• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Dans la tête de François Fillon

Dans la tête de François Fillon

Le François Fillon de ces derniers mois ne peut pas se décrypter avec les lunettes de la rationalité et du discernement. L’enchaînement des incohérences et des contradictions n’aurait alors aucun sens. Et ils en ont un. L’homme et sa posture, qui est souvent une imposture, n’entrent plus dans un cadre où le raisonnement suffirait à comprendre des attitudes et des comportements devenus illisibles.

L’objectif de François Fillon n’est pas de gagner ou de perdre la Présidentielle. L’hypothèse pourrait surprendre. Elle est contre-intuitive. Cet enjeu est secondaire. Son enjeu majeur, et même vital, est de sauvegarder une intégrité psychique attaquée de toute part. Pour reprendre, la conclusion de Spinoza sur l’aspiration des hommes : chacun « s’efforce de persévérer dans son être ». En clair exister. Ne pas se fragmenter puis s’effondrer de l’intérieur. Tenir debout. Tenir bon. Ne pas s’autodétruire mentalement. L’objectif de l’ancien premier ministre serait celui-là. Seule cette hypothèse est à même de rendre compréhensible la stratégie de communication du candidat, sa résistance inhumaine et, plus largement, sa démarche politique obstinée.

Les indices contenus dans une communication riche en déclarations sont signifiants. Les spécialistes de ce domaine le savent : l’on communique ce que l’on est. Les abords de l’âme se révèlent au détour d’un mot, d’une formule ou à travers la grammaire du corps. Ces traces laissées au fil des phrases confirment bien que la communication se situe au carrefour de la psychologie et de la politique.

Jusqu’au bout !

« J’irai jusqu’au bout ! » n’a-t-il cessé de marteler durant des mois. La curiosité conduit à se demander ce qu’il y a derrière un message répété en boucle et tellement fondamental pour son locuteur. Elle est trop simple pour ne pas être complétée par une autre interrogation : au bout de quoi au juste ? Parler uniquement du scrutin présidentiel semble limitatif. La complexité de l’esprit ne peut se nourrir de ce type de raccourcis. Elle ne serait pas rassasiée. « Le bout de quoi ? » Peut-être le bout d’un rêve, le bout d’une image de soi idéalisée, le bout de l’honnête homme qui ferait le lien entre une image voulue, vertueuse, et une image perçue, vénielle.

Seul

« Je suis le seul … à proposer une alternance, à vouloir agir, à incarner une vraie rupture, à avoir un cap, à proposer un espoir, qui peut avoir une majorité, qui veillera à notre fierté nationale, qui ait autre chose à proposer à la France qu’un écran de fumée ou un statu quo déplorable… » Cette litanie de « je suis le seul » est étrange pour un homme pudique qui d’un coup fait montre d’un narcissisme débridé. Nous pourrions entendre, « je suis seul ». Un aveu pour retrouver une cohérence avec son parcours de solitaire, d’homme secret et discret qui lui a été longtemps reproché. La suite des phrases pourrait révéler les états de son âme. D’un homme déboussolé d’avoir été démasqué et ayant perdu le « cap » alors que « l’écran de fumé » se dissipe. D’un homme au bord de la « rupture » et dont la « fierté » a été meurtrie. En parlant de la France et de son programme, il parlerait de lui. Il chercherait une alternative, une ligne de fuite pour reconquérir son intégrité et sauver sa peau.

Sublimer son « moi »

Retour au 29 novembre dernier. A la surprise générale, l’ancien premier ministre remporte haut la main, et avec 44% des suffrages, les primaires de la droite et du centre. Il était à 10% quelques mois auparavant. Il était moqué. Pour un esprit normalement constitué, et une fois passées les émotions fortes, ce triomphe ouvre un accès royal à la fonction de Président de la République. Le doute n’est plus permis ou alors par coquetterie et fausse modestie. Cela ne semble pas être le genre de la maison. Le rêve d’une vie est à portée de main. Celui dont l’éducation verrouillait les émotions allait pouvoir se délivrer en sublimant son « moi ». Cet horizon ne faisait pas de doutes.

Quelques mois plus tard, patatras, l’impensable se produisit. Le Penelopegate, il serait plus de juste de parler de Fillongate, et ses multiples rebondissements fracturent l’accomplissement du « presque » Président. Un mécanisme décrit par Karen Horney, psychanalyste allemande, se met en route : « Si vous voulez être fier de vous, alors faites des choses dont vous pouvez tirer fierté ». Et l’homme de la Sarthe n’est pas fier de lui. Il serait même pris par un sentiment de honte. Une honte, une culpabilité qui le conduirait sur le chemin destructeur du « mépris de soi »

Péché capiteux

Seul recours désormais : la pénitence. « Je suis chrétien » affirma-t-il comme ultime aveux. Une déclaration inhabituelle pour un candidat. Une déclaration en forme de confession. Confession d’un péché d’orgueil, d’un péché d’argent, d’un péché capiteux. L’homme est nu. Il ne peut plus reculer et doit aller « jusqu’au bout ! ». Au bout de sa pénitence. Au bout de sa mortification, au point même de faire référence à un suicidé que tout sépare : Pierre Bérégovoy. François Fillon ne sait plus où trouver une rédemption pour reconstituer une estime de soi disparue. Le désespoir le conduit à prononcer des mots et à mener des actes incohérents. Et de se souvenir, de cette humiliation devant 65 millions de français lorsqu’il fut traité par son patron, le Président de la République, Nicolas Sarkozy, de simple « collaborateur », lui, le Chef de Gouvernement d’une des plus grandes nations du monde ! Silence et bouche cousue. Trop cousue. Trop longtemps. Alors, lorsque vient l’heure de la résurrection, la victoire se rapproche, il n’est pas question qu'elle « nous soit volée » sauf à admettre de voir se dérober ce qu’il reste du respect de lui-même.

Dans un ultime aveu, il en viendra à le dire « Je ne vous demande pas de m’aimer... » Mais personne ne lui avait formulé un besoin d’amour pour lui accorder, en contrepartie, un bulletin de vote. C’est pourtant l’histoire qu’il s’est raconté et a voulu partager. Un homme qui parle d’amour durant une campagne qui en manque tant, de mort, de Di.eu en s’affiliant à « Sens Commun » (anti mariage pour tous, anti-avortement) qui le sauva des eaux un après-midi au Trocadéro. Un homme qui ne renonce pas pour aller « jusqu’au bout » et qui ne cesse de le clamer, en ânonnant inlassablement ses discours semaine après semaine, devrait être écouté, au moins par charité judéo-chrétienne. Cet homme et ses tourments intérieurs mérite-t-il d’accéder à la fonction suprême ? Il mérite en tout cas d’apaiser ses intimes turbulences. La communication poussée aussi loin révèle des vertus psychanalytiques. Sera-t-elle capable de panser les blessures profondes de l’âme ? S’il gagne, il deviendra un monarque républicain absolu. A l’inverse, son camp le clouera au pilori. Dans un cas comme dans l’autre, le chemin de croix intérieur se poursuivra pour … « aller jusqu’au bout ! »

*Laurent Sabbah, Conseiller en communication, formateur et auteur de « La communication expliquée à mon patron » Johnson & Brownson Publishing, 334 pages, Amazon.fr


Moyenne des avis sur cet article :  3.39/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

74 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 20 avril 14:18

    S’il est élu, la fête du slip va continuer, encore plus psychédélique qu’avant, mais s’il n’est pas élu, il pourra toujours se reconvertir comme chef de la sono au Zénith ou au stade de France, il n’y a que là que des amplis peuvent continuer à hurler avec des si grosses gamelles au cul !


    • Old Dan Old Dan 20 avril 23:44

      @Jeussey de Sourcesûre

      « Sors de ce corps, Goldman-Sachs !... »
      Je propose d’abord de l’exorciser avec un seau d’eau bénite,
      puis le goudron, les plumes et à poil à travers la France qu’il aime tant...
      .
       [... et ensuite Sarko, Gattaz, Macron, Hollan... etc. Héhé ! ]


    • Trelawney Trelawney 20 avril 14:18

      Déjà rien que le titre, ça fait peur


      • Alren Alren 20 avril 17:56

        @Trelawney

        Sûr que ce n’est pas un endroit à fréquenter !


      • JL JL 20 avril 14:23

        Bonjour Laurent Sabbah,

         
         ’’Cet homme et ses tourments intérieurs mérite-t-il d’accéder à la fonction suprême ?’’
         
         Drôle d’interrogation que vous posez là ! Est-ce que vous vous rendez compte de l’incongruité et l’impertinence de cette question ?

        • Laurent Sabbah Laurent Sabbah 20 avril 14:32
          @JL Au-delà du cas Fillon, je pense que l’incongruité est dans la crédibilité du discours politique : 9% selon l’étude Occurrence-Makheia. A partir de là, le citoyen peut, et doit, se permettre d’interpeller, « vertement », ses représentants. C’est ce que je crois !

        • JL JL 20 avril 15:20

          @Laurent Sabbah, 

           
          ne vous méprenez pas sur le sens de ma question : on ne cherche pas un candidat méritant mais un président à la fois compétent et probe. Il n’est pas honnête : c’est rédhibitoire.


        • foufouille foufouille 20 avril 14:26

          si il gagne, c’est que les électeurs sont des escrocs comme lui ou des gros neuneus.
          si il perd, il ira dans sa cabane au canada.
          avec zéro domestique, c’est super pénélope qui entretient ses 3000m2.


          • franc tireur 20 avril 17:54

            @foufouille

            On est ou la ? Au PMU ?

            Les francais sont un peuple très politique,ils ont assimilé la part du jeu médiatico judiciaire et ne voteront majoritairement pas pour des considérations morales. L’enjeu est tout autre, ideologique, presque civilisationnel.
            Avant de traiter les gens d’escroc merci de respecter la presomption d’innocence. Histoire de pas se retrouver con comme avec Woerth,blanchi a postériori .


          • jeanpiètre jeanpiètre 21 avril 07:21

            @franc tireur
            Woerth n a pas réellement été blanchi comme il le calme, il a bénéficié d’une entourloupe d avocat menant au non lieu



            • leypanou 20 avril 15:46

              Ce qui est surtout extraordinaire, c’est que quelqu’un qui renie ce qu’il avait dit puisse encore avoir autant d’électeurs potentiels.

              Des politiciens qui ont encore le sens de la dignité comme Bruno Le Maire n’ont pas hésité à le déserter, d’autres assurent le service minimum, et d’autres carrément ont quitté et ont rejoint E Macron, étant scandalisés par autant de manque de décence.


              • Fergus Fergus 20 avril 17:33

                Bonjour, leypanou

                Ce qui est particulièrement édifiant, ce sont les militants LR. Ce matin, ils étaient présents au marché et, à défaut de pouvoir avancer le moindre argument à ceux qui les interpellaient sur les casseroles de Fillon, c’est l’agressivité qui prenait le dessus.

                Pour un peu, on en viendrait presque à les plaindre s’ils ne soutenaient pas un imposteur aussi corrompu. A moins qu’ils ne soient aussi corrompus, aussi vils que lui ?


              • Robert Lavigue Robert Lavigue 20 avril 17:37

                @Fergus

                A moins qu’ils ne soient aussi corrompus, aussi vils que lui ?

                Encore des intégristes sociétaux ! Décidément, ils sont partout ! J’espère que vous avez pris les noms !
                Une petite épuration à la mode Fergus et tout ira mieux ?


              • foufouille foufouille 20 avril 17:52

                @Robert Lavigue
                c’est normal de se poser la question.
                ou ils sont des chiens obéissants.


              • Robert Lavigue Robert Lavigue 20 avril 17:59

                @foufouille

                Venant de toute autre personne que Fergus ou de l’un de ses comparses, la question serait légitime.
                Mais, venant d’eux...

                Signé : Un intégriste sociétal


              • foufouille foufouille 20 avril 19:48

                @Robert Lavigue
                c’est vrai qu’il est loin d’être impartial


              • izarn izarn 20 avril 22:23

                @Fergus
                Corrompu, non. Puisque c’est l’argent de l’Etat. Il n’y a donc pas corruption.
                Cessez de raconter n’importe quoi.
                Ensuite Hollande et Fabius qui défendent des criminels contre l’humanité, c’est à dire Al Nosra et Daesh. Qui tuent des enfants, les gazent, pour ensuite en accuser Al Assad...Comme Hollande.
                Les « alliés » qui protègent Daesh en faisant semblant de les attaquer...
                Peut-etre pas à Mossoul à coté des irakiens.... Mais Daesh est totalement instrumentalisé par les USA.
                Criminels en chef:USA.
                Basiques sur le terrain : Daesh.
                Qui était derrière Hitler et Mussolini ?
                Demandez à Cheminade, lui il sait...

                Mitterrand disait au soir de sa vie : « Nous sommes en guerre avec les USA »...


              • jeanpiètre jeanpiètre 21 avril 07:28

                @izarn
                Vous vous arrêtez au dernier quinquennat pour votre démonstration, il faut dire qu’ en remontant 2 ans avant, votre charge justifiés que les cahiers fauxcialistes tombe un peu à plat, on retrouve en effet le commercial de poutine et tous ses concurrents à la primaire des primates dans le même rôle de défenseur de daesh est al nostra dommage !


              • Fergus Fergus 21 avril 08:53

                Bonjour, izarn

                Je maintiens le terme « corrompu » - qui n’a rien à voir avec les notions de public et de privé -, et je vous invite à en vérifier la signification dans les dictionnaires. 

                Pour ce qui des autres points, cela relève de choix politiques, qui peuventt effectivement être exécrables, mais qui doivent être dissociés des questions de comportement et de probité personnelle.


              • arthes arthes 20 avril 17:21

                Fillon est juste mystique...Il se sent intimement porte par une mission.

                Je ne pense pas qu il veuille etre president pour la jouissance du pouvoir, ce n est pas un megalo comme Melenchon, je pense qu il desire appliquer son programme, parce qu il a foi en ce programme et qu il aime son pays,.

                Son parcours, il doit le vivre comme un chemin de croix, bin oui, il est chretien, ca change et c est pas une tare.

                Analyse basee sur l empathie, si quelqu un sait enfin ce que cela signifie vraiment !

                 

                • Alren Alren 20 avril 18:04

                  @arthes

                  Si vous aviez réellement un peu d’empathie et de finesse psychologique, vous auriez compris que Mélenchon ne veut pas le pouvoir pour lui à 66 ans mais que Fillon espère maintenant être élu pour bénéficier de l’immunité présidentielle comme Chirac ou Sarkozy avant lui et que c’est ça son obsession. Car dans un pays scandinave, ce qui lui est reproché le conduirait en prison direct.


                • PiXels PiXels 20 avril 18:14

                  @arthes
                  .

                  .
                  « Analyse basee sur l empathie, si quelqu un sait enfin ce que cela signifie vraiment ! »

                  « L’empathie », je pratique assez régulièrement.

                  Mais voyez-vous, avec un « Fillon »... j’ai un peu de mal !

                  Je ne ferai pas la liste exhaustive des motifs de cette incapacité.
                  Mais juste histoire de...

                  Je n’ai jamais habité dans un château, voyagé en jet privé aux frais de la princesse, personne ne m’a jamais offert des costards à 12 000 balles (et je n’en ai même jamais porté), mes mômes sont obligés de bosser pour se payer leurs études supérieures (et pas un boulot de feignant : aides-soignant dans un CRF), je n’ai jamais gagné 200 000 € juste en donnant trois conseils (version officielle)....

                  En résumé, c’est pas simple de se mettre dans la tête d’un escroc qui se prend pour un parangon de vertu !

                • arthes arthes 20 avril 19:07

                  @PiXels
                  Justement, il faut laisser ses prejuges de cote pour l approche emphatique .puisqu en outre il ne s agit pas de s identifier a..Ou de se mettre a la place de untel ou untel...


                  Ceci dit, je trouve l approche de l auteur de l article assez juste.

                  Fillon n est pas comme les autres.

                  On aime ou non, ca c est une autre histoire smiley



                • arthes arthes 20 avril 19:37

                  @Alren

                  Fillon etait extremement motive avant meme ces affaires, il travaille depuis des annees a son projet et aux primaires il le portait en lui comme s il s etait s agit de la chaor de sa chair.

                  Donc ce ne sont pas les affaires qui le contraignent a aller au bout, disons qu elles sont tombees etrangement au moment le moins opportun pour lui.

                  Ensuite nous aurons toujours des divergences de points de vues, mais qui peut dire qui detient l exacte verite ? La question restera en suspend.

                • PiXels PiXels 20 avril 19:42

                  @arthes
                  ..

                  .

                  « Justement, il faut laisser ses prejuges de cote pour l approche emphatique .puisqu en outre il ne s agit pas de s identifier a..Ou de se mettre a la place de untel ou untel... »

                  « emphatique » ou empathique«  ?
                  Lapsus (révélateur ?), ou ... ?
                  .
                  .
                   »L’empathie (du grec ancien ἐν, dans, à l’intérieur et πάθoς, souffrance, ce qui est éprouvé) est une notion désignant la compréhension des sentiments et des émotions d’un autre individu, voire, dans un sens plus général, de ses états non-émotionnels, comme ses croyances. Dans ce dernier cas il est alors plus spécifiquement question d’empathie cognitive1. En langage courant, ce phénomène est souvent rendu par l’expression «  se mettre à la place de l’autre  »...« 

                  Mais bon, acceptons !

                  Vous m’avez mal lu (ou je me suis mal exprimé)

                  Il ne s’agit aucunement de »préjugés".



                • arthes arthes 21 avril 08:41

                  @PiXels
                  Oui, je fais des fautes, helas d ailleurs.


                  L empathie ...On en parle de plus en plus mais difficile de trouver des definitions qui ne laissent pas place a l ambiguite qui amene a penser qu il s agirait d une forme de compassion plus sophistiquee.

                  Pour la definition que vous me postez, je releve l ambiguite car « se mettre a la place de l autre » dans le langage courant implique forcement « tenter de ressentir ce que ressent l autre » mais sans se departir de ses propres valeurs morales et tout en restant influence par les sentiments qu il nous inspire comme attirance ou rejet, et tout en se laissant aller a la contagion emotionnelle , de mani ere a le vivre « comme si c etait sois meme »

                  Hors empathie n est pas compassion et je tenterai d expliquer la demarche ainsi : Je dois percevoir le moi intime de l autre jusqu a devenir ce moi intime lui meme, sans que mon propre moi ne vienne polluer la perception que j en ai, sans que je ramene ce que je percois de l autre a mes propres valeurs morales et en oubliant toute emotions.

                  Autrement dit : je vais etre l autre parce que ma pensee liberee de l emprise de mon ego (et de mes propres valeurs de jugement) va plonger en lui afin de ressentir la vie de son ame.

                  Dans la compassion je vais m identifier a l autre comme si j etais lui mais avec mes propres perceptions morales, en ramenant a moi meme .

                  En empathie, je vais , me mettre a la place de l autre avec ma seule pensee je vais ressentir son moi sans eprouver d identificatio n pas plus que d emotion, je vais laisse mon ego comme une depouille pour etre « l autre » jusque dans ce qy il peut ressentir lui meme.

                  Reste a savoir qui est « je » ...Car ce faisant, si ce n etait pas le « je » qui decidait de ce qu il faut jeter l ego et diriger sa pensee, alors je deviendrais un legume, un etre sans volonte...

                  Desolee, je digresse encore un peu, mais sur un theme qui me taraude car je pense qu a notre nouvelle ere, l humain va developper de plus en plus, et naturellement, des capacites de cette nature(empathique) qui s eveillent peu a peu en chacuns et que nous en sommes aux balbutiements.




                • PiXels PiXels 21 avril 10:30

                  @arthes
                  .

                  .
                  Le lieu est mal adapté à ce genre de conversation (qui par ailleurs me passionne).

                  Pour faire simple je vais devoir écarter tout ce qui pourrait s’apparenter à de la fausse modestie.

                  Commercial puis « formateur » (de commerciaux) durant une quinzaine d’années, j’ai appris à « travailler » (et à faire « travailler ») une empathie « concrète et sincère ».
                  Cette « qualité », avec « l’écoute active » est à mon sens la clé de la réussite dans ce métier.

                  Mais elle se révèle peut-être encore plus précieuse dans la « communication au quotidien ».

                  Je vais tenter de vous faire comprendre le sens de mon premier commentaire par une métaphore (toujours pour simplifier mon propos).
                  Malgré cette expérience que je revendique, il me sera toujours pour le moins compliqué de « comprendre » les émotions ou/et les sentiments « ressentis » par un alpiniste au sommet de l’Everest, un pilote de la Patrouille de France, un astronaute en apesanteur, etc.

                  Je suis par contre beaucoup plus pessimiste que vous concernant l’évolution de la nature humaine qui tendrait à un éveil progressif dans ce domaine.
                  Je pense au contraire qu’à moins d’un changement radical de paradigme, l’ultra « libéralisme » débridé ne puisse déboucher que sur toujours plus d’individualisme et d’égocentrisme.

                  Le dé-tricotage méthodique des valeurs morales par une petite caste qui oeuvre à jeter « tous contre chacun » (diviser pour régner), la vertu remplacée par la compétition permanente et dans tous les domaines contaminent chaque jour un peu plus notre société.

                  En résumé (et en guise de conclusion).
                  Je ne jette pas le bébé avec l’eau du bain et n’affirme donc pas que « TOUT était mieux avant »
                  Mais je pense que nos anciens, puis que c’était LE sujet, étaient globalement capables de beaucoup (énormément) plus d’empathie que les générations actuelles.
                  Et pour l’instant, je ne vois guère de signaux permettant d’espérer une inversion de cette tendance lourde.

                • Harry Stotte Harry Stotte 21 avril 11:09

                  @arthes

                  Pour être quelqu’un d’autre, il faut posséder sa nature, son tempérament, sa mentalité, mais ce n’est pas assez. Il faut encore avoir accumulé tous les éléments qui ont constitué son vécu et contribué à façonner sa personnalité. 



                  En résumé, pour être quelqu’un d’autre, il faut être ce quelqu’un d’autre, et votre tentative n’est qu’un simulacre.

                • arthes arthes 21 avril 18:10

                  @Harry Stotte

                  Il s agit essentiellement de ressentir pour les comprendre les trefonds de l ame de l autre plutot que de prendre sa place, sans etre brouille par son propre affect, donc en laissant sa propre histoire de cote, donc sans l ego...Avec la seule pensee .

                  Le but de l empathie n est pas de juger mais de capter intuitivement et en toute lucidite qui est l autre derriere sa facade, derriere son ego, ce qui se cache derriere les expression de l ame et qui echappe a lui meme...Sans y mettre ses propres principes moraux.

                  Ce n est pas non plus de la psychanalyse qui reste dans le domaine realiste.


                  Sinon, c est de la compassion ou de l identification.

                  L empathie sort du champs du rationnel et de l emotif c est pourquoi je trouve que ce mot est trop souvent utilise et servi mal a propos.





                • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 21 avril 18:13

                  @arthes et surtout @Harry Stotte

                  Et en « humanisme » (très rapproché), elle s’y connait smiley


                • Fergus Fergus 20 avril 17:24

                  Bonjour, Laurent

                  « Il mérite en tout cas d’apaiser ses intimes turbulences. »

                  Précisément, cet apaisement ne passe pas par une fonction de chef d’état qui serait constamment polluée par les rappels de ses multiples et si choquantes turpitudes.

                  En revanche, la campagne sarthoise - agrémentée de temps à autre d’une retraite réparatrice à l’abbaye de Solesme - se prête parfaitement à cette quiétude retrouvée.

                  Electeurs, donnons cette chance à Fillon de retrouver la paix : ne votons pas pour lui ! smiley


                  • Alren Alren 20 avril 18:07

                    @Fergus

                    une fonction de chef d’état qui serait constamment polluée par les rappels de ses multiples et si choquantes turpitudes.

                    Surtout lors de ses déplacements à l’étranger.
                    À notre grande honte à tous de l’avoir comme Président. Quel mépris il attirerait sur la France et les Français !


                  • izarn izarn 20 avril 22:13

                    @Fergus
                    Mouiii....
                    Vous avez Daesh et Al Nosra : Ils tuent des enfants. Ils les appatent en leur promettant de la nourriture et des friandises. Ensuite une fois réunis, ils les gazent. Ils filment, puis disent aux merdias : C’est Al Assad....
                    Les USA ou « alliés » ont bombardé par « erreur » des syriens, ce qui a permis à Daesh à reprendre des positions, à Palmyre par exemple....
                    Hollande a fournit des armes à Al Qaida Syrie (Al Nosra). Il n’a de cesse que de vouloir bombarder Al Assad « qui ne mérite pas d’etre sur terre »...Au mépris des crimes atroces de Daesh.
                    Fabius sans se scandaliser outre mesure a demandé à reflechir (« Ca se discute ») si de fait Al Nosra faisait du bon boulot....Et ça se discute s’il faut les traiter de terroristes....

                    Bien !

                    Alors qui sont les criminels dans ce pays ?
                    Le mec qui paye sa femme et se fait offrir des costumes (Ultra courant chez toutes les stars des médias, hommes ou femmes) ?
                    Ou ceux qui collaborent avec des criminels contre l’Humanité ?

                    Vous n’etes pas un minimum dérangé ?
                    Votre haine de la droite ne vous pas un peu déraper ?
                    Et si la haine c’était chez vous les gauchos ?
                    Comment osez vous défendre des criminels ?
                     smiley


                  • jeanpiètre jeanpiètre 21 avril 07:34

                    @izarn
                    L un n empêche pas l autre, Fillon premier ministre a beaucoup oeuvré pour al nosra et la constitution d un pole al quaida en lybie


                  • Le Panda Le Panda 20 avril 17:34

                    « Bonjour,

                    A ne pas en douter, élu ou pas, un article qui marquera de par l’analyse que vous faites de la pensée humaine.

                    Une seule chose m’interpelle, vous êtes modéré dans vos propos et de là, peut partir un réel débat, qui à mon avis, ne porte pas sur la candidature ou pas de François Fillon. J’ai lu votre article à deux reprises, pour essayer de comprendre que tout un chacun n’est pas forcément »croyant« et que le fait de tenter de comprendre le comportement de l’homme, me semble nécessiter juste un peu plus qu’un article malgré sa qualité. Mais nous entrons en ces circonstances dans une forme de »déni« de soi-même. Ou voire encore une analyse bien plus grave qui dépasse le »narcissisme«  et je me suis posé la question en me disant est-il plus fort mentalement que Bérégovoy ? Puis qui peut dire en ces moments qu’elle sera sa réaction en cas de défaite ? En ce qui me concerne je me sens incapable de sonder à ce stade, l’esprit comme les pensées strictement de l’humain. Merci pour cet excellent exposé qui me laisse pensif et sur ma faim.

                    Cordialement. smiley  smiley »

                     


                    • arthes arthes 20 avril 17:43

                      @Le Panda

                      La defaite ?
                      Et bien il ira se ressourcer dans un monastere, un chretien ne se suicide pas, ce serait pour lui un pecher (grave) d orgueil, en revanche il va jusqu au bout , c est dans sa foi qu il puise ses forces de volonte et les aleas , la defaite en fait partie, sont des epreuves a affronter..
                      Souffrance, souffrance, le chretien est un maso qui aime ca.

                    • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 20 avril 17:45

                      @arthes

                      Comment vous êtes-vous détaché ? ^^


                    • Le Panda Le Panda 20 avril 17:53

                      @arthes
                      « Bonjour,

                      Je sors quelques instants profiter du soleil malgré le froid. Ma question interrogative était destinée à l’auteur. Toutefois merci d’être intervenu, je trouve votre affirmation un légère, quant à la valeur de la »Condition humaine« étant athée qui peut être capable de prévoir sa fin ? Personne, je ne pense pas une seconde que »le masochisme« appartienne à une religion plus qu’à une autre.

                      Merci » 


                    • foufouille foufouille 20 avril 17:54

                      @arthes
                      il a la foi, mais dans le veau d’or ..........

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès