• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Diphtérie : décès d’un petit espagnol par défaut de vaccination (...)

Diphtérie : décès d’un petit espagnol par défaut de vaccination ?

Dernièrement, un jeune espagnol est décédé des suites d’une diphtérie en Espagne. Je pense à ses parents qui doivent faire face à ce deuil terrible, la perte d’un enfant ne devrait jamais exister. Je suis donc aujourd’hui de tout cœur avec eux.

J’ai essayé de suivre par voie de presse ce fait assez étonnant : l’apparition spontanée d’un cas de diphtérie et d’en faire le bilan, en essayant d’aller plus loin dans la réflexion que les affirmations intempestives le veulent.

Le premier juin 2015, un jeune enfant espagnol est admis à l’hôpital suite à une diphtérie.

D’après un article du monde, 8 autres enfants, correctement vaccinés, auraient été porteurs de la diphtérie.

La diphtérie est une maladie contre laquelle on vaccine mais qui n’existait plus depuis 30 ans, dixit tous les média confondus, les scientifiques, les médecins etc...

Je cite un article du monde du 08 juin  : « Aujourd’hui, ils déclarent à la presse espagnole qu’ils se sentent « trompés » par les groupes « antivaccination » qui les ont convaincus du bien-fondé de leur cause sans leur expliquer les dangers encourus. En Espagne, la vaccination est inscrite au calendrier des bilans de santé pédiatriques, mais les médecins ne peuvent pas obliger les parents qui s’y refusent

 Comme depuis plus de 30 ans, les médecins ne sont plus confrontés à des cas de diphtérie, le traitement à base anatoxine diphtérique n’était pas disponible. Il faut cependant, traiter l’enfant dans les 3 jours.

C’est finalement en Russie, que l’on a pu en trouver et traiter l’enfant. Le traitement a circulé via la valise diplomatique. Au bout du sixième jour, l’enfant a enfin pu recevoir le traitement. Malheureusement trop tard.

Premières questions :

  1. Les responsables sont-ils réellement les groupes anti vaccination, comme écrit dans l’article ?
  2. Ou les pouvoirs publics qui par excès de confiance ne mettent pas à disposition les traitements adéquats ?

 

  1. Les groupes anti-vaccination sont souvent des groupes de personnes qui craignent les effets indésirables des vaccins. Il est vrai qu’ils existent, et qu’ils sont complètement occultés par les pouvoirs publicsLe déni de l’un alimentant l’incompréhension et les peurs de l’autre. 

Pour obtenir une AMM (autorisation de mise sur le marché), d’un médicament, le laboratoire doit fournir un dossier très complet, contenant les avancées, mais également les effets indésirables survenus lors des essais cliniques. Les gendarmes du médicament ( qui d’après Médiapart ont pu faire également des affaires avec les laboratoires) n’ont pas accès à des études indépendantes, mais uniquement aux documents distribués par les laboratoires. Ces derniers peuvent, sans peine, écarter une étude qui ne va pas dans leur sens et en mettre une autre plus avantageuse ; ils peuvent trafiquer les chiffres, personne ne viendra les vérifier car ils sont soumis au secret, leurs médicaments étant brevetés.

Il devrait pourtant être pertinent d’effectuer des recherches scientifiques sérieuses et indépendantes sur les risques liés aux adjuvants, aux excipients, aux différents produits, aux molécules injectées dans l’organisme…

Les pouvoirs publics en France le refusent, du moins pour les vaccins, [i] car comme le dit notre Ministre de la Santé « la vaccination ça ne se discute pas ».
ET pourtant, il faudra bien qu’un jour il y ait un débat.

Cette chère Ministre incapable, au micro de Jean Jacques Bourdin sur RMC de savoir quels sont les vaccins obligatoires et qui indique que finalement il faut un débat…. Il est vrai qu’elle a fait partie en son temps du club avenir de la santé de GSK[ii] … Il faut soutenir les amis.

 

  1.  La confiance généralisée, tout niveau, liée aux vaccins est telle que l’on ne prend plus du tout la précaution d’avoir des réserves de traitement, d’anatoxine diphtérique, dans le cas présent, et par conséquent de pouvoir réagir rapidement pour sauver une vie.

Car, les mêmes 8 enfants « porteurs sains » ne risquaient ils pas d’être en contact avec d’autres enfants immuno-déprimés ou des bébés non encore en âge d’être vaccinés ? Combien de personnes sont dans ce cas ?

On vaccine contre des maladies, mais régulièrement, on se rend compte que les personnes ne développent pas la maladie mais sont « porteuses saines », et peuvent contaminer leur entourage.

Une étude concernant la coqueluche l’a démontrée dernièrement et explique son retour même chez des personnes étant correctement vaccinées [iii] 

 

Aussi ne pourrait-on pas penser que le vaccin de la diphtérie entraine également des formes de diphtérie silencieuse, mais contagieuse ? En ce cas, que faut-il faire ? Continuer à vacciner, car finalement les personnes ne développent pas les symptômes, ou stopper la vaccination ?

Toujours est-il qu’il serait tout de même important que les médecins puissent avoir accès au traitement assez rapidement et qu’il faudrait cesser de pêcher par excès de confiance !

Si on choisit la vaccination, existe-t-il des vaccins sûrs, sans danger, mis sur le marché avec comme seules valences celles obligatoires ?

Faisons le tour du marché actuel pour un nourrisson : actuellement vous avez sur le marché, attendez voir, euh, non c’est vrai ? Deux seuls vaccins hexavalents : Infanrix hexa et Hexyon. Ces vaccins contiennent 6 valences : diphtérie, tétanos, poliomyélite ; coqueluche ; haemophilius B et hépatite B.
Les vaccins tétravalent contenant DTP et coqueluche et pentavalent DTP coqueluche et haemophilius b , sont actuellement introuvables en France pour problème de pénurie organisée

La valence contre l’hépatite B est telle nécessaire aussi jeune ? Si les parents sont infectés, cela se discute mais d’après le médecin conseiller du Revahb, Dominique le Houézec, il existe au moins un cas de SEP post vaccinale chez un nourrisson 

De plus, malheureusement, la petite Ayana a été victime d’un vaccin hexavalent injecté avec un autre vaccin Prévenar 13. Le Formindep s’est d’ailleurs posé la question de savoir pour quelles raisons le CTV [iv] ne parlait pas réellement des problèmes post vaccinaux survenus en grand nombre après ces vaccinations.

 Sinon, vous avez la possibilité de faire vacciner le nourrisson avec deux vaccins : le DT VAX : contenant diphtérie et tétanos et Imovax polio : contenant la valence de la poliomyélite.

Mais ces deux vaccins ne sont pas en libre circulation. L’arrêt de leur commercialisation date de quelques années d’après l’ANSM. (Alors il faut que le médecin contacte le laboratoire, leur envoie une ordonnance et le laboratoire en retour leur renvoie le Kit vaccinal . C’est pratique. Pourquoi n’est-il pas distribué en pharmacie ? )

Depuis le mois de janvier le DTVAX français, fourni par un laboratoire français, n’est plus, lui non plus disponible. Mais en mai 2015, lorsque la polémique « Joyeux » a éclaté, on s’est rendu compte que le DTVAx ne pouvait pas être demandé au laboratoire qui n’en avait plus alors on a sciemment organisé la venue de ce vaccin depuis le Canada. (Bonjour l’enveloppe carbone).. [1]

Mais ce vaccin canadien n’a pas d’AMM en France. Quid de ce qu’il se passe s’il y a un problème post vaccinal avec lui ?

Il y a de quoi réellement effrayer les parents non, et alimenter l’escarcelle des anti-vaccinations. Ces anti-vaccinations, qui sont composés de personnes effrayés, de victimes de vaccins, ou de personnes qui ont vu dans le nombre de vaccins commercialisés, une manne financière puissante pour les laboratoires. Car ces derniers n’inventent plus de nouvelles molécules. Mais comme il faut remplir les poches de leurs actionnaires, ou payer les fonds de pension américains, ils font des médicaments « Me too » et des vaccins. [v]

Mais il est plus facile d’accuser les anti-vaccinalistes. Ils sont responsables. On ne cherche pas plus loin. 

Et lorsqu’un professeur vient mettre son grain de sel dans le débat, le conseil de l’Ordre porte plainte contre lui. Ben oui, pour une fois, un professeur a utilisé les mêmes méthodes qu’eux : il argumente en faisant peur, en utilisant des vérités et des contre vérités, scientifiquement son discours est attaquable, mais le discours lambda l’est tout autant. En France , y a-t-il encore une certaine liberté d’expression ? Il me semblait qu’au mois de janvier, nous avions tous défilé dans la rue pour nous battre pour la liberté d’expression. Serait-elle uniquement sur ce qui arrange les politiques et les lobbyistes ?

 

Alors je pose ces simples questions aux pouvoirs publics : 

Y a-t-il des traitements efficaces disponibles si une diphtérie survenait en France ?

Quand est-ce que sur le marché nous allons pouvoir retrouver un vaccin trivalent, sans danger ( oui sans danger c'est-à dire sans sels aluminiques, sans sels de mercure, sans antibiotiques…) destiné aux nourrissons ?

Quand est-ce que les pouvoirs publics vont arrêter ce déni des effets secondaires, pourtant bien documentés au niveau de l’ANSM ?

Quand est-ce que nous aurons la possibilité de faire un débat public, clair, avec des personnes éclairées, sans conflits d’intérêt ? (là je crois que je rêve !)

Quelles sont les études diligentées pour faire le point sur les risques de contamination provoqués par les vaccins ?

Quand est-ce que nous réfléchirons sur les vraies questions en ce qui concerne les maladies infectieuses, et les vaccinations, comme l’écrit le Dr J.P lellouche ? Car il n’existe pas une vaccination, ne vous en déplaise madame la Ministre, mais des vaccinations et le débat devient urgent !!! 

 


 


[i] Je mets ici un bémol car grace au combat des malades de l’association E3M , qui ont du faire une grèves de la faim devant le Ministère de la santé l’équipe des professeurs Ghérardi et Authier est en train de travailler sur l’action des sels d’aluminium dans les vaccins. Mais l’argent ainsi donné n’est pas du tout suffisant pour pouvoir mener les études à terme.

[ii] En 2009, elle appartenait au Club Avenir de la santé, un groupe de pression financé par GlaxoSmithKline, le numéro 2 mondial du secteur25,26, laboratoire qui produit notamment des patchs à la nicotine.

[iii] Sources (1) Althouse BM, Scarpino SV. Asymptomatic transmission and the resurgence of Bordetella pertussis. BMC Med. 2015 Jun 24 ;13(1):146. doi : 10.1186/s12916-015-0382-8.

(2) Warfel JM, Zimmerman LI, Merkel TJ. Acellular pertussis vaccines protect against disease but fail to prevent infection and transmission in a nonhuman primate model. Proc Natl Acad Sci U S A. 2014 Jan 14 ;111(2):787-92. doi : 10.1073/pnas.1314688110. Epub 2013 Nov 25.

 

[iv] CTV : comité technique des vaccinations.

 

[v] Lisez la circulaire destinée aux médecins en bas de page de l’ANSM. 


Moyenne des avis sur cet article :  3.33/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • Le p’tit Charles 9 juillet 2015 08:45

    Et chose impensable...des enfants vaccinés qui meurent...ça arrive tous les jours.. !


    • bibou1324 bibou1324 9 juillet 2015 09:39

      Je vais faire grincer des dents, mais tant pis...


      Mon fils de 1 an n’est pas vacciné. Pourquoi ? Parce que la vaccination est un moyen sûr de l’affaiblir pendant plusieurs jours. Vous connaissez une seule personne de votre entourage qui ait été vacciné et qui n’a pas été fatigué ensuite ? Moi pas. Un vaccin, ce n’est jamais anodin, ça fatigue dans pas loin de 100% des cas.

      Alors les pro-vaccinations vont me dire que le jour où il choppe la diphtérie ou je ne sais quoi ... Et si il meurt ...

      Ben je leur répond que c’est la vie. Que on n’est pas fait pour être protégé de tout. Qu’avoir de temps en temps un enfant qui meurt, c’est normal, ça fait partie de toutes les espèces animales, c’est quelque chose contre laquelle on ne DOIT PAS luter.

      Outch, ça fait mal ce que je dis ? Un parent se doit de tout faire pour protéger son enfant, pour qu’il grandisse dans les meilleurs conditions possibles ? Ca fait partie de nos gènes ?

      Des conneries.

      Nous visons dans une société occidentale où l’enfant est roi, où l’enfance est la chose la plus précieuse, à protéger à tout prix. C’est un courant de pensée basée sur le christianisme, extrêmement minoritaire dans le monde. Allez faire un tour en Inde. Ou en Afrique. Ah, je viens de citer plus de la moitié de la population mondiale. Ben dans ces pays, l’enfant n’est pas roi. 

      S’il meurt, ben on en refait un autre.

      • Baltha 9 juillet 2015 10:34

        @bibou1324
        Les plans de vaccination obligatoire n’ont pas pour unique fonction de prémunir la personne vaccinée, mais EGALEMENT de protéger la population générale contre des fléaux qui ont décimé l’humanité par le passé, en tendant à faire disparaitre définitivement l’agent pathogène. C’est son objectif ultime.


        Depuis toujours la variole a fait des ravages. Maladie virale spécifiquement humaine et hautement mortelle qui a emporté des personnes de tous âges et répandu le malheur, notamment chez les populations les plus pauvres.

        Les plans de vaccination mondiale mis en œeuvre au XXe siècle ont permis d’éradiquer ce fléau (le dernier cas avéré de variole a été enregistré par l’OMS en 1976 et les autorités sanitaires ont attendu une génération supplémentaire, par précaution et pour être sûr de la victoire, pour arrêter la vaccination).

        Désolé, mais à chaque victoire sur une maladie mortelle les ayatollahs de la non-vaccination devront continuer à attendre encore quelque années après l’éradication générale avant d’être autorisés à ne plus exposer leurs enfant à un petit gratouillis du bras de quelques heures. Je ne sais pas où certains placent l’amour de leur proches et de leur prochain !… Oui, c’est vrai, « s’i mon enfant meurt, j’en referait un autre. ». C’est ce qu’on faisait dans nos contrées au Moyen Age. Seriez-vous du genre nostalgique ?



      • liebe liebe 9 juillet 2015 10:43

        @Baltha
        Je vois que vous avez lu avec une grande attention les liens avec croquis que je vous ai indiqués. Il est vrai que vouloir un débat public et constructif sur ce sujet , avec des personnes totalement désinformées, relève de la gageure. 

         
        avez vous pris la peine de lire les 2 livres extrèmement bien documentés de Michel georget : vaccinations les vérotés indésirables et l’apport des vaccinations en santé publique ? 

        j’imagine à la lecture de votre post que non... 

        Pour avoir une victoire sur une mladie, il faut de l’eau potable, un très bon système d’assainissement, de l’hygiène, une bonne nutrition qui permet au système immunitaire de jouer son rôle. 

        Au delà du post provocateur de Bibou, on peut tout de même réfléchir à la place qu enous accordons à l’enfant dans nos sociétés modernes. De plus , on peut sans peine réfléchir au réels problèmes, mon article le démontre. 

        Malheureusement, je pense qu’en France, patrie de Pasteur nous sommes encore bien loin de pouvoir avoir un débat public , avec des données fiables et documentées... 



      • Baltha 9 juillet 2015 10:17

        J’ai une amie dont des anciens voisins avaient DEUX filles handicapées par la poliomyélite.

        Comme quoi voir un premier enfant devenir infirme ne fait pas nécessairement grimper le QI.

        • liebe liebe 9 juillet 2015 10:33

          Pour la polio, c’est beaucoup plus complexe que de vacciner. il est fort possible d’ailleurs que les 2 petites aient été correctement vaccinaée, mais qu’elles aient contractées la polio. C’est arrivé dans de très nombreux pays. Les virus polio, (il y en a plusieurs ) se trouvent dans l’eau. Voici un topo pris sur le site d’infovaccin : http://www.infovaccin.fr/zoom_polio.html&nbsp ;



          • Baltha 9 juillet 2015 11:16

            @liebe
            Effectivement, vous avez peut-être raison, au vu du lien que vous citez. Il existe effectivement une proportion (très faible puisqu’il s’agit d’un vaccin antiviral) d’inefficacité.


            Le risque zéro n’existe pas popur l’efficacité d’un vaccin, raison de plus pour généraliser la vaccination, surtout pour les vaccins anti-viraux pour lesquels la tolérance ET l’efficacité sont proches de 100 %.

            Il existe différents modes de vaccins selon la nature de l’agent pathogène : virus ou bactérie.
            Par exemple le BCG est constitué de Mycobacterium tuberculosis (Bacille de Koch) entiers et bien vivants, mais tous issus d’une souche unique créée par Calmette et Guérin qui ont fait transiter un BK virulent dans une longue succession de milieux de culture ce qui a abouti à la sélection d’un germe toujours entier, vivant, mais incapable de développer une tuberculose-maladie. Evidemment ce BK devenu gentil est une cellule étrangère susceptible de provoquier des réactions allergiques chez la personne vaccinée, c’est même une constante, l’efficacité de la vaccination étant jugée sur la taille de la rougeur locale 3 jours après l’injection sous-cutanée. De plus l’efficacité des vaccins vivants atténué n’est pas constante, mais sauve bien des vies en compromettant la dissémination du germe dans la population générale.

            Il existe des vaccins moins efficaces, comme le vaccin contre le vibrion cholérique (50 % d’efficacité) ou impliquant des effets secondaires notables (vaccin anti-rabique), mais ceux-ci sont administrés à la demande (voyage en zone endémique, morsure par un animal enragé).
            Le vaccin anti-rabique ne vise pas une éradication du virus de la rage car le foyer n’est pas humain, c’est une zoonose.

            Mais ceci nous éloigne des vaccinations obligatoires, qui elles sont bien supportées et d’une efficacité attestée (disparition e la variole, rareté des cas de tétanos ou de poliomyélite.

            Leurs effets secondaires sont dérisoires par rapport aux bénéfices obtenus en terme de santé individuelle et de santé publique.

            En tant que soignant, je suis de plus en plus souvent confronté à des refus de vaccination, et ceci de façon croissante. Ces refus sont surtout motivés par la frayeur, une peur irraisonnée d’une maladie provoquée par le vaccin. En dialoguant avec ses personnes, les arguments sont souvent irrationnels : soit leur dernier vaccin contre la grippe n’aurait pas « pris » (alors qu’ils ont contracté un paramyxovirus traînant tout l’hiver alors que la grippe est un myxovirus ne survivant que quelques jours dans l’organisme (maladie infectieuuse aigûe), donc les vaccins ne servent à rien en général, ou alors la peur est apparue à la lecture d’articles faisant état de complications vaccinales supposées ou très marginales.

            Chez ces personnes il est très difficile de mettre en balance les éventuels petits désagréments passagers d’une vaccination chez leur enfant et les risques encourus en cas de survenue de la maladie. L’explication rationnelle prend rarement le pas sur la peur iraationnelle.

            Ce qui marque bien l’irrationalité de tels refus, c’est que je n’ai JAMAIS été confronté à un refus d’administration d’un sérum antitétanique, alors qu’il s’agit d’un acte similaire, à la seule différence que le sérum apporte directement les anticorps qu’un vaccin aurait fait fabriquer par le système immunitaire. 

          • liebe liebe 9 juillet 2015 11:52

            @Baltha
            En tant que soignante, j’ai également été confrontée à des cas de personnes ayant développé des effets indésirables graves suite au BCG : 

            • crises d’asthme, chez des bébés n’ayant pas développé d’asthme avant 
            • pneumopathies ayant nécessité des prise de traitement antibiotique de 3 mois 
            • bécégites aigue avec abcés important, que l’on a du mécher , avec prisse d’antibiotiques également pendant plusieurs semaines
            • Le BCg, est connu pour n’avoir une efficacié que de 40%. Il est surtout dirigé vers les risques de complications tuberculeuses. 

            Je n’ai pas le temps de développer plus avant,néanmoins, je me pose cette question, je me la pose , en plus à juste titre car j’ai déjà lu divers articles relatant les faits : les vaccins n’entrainent ils pas des porteurs sains suceptibles de provoquer des pathologies chez les personnes qui sont immuno déprimées, chez les nourrissons ? Ne confère t’il pas une fausse sécurité, qui fait que l’on ne créé plus de traitements susceptibles de sauver des vies ? 
            ETudes concernant les oreillons , la coqueluche, suspicion concernant la rougeole : des maladies vaccinales, c’est à dire mutation des virus ou bactéries, à cause des vaccins et contamination. Tapez sur Google il vous trouvera ces études. La défiance actuelle est réelle et est alimentée par des pouvoirs publics qui jouent la sourde oreille. Aux USA, les victimes de vaccins sont reconnues et indemnisées. 
            Au Danemark dernièrement, il y a eu des cas très graves d’effets secondaires suite au gardasil. Et , on nous incite à vacciner de plus en plus avec ce vaccin , (campagne de com actuelle extrèmement agressive à ce propos !) ils veulent même l’introduire dans le rosp. Quand on voit que toutes ces manigances sont diligentées par des personnes aux conflits d’intére^t longs comme le bras : Daniel Floret en tête , on ne peut que se poser des questions : A qui est-ce que cela profite ? Pas aux parents encore moins aux enfants , par contre cela alimente grandement les dividendes des actionnaires. 

            Je vous invite à lire les livres suivants : Omerta dans les laboratoire spharmaceutique de B. Dalbergue et anne laure Barret avec tout un chapitre très documenté sur le Gardasil Les 2 livres de Michel Georget cités précédemment La santé publique en otage : le scandale de la vaccination hépatite b d’eric Giacometti Le dossier noir de la vaccination hépatite b Le nouveau dossier noir de la vaccination hépatite B Hippocrate si tu savais de Luciene foucras Faut il encore vacciner notre enfant de Virginie Belle Quand l’aluminium nous empoisonne même auteur John virapen : efets secondaires des médicaments la mort Je pourrai vous enmettre encore bien d’autres mais , même B. Bégaud a reconnu qu’il y avait des cas de SEP post vaccin hépatite B. 
            Alors entendre sans cesse les autorités bien pensantes dire que le lien SEP VHB n’existe pas n’est fait que pour alimenter la colère des victimes. 
            Les travaux cités dans l’articles des professeurs Authier e Ghérardi, ainsi que des professeurs Exley, Schoenfeldt , etc qui montrent la neurotoxicité de l’aluminium, et même de l’aluminium vaccinal nous interpellent . 
            Nous devrions suivre le serment d’hippocrate : Je promets et je jure d’être fidèle aux lois de l’honneur et de la probité dans l’exercice de la Médecine. 

            Je respecterai toutes les personnes, leur autonomie et leur volonté, sans discrimination.

            J’interviendrai pour les protéger si elles sont vulnérables ou menacées dans leur intégrité ou leur dignité.
             Même sous la contrainte, je ne ferai pas usage de mes connaissances contre les lois de l’humanité.

             J’informerai les patients des décisions envisagées, de leurs raisons et de leurs conséquences. Je ne tromperai jamais leur confiance
            Je donnerai mes soins à l’indigent et je n’exigerai pas un salaire au dessus de mon travail. Admis dans l’intimité des personnes, je tairai les secrets qui me seront confiés et ma conduite ne servira pas à corrompre les mœurs. 
            Je ferai tout pour soulager les souffrances. Je ne prolongerai pas abusivement la vie ni ne provoquerai délibérément la mort.

             Je préserverai l’indépendance nécessaire et je n’entreprendrai rien qui dépasse mes compétences. Je perfectionnerai mes connaissances pour assurer au mieux ma mission.

             Que les hommes m’accordent leur estime si je suis fidèle à mes promesses. Que je sois couvert d’opprobre et méprisé si j’y manque.
            Bonne journée 


          • liebe liebe 9 juillet 2015 10:35

            Je remets le lien qui est cassé : http://www.infovaccin.fr/zoom_polio.html 



            supprimez le &nbsp à la fin. Je ne sais pas pourquoi il le rajoute. 


            • Baltha 9 juillet 2015 11:24

              @liebe
              Pas de souci, je l’avais également retrouvé dans mon moteur de recherche.

              D’ailleurs la documentation est riche sur les vaccinations, il y a à prendre et à laisser.

              L’article met en exergue des accidents graves liés à la vaccination antitétanique, mais essentiellement dans le années ’52 et ’60, il y a un demi-siècle.
              Nos connaissances médicales et moléculaires ont bien évoluées depuis, ainsi que les techniques d’élaboration et de contrôle.



            • Baltha 9 juillet 2015 11:25

              Erratum : l’article met en exergue des accidents graves liés à la vaccination ANTI-DIPHTERIQUE.


              Je me méaculpe.

              • ALEA JACTA EST ALEA JACTA EST 9 juillet 2015 14:13

                Les groupes « anti-vaccins » croient avoir raison alors qu’ en fait ils bénéficient de la couverture des autres.Ils ne sont pas atteints en général par la maladie parce que les autres se protègent, sauf que dans un pays comme l’ Espagne c’ est une folie car il y a beaucoup de populatrions migrantes venues de l’ étranger et donc porteuses non contrôlées par les autorités sanitaires ibériques....Si tout le monde faisait comme ces groupes anti-vaccins on pourrait se retrouver en situation de catastrophe sanitaire de première magnitude et incontrôlable.

                Bref ces groupes très en mode du côté de la Californie dans les mileux bobos-écols sont parfaitement irresponsables( limite criminels...)

                • ALEA JACTA EST ALEA JACTA EST 9 juillet 2015 14:15

                  Rectification:je voulais dire : « milieux bobos-écolos... »


                • liebe liebe 10 juillet 2015 10:09

                  @ALEA JACTA EST
                  De plus nous voyons apparaitre des maladies vaccinales, c’est à dire , soit des mutations des virus contenus dans les vaccins soit des maladies entrainées par les « porteurs sains » que sont les personnes vaccinées. 


                  Alors parlez de l’effet de protection de groupe... C’est méconnaitre complètement les vaccins. Cliquez juste sur le lien concernant les coqueluches. 

                  Quant à traiter les autres d’irresponsables parce qu’ils ne pensent pas comme vous mais u’ils osnt un peu plus renseignés, c’est tout à fait ce que font les gouvernants actuels, il n’y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir.... 

                  Pour finir, concernant la poliomyélite,aux USA depuis le mois de septembre, ils voient survenir des formes de polio , chez des enfants vaccinés, qu’ils appellent myélite flasques. 
                  Ils sont en train d’investiguer dessus. Ce n’est pas la première fois avec ce vaccin, ni la dernière malheureusement. Si jamais cela survient chez vos enfants, sachez juste que la fièvre à 39°C peut détruire le virus. 


                • reveil 10 juillet 2015 20:20

                  @ALEA JACTA EST
                  Décidément toujours à côté de la plaque... Les groupes ne sont pas anti vaccins, ils sont anti manipulations par les laboratoires commercialisant des vaccins insuffisament testés et potentiellement dangereux. De même on peut s’interroger dans certains pays de l’apparition de certaines souches virales s’échappant des laboratoires telles qu’ebola en Afrique et la noria de virus recombinés en ce qui concerne la grippe.
                  Il faut sortir de votre grande naïveté.


                • Ruut Ruut 9 juillet 2015 16:33

                  De toute façon au niveau médical le patient n’as ni les bonnes information, ni les bons produits.
                  Le fait que toute la production médicamenteuse soit délocalisée pose aussi des problèmes au niveau sanitaire (pénurie etc...)
                  Le fait que l’herborisme soit interdite chez nous est aussi une honte.
                  Les prix abusifs des médicaments et les vaccins a l’aluminium sont aussi une honte.
                  La corruption est au niveau de la santé trop haute au niveau de la chaine de prise de décision pour que cela change.


                  • nours77 nours77 9 juillet 2015 18:05
                    Mouais... Amalgames...

                    Les anti vaccins ne milite pas pour l arrête de la vaccination, cela me parait évident a moi, ils luttent pour une plus grande transparence des compositions et le choix du patient sur son vaccin, rien de plus.
                    La pétition du docteur Joyeux par exemple, ne remettait pas en cause le vaccin DT coq polio, obligatoire en france, mais la pénurie provoquée par les laboratoires pour vendre des vaccins plus chère en ajoutant des maladies, celle la non obligatoire en France, la vaccination de c est maladies devrait être laisser a la décision du patient, et non cachées dans des obligatoires...

                    pentavalent (diphtérie-tétanos-polio-coqueluche-hæmophilus influenzae de type B),
                    hexavalent (diphtérie-tétanos-polio-coqueluche-hæmophilus influenzae de type B-hépatite B)

                    En l occurrence, a aucun moment il est conseiller (de mon avis personnel sauf tétanos, (on sait qu une personne ayant eu le tétanos et ayant guérit n a pas d anticorps pour la prochaine fois...) la vaccination du tétanos est donc un peu inutile... enfin.)) d arrêter les vaccins obligatoires, Diphtérie, coqueluche, tétanospoliomyélite... (DT coq Polio)
                    La pénurie de vaccin peu chère est provoqué, par les laboratoire, on peut stigmatiser les patient, si des vaccins normaux, pas chère était a disposition des hôpitaux cela ne serait jamais arriver non plus... Il est facile de rejeter la faute et d un d agresseur ce faire passer en victime d un choix bancale de patient, non ?

                    Pour conclure, le docteur joyeux est (était) chirurgien cancérologue, je me doute qu il doit connaitre ce genre de chose... Je parle du combats industrie pharmaceutique vs médecine d étique (Mon paternel toujours aussi philosophe me dit « l étique, on en trouve plus que sur le dos des chiens maintenant... » je suis content d enfin pouvoir le contredire un peu...  


                      • ZenZoe ZenZoe 10 juillet 2015 10:40

                        Le fait est qu’il semble y avoir des dérives de nos jours. Les lobbies pharmaceutiques jouent sur les bienfaits indéniables de nombreuses campagnes de vaccination pour convaincre les gouvernements de vacciner tout le monde pour tout et n’importe quoi et surtout avec des produits concoctés et testés à la va-vite.
                        Vacciner un nourrisson par exemple à peine sorti du ventre de sa mère pour une batterie de maladies auxquelles il ne sera sans doute pas confronté avant plusieurs années me semble un peu dangereux, alors que son système immunitaire n’est même pas encore stabilisé.

                        A force, les gens commencent à se méfier...Les lobbies doivent intégrer çà et proposer au moins de meilleurs vaccins.

                        **Concernant le petit espagnol, c’est scandaleux qu’aucun traitement n’ait été disponible rapidement. C’est la responsabilité des pouvoirs publics de les tenir à disposition de la population quand ils existent.


                        • Claire29 Claire29 12 juillet 2015 15:08
                          L’association E3M a porté plainte contre X en février 2014 pour faux,usage de faux,escroquerie,atteinte à l’intégrité de la personne et mise en danger de la personne.
                          La commercialisation du DTPolio Mérieux sans aluminium a été suspendue le 12 juin 2008 par Sanofi Pasteur avec l’accord de l’Agence du médicament suite soi-disant à une « hausse importante d’effets indésirables ». 
                          Or,Dans une vidéo,E3M démontre,documents à l’appui, le procédé utilisé par Sanofi Pasteur pour falsifier les données et justifier ainsi la suspension du vaccin DTPolio.
                          Après la suspension du DTPolio sans aluminium en 2008,les ventes du Revaxis qui étaient en diminution repartent à la hausse.
                          Sanofi a donc réussi son opération compte tenu de la différence de prix entre le DTPolio et le Revaxis !
                          Le Revaxis ne peut ëtre administré aux enfants de moins de six ans,un transfert a été réalisé vers des vaccins Hexavalent.



                          • coquecigrue coquecigrue 8 août 2015 20:10

                            Question de pouvoir. Le pouvoir de la médecine - des médecins arrogants et sûrs d’eux, pétris de certitudes et d’autorité mais parfois nantis de compétence et d’humanisme - a disparu au profit (dans tous les sens du terme) de la pharmacopée, c’est-à-dire du pharmacien (épicier de luxe), ET de l’industrie pharmaceutique ( le mot « industrie » devrait inquiéter, non ? Industrie alimentaire =malbouffe, industrie textile = tissus synthétiques asiatiques, = surtout profits pharaoniques, baisse des coûts de production grâce au néo-servage salarial....

                            Faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain, malgré tout. Si la variole a été éradiquée, c’est peut-être grâce au vaccin. La tuberculose ? grâce aux antibiotiques. ETC.
                            Je suis du signe incrédule, ascendant sceptique. Du coup, je ne crois pas plus à la vaccination systématique qu’à l’antivaccination dogmatique ! 
                            Et vous ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires