• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > D’une civilisation à une autre

D’une civilisation à une autre

 La civilisation judéo-chrétienne était basée sur l’autorité, l’amour, le dédain de l’argent (au moins formellement) et une organisation patriarcale de la famille. Une transition vers une autre civilisation où ces valeurs disparaissent ou s’effacent est en cours, elle concernera toute la planète.

 Pour un investisseur, un homme se résume à un bilan comptable, un rapport coût-bénéfice. Toute notion de sacré qui réunirait les humains au delà des différences est bannie : ils doivent devenir des semblables, des pareils, des êtres sans ces aspérités qui freinent les efforts de rassemblement autour du manager. Les sacrés peuvent réunir des différences (ou les faire au contraire s’affronter) : ils doivent disparaître pour ne laisser place qu’aux intérêts d’êtres identiques. Ceux qui se reconnaissent dans des valeurs doivent donc être neutralisés : les nations doivent s’effacer, les partis politiques doivent devenir de simples gestionnaires de l’immédiateté, les religions doivent se cantonner aux rituels sans portée pratique, les savants ne doivent plus être les maîtres de la connaissance. 

 Les identiques doivent se conformer au politiquement correct qui ne consiste pas à vouloir éliminer le racisme, le sexisme mais à ne plus les évoquer à moins d’utiliser les tournures de phrase recommandées. Personne ne peut (ou ne devrait) détester quelqu’un pour ses différences, mais la méthode employée permet plus de gommer les apparences qu’à accepter les dissemblances. Le formatage des masses populaires par l’immense majorité d’une minorité ne se fait pas par la Raison, l’explication, mais fait appel aux émotions, aux émois, à l’affectif, moyens jugés plus sûrs de pouvoir convaincre la multitude ignorante. C’est ainsi que la justice contraignante pour tous laisse la place à la compassion qui ne concerne que les plus sensibles. L’ensevelissement par les affects touche tous les secteurs même les domaines scientifiques ou technologiques. On doit par exemple choisir, parmi d’envahissantes publicités, entre envoyer des dons pour lutter contre le cancer ou la maladie de Charcot. On doit se décider à être pour ou contre le nucléaire, être pour ou contre l’utilisation du glyphosate, être en faveur du silicium poly-cristallin plutôt que monocristallin pour les cellules solaires… Les critères de choix pour les non spécialistes est de l’ordre de la lubie : il faut croire l’expert que l’on préfère, mais experts comme spécialistes appartiennent à un tissu d’intérêts. La faculté de raisonner est réservée à la seule élite préservée des tumultes, celle qui investit, les autres doivent se contenter d’images infantilisantes destinées principalement à leur donner l’impression qu’ils décident de quelque chose.

 Le conditionnement du vulgum pecus se fait aussi par la vibrionisation des individus : plus le temps de réfléchir entre deux SMS, deux coups de téléphone, deux courriers électroniques : les pièges affectifs préparés pour conduire les foules aux endroits souhaités peuvent produire leur plein effet.

 La possession des biens de production ou des moyens de distribution est le seul critère d’appartenance à l’élite du monde de demain. Toutefois, les combats pour la domination, inévitables dans toute société organisée, subsisteront même au sein du peuple. Les luttes doivent donc être canalisées pour être transversales par rapport à l’état de fortune pour ne pas retomber dans la pourtant inévitable lutte des classes. Le féminisme et ses combats actuels doivent se comprendre à cette aune. Si, par simplisme, on dote la femme de la parure de l’amour et l’homme celle de la domination, les luttes d’émancipation féministes semblent bien correspondre à un combat de libération vers un monde pacifié ou du moins plus pacifique, proche de l’idéal chrétien de fraternité. Abattre le besoin névrotique des mâles pour les jouissances immédiates semble bien un prérequis pour atteindre un monde où l’harmonie remplacerait, au moins partiellement, les rapports de force. C’est en tout cas un idéal qui en vaut bien d’autres. Il faudrait cependant peut-être évité de moderniser par trop le « Tuez-les tous (les hommes), l’Amour reconnaîtra les siens » maxime constante de toutes les révolutions.

 Les Etats-Unis sont la première puissance militaire, économique, idéologique et culturelle du monde : le monde futur sera à l’évidence à son image. George W. Bush après le 11 septembre 2001 n’a fait que rappeler la stratégie constante de son pays : "Soit vous êtes avec nous, soit vous êtes contre nous", ce qui suppose que dans le doute vous serez éliminé. Les Etats-Unis sont très divers en leur sein, les habitants du Kentucky ont peu de choses en commun avec un New Yorkais, les communautés ethniques sont fortement installées, une grande variété d’églises coexistent. Le lien qui assure la cohésion et qui permet de faire une nation est le goût de tous pour l’argent et leur fierté d’être américain (toutes classes sociales confondues). Le mode de fonctionnement du capitalisme financier a fortement amoindri les capacités industrielles des USA, principalement au profit de la Chine. Pour préserver le leadership américain, il était impératif de proposer une nouvelle révolution industrielle, cette révolution sera celle des services technologiques. 

 La création, la fabrication, la production constituent le cœur de toute société, mais c’est la distribution qui maintenant corsette l’ensemble du monde économique. Google ne créée aucune information mais il domine son accès, Amazon ne produit rien mais il tend à monopoliser la distribution, Facebook n’offre aucune possibilité de rencontrer autrui mais il oblige à passer par son intermédiaire pour se faire des amis. Les GAFA permettent plus encore de ficher la quasi-totalité de la population mondiale dont, pour chaque individu, on va connaître avec une grande précision les goûts, les habitudes, les passions, les détestations, les pratiques sexuelles et, grâce à la géolocalisation présente dans les portables, les déplacements, les rencontres virtuelles, les rencontres réelles et le degré d’intimité manifesté à chacune de celles-ci. Il est ainsi collecté une somme de renseignements dont les régimes totalitaristes antérieurs n’osaient même pas rêver. De plus, les programmes informatiques actuels sont susceptibles de retrouver une information précise enfouie au sein d’une multitude d’autres. Les services technologiques donnent accès à un contrôle des individus comme des populations qui s’apparente de près à un totalitarisme néo-libéral.

 Si l’on fournit à un ordinateur suffisamment de données précises et couvrant tout le champ utile, il est possible de prévoir d’une façon fiable le temps qu’il fera mais aussi ce qu’il adviendra lorsque des mesures économiques sont prises. La Banque Mondiale et une multitude d’autres organismes fournissent pour tous les pays du monde le PIB par habitant, les indices d’inégalités, le taux de pauvreté, la quantité d’émission de dioxyde de carbone, le taux de vaccination contre la rougeole, la proportion de femmes ayant achevé l’école primaire… Un modèle de fonctionnement du monde peut donc être construit et l’effet d’une mesure prise localement peut être anticipé. Le monde macroéconomique peut être dirigé rationnellement. 

 La nouvelle civilisation qui se met en place est donc facile à cerner : quelques uns, les plus fortunés, vont dominer la planète, les autres vont devenir des humanoïdes sensibles aux seules émotions et les quelques derniers, mêlant tous les gens de la pensée, tenteront vainement de rester libres. L’Amour, but jamais atteint de l’ancienne civilisation, sera remplacé par l’apparence de l’amour. Mais qu’un couple connaisse l’Amour est déjà tellement rare, était-il raisonnable d’espérer le voir émerger d’une collectivité ?

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.55/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

49 réactions à cet article    


  • gaijin gaijin 28 février 2018 16:54

    l’amour n’étant pas objectivable il n’ y à pas lieu de s’en occuper
    pensée fondamentale du positivisme comtien qui est bel et bien une religion française ( la sociologie )
    « Une transition vers une autre civilisation....... »
    elle est déjà en place depuis longtemps même si quelque part des poches de résistances subsistent encore et toujours, voir le point de vue de l’engagé baleine a ce sujet  :
    https://www.youtube.com/watch?v=1pYJBJrkAeI
    « j’y suis déjà dans un monde merdique »


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 28 février 2018 17:32

      @gaijin
      Il y a 1000 façons de rendre concret l’Amour, c’est d’ailleurs la seule valeur dont la concrétisation soit possible et utile. C’est vrai que l’émiettement de la civilisation judéo-chrétienne a commencé il y a un siècle environ, mais ce n’est pas une transition du premier ordre, il n’y a pas de saut brusque mais plutôt une déliquescence.


    • gaijin gaijin 28 février 2018 17:47

      @Jacques-Robert SIMON
      je n’ai pas dit concret j’ai dit objectivable .....mais vous m’avez compris


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 28 février 2018 19:45

      @gaijin
      Objectivable : Faire passer de l’état de donnée intérieure à celui d’une réalité extérieure correspondante, susceptible d’étude objective


    • titi 1er mars 2018 09:49
      @Jacques-Robert SIMON

      « C’est vrai que l’émiettement de la civilisation judéo-chrétienne a commencé il y a un siècle environ »

      D’après certains elle commence très précisément le 1er novembre 1755.

    • titi 1er mars 2018 09:49

      @titi
      *il commence


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 2 mars 2018 15:32

      @titi
      Non, je ne pense pas.


    • Rincevent Rincevent 28 février 2018 17:46

      Dans le même état d’esprit que votre article, je viens de terminer ‘’Métamorphose du bourgeois’’ de Jacques Ellul. On ne dirait jamais que cet ouvrage est paru il y a 41 ans ! A part des détails technologiques qui n’existaient pas à son époque, tout y était annoncé…


      • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 28 février 2018 19:48

        @Rincevent
        J’ai lu quelques uns des livres de M. Ellul et j’en fus impressionné.


      • Jean Roque Jean Roque 28 février 2018 18:02

        Le totem du gauchiste est un sexe sur un portefeuille, il y a longtemps que les marxistes, où affiliés le savent, de Ellul effectivement à Clouscard.
         
        Les algorithmes, en récoltant des infos et en se basant sur les lois existantes tendent à reproduire le système, à « anticiper vos besoins » c.a.d à les créer à l’identique déjà connu, mémorisé du big data.
         
        Le bobo et un touriste dans son propre pays.
         
        L’immigré un colon.
         
        Et les vaches capitalistes seront bien gardés dans le multiculturel multiethnique, « intouchables » film montrant cette collusion.


        • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 28 février 2018 19:50

          @Jean Roque
          On laisse le sexe pour tous, mais on réserve l’argent pour certains (et leurs descendants).


        • Diogène Diogène 28 février 2018 18:07

          La « civilisation judéo-chrétienne » n’existe pas.

          La civilisation chinoise, elle, existe : elle a plus de 3000 ans.

          La civilisation « occidentale » existe aussi : elle a ses racines dans l’antiquité babylonienne d’où viennent entre autres le mythe du déluge et les premières idées mathématiques et s’est prolongée dans le monde grec, suivi du monde romain et puis des invasions germaniques, le socle sur lequel se sont construits d’abord la féodalité puis le capitalisme. L’Église catholique est, du point de vue de son organisation, un avatar direct du Bas Empire romain et ce n’est pas par hasard si le Vatican est à Rome. Il faudrait plutôt parler de civilisation gréco-romaine & germanique que « judéo-chrétienne ».

          C’est la folie meurtrière de la 2e Guerre mondiale qui a forgé cet accouplement de mots par remords chez ceux qui avaient participé à la destruction des Juifs parmi les chrétiens luthériens et catholiques, avaient des remords et voulaient se racheter. Une manière de le faire a été de proclamer que tus les européens appartenaient à la même branche humaine, la branche « judéo-chrétienne ».

          Le terme était aussi pratique dans la guerre froide. Socialisme, communisme, marxisme, anarchisme n’étaient pas sortis du ventre judéo-chrétien. Ils n’appartiennaient pas à notre culture. Ils avaient le Mal comme origine. Et puis l’islamisme a pris le relais. Le terme « judéo-chrétien » est devenu la clé de voûte de la théorie du « choc des civilisations » promu par Bush et toujours en vogue. Le paradoxe, c’est que l’extrême-droite, malgré ses traditions antisémites difficiles à nier se pose aujourd’hui comme défenseur de la « civilisation judéo-chrétienne ».


          • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 28 février 2018 19:53

            @Diogène
            Pourquoi pas gréco-romaine mais j’ai peur que l’on comprenne moins facilement ce dont je parle.


          • Jean Roque Jean Roque 28 février 2018 18:22

            Et oui, la libido assistée, extase des mêmes indifférenciés et donc indifférents en réalité, juste connectés à travers l’écran, convivialité virtuelle pour le grand remplacement du café et de l’église de la place du village.

            Faite des peuples une masse d’uniques où de tribus, de la culture une mode, de la vision politique un activisme du bien-consommer, de l’homme un narcissique ultime
            Mais cette domination par l’hypostase des besoins et du particulier, fut elle formelle et technologiquement asservie, comme l’est la libération de n’importe quelle force productive, contient en elle-même sa dangereuse contradiction.


            • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 28 février 2018 19:55

              @Jean Roque
              Les contradictions existent en effet, mais le conditionnement en faveur du système n’a jamais connu une telle perfection.


            • Jean Roque Jean Roque 28 février 2018 23:08

              @Jacques-Robert SIMON
              Individualisme forcené et universalisme absolu se conditionnent réciproquement. Mais sentiment de l’isolement social dans l’infini technique. Une personnalité allant vers « l’informe de l’illimité ». L’homme faustien est réellement solitaire. Il se détache de la polis, non seulement en tant que personne, mais aussi en tant que personnalité. Mais le principe d’une personnalité impérissable est un grand défi lancé aux maîtres de ce monde.
               
              La contradiction n’est donc pas dans la mise en pratique de la domination, elle est dans cette pensée dominante. Il n’y aura pas 9 milliards d’immortels.


            • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 1er mars 2018 08:08

              @Jean Roque
              Vous avez raison, beaucoup souhaitent survivre à leur vie. Je considère que c’est la pire des plaies d’Égypte : je ne survivrai pas mais je connais maints bonheurs plus immédiats.


            • Jean Roque Jean Roque 1er mars 2018 09:59

              @Jacques-Robert SIMON
              Pour ses vacances, le bobo de gauche va prendre son Boeing en Prius.
              La doxa en appelle à une nouvelle sainteté. Après l’apologie consumériste libératrice, l’anti-consumérisme sauveur : écologisme, spécisme, végétarisme, bouffer des sauterelles dans une bétaillère collective du green-washing.
              La domination libéral-libertaire, le capitalisme de la séduction appuyé sur toute la puissance de conditionnement cybernétique, dans une démographie galopante, doit quand même maintenir son modèle capitaliste : Un nouvel épicurisme, des plaisirs « écolo responsables », mais toujours l’esclave migrant pour servir.
              L’amélioration du niveau de vie est assez formelle : le prix de l’immobilier explose, l’espace vital se dégrade dans le béton de banlieue où la désertification, la surface habitable de chacun chute, le bassin parisien, la cote d’azur, les Alpes sont bétonnées pour la surponte africaine importée, le vrai lien social disparaît dans le multi-akulti, fin du peuple, du pays, de la famille pour des liens virtuels.
              Quand le pharaon Pépi refusa le livre des morts, qui donnait l’immortalité, au peuple, ce fut la 1ère révolution de l’histoire. Le grec antique était jouisseur, et guerrier à la fois. Nietzsche dit qu’il n’est pas possible de le ramener.


            • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 1er mars 2018 10:37

              @Jean Roque
              Pépi 1er : Le déclin de l’Ancien empire commence durant son règne. (Wikipédia)


            • sls0 sls0 28 février 2018 19:06

              Interessant article, si on y rajoute la fin des ressources, ce profil de futur pour la population colle assez bien avec cette diète annoncée.

              L’autre n’existant plus dans un monde de petits « je », facile à manoeuvrer tout ce beau monde.
              Vive le marketing, cette phrase c’est pour les dominants, ceux qui auront le pouvoir de l’argent, pour les autres, les bêlements suffiront.
              Je réside dans un pays pauvre ce qui me laisse entrevoir le futur des pays aisés. Facile à manoeuvrer le pauvre, histoire de castes c’est tout.

              • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 28 février 2018 19:57

                @sls0
                La fin prochaine des ressources explique la frénésie actuelle pour imposer la transition.


              • pipiou 28 février 2018 20:27

                « La civilisation judéo-chrétienne était basée sur l’autorité, l’amour, le dédain de l’argent .. »

                Vous êtes sûr ??
                Regardez mieux le 20eme siècle : guerres mondiales, génocides, la femme inférieure à l’homme, les homosexuels persécutés, etc, etc ...
                Sacré valeurs que vous semblez regretter !

                Contrairement à ce que vous affirmez les masses sont beaucoup moins formatées qu’à l’époque où c’était le Président de la république qui commandait le journal télévisé.
                Elles sont mieux éduquées, c’est une évidence.

                Alors parler de « multitude ignorante » est plutôt exagéré, voire méprisant pour l’individu moyen.


                • Diogène Diogène 28 février 2018 20:52

                  @pipiou

                  elles sont plus instruites (pas éduquées), mais aussi bien mieux manipulées
                  de même que la réclame a fait place à la publicité, bien plus élaborée, la propagande a fait place à la « communication ».

                • pipiou 28 février 2018 21:04

                  @Diogène

                  Et vous croyez que les citoyens modernes ne connaissent les pièges de la publicité, sauf vous bien sûr.
                  Sérieusement ?

                  Qu’ils n’ont jamais entendu parler de propagande, de manipulation, etc...
                  Sérieusement ?

                  Alors vous vous êtes au fait des techniques de communication et de manipulation, mais pas les autres.
                  Et comment vous faites pour être aussi supérieur à vos semblables ?


                • Diogène Diogène 1er mars 2018 07:37

                  @pipiou

                  je suis manipulé comme tout le monde,mais j’essaie de résister.
                  les résistants ne constituent jamais la majorité de la population qui, même si elle connait la réalité, préfère collaborer en espérant en tirer profit...
                  je ne suis supérieur à personne.

                • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 1er mars 2018 08:15

                  @pipiou
                  En Union Soviétique, dans presque toutes les cuisines, on discutait politique, on échangeait des samizdats, on réfléchissait... C’était la même chose en France d’une autre façon. Le Journal télévisé était le journal du gouvernement, et on le savait. Maintenant, les informations délaient une idéologie fausse mais efficace pour dominer.
                  Lorsqu’on parle d’une multitude on ne méprise personne, c’est en s’adressant à des individus précis qu’on peut l’être.
                  L’époque que vous évoquez était celle de Sartre, Camus, Brel, Léo Ferré, Brassens et tant d’autres.


                • QAmonBra QAmonBra 28 février 2018 21:17

                  Merci @ l’auteur pour le partage.

                  (. . .) « La civilisation judéo-chrétienne était basée sur l’autorité, l’amour, le dédain de l’argent » (. . .)

                  Les musulmans et autre orientaux ayant servi de casse-croutes aux croisés, les amérindiens génocidés pour faire de la place, l’esclavage industrialisé et intercontinental des africains pour, entre autres, enrichir certains, et tous les « indigènes » victimes des guerres et massacres coloniaux, vont applaudir à tout rompre à cette « civilisation », dont certains d’entre eux rêvent encore et en vain !

                  Plutôt talmudo-« chrétienne », voire mue par un « christianisme » talmudique la prétendue civilisation ?

                  (. . .) "La nouvelle civilisation qui se met en place est donc facile à cerner : quelques uns, les plus fortunés, vont dominer la planète," (. . .)

                  Je dirais même qu’ils ont l’intention de se l’approprier foncièrement !

                  Tiens encore les mêmes ! Décidément ils ont de la suite dans leurs idées et c’est manifestement une très vieille histoire. . .


                  • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 1er mars 2018 08:16

                    @QAmonBra
                    Je fais part de la doctrine, pas des faits.


                  • karim 1er mars 2018 08:56

                    L’expression « civilisation ou tradition judéo-chrétienne » est une invention politique récente des sionistes juifs aux Etats-Unis, pour emmener les Chrétiens dans leur traquenard.


                    • Jelena Jelena 1er mars 2018 09:14

                      @karim >> (...) pour emmener les Chrétiens dans leur traquenard.
                       
                      Sachez que c’est typiquement français de dire « judéo-chrétien », dans les autres pays européens, on ne dit pas judéo-chrétien, ni islamo-chrétien mais tout simplement « chrétien ».


                    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 1er mars 2018 10:33

                      @karim
                      Chrétien, judéo-chrétien, lorsque j’utilise cette qualification il n’y a aucun sous-entendu.


                    • périscope 1er mars 2018 19:43

                      @Jacques-Robert SIMON

                      Pour vous peut-être, mais pour les quelques FRANCAIS qui croient incarner les « lumières », le terme « Chrétien » est à bannir


                    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 1er mars 2018 21:23

                      @périscope
                      Bannir le terme chrétien est aussi stupide que prétendre que nous ne sommes pas blancs.


                    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 1er mars 2018 10:38

                      L’amour est un scandale qui ne peut se vivre que CONTRE le système. On ne peut avoir le beurre et l’argent du beurre. 


                      • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 1er mars 2018 14:01

                        @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                        L’amour est en effet contre le système.


                      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 1er mars 2018 14:16

                        @Jacques-Robert SIMON


                        Lire Eros et Antéros De Denise Braunschweig. Si nous sommes en désaccord avec la société actuelle, il faut vivre au-dessus, en dessous ou en dehors et préserver son « jardin secret »....

                      • zygzornifle zygzornifle 1er mars 2018 10:54

                        Avec Macron la civilisation judéo-chrétienne est en train se convertir au veau d’or pour certains et les autres connaîtrons encore plus la misère ....


                        • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 1er mars 2018 14:03

                          @zygzornifle
                          C’est exact. La philosophie est simple : les pauvres des pays riches vont s’appauvrir et les riches des pays pauvres s’enrichir afin, il est espéré, d’avoir une convergence.


                        • Vincent Frédéric Stéphane 1er mars 2018 13:57

                          La civilisation actuelle peut être qualifiée de mécaniste. Elle a débuté avec le discours de la méthode de Descartes et avec Galilée et Newton comme praticiens.

                          Ses postulats de base sont la toute puissance de la raison et une Réalité raisonnable.

                          Ils ont été invalidés par Gödel et la mécanique quantique.

                          La civilisation de la conscience émerge de partout. Ses postulats de base sont fournis par Vahé Zartarian et Basarab Nicolescu. La conscience est la réalité de base, la raison doit être guidée par le cœur et la Réalité est constituée de niveaux contradictoires dont la cohérence est assurée par un domaine sacré.

                          Les problèmes insurmontables actuels trouveront des solutions immédiates dès que notre vision de la Réalité aura changé. Cela a évidemment déjà commencé.

                          Entre temps, le pire et le meilleur se côtoieront.

                          Le pire perdra car il contient toujours du bien.


                          • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 1er mars 2018 14:07

                            @Vincent Frédéric Stéphane
                            La Raison est incompatible avec la « toute puissance ». Plus elle progresse, plus le doute s’installe.
                            Les notions de bien et de mal ne peuvent pas être discutées en quelques mots, mais je pense que le contraire de l’amour, ce n’est pas la haine (une autre forme d’amour) mais la domination.


                          • JC_Lavau JC_Lavau 1er mars 2018 14:09

                            @Vincent Frédéric Stéphane. Ces délires vulgarisés en standard m’ont convaincu qu’il fallait faire quelque chose pour une vulgarisation correcte. Ce qui m’a emmené plus loin que prévu.


                          • Vincent Frédéric Stéphane 1er mars 2018 17:18

                            @Jacques-Robert

                            Il y avait quand même des personnes et non des moindres qui rêvaient d’une science qui expliquerait tout de l’univers.

                            Je vous suis sur le contraire de l’amour et j’irais même plus loin, le contraire de l’amour est l’absence d’amour.


                          • Vincent Frédéric Stéphane 1er mars 2018 17:20

                            @JC_Lavau

                            Merci pour le lien qui ouvre sur des lectures que je ne manquerai pas.

                            Ceci étant, vous devriez reconnaître que les petites choses ne respectent pas la logique des grosses.


                          • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 1er mars 2018 21:21

                            @Vincent Frédéric Stéphane
                            Les scientifiques dans leur immense majorité n’ont jamais tenté de tout expliquer, c’est ce qui fait la différence d’avec les religions.


                          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 2 mars 2018 11:49

                            @Jacques-Robert SIMON


                            J’aime beaucoup Kabaleb, un homme qui a mal commencé dans la vie, mais a su ses remettre en question : associant Freud, Jung et la Cabbale. Proche des Roses-Croix. Comme toujours, garder le meilleur,...

                          • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 2 mars 2018 11:58

                            @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                            Je ne suis pas amateur de mystères.

                          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 2 mars 2018 12:05

                            @Jacques-Robert SIMON


                            Vous scientifique, moi artiste. Deux personnalités différentes. Mais la scienre (genre Rapport Kinsey sur la sexualité est bien maigre quand il s’agit d’approcher l’Amour qui justement se nourrit du MYSTERE). Vous devez être rempli de contradictions,....

                          • Paul Leleu 1er mars 2018 21:25

                            article intéressant et assez juste. 


                            C’est la base de l’idéologie américaine : chacun croit pouvoir tirer son petit morceau du gâteau. Alors que dans la réalité on se fait piller par une oligarchie. 

                            C’est comme le boursicotage ou la loterie : il faut beaucoup de perdants pour qu’il y ait une minorité de gagnants. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès