• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Décroissance et démographie

Décroissance et démographie

Nombreux sont les partisans de la décroissance qui négligent ou sous-estiment les obstacles qui la rendent impraticable, sauf remise en cause allant bien au-delà de ses aspects industriels et marchands, comme des options socio-politiques et environnementales des uns et des autres. D’autant plus difficiles à lever qu’ils s’enracinent profondément dans la nature humaine, les principaux de ces obstacles, peuvent s’analyser comme suit, sachant que :« Tout être humain est avant toute autre activité ou toute autre opinion un consommateur » (Gaston Bouthoul in Traité de sociologie, tome II, p. 180 - Payot 1968).

Tirant parti de l’incontestable supériorité de ses facultés, par rapport à celles des représentants des autres espèces peuplant la planète, et selon une éthique taillée à la mesure de ses prétentions, l’homme a largement transgressé les lois de la sélection naturelle en usant et abusant du progrès scientifique et technique dont il est porteur. Mais c’était sans compter avec le piège qu’il se tendait ainsi à lui-même : en s’accordant le droit de proliférer sans limites en même temps que s’accroissait sa durée de vie, il amplifiait ses besoins au-delà de ce que pouvaient satisfaire ses ressources. Et comme si cela était insuffisant, l’homme s’invente des besoins accessoires, souvent d’une utilité discutable mais toujours plus nombreux, accentuant d’autant sa prédation.

En outre, incité à améliorer sa condition matérielle par son atavique égocentrisme, chaque individu sait la comparer à celle de ses semblables, ce qui conduit à une surenchère générale et permanente de la demande ; la référence de chacun étant généralement le sort de mieux nanti plutôt que de plus pauvre que soi.

Comment, dans ces conditions, faire admettre aux consommateurs, à commencer par ceux qui doivent se satisfaire du nécessaire et parfois moins, et dont le sentiment de frustration a été entretenu, voire exacerbé, pendant des siècles, qu’ils doivent renoncer ne serait-ce qu’à une partie de leurs “avantages acquis”, et perdre l’espoir d’accéder un jour à de meilleures conditions d’existence jusque-là réservées à d’autres ?

Quant aux riches – une fois classé l’argument consistant à leur imputer tous les maux de l’espèce humaines par la pollution et le pillage de la planète au détriment des pauvres, ce qui revient à occulter le fait que les activités humaines polluantes et surconsommatrices de ressources résultent de la production par les pays en mesure de le faire, de ce qui est consommé par l’ensemble des êtres humains, y compris les pauvres qui sans cela seraient encore plus démunies qu’ils le sont – ils seront contraints par la force de la nature, comme tout un chacun, d’adapter leur demande à ce qui restera des ressources propres à les satisfaire. Ces riches semblent d’ailleurs l’avoir d’ores et déjà compris, à en juger par le financement, public comme privé, de démarches ayant pour but de limiter la prolifération humaine, ainsi que par les investissements dans la recherche de nouvelles technologies et sources d’approvisionnement. « Tandis que nous voyons les supermarchés sans caissiers, les véhicules autonomes et les robots faire le travail pour nous – les super-riches voient des moyens de protection contre les foules en colère et les pannes systémiques dans un avenir pas trop lointain. En effet, [probablement parce qu’ils y trouvent un intérêt supérieur] les riches et les puissants ont une vision beaucoup plus large du risque global, que la plupart de la société humaine. »*

Si une telle situation est l’expression du caractère incontournablement pyramidal de la société humaine, elle est aussi de dimension planétaire, rappelant que le sort de chacun dépend de celui de tous. Dans cet esprit, une décroissance par la suppression des biens et services satisfaisant les besoins non vitaux de l’espèce humaine est un objectif apparemment logique. Mais est-il pertinent, en l’absence d’autres mesures, dont notamment une réduction et un ajustement proportionnels du nombre de consommateurs de toutes catégories sociales, aux possibilités d’en assurer autant la gouvernance que la subsistance ? Sur une population d’environ 8 milliards d’êtres humains, 6,5 – dont 1,5 à 2 milliards de pauvres profonds – accèdent peu ou pas du tout à des produits et services d’une utilité discutable. Nombre d’entre eux souhaitent y accéder, mais quelles que soient les difficultés de les amener à modérer cette aspiration, dont la légitimité le dispute à l’intérêt commun – tel qu’il doit en être pour les plus riches –, à quelle logique répondrait une réduction de la consommation par tête, aussi drastique soit-elle, si le nombre total de consommateurs continuait d’augmenter, de même que leur durée de vie ? Ne s’agit-il pas d’un équilibre impossible entre économie et démographie ? Cette relation est pourtant omise par les inconditionnels de la décroissance, fidèles aux pouvoirs, notamment religieux et politiques, plus soucieux du nombre que de la dignité des conditions d’existence de ceux qu’ils ont toujours prétendu protéger. « Dire que personne ne peut se désintéresser de l’avenir de son pays ne signifie pas que toute famille ait le devoir de procréer. Cela veut dire que l’évolution de la population mérite considération. Par évolution nous n’entendons pas nécessairement accroissement a priori ni même maintien, mais seulement que la question existe, et que les gouvernements et les personnes soucieuses d’intérêt public ne peuvent s’en désintéresser » Alfred Sauvy in Planning familial, septembre 1960, cité par Virginie Barrusse in “Population 2018/1 Le complexe de la dénatalité. L’argument démographique dans le débat sur la prévention des naissances en France (1956-1967)”.**

Qu’il soit voulu ou subi, qu’il résulte d’une volonté tardive des hommes de réduire leur prédation ou qu’il soit imposé par la raréfaction des ressources, le ralentissement de l’activité économique aura des répercussions considérables sur la société, en aggravant une situation de l’emploi plus difficile qu’elle a jamais été et un déséquilibre social d’autant plus précaire qu’il est dorénavant planétaire, en dépit des barrières, barbelés et murs dressant chaque jour plus nombreux leur dérisoire rempart contre la montée inexorable de ceux que leur misère pousse vers ce qu’ils croient être un monde meilleur. En l’absence d’une parfaite conscience de cette situation et de ses conséquences prévisibles, et faute de mesures préalables et d’accompagnement propres à réduire puis à stabiliser le nombre de consommateurs, la décroissance ne peut donc que perpétuer et amplifier un antagonisme primaire relevant d’une lutte des classes aussi archaïque que vaine ainsi qu’aux pires désordres dont les premières victimes seraient les plus défavorisés. N’est-il pas

préférable que des êtres humains moins nombreux, s’inventent et ajoutent à une frugalité imposée à tous par l’épuisement de bien des ressources vitales, de nouveaux moyens de continuer à satisfaire leur premier besoin qu’est le progrès ? Sans sous-estimer l’importance de tout geste allant dans le sens d’une réduction de sa prédation, l’homme a encore, pour peu de temps, la possibilité d’accélérer la mise en œuvre de mesures salutaires – largement engagées pour certaines – portant sur sa démographie et tout ce qui en découle en termes d’économie, donc de consommation et de ressources, mais aussi – et peut-être surtout – socialement.

La prise de conscience des maux engendrés par la surpopulation humaine est encore loin d’être générale, entravée par des tabous et des dogmes que des pouvoirs empêtrés dans leurs contradictions tardent à lever. Ils doivent pourtant comprendre que si le nombre de ses victimes qualifie la faute, chaque jour alourdit la leur, quand le fragile équilibre entre l’humanité et son habitat est sur le point de se rompre. Dans la relativité de la pauvreté et de la richesse de chacun, sur 100 êtres humains qui naissent – et il en naît entre 230 et 280 000 supplémentaires quotidiennement, soit près de 100 millions chaque année – 14 vont grossir les rangs des riches quand 86 rejoignent ceux des pauvres.

Pour toutes précisions concernant la méthodologie conduisant au constat ainsi représenté, voir https://docs.google.com/document/d/1WCRZX7-OdrML4HmbN6lE2Oz_-L_Xa4GAJ5dVuSX2xCI/edit

 

*https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/la-survie-des-plus-riches-depend-d-206568

**https://www.ined.fr/fichier/rte/General/Publications/Population/2018/2018-1/POPF_1801_DeLuca.pdf

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.25/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

59 réactions à cet article    


  • Hecetuye howahkan 13 août 10:26
    Salut...

    combien ?? 00 millions comme sur la pierre de georgiastone..

    bon cela fait juste 6 milliards 500 millions à éliminer....un détail..

    bon passons à autre chose

    il faut 6 protéines végétales pour produire 1 protéine animale...

    De plus, pour compléter ses besoins quotidiens en protéines, il est nécessaire de respecter l’association légumineuses céréales : leurs protéines sont complémentaires.

    Les légumineuses en plus de leur teneur en protéines, sont très riches en fibres et en glucides complexes (sucres lents). En outre, elles contiennent du magnésium, du fer et du sélenium, un antioxydant puissant.

    Les protéines animales ont un gros inconvénient : elles sont très acidifiantes, bien plus que les protéines végétales. Pourquoi cette différence ? Elles sont liées à des minéraux (chlore, soufre, phosphore) qui, une fois dans l’organisme, vont se transformer en acides forts (acide chlorydrique, sulfurique, phosphorique). Les reins sont les seuls organes capables de les traiter, avec une capacité d’élimination limitée. Une surconsommation de viande peut très vite entraîner une accumulation de ces acides, et provoquer les dégâts en chaîne que nous avons déjà évoqués.

    A l’inverse, les protéines végétales sont associées à des minéraux (potassium, calcium, magnésium, sodium) qui vont donner des acides dits faibles ou « volatils » car ils ont la particularité d’être facilement métabolisés en acide carbonique afin d’être éliminés, de manière quasi illimitée, par les poumons.
    Il est donc important de diminuer les apports en protéines animales, au profit des protéines végétales, et de compenser leur acidité par une grande consommation de légumes au pouvoir alcalinisant (anti-acide),


    etc

    on récupère donc des terres en quantités incroyable , celles utilisées pour élever des animaux ensuite sacrifié dans des conditions que la plupart des gens refusent de regarder..



    • Hecetuye howahkan 13 août 10:27

      @Hecetuye howahkan


      Quel est la vraie signification du Stonehenge Américain, et pourquoi est-il couvert de messages importants ? Parce que cela confirme le fait qu’il y a un groupe qui a un but.

      (1) Réduire dramatiquement la population du monde
      (2) Faire la promotion de l’environnementalisme
      (3) Établir un gouvernement mondial
      (4) Faire la promotion d’une nouvelle spiritualité

      Il est certainement probable que le groupe qui demande la création des “Pierres Guides” de Géorgie est un parmi plusieurs groupes similaires qui travaillent ensemble dans la direction d’un nouvel ordre mondial, un nouveau système économique, et une nouvelle spiritualité mondiale. Derrière ces groupes, cependant, il y a des forces spirituelles noires. Sans comprendre la nature de ces forces obscures il est impossible de comprendre le déroulement des évènements mondiaux.

      Le fait que la plupart des américains n’ont jamais entendu parler des “Georgia Guidestones” est un signe que nous sommes en péril.


    • foufouille foufouille 13 août 10:51

      @Hecetuye howahkan

      vu les trucs que tu gobes tu as trop mangé de champignons.


    • Loatse Loatse 13 août 11:48

      Décroissant, dans l’idéal ce serait ne plus acheter d’objets jetables, de saletés à obsolescence programmée, de ces gadgets/bibelots made in china de médiocre qualité qui nous arrivent par bateaux entiers, bref de revenir à une consommation intelligente..


      Il y a encore pas si longtemps de cela, on dotait les jeunes mariés...et pas avec du meuble de chez kea ! A cette occasion, avant que les meubles et les bois ne viennent d’ailleurs, l’artisan local était sollicité pour fournir aux jeunes ménages la totalité de ce dont il avait besoin.

      Des meubles, de la vaisselle, du linge de maison (en lin, quasi inusable) et cuisinières le tout entretenu et qui durait toute une vie.. Enfin jusqu’à ce que des petits malins, échangent de lourds et beaux meubles ouvragés (bretagne) contre.... du formica !!!!

      Le vêtement et la chaussure se devait d’être de qualité... ceux qui ne pouvaient se permettre d’acheter du prêt à porter cousaient eux même leurs vêtements... Les magasins que l’on appele aujourd’hui de bricolage, jadis quincailleries, ne désemplissaient pas, idem les merceries..

      Bref un mode de vie qui a paradoxalement contribué aux trente glorieuses.. puis vint la consommation effrénée de tout et n’importe quoi venant d’ailleurs, de la voiture à l’electroménager, du vêtement à la chaussure, jusqu’à la nourriture, dorénavant cuite... les crédits à la consommation, l’usage généralisé du compte en banque..

      Les femmes ont quitté massivement leur foyer, perdant leur vie à tenter de la gagner.. sacrifiant au passage l’éducation de leurs enfants, laissée à la collectivité..et tout ceci, pourquoi ? pour posséder plus de choses...

      Marché de dupes et fatigue accrue, il n’était donc plus question de fonder des familles dites nombreuses. L’enfant de richesse qu’il était devint une entrave à « l’épanouissement personnel », comme le conjoint qui devint aussi un objet de consommation, tandis qu’on reléguait nos vieux parents dans des mouroirs appelés en novlangue : maisons de retraite..

      C’est ainsi que se mit à agoniser l’Occident qui se targue encore de vouloir exporter son mode de vie, qu’il érige en modèle civilisationnel ! (ce qui in fine, produira les mêmes effets partout - moins d’enfants - plus de consommation, des familles éclatées etc... !)

      Mais rien ne vaut des images pour étayer mon analyse : smiley




      • bibou1324 bibou1324 13 août 15:17

        @Loatse
        Vous auriez du voir la tête de mon concessionnaire moto quand je lui ai demandé l’espérance de longévité de la bécane que je venais d’essayer. C’est pourtant bien plus important à mes yeux que les émissions de CO2 et aux NOx, qui ne prennent pas en compte l’énergie grise nécessaire à la fabrication du produit.


        Les gens aujourd’hui veulent du clinquant, pas du solide ni du fonctionnel. C’est bien triste pour la planète.

      • cyborg 13 août 12:22

        Les écolos font tout pour augmenter la population européenne avec l’immigration afin d’assurer des consommateurs pollueurs au capitalisme.


        • sleeping-zombie 13 août 12:45
          @auteur
          J’ai rien compris à l’article, trop de phrases trop alambiquées.

          Pourquoi je commente alors ?
          A cause de la géométrie du schéma :)

          1. Aire d’un triangle : base x hauteur x 1/2
          2. Théorème de Thalès : si on coupe le triangle a mi-hauteur, la base du « petit » triangle des riches fait la moitié de celle du grand

          (1 et 2) : la répartition des riches/pauvres n’est pas 14/86 mais 25/75

          Cordialement


          • Claudec Claudec 13 août 15:44

            @sleeping-zombie

            Quelles que soient les insuffisances de l’auteur, il vous suffirait apparemment d’être un peu plus attentif à ce que vous lisez (mal) pour le comprendre.
            Ainsi nous sommes dans le cas de la pyramide (sociale) là où vous en restez à celui du triangle, couramment utilisé pour la représenter, comme il en est du cercle pour figurer en 2 dimensions un globe.
            Je m’efforce d’ailleurs d’aider le lecteur en fournissant le lien conduisant aux précisions d’ordre méthodologique qui peuvent lui être nécessaires..
            Merci néanmoins de votre attention.
            Cordialement



          • mmbbb 13 août 18:14

            @Claudec je n ai rien compris je n ai pas d effort tu es trop meprisant le docte savant 


          • sleeping-zombie 14 août 08:31

            @Claudec

            Ainsi nous sommes dans le cas de la pyramide

            Ah, ça change tout !
            Dans le cas d’une pyramide, donc un volume, une réduction de taille d’un facteur 2 réduit le volume d’un facteur 8.
            Donc les proportions sont 87.5 / 12.5. On se rapproche un peu mais c’est toujours pas ça :D

          • Claudec Claudec 14 août 18:44


            sleeping-zombie 14 août 08:31

            Un facteur de taille n’a rien à faire ici. Et s’il devait en être question, nous parlerions plutôt d’augmentation que de réduction, la pyramide sociale s’étant développée dans le temps, avec la population qui y loge et dont elle est censée représenter schématiquement l’importance et la répartition en catégories sociales.

            Il s’agit ici d’une répartition en pourcentage du volume total de la pyramide, en deux parties correspondant à chacune des deux moitiés d’une richesse lui étant globalement associée.

            Voir https://pyramidologiesociale.blogspot.fr/ et/ou lire "Précis de pyramidologie sociale"


          • microf 13 août 14:31
            C´est en Occident qu´il faut diminuer la population, ce sont les Occidentaux champion de la consommation á outrance, de lá, viennent tout les maux.
            La grande majorité de la population mondiale vient des pays pauvres et n´ont rien á consommer, vivre avec un dollar par jour, ce n´est pas consommer.
            Pendant ce temps, moins de 30 % de la population mondiale consomme á outrance et polue, ce sont eux qui causent les problèmes de ce monde et c´est lá bas qu´il faut agir, mais qui le fera ?.

            • mmbbb 13 août 18:08

              @microf pas moi surtout pas moi . Je suis las d entendre cette antienne Alors pourquoi tes africains veulent venir en Europe Cela m echappe Cela dit je vais me mettre au diapason de la vie africaine, pas foutre grand chose et faire 20 gosses Et apres je passerai mon temps a critiquer l occident Reste en Afrique , demain l Europe sera africaine de quoi de plaints tu


            • microf 14 août 15:47
              @mmbbb

               « pas moi surtout pas moi » Comme d´habitude toujours peureux ne voulant rien assumer.

              C´est vous qui consommez, c´est vous qui poluez, et c´est vous qui vous plaignez, alors pour que la situation s´arrange c´est vous qu´il faut diminuer.
              A supposer que les africains n´existent plus, est ce que celá va vous empêcher de consommer ?.
              Ce serait même plus grave si les africains n´existaient plus, car tel qu´on vous connait, vous allez encore augmenter votre consommation, poluer encore plus qu´aujourd´hui et dégrader ainsi plus la nature qu´elle l´est aujourd´hui.
              Avez vous déjá lu un article oú les africains se plaignent d´être nombreux ?, les africains sont content d´être nombreux, ne vous en déplaise et que vous le voulez ou pas, celá va continuer Dieu merci, á moins que comme d´habitude, vous utilisez la méthode classique de la solution finale avec vos armes de destructions massives.

              Je ne me plains pas, ce n´est pas moi qui a écrit cet article, adressez vous á celui qui a écrit l´article, je n´ai fait que commenter, voulez vous me refuser au moins ce principe démocratique ?.

            • Claudec Claudec 14 août 18:27

              @microf

              30% des terriens, en partie occidentaux, ne font pas que consommer. Ils produisent (et polluent) aussi pour satisfaire les besoins de ceux qui ne sont pas en mesure de le faire pour eux-même et qui sans cela seraient encore plus démunis qu’ils le sont et pollueraient comme les autres.

              Par ailleurs, concernant l’aide apportée aux pays pauvres (notamment africains) par les pays riches, voir l’abondante documentation accessible sur le net et notamment l’information fournie par l’OCDE à l’adresse ci-après : https://www.persee.fr/doc/tiers_0040-7356_1968_num_9_35_2467

            • microf 14 août 21:14
              @Claudec

              Merci beaucoup de l´aide qu´apporte en partie les Occidentaux á ceux qui ne sont pas en mesure de produire pour eux, c´est très très gentil pour les Occidentaux, champion d´abnégation.

               Toutefois celá n´empêche pas cet Occident de consommer jusqu´á l´indigestion, causant une pollution jamais atteinte dans l´histoire de l´humanité. Tel que je vous connais, toujours entrain de fuir ses responsabilités, de ne vouloir rien assumer, vous me répondrez que c´est parceque lOccident produit pour ceux qui ne le peuvent pas qu´il ya cette pollution.

              Vos données sont écrites par les Occidentaux champion de fake news, qui écrivent ce qui les arrangent, la réalité est toute autre.
              Je vous prie de visonner ce lien qui n´a pas été fait par l´un de ceux qui ne peuvent pas produire pour eux même, mais par un Occidentaux, en l´occurence, un ancien Président Francais, lisez en dessous ce qu´il dit et écoutez le dans ce lien. https://youtu.be/KIHFgealnYM

              « On oublie seulement une chose, c´est qu´une grande partie de l´argent qui est dans notre porte monnaie, vient précisément de l´exploitation depuis des siècles de l´Afrique, pas uniquement, mais beaucoup vient de l´exploitation de l´Afrique. Alors, il faut avoir un tout petit peu de bon sens, je ne dis pas de générosité, de bon sens, de justice pour rendre aux africains ce qu´on les a pris d´autant que c´est nécéssaire si on veut éviter les pires convultions ou difficultés avec les conséquences politiques que celá comportent dans un prochain avenir. »

              Ce n´est pas @microf ou un de ceux qui ne peuvent pas produire pou eux qui le dit, mais bel et bien un ex-Président Francais, á savoir Jacques Chirac. Celá, votre OCDE ne l´écrira jamais.

            • Claudec Claudec 14 août 21:59

              @microf


              Quels que soient les opinions et les sentiments des uns et des autres, depuis toujours les inégalités sociales se sont aggravées proportionnellement à l’augmentation de la population et à l’enrichissement collectif de la société, les questions de partage étant une toute autre affaire. Il existe aussi une pyramide sociale dans chaque pays en développement, avec ses riches et ses pauvres.

              La pyramide sociale s’est partout élevée sans cesse au cours des siècles, ce qui a creusé toujours plus l’écart entre riches et pauvres, alors que structurellement le nombre de ces derniers augmente inéluctablement six fois comme celui des riches. Et l’augmentation de la demande, due à la surpopulation planétaire, est devenue telle que l’insuffisance des moyens de la satisfaire touche et touchera toujours plus d’abord les plus vulnérables.

              Telle est la situation à laquelle l’humanité entière est désormais confrontée.

            • Matlemat Matlemat 13 août 15:23

              Bien le bonjour, pouvons nous rester les bras croisés envers les religions archaïques qui interdisent la contraception, rendant le nombre de personnes écervelées toujours plus nombreux. Ils se battent pour augmenter le nombre de fidèles comme si un éventuel dieu avait besoin de quoi que ce soit. Le nombre augmente le pouvoir des autorités religieuses qui se servent de la menace de la punition divine pour soumettre les naïfs. Difficile de reconnaître que sa propre famille vous a inculqué des mensonges. Les athées doivent sans doute eux aussi lutter pour la non manipulation des enfants par leurs parents, la laïcité est pour cela essentielle. Aujourd’hui la faible mortalité fait que c’est intenable d’interdire la contraception, on est plus au moyen âge... Les religions doivent rentrer dans le monde moderne ou elles seront condamnées par le bon sens.


              • Enabomber Enabomber 14 août 18:04

                @Matlemat
                L’écologie doit sûrement être aussi une de ces religions archaïques. Parce que quand on voit le nombre d’écolos qui ont plus d’enfants que le nécessaire pour simplement maintenir la population, il y a de quoi se poser des questions ! Mais peut-être ceux-là ont-ils pris le parti d’être plus nombreux pour mieux diffuser leurs idées ?


              • Matlemat Matlemat 14 août 20:30

                @Enabomber
                 Admettons que vous parlez au premier degré, la multiplication des écolos aura un impact environnemental bien plus limité que la multiplication des indifférents.


              • teysseire 15 août 08:09

                @Matlemat C’est juste. On pourrait rajouter que toutes les religions ne sont pas à égalité sur le sujet. Peu de catholiques en Occident refusent la contraception par exemple !


              • Claudec Claudec 13 août 15:53

                Votre propos, qui n’est qu’une idée aussi sommaire que largement répandue m’amène à me répéter. Comme vous auriez pu le lire dans l’article, il «  revient à occulter le fait que les activités humaines polluantes et surconsommatrices de ressources résultent de la production, par les pays en mesure de le faire, de ce qui est consommé par l’ensemble des êtres humains, y compris les pauvres qui sans cela seraient encore plus démunies qu’ils le sont ».


                • rhea 1481971 13 août 16:22
                  • La population mondiale continuera d’augmenter, il y a chez l’être humain
                  • un réflexe de Pavlov qui est inconscient que je résume : en cas de catastrophe
                  • nucléaire plus on sera, plus il en restera. C’est assez simple, il n’y a pas besoin
                  • de long discours

                  • Claudec Claudec 13 août 17:32

                    @rhea 1481971

                    Brillant raisonnement ! Sauf que :

                    Ou la catastrophe est d’ampleur limité, et les trous seront vite comblés à la cadence de 250 000 êtres humains supplémentaires quotidiennement,

                    Ou le feu nucléaire est tel que la planète sera interdite à ceux qui y auront survécus.

                  • L'enfoiré L’enfoiré 13 août 19:07
                    @Claudec

                     Je vais évidemment dans votre sens.
                     Il fut un temps où la médecine ne permettait pas de sauver la multitude d’enfants qui naissaient. Poussée en général par les religions, cela a créé des familles (très) nombreuses.
                     Ce n’est plus le cas.
                     En plus elle permet d’allonger la longueur de la vie.
                     Les « accidents » de venues d’enfants n’ont été que limités par des moyens de contraceptions, pilules & co.
                     Dans beaucoup de familles, les enfants n’ont pas été assumés dans leurs contraintes financières et de présences.
                     Bizarre que l’on ne pousse pas suffisamment l’adoption qui ne génère pas un accroissement de population.
                     Ne faut-il aussi assouplir les règles d’adoption ?
                     Des enfants naturels n’ont eux pas de règles et tout le monde s’en fout. 

                  • rhea 1481971 13 août 19:15
                    @Claudec
                    • ce que j’ai mis à la suite

                    • La courbe de la population mondiale change d’allure vers 1840, celui
                    • qui sait calculer les champs morphogénétiques sait que c’est à cause
                    • de l’ère atomique, ensuite vous mettez le calcul sur un traitement
                    • de texte, Wikipédia change les échelles de la courbe, 1840 ce vérifié
                    • sur l’ancienne courbe de la population mondiale que j’ai imprimé.


                  • L'enfoiré L’enfoiré 13 août 19:32

                    « Il faut faire des enfants quand on est vieux, parce qu’on les emmerde pas longtemps et en plus ils ne nous les refilent pas trop vite les leurs », Jean Yanne


                  • teysseire 15 août 08:15

                    @L’enfoiré On n’assouplit pas les règles de l’adoption parce qu’il y a 10 ou 20 fois plus de demandes que d’enfants à adopter en France par ex. Beaucoup de pays étrangers réservent à présent l’adoption à leurs citoyens, ce qui paraît normal. On peut se réjouir qu’il y ait moins d’abandons , il y aurait pourtant à redire sur la politique des services sociaux qui favorisent « les liens du sang » coûte que coûte. Mais ça c’est une autre histoire...


                  • covadonga*722 covadonga*722 13 août 16:24

                    bonjour Claudec pas de méprise ça n’est pas a vous que je fais la leçon.

                    Mais il est notable sur ce site que des partisans de la décroissance sont des vieux nantis qui se baladent a travers la planète « a la nage j’imagine » Parlier ,Chroshouplon Cabanel par exemple tout en prêchant a ces gueux de pauvres de cesser de leur saloper leur planète.
                    Il est a noter aussi que les gourous de la décroissance appartienne a des sociétés d hédonistes ventre plein et sécurité sociale assuré y compris pour les expats intermittent .
                    J’entend bien vos propos et les trouvent recevables pour la plupart mais expliquer aux plus pauvres
                    qu’il ne faut ne plus faire d’enfants et ne plus consommer quand se sont la les deux seules choses leur rendant l’enfer terrestre supportable .Bref vous aurez compris que ce qui me rend ce discours insupportable sur ce site ce sont les porteurs du messages qui me semble a tout le moins totalement disqualifiés pour le porter .
                    cdtl
                    asinus : ne varietur

                    • Claudec Claudec 13 août 17:27

                      @covadonga*722

                      N’est-ce pas précisément parce que l’enfer terrestre est d’autant plus insupportable que les hommes sont pauvres, qu’il faut aider ceux qui le connaissent à ne pas y condamner leur descendance ?
                      Sauf à tellement aimer les pauvres ou à trouver avantage à la pauvreté, qu’il soit utile de les voir se multiplier 6 fois comme les riches (86/14).

                    • foufouille foufouille 13 août 17:59

                      @covadonga*722

                      ça me fait penser à jc allard, soit disant pauvre dans sa cabane au canada.
                      il part six mois au mexique tous les ans ............


                    • mmbbb 13 août 18:11

                      @foufouille Ils sont tous ainsi c est pour cela que leur lecon de morale, je m en tape alors vraiment. J ai pour principe « dis moi comment tu vis ’ alors je suivrai ou pas » La misere est un business . Kouchner passe une tres bonne retraite, non pas dans une case mais a Paris


                    • Claudec Claudec 13 août 18:22

                      @mmbbb

                      Mention pour “La misère est un business”.
                      C’est pas que ce soit vraiment nouveau mais ça vaut d’être rappelé de temps à autre.
                      Hélas, les plus concernés sont les derniers à s’en rendre compte et continuent, structurellement, de se multiplier 6 fois comme les riches.

                    • covadonga*722 covadonga*722 13 août 21:02

                      @Claudec
                      laisser moi vous assurer que je l’ai vu et côtoyée de prés en Afrique cette pauvreté.

                       Surtout et je réitère l’occident leur montre une vitrine de chalandise et leur dit désormais ,
                      « bon d’accord vous n’avez pas accès a cette profusion mais finalement c’est pas si bon pour nous 

                      donc vous il est sain 
                      pour notre planète que vous vous en passiez . »

                      par ailleurs culturellement et sociologiquement pour nombre de ces peuples une nombreuse descendance c’est la garantie de leur survie ..

                      vous me direz que l’absence de la notre et la garantie de notre disparition Gaia s’en portera t elle plus mal  ?
                      Vous excuserez le trivial d’un vieux soudard mais s’agissant de décroissance populeuse je participerais volontiers a celle concernant les décroissants déjà évoqués .
                      cdtl
                      asinus : ne variatur


                    • Enabomber Enabomber 14 août 18:13

                      @covadonga*722
                      Tiens, ça me rappelle l’oncle de ma femme, un véritable contempteur de la consommation. Alors tous les ans, il va voir comment ça se passe ailleurs. À Cuba, au Vietnam, aux Seychelles...


                    • pierre 17 août 18:59

                      @Enabomber
                      ce n’est pas le cas de cova, il est accroché à avox, asinus ne variatur ( seul les imbéciles ne changent jamais d’avis)


                    • rhea 1481971 13 août 16:57
                      • La courbe de la population mondiale change d’allure vers 1840, celui
                      • qui sait calculer les champs morphogénétiques sait que c’est à cause
                      • de l’ère atomique, ensuite vous mettez le calcul sur un traitement
                      • de texte, Wikipédia change les échelles de la courbe, cela ce vérifié
                      • sur l’ancienne courbe de la population mondiale que j’ai imprimé.

                      • Macondo Macondo 13 août 17:13
                        Bonjour. Commençant l’article par « Nombreux sont les partisans de la décroissance qui négligent ou sous-estiment les obstacles qui la rendent impraticable » j’ai eu immédiatement envie de demander : qui parle ? Poursuivant la lecture, j’ai découvert qu’était abordée : la décroissance mondialisée, et j’ai effectivement souri face à cet oxymore suprême. La décroissance, la vraie, est forcément individuelle et nécessairement locale. Complètement intégrée dans la sphère personnelle, elle apaise déjà via sa connexion évidente avec la transmission des vingt mille années précédentes, elle trace quelques bordures de vie où pousseront plus sûrement des brassées de fleurs sauvages que des places goudronnées de parking, elle offre de vrais moments de joie en forme de redondants WTF adressés aux grandes enseignes, elle se soulage longuement dans n’importe quel GAFAM en forme de violon, elle s’offre la liberté de présenter un majeur bien tendu à TOUT ce qui essaye d’entrer par la porte ou par la fenêtre, elle transforme une réparation d’un bien d’usage en victoire napoléonienne. Non sincèrement je vous assure, vous devriez essayer à la maison ...

                        • Claudec Claudec 13 août 18:05

                          @Macondo

                          Merci de votre visite et de votre attention, mais votre lecture semble avoir été un tantinet partisane et en tout cas bien partielle. Les entraves à la décroissance individuelle – aussi louable qu’utopique – qui vous est chère, se trouvant (pour partie) dans la suite de l’article.
                          Pour ma part, je ne vois dans 20 000 ans d’histoire de l’homme, que le progrès répondant à sa condition, avec ses hauts et ses bas.

                        • Macondo Macondo 14 août 11:11
                          @Claudec ... Partisan, effectivement, plus que sachant. Tant de discours depuis tant d’années - superbes au demeurant, ayant énuméré exhaustivement tous les effondrements - et ? C’est donc chacun pour soi, fusse en ayant une vision humaniste de la cause dont nul ne puisse en même temps certifier qu’elle le mérite. Mon micro-combat quotidien : m’opposer à l’accumulation du Capital. A mon tour dans cette spécialité, j’accumule des victoires chaque jour, les pieds en éventail me permettant de produire une non-consommation rigoureusement effrénée. D’une facilité déconcertante, elle place immédiatement les gens de peu - sans qu’il soit besoin qu’on leur explique sur un graphique - dans le camp des Justes. Des cons diront certains, qu’ils aillent en paix pique-niquer sur leur parking aménagé dans un bloc de béton sur une station de l’A7 côté pauvres et que les nantis aillent attendre leurs grosses valises sur le tourniquet situé à 5kms ... Le progrès, seul, ne veut rien dire, on devrait parler de progrès successifs ayant jalonné l’histoire. L’homme, seul « en son âme et conscience », décide si c’est un progrès - vous répondre ici en est un, extraordinaire, mais sous réserve qu’il ne devienne pas mortel, sans quoi je conserverais ma bouillie informe sans m’en émouvoir. Les plus sages savent que ça peut prendre quelques années pour s’apercevoir qu’on s’est collectivement lamentablement vautré ...


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès