• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > De l’importance des heures décisives de l’humanité

De l’importance des heures décisives de l’humanité

Il en est une à se remémorer : ce 20 avril 1889 voit naître celui qui se fera connaître aux hommes par le plus grand crime commis envers eux au cours du XX° siècle. A Braunau am Inn, un maigre bourg d’Autriche, Aloïs Hitler et Klara Pölzl deviennent les parents d’un nouveau-né prénommé Adolf, quatrième d’une famille de six enfants. Jusque là rien d’anormal dans le cycle immuable du renouvellement des générations.

Ce jeune homme attiré par l’art, à peine est-il entré dans le monde qu’il s’en voit refuser l’accès et subit par là même une intolérable flétrissure de son indomptable orgueil d’adolescent. Par deux fois, en 1907 et 1908 – double outrage envers celui qui se croit soulevé par les ailes du génie - il est refusé au concours d’entrée de la prestigieuse académie des Beaux-Arts de Vienne. On estime que ce jeune homme d’à peine dix-neuf ans, n’a pas assez de rigueur pour être autorisé à franchir les portes de cette vénérable académie de talents. Cette marque au fer rouge brûlera pour toujours l’âme de cet éternel persécuté.

Ainsi cette heure, d’un temps plusieurs fois millénaire, précipite les germes de la plus grande tragédie humaine à venir. À partir de cet instant, celui à qui les muses ont eu l’impudence d’ignorer ses talents, s’engage dans une sombre voie, celle qui donne l’élan à un inextinguible désir de s’imposer, et que le glaive du jugement de la société a déjà tranché à deux reprises. Ce chemin de Dante qu’emprunte cet esprit condamné, n’est qu’un aller simple pour la Géhenne.
Ce parvenu autodidacte ne cessera d’avoir ce sentiment qui consume son âme imbue d’elle-même : la seule production qu’il pétrit au fond d’une cellule sensée corriger une fois pour toute son ego mégalomane, Mein Kampf, n’a pas besoin d’ouvrir ses pages pour porter à notre connaissance ce ressentiment d’inhibition outrée qui l’a possédé aux âges où l’esprit se forge, en apposant dans sa plasticité juvénile la marque indélébile de la revanche. Son titre annonce à lui tout seul ce terrible et vain combat qu’il engage contre sa société, contre celle qui ne le reconnaît pas, lui, Adolf Hitler, véritable asphyxié des accents purs germaniques.

C’est justement vers cette matrice originelle, qui toujours se sent à l’étroit à l’intérieur de ses frontières, l’Allemagne, que s’oriente son regard assoiffé de revanche : sa haine rentrée qu’il développe envers ce monde extérieur qui ne le voit pas - contre ceux qu’il accuse de monopoliser toutes les positions avantageuses, contre les Juifs et de manière générale contre tous ceux qu’il n’estime pas mériter le droit de vivre parce que représentant cet Autre dont son âme a reçu la double offense dès sa prime jeunesse - fait alors son lit dans le redoutable sentiment pangermaniste, lui aussi fouetté par le traité de Versailles qui en voulant clore par l’humiliation son sursaut d’arrogance le fera exploser quand il en trouvera l’étincelle.
Et il le sent, celui qui hume le parfum de son temps à la manière du loup cherchant à localiser sa proie. L’annonce de l’armistice de 1918, dans une guerre où il a combattu, le fait irrémédiablement prendre le parti de la politique - les Arts s’étant très tôt défiés de lui. Il a compris, celui qui finalement se souhaite incompris, que ce nouvel arbre auquel il se fixe tel un parasite, le portera dans sa croissance vers les hauteurs de sa cime. Mais le destin ne pardonne pas à celui qui, violant les lois de l’humanité, veut atteindre les sommets de la domination sur les hommes : tel Sisyphe, il est condamné à pousser le rocher de sa puissance jusqu’au mont du pouvoir, pour le voir impitoyablement chuter avec lui dans l’abîme du néant.

Le contexte social et économique fournit un terreau des plus fertiles à cet enragé : lorsque la crise de 1929 se déclenche avec une violence inouïe, nourrie par le feu des Années folles, il est parvenu à la tête d’une machine électorale qu’il a façonnée de manière à la rendre aveuglément obéissante et redoutablement efficace. Car durant ces années 1920, où l’horreur de la Grande guerre se noie dans toutes les passions, lui aussi, à sa manière, exerce l’aiguillon de la sienne : la manipulation des masses. Très tôt, il constate que ce formidable pouvoir force l’écoute et pour peu qu’il soit incandescent, fait fondre toute résistance. Cet illuminé se croit l’homme providentiel que l’Allemagne attend, car il est issu de ses souffrances, de ses humiliations et s’est illustré pour elle dans cette guerre qui a fini par la ruiner, l’immortelle et pure Germania : l’arrivée d’un homme de la Providence est toujours délicate, pouvant cacher le démon destructeur derrière le masque de la rédemption.

Le peuple allemand quant à lui, est prêt, au bout de dix années d’un violent modelage psychique, à lui livrer les rênes de sa destinée : complètement aveuglé il marche sans le savoir vers le suicide. Lui seul pourra rendre à l’Allemagne sa grandeur prussienne et dominatrice. Lui seul, qui serine violemment son aversion envers ce qui n’est pas Allemand à la racine, peut débarrasser ceux qui volent le pain du quotidien et qui ont appauvri ces millions de travailleurs, avec une cupidité arrogante. Sa plume d’acier, plongée dans l’encre de l’intolérance, remplit son office ; sa voix d’airain, achève d’en frapper les consciences : le cœur des hommes dont on sait qu’il verse dans la haine lorsque sa société lui refuse le contentement, s’embrase instantanément dans une fureur aveugle, faisant remonter jusqu’aux plus primitifs sentiments barbares que chaque être humain porte en lui comme les gênes de ses tout premiers représentants. Lorsque les braises de sa puissance sont suffisamment ardentes, il ne lui reste plus qu’à insuffler et de ce souffle démoniaque son parti obtient aux élections de janvier 1933 la majorité absolue lui ouvrant les portes du pouvoir, voyant le vieux maréchal Hindenburg – le président invisible de la très éphémère République de Weimar - devant lequel il se présente, lui tendre d’une main faible et sans doute soulagée la clé de la puissance. Nommé Chancelier du Reich il peut enfin créer ce monde qui couronnera sa grandeur, hydre engendrée par son âme pathologiquement condamnée.
La funeste suite est connue : étouffée par sa propre folie, ayant entraîné son peuple à la ruine, au milieu des décombres de ses rêves chimériques de puissance, elle se soustrait à la vie et au jugement de son temps, cette âme au fond veule et faible. Incapable de s’ouvrir à l’altruisme, frappé par le démon dès son plus jeune âge, son égocentrisme surdimensionné finit de le consumer, à l’image de la légendaire tunique de Nessus.

Mais ô combien de victimes innocentes cette trajectoire autodestructrice laissa sur l’ardoise de l’humanité : l’insoutenable lourdeur toujours présente sur les lieux des massacres peut encore en témoigner, mais ce n’est qu’un pâle reflet de l’horreur dans laquelle le monde est alors tombé.Toutefois, ceux qui se sont produits sur la scène de l’Histoire trouvent toujours leur rôle dans la mémoire des hommes. Aux plus heureux la postérité, aux plus malchanceux aussi ; mais les fous, eux, servent la jurisprudence de cette mémoire : comment ne pas méditer cette heure qui, de sa cristallisation psychologique au plus profond de l’âme d’un jeune homme, l’intoxique d’infatuation et dans un instant très court à l’échelle du temps, cinq ans, le conduit à se rendre coupable du plus atroce crime commis contre l’humanité ; le conflit mondial dont il est le premier prévenu, provoqua l’anéantissement de 60 millions d’êtres humains - les autres.


Moyenne des avis sur cet article :  2.76/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

61 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 31 mars 2009 15:48

    coupable du plus atroce crime commis contre l’Humanité : l’anéantissement de 60 millions d’êtres humains

    il a pas fait ça tout seul , son comparse Joseph Doukachvili Staline en a une partie à son actif , des morts de la seconde guerre mondiale


    • Stephen W. 31 mars 2009 15:54

      Bien entendu, mais cet article, le premier envoyé, n’était qu’une première mouture, je vous invite à venir lire la version définitive sur mon blog.
      http://wwwtempsetespace.blogspot.com/

      Merci pour votre commentaire !

      À bientôt.


    • david354 31 mars 2009 17:20

      Commentaire représentant à la perfection la bien-pensance ambiante, quitte a réecrir l’histoire....
      Evidemment, Hitler ne pouvait pas etre arréte par un parfait democrate, vu le nombre de pertes qu’il fallait pour arreter les panzers.
      D’ailleurs, ces chers Ricains qui à l’epoque avaient déja les plus gros moyens, ont laissé le sale boulot aux russes.


    • antyreac 31 mars 2009 17:26

      Non ils n’ont pas laissé le sale boulot aux russes communistes mais tout simplement ces derniers ce sont si mal debrouillaient qu’ils ont eu 6 fois plus de pertes que les allemands


    • david354 31 mars 2009 18:11

      Heureusement pour vous que cette partie de l’histoire n’est pas sujette a la charia anti-revisioniste parce que vous auriez du souci a vous faire !
      "Les soviets se sont mal debrouillés " : oui il y’a eu des carnages ou Staline a été responsable mais en matiere de guerre, il est facile de faire ce genre d’analyse 65 ans plus tard...
      Ensuite, ils se sont d’ailleurs tellement mal debrouillés qu’ils ont du attendre plus de 2 ans l’ouverture du front a l’ouest !!!
      Mais vu comme le sujet est traité a l’école smiley, je ne m’etonne qu’a moitie de ce genre de commentaires simplistes...


    • Traroth Traroth 31 mars 2009 19:20

      Vous dites que les Russes seraient responsables d’une partie des morts de la Deuxième Guerre Mondiale. Les Etasuniens aussi, dans ce cas, non ?


    • Traroth Traroth 31 mars 2009 19:22

      Quand les Etasuniens ont débarqué en Normandie en 1944, le sort de la guerre était déjà décidé. A Stalingrad, en 1943. Facile, dès lors, de se poser en libérateurs...


    • Traroth Traroth 31 mars 2009 19:24

      Ce même débarquement en Normandie a été un carnage pour les soldats US. Bizarrement, on salue leur héroïsme, plutôt que de dire qu’ils se sont "mal débrouillés". C’est pourtant la tactique US habituelle et qui leur réussit toujours si bien : on arive la fleur au fusil avec l’assurance que l’ennemi épouvanté fuira immédiatement. Le Viet-Nam, la Somalie, l’Afghanistan ou l’Irak montrent bien ce que ça peut donner...


    • antyreac 31 mars 2009 19:36

      Les russes ont été armés par les américains a un moment crucial de la guerre ce qui leur a permis de

      remporter dans un premier temps la bataille de stalingrad puis la bataille de Koursk..

      Voilà la contribution des américains dans la 2ème GM


    • david354 31 mars 2009 20:17

      Oui, c’est vrai, tout comme le fait que les américains ont aussi participe au réarmement allemand, meme apres le debut de cette guerre... Le fameux pragmatisme americain...
      D’ailleurs, si Hitler était resté sagement a l’Ouest, il est fort probable que les ricains ne s’en seraient pas melé.
      Et entre les cocos a l’est et une europe de l’ouest nazie, il n’est pas sur que leur préférence eut été aux premiers


    • Yaka Yaka 31 mars 2009 21:02

      Mais quel ingratitude ...
      Ok vous aimez pas les américains d’aujourd’hui, faut avouer que Bush était pas spécialement malin ...

      Mais admettons quand même qu’ils sont venus nous délivrer, en sacrifiant des millers d’hommes ... ce que les russes n’auraient pas pu faire tout seuls.


      Ceux qui se sont le plus mal débrouillés dans l’histoire c’est les francais


    • david354 31 mars 2009 21:24

      non, vraiment aucune ingratitude envers les américains, au contraire, simplement le fait que leur tribut payé a la guerre ne se compare pas avec celui des russes.
      Disons que les soviets ont vaincu les nazis, les usa sont plutot venus pour empecher la sovietisation de l’Europe, ce qui etait très honorable quand on connait ce qu’est devenu le communisme...
      Il n’empeche que le discours ambiant sur le 50/50 sur les 2 fronts est une grosse contre-vérité historique qu’il faut corriger de la meme maniere que ceux qui contestent les chambres à gaz. 


    • Traroth Traroth 1er avril 2009 01:51

      @David354 : 100% d’accord. Encore qu’on pourrait discuter du rôle protecteur des Etats-Unis pendant la guerre froide. Ils nous ont mis en danger autant qu’ils nous ont protégé. Il suffit de se rappeller l’épisode de l’installation des missiles Pershing II en RFA...


    • LE CHAT LE CHAT 1er avril 2009 08:29

      @traroth

      l’attaque de la Pologne a été menée simultanément par l’allemagne et l’armée rouge ! et les massacres de Katyn , on sait aussi qui les ont commis ! de même , l’armée rouge a attaqué les pays baltes alors indépendants et la Finlande .....


    • paul muadhib 1er avril 2009 12:28

      @ david 354 , je mets un lien dailymotion de j pauwells a propos de son livre " le mythe de la bonne guerre" et l implication de societes americaines dans l allemagne hitlerienne , avant la 2eme guerre mondiale, et pendant. il est quand meme question de mal absolu, ...helas absolument recurant , dont les elites actives de TOUS les bords s en lave systematiquement les mains, en clair : c est pas nous ! c est les autres ,comme un enfant appeure de se faire prendre,
      Au dela de l obscurite il y a la lumiere..enlightment..pour sortir de l obscurite il faut entrer en territoire inconnu ...et le 1/10eme de cerveau que nous utilisons n est pas fait pour cela ,
      nous confondons capacites techniques et intelligence, pour ce mettre d accord sur le mot intelligence j ai mon dico latin : saisir par la reflexion,comprendre,savoir,discerner,etre connaisseur, s entendre a quelque chose.
      la capacite pour aussi avancee quelle soit n est ..qu une sale manie.
      Un auteur la bien dit d ailleurs : science sans conscience n est que ruine de l ame !
      On peur verifier l exactitude de ce propos tous les jours.


    • LE CHAT LE CHAT 31 mars 2009 15:51

      Milosevic a connu un destin un peu similaire , des rêves de grande Serbie finissant dans la ruine et le démembrement de son pays ....


      • Internaute Internaute 31 mars 2009 16:03

        Article débile, réducteur et mensonger dont le premier paragraphe donne le ton. Avec des pamphlets de ce genre vous n’informez personne mais semez le doute.

        Si vous cherchez une histoire honnête écrite par un historien lisez plutôt "Le 3eme Reich", écrit par John Toland et publié en 1975 aux éditions Double-Day aux Etats-Unis. (DD c’est un peu l’équivalent de notre collection J’ai lu). Un gros bouquin de presque 1000 pages qui, divisé en trois parties, retrace l’avènement, la splendeur et la chute de ce monsieur et de son régime.


        • Stephen W. 31 mars 2009 16:11

          Bonjour, j’ai juste frémi en lisant "splendeur" dans votre commentaire. De quelle splendeur est-il question ? La splendeur de la barbarie, de la haine et de l’intolérance ?

          Quel dommage que vous n’ayez pas eu le courage de signer votre commentaire. Il me conforte justement, les critiques les plus virulentes, prouvent que le coup a porté.

          Merci pour votre éclairage, j’ai besoin de m’améliorer.



          • Traroth Traroth 31 mars 2009 19:28

            Le nazisme n’est pas une civilisation en soi. Au contraire. Et on ne peut pas comparer des formes de civilisations primitives comme les Aztèques ou la Grèce antique avec le nazisme, ça n’a tout simplement aucun sens. Dans leur contexte, ces civilisations étaient ce qui se faisait de mieux. A l’époque du nazisme, c’était ce qu’il y avait de pire.


          • maxim maxim 31 mars 2009 17:48

            dans l’avènement d’Hitler ,vous avez également omis de noter qu’il a été aidé par de puissants lobbys financiers et industriels ,afin de barrer la route au communisme ...

            qu’il a été aussi aidé par le Groupe Thulé ,Hitler et Rohm étant férus d’ésotérisme ,aidé également par la Reichswehr Noire,association d’anciens officiers refusant le traité de Versailles ,et dissimulant des stocks d’armes de guerre interdites par ce traité ......
            Ludendorff et deux cent mille officiers du Kaiser avaient refusé l’armistice de 14-18 et voulaient une revanche ,invoquant la thèse du "coup de poignard dans le dos " dont les sociaux démocrates et les communistes étaient responsables .....et voulaient reprendre le pouvoir afin de rendre son honneur au peuple Allemand !


            • maxim maxim 31 mars 2009 17:57

              il faudrait que dans les millions de morts ,ajouter en plus de ceux des Russe ,ceux des Japonais auprés desquels les Allemands étaient presque des enfants de choeur !

              votre article n’est pas complet si ce n’est que pour nous faire un Hou le vilain croque Mitaine ! tout ça manque de rigueur et sent le copié collé de certains bouquins d’histoire ne donnant qu’un pâle aperçu d’un personnage ,avec pour thème " voilà jusqu’où peut mener la frustration .

              vous ne faites plaisir qu’à vous même !


              • ARMINIUS ARMINIUS 1er avril 2009 11:43

                Tout à fait d’accord, un peu trop élémentaire mon cher Watson !


              • Internaute Internaute 31 mars 2009 18:55

                Je persiste malgré la censure. La photo est un faux. Hitler avait une mèche qui lui barrait le front et ses cheveux étaient coiffés d’arrière en avant au contraire de l’homme de la photo. Peut-être qu’Avox ne veut pas prendre le risque de mettre une vrai photo du personnage mais alors qu’ils choisissent n’ilmporte quoi d’autre.

                De toute manière je ne comprends pas qu’un article comme celui-là soit publié sur Avox. Cela devient du roman-photo de hall de gare.


                • Internaute Internaute 31 mars 2009 19:19

                  L’auteur prétend appréhender la personnalité d’Hitler alors qu’il ne parle même pas de la première guerre mondiale et du sabotage du soutiens des civils par la presse de cette époque en Allemagne. C’est d’un ridicule sans nom. Aprés une conduite exemplaire dans les tranchées où il reçoit plusieurs décorations il est gazé et perd la vue pendant un mois. On le rappelle à l’arrière pour se soigner. C’est alors qu’il découvre comment certains négocient l’intendance militaire alors que dans les tranchées le soldat manque de tout. Aprés la défaite, la façon dont la presse a fait porter le chapeau à son chef Luddendorf le rend définitivement antisémite. Quand il dit "Plus un mensonge est gros et mieux il passe" il parle de la façon dont la presse a réussi à retouner l’opinion contre le général Luddendorf. Evidemment, aujourd’hui on prétend que c’est sa propre technique.

                  Ce qui est dommage avec ce genre de pamphlet est que les personnes qui ne prennent pas le temps de se renseigner finissent par le gober comme une vérité historique. Le mythe de la supériorité aryenne monté en épingle par les auteurs actuels n’est vraiment pas le trait principal du personnage. Hitler a mal tourné mais ses débuts sont ahurissants. C’est une bête politique comme il en existe une tous les 500 ans. Il a commencé tout seul dans les jardins publics de Munich en arranguant la foule du haut d’un cageot. Aprés le putsch raté de 1920 il est emprisonné. C’est là qu’il écrit Mein Kampf. Le plus étonnant est qu’il rallie à sa cause son juge, son avocat et les autres prisonniers. 

                  Il y a vraiment des choses intéressantes à écrire sur le personnage et l’Allemagne de l’entre-deux guerre sans besoin de remplir une page A4 d’épithètes superflus comme le fait l’auteur.



                  • Traroth Traroth 31 mars 2009 19:34

                    Cet article est en tout cas très commode pour détecter toutes sortes de petits nazillons visqueux...

                    "Il est toujours fécond, le ventre qui engendra la bête immonde", Bertold Brecht


                    • antyreac 31 mars 2009 19:50

                      Nazillons visqueux et fière de l’être en plus...

                      Question : Qu’est ce qui vaut mieux un nazillon visqueux où un communiste déprécié et pas fière de l’être ?


                      P.S A l’est de l’Europe les pays ce sont libérés du joug communiste qui est souvent appelé par la population locale : le fascisme rouge.


                    • maxim maxim 31 mars 2009 21:36

                      et bien donnez nous des noms ? allez y !


                    • Traroth Traroth 1er avril 2009 01:52

                      @antyreac (qui n’a pas choisi un nom très adapté) : et aucun des deux, c’est possble ?


                    • antyreac 1er avril 2009 09:08

                      oui c’est possible


                    • antyreac 1er avril 2009 09:12

                      Qui a choisi un nom très addapté ? peut être les parents du petit adolf ou joseph... ?



                    • foufouille foufouille 31 mars 2009 20:50

                      a cette epoque, tous les gouvernements etaient soit eugeniste soit tres racistes
                      adolf etait juste un essai


                      • abdelkader17 31 mars 2009 21:02

                        Quand on voit ce que les réscapés des horreurs nazis et leurs descendants ont perpétrés sur les populations du moyen orient on se demande si les lecons de l’histoire servent à quelque chose


                        • Stephen Watson 31 mars 2009 21:21

                          Le texte à présent en ligne est la version finale. Il inclut quelques corrections par rapport au premier article. Il concerne plutôt la forme que le fond ; car je le répète, loin d’être fermé et exhaustif, cet article n’est qu’un résumé d’un éventuel futur projet d’étude. Je vous invite à lire sur mon blog, les précisions importantes concernant l’esprit dans lequel j’ai entrepris d’élaborer cet article. Je sais bien que le sujet est en soi polémique, mais l’historiographie concernant cette période est loin d’être fermée. Tout travail de recherche historique, à partir du moment où il est opéré dans l’impartialité et à partir de nombreuses sources littéraires ou d’archives, mérite d’être engagé. Pour cet article, qui est le simple synopsys de cette éventuelle souhait de recherche, j’ai évidemment respecté le format, et évidemment on trouvera toujours des manques...

                          Merci pour vos commentaires, même incisifs. Ils me prouvent que la citoyenneté existe.


                          • Claude Simon Tzecoatl 31 mars 2009 22:02

                            "e conflit mondial dont il est le premier prévenu, provoqua l’anéantissement de 60 millions d’êtres humains - les autres."

                            hitler n’a pas provoqué que de la mort et de la désolation, il a provoqué du progrès (en lequel juste ciel il ne croyait pas), à savoir la bombinette.

                            Bref, peut on mettre cela sur le compte de l’appel du temps, de la civilisation, face à sa barbarie, il y a contribué.

                            Ce schéma se reproduira-t-il avec la crise actuelle ? Certains intimement le souhaiteront (propulsion de l’humanité dans un nouvel élan progressiste, dans une nouvelle donne), d’autres maudiront le fait que nous devions passer par de telles horreurs pour construire une nouvelle conscientisation.

                            Pour ma part, Hitler a provoqué la fin de la guerre militaire entre démocraties, il serait heureux que nous prenions acte de la fin de la guerre économique, avant qu’une crise actuelle nous explique qu’elle ne mène à rien, sauf à plus de crise économique. Voeu pieux pour l’heure, hélas.


                            • Hieronymus Hieronymus 31 mars 2009 22:50

                              Bonsoir
                              j’aime bien les articles decales mais celui-ci me laisse un gout de superflu
                              l’auteur ds un style tres litteraire (formules ampoulees) ne fait pas oeuvre d’historien car il tend a accumuler les approximations (je ne vais pas en faire l’inventaire) et me semble passer a cote de l’essentiel ..
                              bcp plus interessante est l’histoire secrete du nazisme que celle de ce medium (Hitler) completement instrumentalise par des forces et des elements qui le depassaient totalement, le type avait certes des "qualites" mais comme Staline reste un personnage assez insignifiant, catapulte au devant de la scene par une suite de circonstances "incroyables", on prefere l’oublier ..


                              • ykpaiha ykpaiha 31 mars 2009 23:28

                                En lisant cet article, un malaise m’a pris a la découverte que la seule volonté d’un homme ait a elle seule perverti, l’espace qui l’entourait au point de faire corps avec lui.
                                Je trouve le propos bien malsain et simpliste, car certes l’opportunisme et le vice ont bien aidé le personage mais que dire des circonstances.
                                Elles aussi se sont pliées a son diktat ?
                                Bien sur que non et cela fait partie de la volonté actuelle, de faire accroire a un accident de "mere nature",les Nazis dépeints comme venu d’ailleurs illuminés par un ecervelé revenchard n’étaient pas des OVNIs, ils étaient bels et biens Allemands.

                                L’Allemagne était nazi avant même que le nazisme n’ait pris le pouvoir, entre classe Prussienne avide de revanche et pour cause le reich (ou lAllemagne d’aujourd’hui si vous préferez) ne pouvait se faire sans eux, une populace asservie par le Kapital qui lui faisait payer ses mensonges et tromperies et la classe bourgeoise étourdie de ses nouvelles prérogatives...
                                Le reste ne fut qu’épisode avec la complicité internationale de ceux qui appartenaient aux memes clans et dont les intérets furent convergeants.

                                Il est de bon ton de faire ad hominem le procès du nazisme en oubliant l’Allemagne, comme aujourd’hui faire le procès de tel ou tel patron en oubliant ou faire croire d’omettre les évenements qui ont conduits a ces dérives et qui eux sont les vrai coupables...Mais silence
                                A force de tout édulcorer on finit par penser que le destin de l’homme ne repose que sur ses propres choix, au malheur de vous décevoir, vous vous trompez et par la meme trompez le lecteur.


                                • Stephen Watson 1er avril 2009 01:10

                                  Merci pour vos doctes précisions. En effet, je me suis aperçu d’une erreur dans la phrase. J’évoquais la nomination au poste de Chancelier par le président Hindenburg, en janvier 1933. Je sais bien qu’entre les élections et la nomination, il s’est écoulé trois mois de préparation à la prise du pouvoir. De la même manière que le système de la présidentielle américaine.
                                  Et oui, âgé à ce moment là de 86 ans, le président était faible. Il est d’ailleurs décédé l’année suivante.

                                  Je vous remercie, cette erreur technique dans la syntaxe avait échappé à ma correction.





                                • Stephen Watson 1er avril 2009 01:34

                                  J’ai pris compte de vos remarques ; elles me sont utiles, car malgré les multiples relectures, il arrive de ne pas voir l’évidence. J’ai modifié le texte publié sur mon blog en tenant compte de celles-ci.

                                  Je vous invite cordialement à y contribuer avec un sujet concernant la littérature, la publication d’extraits d’ouvrages ou encore d’essais personnels dans le domaine des sciences humaines.


                                • Blé 1er avril 2009 09:25

                                  je ne doute pas un instant de votre sincérité dans votre démarche pour expliquer la guerre de 39 avec Hitler.
                                  Ceci dit, seul, Hitler n’était pas plus nocif qu’un autre mais malheureusement, il n’était pas tout seul, derrière lui il y avait la puissance des industriels et des banquiers U S A et des Europens. Vous le savez bien, ces derniers préféraient une guerre plutôt que d’améliorer le sort des travailleurs car pour eux travailleurs = communistes. Vous le savez bien.

                                  Aujourd’hui on nous explique à longueur de temps que ce qui ruine les industriels et les banques ce ne sont pas les jeux de la bourse mais les salaires et les acquis sociaux des travailleurs. Une bonne petite crise et hop, on revient à l’âge d’or du capitalisme et des banquiers des années 1850.

                                  Vous devez savoir que ceux qui gouvenent vraiment sont très discrets, ils mettent des "petites" mains style Sarko pour faire ce qu’il faut faire afin que les puissants gardent la main sur tous les pouvoirs. Ils possèdent les journaux (les journaliste avec car c’est eux qui les payent) et les moyens de communications pour leur propagande. L’aristocratie économique d’aujourd’hui est à peu de chose près la même que celle d’hier. Avec des gens qui expliquent "l’histoire" par un petit bout de la lorgnette, ces aristocrates peuvent dormir tranquilles, leur chateau est bien gardé.


                                  • Le péripate Le péripate 1er avril 2009 09:45

                                    Les communistes vainqueurs ont si bien réécrit l’histoire qu’il se trouve encore des gens pour croire à cette fable sans fondements du fascisme idéologie de la bourgeoisie et du national-socialisme soutenu par la finance...


                                  • foufouille foufouille 1er avril 2009 11:02

                                    @ peripâte
                                    ce sont les vainquers qui ecrivent l’histoire
                                    la round table a ete cree en 1729


                                  • Le péripate Le péripate 1er avril 2009 12:21

                                     C’est gentil, ça, péripâte. C’est vrai que je le suis, bonne pâte. smiley La round table ? Kesaco ?


                                  • foufouille foufouille 1er avril 2009 19:48

                                    @ peripate
                                    pas fait expres, mes doigts deconnes
                                    le debut du NWO
                                    une assemblee de bourgeois et de banquiers qui voulait renverser les rois
                                    comme quoi, au debut c’etait bien comme ford. des bons capitaliste


                                  • cappa 1er avril 2009 09:32

                                     t’aurais pas trop lu E.E SCHMITT par hasard ? ca ressemble quand même fortement à "la part de l’autre"...

                                     Sinon, a voté non, j’ai les mêmes infos sur mon livre d’histoire ou wikipedia


                                    • Pierrot Pierrot 1er avril 2009 10:18

                                      Bonjour à l’auteur,

                                      Les ouvrages consacrés à Adolf Hitler navigue souvent entre deux extrêmes : pour résumer :


                                      - Hitler, pantin de la droite Allemande et de son armée humiliée par le traité de Versailles (coup de poignard dans le dos !)


                                      - Hitler, dictateur qui a soumis le peuple allemand par la force ...

                                      Je pense que la vérité est entre les deux hypothèses mais il faut tenir compte du terrau allemand des années 1920-30, en particulier,


                                      - Allemagne vaincue, humiliée et se sentant trahie par les "Rouges",


                                      - Taux de chomage et d’inflation extrêmement élevés (brouette de billets pour acheter du pain ...)


                                      - Les campagnes aux mains des Hoberaux conservateurs, (dans l’ensemble les villes ont peu voté Hitler),


                                      - Traité de Versailles très dur : indemnités, livraison de charbon d’acier ... alors que le peuple est dans une misère noire (famines ...)


                                      - Sentiments de certains Allemands que les riches et les Juifs s’en sont mieux tirés ...


                                      - un fond antisémite ancien et important, présence de guettos de Juifs (n’existaient plus en France par exemple)


                                      - Armée humiliée et cherchant une revanche.


                                      - Une extrême droite puissante, riche car soutenue par les gros industriels.

                                      Ce terrau était donc favorable à l’arrivée d’un dictateur qui de plus a été un bon orateur charismatique.

                                      Bonne journée.


                                      • Kalki Kalki 1er avril 2009 10:44

                                        Pour savoir comment on vous manipule :

                                        Sur agoravox TV

                                        Observons le Charisme en Politique 	 	 Pour tout savoir de Sarkozy, Le Pen, Ségolène, Bayrou et les autres. Ce qui fait la différence en politique, c’est le comportement d’un candidat, ses gestes, sa voix, ses mimiques, indépendamment des mots qu’il prononce pour affirmer ses convictions : on appelle cela le CHARISME.

                                        Notre cerveau visuel détecte un visage souriant ou anxieux en 1/10ème de seconde. Il suffit de voir pendant une seconde la photographie du visage de politiciens inconnus pour leur attribuer ou non de la crédibilité. Mieux... les visages préférés sont ceux des candidats qui seront élus... Des recherches utilisant l’IRM fonctionnel ont démontré que chez les sympathisants d’un leader sont activées les zones du cerveau qui correspondent au plaisir, à la joie, avec une dilatation inconsciente des pupilles. Chez les opposants, les aires du cerveau sont celles de l’agressivité, du mépris, avec une contraction des pupilles.


                                        • CAMBRONNE CAMBRONNE 1er avril 2009 11:05

                                          Mon cher Watson

                                          Je n’ai rien contre le fond de votre article , vous dites en termes fleuris ce qui est généralement admis par l’ensemble des historiens . Mon prof de Français aurait dit : style un peu pompier !

                                          Le dernier post fait un point assez précis des limites du sujet .

                                          Ce qui est frappant par contre ce sont les réactions débiles sur le role de tout un chacun dans cette guerre . Evidemment c’est encore la faute aux ricains .


                                          Je conseille aux admirateurs de l’ex union soviètique de se renseigner en lisant quelques livres . Un des derniers est "la bataille de Moscou" .

                                          Je crois qu’il est avéré que le grand JO avait fait zigouiller les trois quart de ses officiers avant la guerre .

                                          Les pertes soviétiques rien que pour la bataille de Moscou en raison de l’impréparation des forces ont été énormes : 2 millions .

                                          Le petit père des peuples n’avait strictement rien à secouer de la vie des citoyens lambdas de son pays .
                                          Un rappel : Les prisonniers de guerre soviétiques ont été envoyés au goulag à leur sortie des camps allemands .


                                          A l’AUTEUR de nouveau , je conseille de lire le dernier livre de norman Mailer : "Un chateau en foret "qui raconte de maniète humoristique l’enfance d’adolph et surtout la vie du Papa ; Alois .

                                          Sa thèse est interessante : Tout repose sur les relations incestueuses qui ont améné le jeune adolph au monde .

                                          Il semblerait qu’en autriche l’inceste soit un peu plus répandu qu’ailleurs . Alllez savoir pourquoi .


                                          Quant à l’antisémitisme allemand , voila un canard auquel il faudrait couper les pattes . Les allemands de tous les peuples d’Europe étaient ceux qui étaient le moins anti sémites . Pas de ghettos . En france nous l’étions beaucoup plus CF l’affaire Dreyfus.

                                          L’antisémitisme allemand était donc récent et du en bonne partie au fait que les bolchéviques étaient juifs pour une bonne partie d’entre eux . En Russie mais aussi en Allemagne . l’amalgame était donc facile à faire .

                                          Salut et fraternité .


                                          • antyreac 1er avril 2009 13:50

                                            L’impréparation des communistes russes était telle que dans certaines régions notement dans la région de

                                            Smolensk les commissaires politiques n’hésitaient pas d’envoyer contre mitrailleuses et chars des habitants

                                            des villages armés des fourches, faux ,haches.

                                            Le but de ces massacres organisés était d’épuiser les munitions des troupes allemandes et par la même

                                            occasion ralentir son avence .Ce récit m’a été raconté par un malgré nous qui se souvient encore des corps

                                            des femmes et enfants fauchés par les mitrailleuses. (Peu d’hommes car presque tous les hommes ont été

                                            requisitionnés par l’armée)


                                            Il faut dire aussi que l’artisan de ce désastre était bel et bien le génialissime guide du peuple un certain stalin.

                                            L’armée communiste bien que trés inférieur au niveau technique à l’armée allemande possédait d’énormes

                                            moyens en armes et en hommes au debut de la guerre.

                                            Seul le génie clairvoyant du guide du peuple a permis d’anehentir presque la totalité de ses moyens dans

                                            les conditions que tout le monde connait.

                                            Un peu plus tard Joucov a repris le système inogurait par les commissaires politiques mais cette fois ci

                                            avec les moyens d’une armée (qui a obtenu un gros coup de pouce de l’oncle Sam qui lui fournit armes de

                                            toutes sortes ) et l’intelligence des hommes et femmes du peuple russe qui avaient un cerveau dans la tête

                                            et un coeur gloire à eux

                                            Les peuple russe a perdu pendant la 2ème guerre entre 27.5 et 32 millions d’hommes et ses pertes on ne

                                            peut vraiment pas les imputer seulement à la sauvagerie des nazis ...


                                          • ykpaiha ykpaiha 1er avril 2009 11:14

                                            Je dois un peu edulcorer mon propos plus haut, pas vis a vis historique, mais a l’encontre de l’auteur.
                                            En effet il faut remarquer que c’est la part la plus communément acceptable de dénoncer A H.
                                            Mais il est vrai que depuis la fin de la guerre a des fins politiques et de construction européenne (voire d’interets américains) il était indispensable de réduire la part allemande dans le cadre de la 2eme guerre mondiale.
                                            D’ou la notion de crimes nazis.
                                            Pour reprendre sans virulence un propos plus haut le Livre 3 eme Reich de Sherrer complété par diverses recherche bien aidé a ma résistance a la vox populi.
                                            Je conseille cette lecture a tous afin d’éviter les ponsifs simplistes.
                                            Vous y apprendrez et cela demanderait aussi un ouvrage a écrire, que l’objectif de la guerre a contrario de ce qui nous est fortement suggéré aujourd’hui, n’avait rien a voir avec les Juifs, le "probleme" juif n’est apparu que tardivement dans l’éllaboration guérriere, mais bien dans l’opportunisme de l’époque.
                                            Rien dans ma pensée ne vient remettre en cause l’odieux carnage qui en a suivi, mais comprendre l’essence de sa réaction.
                                            On y verra entre autre comment le parti emberlificoté d’idéalisme, fut contraint par le refus anglo-saxon et arabique d’exporter son probleme, créa les camps pour gérer sa facade et enfin décider de la "solution finale".
                                            Ce qui ne l’empéchait nullement de traiter avec les entreprises juives, ou meme un état dont les cadres étaient a 80% juifs, et voire meme de signer un traité avec eux (une contreverse existe sur Molotov, était il comme son alter-ego Beria ou sa femme, Juif ?).
                                            Reste a comprendre l’ampleur prise par le phénomène et la est une autre page, car pour cela il faudrait ouvrir un débat qui ne saurait avoir lieu tout au moins aujourd’hui.
                                            Car faire un proces des massacres de l’URSS de l’époque ou du communisme reviendrait aussi a mettre en cause le Sionisme intimement liés a cette idéologie. Et cela ils n’entendent pas de faire cet aggiornamento, préférant ainsi le role de victime bien commode et sinique.
                                            Voila pourquoi tout le monde bien pensant condamne AH et qu’il n’y aura pas de proces du communisme.CQFD.


                                            • david354 1er avril 2009 11:44

                                              "Car faire un proces des massacres de l’URSS de l’époque ou du communisme reviendrait aussi a mettre en cause le Sionisme intimement liés a cette idéologie"
                                              Une partie des sionistes.... Les juifs n’etaient pas tous pro-bolcheviques, certains bolchéviques a l’origine étaient juifs, certains juifs étaient des capitalistes influents...
                                              D’ailleurs, les américains sont devenus ouvertement pro-sionistes apres la guerre et Staline a viré antisémite....


                                            • paul muadhib 1er avril 2009 13:18

                                              un lien sur les connections us et l allemagne avant world war II.


                                              • volpa volpa 1er avril 2009 13:34

                                                Hitler comme les autres bourreaux et petits dictateurs (suivez mon regard) n’auraient et ne pourraient rien faire sans les intérêts de personnes et groupes.Une fois installés, ils dépassent ceux qui croyaient les manipuler.


                                                • ykpaiha ykpaiha 1er avril 2009 14:11

                                                  @David 354
                                                  On peut couper des cheveux en quatre et infantilliser mais les faits sont tétus.
                                                  La majorité des massacres communistes de cette époque ont des mains juives derriere elles.
                                                  Ukraine, Bielorussie, Lituanie , Pologne etc etc qui ont a cette époque été administrées directement par les Sionistes mis en place par le pouvoir central de Beria et qui signerent et organiserent la mort de millions de personnes.
                                                  L’exemple Ukrainien est a ce propos symbolique ; "Alors que le génocide (+de 10 Millions de personne entre 1925 et 35) bat son plein, les B’naï B’rith ne trouvèrent comme reproche à l’URSS que la baisse de la pratique religieuse juive (article Les Juifs en Crimée, février 1932) mais signale avec ravissement la sur-représentation des Juifs dans les instances dirigeantes du communisme ukrainien"
                                                  Ceci explique pourquoi la venue des Allemands ne fut pas percue comme invasion avant que ne se mette en place les massacres nazis, une grande partie de la population a participé a la chasse aux "juifs" par représailles a leurs propre malheurs et pour cause non ?.
                                                  Ce qui Oh paradoxe et mauvais humour a permit ensuite a l"Humanité" de dénoncer les crimes antisémites perpétrés par ces populations.
                                                  Sinisme ? non réalisme on ne sait jamais si quelqu’un osait demander pourquoi les populations locales ont collaborré avec les "Nazis".
                                                  ....


                                                  • paul muadhib 1er avril 2009 14:53

                                                    @ikpahia
                                                    j ai egalement vu des recits mentionnant ce que vous dites et plus. d ailleurs la chappe de plomb du silence cache t elle encore plus ??


                                                  • david354 1er avril 2009 19:18

                                                    Oui, vous avez raison de mentionner ceci, mais en contrepoint, on pourrait objecter que les pogroms et l’antisémitisme ont commencé bien avant les années 30...
                                                    Le fait est qu, il est difficile d’etre objectif avec l’histoire du IIIe Reich et de la Shoah sans connaitre la face cachée du communisme.... Dans un autre sujet, on pourrait aussi parler des relations avec les capitaux américains a cette periode...
                                                    Le danger selon moi est d’associer le communisme au sionisme, autant qu’au capitalisme... Les sionistes ont toujours eu beaucoup d’hommes influents parmi eux, que ce soit a l’Est ou a l’Ouest....
                                                     


                                                  • verbre verbre 1er avril 2009 16:47

                                                     Ce type (Hitler) c’est le produit d’un inconscient collectif dans lequel il résonne.
                                                    La barbarie est enfouie dans nos gènes, tout le monde est responsable de l’apparition d’un malade pareil.
                                                    Et tout le monde est responsable de sa conscience, oui ou non ?

                                                    Les systèmes permettant la concrétisation de tels cauchemars sont toujours en place, en partie.
                                                    Sauf que le prochain ne pourra être désigné comme un seul homme.
                                                    Car la machine à broyer l’humanité est bien plus subtile et diffuse aujourd’hui.
                                                    Et c’est l’inverse de la compassion. Et cela est en chacun de nous.

                                                    Quelques simples préceptes spirituels ne feraient pas de mal à ce monde.
                                                    A défaut de le sauver.


                                                    • verbre verbre 1er avril 2009 21:58

                                                      Est-ce que cela a seulement existé ?
                                                      Mais sinon je suis d’accord.


                                                    • moebius 1er avril 2009 21:53

                                                       L’article il est glamour, on dirait du Frédéric Mitterand, Hitler c’est Greta Garbo !


                                                      • roblin 1er avril 2009 22:08

                                                        Encore un article qui nous raconte des choses superficielle et connus sur Hitler, un article qui ne sert à rien et qui n’explique rien du tout sur le pourquoi du comment, croyez vous qu’il suffit d’être recalé aux beaux arts pour vouloir exterminer les juifs ? Soyez donc intelligent au lieu de nous pondre des articles qui ne servent strictement à rien à part entretenir la "légende" du "plus grand criminels de tous les temps" !!

                                                        Pour ceux qui veulent connaitre les véritables causes de l’avénement d’Hilter au pouvoir, pourquoi des millions de gens l’on soutenu et l’origine de sa propre folie, je vous conseille le livre "C’est pour ton bien " d’Alice Miller et cet article : Adolf Hitler : Comment un Monstre Peut Il Réussir à Aveugler une Nation


                                                        • Michael Jordan Manson (MJM) Michael Jordan Manson (MJM) 1er avril 2009 23:38

                                                           Adolf Hitler reste dangereux. On ne l’exorcise pas si facilement, voire on ne l’exorcisera jamais. Car son esprit fut trop puissant et "mein kampf", remanié pour la propagande, est un rouleau compresseur de haine sociologique et d’esprit nationaliste (cela signifie que le lire vous fait faire corps avec tous les démons qu’il a engendré depuis 80 ans...).
                                                          On oublie trop souvent que Hitler fut un adepte des sciences occultes, spiritisme et autre télépathie. Il était artiste, peintre, poète. Aussi tous ses actes, tous ses écrits furent empreints de ses arrières pensées politiques. Autrichien, à la base, et non allemand de souche, il part avec un complexe de nationalité et la nostalgie de l’empire germanique. Ce, principalement en opposition à l’empire Français. Ce qui sera confirmé par sa rancoeur après la défaite de 1918. Toute la relance de l’Allemagne est faite CONTRE la France. On peut en déduire qu’à partir de 1918 et avec mein Kampf en particulier, TOUS les actes et écrits de Hitler sont dirigés contre la France, sa langue, sa civilisation. On peut remarquer aujourd’hui qu’il se vend beaucoup plus de mein kampf en Angleterre qu’en France. Ce n’est pas un hasard.
                                                          En conclusion, on peut admirer l’esprit guerrier, politique ou "artistique" de Hitler, mais il faut toujours garder le danger à l’esprit.

                                                          ps : En l’occurence, tout mensonge ou manipulation à l’encontre de Hitler sur les camps de la mort ou autre se retourne nécessairement contre son auteur. On ne joue pas avec un tel esprit aussi facilement.


                                                          • ykpaiha ykpaiha 2 avril 2009 00:00

                                                            a David 354
                                                            "Le danger selon moi est d’associer le communisme au sionisme"
                                                            Et pourtant c’est le drame de toute cette l’histoire...
                                                            Oh je vous rassure je ne suis pas un saprophyte, et tant mieux si on arretait de lancer l’opprobe sur untel ou untel.
                                                            Celui qui dénonce est toujours du bon coté du doigt.
                                                            Par contre je m’indigne lorsque une partie de l’histoire est mise en exhergue permettant ainsi de passer le reste sous silence.
                                                            Si on parle de AH on ne doit pas oublier l’allemagne et ses comanditaires et les dénoncer aussi ce qui n’apparait pas ou peu dans cet artcle.
                                                            Ou bien on se renseigne c’est mieux.
                                                            Si on parle communisme c’est bien aussi de parler du reve sioniste qui en est son fondement.
                                                            De meme sur bien des sujets. On essaie et tous les moyens sont bons pour .je me répete, pour dissocier les Nazi du reste et leur faire reposer tous les crimes possibles. De la meme facon lache, présenter ces assassinats comme un but ultime dudit ’nazisme" ce serait si simple mais voila que..ben, non...
                                                            Et c’est la que a mes yeux réside l’horreur, ce n’était pas une finalité mais un moyen d’arriver a une finalité, c’est encore plus sordide.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Stephen Watson


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès