


          • remiaufrere remiaufrere 26 avril 18:33

            @Albert123
            Non je n’ai pas écrit que les DOM-TOM étaient racistes !
            Ils ont utilisés leurs bulletins de vote pour sanctionner E.Macron en votant pour l’autre candidate tout simplement !


          • Attila Attila 25 avril 11:29

            « Doit-t-on voir dans un récent aveu de cet échec personnel une déclaration particulièrement sincère »

            Quel échec ?

            Macron n’est qu’une marionnette, il fait où on lui dit de faire. Il est au service de la minorité des plus riches qui financent ses campagnes électorales et le récompenseront lorsqu’il aura terminé le sale boulot pour lequel on le paye.

            Ah, si ! Il lui reste le pouvoir de changer la moquette et quelques mesurettes annexes

            .


            • remiaufrere remiaufrere 26 avril 18:41

              @Attila
              Je trouve que vous trouvez une excuse au Président. 
              Il n’est pas du tout une « marionnette » car il est totalement conscient de ce qu’il veut réaliser, réalise aujourd’hui et veut faire demain. Il n’est absolument pas « manipulé » comme peut le comprendre l’usage du mot « marionnette ». 
              Non il est totalement lucide et il s’agit de ses opinions profondes. Et évidemment son engagement est le produit de son histoire et de ses liens avec la « finance » et ses (très) riches soutiens.


            • Attila Attila 25 avril 11:46

              C’est l’ensemble des candidats qui n’ont pas débattu de questions importantes :

              -La faisabilité des programmes confrontés aux contraintes des Traités européens.

              -Le basculement des rapports de force dans le Monde dont la crise en Ukraine n’est que le début :

              Déclaration conjointe russo-chinoise du 4 février 2022

              .

              - etc.

              « La grande majorité des français considèrent à juste titre que la campagne présidentielle de 2022 a été médiocre par la participation très réduite du candidat-président sortant dans tous les débats »

              .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité