• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Et pourquoi pas Saint-Etienne ?

Et pourquoi pas Saint-Etienne ?

Que les choses soient claires. Je suis très content que l’Etat vienne aider Marseille, une grande ville avec mille atouts, qui mérite de rayonner. Mais dans le même temps je suis en colère quand je vois toutes les villes oubliées, à commencer par la mienne, Saint-Etienne, et les nombreuses autres communes de France abîmées par la pauvreté, l’enclavement, et la désertification.

Au début de ce mois de septembre donc, à la manière d’un voyage officiel, Emmanuel Macron a débarqué trois jours à Marseille, flanqué de huit ministres, pour relancer la bonne vieille politique de la ville, celle que les élus locaux ne sont pas parvenus à réaliser seuls. Il fallait voir le regard déconfit du maire de Marseille assistant à un échange entre des enseignants d’une école primaire et le président de la République, décrivant des journées de classes avec gants et bonnets en hiver.

J’ignore, pour être honnête, les conditions de ce joli cadeau de 1,5 milliards d’euros des Français aux Marseillais. Mais il ne semble pas que la ville ait été mise sous tutelle de l’Etat. Autrement dit, les élus marseillais ont obtenu le beurre et l’argent du beurre. Là où ces derniers ont manifestement laissé filer en imaginant que l’Etat viendrait corriger ses excès, le maire de Saint-Etienne (que je n’ai pas l’honneur de connaître) me donne l’impression d’un homme qui use sa vie à trouver des solutions pour une ville économiquement fragile, très récemment (et dignement) désendettée, mais avec des habitants plus pauvres que la moyenne nationale. Tout est évidemment dans le « dignement. » 

A Saint-Etienne, bien que les quartiers les plus pauvres ne connaissent pas encore l’état de dégradation de certains quartiers marseillais, je suis certain que les élus seraient ravis qu’une visite du chef de l’Etat offre un grand coup de propre aux frais de la préfecture. C’est toujours cela de pris, et les habitants y gagneraient un tout petit sentiment de considération – ce qui manque tant au citoyens de nos jours. Peut-être devrait-on rebaptiser une rue Potemkine à Saint-Etienne pour attirer l’attention ? Ou bien faut-il attendre des règlements de compte mafieux, parfois millionnaires, pour que l’Etat y prête attention ? Car en vérité, ce ne sont pas les élus qui ont invités Emmanuel Macron à Marseille, ce sont les dealers, ceux qui règlent leurs (très riches) comptes en mettant en danger leur voisinage.

Sans argent privé, pas d’argent public, et sans argent public, pas d’infrastructures. La production de richesses, donc le travail est donc la mère de toutes les batailles. Penchons-nous ainsi sur le taux de chômage. En ce qui concerne les jeunes, il est catastrophique à Marseille comme à Saint-Etienne avec au moins un tiers des moins de 25 ans au chômage – une folie ! Mais en ce qui concerne les 25-54 ans, Saint-Etienne est à 20 % de chômeurs, Marseille à 16%. Dans les deux cas c’est beaucoup trop, mais à Saint-Etienne c’est encore plus. Est-ce que Saint-Etienne n’a pas besoin du chef de l’Etat ? Est-ce que les Stéphanois sont des citoyens moins intéressants que les Marseillais ? Est-ce que leur savoir-faire ne mérite pas d’être reconnu, développé, avec le soutien de l’Etat ?

Examinons maintenant le revenu moyen. A Marseille, il s’élève à 2197 € nets. A Saint-Etienne, c’est 200 € de moins, à 1994 € nets. La comparaison est à nouveau à la défaveur de Saint-Etienne.

Regardons alors les infrastructures. Marseille est un port international, source possible de richesse commerciale. Saint-Etienne n’a même pas la mer. Marseille dispose d’un aéroport international. Saint-Etienne non. Le TGV ? 14 liaisons directes Paris-Marseille chaque jour, 3 liaisons directes Paris-Saint-Etienne. Les échelles ne sont pas nécessairement comparables, mais les besoins d’argent public non plus. Je ne parle pas des autoroutes, les Stéphanois qui empruntent quotidiennement l’A47 comprendront de quoi je parle.

L’hôpital de la Timone à Marseille a certainement besoin d’un investissement. Mais connaissez-vous l’hôpital de la Charité dans le centre-ville de Saint-Etienne ? Ma grand-mère maternelle y a vécu les derniers mois de sa vie, j’aurais aimé qu’elle et ses soignants bénéficient de conditions plus dignes.

A Saint-Etienne, Gaël Perdriau, maire de la Ville, a lancé une politique ambitieuse de démolition du bâti insalubre, afin de faire place nette et de repartir sur des bases saines quand la réhabilitation n’était pas possible. 2 000 opérations sont programmées, c’est colossal. Je trouve personnellement que l'idée est formidable, mais je suis certain que cela lui a demandé beaucoup de courage. Car une démolition coûte de l'argent, beaucoup d'argent ce qui a dû retarder le lancement d’autres projets plus constructifs. Mais considérant que c’était nécessaire, il a assumé le coût financier et politique. Un pari gagnant puisqu’il a été réélu haut la main en 2020. Patience et longueur de temps...

Là où Marseille a besoin d’1,5 milliard, je suis à peu près certain que les élus du Conseil municipal de Saint-Etienne se contenterait volontiers de 150 millions d’euros (une enveloppe 10 fois moindre pour une population 5 fois moindre). Quel bol d’air cela représenterait pour cet ancien fleuron industriel français, qui a aussi donné à la France des heures de gloire (la naissance du train, l’extraordinaire aventure des mineurs de fond, le développement du cycle, l’épopée des Verts...), une ville qui donne encore de belles perspectives à notre pays.

Le textile médical, l’optique, les télécoms, l’Hyperloop etc… ne sont-ils pas des matières d’avenir qui mériteraient des investissements ambitieux de la part d’un Etat stratège ? Les solutions sont sous nos yeux, mais l’Etat continue de garder ses œillères. C’est bien dommage pour les Stéphanois et les millions de Français qui leur ressemblent.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.3/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • eddofr eddofr 15 septembre 15:59

    La France toute entière est un édifice qui s’écroule et dont on vient, de temps en temps, ravaler une petit bout de façade ou une huisserie, quand elle fait un peu trop « tache » sous les projecteurs/


    • titi 15 septembre 16:01

      @L’auteur

      « ne sont-ils pas des matières d’avenir qui mériteraient des investissements ambitieux de la part d’un Etat stratège »

      L’Etat est représenté par des personnes en campagne électorales.

      La stratégie suivie c’est la réélection.


      Il suffit de se souvenir que lors de la création de la BPI, pratiquement tout l’argent est parti dans des entreprises picto charentaises... La présidente de la BPI de l’époque étant alors Madame Royal, présidente du conseil régional poitou charentes.



      • Docteur Faustroll Séraphin 15 septembre 17:30

        Et pourquoi pas Boulogne-sur-Mer ?

        Pourquoi pas Hagondange ?

        Pourquoi pas Saint-Etienne-du Rouvray ?

        Et pourquoi pas Lourdes ou Nevers pour demander un miracle à Sainte Bernadette ?

        Personne n’a la réponse, mon fils, les voies du saigneur sont impénétrables (enfin, pas toutes).


        • Esprit Critique 15 septembre 17:31

          Que l’auteur se rassure avec tout nos ecolos devennu Maire, élu avec plus de 60 % d’abstention dans des triangulaires. Nous allons crouler sous le nombre de ville ghettos en faillite.


          • Le421... Résistant Le421... Résistant 15 septembre 18:25

            @Esprit Critique
            Ah oui, c’est vrai... Écolo = Démago
            Du moins, pour certains.


          • Trelawney Trelawney 16 septembre 16:33

            @Esprit Critique
            Beaucoup de villes françaises n’ont pas attendu les écolos pour être en faillite.


          • berry 16 septembre 23:31

            @Le421
            Ecolo = Dingo
            Pour la primaire écolo, votez Sandrine Rousseau
            Sandrine Rousseau, l’écolo-dingo qu’il vous faut !

            Ah, ça rime, je suis un poète.
            https://ripostelaique.com/piratons-la-primaire-des-dingos-tous-derriere-sandrine-rousseau.html


          • Le421... Résistant Le421... Résistant 15 septembre 18:24

            J’ai vécu à St Étienne dans les années 80-90. Je suis repassé récemment rue Gambetta où j’avais un magasin, et j’ai trouvé un paysage digne d’un western spaghetti. Ne manquaient que les boules de végétaux emportées par le vent dans ce désert qu’est devenu le centre ville. Le Mc Do Place du Peuple vendait si, si, c’est possible !! des burgers incomparables. Plus rien de tout ça.

            Rassurez-vous, à Sarlat, passée la période touristique, les vitrines ferment et les chats se promènent sans souci dans les rues désertes...


            • titi 15 septembre 21:23

              @Le421... Résistant

              Saint Etienne est devenue la banlieue dortoir de Lyon.


            • alinea alinea 16 septembre 12:14

              Ne soyez pas jaloux, les Stéphanois, ils ne l’ont pas encore, le pognon, les Marseillais ! Ça fait quelques années qu’on leur promet.


              • devphil30 devphil30 16 septembre 13:28

                Il faut jouer de la kalachnikov pour se faire entendre.

                Et en période électoral il faut faire baisser le bruit de son incompétence par l’argent des Français


                • Vercassivellaunos Vercassivellaunos 16 septembre 14:00

                  Ça je peut y répondre chaque choses en son temps, Marseille est dans une situation catastrophique contrairement à Saint-Étienne, ce qui explique le faible taux de vaccination la bas et l’émergence du complotisme marseillais (voir l’épisode Raoult vs les médecins parisiens).Il faut un programme d’éducation la bas ou l’état éduquerait les enfants en priorité à la place des parents et obligatoirement.

                  Marseille c’est l’immigration et une zone de non droit Saint Etienne non, la première chose à faire c’est supprimer la CAF, les allocations familiales, Le RSA et toutes les aides sociales, voir même la retraite, il faut travailler et capital
                  Resteront ceux qui veulent s’intégrer. Il n’y a pas d’autres solution ! Quand on sait que plus de 50% des ménages ne paient pas l’impôt sur le revenu et qu’une partie plus importante encore ne paie plus la taxe d’habitation... Le travail l’impôt les taxes c’est la vrai liberté pour moi car les taxes et les impôts c’est ce qui nous permettent de financer les infrastructures publique.

                  M. Macron a monté un plan pour Marseille et c’est tout à son honneur. Il y a un plan mais ceux à qui on va faire le chèque devront tenir les engagements et rendre des compte sur où les investissements ont été faits.


                  • ZenZoe ZenZoe 16 septembre 14:12

                    @Vercassivellaunos
                    Il y a un plan mais ceux à qui on va faire le chèque devront tenir les engagements et rendre des compte s

                    Moi j’y crois dur comme fer à ça smiley


                  • Albert123 16 septembre 18:07

                    « investissements ambitieux de la part d’un Etat stratège »


                    de toute évidence vous n’avez pas compris l’agenda réel de ce fumeux état stratège qui vient de claquer 240 milliards pour sa gestion du covid pour ne pas avoir à en dépenser 10 pour ressourcer le secteur hospitalier publique tout en laissant crever sa propre population avec du doliprane en guise de lot de consolation.




                    • ETTORE ETTORE 16 septembre 22:15

                      Marseille a été nominé au loto pour le patrimoine.

                      La Fondation du Patrimoine.

                      MISSION PATRIMOINE

                      Aidez à restaurer le patrimoine français

                      C’est même Pipoman, qui est venu faire le t(C)irage en grande pompe.

                      Bon c’est facile....

                      Vous choisissez votre circuit touristique et vous grattez votre ticket !

                      Là  ! Et pour le reste.....Vous pouvez toujours ......vous gratter !

                      Avez vous remarqué comment cette pré éRéction ressemble au passage de la caravane du tour de France ?

                      Les gadgets à gogo, des voix dans les Hauts beaux parleurs, des barrières de sécurité, des routes dégagées, des cols...blancs qui se la montent, les routes dégagées de toutes inscriptions non règlementaires, tout comme les mauvaises herbes,naturelles, ou à fumer, qui sont méticuleusement arrachées dans un lieu très précis, la foire foraine du stand de tir à la kalasch, momentanément en indisponibilité, en attendant le ravalement de la baraque foraine à shit.....

                      Et plouf, les milliards tombent !

                      Où ? Pour qui ? Pour quoi ? Qui va encaisser ? Qui va dépenser ? Qui va en contrôler l’utilisation ?

                      Ah, on me dit que le dernier poste, n’est pas pourvu, faute de budget !

                      Ben ouais, prévoir jusqu’au bout......C’est pas toujours arrangeant, pour un retour sur investissement.


                      • McGurk McGurk 16 septembre 23:08

                        La politique économique nationale n’a pas changé et n’est pas près d’évoluer. On concentre l’immense majorité des activités sur les trois plus grandes villes de France (la population également).

                        Le patrimoine et savoir-faire des villes, concernant le travail, s’est barré à l’étranger avec la bénédiction de ceux que vous interpellez en vain. On nous a cloué le museau avec « l’avantage comparatif » des pays étrangers et donc l’inutilité de nos spécialités.

                        C’est de cette manière qu’on a tué l’économie dans le nord de la France qui vote FN ou assimilé depuis d’ailleurs.

                        Le « progressisme » ne sent rien de bon parce que c’est à la fois l’application des principes élitistes à la société dans son ensemble mais aussi des « lois du marché » (le libéralisme à tous les étages).

                        Macrotte ne vient pas aider qui que ce soit, il vient surtout s’aider lui-même car il croit qu’après un mandat plus que désastreux, où il a insulté quasiment tout le monde sur un ton arrogant, il peut redresser la barre de son parti et gagner les élections en draguant l’électorat.

                        Manoeuvre qui, à mon avis, est plus qu’idiote (on y est habitué avec lui maintenant) compte tenu des attaques répétées contre l’hôpital et qui plus est de Raoult ainsi que de ses collègues.

                        Ce n’est pas en se tournant vers ces gens-là que les Français iront mieux. C’est en redéfinissant les bases de la démocratie et les moyens d’y arriver que ce que nous espérons tous (depuis trop longtemps !) arrivera.


                        • microf 16 septembre 23:38

                          Pauvre France

                          Les promesses n´engagent que ceux qui y croient, le Président francais Macron est en campagne électorale et il veut être réelu, Marseille n´aura rien.

                          Lorsque l´Ogre termine de manger lenfants des autres, il s´attaque á ses propres enfants et se met á les manger un á un.

                          Ce que vous souffrez aujourd´hui chers citoyens francais, nous africains le souffrons depuis des siècles.

                          Une bande de politiciens vereux s´est accaparée du pouvoir et en jouie au détriment de la masse.

                          Lire que les villes francaises sombrent dans la pauvreté est incompréhensible.

                          La France détient les colonies les plus riches du monde, une bonne coopération gagnant-gagnant entre ces pays africains et la France, aurait permit aux deux entités d´être économiquement forts.

                          Hélas, ni la France, ni ces pays africains contrôlés par la France ne s´en sortent, toutes ces richesses sont entre les mains d´une Oligarchie prédatrice qui s´est accaparée de ces richesses et ne jette que des miettes aux peuples.

                          Le Niger une catastrophe géologique, se trouvent toutes sortes de minerais, un des plus grand producteur d´Uranium du monde, cet Uranium est exploité par une société francaise AREVA.

                          La République Centrafrique une catastrophe géologique : L´Or, le diamant, l´Uranium, sont á profusion.

                          Le Mali : L´Or, l´Uranium, le Pétrole.

                          La Guinée oú la France vient de faire faire un coup d´État est une catastrophe géologique. Fer, Bauxite, Or, Uranium, Pétrole.

                          Le Gabon : Or, uranium, pétrole,

                          Le Tchad : le Pétrole y coule comme de l´eau.

                          Tous ces pays sont sous influence francaise et aucun de ces pays n´est développé au contraire, ils comptent parmis les plus pauvres de la planète malgré toutes ces richesses contrôlées par la France.

                          Aujourd´hui, c´est au tour des francais de se plaindre de leurs Dirigeants, et la balle est dans le camps de francais, si vous ne réagissez pas pour chasser cette Oligarchie votre sort sera pire que celui des africains dans un proche avenir.


                          • Michel DROUET Michel DROUET 17 septembre 10:10

                            Ce qui m’interroge, c’est le fait que Macron, en aidant Marseille, privilégie la mauvaise gestion et semble s’assoir totalement sur la décentralisation.


                            • ETTORE ETTORE 19 septembre 10:07
                              Michel DROUET 17 septembre 10:10

                              Ce qui m’interroge, c’est le fait que Macron, en aidant Marseille, privilégie la mauvaise gestion et semble s’assoir totalement sur la décentralisation.

                              C’est juste la volonté exprimée, de mettre Marseille, au même niveau de la corruption étatique gérée en mode Pipomann !

                              La base est là, suffit de l’améliorer.

                              Il y avait des creux dans la gestion de la ville, qui restaient encore à pourrir.

                              Ce que les élus du cru, n’ont pas osé faire, notre Kommandatur, le feras et l’a fait.

                              Vous voulez une France homogène, ou pas ?





                              • Olivier 19 septembre 18:35

                                J’ai vécu à St Etienne dans les années 77-86, qui est une ville attachante, et déjà à l’époque avait commencé la liquidation du patrimoine industriel : fermeture d’aciéries (liquidation du groupe Creusot-Loire notamment), de Manufrance (où sévissait déjà B. Tapie), immigration de remplacement à tout-va, chômage de masse, etc, le tout avec la complicité enthousiaste des politiciens et des électeurs. Tout ce petit monde vit des allocs et des pensions de retraite. Bref le bateau continue à couler, et je crois bien qu’il n’y a rien à faire...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Mathieu Debrosse

Mathieu Debrosse
Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité