• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > École : à qui profite le désordre ?

École : à qui profite le désordre ?

Dans cet article, nous souhaitons expliquer que les puissants sont les ordonnateurs et les bénéficiaires du désordre scolaire, quand les enfants des classes populaires en sont les exécutants et les victimes.

En France, les établissements scolaires difficiles sont des symptômes. Ils ne sont pas tout le problème, mais en sont une manifestation significative. Ils sont le reflet direct des inégalités sociales aggravées par les inégalités territoriales. Mais ils sont également le lieu où sont encore en contact d’une part une classe moyenne éduquée, et d’autre part des enfants des classes populaires qui pâtissent d’un niveau d’éducation qu'ils peinent à élever.

Pour simplifier la situation, voire la caricaturer, les professeurs issus des classes moyennes adoptent deux attitudes face au désordre scolaire qu’ils ont pour mission de contenir : ils le définissent d’une part comme le résultat des inégalités de la société, mettant ainsi en avant l’irresponsabilité des élèves, et d’autre part, comme le fait des élèves eux-mêmes, insistant dans ce cas sur leur responsabilité, attitude que l’on pourrait résumer par un type de discours que l’on entend souvent dans les salles des professeurs : « Qu’est ce qu’on attend pour virer la minorité d’élèves qui empêche les autres de travailler ? ».

Ces deux types d’attitudes, de positionnement, non seulement cohabitent dans les établissements, créant des tensions entre les professeurs, mais elles créent également des conflits internes aux acteurs, qui se retrouvent, plus ou moins consciemment, traversés par des attitudes contradictoires. Ce conflit intra et interindividuel a pour conséquence de neutraliser la recherche active de solutions, l’une des parties reprochant à l’autre son angélisme, et l’autre partie accusant la première d’autoritarisme.

Une piste pour débloquer la situation pourrait être de tenter de concilier ces deux tendances, à savoir lutter pour une école plus égalitaire dans une société meilleure, et en même temps (sic) se donner les moyens coercitifs nécessaires au rétablissement de l’ordre dans les établissements scolaires. Et pour ne pas être accusé de produire une resucée scolaire de la gauche du travail (lutter contre les inégalités sociales) et de la droite des valeurs (imposer un ordre avec une part d’arbitraire), il faut tenter d’expliciter cette démarche et de la justifier en produisant un certain nombre d’arguments.

Le premier argument est que le désordre scolaire nuit au développement et à l’émancipation des élèves. Il n’est même pas nécessaire d’aller chercher à la rescousse les travaux d’un Debarbieux sur le climat scolaire pour avoir plus que l’intuition que les établissements où les élèves ont le pouvoir crée un cadre de développement préjudiciable à l’enfant, agissant tant sur son développement cognitif et sa maturité affective que sur sa réussite académique. A partir de ce constat, on peut se dire qu’attendre tranquillement que l’amélioration des conditions sociales des élèves, ainsi qu’une société moins inégalitaire dans l’ensemble, vienne changer la donne est au mieux irresponsable, au pire criminel.

Le second argument est que les quelques élèves agités qui ont la faculté de mettre le bazar dans un établissement scolaire n’ont absolument aucune conscience politique qui viendrait justifier et expliciter leurs comportements (pas plus que leurs familles, d’ailleurs), et que les sanctionner ne revient donc pas à adopter une attitude répressive contre des syndicalistes ou des militants.

Le troisième argument est que le désordre scolaire profite in fine aux riches, qui parviennent à ne jamais fréquenter les établissements difficiles, ainsi qu’au pouvoir autoritaire, qui a fortement le vent en poupe en ce moment (Cf. Castaner et sa vieille idée de mettre des flics dans les écoles), étant donné que l’impact médiatique anti classes populaires du désordre scolaire est potentiellement dévastateur.

Il devrait donc être possible de dire que le « pas de vague » a assez duré, que le seuil d’acceptabilité entrainant des sanctions doit être abaissé, que les familles doivent être responsabilisées (par exemple, en leur imposant un devoir de suivi de leurs enfants, sous la forme d’une obligation de moyen et non de résultat, cela va de soi, ce qui n’est même pas le cas aujourd’hui), tout en promouvant dans le même temps des pédagogies alternatives, basées sur la coopération plus que sur la compétition, et en luttant pour obtenir plus de moyens pour l’école et plus d’égalité d’une manière générale dans la société.

La crainte d'une telle position est-elle de servir un système (scolaire) que l’on ne croit pas capable d’être une solution aux problèmes de ce monde ? L’école ne serait-elle que le bras, armé de savoir, du pouvoir ?

Nous pensons que, de la même manière que la police n’est pas que le bras armé du Capital, mais peut également être parfois utile à réguler les conflits dans la société et éviter que le plus fort ne gagne systématiquement, l’école est autant un instrument de domination et de perpétuation des inégalités que d’émancipation. Elle est les deux à la fois, n’en déplaise à ceux qui voudraient y voir en clair-obscur. Et le bilan objectif du waï (de l'italien guaio) dans les établissements scolaires est d’abord de nuire aux plus vulnérables.

Et peut-être serions-nous également surpris de voir que la démarche que nous proposons permette un rapprochement des classes populaires et des classes moyennes, sur des bases assainies et non perverties par un vernis de pitié et de condescendance venant recouvrir un ras-le-bol bien légitime.


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

44 réactions à cet article    


  • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 27 octobre 2018 09:20

    Cette grille de lecture basée sur l’égalitarisme est exactement celle qui nous a amené au désastre actuel.


    • Christ Roi Christ Roi 27 octobre 2018 17:30

      @Gilles Mérivac
      Je vous plusse abondamment. L’auteur essaie de faire cohabiter la chèvre et le chou avec une langue d’un beau bois qui nous fait pressentir qu’il montera haut dans la hiérarchie (c’est possible avec un nom pareil). Il faudra juste qu’il se coupe les couilles (pas de mâle blanc au pouvoir ) et il-elle deviendra un jour ministre ! Quel beau programme. smiley


    • pallas 27 octobre 2018 10:05
      mathias cohen
      Bonjour,

      Vous avez 39 ans et faisant un écrit d’un en enfant de 12 ans, c’est lamentable.
      C’est un ramassis de cliché empreint de Bisounours n’étant jamais sortie de ça tour d’ivoire.
      Quand vous écrivez « nous », faites trés attention, car il ne s’agit que de « Je ».
      En ce monde et depuis toujours c’est la loi du plus fort, donc le « nous », sont des proies.

      Salut

      • Doume65 29 octobre 2018 12:54

        @pallas
        Attention, quand on dénonce le manque de maturité d’un billet, écrire « ça tour d’ivoire » la fout mal.


      • foufouille foufouille 27 octobre 2018 11:26
        "Et peut-être serions-nous également surpris de voir que la démarche que nous proposons permette un rapprochement des classes populaires et des classes moyennes,"
        ce qui fera plus de débiles.


        • mathias cohen mathias cohen 27 octobre 2018 12:38
          « à qui profite le désordre ?..aux ennemis de la France qui entre chez nous » etc...
          No comment

          « Vous avez 39 ans et faisant un écrit d’un en enfant de 12 ans, c’est lamentable »
          No comment

          « ce qui fera plus de débiles »
          Je ne vous le fais pas dire...

          « L’immigration c’est faire venir des gens pour juste consommer »
          Allez juste jeter un coup d’oeil sur un chantier...

          Mince, je croyais qu’il y avait un peu moins de lepenistes sur Agoravox que sur Agoravox TV :) ...


          @ Mérivac,

          Oui, j’ai des velléités égalitaires pour le système scolaire, et je l’assume. L’objet de l’article est de rapprocher deux points de vue qui souvent s’opposent dans les salles de professeurs, avec d’un côté le « stop à l’impunité pour les élèves perturbateurs ! » et de l’autre une focalisation des luttes, notamment syndicales, sur les moyens qui permettraient de réduire les inégalités scolaires. Êtes-vous au moins d’accord pour dire que le désordre scolaire nuit aux plus fragiles et qu’il faut le combattre en partie sur sa dimension disciplinaire ?

          • Cadoudal Cadoudal 27 octobre 2018 12:51

            @mathias cohen

            C’est l’histoire d’un mec qui a vu un chantier de la fenêtre de son bureau de statutaire protégé ?


            On en connait plein des comme toi...

            "Quand je vais à New-York ou à Berlin, je me sens plus chez moi culturellement, que quand je me rends en Picardie. Et c’est bien ça le problème." @rglucks1 dans #28minSamedi

            Il ne sait même pas où est la Picardie, n’y a certainement jamais mis les pieds, c’est pourtant cet enfant de la caste mondialiste qui fait la leçon aux Français, dis-moi quand tu parles, d’où viens-tu ?

          • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 27 octobre 2018 13:35

            @mathias cohen

            " Êtes-vous au moins d’accord pour dire que le désordre scolaire nuit aux plus fragiles et qu’il faut le combattre en partie sur sa dimension disciplinaire ?"

            Oui.

          • Cadoudal Cadoudal 27 octobre 2018 13:38

            @Gilles Mérivac

            Non...

            Protégeons nos gosses, sortons les du système...

            Et laissons les gauchistes se faire étriper par leurs invités...

          • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 27 octobre 2018 14:04

            @mathias cohen

            Bon d’accord, je vais développer un peu. Cette notion d’égalité a été profondément pervertie, à force d’être mise à toutes les sauces. Le but de l’école n’est pas de réduire les inégalités scolaires, comment le pourrait-elle d’ailleurs, mais de donner à tous les élèves la possibilités de développer leurs talents et leur mérites, ce qui n’est pas du tout la même chose. L’école est faite pour servir la nation, et non les intérêts des individus.

            Je suis certain que vous acceptez sans broncher que ceux qui sont doués sportivement aillent dans des classes spécialisées sport-études, et vous ne criez pas à l’élitisme ni à un instrument de domination quelconque. Alors pourquoi le feriez-vous dans le cas de disciplines intellectuelles ? Il n’y a aucune honte à ne pas courir le 100m en 10 secondes et li n’y en pas non plus de ne pas pouvoir suivre un enseignement de haut niveau.

            Cette prétention à vouloir que tout le monde ait le bac, par exemple, sous prétexte d’égalité, a fait un tort considérable à l’enseignement, et dire que c’est un instrument de domination par le capital ne fait qu’attiser les haines envers l’école. Et maintenant, c’est le pyromane qui vient jouer au pompier ?

            Je viens bien discuter, mais arrêtez de traiter de Lepenistes les gens qui ne sont pas d’accord avec vous, je vous ferais remarquer que je n’ai pas utilisé ce procédé envers vous.


          • mathias cohen mathias cohen 27 octobre 2018 14:22
            @Gilles Mérivac

            Je ne vous ai pas traité de lepéniste, je parlais des autres commentateurs obsédés par l’« immigré » et qui ne connaissent même pas l’orthographe de leur langue maternelle. Mais enfin, nous sommes d’accord sur un point, il s’agit bien d’une insulte.

            Votre position est, elle aussi, assez connue, désolé de vous le dire. Il ne s’agit ni plus ni moins que du bon vieux positivisme social dont on est revenu il y a déjà cinquante ans, si ce n’est un siècle, et qui nous explique que les individus trouvent leur place dans la société selon leurs aptitudes, ou compétences, ou QI, appelez ça comme vous voudrez...

            Mais alors, comment expliquer que, malgré le nombre d’années que les élèves des différentes classes sociales passent sur les bancs de l’école, ce soient toujours majoritairement les plus défavorisés socialement qui réussissent le moins bien ?

            Je ne doute pas que vous ayez l’explication : ils sont pauvres donc bêtes, et bêtes donc pauvres, et il trouveront bien la place qu’ils méritent, et sans broncher s’il vous plaît ! Pour vous la modernité a dû s’arrêter à peu près au XIX° siècle...

          • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 27 octobre 2018 14:34

            @mathias cohen

            « Pour vous la modernité a dû s’arrêter à peu près au XIX° siècle... »
            Décidément, il n’y a rien à faire, vous ne pouvez argumenter qu’en essayant de rabaisser les autres et je perds probablement mon temps (soupir).

            « Mais enfin, nous sommes d’accord sur un point, il s’agit bien d’une insulte. »
            Non, je ne suis pas d’accord, de quel droit insultez-vous les électeurs de ce parti ? Vous croyez que les autres n’ont rien à se reprocher, peut-être ?

            « ce soient toujours majoritairement les plus défavorisés socialement qui réussissent le moins bien ? »
            C’est davantage le cas aujourd’hui avec l’égalitarisme à tous crins que çà ne l’était autrefois quand l’ascenseur social fonctionnait encore, les classes dites défavorisées avaient de meilleures chances, demandez à vos aînés.

          • OMAR 27 octobre 2018 18:08
            Omar9
            .
            Bonjour @mathias cohen :« Mince, je croyais qu’il y avait un peu moins de lepenistes sur Agoravox ».
            .
            Tout en partageant le contenu de votre excellent article, je constate votre remarque sur la « lepénisation » d’Agora.
            .
            En fait, c’est plutôt des nazillons qui se couvrent de cette enveloppe « nationaliste » mais dont le cœur ne contient que de la haine, de la xénophobie et du racisme primaire.
            .
            Relisez attentivement le comms de @Christ Roi (’....qu’il montera haut dans la hiérarchie (c’est possible avec un nom pareil).
            Du pur antisémitisme suggestif que Agora laisse passer....

          • Cadoudal Cadoudal 27 octobre 2018 18:46

            @Gilles Mérivac

            « demandez à vos aînés. »

            Il est plus vieux que son grand-père, il n’a donc rien à apprendre...

            Et en plus fonctionnaire à l’EN, syndiqué à gauche sans doute...

            Bref, la totale cécité et content de lui en plus..



          • mathias cohen mathias cohen 27 octobre 2018 19:47

            @OMAR

            Merci pour cette lueur dans la nuit agoravoxienne des commentaires, je commençais à désespérer...

          • Cadoudal Cadoudal 27 octobre 2018 20:13

            @mathias cohen
            Allocation du demandeur d’asile revalorisée de 1,6%, retraites et allocations familiales de 0,3%
            27 octobre 2018

            Cherchez l’erreur : Allocation du demandeur d’asile revalorisée de 1,6%, retraites et allocations familiales, seulement de 0,3%…

            Ça va bien se passer :

            Je retiens : « on n’a rien à faire jusqu’à 3 heures du matin donc on vole » Rien a ajouter. Ça c’est un argument brut de merde






          • mmbbb 28 octobre 2018 08:14

            @mathias cohen «  » Le troisième argument est que le désordre scolaire profite in fine aux riches" Quand la bourgeoisie de gauche promeut la mixite sociale en s exemptant des principes qu elle prodigue. Dans ce media Fergus , exemple typique de la gauche actuelle , il s offusque que la France ne puisse pas accueillir 25 000 roms , mais dans un autre article affirme que les parents - il a des petits enfants ) sont en droit d exiger le meilleur pour l education de leurs mioches En clair ne pas foutre ses mioches dans des classes merdiques alors qu il passe le plus clair de son temps a fustiger le liberalisme et la méchante droite. Cette gauche est plus exécrable que l extreme droite . Cette gauche bourrée a la moraline qui ne veut pas assumer ses choix politiques . Quant a moi l EN etait deja une usine a enseigner, et je l ai note a cette grande professeur e émerite de ce média Mme ROSEMAR , j ai eu des professeurs mediocres et d autres absents , Ce que vous omettez dans votre article Ii y a beaucoup de crouilles au sein de l EN . Par ailleurs les enfants du peuple ne sont pas solidaires , la plupart sont des cretins des futurs beaufs en puissance . Beaucoup de parents sont des imbeciles, incapables d apporter un embryon d education a leurs mioches. In fine , je ne vois la seule signification qu un bourgeois mette son gamin dans ces classes merdiques Vous oubliez aussi de signaler cette immigration ingérable. Votre article est convenu , les arguments quelques peu uses . Je le dis sans ambages , je regrette de ne pas avoir etudie dans ces ecoles privees comme ces grands socialiste Mitterrand , Fabuis , Macron Hollande etc pas un n a traine ses fonds de culotte sur les bancs de l ecole publique. C est toujours avec une grande joie que je vois ce bordel , le dernier fait avec cette chance inouie pour la France, braquant son professeur , Un gentil sauvageon puisque nous ne pouvons employer d autre vocable Votre gauche bourree a la moraline l interdit . Nous le méritons bien et surtout je n accompagne pas les jérémiades, les votres et celles de cette grande grande professeur e emerite ROSEMAR 


          • mmbbb 28 octobre 2018 08:24

            @Cadoudal ils sont méprisables ces bo bos D ailleurs ce petit con ce philosophe entonne la litanie anti Poutine . Il est sur de passer dans les médias Son pere fut philosophe il a donne naissance a un cretin . Il est gentil ce Glux , il aime aller a N York et par ailleurs il se bat contre Total . Un combat de haute lutte. Mais comment vas y t il a N York , en avion ! Et cet avion consomme t il du jus de betterave produit en Picardie , non du kerosene produit par Total . Une tete a claque ce merdeux , il est tellement con qu il ne rend pas compte de ses contradictions Ces ecolos bo bos , il faudrait les tremper dans une fosse a purin .


          • Alren Alren 27 octobre 2018 12:50

            Évidemment vous êtes ci-dessus la cible des réacs de tous poils qui, vous le remarquerez, ne propose aucune solution et pour cause, le problème est trop complexe pour eux !

            Je partage votre point de vue que la médiocre qualité de l’enseignement dans les établissements défavorisés, médiocrité qui n’est pas essentiellement due aux enseignants qui sont trop souvent inexpérimentés, mais également aux classes à effectifs trop nombreux et manquant de moyens,

            sert les intérêts des privilégiés de la fortune et de la culture en limitant la concurrence venue des classes populaires.

            C’est aussi stupide à long terme que l’attitude des adversaires de l’école Jules Ferry. car l’évolution de la société aura pour effet de diminuer les emplois peu qualifiés pour créer toujours plus d’emploi très qualifiés et que le manque de personnel pourrait amener les compétents à demander un plus haut salaire, ayant le choix entre plusieurs entreprises.

            L’animal humain a beau être fondamentalement sociable, les classes de trente élèves ne conviennent pas en renforçant un climat d’anonymat : l’élève, comme tout être humain, a besoin de sentir une relation individualisée avec l’enseignant comme avec toute personne qu’il fréquente régulièrement.

            Trente élèves ou plus par classe c’est trop pour cela d’autant plus que l’enseignant manque de charisme et de générosité. Les enseignants chahutés sont les plus froides ou les plus introverties.

            Cette introversion, forme aussi de timidité, est le plus souvent le fait de femmes que d’hommes. De ce point de vue la féminisation excessive de l’enseignement dû au fait de salaires insuffisants au regard de la difficulté du métier est une mauvaise chose.

            Ce besoin d’une relation particulière avec l’enseignant se manifeste aussi avec des étudiants d’université ! Les grands amphis sont responsables en partie de l’abandon des études de nombreux étudiants en première année dont le surmoi est faible.

            Heureusement, il y a les travaux pratiques et les travaux dirigés pour qu’un dialogue s’établisse et qu’une atmosphère plus « familiale » s’installe.

            On nous donne souvent pour flétrir la France, l’exemple de pays étrangers. copions donc la Finlande qui obtient d’excellents résultats sans les brimades qui ont cours en Asie laquelle dresse des singes savants, et limitons les effectifs des classes à quinze élèves au maximum.

            Si nous doublons les salaires des professeurs qui accepteront de travailler dans les zones difficiles, on verra des hommes d’expériences être candidats, non pas seulement pour l’argent mais pour l’accroissement de considération concomitante qui sera évidente et leur donnera la sensation d’une grande utilité sociale.

            D’autre part il faut des moyens à la mesure de la richesse de la cinq-sixième puissance du monde avec soixante-sept millions d’habitants.

            Toutes les classes devraient être équipées à la place de l’archaïque tableau noir et de la craie, d’un écran géant ou viendrait s’inscrire le cours que le professeur a préparé chez lui.

            Un cours d’histoire ou de géographie, ou de SVT aurait un tout autre intérêt soutenu par des images ou même des séquences animées que la parole « nue » du professeur.

            Ce serait comme un documentaire télé avec en sus la possibilité de poser des questions.

            Même les mathématiques, la géométrie en particulier, seraient plus captivantes, si le professeur est pédagogue, bien entendu.

            L’avantage pour lui serait qu’il ne tournerait pas le dos à ses élèves à se fatiguer à écrire bras en l’air sur un tableau.

            L’avantage pour les élèves serait qu’eux non plus n’auraient pas à copier le tableau mais recevraient soit un texte imprimé soit le cours sur des clés USB.

            En faveur des établissements scolaires, les frais de droits d’auteur seraient pris en charge par les collectivités. Beaucoup d’enseignants bénévoles fourniraient à leurs collègues des documents sur internet.

            Mais bien entendu, on ne peut se dissimuler que certains cerveaux souffrent du simple fait qu’on leur impose une effort permanent d’apprentissage abstrait.

            Et que ces élèves-là n’ont rien à faire dans des établissements d’enseignement. Et que l’ennui et la souffrance qu’ils ressentent se traduit pas du chahut. je ne vois pas pour cela, d’autres solutions que l’exclusion définitive s’ils ont atteint les seize ans de la fin des études obligatoires.


            • Cadoudal Cadoudal 27 octobre 2018 18:51

              @Alren

              "vous le remarquerez, ne propose aucune solution et pour cause, le problème est trop complexe pour eux !"

              ça ne fait que 40 ans qu’on vous dit comment tout ça va finir...

              Dans l’école de ma fille, 54 élèves par classe, tous en uniforme, pas un qui moufte, les gosses apprennent à lire, écrire, compter...

              Pas un prof gauchiste à l’horizon...








            • oncle archibald 27 octobre 2018 19:09

              @Alren :

              Dans les années 60 j’ai fait toute ma scolarité au Lycée Pierre de Fermat à Toulouse dans des classes de 32 à 34 élèves ..... Ça ne mouftait pas, les profs faisaient tranquillement leurs cours « magistraux » et les potaches s’efforçaient de suivre, de comprendre, et d’apprendre.

              Beaucoup parmi nous ont tenté des concours nationaux et ont été admissibles dans de « grandes écoles ». Parmi ces beaucoup il y avait des enfants de tous les milieux et ce qui faisait rigoler tout le monde c’étaient les mecs qui étaient « du circuit » comme disaient les profs, c’est à dire que virés d’un établissement ils passaient à un autre et ainsi de suite, finissant par avoir tâté de tous les lycées et collèges de Toulouse. Ceux qui détonnaient étaient les feignasses et les cancres.

              Les profs nous aidaient à explorer nos propres possibilités et nous amenaient au maxi de ce que nous pouvions donner. Ils ne passaient pas leur temps à essayer de rétablir un minimum d’ordre avant de commencer leurs cours, ni a se colleter avec un élève qui refuse de fermer sa tablette et joue à je ne sais quoi pendant le cours.


            • gnozd 28 octobre 2018 09:51
              @oncle archibald

              Moi itou. J’ai fait toute ma scolarité dans des classes de minimum 35 mômes, et aorès au bahut pareil.
              Autre époque : quand on faisait une connerie et qu’on ramenait une punition, nos parents nous engueulaient, au mieux, ou nous en collaient une, au pire !

              Et y’a eu 68... ils ont commencé par plus nous noter de 0 à 20, mais de A à E.
              Vous parlez d’une différence !
              D’ailleurs pleins de profs ne pratiquaient pas ce système et 5 ans après les notes chiffrées faisaient leur retour.

            • mmbbb 28 octobre 2018 09:56

              @Alren arrêtez d employer ce procédé déplorable vous en êtes minable . on connaît la chanson Bon j ai eu des profs qui n ont eu de cesse de cracher sur les flics En 1981 cette gauche bourre a la moraline s insurgeait contre la derive securitaire Desormais les profs demandent la presence des flics dans certains etablissements , a la SNCF , les syndicats ont demande plus de securite notamment l installation de la police ferroviere . « 
               » Si nous doublons les salaires des professeurs qui accepteront de travailler dans les zones difficiles, on verra des hommes d’expériences être candidats, non pas seulement pour l’argent mais pour l’accroissement de considération concomitante qui sera évidente et leur donnera la sensation d’une grande utilité sociale." . Vous devriez être politique , vous avez l art de l éloquence mais qui cache une mentalité fourbe . Certains y sont allés , ils n ont pas tenu un an . Arrêtez de balancer votre moraline de gauche . Est il si facile de doubler le salaire et sur quel budget ? D ailleurs beaucoup sont contents , ils paient des impot en plus ( cela change le QF ° et ils geignent ensuite Je me marre
              Quant a votre description , bien qu issu de cette EN ? Je n ai rien eu de la sorte . J aurais plutot exige des profs d une parfaite excellence . Une parfaite excellence , simplement . Ce simplement fut rare . Peu importe le moyen d enseigner , il est est necessaire que le prof maitrise sa matiere Je ne suis pas convaincu par exemple sur l exemple de votre pedagogie notamment l emploi de support medias accompagnant les cours d histoires. En effet c est plus difficile pour un prof d avoir une bonne elocutuion un parfait francais et une bonne connaissance.de sa matiere L outil pedagogique image notamment permet il est vrai de pallier le manque de maitrise. Vous semblez ignorer Internet et les divers reportages que notre generation n avaient pas. Cette géneration est inondée par l image. En effet tous ces profs ne peuvent pas être des Max Gallo, agrege d histoire et de francais.  C est la fameuse égalité des chances chere a la gauche qui envoie ses mioches dans les etablissements prives . Votre conclusion est assez cocasse , de facto vous êtes pour une selection et elle est assez contradictoire avec votre expose . je me remarre Ne vous inquiétez pas cette selection existe, je passe souvent devant le lycee du parc a Lyon, ecole preparatoire , en observant la trombine des eleves , il s agit en effet de l extraordinaire diversite de la société francaise mais reduit plutot au type caucasien Je me re re marre . Salut Alren 


            • oncle archibald 28 octobre 2018 11:10

              @mmbbb : à propos « d’avoir une bonne élocution un parfait français » j’ai eu un prof d’histoire qui pour avoir le silence avant de commencer son cours disait : « Messieurs, veuillez cesser tout espèce de murmure à la seconde même » .... et c’était vachement efficace ! J’imagine que ça doit faire rêver quelques enseignants d’aujourd’hui .... Quoi ? Qu’est-ce qu’il a dit le bouffon ?


            • Ecométa Ecométa 27 octobre 2018 13:01
              Platon, il y a deux millénaires et demi, légèrement modifié dans la forme mais pas dans le fond ! De l’éducation, selon Platon, ceci vaut pour les parents, pour les enseignants et aussi pour l’Éducation Nationales : il y en pour tout le monde ! Tout le monde est responsable mais personne ne se sent responsable !

              Et que dire de la nouvelle psychologie enfantine de l’enfant Roi , Bien sûr qu’il faut être à l’écoute de l’enfant et bien plus qu’avant ...mais cette écoute poussée au « laisser faire et laisser aller » à forcément ses limites !  
               
              « Lorsque les parents s’habituent à laisser faire les enfants,

              Lorsque les fils ne tiennent plus compte de la parole de leurs parents,

              Lorsque les maîtres (enseignants et leur organisation) tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter,

              Lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu’ils ne reconnaissent plus au-dessus d’eux l’autorité de rien ni de personne,

              Alors c’est là, en toute beauté et en toute jeunesse, le début de la tyrannie… en premier sur les parents ! »

              Platon


              • eric 27 octobre 2018 15:32

                @Ecométa Citation classique, mais ce n’est pas cela. A nouveau, voir le live du raptor, clash test, et de ses potes gosses de migrants. Je ne sais plus si c’est Todd ou Surfer ou Chaunu qui avait prévenu il y a quarante ans. Les pères magrhebins, c’est pas la risette et copain copain. Mais c’est les profs et les sociaux culturels qui les ont menacé de poursuite si ils éduquent leurs gosses façon tradi. C’est-à-dire comme nos grands parents C’est les profs qui leur ont appris que la loi était bourgeoise et capitaliste colonialiste. Les frères Kouachi n’ont pas eu de père, ont perdu leur mère très vite et on été entièrement éduqués par des pros. Ils ont découvert l’islam qu’en tôle. Mais là, malheureusement, ils ont croisé des types qui faisaient vraiment ce que leurs profs préconisaient abstraitement. S’attaquer à une société injuste, éventuellement par tous les moyens.

                Du reste, il n’y a pas photo, eux et leurs copains ont attaqué Charlie et le Bataclan. Deux des Mecques de leurs profs et éducateurs.

                Après, il y a des terroristes dans tous les pays où il y a des musulmans. Ce n’est pas la faute des seuls profs français. Mais il y a des pays où l’ascenseur social fonctionne mieux que chez nous. Et cela, c’est vraiment eux.


              • zzz'z zzz’z 27 octobre 2018 17:38

                @eric

                Sur les enfants rois : Toujours devant la TV, du câblage direct, ils sont carrément montés à l’envers. 

                Ils sont tellement gavés de proactif, qu’il arrivent à réciter leurs mantras en campagne électorale : « Parce que : c’est notre projeeeeeeeeeeeeet »

              • Arthur Gohin 29 octobre 2018 10:59

                @Ecométa
                  Platon vivait à une époque polythéiste, il ne savait pas ce qu’est la lumière des hommes.

                Moi je vous dis :
                Lorsque les parents laissent vivre leur enfants sans Dieu,
                Lorsque fils et filles ne tiennent plus compte de son amour,
                Lorsque les maîtres tremblent de perdre leur autorité parce qu’elle est factice, 
                Lorsque finalement les jeunes méprisent l’amour et la vérité parce qu’ils ne reconnaissent plus au-dessus d’eux la lumière de Dieu,
                Alors c’est là, en toute beauté et en toute jeunesse le début de la tyrannie de Lucifer sur terre. 
                Tyrannie qui a d’ailleurs condamné à mort Socrate pour monothéisme. Il négligeait du coup les dieux officiels et supposément pervertissait ainsi les jeunes. 

              • pallas 27 octobre 2018 13:10
                mathias cohen
                Bonjour,

                Nous avons le même age, parcontre nos existences sont totalement différente.

                Je viens d’un monde ; soit tu est fort et survie ou bien tu est faible et sombrera dans la drogue ou suicide.

                Votre monde est celui des festivals, de la techno et autres stupidités qui indiffère la quasi totalités des individus et énervent sérieusement.

                Pour en revenir à votre article, il est trop tard, le taux de criminalité explose, des psychopathes plein les rues, hommes comme femmes, qui n’ont plus rien d’humains, juste des bêtes assoiffés.

                Vous n’etes qu’un passe temps à mes yeux, une simple proie, de solutions vous n’en aurez pas et n’existe pas, en ce monde c’est la loi de la nature.

                Le plus fort survie et le faible devient ça proie, et les plus faibles périssent, je suis navré de l’annoncer ainsi, mais ça toujours été ainsi et le restera.

                Vous n’etes qu’un faible demandant de la protection, débrouillez vous, personne ne viendra à votre secours, je ne perd pas mon temps envers des individus de votre espece.

                Votre sabre est mal aiguisé et fragile alors que le fourreau est dorée, le miens est aiguisé et tranchant, mon fourreau n’est que simplicité.

                Je démontre encore une fois que la loi du plus fort prévaut sur tout le reste

                 smiley

                Salut

                • eric 27 octobre 2018 15:18

                  En réalité, tous cela est faux. Il y a eu un rapport Obin sur l’obscurantisme religieux à l’école. Il en ressortait que :

                  Non seulement les profs sont majoritairement à gauche, mais sur le plan humain, les cadres, les militants, ils sont, les gauches, si on rajoute certains autres agents publics et para public. Notamment parce qu’ils ont du temps.

                  Partout le ministère qu’ils co gérent, quel que soit le pouvoir, a organisé des ghettos. Principal constat du rapport, même dans les gros bourgs ruraux, il y a un établissement pauvres, racailles, migrant, et un autre gosses de profs, fonctionnaires et bourgeois. Certains chiffre région parisienne évoque que les profs sont et on été les principaux bénéficiaires des exemptions de carte scolaire. Les études internes montrent que de façon écrasantes ils fuient les établissements populaires, non seulement pour leur gosses mais pour eux même. On y colle les débutants . Enfin, un sociologue trotskyste a produit une étude qui montrerai que les gosses de pauvres qui vont dans le privé catho en se saignant, réussissent mieux que dans les ghettos du public, quand les gosses de riches ayant accès aux lycées publics centre ville payent moins cher pour leur éducation.

                  Cela est en train de changer. Même les lycées des centres se dégradent.

                  C’est un « peuple » qui a détruit notre école publique. Le peuple de gauche.

                  Aujourd’hui, nous sommes comme le Québec après sa réforme progressiste de l’école il y a trente ou quarante ans. Quatre types de parents. Ceux qui ont leur gosses dans le privé Ceux qui vont le faire Ceux qui veulent les mettre dans le privé mais ne peuvent pas Ceux qui n’ont pas d’enfants. Allez voir le dernier live du raptor et de ses potes gosses de migrants sur ce qu’ils veulent faire pour leur gosses. Tous chez les curés !

                  Il n’y a pas de solution. On ne peut pas financer ce qui reste du public et aider les pauvres à aller dans de vraies écoles. Il n’y a pas assez d’argent. En revanche, on a vraiment besoin constamment de nouveaux migrants pour faire survivre l’institution, parce que leurs gosses à eux ont rarement le choix.


                  • pallas 27 octobre 2018 15:33
                    mathias cohen
                    Bonjour,

                    Vous etes quelqu’un d’insultant et de méprisant, comment osez vous parler des gens comme moi de pauvre et insignifiant.

                    Vous etes le genre de personnes que je foule de mes pieds et que j’écrase sous ma botte.

                    Votre fausse piété, ont ou plutot « Nous », ont s’en tamponnent royalement.

                    Arreter de cracher sur les gens comme moi, c’est toi le faible biberonné au pognon facile, qui ce crois sauveur, l’exclu de la société c’est toi.

                    Toi tu n’est rien, une simple larve qui se fait agresser dans la rue, pas de forces, pleurnichant quand il est seul.

                    Dégage de mon existence, c’est un conseil.


                    Salut

                    • popov 27 octobre 2018 15:55

                      @Mathias Cohen

                       
                      Pas besoin d’être lepéniste pour comprendre qu’en important par millions des populations à QI moyen de 84 dans un pays où le QI moyen est autour de 100, on va assister à une baisse de niveau.
                       
                      Le réflexe égalitaire : baisser la barre pour ne pas stigmatiser les cancres. Autrement dit, nivellement par le bas.
                       
                      Ce qui m’étonne, c’est que parmi vos propositions, on ne trouve pas celle d’un enseignement à deux ou plusieurs vitesses. Chaque élève aurait le droit de postuler au niveau qu’il souhaite, mais l’égalité s’arrêterait là : il réussi ses tests d’admission ou il les rate. Avec possibilité de réévaluation chaque année et de transfert d’un niveau à un autre.

                      • pallas 27 octobre 2018 16:05

                        @popov


                        Bonjour,

                        Regarder ça photo, son profil, il n’est qu’une larve, le genre d"individus se cloisonnant.
                        Vous savez ceux allant dans les festivals et boites de nuit, un vulgaire déchet.

                        Les rares fois que je les aient comme client, ont les envoient ch ier, ces de vulgaires détritus.

                        Une s**s m**e***de, un reliquat stérile bon à vivre dans une cave.

                        Cette chose ne mérite qu’un sourire écrasé sous mon pieds, souriant de souffrance.

                         smiley

                        Salut

                      • popov 27 octobre 2018 16:31

                        @pallas

                         
                        Bonjour
                         
                        Je ne sais pas. C’est le premier article de cet auteur que je lis.

                      • pallas 27 octobre 2018 16:47

                        @popov


                        C’est une larve,

                        Son texte n’est qu’un appel au secours, cherchant de l’empathie, alors qu’il n’est rien.

                        L’auteur de cet article est un pauvre déchet.

                        Le monde change, suivant les règles de la nature.

                        L’auteur de l’article fait une erreur fondamental, il doit en payer le prix, celui de survivre seul.

                        De choix je ne lui en fait pas.

                        Salut

                      • pemile pemile 27 octobre 2018 17:07
                        @pallas « Regarder ça photo, son profil, il n’est qu’une larve »

                        Euh, la photo de profil c’est l’album « Helen Of Troy » de John Cale ! smiley

                      • pallas 27 octobre 2018 17:39

                        @pemile


                        Bonsoir,

                        C’est mieux que je le pensais.

                        Une larve, ce cachant de saltimbanques que personne ne connais.
                        En voulant sauver ce dechet, bien au contraire, vous montrez son profil intime.

                        Vraiment stupide.

                        Merci, dans l’avenir, je vous écraserai, en plus vous etes potes, magnifique.

                        En faites je suis le méchant de service du FSB.

                        Mes crocs salivent d’avance, je vais vous croquez.

                        Maintenant je sais qui vous etes.

                        Proie et Prédateurs.

                         smiley

                        Salut



                      • pemile pemile 27 octobre 2018 18:57

                        @pallas


                        Oui, écraser une larve vous en êtes peut être capable, après, c’est à vos peurs qu’il va peut être falloir vous attaquer ?

                      • pallas 27 octobre 2018 19:28
                        @pemile


                         smiley

                      • Cadoudal Cadoudal 27 octobre 2018 19:46
                        @pemile
                        Celui-là est vacciné :

                        « Quand des gens s’approchent rapidement de lui ou ont la peau foncée, il crie, s’accroche à nous. On ne peut plus prendre le train. Il en a peur. »


                      • pallas 27 octobre 2018 20:01

                        Bonsoir,

                        Vous avez raison.

                        Faisons la souffrance qui me hante et me détruit chaque jour de ma Femme morte.

                        Oui !!!!!, pourquoi pas, en faites vous avez raison.

                         smiley

                        Vous allez apprendre la signification du « Néant ».


                        Mes crocs sont pret, ma langue salive.

                        Salut



                        • Fanny 28 octobre 2018 00:57

                          Permettez-moi d’être pessimiste.

                          Les gars à problème savent qu’ils ne feront jamais partie de l’élite. Que faire des petits boulots pour un dealer paye mieux de l’heure que professeur(e). Que l’idéologie dominante est de toute façon méprisable et très éloignée de leur culture familiale. Que leur pays d’origine fantasmé est plus près de leur cœur que leur pays d’accueil qui les tolère sans les aimer. C’est foutu pour l’école, et je ne vois pas bien dans ce contexte comment rétablir l’ordre dans les classes. Les enseignantes vont continuer de souffrir, le martyre pour certaines.

                          Les élites, que nous réélisons tous les 5 ans, Macron en est emblématique, ne sont pas vraiment motivées pour changer radicalement la donne. Elles ont d’autres priorités. Comme par exemple maintenir le pays dans le peloton de tête des pays développés. Priorité honorable au demeurant, permettant de maintenir hors de l’eau la tête des moins dotés via des mécanismes de redistribution. Mais cette priorité s’accommode bien d’un lumpen prolétariat dépourvu de diplômes et de vrai métier. Le revenu universel (de gauche paraît-il) suffira à terme à nourrir tout un chacun. Notre système économique n’a pas besoin de grand monde pour créer le futur : une élite hyper pointue (moins de 1% de la population pour la recherche et l’engineering) suffit à y pourvoir. Et comme le font les USA avec l’Europe, la Chine et l’Inde, on prélèvera dans le monde entier les types et filles les plus géniaux pour accroître les performances (les nôtres).

                          Tout ceci aboutit probablement à une société duale. Une élite de l’argent, de la connaissance et de la culture d’un côté (10% ? 20 % ?) et le reste de la société de l’autre. En gros les plus de 5000 € jusqu’à 1 million € / mois d’un côté, les moins de l’autre. Et les recalés des études en bas de l’échelle, vivant d’un très petit salaire, de boulots annexes et d’aides sociales.

                          Mais tout cela pourrait s’effondrer pour une raison ou pour une autre. Le système est instable. L’élite peut se décourager face à l’amoncellement de problèmes menaçants insolubles et décider de mesures radicales qui changeraient la donne (mais nous ne serions peut-être plus là pour en profiter -).


                          • zygzornifle zygzornifle 28 octobre 2018 08:03

                            En mettant des flics dans les écoles ils pourront au moins avoir des cours de rattrapage gratos .....


                            • Le Vautre Oméga Vertagus 28 octobre 2018 15:39

                              Ça profite à moi. Je suis juif, riche et puissant. Je jouis seulement devant le spectacle de la souffrance des portefaix du prolétariat. Plus encore : j’explose quand cet esclavage souterrain touche des enfants handicapés, transsexuels et noirs (de préférence). En guise de passe-temps, j’aime par-dessus tout ruiner l’économie des petits Français. C’est bon, aucunement profitable, sinon pour mon sadisme qui, chez moi, est une seconde nature. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès