• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Etre jeune gaulliste, c’est refuser le FN

Etre jeune gaulliste, c’est refuser le FN

Romain Naudin, secrétaire-général et porte-parole de l'Union des Jeunes pour le Progrès (UJP), mouvement officiel des jeunes gaullistes, et Aubry Le Bouar, Président des LR Assas, appellent la droite républicaine à éviter le piège d'un rapprochement avec le FN, dont le dicours n'a rien de gaullien. 

 

De plus en plus de voix, au sein même des Républicains, plaident pour un rapprochement entre le parti de la droite classique et le FN de Marine Le Pen. L’appel d’Angers, co-signé par Thierry Mariani et plusieurs élus LR et FN, en est l’exemple le plus récent et le plus frappant. De manière moins spectaculaire et moins médiatisée, des rapprochements officieux se font également au niveau local. Enfin, au-delà de la question des alliances proprement dites, de nombreux observateurs accusent Laurent Wauquiez de tenir un discours singeant celui de Marine Le Pen et de faire basculer ainsi idéologiquement la droite républicaine dans les bras de l’extrême-droite. 

En tant que jeunes gaullistes, il est de notre devoir de nous opposer à toutes formes d’extrémisme politique et d’appeler la droite à éviter à tout prix de tomber dans le piège d’une alliance avec le mouvement lepéniste. 

Une telle alliance serait à la fois contre-nature et contre-productive. 

 

Un rapprochement contre-nature

 

Contre-nature déjà, car LR et FN sont deux partis aux origines, à l’histoire et à l’héritage idéologique très différents. Tandis que LR se veut rassembler les courants gaulliste, chrétien-démocrate et libéral de la droite parlementaire et s’inscrit dans le sillage des partis qui se revendiquent de l’oeuvre gaullo-pompidolienne, le FN est, quant à lui, issu des mouvances traditionalistes et fascisantes d’une droite nationaliste et révolutionnaire qui s’est historiquement opposée - et de manière parfois violente, au-travers de l’OAS notamment - aux politiques mises en oeuvre par de Gaulle et Pompidou. Rappelons-nous qu’Ordre nouveau, ce groupuscule qui participa de façon décisive à la création du Front National en 1972, n’était rien de moins qu’un mouvement se revendiquant des idées néo-fascistes… Rappelons-nous que Jean-Marie Le Pen, l’ancien Président du FN qui, dans ses Mémoires parues récemment, décrit le Maréchal Pétain comme un héros, a toujours affiché une certaine proximité avec l’OAS et s’est constamment montré critique envers le Général de Gaulle. Comment un parti qui, par son histoire et ses militants, incarne l’héritage gaullien pourrait-il fusionner ou s’allier à un parti qui, par ses origines et sa trajectoire, s’inscrit dans une ligne inverse ? Si des militants ou des cadres FN se disent gaullistes ou pensent appartenir à la droite parlementaire et républicaine, qu’ils quittent leur parti et viennent nous rejoindre. 

Contre-nature ensuite, car LR et FN n’ont pas vocation à porter le même projet pour la nation et la société française. Le FN, en digne héritier des ultra-nationalistes d’Ordre nouveau, défend une vision radicale et identitaire. Son projet est fondamentalement tourné, non pas vers le futur, mais vers un passé idéalisé : à l’image de ceux qui ressassent sans arrêt que « c’était mieux avant », les nationalistes croient pouvoir revenir à la France des années 1950, lorsqu’il n’y avait pas l’Europe politique, lorsque nous fonctionnions en économie fermée et que le monde rurale et agricole était encore dominant. Cette vision irréaliste et pessimiste, qui pousse le FN de Marine Le Pen à formuler des propositions aussi absurdes que l’encadrement du prix du pain ou le « zéro immigration », et à se contredire sur la construction européenne - sujet sur lequel nous avons vu qu’elle ne maitrisait pas grand chose aux dernières élections présidentielles -, n’est pas et ne doit pas être la vision d’une force politique à la fois républicaine, patriote et gaullienne. S’il est vrai que, ces derniers temps, les Républicains semblent avoir quelques difficultés à préciser et défendre une ligne et un projet clairs et novateurs, l’élection d’un président fin 2017 et la nomination d’une nouvelle direction rajeunie font naître l’espoir que la droite se dote enfin d’un véritable projet qui ne se résume pas à quelques économies budgétaires ou à quelques baisses d’impôts. Mais, quoi qu’il en soit, le projet que portera LR, sans être celui d’Emmanuel Macron, ne devra en aucun cas copier la vision nostalgique et nationaliste du FN. En tant que jeunes gaullistes sociaux, nous plaidons pour que la droite républicaine propose une vision d’avenir qui rassemblerait des Français de toutes tendances politiques, de toutes classes sociales et de toutes origines autour d’un objectif commun. Cet objectif n’est pas celui de revenir à la France rêvée d’antan. Cet objectif, c’est au contraire la modernisation du pays : modernisation technologique, modernisation économique, modernisation sociale. Il ne s’agit pas de simplement faire une « Start-up Nation » comme le veut notre Président de la République. Il s’agit de faire avancer notre pays dans l’histoire, en l’ancrant dans une Europe protectrice forte, sans abandonner ce qui a fait le succès de notre République, sans abandonner nos racines culturelles ni notre éthique. 

Avancer, et non pas reculer. Nous ne pourrions être soluble, dans ce cadre, avec un mouvement qui ne regarde qu’en arrière et qui ne propose rien d’innovant pour que nos structures survivent et s’adaptent au monde qui vient - et qui bouleversera tout !

 

Un rapprochement contre-productif

 

Contre-productif, pour des raisons à la fois électorales et techniques. 

Pour des raisons électorales de prime abord, car il serait faux de croire qu’une alliance entre LR et FN aurait pour résultat l’addition automatique des scores que réalisent en l’état chacun de ces deux partis. Si une minorité active et bruyante de militants LR fait valoir qu’un tel rapprochement renforcerait la droite, une grande partie - la majorité - des militants et sympathisants LR est contre tout rapprochement et, si ce dernier se produisait, ne voterait pas pour le bloc politique ainsi formé, qu’elle percevrait avec raison comme absurde voire dangereux d’un point de vue idéologique. De même, chaque échéance électorale montre que les électeurs rejettent massivement les extrémismes, et, en particulier, le FN. Se jeter dans les bras de Marine Le Pen équivaudrait, pour la droite républicaine, à jeter une large partie de son électorat dans ceux d’Emmanuel Macron, qui serait perçu comme davantage sérieux et gaullien. 

Pour des raisons techniques ensuite, car se battre pour la grandeur de son pays et pour la richesse de son peuple nécessite un minimum de compétences. Le dernier débat présidentiel, désastreux à tous points de vue pour Marine Le Pen, a prouvé que cette dernière n’avait pas les capacités pour diriger et faire briller une nation. Incompétente sur les sujets économiques, inaudible sur l’euro, caricaturale sur des sujets qu’elle était pourtant censée maitriser comme l’immigration ou l’islam, Marine Le Pen ne peut valablement se présenter comme l’avenir de la France. Son incompétence a même surpris et inquiété jusque dans son propre camp, où elle parait de plus en plus contestée… Serait-il sérieux, pour la droite, de marcher main dans la main avec des individus qui, par leur absence de maitrise des dossiers et leur amateurisme, couleraient un peu plus leur pays si, par malheur, ils parvenaient au pouvoir ? 

 

Etre jeune gaulliste, c’est refuser le FN

 

Cet exposé de motifs explique donc en quoi il serait incohérent idéologiquement et absurde politiquement pour la droite républicaine de penser que son avenir résiderait dans un rapprochement ou une fusion avec un parti qui s’est construit autour du rejet de l’oeuvre gaullo-pompidolienne de modernisation de notre pays. La question de l’immigration peut certes donner à croire que les deux partis sont compatibles. Toutefois, un projet de société ne saurait être ramené à cette seule question. Et, concernant l’âme du projet qu’il faudra défendre et porter pour notre société, afin que notre pays soit le moteur d’une Europe en construction, la droite ne devra pas adopter les mêmes postures simplistes et nostalgiques que celles du FN si elle souhaite faire réellement avancer sa patrie. 

Pour finir, nous devons préciser que, si un rapprochement ou des accointances trop fortes venaient à être constatées sur le terrain entre LR et FN, nous ne pourrions, en tant que jeunes gaullistes, rester affiliés à un parti qui abandonnerait ainsi son ADN gaullien pour se vendre à des nationalistes sans vision d’avenir. Etre jeune gaulliste, c’est refuser les extrémismes politiques qui nuisent à la France. Tous les extrémismes. 

 

Romain Naudin, secrétaire-général et porte-parole de l’Union des Jeunes pour le Progrès (UJP), et Aubry Le Bouar, Président des LR Assas. 


Moyenne des avis sur cet article :  1.53/5   (43 votes)




Réagissez à l'article

116 réactions à cet article    


  • Attila Attila 26 avril 10:37

    « Tandis que LR se veut rassembler les courants gaulliste, »
    Si le parti « les Républicains » est gaulliste, moi je suis Mère Teresa !
    Un gaulliste commencerait d’abord par retrouver la souveraineté de la France.

    Rigaullistes, oui.

    .


    • Onecinikiou 26 avril 18:10

      B@Attila


      Rassurez-vous : M. Naudin et son groupuscule autoproclamé ne sont pas plus gaullistes que Sarkozy, Hollande ou Macron, ce sont juste des parvenus qui cherchent un petit strapontin, un petit fromage, au prochain bureau politique des « républicains », parti qui n’est d’ailleurs pas plus républicain qu’il nest gaulliste, depuis au moins la trahison de l’appel de Cochin, que M. Naudin et ses semblables tartuffes n’ont sans doute jamais entendu parlé, pas plus qu’ils n’ont jamais du lire de Gaulle, et encore moins compris. 

      On peut être souverainiste sans être nécessairement gaulliste, mais on ne peut pas être gaulliste et se rvendiquer comme tel sans être un chaud partisan de la souveraineté, qui ne peut être dans un cadre démocratique (faut-il le préciser) QUE nationale. 

      Souverainiste Sarkozy, quand il renia le résultat référendaire sur un sujet central qu’était notre adhésion au machin européiste, et qui fut une véritable forfaiture qui en d’autres temps aurait mérité douze balles dans la peau dans les douves du Fort de Vincennes... ?
       
      Souverainiste Sarkozy, quand il décida contre le cours de l’histoire de réintégrer le commandement intégré de l’OTAN ?

      Souverainiste Sarkozy, qui a vendu à vil prix 500 tonnes d’or durement constitués justement sous de Gaulle, des réserves de la Banque de France, alors qu’il était ministre des finances ? 

      Souverainiste Sarkozy, alors que Wikileaks nous dévoile que ce « petit télégraphiste de l’Empire » (pour paraphraser Chevenement) réserva la primeur de ses inttentions présidentielles de 2007 à l’ambassade des Etats-Unis à Paris ?


      Sachant tout cela, cela n’a pas empêché, bien au contraire, nos illustres tartuffes à la gamelle de « l’UJP » et bien évidemment FAUX GAULLISTES, d’appeler à voter, que dis-je, à revoter pour Sarkozy, dès le premier tour, lors de la campagne présidentielle de 2012, et lui descerner de surcoit le prix de l’appel du 18. Juin rien que ça !! Une si grande et si profonde imposture et travestissement c’est simple : c’est 1984 d’Orwell !!


    • Onecinikiou 26 avril 18:15

      Ici le lien qui achève de dévoiler l’usurpation éhontée de nos faux gaullistes à la gamelle de « l’UJP » ! 



    • nenecologue nenecologue 26 avril 18:38

      @Attila
      Un gauliste comme sarko qui 


      -vend les stocks d’or de le France au plus bas prix.
      -fait rentrer la France dans l’OTAN
      -Fait une guerre jugée illégalle à la lybie

      Etre gaulliste c’est justement être anti LR de nos jours ...

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 26 avril 19:05

      @Onecinikiou
      Quelle rigolade de voir un FN faire des leçons de gaullisme et de souveraineté !
      Comme si le FN avait à son programme la sortie de l’ UE et de l’ euro par l’article 50 !?


      Le FN est pour la construction européenne, ce qu’il veut, c’est une Europe des Nations. Ce qui est un oxymore : l’UE, c’est justement la fin des Etats Nations. 

      Comment ? Par la renégociation des Traités.
      Comme il faut l’unanimité, vous pouvez toujours attendre...

    • Onecinikiou 26 avril 19:57

      @Fifi Brind_acier


      Insolente ! Je vous autoriserai à m’adresser la parole quand votre gourrou aura dépassé 1% aux presidentielles !

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 26 avril 20:29

      @Onecinikiou
      C’est ça, c’est mieux de rouler les électeurs du FN dans la farine en ne leur expliquant jamais l’article 48 du TFUE pour changer les Traités ! Cela vous apporte des millions d’électeurs et rapporte des millions d’euros aux dirigeants du FN ! Que demander de plus !?


    • mmbbb 29 avril 10:49

      @Fifi Brind_acier 0. 8 % pas de quoi la ramener Va trainer des mocassins dans les banlieues , petit bourgeois et on parlera Idem pour ce petit con d ’auteur.


    • Pimpin 26 avril 10:47

      Je cite : « En tant que jeunes gaullistes, il est de notre devoir de nous opposer à toutes formes d’extrémisme politique et d’appeler la droite à éviter à tout prix de tomber dans le piège d’une alliance avec le mouvement lepéniste. 


      L’habituelle désinformation contre le FN ! En quoi serait-il extrémiste ? alors qu’il reprend dans son ensemble la politique de De Gaulle ? Certes, ses anciens membres étaient contre sa décision d’abandonner l’Algérie. Et alors ? ce n’est pas parce qu’on n’est pas d’accord sur un point qu’on ne l’est pas sur tous les autres.

      Les jeunes gaullistes feraient bien de lire eux-mêmes ce que propose le FN au lieu de croire des âneries du genre »les nationalistes croient pouvoir revenir à la France des années 1950, lorsqu’il n’y avait pas l’Europe politique, lorsque nous fonctionnions en économie fermée et que le monde rurale et agricole était encore dominant".

      Les jeunes gaullistes devraient se renseigner sur la politique de De Gaulle vis à vis de l’Europe, il comprendraient qu’il aurait certainement refusé ce qu’on nous impose actuellement.

      C’était de Gaulle, Fayard, 1997, tome 2, pages 253 - 254 :

      Dès la fin de l’année 1963 il apparut clairement à Charles de Gaulle qu’il devait nécessairement adopter une nouvelle stratégie, s’il voulait faire échapper la France au processus de domination engagé par les Américains et les Allemands, sous la forme d’une prise en tenailles. 
       
      C’est ce qu’il dévoila dans une conversation privée à son ministre Alain Peyrefitte, qui l’a consigné dans son ouvrage.
       
      Cette conversation est d’un intérêt exceptionnel puisqu’elle montre que le fondateur de la France libre avait parfaitement à l’esprit l’hypothèse de faire sortir la France de la prétendue « construction européenne », et de mettre en œuvre à la place un système d’alliances de revers.

      Alain Peyrefitte : - Est-ce que nous pourrons changer de fusil d’épaule ? »
       
      Charles de Gaulle : - Mais bien sûr ! Croyez-vous que nous ayons besoin du Marché commun pour respirer ? En face de la manœuvre des Anglais, des Américains et des Allemands, notre manœuvre à nous ce sera de dire : « la fin du Marché commun, ça ne nous contrarie pas. »
       
      « Je n’avais pas été favorable à l’intégration européenne. Mais dès lors qu’on avait signé le traité de Rome, j’ai pensé, quand je suis arrivé aux affaires, qu’il fallait qu’on l’applique. S’il n’est pas appliqué, la France s’en tirera très bien autrement. »
       
      Alain Peyrefitte : - Il y a une conviction répandue dans les esprits, surtout dans la jeunesse, c’est que, sans l’Europe, la France ne sera plus rien ».
       
      Charles de Gaulle : - Il est possible que la fin du Marché commun, ce soit justement la fin de ce mythe. Ce serait heureux : il a été forgé par les fumistes qui ont voulu faire croire à l’Europe supranationale. [...] Nous avons voulu faire une politique d’entente avec les Allemands. Si les Allemands nous glissent entre les doigts, eh bien, nous avons les moyens de nous retourner !
       
      Le monde est vaste et la France a un grand jeu à jouer. »
       


      • Cateaufoncel 26 avril 11:20

        @Pimpin

        « Les jeunes gaullistes devraient se renseigner sur la politique de De Gaulle vis à vis de l’Europe... »

        ... et également sur ses vues en matière d’origines des immigrés :

        « Le Haut Comité consultatif de la Population et de la Famille étudie actuellement des projets qui constitueront son avis en ce qui concerne la politique du Gouvernement en matière d’immigration.

        « Dès à présent il importe que les naturalisations soient effectuées selon une directive d’ensemble. Il conviendrait notamment de ne plus les faire dépendre exclusivement de l’étude des cas particuliers, mais de subordonner le choix des individus aux intérêts nationaux dans les domaines ethnique, démographique, professionnel et géographique.

        « Sur le plan ethnique, limiter l’afflux des Méditerranéens et des Orientaux qui depuis un demi-siècle ont profondément modifié la structure humaine de la France. Sans aller jusqu’à utiliser comme aux États-Unis un système rigide de quotas, il est souhaitable que la priorité soit accordée aux naturalisations nordiques (Belges, Luxembourgeois, Hollandais, Suisses, Danois, Scandinaves, Islandais, Anglais, Allemands, etc.)  »

        Lettre adressée par le Général de Gaulle à Pierre-Henri Teitgen, garde des Sceaux, le 12 juin 1945


      • Cateaufoncel 26 avril 11:28

        Ces jeunes gens, BCBG tant à l’extérieur qu’à l’intérieur, ne savent pas grand-chose et leurs aînés en « gaullisme trahi » ne leur ont jamais révélé que Charles De Gaulle, fils de Philippe et petit-fils du général, a été candidat Front national lors des Européennes de 1999 et des Municipales de 2001, à Paris.

        De toute manière, leur avenir est presque tout tracé, il est chez Macron si tant est que Macron ait un avenir.


        • Onecinikiou 26 avril 18:18

          @Cateaufoncel


          Chez Macron sans doute avez-vous raison, mais à un tel degré d’inanité, de mensonge et de manipulation, il faudrait presque souhaiter que ces imposteurs aient un avenir vers la potence.

        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 26 avril 19:52

          @Onecinikiou
          Macron fait comme le FN aurait fait, s’il était au pouvoir :
          il applique les GOPé, la feuille de route de la Commission européenne. Les décisions européennes sont l’application des Traités, et tant qu’on reste dans l’ UE, on est obligé de les appliquer. Bruxelles se fiche bien de la couleur politique de ceux qui sont élus, ils appliquent. C’est tout ce que Bruxelles leur demande !


          Se dire souverainiste, veut simplement dire qu’on critique beaucoup l’ UE, mais qu’on ne veut jamais en sortir ! Le coup de « l’Autre Europe », tous les Partis politiques le font depuis 40 ans pour faire patienter les mécontents ...

          L’UPR n’est pas Gaulliste, et encore moins « souverainiste », c’est un Mouvement de Libération Nationale.

        • Cateaufoncel2 26 avril 20:23

          @Onecinikiou

          « ...presque souhaiter que ces imposteurs aient un avenir vers la potence. »

          Avant d’en faire des martyrs, attendons qu’ils soient sortis de la zone groupusculaire.


        • Onecinikiou 26 avril 22:19

          @Fifi Brind_acier


          1/ Vous mentez : l’article 1 du projet présidentiel du Front était celui-ci, ça équivaut à Macron selon vos immenses talents de politologue ?

          « Retrouver notre liberté et la maîtrise de notre destin en restituant au peuple français sa souveraineté (monétaire, législative, territoriale, économique). Pour cela, une négociation sera engagée avec nos partenaires européens suivie d’un référendum sur notre appartenance à l’Union européenne. L’objectif est de parvenir à un projet européen respectueux de l’indépendance de la France, des souverainetés nationales et qui serve les intérêts des peuples. »


          2/ Vous faites dans le procès d’intention. C’est évidemment intellectuellement malhonnête, s’agissant de dirigeants et de partis qui n’ont jamais gouverné au niveau national.

          A ce compte-là on peut faire un semblable procès d’intention quant à votre gourou, car quand j’ai vu comment Asselineau a ouvert grand ses fesses chez Ruquier en s’aplatissant comme rarement avant lui devant le tribunal de l’inquisition, on peut raisonnablement douter qu’il aurait eu le courage de mettre en oeuvre son programme, fut-il digne de l’Olympe ! 

          3/ Car en attendant, son programme, ça vaut 0,92% dans les urnes. Ça vous dit pas d’en rabattre un peu ? 

          Vous n’êtes donc pas suffisamment intelligente, ou trop endoctrinée, pour comprendre que la pureté programmatique, en environnement de propagande massive de tous les merdias coalisés, ça vous dessert électoralement ?? Et pour preuve.

        • Legestr glaz Ar zen 26 avril 22:41

          @Onecinikiou

          Au delà de votre naïveté, vous arrive t-il encore de réfléchir ? 

          Je reprends ce que vous avez pourtant écrit en gras : « Pour cela, une négociation sera engagée avec nos partenaires européens suivie d’un référendum sur notre appartenance à l’Union européenne. L’objectif est de parvenir à un projet européen respectueux de l’indépendance de la France, des souverainetés nationales et qui serve les intérêts des peuples. »

          C’est effectivement une phrase qui en jette. Mais savez vous, et vous devriez le savoir, que l’article 48 du TUE impose ’l’unanimité« pour changer les traités. Alors la question que vous avez oublié de vous poser est : avec quels pays le FN obtient-il l’unanimité pour changer les traités dans le sens souhaité par le FN ? Est-ce que vous prenez les gens pour des andouilles ? Jamais il n’y aura d’unanimité pour un choix de traités façon FN. Jamais, c’est dans vos rêves. 

          Et je vous pose la question. Comment se passe une »renégociation« de traités ? Vous croyez que les chefs d’Etat viennent autour d’une table et en discutent ? Quelle naïveté. J’ai écrit un article là dessus. Je me fais un plaisir de vous le mettre en lien.

          Et si vous commenciez pas être honnête ? Il s’agit juste de sortir la France de la mouise dans laquelle elle se trouve n’est-ce pas ? 

          Le problème ce n’est pas le résultat des élections et leur commentaire. Le problème ce sont bien les couleuvres que les partis politiques et tous les médias dominants font avaler aux Français qui ne sont plus informés des vraies possibilités qui existent encore. 

          Et vous Onecinikiou est-ce que vous pensez qu’il est possible de renégocier et d’obtenir »l’unanimité" de tous les pays membres de l’UE ? 

        • beo111 beo111 26 avril 23:01

          @Ar zen

          À mon avis pas besoin de référendum, il a déjà eu lieu.

          Le plan c’est qu’on dit qu’on veut revenir à Nice.

          Si les autres ne veulent pas, au bout d’un an on envoie une lettre et deux ans plus tard c’est fini.


        • Onecinikiou 26 avril 23:33

          @Ar zen


          Je vais vous répondre très clairement : non je ne crois pas probable politiquement d’arriver à un accord visant à une renégociation en faveur des intérêts français. Pour la raison évidente que cet accord se ferait alors nécessairement au dépend d’autres pays, ce qui est le comble du paradoxe du positionnement d’un Mélenchon par exemple, margoulin prétendant torde le bras de ces pays pour les contraindre à adopter un cadre législatif leur portant préjudice au bénéfice exclusif des Français ! 

          Dans l’absolu un tel accord serait théoriquement possible, puisque le contraire a été démontré : un accord unanime pour bâtir les textes actuellement en vigueur, fussent-ils ultra-libéraux et anti-sociaux relativement aux pays ouest-européens, et en faveur essentiellement de la puissance industrielle allemande en ce qui concerne la monnaie commune.

          Quoi qu’il en soit, ne savez-vous pas lire ? Dans tous les cas référendum sur notre appartenance à l’UE. Que vous faut-il de plus ? 

          Quand allez-vous comprendre que des années de propagande massive pro-UE et pro-Euro, de conditionnement mental et de catastrophisme en miroir, a convaincu une très large majorité de Français (entre les 2/3 et les 3/4 selon les études d’opinion) qu’il serait contraire à leurs intérêts d’en sortir, de façon concertée ou non ?

          Asselineau a joué franc jeu vis à vis du corps électoral et armes médiatiques égales d’avec ses concurrents pendant la campagne : cela lui a valu 0,92% ! Pour preuve donc que la pureté programmatique ne paye pas. Il faut par conséquent acter du rapport de force idéologique, pour envisager une prise du pouvoir. C’est inéluctable. 

        • Legestr glaz Ar zen 27 avril 06:57

          @beo111

          Mais cela ne fonctionne pas comme vous le pensez. Dans votre esprit « on envoie deux lettres ». Et bien non, ce n’est pas de cette façon que cela se passerait. La France est, je vous le dis, ficellée par les traités. Il n’y a strictement aucun moyen « constitutionnel » d’en sortir comme vous l’imaginez.

          aujourd’hui la seule voie reconnue par la Constitution française est celle de l’article 50 du TUE. Vous pouvez penser le contraire parce que vous subissez un lavage de cerveau en règle, mais c’est faux. 
           C’est la Constitution qui donne ses pouvoirs au président élu et au gouvernement. En revanche, le Conseil constitutionnel est là pour faire appliquer la Constitution et depuis 20 ans il a donné tort à tous les gouvernements successifs qui ont voulu détourner la loi européenne. C’est comme ça l’UE !


        • Legestr glaz Ar zen 27 avril 07:02

          @Onecinikiou

          Vous n’êtes donc pas si naïf que ça. J’en suis rassuré. 

          Je sais lire et j’ai lu le programme du FN et j’y ai vu la proposition de référendum. Que faut-il de plus ?

          Il faut que vous réfléchissiez. A quoi ? A ce que propose, d’abord, le FN : la renégociation comme vous l’avez si bien noté. Combien de temps, selon vous, pour tenter une renégociation ? 

          J’ai écrit un article sur la renégociation des traités. N’essayez pas de vous cacher derrière votre petit doigt. Vous savez pertinemment que les « renégociations » des traités c’est très compliqué et que les procédures à mettre en oeuvre sont très longues, sans doute plus que le temps d’un mandat de Président de la République. Alors, expliquez moi « quand » aurait lieu ce référendum ? Vous avez la main. Je vous demande simplement d’être objectif.

        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 avril 07:39

          @beo111
          Si les autres ne veulent pas, au bout d’un an on envoie une lettre et deux ans plus tard c’est fini.

          Concrètement, cette phrase veut dire quoi ? Que le FN activera l’article 50 ? Si c’était le cas, ce serait écrit dans le programme du FN, comme c’est écrit dans le programme de l’ UPR.


          CF article 3 : Sortie de l’UE & de l’euro par l’article 50 .
          Sortie de l’ OTAN par l’article 13 du Traité de l’Atlantique nord

          Quand vous aurez trouvé ces propositions dans le programme du FN ou de tout autre Parti « souverainiste », revenez nous voir !

        • beo111 beo111 27 avril 07:40

          @Ar zen

          Ben Thérésa May elle a bien envoyé une lettre, non ?


        • beo111 beo111 27 avril 07:51

          @Fifi Brind_acier

          Je suis pas là pour défendre les positions du FN.

          Par contre il est clair que si le Parlement français ratifie le CETA, le lendemain je prends ma carte dans le plus gros parti pour la sortie de l’UE. Donc à priori plutôt chez Philippot.


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 avril 07:57

          @Onecinikiou,
          Le Traité de Rome contient tous les autres Traités. Renégocier 70 ans de Traités avec des milliers d’articles peut prendre 20 ans, et sans garantie finale.
          Vous remarquerez qu’il n’y a aucune date prévue pour ce référendum.
          Le FN ne prend pas grand risque en proposant un referendum... dans 20 ans !


          De plus, il ne prend pas position, sauf sur l’ Europe des Nations.
          A aucun moment le FN n’écrit qu’il est pour le Frexit.
          Pas plus que pour l’article 50.

          Le FN fait régner à ce sujet la confusion la plus complète.
          Nicolas Bay disait en 2016 : « Brexit, en route pour l’Europe des Nations ! ».

          La GB est sortie de l’ UE par l’article 50, oui, ou non ? OUI.
          Alors logiquement, vous devriez retrouver l’article 50 dans le programme du FN ! Et bien non, jamais on ne retrouve la sortie de l’ UE par l’article 50 dans aucun programme du FN. Ni aucune approbation du Frexit.

        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 avril 08:10

          @beo111
          Thérésa May a activé l’article 50, ce que ne propose jamais le FN, ni aucun Parti « souverainiste ».

          Posez-vous la question, non pas sur ce que dit le FN, mais sur ce qu’il ne dit jamais : « Souveraineté par le Frexit, sortie unilatérale de la France de l’ UE et de l’euro par l’article 50 et de l’ OTAN par l’article 13 du Traité de l’ Atlantique nord. »


          Quant à Philippot, tous les Français comprennent qu’il fait partie du FN, dont les Français ne veulent pas depuis 40 ans. Son programme est celui du FN + le Frexit .

          Marine le Pen est dans les choux, Philippot essaye de sauver les meubles en faisant de l’ UPR Canada Dry, ce qui ne trompe personne.
          Philippot c’est le FN encore et toujours.

        • Legestr glaz Ar zen 27 avril 12:30

          @beo111

          Vous êtes un marrant vous. Elle a bien envoyé une lettre Mme Thérésa pour signifier qu’elle mettait en oeuvre l’article 50 du TUE.

          Vous ne connaissiez pas le contenu de cette lettre ? Vous devez être l’un des seuls. 

          Puisqu’il est question d’un « référendum », au FN, on ne sait à quelle échéance, lointaine de toutes les façons, il ne saurait être question de déclencher l’article 50 au Front National. D’’ailleurs c’est la raison du départ de Philippot de ce mouvement. 

        • Onecinikiou 27 avril 13:34

          @Fifi Brind_acier


          Asselineau n’y est pas peut-être, dans les choux ? Mais tout le monde est dans les choux à ce compte ma pauvre, ouvrez les yeux !

          On y est pour deux raisons cumulatives 1/ le degré de profonde bêtise et lâcheté de nos concitoyens, trop occupé à lire Closer et à regarder Hanouna 2/ l’abrutissement généralisé proposé par l’industrie du spectacle et le formatage idéologique opéré par les merdias de masse à la botte dusystème de domination. Le point 1 expliquant le point 2 et réciproquement. 

          Vous proposez le Frexit d’emblée et attaquez de front le système politico-médiatique ? Grand bien vous fasse, ça vaut 0,92% pas plus. Vous êtes bien avancée avec ça, pour redresser le pays !

        • Onecinikiou 27 avril 13:44

          @Ar zen


          Ecoutez : se faire traiter de naïf par des gens, des illuminés, qui tout au long de la dernière campagne n’ont cessé de soutenir qu’il voyait leur champion bien au-dessus de 5% des voix, et certains même pour arguer, en se basant sur le sondage grotesque qui tournait sur AV, qu’il serait au second tour, c’est toujours un plaisir de fin gourmet. 

          Vous voulez qu’on recherche les posts des uns et des autres, de ce que j’affirmais à l’époque relativement aux résultats prévisibles qui frapperaient votre champion, et dont je soutenais, connaissant l’état de l’opinion et du rapport de force politique (comme son immense charisme), qu’il ne dépasserait pas les 1% ?

          Dit autrement je n’ai AUCUNE leçon de lucidité à recevoir de quiconque, et surtout pas de vous et de vos comparses. C’est clair ?

          Quant au référendum, Philippot n’a cessé tout au long de la campagne de dire et de redire à cette question qui lui était posé par tous les journalistes (vous n’avez pas du bien entendre sa réponse) qu’il se ferait dans les six mois de l’élection. 

          Vous prenez les dirigeants du Front pour des cons ? Vous avez tord. Ils savent pertinemment que rien ne sera négociable, et qu’une sortie sera rendue nécessaire. Le référendum, rapidement organisé, étant là pour la légitimer. 

          Le Frexit n’est pas porteur électoralement, la question c’est quand allez-vous le comprendre ? Et si vous ne le comprenez pas, c’est que vous ne comprenez rien à la stratégie électorale, et qu’il vaut mieux que vous et votre champion arrêtiez la politique, qui n’est définitivement pas pour vous.

        • Onecinikiou 27 avril 13:55

          @Onecinikiou


          Pour faire une analogie que chacun sera capable de comprendre (il faut l’espérer) : est-ce que de Gaulle en 58, pour obtenir le soutien des cadres de l’Armée et garantir son arrivé au pouvoir par des moyens non-démocratiques (faut-il le rappeler aux ignares), a crié sur les toits qu’il laisserait tomber l’Algérie ? Non, bien évidemment. Au contraire même, il a dit que l’Algérie était française, pour mieux trahir sa parole - dans l’intérêt supérieur de la France, du moins le pensait-il sincèrement - quelques mois plus tard ! Ça c’est de la stratégie. Asselineau se cantonne lui à un sanctuaire intellectualiste, qui dans les faits lui rapporte 0,92%.

          C’est quand même fou : voilà des soutiens et pour certains des militants acharnés qui pendant des mois, que dis-je des années, ont soutenu que si Asselineau ne décollait pas c’était à cause de son ostracisme médiatique, voilà que celui-ci bénéficie d’une tribune formidable et pour tout dire inespérée : trois mois de campagne et de battage médiatique où, grâce à son charisme et sa maitrise du logos, il allait pouvoir expliquer patiemment aux Français tout le bien de son projet pour la France - et patratra, 0,92% !

          Mais le pire ce n’est pas ça, le pire c’est qu’Asselineau, ses conseils, ses soutiens, ses militants n’ont toujours pas compris le pourquoi du comment, ni tirez les leçons leur échec patent. C’est la définition même de la connerie, vous m’en voyez navré.

        • Legestr glaz Ar zen 27 avril 14:27

          @Onecinikiou

          Il faut que je vous précise une chose. Examinez tous mes post attentivement. Je ne critique jamais les programmes des partis politiques, hormis pour signaler que ceux-ci ne veulent ni sortir de l’UE ni de l’OTAN. 
          Pour le reste, je m’en tiens à donner certaines informations qui, nécessairement, n’apparaissent pas dans les médias dominants. 

          Ce que je dis, et qui est la stricte vérité, c’est que la Constitution française contient aujourd’hui la force des traités européens. Il n’y a que cela à comprendre. Tout Président élu, tout gouvernement, toute Assemblée nationale ne peut plus prendre, aujourd’hui, de loi contraire aux dispositions des traités. La nouvelle loi ferroviaire c’est l’application, sous peine de sanctions, d’une directive européenne. Vous en entendez parler beaucoup de cette directive ? Quelque part ? Toute le politique économique est aujourd’hui figée par les traités. Il ne peut plus y avoir de débat sur le sujet. C’est l’UE qui décide.

          Je suis ici, sur Agoravox, pour donner des informations, de celles qu’on ne lit pas ailleurs. Les gens maintenant font comme ils veulent. Comme vous par exemple qui en revenez à parler du score d’Asselineau. Je souhaite que mon pays sorte de l’UE et de l’OTAN. Que les bonnes volontés s’assemblent sur ce sujet qui dépasse tous les autres, tous !

          Il faut lire les articles 55, 61, 62 et 88-1 de la Constitution française. C’est si compliqué que ça ? Tout le reste n’est que bavardage et perte de temps. Ces articles ne sont même pas longs ni confus, alors....




        • Onecinikiou 27 avril 14:37

          @Ar zen


          Alors je vais vous faire un résumé très bref de droit public et constitutionnel : rien, absolument rien, n’est au-dessus du référendum. Compris comme l’expression la plus élevée de la souveraineté populaire et nationale, affirmation validée dans un arrêt célèbre du Conseil constitutionnel dans les années 60 (je n’ai plus la date exacte).


        • Legestr glaz Ar zen 27 avril 19:32

          @Onecinikiou

          Je vous pose à nouveau la question. Répondez en toute objectivité. Combien de temps faudra t-il pour valider, ou pas, une renégociation des traités ? Tout traité signé par les membres de l’UE demande plusieurs années. Votre référendum vous l’aurez donc à la saint glinglin. Aucun parti politique ne peut mener de politique différente de celle « inscrite » dans les traités. Voyez en fin de post.

          Par ailleurs, s’il est question de renégocier les traités, avant de faire un référendum, pouvez vous me dire de quelles dispositions il va être question dans les renégociations ? Cet aspect des choses est défini au programme ? Il faudrait peut être que le FN parle aussi de l’article 48 du TUE, vous savez celui qui sert à « renégocier ». Je ne l’ai pas vu souvent noté dans les pages du programme du FN. Pourtant, si négociations il y a, elles passeront à travers le crible de l’article 48 du TUE. Le Conseil constitutionnel ne laissera pas le choix au gouvernement en place ni au Président. Ces deux derniers ne sont pas tout puissants puisque le C.C à le rôle de faire appliquer la Constitution. 

           J’ai lu les 107 pages du programme du FN sans trouver d’information au sujet de l’article 48. En réalité, il est patent que le FN passe sur la « renégociation » comme chat sur braise. Moins il en dit et mieux il peut berner ceux qui lui font confiance, qui comprendraient alors la supercherie. 
          Quant à Mélenchon il demande simplement la fermeture de la BCE et le retour du contrôle du mouvement des capitaux. Avec ça il est certain d’obtenir une unanimité en moins de deux. 

          • Les orientations programmatiques de l’Union européenne en matière économique, politique et sociale, sont intégrées aux traités et donc gelées.

          • Ces orientations sont juridiquement obligatoires et indiscutables au sein des institutions de l’Union européenne et des Etats membres devant les mettre en œuvre.

          • Les électrices et les électeurs peuvent changer de dirigeants tous les 5 ans, ces derniers resteront toujours juridiquement tenus par le programme économique consacré dans les traités.



        • Onecinikiou 28 avril 02:32

          @Ar zen


          Mais quelle supercherie ? Jean-Marie Le Pen est sans doute le dernier homme politique vivant à avoir voté en tant que député contre le premier traité supranational visant à instituer les Etats-Unis d’Europe, soit le Traité de Rome dès 1957 ! 

          Par la suite le Front national fut l’un des rares partis à avoir voté contre tous les traités du même acabit : Traité de Maastricht (1992), d’Amsterdam (1997), de Nice (2001), le TCE (2005), et le Traité de Lisbonne (2007) !

          Et je le dis : où était le grand résistant Asselineau à ces moments fatidiques là ? 

          Aussi pourquoi diable voudriez-vous que des dirigeants et personnalités qui ont fondé, contre vents et marées, contre la doxa unanime, contre le cartel des partis qui y étaient soumis, contre la diabolisation médiatique non moins soumise, leur combat politique sur le refus constant du supranationalisme, en viennent à se soumettre à ces golems une fois au pouvoir ? Il y a là un défaut de logique manifeste, et sinon un procès d’intention malhonnête et pernicieux, qui surtout se retourne le cas échéant contre ses promoteurs imprévoyants ! 

          Car encore une fois : les dirigeants du Front National, qui ont eu à subir seuls contre tous pendant des décennies, l’ostracisme, la diabolisation, la criminalisation même du débat et de leurs idées pourtant salvatrices pour la France, n’ont pas de leçons de politique, de morale ou de bonne tenue à recevoir d’un ancien suppléant et soutien des escrocs Tiberi et Charles Pasqua ! Est-ce clair, une bonne fois pour toute ?!

        • Legestr glaz Ar zen 28 avril 08:16

          @Onecinikiou

          Vous me faîtes un joli « hors sujet ». 

          Notre conversation concernait la « renégociation » des traités prévus par l’article 48 du TUE et selon un processus très long. 

          Vous avez ouvert la porte du « référendum » en cas d’échec des renégociations, mesures inscrites, c’est vrai, dans le programme du FN. Mais avant que le référendum ait lieu, il faut « renégocier ». 

          Je vous demande donc de ne pas mettre la charrue avant les boeufs et d’examiner la procédure qui aura nécessairement lieu avant le référendum, je parle de la procédure de renégociation. Celle ci ne pourra se faire qu’à travers l’article 48 du TUE qui le permet. La Constitution française l’impose aujourd’hui. 

          Je constate que, malheureusement, vous butez sur l’article 48 et la renégociation. Vous préférez « ignorer » cette étape, pourtant cruciale, pour me parler du référendum qui n’aura lieu, le cas échéant, que « plus tard ». Au moment où nous échangeons vous ne savez même pas quelles dispositions des traités le FN voudrait renégocier. Si vous écartez de votre esprit la manière dont les traités seront renégociés et le contenu de ces renégociations, totalement absentes du programme du FN, alors vous jouez les équilibristes et il n’y a aucune objectivité dans vos commentaires. Le réferendum, c’est une chose, la « renégociation » qui « précède » le référendum, c’est autre chose. Pourquoi attachez vous de l’importance au référendum et passez vous sous silence le processus de la renégociation ?

        • Onecinikiou 28 avril 18:30

          @Ar zen


          Mais parce qu’il n’y aura pas de processus de renégociation, puisque nos « partenaires » européens (les Etats-membres), l’oligarchie (la puissance actionnariale et financière) et les technocrates (qui ont tout à y perdre) n’accepteront jamais de renégocier sur ce qui fonde l’essence même des traités européens, à savoir la dépossession par chacun, ensemble et simultanément, de ses attributs régaliens de souveraineté, au profit d’une bureaucratie supranationale elle-même esclave de tous les lobbys anti-nationaux !

          Donc tranquilisez-vous, ce que vous nommez « processus de renégociation » n’est qu’un élément de langage qui a vocation à amadouer les cons et les terrorisés, suffisament nombreux (mille fois hélas) pour faire barrage le cas échéant à toute révolution par les urnes.

        • Legestr glaz Ar zen 29 avril 16:11

          @Onecinikiou

          C’est donc à l’aide de cet élément de langage que le FN dissimule la vérité sur le dispositif de l’UE et ce parti voudrait que l’on ait confiance en lui ? Il raconte des salades, pour rester sur le devant de la scène ? Non, merci pour moi. 

          Par ailleurs, ce que vous écrivez ne vient que de votre esprit. Vous n’avez aucune preuve de ce que vous avancez. Le programme du FN parle de « renégociation ». Mais, de votre côté, vous entendez et vous lisez : « subterfuge » et « élément de langage » pour « amadouer » les cons et les terrorisés. 

          Les cons et les terrorisés seraient donc ceux qui croient aux renégociations et qui ont peur de sortir de l’UE ? 

          Tout ça ne tient, malheureusement, pas la route. Vous vous faîtes plaisir en pensant que c’est vrai, en tirant cette sorte de conclusion qui ne s’appuie sur rien, puisque le programme dit le contraire de ce que vous pensez. 


           

        • Onecinikiou 29 avril 20:54

          @Ar zen


          Bon j’ai compris : tant que je ne dirai pas que le programme de l’UPR est le nouveau livre saint et qu’Asselineau est son prophète je ne bénéficierai pas de votre onction politique.

          Sauf que le missel de l’UPR ça vaut 0,92% !!

          On fait comment, avec 0,92%, pour prendre le pouvoir... ? Expliquez-moi ça je vous prie. 

          Et puis répondez très franchement : le programme du Front valait celui du banquier euro-mondialiste Macron ? A tel point que vous auriez renvoyez dos à dos et l’un et l’autre ? Vous n’avez pas voté Macron tout de même, car j’aimerais savoir à qui j’ai l’honneur de discuter... ?

        • Legestr glaz Ar zen 29 avril 22:31

          @Onecinikiou

          Vous n’avez pas bien saisi mon propos effectivement. 

          Ce que vous dites de l’analyse du programme du FN ne vient « que » de vous. Vous annoncez que c’est une sorte de ’« ruse » de parler de la « renégociation » parce que personne n’y croit. Sauf que, cette manière faire est celle de tous les autres partis, sauf de l’UPR et du nouveau parti les patriotes. J’oublie aussi le PRCF.

          Un programme politique, quel qu’il soit, pensé dans le cadre de l’UE c’est de la poudre aux yeux puisque la Constitution a intégré les traités européens et les mesures de politique économique qu’ils contiennent. Vous aimez bien le vent et la poudre aux yeux ? 

        • Onecinikiou 29 avril 23:15

          Mais puisque je ne cesse de vous répéter qu’annoncer la sortie de but en blanc effraye le quidam de la rue, et que, face à la déferlante prévisible de catastrophisme qu’il devra ingérer par tous les mass-merdias, il fera barrage à votre programme. 


          J’en connais pleins moi des smicards qui reprennent tous les éléments de langage des éditocrates et pseudo-experts multicartes à la solde de la ploutocratie, en vous soutenant qu’une sortie de l’UE ou de l’euro serait la nouvelle plaie d’Egypte... 

          C’est bien pour ça qu’il faut la jouer plus fine. Appeler ça comme vous voulez je m’en fous. Cela revient à prendre vos concitoyens pour des cons ? Je vous détend tout de suite : ils le sont. 98% ne savent pas ce qu’est une zone monétaire optimale, et ils s’en foutent royalement. La plupart ne sait même pas ce qu’est une monnaie et ce que cela recouvre comme potentialité...

          Je vous le dis et le répète, la pureté programmatique c’est sans nul doute une posture morale formidable, mais ça vaut 0,92%. Vous savez vous pourrez répéter mille fois votre mantra, ce chiffre devrait vous hanter : il est incontournable. C’est le juge de paix. En réalité il n’y a pas de débat entre nous. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès