• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Einstein vous explique pourquoi la France ne s’en sortira (...)

Einstein vous explique pourquoi la France ne s’en sortira pas

 La France vit la plus grande crise de son histoire récente. La fronde jaune de décembre 2018 est sans commune mesure avec les grèves de décembre 1995 qui ont eu la « peau » d’Alain Juppé. La seule comparaison reste mai 68 mais si les intensités sont comparables, les ressorts sont bien distincts. Le mouvement des gilets jaunes nous enseigne ou plutôt nous confirme que la France est un pays divisé et pire, la France est un pays abimé. Même si le mouvement des gilets jaunes se calme avec l’argent du temps acheté, les blessures sont profondes et… Et alors, quelle suite ? Revenons sur le passé récent.

 

Acte 1, de 1993 à 1995. Edouard Balladur devient premier ministre dans une France sinistrée par le chômage, retapée grâce au budget chaque année en déficit et aux mesures de colmatage, RMI, TUC, CES. Jacques Chirac se fait élire avec comme slogan de campagne la France pour tous et comme élément de programme la réduction de la « fracture sociale ». Les partis dits républicains ont recueilli près de 70 % des voix si l’on additionne les électeurs de Chirac, Balladur, Jospin et Hue.

 

Acte 2, 2002. Le premier tour de la présidentielle de 2002 a mis la France KO. Jean-Marie Le Pen, qui n’avait aucune intention de gouverner, arrive second et balaye le candidat du PS, Lionel Jospin. Des millions de Français vont dans la rue pour dire leur indignation. La démocratie ne se porte pas bien. Pour la première fois depuis l’institution des débats du second tour, les deux candidats ne s’affrontent pas devant les téléspectateurs. Cet épisode aurait dû alerter les élites politiques et intellectuelles sur la gravité de la situation, mais aussi incliner les gens d’en-haut à réfléchir sur les modèles de société. Qu’est-ce qui a été fait pour changer depuis 2002 ? RIEN ! Enfin, le « rien » est un peu exagéré. Les gouvernants ont géré la France et des orientations ont été prises par les deux successeurs de Chirac qui ont certainement contribué à abimer le pays encore plus qu’il ne l’était.

 

Acte 3, 2007. L’effet du Net a galvanisé la vie démocratique mais avec le recul, cette agitation autour du triumvir Sarkozy, Royal, Bayrou a laissé l’impression d’une discussion en trompe-l’œil, à l’instar de la toilette opposé à la gymnastique par Platon ou de la sophistique opposée à la justice. Comment penser qu’un Sarkozy ait pu résoudre la crise sociale et économique en se reposant sur un système global qui a créé la faillite d’Enron en 2001, puis la chute de Lehman-Brothers en 2008 et la crise financière qui s’en suivit ? Pendant ces cinq années, les individus protégés ont bien vécu, d’autres ont été déclassés ou paupérisés. La crise financière de 2008 a été épongée en rognant sur les revenus des gens ordinaires tout en faisant ressortir quelques situations critiques dans les budgets de pays européens assez indélicats. Bref, la déception légitime suscitée par Sarkozy a légué le pays à l’alternance.

 

Acte 4, 2012. Que dire de vraiment pertinent sur l’élection de François Hollande due non pas à une adhésion mais au rejet de son prédécesseur. Dans le programme de Hollande, il n’y avait rien de nouveau, percutant, original. Le destin de ce président était sur les rails et comme son prédécesseur, Hollande a fini par susciter la défiance et le rejet. Il n’a fait que bricoler des réformes pour finir par adhérer au mythe de la politique de l’offre. Une politique de dernier recours qui contribue à la destruction des classes laborieuses.

 

Acte 5, 2017. Hollande en incapacité de se représenter lègue le pays à Macron, l’homme en marche du centre, ce qui traduit un retour à la case départ avec la sensibilité proposée par Bayrou. Macron tente la voie du centre qui n’a pas été explorée et qui finira dans une impasse parce que les réformes en marche ne peuvent qu’accentuer cette sorte d’impasse politique et sociale française dévoilée par un peuple doué d’une aptitude politique comme en témoigne le mouvement des gilets jaunes.

 

Acte 6, 2018, gilets jaunes. Pour l’instant où allons-nous ? Nulle-part nous dirait Einstein dont voici la sentence qui s’applique à notre monde

 

 « Un problème créé ne peut être résolu en réfléchissant de la même manière qu'il a été créé.  »

 

Je paraphrase Einstein :

 

« Un problème créé par des politiques et des mythes ne peut pas être résolu par les mythes et les politiques qui l’ont créé. ».

 

Il n’y a aucune solution au sein du système et que si solution il y a, il faut sortir des cadres du système. Sarkozy lègue à Hollande qui lègue à Macron. Quelle est la suite ? Nulle personne douée d’une lucidité ne peut imaginer voir Mélenchon ou Le Pen gouverner ce pays. La sentence d’Einstein s’applique aussi, mais dans le champ politique. Le Pen et Mélenchon ont jeté de l’huile sur le feu et ont contribué à diviser le pays. On ne voit pas comment ces deux-là pourraient réunir le pays. Ils ont alimenté les problèmes et ne peuvent pas résoudre ce qu’ils ont semé.

 

Acte 7. 2019 et les élections européennes. Si Macron devait dissoudre l’Assemblée, ce serait après les élections européennes pour autant qu’elles envoient un signal à la nation. Un signal qui pour l’instant se dessine comme abstention. Une chose est certaine, la dissolution est prévue par la constitution mais seules les circonstances déterminent le déclenchement de la procédure. Dissolution en juin 2019, élections en octobre 2019. Timing parfait, nous serons à mi-mandat. En l’état actuel des choses, ce scénario n’est pas envisageable. Cela dit, rien ne s’oppose à ce qu’une réflexion de fond sur l’état de la civilisation et de la société ne se mette en place. Je pense connaître au moins quelques obstacles face à un enjeu global. La plupart des intellectuels, journalistes, politiques, élites intermédiaires, professeurs de fac, jouent une carte personnelle dans leur vie. En l’état actuel des choses, la France ne s’en sortira pas de l’état dévoilé par les gilets jaunes mais elle continuera à être gouvernée.

 

Je ne me rendrai jamais à l’évidence d’une absence de solutions et de nouvel horizon. Admettons qu’aucun alpiniste n’ait gravi l’Everest. Ce n’est pas parce qu’aucun homme n’est parvenu au sommet de l’Everest que l’Everest n’existe pas. Ce n’est parce que vous ne trouvez pas les solutions qu’elles n’existent pas.

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.16/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

69 réactions à cet article    


  • François Pignon NEMO 17 décembre 2018 08:09

    Pourquoi se référer à Einstein à qui on prête des tas de citations apocryphes sans donner les références ?

    Non seulement ça ne valide pas comme par magie une démonstration, mais au contraire, ça la discrédite.

    Laissez Einstein aux physiciens.


    • François Pignon NEMO 17 décembre 2018 12:47

      @tonton christobal

      comme tu dis mon gars : « si c’est parler pour ne rien dire , il vaut mieux s’abstenir »
      à la tienne !


    • vesjem vesjem 23 décembre 2018 15:39

      @NEMO
      d’autant plus que ce plagiaire a profité de la mort d’Henri Poincaré pour lui voler la théorie de la relativité


    • JL JL 17 décembre 2018 08:37

      ’’ Einstein vous explique pourquoi la France ne s’en sortira pas ’’

       

      ’’ Je pense connaître au moins quelques obstacles face à un enjeu global.

      Je ne me rendrai jamais à l’évidence d’une absence de solutions et de nouvel horizon.

      Ce n’est parce que vous ne trouvez pas les solutions qu’elles n’existent pas ’’.

       

       No comment.



        • vesjem vesjem 23 décembre 2018 16:00

          @devphil30
          Ce sont ces mêmes merdias occidentaux qui ne diffusent que propagande depuis des lustres, qui ont adoubé bébert à l’époque où il s’est approprié les travaux d’Henri Poincaré et de Max Planck en plagiant leurs théories (dont celle sur la relativité) ; notoriété dans un premier temps (début du XXième), aidée par la concurrence entre sciences allemande et française, puis boostée par les merdias ricains quand bébert est allé chez eux(#1940)


        • math math 17 décembre 2018 08:43

          En effet les solutions existent aux problèmes posés..encore faut il que les personnes en charges de les trouver, soit au niveau..ce qui pour l’instant est loin d’être le cas..nous « enfilons » les incompétents..Sarkozy..Hollande..Macron.. ? 


          • Alren Alren 19 décembre 2018 15:42

            @math
            La solution dont tout dépend, c’est la justice fiscale.
            Qui la prône ? 


          • kalagan75 17 décembre 2018 08:46

            ton acte 1 devrait se situer en 1974, date à partir de laquelle la France n’a plus connu d’excédents

            ton acte 2, les années 80 avec le traitement social du chômage et l’explosion de la dette publique

            Quant à citer Einstein ...


            • Bernard Dugué Bernard Dugué 17 décembre 2018 12:27

              @kalagan75 L’acte 1 devrait remonter en fait à Mitterrand II, en 1988, le FN a 15 points. Tapie est entre-temps devenu un héros. Puis le communisme s’effondre et le système financier s’enflamme pour célébrer sa victoire en 1999. Clinton abroge de Steagall-Glass Act de Roosevelt 1933. C’est open bar et jour de fête pour la finance, puis 2008, la gueule de bois


            • kalagan75 17 décembre 2018 14:12

              @Bernard Dugué
              plutôt alors Mitterrand I . Même ses ministres les plus proches lui avaient dit que la retraite à 60 ans n’était pas tenable pour les finances du pays. 


            • Garibaldi2 18 décembre 2018 03:11

              @Bernard Dugué

              Vous avez oublié l’énorme explosion de la ’’bulle internet’’ à la fin des années 1990 début des années 2000.

              ’’Tous les profits réalisés depuis 1995 (145 G USD) par les 4 300 sociétés du NASDAQ sont volatilisés par les pertes gigantesques de 2000-2001 (148 G USD).’’

              https://fr.wikipedia.org/wiki/Bulle_sp%C3%A9culative_(Internet)


            • Étirév 17 décembre 2018 09:49

              La France s’est divisée parce que les races qui l’ont occupée dans le courant de son histoire avaient des atavismes divers.
              Il a fallu la longue occupation romaine, puis l’invasion du Franc et l’introduction par lui de la loi salique, il a fallu 20 siècles d’oppression et de servitude sous la monarchie masculine pour nous faire oublier les traditions glorieuses de nos aïeux.
              Tôt ou tard la vérité prend sa revanche, on a beau manœuvrer dans l’ombre, on n’empêche pas la lumière de luire.
              L’éternelle lutte de la science contre l’ignorance est le suprême effort des temps présents.
              La science féconde va instaurer d’une manière grandiose et définitive la doctrine de nos antiques Mères et former une puissante synthèse philosophique qui unira les frères et les sœurs épars sur toute la surface terrestre ; ce sera un cycle nouveau qui dépassera la démocratie et la remplacera par une aristocratie de l’Esprit.
              C’est notre génération qui doit vaincre le mauvais esprit que la dégénérescence des peuples a introduit dans nos anciennes nations, c’est le devoir de la France, c’est sa mission. C’est de la France qu’on attend la lumière nouvelle qui recommencera une civilisation.
              Les grandes Déesses qui ont plané au-dessus des sociétés humaines et les ont guidées à travers les vicissitudes et les orages vers la Vérité ont toujours été le mystérieux levain qui de temps en temps soulevait les âmes.
              Nous avons restauré sur un plan élargi les croyances de nos aïeules et en avons fait un nouvel esprit religieux que la nouvelle France va instaurer quand elle sera réveillée du cauchemar.
              Alors, la grande victoire spirituelle, incarnée dans la femme future fera renaître la tradition historique et rendra au territoire que nous occupons sa glorieuse suprématie ; elle fera cesser à tout jamais les luttes, elle purifiera la Terre de l’imposture qui en a été le point de départ. Et cet événement providentiel s’accomplira le jour marqué par la destinée suprême des Etats. C’est fatal.
              Ce sera la plus grande révolution morale qui se sera produite depuis trente siècles. En ramenant les esprits vers la grande vérité traditionnelle, on rétablira le seul idéal qui puisse régénérer le monde.
              M. Albert Einstein n’a t-il pas dit un jour : « N’essayez pas de devenir un homme qui a du succès. Essayez de devenir un homme qui a de la valeur. »


              • cevennevive cevennevive 17 décembre 2018 10:12

                @Étirév, bonjour, et bonjour aussi à Bernard Dugué,

                « Les grandes Déesses »
                Souvent bien conventionnelles selon leur époque , autoritaires, vénales, et parfois nocives pour leur peuple. Esclavagistes et hautaines.
                La seule qui mérite, peut-être, d’être révérée, c’est la Pachamama...
                En aucun cas, ces déesses n’ont sauvé le monde, non plus d’ailleurs que les théories d’Einstein.
                Où allons-nous chercher tout cela ?
                Nous sommes aujourd’hui, maintenant, avec nos problèmes, nos qualités et nos défauts, qui ne viennent pas seulement de notre condition d’humain, mais de la conjoncture dans laquelle nous vivons.
                Alors, Les Déesses, Einstein, Dieu, Allah ou autres, ce sont des « reliques » que certains nous avancent comme des voies à suivre. Bof !


              • osiris 17 décembre 2018 20:18

                @Étirév

                 La rhétorique est grandiloquente et d’aucuns diront même pontifiante ,n’empêche le fond est juste et j’en suis en accord .


              • Fanny 18 décembre 2018 20:53

                @Étirév

                Quand on en vient à invoquer les grandes Déesses qui vont soulever les âmes, c’est vraiment que ça ne va plus du tout.

                Pour les orthodoxes, cela rappelle le dicton : « « хоть святых выноси » (que l’on sorte les saints (les icônes)).

                Ces icônes que l’on dissimulait derrière un rideau pour leur épargner l’horreur du monde, ou que l’on sortait au contraire pour en faire les témoins de péchés mortels, espérant en obtenir l’indulgence.

                Ces croyances en une instance supérieure de jugement moral et de rédemption font un peu ringard, mais il n’y a rien à faire, quand ça chauffe on y revient, fatalement.


              • Durand Durand 17 décembre 2018 10:17

                Le Référendum d’Initiative Populaire est une solution au dessus des clivages partisans et dans l’intérêt de tous...

                Débat chez Tadeï...

                http://echelledejacob.blogspot.com/2018/12/le-referendum-dinitiative-citoyenne-un.html

                .


                • JL JL 17 décembre 2018 10:56

                  @Durand
                   
                   RIP ?
                   
                  Le « référendum d’initiative partagée » est le dispositif prévu par les alinéas 3 à 6 introduits en 2008 (sous la présidence de Nicolas Sarkozy) dans l’article 11 de la constitution française qui indiquent notamment qu’« un référendum portant sur un objet mentionné au premier alinéa peut être organisé à l’initiative d’un cinquième des membres du Parlement, soutenue par un dixième des électeurs inscrits sur les listes électorales ».
                   
                  Dix ans déjà ! N’a jamais été utilisé.
                   
                  Requiescat In Pace !


                • Durand Durand 17 décembre 2018 12:15

                  @JL

                  Il ne s’agit pas du RIP mais du Référendum d’initiative partagée... Rien à voir...

                  Je vous ferai porter une gerbe...

                  .


                • Bernard Dugué Bernard Dugué 17 décembre 2018 12:21

                  @Durand
                  Le pouvoir du peuple est une belle idée mais si le peuple est aveugle ? J’ai toujours pensé que la maxime pour notre époque est « instruisez-vous ». Au fait, vous n’êtes pas gentil avec JL, au lieu d’une gerbe, vous devriez lui envoyer une paire de lunettes spéciales pour aider à la lecture


                • Durand Durand 17 décembre 2018 12:38

                  @Bernard Dugué

                  Pour avoir bossé en Suisse et avoir vécu plusieurs votations in situ, je peux vous affirmer que ces débats fréquents sont un des meilleurs moyen pour que les gens s’instruisent et mûrissent, politiquement parlant.

                  Et tiens, je me rappelle qu’une de ses votations concernait l’augmentation des TIPP et le non-achat de F18 aux Américains pour régler un problème de déficit budgétaire... Et bien les Suisses se sont vote cette augmentation et ont décidé de ne pas acheter ces F18, à la double majorité, nationale et cantonale... Qui dit mieux ?

                  RIP, RIP, RIP... HOURRA !

                  .


                • JL JL 17 décembre 2018 12:42

                  @ tous les deux,
                   
                   quand le sage montre la lune ...
                   
                   

                  ’’ Le pouvoir du peuple est une belle idée mais si le peuple est aveugle ? ’’

                   
                  « C’est le malheur du temps que les fous guident les aveugles. » (William Shakespeare).


                • L'enfoiré L’enfoiré 18 décembre 2018 17:06

                  @Durand,

                   La Suisse est un pays dont j’aime la manière de faire de la politique.
                   Il y a comme chez nous quatre régions dans une fédération de cantons avec communauté d’intérêts.
                   Les cantons sont souverains selon leur constitution respective, mais ne sont plus indépendants comme aux premières heures de la Suisse : le terme de Confédération, s’il reflète ce passé, ne correspond donc plus à la configuration actuelle de fédéralisme. La répartition actuelle des compétences entre la Confédération et les cantons est formalisée dans la constitution fédérale, qui précise les limites de leurs souverainetés respectives. Certaines compétences sont attribuées explicitement aux cantons, ou à la Confédération ; ce qui n’est pas explicitement délégué à la Confédération est du ressort des cantons
                  La souveraineté des cantons se limite donc à certains domaines et est en outre toujours limitée par le principe de la primauté du droit fédéral, ou force dérogatoire du droit fédéral (contrairement à l’équipollence des normes en vigueur en Belgique).

                   
                   


                • julius 1ER 17 décembre 2018 10:59

                   « Un problème créé ne peut être résolu en réfléchissant de la même manière qu’il a été créé.  »

                  @l’auteur,

                  n’est-ce pas Einstein qui disait : ce n’est pas ceux qui vous mettent dans la merde qui vont vous en sortir "


                  • Bernard Dugué Bernard Dugué 17 décembre 2018 11:16

                    @julius 1ER Cette formule me semble plus correspondre à du Coluche


                  • L'enfoiré L’enfoiré 17 décembre 2018 17:32

                    @julius 1ER,

                     En fait, c’est ce qui s’est passé avec les Etats-Unis.
                     Les problèmes des années 2007 et suivant sont venus par eux...
                     L’Europe a suivi... et a essayé de contrer les subprimes et autres....
                     Too big to fail...
                     Les premiers soubresauts de redressement de la situation, c’est à partir des States que l’éclaircie apparaissaient.
                     L’Europe suit péniblement de désaccord en désaccord...


                  • Alex Alex 17 décembre 2018 12:02

                    « Einstein vous explique »

                    Signé : Dugué

                    C’est une escroquerie ontologique smiley


                    • L'Astronome L’Astronome 17 décembre 2018 12:09

                       

                      Pourquoi toujours citer Einstein ? Personne ne dit qu’il a honteusement « pompé » les travaux du mathématicien et physicien français Henri Poincaré.

                       


                      • François Pignon NEMO 17 décembre 2018 12:55

                        @L’Astronome

                        les citations d’Einstein sont à peu près aussi AOC que celles de Jean-Claude Vandamme ou de Chuck Norris : quand un comique profère une banalité, il l’attribue à Einstein pour lui donner du crédit, du genre « comme dit Einstein, le fond de l’air est frais ». Si c’est toi qui dit ça, on plaint ta famille, si c’est Einstein, on se met à analyser le fonde de l’air et surtout à localiser la limte imperceptible entre la surface de l’air et son fond.


                      • L'enfoiré L’enfoiré 17 décembre 2018 17:42

                        @NEMO

                         Absolument. Il suffit de chercher les citations d’Einstein.
                         Elles sont innombrables.
                         Einstein a été, comme beaucoup d’autistes Asperger, un élève qui était différent et qui ne faisait pas des étincelles à l’école.
                         C’est après que cela s’est révélé et très peu le comprenne alors.
                         C’est un peu cela qu’il faut aujourd’hui. Des gens qui n’ont pas des diplômes à rallonges, mais qui en extrapolent des choses de leur propre cru.
                         « Le monde d’Einstein » est un monde particulier, tout simplement..
                         J.C. Vandamme, c’est un peu différent, j’en ai parlé avec des citations qui n’étaient pas piquées des vers dans « Les pensées surréalistes belges ».


                      • gnozd 23 décembre 2018 17:15

                        @L’enfoiré

                        Un Asperger peut-il finir Alzheimer ? Là est la question.


                      • Shaw-Shaw Shawford 23 décembre 2018 17:19

                        @gnozd

                        Le vers quelque chose ne peut pas TOUJOURS rester solitaire, voyons !!! smiley smiley

                        Même mon grand frère s’en est sorti quand il avait 11 ans je crois. Il a pourtant fait des nouilles pendant 3 semaines, tout au grand plaisir hyper narquois de sa fratrie ! smiley smiley smiley smiley


                      • yapadekkoaqba yapadekkoaqba 23 décembre 2018 17:56

                        @NEMO
                        a moi on m’a dit que Einstein aurait dit : puisque Dieu a raté ce monde, il est probable qu’il ait raté l’autre aussi !
                        si c’est bien de lui ce sera sa deuxième théorie valable avec 
                        E=CM2 école publique française.


                      • microf 17 décembre 2018 14:01

                        Très bon article qui appele á la réflexion.

                        « Si vous avez un problème et que vous comptez sur la classe politique pour le règler, vous avez deux problèmes »

                        Qui l´a dit ?.

                        Il ya un film qu´on peut visionner á youtube que je recommande toujours pour bien comprendre les évènements de ces temps, Attila la Hun, il commence par ce générique

                        « malgré la décadence et la corruption, affaibli par les guerres et les rivalités politiques, l´Empire Romain était toujours la plus grande puissance sur la terre.   Puis un nouveau peuple les Huns, fiers et indépendants surgirent des terres de l´Est. Une ancienne prophétie raconte qu´ un jour surgira de ce peuple un homme qui unira les tributs et disputera á Rome, le droit de règner seul sur le monde »

                        D´après le film, cette prophétie se réalisa, cet homme surgit du peuple Hun, unifia les tributs qui mirent fin á la domination de Rome sur le monde. À la mort de cet homme tué par la complicité de Rome, l´Empire Romain en moins d´une décénnie s´éffondra.

                        Les changements et bouleversements dans le monde aujourd´hui, ressemblent á ce film. Ces changements vont s´amplifier et bouleverser ainsi l´ancien monde, c´est de ce nouveau que naitra un nouveau monde y compris en France.

                        En ce qui concerne le mouvement gilets jaunes en France, il doit continuer son action de protestation.


                        • Bernard Dugué Bernard Dugué 17 décembre 2018 14:13

                          @microf L’entrée en scène des Huns et de Attila est en effet une subtilité qui n’échappera pas aux internautes subtils s’il y en a


                        • L'enfoiré L’enfoiré 17 décembre 2018 18:07

                          @microf

                          Si vous connaissez la période des Rois fainéants, vous comprendrez qu’il y a beaucoup de similitude.

                          Wiki : L’appellation de « rois fainéants » (littéralement rois qui ne font rien, « fait néant ») a été attribuée, a posteriori, aux rois francs mérovingiens, succédant, à partir de 639, à Dagobert Ier. Cette appellation a été forgée par Eginhard, biographe de Charlemagne, dans sa Vita Karoli (Vie de Charlemagne), écrite au IXe siècle. Il légitimait ainsi la prise de pouvoir carolingienne, car, dit-il, les Mérovingiens « n’avaient plus de rois que le nom », n’ayant accompli aucune réforme d’importance au cours de leurs règnes (littéralement « ayant fait néant »). Cette légitimation idéologique incite « à nuancer le sentiment d’éclatement et de décadence » sous le règne de ces rois fainéants.

                          A toutes les époques, il y a eu une société ou un peuple qui prenait la relève, arrivait à une apogée et puis prenait de l’embonpoint, jouissait de leur réussite et la décadence irrémédiable suivait avec une autre société challengeuse.

                          Je vous conseille peut-être de lire le livre « Quand le Sud réinvente le Nord », de Bertrand Badie qui démontre la puissance de la faiblesse du Sud dans ce préambule :
                          "Le Sud, largement issu de la décolonisation, réagit à la mondialisation en reprenant la main et en recomposant le système.
                          Jusqu’à la fin de la Guerre froide, la compétition entre puissances a fait l’histoire.
                          Aujourd’hui, non seulement elle est mise en échec, mais la faiblesse, à l’origine de la plupart des conflits en passant à travers celle des États, des nations institutionnalisées, ou du lien social, définit les enjeux internationaux et produit la plupart des incertitudes qui pèsent sur l’avenir.

                          Le sens de la conflictualité mondiale s’en trouve particulièrement bouleversé. Devenue compétition de faiblesses, elle n’est plus territorialisée, n’oppose plus exclusivement des armées et des États.
                          Peut-être a-t-elle même pour seule finalité de perpétuer des « sociétés guerrières ».
                          Elle produit une violence diffuse, se déplace par rhizome, atteint tout le monde.
                          Les vieilles puissances peinent à l’admettre
                          .
                          Le système international se transforme, inévitablement, sans que les États n’en prennent la mesure : il intègre de nouveaux acteurs et réécrit l’agenda international jusqu’à faire des questions sociales les enjeux majeurs de notre temps (démographie, inégalités, sécurité humaine, migrations). Reste à inventer les remèdes à ces nouvelles « pathologies sociales internationales ».

                           .


                        • L'enfoiré L’enfoiré 17 décembre 2018 18:13

                          @Shawford bonsoir,
                           Tu es méchant avec Bernard. smiley
                           Il y a une nouvelle règle d’or qui dit "que rien ne sert d’avoir une foule de diplômes, de compétences, ce n’est plus cela que la société et l’entreprise à besoin, c’est de ce qu’on en extrapole soi-même. C’est à dire ce que l’on en fait ou non pendant le reste de sa vie qui suit l’écolage..
                           Ah, il faut de la chance, de l’enthousiasme, de l’opportunisme, de ..... de ce quelque chose que l’on ne dit pas pendant les études : l’intelligence.
                           ¨Cela ne sert à rien d’avoir une tête bien remplie.
                           L’homme est toujours perdant avec les données du big data et des algorithmes qui font le lien entre elles.
                           C’est une tête bien faites qu’il faut aujourd’hui.
                           


                        • gnozd 23 décembre 2018 17:19

                          @L’enfoiré

                          Pour résumer, régression de plusieurs siècles...


                        • izarn izarn 17 décembre 2018 15:31

                          « ...mais elle continuera à être gouvernée »

                          Ca va etre désormais etre trés difficile. A moins de ne rien faire.

                          Pour le pouvoir, l’année 2019 est perdue.

                          Macron va rester enfermé dans son placard doré...

                          Quand à l’international, la France=Zéro.

                          Ca l’était déjà avec Hollande...


                          • L'enfoiré L’enfoiré 18 décembre 2018 14:18

                            @izarn,

                             Hier soir, notre caricaturiste bien connu, Pierre Kroll, était l’invité du 28’ sur ARTE.
                             Pour son dernier recueil de fin d’années, il a écrit un bouquin de caricatures avec le titre « Les Français vus par un Belge »
                            "Humour : un Belge croque les Français, une fois
                            À quoi ressemble la France vue par sa voisine, la Belgique ? Des péripéties de nos présidents en passant par le rôle de nos premières dames, de la gastronomie au circuit du Tour de France : l’Hexagone est une source d’inspiration pour les dessinateurs belges. Comme nous le prouve l’un des plus célèbres caricaturistes, Pierre Kroll, à travers son recueil de dessins de presse, . Depuis des années, Pierre Kroll croque la politique du pays et ses citoyens, avec un coup de crayon presque impertinent quelquefois. Un ouvrage sur les Français, destiné aux Français, comme un « miroir  » de notre société.

                            Vous allez comprendre nos différences de vues... surtout à partir de Bxl.... smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès