• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Déclaration Balfour, la violence du texte

Déclaration Balfour, la violence du texte

La Déclaration Balfour, c’est le viol colonial de la Palestine arabe, et rien d’autre.

La lecture occasionnelle du Figaro permet parfois de dénicher quelques perles ! Je cite : “La Déclaration Balfour est l'un des documents diplomatiques les plus importants de l'histoire du Moyen-Orient au XXe siècle : la promesse d'un foyer national juif en Palestine ; le sionisme politique obtient une garantie juridique internationale” (Véronique Laroche-Signorile, 31/10). Voilà qui est fort, très fort même. Faire passer la Déclaration Balfour pour une “garantie juridique internationale” relève carrément de l’exploit conceptuel.

Signée le 2 novembre 1917, cette déclaration était une lettre du ministre des affaires étrangères britannique, Lord Balfour, au dirigeant sioniste Lord Rothschild. Que dit-elle ? “Le gouvernement de Sa Majesté envisage favorablement l'établissement en Palestine d'un foyer national pour le peuple juif, et emploiera tous ses efforts pour faciliter la réalisation de cet objectif, étant clairement entendu que rien ne sera fait qui puisse porter atteinte ni aux droits civils et religieux des collectivités non juives existant en Palestine, ni aux droits et au statut politique dont jouissent les Juifs dans tout autre pays.”

Pour Londres, ce texte poursuivait un double objectif. La Première Guerre mondiale battait son plein, et il s’agissait de rallier à l’Entente l'opinion juive mondiale. En déposant ce présent aux pieds du mouvement sioniste, on comptait obtenir le soutien enthousiaste des juifs américains. Mais ce n’est pas tout. Parrainé par l’Empire britannique, le foyer national juif devait en devenir le bastion avancé au cœur du Moyen-Orient. La Déclaration Balfour, en réalité, est un acte unilatéral qui relève de la politique impériale britannique.

C’est pourquoi ce texte n’offrait aucune “garantie juridique internationale” à qui que ce soit. Mal nommer les choses interdit de les comprendre, et en fait ce fut exactement l’inverse. Nouant l’alliance entre l’Empire et un mouvement nationaliste européen pétri d’ambition coloniale, la lettre de Balfour est précisément la négation de toute garantie légale internationale. Elle acte la dépossession des propriétaires légitimes d’une terre qui est offerte à la prédation sioniste en violation du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. La Déclaration Balfour, c’est le viol colonial de la Palestine arabe, et rien d’autre.

Comme le dit l’écrivain sioniste Arthur Koestler, “une nation a offert à une autre nation le territoire d’une troisième”. Le foyer national juif s’est épanoui grâce à cette forfaiture, la violence de la conquête sioniste se trouvant sanctifiée au nom d’une “œuvre civilisatrice” dont l’occupant britannique (1922-1947) osa se prévaloir sans vergogne. Ce qui est au cœur de la Déclaration Balfour, c’est le colonialisme européen dans son affligeante banalité. Elle distingue en effet deux populations qui ne sont pas logées à la même enseigne. La première se voit reconnaître des droits politiques, tandis que la seconde (90% des habitants) est balayée d’un trait de plume. La première est un sujet, la seconde un simple objet.

Certes on reconnaît aux “collectivités non juives” des “droits civils et religieux”. Mais cette reconnaissance se fait en creux, par défaut. Pour les définir, on emploie la négation. Ce sont des “populations non juives”, et non des populations arabes. Le texte les prive de toute existence positive, il les traite comme des surnuméraires qu’on exclut du bénéfice de l’autodétermination. Car les “droit civils et religieux” ne sont pas des “droits politiques”, mais des droits relatifs au statut personnel et à l’exercice du culte. Que les Arabes conservent leurs coutumes, du moment qu’ils n’entravent pas la marche du peuple juif vers la souveraineté !

Contre les Palestiniens, la Déclaration Balfour a exercé une violence symbolique de longue portée. Elle scella l’alliance entre un mouvement nationaliste qui voulait “une Palestine aussi juive que l’Angleterre est anglaise” (Haïm Weizmann) et un Empire hégémonique qui entendait le rester. L’Empire a fondu, mais le sionisme s’est imposé par la force. En les privant de droits politiques, Balfour a transformé les autochtones en résidents de seconde zone, il en a fait des étrangers dans leur propre pays. La violence du texte colonial n’a cessé d’exercer ses méfaits depuis un siècle, culminant en une tentative d’oblitération que seule la résistance du peuple palestinien a pu mettre en échec. 


Moyenne des avis sur cet article :  3.96/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

131 réactions à cet article    


  • jaja jaja 1er novembre 14:53

    Pour une Palestine désionisée regroupant toutes les terres conquises par la violence et la terreur, que ce soit en 1948 ou en 1967, où juifs comme arabes vivraient en paix !

    Sans oublier le retour des réfugiés qui le souhaitent (et de leurs familles) sur la terre de leurs ancêtres !


    • Jonas 1er novembre 16:18

      @jaja « Pour une Palestine désionisée regroupant toutes les terres conquises par la violence et la terreur »


      En 1948, qui conquiert la Palestine par la terreur ?



    • OMAR 1er novembre 17:12

      Omar9

      @Jonas
      .
      En écrivant « Palestine », Tu viens de reconnaitre toi-même que « Israël » n’existait pas avant 1948.
      .
      D’ailleurs, le « Projet Ouganda » prévoyait l’implantation du foyer juif au ... Kenya.
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Projet_Ouganda
      Ah ces sionistes et leurs crapuleuses fourberies.


    • Jonas 1er novembre 18:35

      @OMAR « En écrivant « Palestine », Tu viens de reconnaitre toi-même que « Israël » n’existait pas avant 1948. »


      Soyez précis.
      Que l’État d’Israël n’existait pas avant 1948. Tout comme il n’a jamais existé d’État palestinien avant 1948, la Palestine était à l’époque une province de l’empire ottoman, avant de passer sous domination anglaise.


    • Dzan 2 novembre 09:50

      @Jonas
      Dreuz info comme référence ? Mmoouuaaaaaaaahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh


    • eric 2 novembre 12:29

      @jaja

      Ouai ! Il est temps que les pieds noirs puissent vivre en paix à proximité de leurs morts dans les maisons que ceux-ci ont bâties de leurs mains calleuse de migrants économiques sur les terres spoliées par l’envahisseur arabe aux kabyle chrétiens romanisés par la violence la terreur et le viol.. Si il le désirent bien sur...


    • pipiou 1er novembre 15:12

      Une relecture assez pitoyable de l’Histoire.


      • OMAR 1er novembre 17:39

        Omar9

        @pipiou
        .
        Pourtant cette Histoire est traduite directement de l’hébreu....
        https://blogs.mediapart.fr/anas-jaballah/blog/240714/10-verites-sur-le-conflit-israelo-palestinien


      • pipiou 1er novembre 20:22

        @OMAR
        Vous m’auriez mis une recette de cuisine en lien que ç’aurait eu la même valeur.

        En quoi cela justifie l’affirmation péremptoire de l’auteur comme quoi la déclaration de Balfour est un acte de l’impérialisme britannique ?

        Comment acceptez-vous le postulat que cette déclaration aurait offert le territoire d’une autre nation aux juifs ?
        C’est pas de l’Hébreu pourtant les pseudo-analyses de Guigue.
        Faut arrêter les conneries ; en matière de colonialisme les Musulmans n’ont rien à apprendre des juifs et les juifs ont eux-mêmes été victime de colonisation.

        Mr Guigue a juste des comptes à régler avec les juifs et l’administration française parce qu’il s’est fait viré de son poste de sous-préfet.


      • OMAR 1er novembre 22:53

        Omar9

        @pipiou : « ...en matière de colonialisme les Musulmans n’ont rien à apprendre des juifs.. ».
        .
        Vous confondez sciemment musulmans, avec arabes ou ottomans.
        Sinon, qu’a bien pu coloniser un tunisien, un afghan un somalien ou un yéménite ?
        Par contre, anglais, américains, français, belges, italiens, espagnoles, hollandais, portugais, allemands, grecs, eux, ont bien été des colonisateurs, et pourtant, je me garde de qualifier cette horreur d’acte chrétiens, quoi que dans certains cas, ce fut avec la Bible, la Croix et le canon.
        Mais en tant que pro-sioniste ou anti-musulman, vous raisonnez comme le loup envers l’agneau : « Si ce n’est toi, c’est donc ton frère. »


      • pipiou 1er novembre 23:13

        @OMAR

        Non ce n’est pas sciemment.
        Elle existe depuis combien de temps la nationalité tunisienne ?

        Mais bref, tu as bien compris, tu tortilles juste du cul pour ne pas admettre que les arabes/ottomans/perses ne se sont pas gênés pour coloniser et certainement que des tunisiens sont descendants de ces colonisateurs.
        Et comment tu crois que l’Islam est arrivé en Somalie, par Internet ?

        Sur ce sujet il y a des chances que tu fasses concours de malhonnêteté avec les juifs.
        Je vous mettrai alors dans le même sac : je ne suis pas plus anti-sioniste que pro-musulman, sont tous aussi cons pour ne pas aimer le cochon !


      • Aristide Aristide 2 novembre 07:19

        @pipiou


        Le monde de Omar est simple, les méchants sont blancs et chrétiens, juifs, les gentils sont arabes, si en plus ils sont musulmans et ne boivent pas d’alcool, c’est encore mieux. Les noirs ? Bof, ils ne comptent que pour très peu, à la rigueur pour servir d’esclaves après quelques razzia dans ces tribus ...

        Les invasions arabes au Maghreb ? Quoi ? Il y aurait donc des arabes colonisateurs de l’Afrique du Nord à partir de la péninsule arabique ? Mais, non, c’est impossible suivant le précepte de Omar. Les invasions en Espagne et plus loin ? Mais non, c’est encore une invention de ces européens pour masquer leur méchantitude .... Les invasions arabo-musulmanes en Inde, en Europe, ... c’est de la propagande anti-musulman, ...

        C’est bizarre cette propension à une victimisation incessante ...

      • OMAR 2 novembre 17:04

        Omar9

        @Aristide

        T’as oublié d’écrire ce que je pense des asiatiques.
        Si, si, il existe aussi d’autres êtres humains que le blancs, les chrétiens, les juifs, les musulmans et les arabes.
        Ah, parce que tu pensais que les bombes atomiques balancées sur Hiroshima et Nagasaki les avaient tous exterminés ?
        Ou que le génocide des aborigènes, mahoris et autre précolombiens fut commis par des musulmans extra-terrestres ?
        Pauvre type.


      • Jonas 1er novembre 16:05
        « Ce qui est au cœur de la Déclaration Balfour, c’est le colonialisme européen dans son affligeante banalité. »

        S’installer dans un territoire désertique de l’Empire ottoman, complètement abandonné depuis des siècles, avec quelques villages épars, c’est ce que vous appelez colonisation ?
        Les israéliens ont en fait un grand État, en y construisant de grandes villes prospères, à la pointe de la recherche et de la technologie mondiale, comme Tel-Aviv.
        Les Arabes alentours sont venus par la suite tirer profit de cette aubaine, leur niveau de vie en Israël est même devenu nettement supérieur au niveau de vie moyen d’un Arabe vivant dans un pays musulman.

        • mursili mursili 1er novembre 16:49

          @Jonas

          Oui, et les Arabes devront bientôt dire merci aux Israéliens de les avoir spoliés, dépossédés et expulsés.

          Hasbara, quand tu nous tient...


        • OMAR 1er novembre 17:31

          Omar9

          @Jonas :« ...en y construisant de grandes villes prospères »,
          .

          Tout ce qui a été construit en Israël provient du chantage lié à la Shoah et du fric des contribuables occidentaux.
          Jusqu’à présent, l’Allemagne offre des « dédommagements à l’état-voyou de Israël :
          http://www.persee.fr/doc/polit_0032-342x_1954_num_19_2_2629
          La technologie et le savoir-faire utilisés en Israël émanaient totalement des pays occidentaux et visaient tous les domaines.
          Ainsi, c’est la France qui assura la création de l’arsenal nucléaire sioniste :
          http://www.lefigaro.fr/international/2008/05/07/01003-20080507ARTFIG00013-comment-la-france-a-aide-israel-a-avoir-la-bombe.php
          Les USA dans le domaine agricole, électronique, électromécanique et militaire..
          L’Angleterre dans le domaine financier.
          Les pays du Pacte de Varsovie » envoyaient la ressource humaine (des khazars) qualifiée et destinée à devenir la population colonialiste de la Palestine.
          Oui Jonas, des roses ont vu le jour au Néguev, mais à 1.000$ l’unité.
          Qu’il est juteux, le fonds de commerce de la Shoah.....


        • Jonas 1er novembre 18:37

          @mursili « Oui, et les Arabes devront bientôt dire merci aux Israéliens de les avoir spoliés, dépossédés et expulsés. »


          Dépossédés de quoi ? Expulsés d’où ? Ce sont bien les États Arabes qui ont attaqué et envahi la Palestine en 1948, provoquant l’exode des Arabes vivant sur ces territoires.


        • sarcastelle sarcastelle 1er novembre 18:38

          @Jonas

          .
          Voulez-vous nous faire une description un peu plus précise du peuplement et de l’urbanisation de ce « territoire désertique de l’empire ottoman, complètement abandonné depuis des siècles » ? 

        • sarcastelle sarcastelle 1er novembre 18:43

          @Jonas

          .
          ...provoquant l’exode des Arabes vivant sur ces territoire.
          .
          Et ceci en dépit des efforts israéliens pour les retenir en les rassurant. 

        • Jonas 1er novembre 18:59

          @sarcastelle « Voulez-vous nous faire une description un peu plus précise du peuplement et de l’urbanisation de ce « territoire désertique de l’empire ottoman, complètement abandonné depuis des siècles » ?  »


          Lisez par exemple Chateaubriand « Itinéraire de Paris à Jérusalem » carnets de ses voyages en Orient et en Palestine en 1806-1807.

          En 1695, Relandi (ou Reland) est envoyé en voyage d’études en Palestine pour un objectif bien spécifique : recenser plus de 2500 lieux (villes et villages) apparaissant dans le texte du Tanah (Bible) ou de la Michna, dans leur appellation originelle. A chaque fois, Reland y mentionne le nom hébraïque tel qu’il apparaît dans le texte et le verset exact auquel il se réfère. Reland y fait également figurer son équivalent en Latin-Romain ou Grec ancien.

          Outre ce remarquable travail linguistique, l’auteur opère surtout un recensement de l’époque, pour chaque localité visitée : d’abord une considération d’ordre général spécifiant que la terre d’Israël d’alors est pratiquement déserte, très peu peuplée.

          La majorité de ses habitants se concentre alors dans les villes de Jérusalem, Acco (Acre), Tsfat (Safed), Yafo (Jaffa), Tveria (Tibériade) et Aza (Gaza). Surtout, le constat établi par le géographe conclut à une présence dominante de Juifs sur cette terre, quelques Chrétiens et très peu de Musulmans, dont la plupart étaient des Bédouins.

          « Palestina » voyage en Palestine par Hadrian Reland

          Quelques remarques extraites de cette passionnante étude :

          Aucune localité d’alors ne propose de nom ou de source arabe ;
          La grande majorité de ces villes ou villages possède un nom hébreu, quelques-uns en Grec ou LatinRomain ;
          Pratiquement aucune ville qui possède aujourd’hui un nom en arabe n’en possédait à l’époque : ni Haïfa, ni Yafo, ni Naplouse (Shehem), Gaza ou Djénine ;
          Aucune trace dans les recherches de Reland de sources historiques ou philologiques établies aux noms arabes, plus tardifs, de Ramallah. Al Halil (Hébron) ou Al Qods (Jérusalem) ;
          En 1696, Ramallah s’appelle « Beteïlé » (du nom hébreu « Bet El »), Hévron s’appelle … Hévron et Méarnt Hamahpéla (Caveau des Patriarches) : AI Halil, du nom donné à Avraham Avinou en arabe ;
          La plupart des villes étaient composées de Juifs, à l’exception de Naplouse (Shehem) qui comptait 120 personnes issues d’une même famille musulmane, les « Natashe », ainsi que 70 Samaritains ;
          A Nazareth, en Galilée, une ville entièrement Chrétienne : 700 Chrétiens ;
          A Jérusalem, plus de 5000 habitants, dont la plus grande majorité est juive, et quelques Chrétiens ;
          Retand n’évoque que quelques familles bédouines musulmanes isolées, composées d’ouvriers temporaires saisonniers, dans les domaines de l’agriculture ou de la construction ;
          A Gaza, près de 550 personnes, 50% de Juifs et 50% de Chrétiens. Les Juifs étaient essentiellement spécialisés dans l’agriculture : la vigne, les olives et le blé (Goush Katif), les Chrétiens s’occupant davantage de commerce et transport des différents produits de la région ;
          Tibériade et Safed étaient des localités juives et on sait surtout que la pêche du Lac de Tibériade constituait le principal emploi de l’époque ;
          Une ville comme Oum El Fahem par exemple était complètement chrétienne : 10 familles

          L’une des conclusions qui découle de ces recherches est la contradiction définitive et rédhibitoire apportée aux arguments arabes, à savoir l’affirmation d’une légitimité palestinienne ou même d’un « peuple palestinien ». On en veut pour preuve le fait même qu’un nom latin, celui de « Palestine » ait été repris à son compte par le camp Arabe…

        • mursili mursili 1er novembre 23:51

          @Jonas
          Décidemment la hasbara n’est jamais à court de fake. Hadrian Reland était certainement un remarquable cartographe, mais il n’a jamais quitté sa Hollande natale.

          Par ailleurs, selon le recensement ottoman de 1878 le pourcentage de juifs vivant en Palestine atteignait à peine 5%, avec 86% de musulmans et 9% de chrétiens, pour une population totale d’un peu moins de 500 mille habitants. En 1914 la population s’élevait à 797000 habitants dont 59000 juifs qui ne représentaient encore que moins de 8% de la population totale.

          https://en.wikipedia.org/wiki/Demographic_history_of_Palestine_(region)


        • popov 2 novembre 05:40

          @OMAR

          La technologie et le savoir-faire utilisés en Israël émanaient totalement des pays occidentaux et visaient tous les domaines.

          Cette technologie ne risquait pas, en effet, de venir des pays islamiques. Je vous laisse le soin d’aller vérifier le nombre de prix Nobel en sciences.

          En physique, il n’y a qu’un islamique : Abdus Salam. Et encore, après sa mort, il était écrit sur sa tombe « Premier Lauréat Nobel Musulman ». Un crétin de magistrat sunnite fit enlever le mot musulman de fait de l’adhésion de Salam à l’ahmadisme.

          La contribution des pays islamiques à l’essor scientifique et technologique est absolument insignifiante pour plus d’un milliard de souratés. Cela fait des siècles que vos « savants islamiques » ne produisent que des fatwas plus ridicules l’une que l’autre, mais absolument rien d’utile à l’humanité.


        • sarcastelle sarcastelle 2 novembre 08:54

          @Jonas

          .
          Tss, tss...

        • Decouz 2 novembre 10:04

          @Jonas
          Non il y a eu deux épisodes dans la guerre, qui sont confondus, le premier a servi à chasser les Palestiniens de leurs villages, épuration ethnique (plan Daleth) pour que le territoire soit tout à fait juif, ce n’est que plus tard que les armées arabes ont attaqué alors que les Palestiniens étaient déjà partis. Ceci concerne les villages et la campagne, les villages ont été ensuite détruits et pillés, puis reconstruits ou recouverts par des plantations, mais les noms arabes sont bien enregistrés et il y a aussi des photos.


        • OMAR 2 novembre 17:16

          Omar9

          @popov

          Il ne peut pas y avoir, à court ou à moyen terme de nobels arabo-musulmans, pour la simple raison que la technologie actuelle est d’une essence purement occidentale, et d’autre part, l’intérêt accordé à la recherche dans cette partie du monde est dérisoire en raison des dictateurs ignares qui y règnent et aussi de l’état de déliquescence dans lequel l’Occident les avait rendu par la colonisation.
          Cependant, quand il arrive que certains chercheurs atteignent un niveau de savoir et de créativité éminent, soit ils sont recrutés comme nègres par l’Occident, soit les USA et Israël se chargent de les exterminer. :
          http://www.leparisien.fr/flash-actualite-monde/scientifique-iranien-assassine-teheran-accuse-les-etats-unis-et-israel-24-07-2011-1543565.php


        • popov 2 novembre 18:37

          @OMAR 

           
          Il ne peut pas y avoir, à court ou à moyen terme de nobels arabo-musulmans, pour la simple raison que la technologie actuelle est d’une essence purement occidentale 

          Comment font les Chinois et les Japonais avec cette technologie d’« essence purement occidentale » ? Cette excuse est absolument ridicule.
           
          ... et aussi de l’état de déliquescence dans lequel l’Occident les avait rendu par la colonisation.

          C’est l’islam et l’arabisation qui vous ont mis dans cet état de torpeur intellectuelle. Les Perses se sont laissés islamiser mais pas arabiser (ils éprouvent un profond mépris pour les Arabes) et ils s’en sortent un peu mieux que les autres pays de la région.
          Avant la colonisation de l’Algérie par la France l’Algérie brillait-elle par sa science ?
          Ce n’est pas parce que vous avez été colonisés par la France que vous êtes arriérés ; c’est parce que vous avez été arabaisés, coraniqués et souratés et c’est parce que vous étiez arriérés que vous avez été colonisés par la France quie en avait marre de ce pays qui ne pouvait survivre que par la piraterie et les prises d’otages.
           
          ...soit les USA et Israël se chargent de les exterminer.

          C’est plutôt les islamopithèques sunnites qui cherchaient à tuer Abdu Salam. Il s’est réfugié en Europe et personne ne l’y a assassiné. C’était pourtant le pilier du programme nucléaire pakistanais.



        • popov 2 novembre 19:37

          @OMAR

          Tiens, le Bangladesh a décidé de faire quelque chose pour les Rohingyas.

        • Jonas 2 novembre 23:22

          @Decouz «  le premier a servi à chasser les Palestiniens de leurs villages »


          Ce n’est pas aussi simple, les attaques et les émeutes ont aussi eu lieu contre les juifs.

        • jaja jaja 1er novembre 16:16

          La Palestine après Balfour
          100 ans de colonialisme / 100 ans de Résistance
          Dimanche 5 novembre, 14H à Saint-Denis

          https://www.facebook.com/CentenaireDeclarationBalfour/photos/a.4738070196415 43.1073741827.473806292974949/494580294230882/?type=1&theater


          • Aristide Aristide 2 novembre 07:21

            @jaja

            C’est fini à Barcelone, pas trop fatigué ?

          • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 1er novembre 16:46

            Le 2 novembre 1917, en pleine guerre mondiale, le ministre britannique des Affaires étrangères, Lord Balfour, publiait une lettre dans laquelle il indiquait que son gouvernement était « disposé » à créer en Palestine un « foyer national juif ».

            Cette lettre ouverte n’était pas du tout un document officiel et n’avait pour les Anglais d’autre intérêt que de rassurer les juifs américains, plus portés alors à soutenir l’Allemagne qu’une alliance qui comprenait la Russie au passé marqué par les pogroms et les persécutions. Mais les effets de la déclaration vont dépasser l’objectif visé et elle va servir de prétexte trente ans plus tard la création de l’État d’Israël.

            Adressée au baron de Rothschild, la lettre avait en fait été rédigée en étroite concertation avec ce dernier, alors qu’il présidait l’antenne anglaise du mouvement sioniste, promoteur de l’installation des juifs en Palestine. La perspective qu’elle contient n’est pas un engagement, mais comme le suggère l’article, elle est généralement considérée comme l’un des principaux catalyseurs de la Nakba (la catastrophe), l’expulsion des Palestiniens de leurs terres en 1948, et du conflit qui a suivi avec l’état d’Israël.

            Mais, en substance, la « Déclaration » Balfour envisageait d’accueillir les Juifs dans un territoire où les indigènes représenteraient plus de 90% de la population.

            Ce qui s’est passé après la seconde guerre mondiale et après la guerre des six jours n’a rien à voir avec ce papier opportuniste qui n’était qu’un élément dans une maipulation liée à la situation d’une époque.

            Il ne faut pas comprendre « prétexte » et « causes » : ce qu’est devenu l’état d’Israël n’e trouve pas davantage son explication dans la lettre de Balfour que la première guerre mondiale ne trouve la sienne dans l’assassinat de l’archiduc à Sarajevo.


            • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 1er novembre 17:00

              @Jeussey de Sourcesûre


              il ne faut pas « confondre » (et non « comprendre »..)

              scouzi

            • sarcastelle sarcastelle 1er novembre 18:40

              @Jeussey de Sourcesûre

              .
              Ah, comme vous vous trompez ! Vous n’avez donc jamais entendu un diplomate israélien citer la déclaration Balfour parmi les titres de propriété légitime du territoire ? 

            • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 1er novembre 19:01

              @sarcastelle

              J’ai entendu beaucoup de déclarations de mauvaise foi comme celle que vous évoquez.
              Cela ne signifie pas que ces diplomates soient fondés à s’en remettre à une lettre ouverte pour justifier les actes commis par leurs gouvernements successifs. Ils évoquent aussi la bible et la « terre promise »... mais là, aucun document officiel portant le sceau d’un état de droit respectable n’est disponible pour établir la valeur juridique de la promesse divine !

              Les pastafariens affirment que le constant déclin du nombre de pirates au cours des dernières années a entraîné un accroissement significatif de la température mondiale. Leur force de conviction (réelle ou feinte) est-elle suffisante pour les suivre dans leur démonstrartion.

            • Christian Labrune Christian Labrune 1er novembre 18:31

              L’auteur devrait se contenter de publier ses élucubrations antisémites sur oumma.com. En caressant le musulman quelque peu radicalisé dans le sens du poil, comme il sait si bien le faire, il pourra toujours être à peu près certain d’y être aussi inconditionnellement approuvé qu’en ce moment le Frère Tarik.

              Mais ici, sur AgoraVox, s’il se trouve bien quelques islamistes décérébrés et leurs idiots utiles, ils sont désormais la risée de tous ceux qui disposent d’un cerveau. Vouloir être applaudi par les plus notoires des minus habens, c’est se mépriser soi-même. Cela reviendrait ailleurs à se faire sauter avec une ceinture explosive.

              Je profite de l’occasion pour crier « Vive la déclaration Balfour ! Vive Israël ! ». Et puissent les petits lapins néonazis du Hamas ou du jihad islamique continuer à crever comme ils le méritent, en même temps que leur rêve génocidaire, dans la profondeur de leurs immondes terriers.


              • sukhr sukhr 1er novembre 18:38

                @Christian Labrune
                les musulmans sont des sémites. 

                vous confondez anti-sémitisme (qui inclue l’islamophobie) et judéophobie. 

              • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 1er novembre 18:52

                @sukhr

                Il n’est pas le seul !
                C’est comme ça en France depuis l’affaire Dreyffus et le « j’accuse » de Zola : un glissement de sens comme tant d’autres dont M. Labrune ne peut être tenu pour responsable.
                Il n’en va pas de même pour toutes ses affirmations qui, la plupart du temps, tiennent davantage de l’invective et du ressentiment que d’une saine recherche de la vérité !


              • phan 1er novembre 19:19

                Vive la France !


              • Jonas 1er novembre 19:32

                @sukhr « les musulmans sont des sémites. »


                Vous savez très bien que le terme « antisémite », définit par abus de langage ceux qui haïssent les juifs.


              • Christian Labrune Christian Labrune 1er novembre 19:33

                @Jeussey de Sourcesûre
                C’est par souci de modération que j’avais écrit « antisémite » et non pas « antisioniste ». Les antisémites n’aimaient pas les Juifs. Si quelqu’un disait « Je n’aime pas les Belges », ou bien « je n’aime pas les Berrichons » (j’en suis un !), on ne le considèrerait pas immédiatement comme un salaud parce que personne n’a jamais eu le dessein d’exterminer les Belges ou les Berrichons. Ne pas aimer les Juifs, après des siècles de persécutions et de pogroms, même avant la shoah, c’était déjà singulièrement problématique. Et de fait, pas mal d’antisémites conditionnés par leur milieu social dans les années trente s’en seront mordu les doigts après la guerre et même pendant la guerre, comme un Daniel Cordier quelque peu formaté par l’Action française, qui fut le secrétaire de Jean Moulin et qui s’explique sur sa prise de conscience dès les années 40.

                L’antisioniste non seulement est antisémite en dépit du fait qu’il ne puisse ignorer le nazisme et sa solution finale, mais en plus il s’en prend aux juifs, comme actuellement les musulmans dans les banlieues (lire le recueil de témoignages et d’analyses de Bensoussan : « Une France Soumise »). Il ne peut donc même pas souffrir que les Juifs occupent une infime partie très lointaine du Moyen-Orient -qui fut le berceau de leur culture dès les temps bibliques et où ils ont toujours été présents !- quand huit cent mille d’entre eux, depuis 47, on été obligés de fuir les pays arabes où leurs lointains ancêtre étaient installés quelquefois des siècles avant la naissance du chamelier de La Mecque. Les massacres antisémites de ces dernières années en France ont induit beaucoup de Juifs à quitter le climat absolument pourri de la France actuelle. Si Israël n’existait pas, où seraient-ils allés ?

                 Les antisionistes voudraient qu’israël n’existe pas, qu’il n’y ait jamais eu de déclaratin Balfour, c’est-à-dire que les Juifs n’aient nulle par où se réfugier sur la planète pour pouvoir échapper à leurs persécutions. Autrement dit, il faudrait pour eux qu’ils cessassent purement et simplement d’exister. Ils sont donc, ipso facto, comme les sbires néo-nazis du Hamas, comme les néo-nazis du Hezbollah et de la République islamique d’Iran, des nostalgiques de la solution finale.

                Puisque vous y tenez, parlons donc d’antisionisme et non pas d’antisémitisme. Mais ce sera beaucoup plus grave encore, ainsi que je viens de vous le démontrer.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires