• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Despotisme éclairé

Despotisme éclairé

« L'enfant n'est pas un vase qu'on remplit mais un feu qu'on allume » pourtant nous continuons à remplir des vases.

JPEG

Le despotisme éclairé, une doctrine politique, née au 18me siècle, issue du mouvement des Lumières, popularisée par le philosophe Voltaire et ses « followers », combine, chez celui qui a le pouvoir, force déterminée et volonté progressiste, tout en sélectionnant, pour le peuple, le savoir qu’il juge utile, savoir qu’il distille, à compte-gouttes, à travers le système éducatif et les médias, qui, en hiérarchisant son contenu, assurent le maintien de la structure de pouvoir.

Walter Lippmann (1889 – 1974) avait beaucoup médité sur la chose avant de la théoriser dans son ouvrage « Public Opinion », paru en 1922. Son concept de la « fabrique du consentement » fut disséquée plus loin par l’oracle du « Massachusetts Institute of Technology » MIT, Noam Chomsky, un fervent critique de Lippmann, mais qui, avec l’âge, conduit, sans doute malgré lui, la pensée « lippmannienne » vers son apothéose, en déclarant dans une interview traitant de la pandémie du SARS-CoV2, en accord avec la doxa « voltairienne » ambiante, que, pour le Bien du peuple, il faudra se résoudre à écouter les experts et, si besoin, procéder à une « ségrégation entre les personnes vaccinées et les non-vaccinés, allant jusqu’à priver de nourriture les derniers, afin de les faire plier au consensus scientifique. »

A l’instar de son homologue contemporain William Henry Gates III, Walter Lippmann finit par quitter l’université de Harvard sans diplôme, ce qui ne l’avait pas empêché de devenir une des personnalités publiques américaines les plus influentes du 20ème siècle. Père du journalisme moderne, lauréat du Prix Pulitzer à deux reprises, il s’intéressait tout particulièrement au rôle des médias en tant que vecteur d’un discours politique consensuel, discours approuvé au préalable par un cercle restreint d’intellectuels et d’experts, dans un système démocratique, devenu obsolète à ses yeux car « personne ne s’attend à ce qu’un ouvrier métallurgiste connaisse les secrets de la physique quantique. Pourquoi devrait-il s’y connaître en politique ? »

Dans le but de populariser sa thèse d’une gouvernance élitiste de la chose publique, il fonda en 1914, avec quelques condisciples « progressistes », le magazine « The New Republic », racheté, pour la petite histoire, en 2012, par Chris Hughes, co-fondateur du réseau social « facebook », et dont un des nombreux éminents contributeurs fut le psychologue et philosophe John Dewey (1859 – 1952), figure majeure du courant philosophique du pragmatisme, par conséquent un ardent critique de la thèse élitiste de Walter Lippmann, et qui, contrairement à ce dernier put se prévaloir d’un parcours académique impressionnant. 

Le pragmatisme met en avant la capacité d’adaptation de l’être humain aux contraintes de la réalité, se référant à la théorie darwinienne de l’évolution, contrairement aux adeptes du darwinisme social du sociologue britannique Herbert Spencer, qui préconisent que c’est la compétition qui assure la survie, concept devant in fine trouver son apothéose dans une société régie par l’anarcho-capitalisme.

Quant à la vérité, pour Dewey, en accord avec Lippmann, elle n'existe pas a priori, mais, contrairement à Lippmann, elle n’est pas fabriquée par des savants et des journalistes, mais, elle se révèle progressivement à chacun par sa propre expérience. Par conséquent l’intelligence a pour finalité la capacité d’agir et non la connaissance, ou en d’autres termes, elle n’est pas une fin en soi. Or pour Lippmann, la connaissance prend une forme quasi religieuse sans finalité, au point que la diffusion de l’actualité doit se limiter à la communication d’un événement, tandis que la diffusion de la vérité consiste en la mise en lumière et la contextualisation de faits choisis, dans le but de construire une nouvelle réalité, censée permettre au public d’agir.

La modernité, de nos jours on pourrait évoquer l’accès illimité à l’information via internet, menace, selon Lippmann, la stabilité des structures de pouvoir, patiemment construites depuis la révolution industrielle, tout au long du 19ème siècle. Par conséquent il lui paraissait indispensable qu’une nouvelle classe dirigeante s’approprie à nouveau le pouvoir pour faire face aux nouveaux défis. Dans ce contexte, on constate actuellement une volonté affichée de censurer internet.

« Etant donné que le public est coutumier de se forger une opinion avant de disposer des faits, il est préférable qu’une élite du savoir « assainisse » ceux-ci, avant leur publication par les médias, afin d’éviter qu’ils soient pollués par des « stéréotypes », une expression crée et popularisée par Lippmann pour décrire un moyen efficace de manipulation d’un public insuffisamment instruit pour mesurer le degré d’importance des différents sujets d’actualité. Ainsi, une forme discrète, néanmoins omnipotente de contrôle sur les médias est indispensable lorsque l’autocensure s’avère insuffisante. »

Alors que pour John Dewey, le public consiste en de multiples publics à l’intérieur de la société en tant que telle, qui s’auto-éduquent et s’approprient le savoir, l’intelligence collective, pour arriver à former une société nouvelle du savoir.

Soucieux de préserver la stabilité et l’équilibre social, Lippmann imagina la mise en place d’un « bureau de renseignement » semi-gouvernemental, censé évaluer les informations connues de lui, dans le but de déterminer, par le biais d’un processus « essai-erreur » entre intellectuels et scientifiques, lesquels de ces informations seraient publiées et lesquels seraient épargnées au public. » 

En faisant de la question du libéralisme son cheval de bataille, surtout de la question à savoir combien de liberté(s) il convient d’accorder au peuple, il s’attira la sympathie du grand capital, car évidemment la notion de liberté est un double tranchant. Il y a d’un côté la liberté qui protège le citoyen contre l’arbitraire du souverain et de l’autre la protection par le souverain contre la misère matérielle, la liberté économique, ou la discrimination. Ainsi, partant d’un motif louable, cellui de protéger le peuple contre soi-même en prévenant, par la propagande bienveillante, qu’il s’expose à des « fake news » susceptibles de lui nuire, il fait le jeu du grand capital.

Suite à la publication de son ouvrage « The Good Society » s’organisa en 1938 à Paris ce qu’on appelle le « Colloque Walter Lippmann », un rassemblement de 26 économistes et intellectuels libéraux débattant de la capacité du libéralisme à faire face à la modernité et, en 1947, dans la commune suisse de Mont Pèlerin, la « Mont Pèlerin Society », composée d’intellectuels et journalistes, dont l’économiste Friedrich Hayek, père spirituel de la défunte Premier-ministre britannique Margaret Thatcher, Milton Friedman, père adoptif de l’équipe des « Chicago boys », moteur du coup d’état chilien du Général Pinochet, l’économiste autrichien Ludwig Van Mises, le philosophe autrichien Karl Popper. 

En 1981 fut fondée à Arlington en Virginie l’ONG « Atlas Network » un réseau de 500 « Think-tanks » néolibéraux éparpillés dans une centaine de pays à travers le monde, ONG qui doit son nom au roman « Atlas shrugged » de la romancière russo-américaine Ayn Rand, muse de l’ancien président de la Réserve Fédérale, Alan Greenspan.

En analysant le contexte économique et social actuel, une conséquence directe d’un siècle de pensée néolibérale dominante, force est de constater l’absence de réactivité d’une grande majorité de la population face au déroulement d’un nouveau projet sociétal, totalitaire et transhumaniste, sonnant l’avènement d’une nouvelle ère, celle du post-capitalisme, malgré un accès illimité à l’information, un état de fait jamais atteint auparavant dans l’histoire de l’humanité.

On ne peut que spéculer sur les raisons de cette servitude volontaire, mais peut-être pour beaucoup il ne s’agit pas d’une dystopie orwellienne mais bien au contraire d’une utopie, celle de l’absence de souffrance et d’effort, grâce aux progrès de la médecine et de la technologie.

Il semble y avoir une confiance quasi illimitée dans la capacité supposée de la science de perfectionner la nature et d’augmenter l’homme. Quoi de plus séduisant dans ces circonstances que de déléguer la maitrise sur son corps et son esprit à un « cercle restreint d’intellectuels et de scientifiques ».


Moyenne des avis sur cet article :  4.38/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

48 réactions à cet article    


  • JPCiron JPCiron 20 novembre 2021 08:50

    Theodor Herzl écrivait :

    <Il est tout simplement impossible de mener des affaires internes ou étrangères en présence du peuple rassemblé. La politique doit prendre forme dans les couches supérieures et travailler vers le bas...>

    Pour fonctionner, il est donc nécessaire que les Médias & Politiques façonnent les esprits de manière adéquate.

    A la suite de quoi, le vote démocratique prend place.



    • xana 21 novembre 2021 14:33

      @l’auteur

      Il est de fait très difficile de trouver des gens capables d’allumer un feu (et de l’alimenter), alors que c’est si facile d’essayer de remplir des vases.

      Ce n’est pas la faute des enfants ou des citoyens qui ne demandent généralement qu’à apprendre. C’est parce qu’on ne sait pas former des éducateurs pour élever les âmes, on ne forme que des râbacheurs pour translettre une expérience qui ne leur doit rien.

      L’expérience des anciens n’est pas à négliger, mais ce n’est pas tout. Il faut aussi privilégier les esprits capables d’imagination et d’innovation.

      Sur ce site je me heurte souvent à un pilier, l’ami Fergus. Il est intelligent et cultivé. Mais il est absolument incapable de considérer (en matière de politique) une forme de gouvernement hors des sentiers battus de la démocratie représentative : « ca n’a jamais existé », donc cela ne pourra jamais marcher. J’ai connu aussi dans ma carrière de chercheur des collègues très cultivés mais incapables de trouver une idée originale. Et en matière d’enseignement, c’est pire encore puisque l’enseignant n’a pas le droit de remettre en doute le savoir et encore moins d’introduire un quelconque esprit critique dans l’esprit de ses élèves.

      Nous continuons de nous trouver à la fin du moyen âge, malgré le niveau élevé de nos connaissances. Parce que nous sommes incapables de susciter des iconoclastes pour imaginer un monde différent.


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 20 novembre 2021 09:19

      N’oubliez jamais que les Franc-maçonnerie n’est nullement athée. Disons qu’elle s’oppose au pharisianisme de l’église catholique. Mais le dieu des R.C. et des franc-maçons est HERMES. Avec l’époque du covid : un livre fait un carton : Dieu-la science, les preuves.....Seuls les élus doivent avoir accès à cette connaissance... Ce qui est en haut est comme ce qui est en BAS. A cerveaux corrompus, climat déglingué. Giec : poubelle....


      • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 20 novembre 2021 09:34

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.
         
         je crois que vous confondez athée et matérialiste.
         
         « Dans l’avenir nous éliminerons l’âme avec la médecine grâce à des vaccins qui supprimeront la conscience spirituelle » Rudolf Steiner, occultiste autrichien
         
         Nous y sommes.


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 20 novembre 2021 10:40

        @Francis, agnotologue sélection spirituelle....


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 20 novembre 2021 10:50

        @Francis, agnotologue vous répondrez : Complot. Perso je dirais : c’est l’humain qui s’est éloigné de dieu.....Ce qui fait 3 -4 milliards d’individus...Le roue tourne....Le livre de Jean-YVES BOLLORE fait un carton et la spiritualité est en plein boum... C’est la leçon du Covid.....


      • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 20 novembre 2021 10:07

        S’il est vrai que le pouvoir corrompt, alors l’expression « despote éclairé » est un oxymore


        • Jonas Jonas 20 novembre 2021 10:19

          Les philosophes des Lumières, violemment antichrétiens, ont oeuvré pour remplacer la vision de l’homme Biblique, Dieu qui considère l’homme à son image pouvant recevoir la Parole de Dieu, par un matérialisme philosophique qui DÉSACRALISE et déconstruit l’Humain, devenant ainsi un consommateur lambda mondialisé déraciné sans spiritualité, sans tradition, sans identité, sans culture, sans histoire.
          Délivrés des contraintes des Dix Commandements et de la Parole du Christ, les « Lumières » ont libre champ pour imposer leurs idées aussi farfelues que dangereuses.

          « La race des nègres est une espèce d’homme différente de la nôtre, comme la race des épagneuls l’est des lévriers. La forme de leurs yeux n’est point la nôtre, leur laine noire ne ressemble point à nos cheveux, et si on peut dire que leur intelligence n’est pas d’une autre espèce que notre entendement, elle est fort inférieure. Ils ne sont pas capables d’une grande attention. »
          Voltaire - « Essais sur les moeurs et l’esprit des nations » (1740-1756)

          « Nous n’achetons des esclaves domestiques que chez les Nègres ; on nous reproche ce commerce. Un peuple qui trafique de ses enfants est encore plus condamnable que l’acheteur. Ce négoce démontre notre supériorité ; celui qui se donne un maître était né pour en avoir. »
          Voltaire (Essai sur les mœurs et l’esprit des nations, 1753)

          « Il faudrait cloîtrer ces Nègres avec leurs femelles et conserver scrupuleusement leur race sans leur permettre de la croiser ; c’est ainsi seulement que l’on pourrait savoir combien de temps il leur faudrait pour réintégrer à cet égard la nature de l’homme. »
          Buffon - « Histoire naturelle » (1766)

          « Notre aumônier prétend que les Hottentots (namibiens, peuplade d’Afrique), les Nègres et les Portugais descendent du même père. Cette idée est bien ridicule. »
          Voltaire - « Les lettres d’Amabed » (1769) - Romans et contes - garnier-Flammarion p537

          « Enfin je vois des hommes qui me paraissent supérieurs à ces nègres, comme ces nègres le sont aux singes, et comme les singes le sont aux huîtres et aux autres animaux de cette espèce. »
          Voltaire - « Traité de métaphysique » (1734-1737)

          « La recherche des vérités abstraites et spéculatives, [...] tout ce qui tend à généraliser les idées n’est point du ressort des femmes. »
          Jean-Jacques Rousseau : « Émile ou de l’éducation » (1762)

          « La fibre féminine est trop délicate pour retenir longtemps une même impression. [...] Les femmes ne doivent pas oublier que leurs connaissances ne peuvent être que superficielles. »
          Delamétherie : « De l’Homme considéré moralement ; de ses moeurs et de celles des animaux » (1802)

          « Les hommes en général ont des organes plus capables d’une attention suivie que les femmes. » « La supériorité masculine est une chose entièrement naturelle. »
          Voltaire : « Dictionnaire philosophique » - Génèse (1764)

          « La constitution plus débile des femmes,(...) la texture plus lâche et l’irritabilité de leurs fibres leur interdisent (...) les fatigues morales du gouvernement politique. »
          Lequinio - « Les préjugés détruits » - chapitre XIV (1792)

          « Mais à ce mot d’instruction, si l’on attache l’idée d’étude des langues, des sciences, des lettres, des beaux arts, sans contredit on doit l’éloigner du peuple ; l’ignorance est préférable. »
          « Je ne connais pas d’armes plus dangereuses que le savoir entre les mains du peuple. »

          Philipon de la Madelaine - « Vues patriotiques sur l’éducation du peuple, tant des villes que des campagnes » (1783)

          « Le bien de la société demande que les connaissances du peuple ne s’étendent pas plus loin que ses occupations. Les frères de la Doctrine Chrétienne, qu’on appelle »ignorantins« , sont survenus pour achever de tout perdre ; ils apprennent à lire et à écrire à des gens qui n’eussent dû apprendre qu’à dessiner et à manier le rabot et la lime, mais qui ne le veulent plus faire. »
          La Chalotais - « Essai d’éducation nationale » (1763)

          « C’est à regret que je parle des Juifs : cette nation est, à bien des égards, la plus détestable qui ait jamais souillé la terre. »
          Voltaire - « Dictionnaire philosophique » « Tolérance », section I (1765).

          « surtout qu’aucun Juif ne fasse le tour de ma maison en sonnant de la trompette, ne fasse tomber les murs, et ne m’égorge, moi, mon père, ma mère, ma femme, mes enfants, mon chat et mon chien, selon l’ancien usage des Juifs. ».
          Voltaire - « Dictionnaire philosophique » « Tolérance », section V (1765).


          • tonimarus45 20 novembre 2021 18:56

            @Jonas-comme quoi de grands ecrivains et penseurs peuvent se tromper ???


          • Ⓒⓐⓡⓝⓐⓖⓔ Dark trooper 20 novembre 2021 21:23

            @tonimarus45

            Tout a fait c’ est une erreur par omission , il ne parle pas de l’ islam fanatique ...


          • xana 21 novembre 2021 14:41

            @Jonas
            Tiens, Voila un bon exemple de scribe incapable d’imaginer un monde différent. Avec lui l’humanité n’aurait pas osé quitter les grottes !

            Il connaît par coeur les livres les plus inutiles de la terre, et nous les serine chaque jour (jour que Dieu ne fait pas, bien évidemment).


          • rogal 20 novembre 2021 10:30

            Bon article, instructif.


            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 20 novembre 2021 10:45

              Première reconnaissance de l’échec. Non la Pandémie ne sera pas vaincue par les vaccins... LA LIBRE. Le Colosse transhumaniste au pieds d’argile de lentement : https://www.lalibre.be/international/europe/2021/11/19/leurope-tire-une-lecon-cruciale-les-vaccins-fonctionnent-mais-ils-ne-stopperont-pas-le-covid-a-eux-seuls-7MR3LNYF65FP5FBKJUUWCNMN6Q/ 


              • Stupeur Stupeur 20 novembre 2021 11:49

                Bonjour smiley

                La citation attribuée à Noam Chomsky est-elle une vraie citation (dont on peut retrouver l’origine et vérifier l’authenticité) ou une « fake news » ?

                 

                https://www.arte.tv/fr/videos/106472-003-A/noam-chomsky-veut-il-affamer-les-antivax-desintox/

                 



                • Stupeur Stupeur 20 novembre 2021 13:26

                  @JPCiron
                  La soi-disant citation : « pour le Bien du peuple, il faudra se résoudre à écouter les experts et, si besoin, procéder à une « ségrégation entre les personnes vaccinées et les non-vaccinés, allant jusqu’à priver de nourriture les derniers, afin de les faire plier au consensus scientifique. » »
                   
                  Dans l’extrait vidéo, Chomsky ne parle pas de priver de nourriture les non-vaccinés...
                  En gros il dit juste que l’on devrait établir des conventions avec les non-vaccinés, pour qu’ils s’isolent d’eux-mêmes, afin de ne pas mettre en danger les vaccinés. Et prendre des mesures plus coercitives (vis-à-vis des non-vaccinés) si la situation devenait comparable à une épidémie de variole...
                   


                • JPCiron JPCiron 20 novembre 2021 13:39

                  @Stupeur

                  Effectivement.
                  Ce que j’entend dans la vidéo me semble parfaitement raisonnable.

                  Je n’ai as trouvé de source ’directe’ à soutien de la citation.



                • Stupeur Stupeur 20 novembre 2021 14:05

                  Raisonnable... à condition de trouver logique cet « en même temps » qui ne semble pas déranger Chomsky :

                  il faut se vacciner ; les vaccins protègent contre le virus ;

                  et en même temps,

                  il faut isoler les non-vaccinés parce que le virus met en danger les vaccinés... Ce qui implique que les vaccins ne protègent pas contre le virus... 

                   

                   smiley


                • Stupeur Stupeur 20 novembre 2021 14:11

                  @Bruno Hubacher
                  A quel moment on retrouve les paroles de Chomsky disant qu’il faut aller jusqu’à les priver de nourriture ?


                • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 20 novembre 2021 14:12

                  @Stupeur
                   
                   en vieillissant Chomsky a oublié la valeur du principe de non contradiction dont les croyants de toutes obédiences s’affranchissent si aisément. C’est ce qui fait leur force.
                   
                   


                • Bruno Hubacher Bruno Hubacher 20 novembre 2021 14:16

                  @Stupeur
                  9.33



                • JPCiron JPCiron 20 novembre 2021 15:58

                  @Stupeur

                   les vaccins protègent contre le virus > 
                  et
                  les vaccins ne protègent pas contre le virus >

                  .
                  Ne sont pas du tout contradictoires.
                  Il suffit de ne pas lire la chose de manière binaire.

                  En effet, les vaccins ne protègent pas à 100% contre le virus >> ils protègent la plupart des vaccinés contre les formes graves du virus.

                  .


                • JPCiron JPCiron 20 novembre 2021 16:11

                  @Stupeur

                  Chomsky dit deux choses importantes :
                  > La société doit établir des conventions pour protéger ses membres, et les faire respecter au mieux. C’est un des choix de société possibles. Il y en a d’autres.
                  > Ceux qui ne veulent pas se vacciner ont le droit de refuser , et ils doivent s’organiser pour subir les conséquences du choix de société privilégiant la protection de ses membres.
                   :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: ::
                  Nos sociétés humaines (mis à part les Chinois) n’ont pas vraiment fait de choix clair (=convention) de priorité entre la liberté du Groupe et la liberté de l’individu.
                   :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: ::
                  Parmi les différentes ’conventions’ imaginables, chaque société peut choisir de favoriser la liberté absolue de l’individu. Dans ce cas, la convention devra définir comment gérer ceux en désaccord.
                  .


                • Ben Schott 20 novembre 2021 16:19

                  @JPCiron
                   
                  « Ceux qui ne veulent pas se vacciner ont le droit de refuser , et ils doivent s’organiser pour subir les conséquences du choix de société privilégiant la protection de ses membres. »
                   
                  Quand tu vas choper ton cancer, compte sur moi pour te demander des comptes sur ton hygiène de vie durant toute la chienne de celle-ci. Je te prouverai que tu es responsable de ce qui t’accable, et, sauf économies de toute une vie, tu n’auras plus que tes yeux pour pleurer.
                   
                  Je mettrai ensuite ta carcasse dans la fosse commune.
                   
                   smiley
                   

                   


                • Stupeur Stupeur 20 novembre 2021 17:15

                  @JPCiron
                  « ils protègent la plupart des vaccinés contre les formes graves du virus »... selon la propagande des labos smiley (un lobby pharmaceutique bien connu pour son honnêteté et exempt de tout scandale... Mediator, Vioxx, Distilbène, Thalidomide, Opiacés, etc)
                   
                  Sinon, ce principe de précaution qui justifierait l’enfermement des non-vaccinés, pourquoi ne serait-il pas justifié quand les non-vaccinés l’invoquent pour ne pas avoir à subir les multiples injections d’un produit expérimental concocté par un labo pharmaceutique moult fois condamné pour ses pratiques délictueuses ?
                  Un produit expérimental dont on n’a aucun recul sur les effets à moyen et long terme, il va de soi...


                • JPCiron JPCiron 20 novembre 2021 17:36

                  @Ben Schott

                  Quand tu vas choper ton cancer, compte sur moi pour te demander des comptes sur ton hygiène de vie durant toute la chienne de celle-ci. Je te prouverai que tu es responsable de ce qui t’accable, et, sauf économies de toute une vie, tu n’auras plus que tes yeux pour pleurer.
                  Je mettrai ensuite ta carcasse dans la fosse commune.

                  >
                  .
                  Je ne parle pas de cela : tu changes de sujet en supposant que j’ai cette idée idiote en tête !! Mais c’est toi qui invente.
                  .
                  Dans mon post, je développe sur ce que dit Chomsky, qui tient parfaitement la route !! En bref,
                  il dit que chacun est libre de choisir.
                  Et il dit aussi que la société doit définir les règles.
                  Et il ajoute la règle qu’il considère responsable.
                  .
                  Ce que je dis est la même chose, et en ajoutant que si la société choisit que la règle est que chacun fait ce qu’il veut, alors la pression est mise sur ceux qui ne sont pas d’accord.
                  C’est enfantin.
                  .
                  Dans les deux cas, cela pose de gros problèmes à une partie de la population. Mais en société, il faut choisir des règles. Les unes ou les autres, ou encore d’autres à inventer. C’est le jeu de la démocratie, non ?
                  .
                  Pour la fosse commune, entre parenthèse, je serais plutôt d’accord.


                • Ben Schott 20 novembre 2021 17:43

                  @JPCiron
                   
                  « Je ne parle pas de cela [ ... ] je développe sur ce que dit Chomsky »
                   
                  J’ai parfaitement compris ce dont tu parles ainsi que ce dont parle Chomsky.
                   
                  Moi je défends un modèle issu du CNR, aux antipodes de tes élucubrations dont tu n’as pas mesuré toutes les conséquences. Un modèle que s’est choisi la société.
                   
                  Et je combats le modèle que tu défends.
                   


                • JPCiron JPCiron 20 novembre 2021 18:00

                  @Stupeur

                  Sinon, ce principe de précaution qui justifierait l’enfermement des non-vaccinés, pourquoi ne serait-il pas justifié quand les non-vaccinés l’invoquent pour ne pas avoir à subir les multiples injections d’un produit expérimental concocté par un labo pharmaceutique moult fois condamné pour ses pratiques délictueuses ?
                  Un produit expérimental dont on n’a aucun recul sur les effets à moyen et long terme, il va de soi...>

                  .
                  Oui, les morts du COVID sont pour beaucoup une simple anticipation...
                  ... qui fiche quand même le bordel dans les hôpitaux.
                  .
                  Oui, on pourrait décider de laisser chacun libre de décider ce qu’il veut, mais en même temps, si on veut les sauver, il faudrait avant décider de mette un paquet de fric dans les hôpitaux pour traiter les conséquences de ce virus... et aussi pour les virus qui suivront ! 
                  Alternativement on peut décider que les virus c’est un risque pour chacun, et que chacun s’arrange comme il peut s’il se le chope. C’est un choix de société. Qui n’est pas le mien.
                  .
                  Oui, les labos et les politiques, c’est pas net du tout. Mais en même temps, de gauche et de droite, on accepte depuis toujours le système libéral qui, par construction, ouvre grandes les portes pour les magouilles d’ampleur intergalactiques.
                  Mais on a élu des gens pour prendre des décisions pour nous. Et en même temps, on peut en changer.

                  Oui, ce sont des produits ’expérimentaux’. Y a-t-il un produit sur lequel tout le monde est d’accord ? Même l’aspirine ! 
                  Comme dit très justement Noam Chomsky, il faut qur chaque société définisse des règles. Dans un sens ou dans un autre (lui a une idée sur ce qui est le sens juste. Moi aussi) Mais en démocratie on, on fait ce que veut la majorité. Et en même temps, on peut décider de sortir de ce système démocratique, et s’orienter vers autre chose.
                  .


                • JPCiron JPCiron 20 novembre 2021 18:03

                  @Ben Schott
                  .
                  le modèle que tu défends.>
                  .
                  C’est quoi, le modèle que tu t’imagines que je défends ?
                  .


                • Ben Schott 20 novembre 2021 19:20

                  @JPCiron
                   
                  Celui-là : « Ceux qui ne veulent pas se vacciner ont le droit de refuser , et ils doivent s’organiser pour subir les conséquences du choix de société privilégiant la protection de ses membres. »
                   
                  T’es bouché ou quoi ?
                   
                  Moi je défends surtout le modèle où il est interdit d’imposer une quelconque vaccination, ou tout autre ingestion de médication, ou de stigmatiser les « récalcitrants » d’une manière ou d’une autre. Ceux-là ont le droit de refuser sans être « obligés de s’organiser » pour quoi que ce soit...

                  Bref, tout ce qui prévalait dans la lettre et l’esprit en matière de santé publique jusqu’au « tournant de la rigueur ».

                   
                  C’est pas encore assez clair ?...
                   


                • JPCiron JPCiron 20 novembre 2021 19:39

                  @Ben Schott

                  J’ai compris à présent que tu ne comprendras jamais !!
                  N’importe quel clampin comprend ce que j’ai écrit :

                  <<
                   Chomsky dit deux choses importantes :
                  > La société doit établir des conventions pour protéger ses membres, et les faire respecter au mieux. C’est un des choix de société possibles. Il y en a d’autres.
                  > Ceux qui ne veulent pas se vacciner ont le droit de refuser , et ils doivent s’organiser pour subir les conséquences du choix de société privilégiant la protection de ses membres.
                   :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: ::
                  Nos sociétés humaines (mis à part les Chinois) n’ont pas vraiment fait de choix clair (=convention) de priorité entre la liberté du Groupe et la liberté de l’individu.
                   :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: ::
                  Parmi les différentes ’conventions’ imaginables, chaque société peut choisir de favoriser la liberté absolue de l’individu. Dans ce cas, la convention devra définir comment gérer ceux en désaccord.
                  >>


                • Stupeur Stupeur 21 novembre 2021 15:54

                  @JPCiron
                  « La société doit établir »... « du choix de société »...
                   
                  Qui établit ? Qui fait des choix de société depuis bientôt deux ans ?
                   
                  Des politiciens corrompus jusqu’au trognon, qui mentent comme ils respirent...
                  Avec des décisions prises en secret dans des Conseils de défense...
                  Sous encadrement de Cabinets de conseil étrangers (McKinsey...), au profit de labos pharmaceutiques étrangers (aux pratiques mafieuses, et qui se foutent royalement de l’état de santé du « petit peuple », bombardé du matin au soir par de la propagande digne du pire bourrage de crâne enfanté par les pires dictatures)...
                   
                  Et comme si ce n’était pas suffisant, il faudrait enfermer dans des camps ceux qui résistent à cette tyrannie qui veut les transformer en rats de laboratoires piqués avec des mixtures expérimentales, concoctées par des labos véreux ?
                   
                  Ce que vous appelez le « choix de société privilégiant la protection de ses membres », c’est le choix d’une toute petite caste malfaisante qui protège uniquement ses membres... en attaquant le reste de la société, avec un niveau d’agressivité qui ne cesse d’augmenter et ayant passé le point de non retour depuis un bon moment. Autrement dit, ils ne lâcheront plus rien...


                • Xenozoid Xenozoid 21 novembre 2021 16:01

                  @Stupeur
                   il n’y a pas de choix dans une société,quoi qu’on en dise,il y a des contraintes,des devoirs pour certains des droits pour d’autres ,mais il n’y a pas de choix,les choix sont en dehors


                • Stupeur Stupeur 21 novembre 2021 16:22

                  @Xenozoid
                  Oui, c’est bien ce que je dis : les (seuls vrais) choix se font au sein de cette petite caste prédatrice hors-sol...

                   


                • Xenozoid Xenozoid 21 novembre 2021 16:27

                  on est d’accord, mais ils ne sont pas tous prédateurs,beaucoup sont comme d’autres ils sont tombés dedans,ils n’ont pas le choix


                • Xenozoid Xenozoid 21 novembre 2021 16:34

                  stupeur as tu lu le dernier truc de chomsky ?

                  a propos des non vaccinés ?



                • Stupeur Stupeur 21 novembre 2021 16:54

                  @Xenozoid
                  Quel dernier truc ? Il lui restait d’autres bêtises à dire après son apologie de l’enfermement des non-vaccinés ? smiley


                • Xenozoid Xenozoid 21 novembre 2021 17:00

                  je suis aller dans le délire,,,,imagine en fait qu’il(comsky) leur donne un conseil, celui de s’organiser,en dehors du dit systeme,serait-ce aussi débile que de penser que chomsky demande des gens a etre dans des camps a cause de leur choix....

                  on discute


                • Ⓒⓐⓡⓝⓐⓖⓔ Dark trooper 21 novembre 2021 17:03

                  @Xenozoid

                  Dire que tu en faisait sans cesse l’ appologi ...
                  ya pas a dire tu sait choisir tes theoricien smiley

                   ☧


                • Xenozoid Xenozoid 21 novembre 2021 17:14

                  @vyrus

                  oui bon comme tu es vaxxiné ton parti pris est évident jansen,mougeon...lol


                • JPCiron JPCiron 21 novembre 2021 19:54

                  @Stupeur

                  Qui établit ? Qui fait des choix de société >

                  Oui, on peut sûrement penser qu’il y a un gros problème.

                  Et alors ?
                  Une société fonctionne avec des structures et des procédures.
                  Bien sûr, elles ont été ’ajustées’ par ceux qui s’en sont préalablement occupés... (suivez mon regard)

                  Se plaindre, ronchonner, pointer à l’injustice, s’indigner, ...
                  cela ne mange pas de pain...

                  Pour que ça bouge, il faut changer ou modifier les structures et procédures, ET mettre en oeuvre un projet neuf.

                  Sinon, geindre et se plaindre, c’est comme pisser dans un violon !

                  .


                • Stupeur Stupeur 21 novembre 2021 22:30

                  @JPCiron
                  Si la Caste n’était pas soutenue par autant de gens intelligents qui font passer ses actions malfaisantes (criminelles) pour des choix de société protecteurs, un projet neuf pourrait voir le jour plus facilement...


                • JPCiron JPCiron 21 novembre 2021 23:09

                  @Stupeur

                  Oui, si les poules avaient des dents... 
                  .
                  C’est vrai que l’égoïsme est partout, et il est malheureusement le ’Fils’ de l’individualisme confiant dans la Providence éternelle... chacun de nous naît avec de lourd antécédents...
                  Et, il est il me semble établi (dans le sens de Nassim Nicholas Taleb) que les changements dans nos sociétés ne peuvent plus qu’être le fruit de petits groupes ’vertueux’ organisés et actifs. Nos religions pourraient techniquement faciliter les processus... mais elles ’sont’ le Fils dont je viens de parler.
                  .
                  Aussi, il me semble qu’il faudra malheureusement arriver ’’dans le mur’’. Les survivants de la biodiversité (dont l’humanité) devront trouver des solutions nouvelles ou disparaître...
                  .
                  Je rappelle que l’extinction du Vivant sur Terre est de toutes manières inéluctable :
                  https://www.agoravox.fr/culture-loisirs/etonnant/article/l-ineluctable-extinction-du-vivant-208703
                  Ce qui ne veut surtout pas dire de baisser le bras. Au contraire : sachant où l’on va, l’action appuyée sur les Valeurs n’en est que plus noble.


                • zygzornifle zygzornifle 20 novembre 2021 13:14

                  L’enfant n’est pas un vase qu’on remplit 

                  Ce n’est pas ce que pensaient les curés pédophiles ....


                  • Le421... Refuznik !! Le421... Résistant 20 novembre 2021 20:31

                    Le leitmotiv des dictateurs c’est de dire aux peuples que tout ce qu’il font c’est pour leur bien...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité