• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Erdogan contre Atatürk

Erdogan contre Atatürk

Je relisais le week-end dernier l’histoire de la naissance de la Turquie moderne et notamment le rôle de Mustafa Kemal Atatürk dans ce domaine.

Le fondateur de la Turquie moderne fut, dans plusieurs domaines, un précurseur de modernité et de progrès : l’abolition du califat, la modernisation de la société turque qu’il voulait ancrer à l’Europe, la sortir de la mentalité ottomane, la libération de la femme…

En lisant une de ses citations favorites je n’ai pas pu m’empêcher de comparer avec la situation actuelle.

Au début du siècle dernier, Atatürk disait : « Mais pourquoi nos femmes s'affublent-elles encore d'un voile pour se masquer le visage, et se détournent-elles à la vue d'un homme ? Cela est-il digne d'un peuple civilisé ? Camarades, nos femmes ne sont-elles pas des êtres humains, doués de raison comme nous ? Qu'elles montrent leur face sans crainte, et que leurs yeux n'aient pas peur de regarder le monde ! Une nation avide de progrès ne saurait ignorer la moitié de son peuple ! ».

Au début de ce siècle, l’actuel président islamo-conservateur turc Recep Tayyip Erdogan a célébré récemment la Journée internationale des droits des femmes en proclamant une nouvelle fois publiquement sa conviction que « la femme est avant tout une mère ». « Je sais qu'il y en aura encore qui en seront gênés, mais pour moi la femme est avant tout une mère », avait lancé Recep Tayyip Erdogan devant un parterre de femmes proches du parti islamo-conservateur AKP, dont il est le chef. Elles l'ont ovationné debout lors d'un discours à Ankara. Ces paroles ont été prononcées en 2016. Cependant, Erdogan n’en était pas à son galop d’essai, si je puis dire.

A plusieurs reprises depuis 2002 et son accession au pouvoir, l'homme fort de Turquie, s'est insurgé contre le système capitaliste, qu'il a accusé d' « asservir » les femmes pour des raisons économiques, et a souligné la nécessité de « la sauvegarde de la famille ». 

Il avait, entre autres, assuré que les féministes n'avaient « rien à faire avec notre religion et notre civilisation » et que l'égalité homme-femme était « contre nature ».
Il a également milité, avec son épouse et ses deux filles voilées, contre l'avortement décrit comme un « crime contre l'Humanité » et dénoncé la « trahison contre des générations de Turcs » que représentait à ses yeux le planning familial.

Il est loin le temps où Atatürk souhaitait construire une société ouverte et moderne (ce papier ne traite pas d’autres aspects, très critiquables, de sa politique comme le nettoyage ethnique, les génocides, etc). Les temps ont changé et la Turquie s’est transformée, sous la botte d’Erdogan, en une immense prison pour les journalistes et en une société déchirée entre progressistes et obscurantistes. Ces derniers, soutiens indéfectibles du sultan d’Ankara, œuvrent pour ramener cette société dans son ensemble vers le Moyen âge. Dans ce contexte, les droits de la femme sont les premiers à être piétinés…

Erdogan veut déconstruire tout ce qu’Atatürk a construit et l’approche de 2023, année marquant le centenaire de la fondation de la République turque, n’augure rien de bon. Je pense que le sultan accélèrera le processus d’islamisation de la société turque et favorisera de plus en plus le retour idéologique vers ce que l’on a appelé le néo-ottomanisme.


Moyenne des avis sur cet article :  3.55/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 18 septembre 17:24

    « J’ai de sérieuses raisons de croire que la planète d’où venait le petit prince est l’astéroïde B 612. Cet astéroïde n’a été aperçu qu’une fois au télescope, en 1909, par un astronome turc.

    Il avait fait alors une grande démonstration de sa découverte à un Congrès International d’Astronomie. Mais personne ne l’avait cru à cause de son costume. Les grandes personnes sont comme ça.

    Heureusement pour la réputation de l’astéroïde B 612 un dictateur turc imposa à son peuple, sous peine de mort, de s’habiller à l’Européenne. L’astronome refit sa démonstration en 1920, dans un habit très élégant. Et cette fois-ci tout le monde fut de son avis. »

    A de Saint Exupéry – le Petit Prince – chap IV


    • Jeekes Jeekes 18 septembre 18:53

      ’’l’homme fort de Turquie, s’est insurgé contre le système capitaliste, qu’il a accusé d’ « asservir » les femmes pour des raisons économiques’’

       

      Et alors ?

      Je ne suis pas un fan d’Erdogan, loin s’en faut.

      Mais...

      Il n’aurait pas complètement raison sur ce point-là ?

       

      J’aimerais un vrai argumentaire qui démontrerait le contraire !

       


      • Kapimo Kapimo 19 septembre 02:05

        « La démocratie est un tramway, on l’emprunte pour aller là où on veut aller et on en descend. »
        Recep Tayyip Erdoğan (1996)

        Sinon, le bilan impartial et dépassionné du courant des jeunes turcs dont est issu Ataturk reste à faire (et le génocide arménien pèse lourd).

        Laicité des réseaux Donmeh (Ataturk), ou maçonnerie des frères musulmans ? Pour moi, ni l’un ni l’autre, mais je ne suis pas turc.


        • CLOJAC CLOJAC 19 septembre 02:56

          Je me demande si Erdogan est vraiment un grand dévot ou plutôt s’il a compris que la religion est l’opium du peuple et qu’il faut lui en donner sa dose pour le manipuler à sa guise.

          Surtout quand on sait à quel point l’oumma (la communauté) tend vers l’unanimisme et condamne la fitna (la critique) dans une logique d’inspiration théocratique.

          À condition bien sûr de jeter aux oubliettes Ataturk l’hérétique, pire l’apostat.


          • Jonas Jonas 19 septembre 12:12

            Atatürk voulait moderniser la Turquie, à son arrivée au pouvoir, il a aboli la charia islamique, et a voulu se débarrasser de l’Islam, dont voici la définition qu’il donnait :

            "Depuis plus de cinq cents ans, [...] les règles et les théories d’un vieux cheikh arabe, et les interprétations abusives de générations de prêtres crasseux et ignares ont fixé, en Turquie, tous les détails de la loi civile et criminelle. Elles ont réglé la forme de la Constitution, les moindres faits et gestes de la vie de chaque citoyen, sa nourriture, ses heures de veille et de sommeil, la coupe de ses vêtements, ce qu’il apprend à l’école, ses coutumes, ses habitudes et jusqu’à ses pensées les plus intimes. L’Islam, cette théologie absurde d’un Bédouin immoral, est un cadavre putréfié qui empoisonne nos vies.« 

            Erdogan veut ré-islamiser la société et rétablir l’empire ottoman sous la charia islamique, comme au temps du califat (avant 1924).
            Ses partisans manifestent pour le rétablissement du califat ottoman.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès