• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Critique du RIC

Critique du RIC

 

Par où commencer ? Peut-être par le début, c'est-à-dire définir le RIC (Référendum d'Initiative Citoyenne) : Donc deux choses, référendum, et la question est écrite par des gens non élus. Étant entendu que le référendum est organisé par l'État.

Avant de parler du fond, on va peut-être parler de la forme. Parce que c'est justement un problème. Quelle forme ? Les partisans du RIC ne sont pas d'accord entre eux. Les partisans dirons-nous "canal historique" d'Yvan Bachaud veulent que la constitution soit modifiée pour définir un seuil de signatures citoyennes sur une proposition, permettant le déclenchement d'une procédure référendaire organisée par les pouvoirs publics.

On leur reproche de ne pas suffisamment prendre en compte l'action des médias de masse, qui risque de fausser le résultat des référenda, et même en amont qui risque de filtrer les propositions pour ne garder que celles qui sont sans danger pour le pouvoir en place. Donc, la nouvelle génération — Étienne Chouard, Gilets jaunes — travaille sur un RIC "amélioré", empêchant que la volonté populaire ne soit mal interprétée, du fait des distorsions médiatiques.

Le problème, c'est que là, ça devient complètement contradictoire. Pour protéger le RIC contre les manipulations, notamment médiatiques, on va sévèrement modifier la constitution, à coup d'institutionnalisation du quatrième pouvoir, le médiatique, de chambre citoyenne tirée au sort pour filtrer les propositions, et parfois même de collège d'experts censés éclairer le débat, dont j'aimerais bien que l'on m'explique comment on va garantir leur impartialité.

Et là, on ne peut que constater la mauvaise foi d'Étienne Chouard, qui considérait comme rédhibitoire la complexité du Traité Constitutionnel Européen en 2005, mais qui ne voit d'objection majeure à compliquer significativement la constitution française. C'est le deux poids deux mesures, d'autant plus absurde qu'ainsi ce RIC trop compliqué ne pourra pas être un outil politique à l'usage du peuple, qui a besoin de choses simples.

Bref, il y a de nombreuses façons d'envisager le RIC, et c'est pas tout de dire que 80% des gens y sont favorables, oui, mais quel RIC ? C'est comme dire qu'il y a sans doute au moins 90% des gens qui sont favorables à la paix dans le monde ou plus simplement à l'éradication de la pauvreté en France. Oui, mais on fait comment ? Quelles seront les modalités ? Va-t-on se mettre d'accord là dessus ?

Et il y a autre chose que les partisans des RICs oublient un peu vite, c'est le passage par la case Macron. Car imaginons un consensus (on se demande comment) sur des modalités précises du RIC, le maître de l'illusion n'aura aucun mal à faire sont travail si c'est nécessaire, et vous faire croire que vous avez gagné alors qu'en fait vous avez perdu. Là c'est un problème de posture, qui est lié au manque d'expérience politique de nombreux partisans de RIC, ils demandent, ils disent qu'il exigent un changement de contrat avec un banquier. Et ils s'imaginent les petits lapins que le banquier ne va rien obtenir en échange.

Alors on va me sortir l’exemple de la Suisse. En Suisse il y a des banquiers, et il y a le RIC. Oui, mais en Suisse il y a une culture qui veut ça. Je dirais même qu'il y a des cultures, puisqu'il y a plusieurs langues officielles, donc ça ne pose pas de problème de combiner plusieurs types de légitimité, la représentative et la directe. Parce que, entendons-nous bien, en France il y a la culture de la contradiction, donc deux légitimités différentes vont forcément entrer en conflit pour savoir qui est la plus forte. Macron l'a récemment exprimé devant un parterre de maires, et je suis tout-à-fait d'accord avec lui sur ce point.

Alors qu'en Suisse par exemple - pays militairement neutre, rappelons-le aussi - ça n'a pas de sens de dire qui est le plus grand auteur de littérature, car on ne peut pas comparer un auteur germanophone avec un auteur francophone, de langue italienne ou romanche. Les talents sont là, mais ça ne sert à rien de les comparer, ils sont là, c'est tout. Pareil pour les légitimités politiques, représentative et directe, elles sont là, c'est tout, pas dans la même langue politique mais elles sont là. On a pas à en marchander une avec un banquier.

Le fond maintenant. Ben le problème c'est que les français sont peureux. C'est une belle bande de poules mouillées. Elles sont dans l'assurance, elles ont peur de tout, donc elles veulent être assurées contre tout. J'en veux pour preuve un haut personnage de l'État, le président de l'Assemblée Nationale, qui est dans l'assurance, bien que l'on lui prête des manières de petit escroc de l'immobilier. Et c'est bien le problème français, si vous voulez une assurance, faut la payer. Si vous voulez un RIC inviolable, vous allez prendre cher.

*

C'est pourquoi, pour ne pas sombrer dans le pessimisme, je vais vous présenter le seul RIC qui trouve grâce à mes yeux, j'ai nommé le RIC simplifié. En fait il est tellement simple qu'il n'existe pas, ou si on regarde d'une autre manière il existe déjà, il suffit de le révéler, faire la petite modification qu'il faut dans la pierre angulaire du système de domination française pour qu'il exprime son plein potentiel. Et surtout on ne passe pas par la case Macron, ou alors en mode fait accompli, le travail ayant déjà été effectué avant.

Alors, de quoi s'agit-il ? Il s'agit de simplifier et de sécuriser l'élection des députés, pour que ces derniers soient plus enclins à relayer les initiatives citoyennes via la procédure existante dans la constitution de référendum d’initiative parlementaire. Comment fait-on cela ? C'est très simple, on institue - sans l'instituer formellement - un canal de communication privilégié entre les citoyens et les députés au moment de leur élection ; et dès que ce canal est rompu, on sait que le député n'est plus légitime.

Comment réaliser une telle élection ? Il n'y a pas 36 solutions. La seule qui a été étudiée et qui résiste aux critiques jusqu'à présent c'est l'élection des députés par 577 grands électeurs tirés au sort dans le corps électoral. On peut virer les lois encadrant la campagne électorale — il n'y en a plus, et autant moins à payer pour le contribuable —, et les grands électeurs peuvent choisir qui ils veulent dans leur entourage ou ailleurs pour les représenter à l'Assemblée Nationale, à condition que la personne soit d'accord bien entendu.

Bénéfice pour le contribuable, c'est que tout électeur qui ne trouve personne pour le représenter laisse un siège vide à l'Assemblée, un de moins à payer. Bénéfice pour le citoyen, c'est que le grand électeur, à l'issue de l'élection redevient un simple citoyen, et donc il sera plus sensible aux initiatives citoyennes qui lui semblent pertinentes. Or il suffit qu'il dise à la radio que son député ne le représente plus, pour que le représentant perde toute sa légitimité. Donc, pour d'autres raisons, le député a tout intérêt à relayer les initiatives citoyennes.

On finit avec une citation de Paul Valéry : ce qui est simple est faux, mais ce qui ne l'est pas est inapplicable.

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.8/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

85 réactions à cet article    


  • Six Rennes Rouges Six Rennes Rouges 16 février 12:43

    Citation pour citation je préfère le grand W.C. Fields :

    « Bon sang, je ne vote jamais pour personne. Je vote toujours contre. »


    • mac 16 février 13:14

      La plupart des personnes qui critiquent le RIC le font par condescendance pensant que seules une élite est capable de comprendre les enjeux de ce monde.

      Plutôt que de critiquer le RIC, ils feraient mieux de faire de l’éducation populaire pour élever de peuple au lieu de toujours le rabaisser...


      • beo111 beo111 16 février 13:40

        @mac

        Je fais les deux mon Colonel, je critique et j’éduque.

        Je réclame donc un salaire double.


      • placide21 19 février 09:44

        @mac
        Oui le RIC est indispensable a l’évolution de notre système social , ce RIC serait en outre un parfait outil pour casser la REPRODUCTION des riches ,des oligarques laquelle mène au népotisme ,au despotisme  ; lorsque nous l’auront adopté nous nous demanderons comment nous avons pu vivre sans ; en fait nous n’avons pas le choix si nous voulons éviter le totalitarisme.


      • bernard29 bernard29 16 février 13:17

        Vous avez raison sur une chose ; c’est que le combat pour le RIC « canal historique » était mené par Yvan Bachaud. Chouard s’y raccroche à la faveur du mouvement des gilets jaunes , mais le vrai combat de Chouard , c’était le tirage au sort de tout le personnel politique.

        Votre projet, présenté, ici se rapproche donc des propositions de Chouard mais vous vous plaisez à complexifier encore plus cette incongruité en tirant au sort le collège des 577 grands électeurs, qui ne seront pas les députés, mais les personnes chargées de nommer pour chacune d’entre elle son propre député, à sa botte.

        Enfin c’est ce que j’ai compris, et à mon avis, de précision en précision, la gueule se rapproche de la queue..


        • beo111 beo111 16 février 13:44

          @bernard29

          Je ne complexifie pas par plaisir mais par nécessité.

          Tirer au sort des députés est incompatible avec la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948.

          D’autre part sur le fond et sur la forme des députés tirés au sort seraient irresponsables. Ça ne changerait pas grand chose à la situation actuelle me direz vous mais je suis pour le progrès humain : il faut responsabiliser les gens pour qu’ils évoluent.


        • maQiavel maQiavel 16 février 14:40

          @beo111

          « Je ne complexifie pas par plaisir mais par nécessité ».

          ------> Ce qui est également notre cas. Donc vous reconnaissez de vous-même que l’argument « le peuple a besoin de choses simples » ne tient pas.

          La question n’est donc pas de savoir si une solution est simple ou non mais suffisamment efficace pour répondre à une problématique donnée (ici l’institution de la souveraineté populaire) . Ensuite, ce n’est qu’à efficacité égale qu’on doit choisir les propositions les plus simples.


        • beo111 beo111 17 février 06:40

          @maQiavel

          Je complexifie par rapport au tirage au sort des députés, c’est vrai, mais il faut comparer avec ce qui est comparable, c’est-à-dire avec le mode de scrutin actuel aux législatives, ou avec le RIC que vous proposez.

          Car dans l’absolu on pourrait dire que pas de représentant, c’est encore plus simple. Pas de loi, aussi, c’est encore plus simple.


        • Alren Alren 16 février 13:33

          Le système des grands électeurs est utilisé pour l’élection des sénateurs : c’est une élection de politiciens par des politiciens.

          Ce que les gens ne veulent justement pas !

          Le système du référendum où il faut répondre par oui ou par non n’est pas le meilleur en théorie. Le meilleur, c’est de donner à choisir entre plusieurs textes concurrents. Et de permettre le vote par points : je préfère le texte B au texte A et lui donne plus de points, mais les deux sont estimables. En revanche je ne donne aucun point au texte C.

          Les mathématiques démontrent que ce système respecte le mieux la volonté de l’électorat, qu’il est le plus démocratique.

          Ce système incite l’électeur à comparer, donc réfléchir et non à voter pour ou contre selon que la question est rédigée par tel ou tel, sans voir plus loin que son a priori.

          De même pour le référendum révocatoire : il s’agirait de faire une élection partielle. Car révoquer un élu entraîne qu’il faut le remplacer.


          • beo111 beo111 16 février 13:48

            @Alren

            Vous n’avez pas lu l’article avec suffisamment d’attention. Il y a une grande différence entre ce que je propose et l’élection des sénateurs.


          • Alren Alren 16 février 16:50

            @beo111

            Qu’ils soient élus par des élus ou par des tirés au sort sur une liste de volontaires (qui seraient donc déjà des personnes auto-sélectionnées, car beaucoup de gens ne seraient pas intéressés par la fonction pour des raisons multiples dont souvent un sentiment d’incompétence) les citoyens « ordinaires » n’ont pas la parole. Et ce n’est pas démocratique.


          • beo111 beo111 17 février 06:43

            @Alren

            Je sais pas où vous avez lu cette affaire de volontaires. J’ai écrit « corps électoral ». Corps électoral c’est corps électoral, c’est pas « volontaires ».


          • JL JL 16 février 13:41

            L’heureux gagnant du tirage au sort n’a plus qu’à attendre peinard, que les enchères montent ; Quand au métier de politicien, ce n’est pas cette aimable plaisanterie qui en sonnera la fin.

             

            Sauf erreur, Paul Valéry a écrit : « Ce qui est simple est toujours faux. Ce qui ne l’est pas est inutilisable. »

             

            Nuance donc.


            • beo111 beo111 16 février 13:53

              @JL

              Merci pour la nuance.

              Il est entendu que chaque grand électeur recevra une allocation équivalente à un mois de salaire de député, pour éviter les corruptions les plus nombreuses.

              Maintenant c’est clair que c’est pas ça qui va mettre fin au métier de politicien, mais ça va tout de même un peu démocratiser l’affaire.


            • JL JL 16 février 14:22

              @beo111
               
              ’’chaque grand électeur recevra une allocation équivalente à un mois de salaire de député, pour éviter les corruptions les plus nombreuses.’’
               
              Vous plaisantez j’espère !
               


            • beo111 beo111 16 février 14:31

              @JL

              Ben non. Même avec ça l’élection coûte de 10 à 100 fois moins cher que les scrutins de masse actuels.

              D’autre part, une fois l’élection terminée le grand électeur redevient un simple citoyen, donc quelque part responsable de son choix devant son entourage et les gens qui habitent près de chez lui.

              Donc l’argument « ouais mais Bob m’a filé 10 000 euro pour que je vote pour lui » ne tient pas si le contribuable lui a de toute façon donné un petit truc.


            • JL JL 16 février 14:37

              @beo111
               
              apparemment, l’un de nous deux ne comprend rien à ce dont parle l’autre.


            • JL JL 16 février 14:38

              @beo111

              ,
               
              pour ma part, je parle ici de corruption, de corrupteurs et de corrompus. Comment allez vous vous y prendre pour l’empêcher ?



            • beo111 beo111 16 février 14:47

              @JL

              On ne peut pas résoudre le problème de la corruption aussi facilement. Par contre ce qui est possible c’est de changer le cadre pour la freiner.

              Le problème du système actuel c’est que les candidats qui ont une chance de gagner sont corrompus AVANT même l’élection, et que comble du comble, le corrupteur va récupérer sa mise dans nos impôts du fait du remboursement des frais de campagne.

              Dans un système de grands électeurs tirés au sort, les corrupteurs ne connaissent pas à priori les électeurs, donc ils ont moins de temps pour tenter de corrompre, et surtout, ils ne se feront pas rembourser de frais de campagne sur notre dos !

              Corrupteur, c’est tout un métier vous savez smiley


            • JL JL 16 février 14:52

              @beo111
               
               ’’On ne peut pas résoudre le problème de la corruption aussi facilement’’
               
               C’est bien ce que je m’évertue à vous dire : un mois de salaire !!! Pfff.
               
               smiley
               
              Vous êtes un sacré pince sans rire, vous !


            • beo111 beo111 16 février 14:54

              @JL

              Très bon le sketch de la Bajon. Mais là je le répète, je parle de corruption avant et pendant l’élection. Après l’élection, c’est un autre sujet, et le fait que le député perde toute légitimité dès que son grand électeur trouve qu’il abuse un peu trop pourra contribuer à limiter certaines ardeurs.


            • beo111 beo111 16 février 15:11

              @JL

              « un mois de salaire !!! Pfff. »

              On peut augmenter si vous voulez mais il ne faut pas oublier que c’est une élection, pas une loterie...


            • JL JL 16 février 17:58

              @beo111
               
               vous ne comprenez pas vraiment ? Ou bien vous ne voulez pas comprendre ?
               
              Le tirage au sort c’est une chose ; les grands électeurs c’en est une autre. Moins il y a de GE, et moins c’est coûteux d’acheter leur vote.
               
               On peut accepter un tirage au sort des grands électeurs, mettons, 1000 par circonscription. C’est plus cher, d’acheter quelques centaines de voix que d’en acheter une seule.
               
               


            • beo111 beo111 17 février 06:51

              @JL

              Ce que vous proposez oblige certes le corrupteur à débourser plus d’argent. Mais d’une part, pour lui l’argent n’est pas un problème. Et d’autre part vous enlevez de la lisibilité, vous ajoutez de l’opacité. Et ça, le corrupteur il aime bien. Il aime bien travailler à l’ombre, à l’abri des regards, masqué par une certaine complexité institutionnelle. Ce sont, selon lui, de bonnes conditions pour travailler quelqu’un.


            • JL JL 17 février 08:39

              @beo111
               
              Faut-il comprendre que vous acceptez le principe de la corruption dans le domaine de la démocratie représentative ?
               
              A quoi bon alors des élections ou le tirage au sort ? Il suffirait que l’on mette les postes de députés aux enchères publiques ; au moins l’argent de la corruption reviendrait dans les caisses de la collectivité.
               
              Question : croyez vous en la théorie du ruissellement ?


            • beo111 beo111 18 février 05:56

              @JL

              Ce que vous ne voyez pas, c’est l’aspect responsabilisant pour les grands électeurs. Après, c’est sûr que si le sort désigne comme grand électeur le parent d’un enfant malade (je parle pas d’un rhume), ben j’ai comme l’impression qu’un millionnaire va aller à l’AS. Et dans ce cas personne ne va viendra casser la gueule au grand électeur par la suite.

              Mais ce cas est loin d’être une généralité. Je le répète, après l’élection le grand électeur redevient un citoyen normal. Il est responsable. Alors c’est sûr que si le grand électeur reçoit suffisamment d’argent pour aller faire sa vie ailleurs, ben oui, il va se laisser corrompre si :

              • il en a rien à foutre se son pays
              • il a reçu beaucoup, beaucoup d’argent
              • il n’espère pas, ni lui ni quelqu’un de sa famille, revenir en France un jour

              Ça arrivera, mais cela restera très minoritaire dans l’Assemblée Nationale. Alors que dans le système actuel, il y a une majorité de députés qui sont ultra-corrompus, mais personne n’est responsable. Les députés se déchargent de leur responsabilité sur leurs électeurs, car c’est d’eux dont ils tirent leur légitimité. Et les électeurs ne sont pas responsables, car d’une part le vote est anonyme, et d’autre part individuellement il est très peu décisif.

              J’ai commencé un autre article centré sur cette question de la responsabilité, car c’est vrai qu’elle est centrale, mais, vous en savez quelque chose, je dois le retravailler avant de le proposer à publication.

              Pour ce qui est de la théorie du ruissellement, je n’y crois pas, mais j’en profite. Et c’est un autre sujet il me semble, mais il n’est pas dans mes plans d’en faire un article.


            • JL JL 18 février 07:53

              @beo111
               
               hé bien si je ne le voyais pas, ce n’est plus le cas, et ça ne change rien à ce que je vois par ailleurs : je persiste et signe, c’est donc inutile que que répète ici< ;
               
              Vous avez cru que je vous demandais de faire un article sur la théorie du ruissellement ? Nooon ! Une seule réponse de votre part à la question suivante me comblerait : vous en profitez comment ?
               


            • JL JL 18 février 12:37

              @beo111

               
              Vous ne croyez pas en une politique qui marche pour vous ?
               
              Vous êtes déconcertant.
               


            • beo111 beo111 19 février 06:33

              @JL

              « vous en profitez comment ? »

              Eh bien comme vous dites, je vois de l’eau qui ruisselle, je comme je me suis débarrassé des chaînes du salariat j’ai la liberté de mouvement nécessaire pour aller jusqu’au ruissellement, ouvrir la gueule, et boire.

              Par contre je persiste et signe que je ne crois pas à la théorie qui va avec pour les salariés, car il est vraisemblable que j’en avais ils ne boiraient pas grand chose.

              « Déconcertant », ça me va.


            • JL JL 19 février 08:24

              @beo111
               
               et il ne vous est pas venu à l’idée que si le ruissellement ça ne marche pas c’est à cause de vous et tous ceux qui se comportent ainsi ?
               
               Si vous êtes un petit profiteur, vous êtes néanmoins solidaire de fait des gros abuseurs.


            • placide21 19 février 15:32

              @JL
               Le discours de la pyramide et du ruissellement des riches vers les pauvres est une arnaque, en réalité c’est un entonnoir qui permet le ruissellement des pauvres vers les riches.


            • beo111 beo111 20 février 05:52

              @JL

              Vous, vous voudriez que ça fonctionne, moi je n’y crois pas, c’est différent.

              Et je ne comprends pas votre reproche : que devrais-je faire ? embaucher des gens et bien les payer ? C’est niet, je suis contre le salariat, et c’est pas moi qui définis le SMIC. Petite parenthèse, j’ai soumis à la modération récemment un article dans lequel j’ai consacré plusieurs paragraphes à l’idée qu’il faudrait augmenter le SMIC de manière très significative. Vous ne pouvez pas vous imaginer les pressions que j’ai reçu d’un modérateur pour que je supprime mon article sous prétexte qu’il s’y sentait offensé smiley

              Autre solution, redevenir moi même salarié ? Non mais on arrête les délires tout de suite JL...

              D’autant plus qu’ainsi je collecte pas mal de TVA pour mon pays, la France, et je paye un max d’impôt sur le revenu. Je suis donc de facto plus solidaire avec les classes populaires qu’avec les gros profiteurs.

              Non pas que je les préfère, mais elles en ont le plus besoin.


            • JL JL 20 février 08:11

              @beo111
               
              Si vous n’avez pas de salariés et n’en embauchez pas, comment, pouvez vous percevoir des subventions destinées à embaucher ? Quelles subventions ?


            • beo111 beo111 21 février 06:08

              @JL

              Je ne reçois aucune subvention destinée à embaucher, ni aucune subvention tout court d’ailleurs. Je travaille, et je reçois en échange de cela des honoraires. Visiblement nous ne parlions pas de la même chose.


            • Julien S 16 février 13:43

              Les Suisses ont le ric depuis longtemps. En 1984 ils l’ont employé pour interdire les ULM, comme ça, parce que ça les défrisait. Moi, c’est les joueurs de pelote basque qui m’ennuient.

              Je pilote en revanche l’ULM que je me suis construit.

              En 2005 les Confédérés Helvétiques ont créé une classe purement suisse de prétendus ULM, les « écolight » qui n’offraient presque aucun avantage en termes d’accessibilité financière, et qui notamment exigeaient le brevet de pilote d’avion pour être utilisés ! 

              En 2014 ils ont autorisé les ULM réels, mais seulement électriques. Vous connaissez le principe de la voiture électrique : c’est techniquement parfait, mais avec le poids de batteries voulu il n’y a plus d’autonomie. Avec les ULM c’est pareil sauf qu’avec le poids des batteries emportables dans un Ultra-Léger-Motorisé, le problème est exacerbé. On peut faire quelques dizaines de minutes de ronds dans l’air à faible vitesse. 

              Alors personnellement, le ric... 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès