• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Europe : Mélenchon abandonne le Frexit à la droite

Europe : Mélenchon abandonne le Frexit à la droite

Europe : Mélenchon abandonne le Frexit à la droite.

L’université d’été de la France insoumise a mis fin aux équivoques de Mélenchon sur l’Europe. Dans son discours de clôture, il a très clairement repoussé la possibilité même d’un « plan B », qui aussi trouble qu’il fût, promouvait au moins l’idée d’une sortie institutionnelle de l’Europe. Mélenchon -et par voie de conséquence ses troupes- marche maintenant à fond dans l’Union européenne. Deux conclusions s’imposent. D’une part, sans « plan B » dissuasif et crédible, Mélenchon se propose de négocier à Bruxelles sans rapport de force, ce qui est peut-être pire que tout (voir Tsipras en Grèce). D’autre part, avec lui, la gauche radicale officielle laisse définitivement le « Frexit » au bénéfice des souverainistes de droite.

Ce qui est fou, c’est que Mélenchon, en rejetant la menace du son « plan B », se prive de tout argument dans un rapport de force avec les partenaires et les institutions européennes. On pourrait bien imaginer mener une « négociation », mais encore faudrait-il avoir des menaces à faire valoir. On ne négocie pas avec des capitalistes sans moyens de pression. Mélenchon propose donc de partir en campagne avec des fusils vides. « C’est plus pacifiste » pourrait-il dire ! Sauf que c’est la pire attitude... soit on se soumet franchement, et on essaye de tirer son épingle du jeu, soit on part avec des munitions pour affronter son adversaire avec des chances raisonnables. Entre les deux, cela s’appelle le casse-pipe.

Les succès électoraux n’ont pas débouché sur de l’éducation populaire.

Ce choix révèle les lignes de fracture profondes au sein de l’électorat de la France Insoumise. Dans les 11% des élections de 2012, il y avait déjà une division notoire entre les gauchistes pro-Europe, et les communistes anti-Europe. Cette division s’est accentuée, en 2017, avec l’arrivée de bataillons d’électeurs socio-démocrates en mal du PS. Le succès méritoire de 2017 ne peut cacher aussi la « dilution idéologique » qu’il représente en même temps. Les nouveaux électeurs n’ont adhéré que du bout des lèvres, et en raison des conditions électorales spécifiques (Hollande ridiculisé, Hamon inconsistant, et Macron caricatural). Mélenchon a su parfaitement jouer des circonstances pour réaliser un gros score : on peut lui reconnaitre ce talent évident. Mais dans le même temps, aucun effort d’éducation populaire (le fameux « dissensus » cher aux insoumis) n’a été réalisé en direction de ce nouvel électorat.

Pourtant, les employés et petits fonctionnaires de plus en plus touchés par la crise (qui ne concerne plus que les industries ouvrières) deviennent sensibles à cette question. Il serait donc tout à fait opportun de profiter de cette période pour leur faire entendre des arguments, et porter à leur connaissance des faits éclairants. Mélenchon qui a participé à la campagne du « Non » en 2005 est-il en train de tourner casaque une fois de plus ? Mélenchon sait bien les lobbys et les pressions (sinon les menaces) qui s’exerceraient sans pitié si il venait à prendre positions ouvertement contre l’Union Européenne. Mais d’un autre côté, la première phase de sa démarche (qui avait une certaine forme de cohérence) est venue à bout : il a réussi à réveiller et rassembler tout un spectre de l’électorat socialiste et communiste. Qu’espère-t-il de plus maintenant ? Cela n’a pas de sens ! Fonder un parti, et distribuer des prébendes à ses assistants ? Recréer le PS ? Plusieurs des députés insoumis ont déjà la tête de l’emploi, et les plus « radicaux » en apparence ne sont pas les moins mûrs...

Dorénavant, plus rien ne justifie cette stagnation idéologique de la France Insoumise. 2022 ne peut pas constituer un objectif. Mélenchon espère-t-il nous jouer un troisième concerto ? Mini-Lénine en 2012, populo-jauréssien en 2017, va-t-il nous le faire « à la Georges Frêche » cette fois-ci ? A quoi cela sert-il, sinon à sa carrière et à celle de ses amis ? A quoi bon conspuer Pierre Laurent et les fantômes du PCF, Benoît Hamon et les réformistes bourgeois, si c’est pour en faire tout autant ? Quelles perspectives politiques propose-t-il maintenant ? Aucune. Sinon d’animer, comme autrefois, « l’aile-gauche du PS ».

Personne à gauche ne répond sérieusement aux arguments des pro-Frexit.

Le débat sur le Frexit (sortie de la France de l’UE) est pourtant largement présent dans les milieux militants. Des intellectuels « de gauche » aussi célèbres Jacques Sapir, Emmanuel Todd ou Jacques Nikonoff y appellent depuis longtemps (sinon depuis toujours). A droite, François Asselineau et Florian Philippot en font de même. Les arguments sont clairs.

Les conférences internet de François Asselineau sur ce sujet là sont extrêmement précises et convaincantes (quoi qu’on pense par ailleurs du personnage). Il nous montre clairement comment et pourquoi L’Union Européenne est mathématiquement irréformable. Dès lors, la notion « d’autre Europe » que nous propose la gauche est illusoire. Certes, on peut lui rétorquer qu’il ne prend pas en compte la notion de « rapport de force » que pourrait créer un grand peuple (et une grande économie) comme la France, pour obtenir des réformes. L’objection est juste, car la notion de rapport de force et de mouvements sociaux est inexistante dans la pensée de François Asselineau (en raison de son propre parcours politique). Mais dès lors, la balle est dans le camp de la gauche qui prétend obtenir ce « rapport de force » : cela se construit à l’avance et en profondeur, par une solide éducation populaire. Et on retombe sur la désertion de la France Insoumise sur le sujet. La boucle est bouclée ! Mélenchon nous envoie au combat avec des fusils vides, c’est le casse-pipe bruxellois assuré.

On voit donc que les partisans de « l’autre Europe » jouent un jeu trouble. D’un côté ils reprochent à juste titre à un Asselineau de ne pas prendre en compte la notion de négociation et de rapport de force. Mais dans le même temps ils refusent de se donner sérieusement les moyens de ce rapport de force. Volonté délibérée d’impasse ou inconscience ? Chacun pense ce qu’il veut. Mais d’un point de vue objectif, la gauche radicale apparait aujourd’hui comme un rabatteur du système, et un échec assuré. Les tenants de « l’autre Europe » ne se donnent pas les moyens de leur discours, et se disqualifient eux-mêmes, emportant leur hypothèse avec eux. Ils sont même pire que tout, car de ce point de vue, ils sont comme des gens qui jouent les va-t-en guerre tout en désarmant le pays. Hélas, le gauchisme et la social-démocratie ont souvent joué ce rôle de Janus, le dieu à double-face, entrainant le peuple à baisser sa garde au nom des grands principes.

On pourrait ajouter que des analystes comme Emmanuel Todd (qui s’est opposé à l’UE depuis les années 1980) ne pensent pas qu’une union économique et monétaire soit possible entre des nations aux structures anthropologiques si différentes que les nations européennes. Il fustige ceux qui nient les différences entre les peuples, qui nous font croire qu’être différents ne peut se conjuguer avec le bon voisinage et rime forcément avec la guerre. Il est vrai que c’est une atrophie de la pensée, les guerres ne venant pas des « différences entre les peuples », mais uniquement des appétits voraces et des rivalités des puissants. Il ne s’agit donc pas de faire jouer aux peuples la mauvaise comédie d’un mariage impossible, mais plutôt de juguler et de réguler les appétits, le pouvoir, et les rivalités des puissants... ce qui serait un vrai programme de gauche (en lieu et place des bisounours sucrés qu’on nous inflige aujourd’hui).

Je ne vais pas dérouler ici les arguments pour ou contre la sortie de l’UE. C’est un autre débat. Chacun les connait, ou peut prendre le temps de les connaitre sur internet. Mon sujet est plutôt de faire le constat de la totale inexistence à gauche d’un parti politique visible et crédible pour conduire le Frexit. C’est à dire que la gauche laisse définitivement la main à des souverainistes de droite (Asselineau et Philippot) sur ce sujet. Des petits groupes (par exemple le PRCF ou le Pardem de Nikonoff) sont plus des cercles de discussion que des partis authentiques. L’extrême-gauche « trotskyste » (LO, NPA) ou anarchiste est bien-sûr totalement inconsistante sur le sujet. Les anarchistes discutent de caillassage d’abri-bus, de vie de boy-scouts au fond des bois, et de fumette entre cadets de famille en révolte. Et les trotskystes en mal de prolétariat révolutionnaire, de rêver de « changer de peuple » en ouvrant grand les frontières aux migrants. Les uns et les autres rivalisant d’outrance et de sectarisme dans les argumentaires.

On peut conclure que la gauche radicale dans son ensemble (à quelques exceptions non organisées) laisse clairement et définitivement aux partis de droite le monopole du Frexit. C’est la leçon essentielle de l’Université d’été de la France insoumise : les équivoques sont éclaircies.

Dans le même temps, le FN a également remisé ses prétentions au Frexit. Marine Le Pen a renvoyé Florian Philippot. Et Marion Maréchal, qui s’est débarrassée (en vue du futur ?) du nom de « Le Pen », est allée à New-York se faire introniser par les néoconservateurs américains (depuis, la jeune femme de 28 ans seulement a miraculeusement trouvé les fonds pour financer son école de formation politique). L’agent américain Steve Bannon va maintenant pouvoir « sauver l’Europe » en fédérant les populismes européens (l’italien Salvini est déjà prêt à travailler avec lui). La boucle est bouclée.

Seize ans après 2002, treize ans après 2005, dix ans après 2008, il n’y a pas de contestation de masse organisée en France. C’est le point mort.


Moyenne des avis sur cet article :  3.51/5   (49 votes)




Réagissez à l'article

457 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Joker 11 septembre 2018 08:07

    en Grande Bretagne, les partisans du Brexit sont les nationalistes d’extreme-droite, une partie des conservateurs et une partie des travaillistes les autres travaillistes, les autres conservateurs et les communistes ne veulent pas sortir de l’UE


    cette question est typiquement une « wedge-issue » : en divisant les clans politique avec des sujets comme l’avortement, le mariage pour tous, et aujourd’hui l’Europe, les manipulateurs utilisent les médias dont ils sont propriétaires pour continuer à faire leur business quoi qu’il en soit

    en France, ce ne sont pas les mêmes familles qui défendent les mêmes points de vue

    vérité en-deçà de la Manche, erreur au-delà ?

    • Séraphin Lampion Joker 11 septembre 2018 08:12

      @Joker

      pour en remettre une louche, Corbyn est contre le Brexit et, comme il a une chance de devenirs premier ministres, ses frères ennemis pro-Brexit dans son propre parti l’accusent antisémitisme pour rendre inaudibles ses arguments et son discours, au point de l’obliger à se disculper d’un péché qu’il n’a pas commis

      cherchez l’erreur

    • Alren Alren 11 septembre 2018 16:58

      @Joker

      @Joker

      Corbyn est contre le brexit pour conserver le minimum de protection qu’offre l’UE aux travailleurs britanniques et qui serait encore amoindri si un gouvernement conservateur pouvait faire voter des lois à la Thatcher de si douloureuse mémoire !!!

      Ce serait mauvais pour les travailleurs, ce serait aussi mauvais pour l’économie britannique, mais cela les esprits obtus des millionnaires anglais ne le comprennent pas !

      Mélenchon est un homme courtois. Il n’allait pas dire à Macron qui avait préparé cette pseudo rencontre-surprise pour salir le leader de la FI : « Casse-toi pauv’con ! »

      Il est député de la République française et l’autre, malheureusement, Président de ladite République.

      Il y a une diplomatie à respecter.

      Mais enfin alors que les européennes se profilent avec un fiasco annoncé pour LREM, sans poussée du RN et la grisaille pour les LR, PS etc., que donc un éventuel succès de la FI et des partis européens homologues (dont celui de Suède) effraient la « caste » et ses affidés journaputes, il faut trouver n’importe quoi pour attaquer JLM, ne pouvant attaquer les députés et les 400 000 membres de la FI.

      Il s’agit bien entendu de queues de cerises sauf en ce qui concerne le frexit.

      Mais en ce domaine il n’y a pas plus idiot que celui qui ne veut pas comprendre !

      Nous quitterons l’OTAN et appliquerons notre volet social point-barre !

      L’attitude des non-élus de Bruxelles amènera une riposte appropriée.

      Mais d’ores et déjà soyons assurés qu’on les verra beaucoup plus accommodants avec nous qu’avec la Grèce et autres pays du « Club Méditerranée », car si la France quitte l’UE, celle-ci n’existe plus.

      Après la fin de l’UE actuelle, inéluctable et compte-tenu que les gouvernants US n’acceptent pas le monde multipolaire, cela les gênera beaucoup si une Europe unie de peuples souverains se constitue pour faire pièce à leurs diktats.

      Cette Europe unie dans la guerre commerciale « fera le poids » face à la Chine.


    • malitourne malitourne 11 septembre 2018 17:33

      @Alren
      La fin de l’UE est inéluctable pour vous donc vous choisissez d’y rester... Désolé mais moi je peux pas avec ça. La France c’est aussi le pays de Descartes quand-même !!!!!!


    • Alren Alren 11 septembre 2018 17:51

      @malitourne

      "La fin de l’UE est inéluctable pour vous donc vous choisissez d’y rester... Désolé mais moi je peux pas avec ça. La France c’est aussi le pays de Descartes quand-même !!!!!!"

      MAIS NOUS NE VOULONS PAS Y RESTER !!!!!

      Arrêtez  d’interpréter nos propos, ceux de Mélenchon ou ceux des députés de la FI, dans le sens d’un désir de rester dans l’actuelle UE. C’est tout le contraire !!!!!

      Mais nous sommes trop conscients des rapports de force pour ne pas souhaiter un union européenne de peuples souverains.

      Elle seule, avec des lois progressistes pour ne pas dire plus, écologiques, peut servir au monde de modèle alternatif devant lequel le modèle US ou le modèle chinois paraîtront archaïques et détestables.


    • malitourne malitourne 11 septembre 2018 17:56

      @Alren
      Le plan B prévoit-il le Frexit ? Non en est sûr à présent, oui ou non ?

      Le plan B prévoit d’imposer le programme de la France à l’UE, oui ou non ? Imposer son programme à l’UE, c’est un Frexit ?

    • Paul Leleu 11 septembre 2018 21:22

      @malitourne


      le « plan B » était déjà très nébuleux... maintenant, Mélenchon a déclaré à Marseille « qu’on n’y aurait même pas recours »... alors je me demande ce qu’il reste ! 

      Tout le crédit du programme de la FI reposait sur la promesse d’établir (enfin) un rapport de force en Europe... c’était déjà fragile comme promesse... mais sans rapport de force crédible, c’est un échec annoncé... et ça tourne à la farce cynique et sinistre... 

      Dans le même temps, Asselineau fait valoir des arguments pertinents et pondérés, pour montrer que même avec un rapport de force l’UE est quasi irréformable... et on ne prend même pas la peine de lui répondre !!! 

      Pire... on évacue même le nébuleux « plan B ».... c’est le pompon ! 

      Le problème n’est pas de savoir si on va voter pour Asselineau, ou si il peut réussir... le problème pour la FI serait de répondre point-par-point à Asselineau sur la notion de réforme de l’UE... c’est tout... pas pour lui... pour la FI ! Pour sa propre crédibilité. 

    • malitourne malitourne 11 septembre 2018 21:44

      @Paul Leleu
      Je suis d’accord et je le désire autant que vous croyez le bien. L’erreur de la part de militants FI vis à vis de l’UPR est de considérer avec a priori qu’il s’agit d’un ramassis de grincheux nationalistes de droite. Il y a des gens qui viennent de tous horizons et aussi de la gauche, j’en fait partie, qui ne veulent plus s’engager sur des lendemains qui chantent sans avoir de garantie. C’est le sens de ce rassemblement de personnes de convictions disparates : se rassembler pour retrouver les conditions effectives de faire de la politique, de faire valoir, en citoyen ces idées. Le Frexit, c’est la sortie du diktat de l’UE, c’est la reprise en main de la démocratie française.


    • Paul Leleu 12 septembre 2018 00:00

      @malitourne

      Ne croyez pas que je sois un partisan de l’UPR dans l’état actuel des choses. Je dis juste que l’UPR apporte des éléments essentiels au débat. Je reconnais l’expertise d’Asselineau ou de Brousseau. Et je trouve que la FI (et les autres) devraient se mettre au niveau, et répondre point par point (ce qui n’est pas le cas). 

      Mais, je pense que l’UPR a plusieurs failles graves. Par exemple (et entre autres choses), que fera une « France souveraine » face aux attaques contre sa monnaie, aux sanctions économiques ou à la corruption des lobbys en interne ? De cela, Asselineau ne dit mot... Pire, son assistant Brousseau (très compétent par ailleurs) nous déclare joyeusement qu’il ne voit aucun problème avec les banques et le capitalisme mondial... 

      Asselineau prétend sortir la France de l’UE sans « ticket de sortie » de l’oligarchie ? Mais il n’est même pas capable de forcer cette oligarchie à l’inviter dans ses mass-médias pour se faire entendre des français ! C’est le serpent qui se mord la queue. 

    • malitourne malitourne 12 septembre 2018 07:18

      @Paul Leleu
      Vous faites ce que vous voulez. L’UPR n’est pas une fin en soi. Le Frexit oui car il est nécessaire. 


    • Emmanuel38 12 septembre 2018 10:01

      @malitourne


      Bonjour,
      Pour ma part, je viens d’envoyer un mail de démission à LFI, que je confirmerai par lettre.

    • malitourne malitourne 12 septembre 2018 10:19

      @Emmanuel38
      Je n’ai pas à vous féliciter ou pas de votre décision. Je pense par contre que dans ce forum, il serait peut-être intéressant que vous en exposiez les motifs.


    • Paul Leleu 12 septembre 2018 13:20

      @malitourne

      oui, bien-sûr. Ce que je pense, c’est qu’un vrai débat sur le Frexit doit avoir lieu. 

      Non pas seulement entendre les arguments des uns et des autres chacun dans son coin. Car chaque camp choisi les aspects qui lui plaisent le plus. Seule une confrontation argumentée peut permettre de tirer au clair les zones d’ombre des deux camps. Et de pouvoir prendre une décision sur cette question. 

      Asselineau (et les pro-frexit en général) apportent des vraies questions, qu’on ne peut pas se permettre de laisser sans réponse comme le fait la FI. En sens inverse, j’aimerais aussi entendre Asselineau (et les différents pro-Frexit) s’expliquer sur un certain nombre de zones d’ombre du Frexit. Voilà tout. On y verra plus clair après, il me semble. 

    • malitourne malitourne 12 septembre 2018 13:36

      @Paul Leleu
      Tout le monde à l’UPR piaffe d’impatience et attend ce débat !


    • malitourne malitourne 12 septembre 2018 13:40

      @Paul Leleu
      Arzen avait lancé un sujet là dessus il y a quelques mois


    • Paul Leleu 12 septembre 2018 14:52

      @malitourne

      « Tout le monde à l’UPR piaffe d’impatience et attend ce débat ! »  ... je n’en doute pas... moi aussi !... mais je pense que les oligarques mitterrandiens de la FI n’ont aucune intention de risquer leurs prébendes dans un tel débat... d’où une certaine désillusion 


    • malitourne malitourne 12 septembre 2018 14:57

      @Paul Leleu
      Ce débat est inéluctable. Il viendra tôt ou tard. Le plus tôt serait le mieux.


    • Doume65 12 septembre 2018 15:30
      @malitourne
      « Imposer son programme à l’UE, c’est un Frexit ? »
      Non, c’est une farce de mythomane !

    • malitourne malitourne 12 septembre 2018 15:35

      @Doume65
      Imposer son programme à l’UE, ce n’est pas un Frexit. Imposer le programme de LFI à l’UE, c’est déclarer la guerre à l’UE. Ni plus ni moins.


    • kirios 16 septembre 2018 15:44

      @Paul Leleu

      "Asselineau (et les pro-frexit en général) apportent des vraies questions, qu’on ne peut pas se permettre de laisser sans réponse comme le fait la FI."

      d’un autre côté on constate jour après jour l’accentuation du danger que constitue la communauté européenne -cheval de Troie du fric international- pour la France et son peuple .

    • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 16 septembre 2018 16:07

      @kirios

      « ...on ne peut pas se permettre de laisser sans réponse comme le fait la FI. »


      Quand on est à 9 % dans les sondages, on ne se laisse pas influencer par ceux qui sont à 1 %

    • JulietFox 17 septembre 2018 08:03
      @Emmanuel38


      LFI ne va pas s’en remettre !

    • Trelawney Trelawney 11 septembre 2018 08:24

      Uniquement l’UPR et Philippot sont pour le Freixit. Tous les autres partis politiques évitent sagement le débat lorsqu’ils ne sont pas ouvertement contre.

      Il faut croire que le Freixit est une bonne mauvaise idée.

      A noter : Nigel Farrage, celui qui a conduit la campagne pour le Breixit a démissionné de ses fonctions après le vote et vit maintenant à Monaco. Il serait intéressant de demander à ce souverainiste convaincu pourquoi il a choisit ce style de vie loin de son île dont il défend les frontières avec ardeur.

      • leypanou 11 septembre 2018 09:01

        @Trelawney

        Uniquement l’UPR et Philippot sont pour le Freixit  : soyez plus rigoureux, c’est faux.
        Si vous n’en connaissez pas d’autres, c’est que vous n’avez pas lu complètement l’article.

      • Trelawney Trelawney 11 septembre 2018 09:14

        @leypanou
        Qui d’autre ? FI FN PCF ils restent ambigu sur la question, parce qu’ils savent que le remède serait pire que le mal.

        LTO gauche extrême etc ? que représentent-il sinon qu’eux même et la farouche volonté de ne pas être aux destinés d’un pays.
        En France la position contre l’Europe se résue à UPR et Philippot et c’est tout

      • cettegrenouilleci 11 septembre 2018 17:13

        @cric


         Bonjour Cric

        Un grand merci pour cette édifiante petite fable.

      • HELIOS HELIOS 11 septembre 2018 17:43

        @cric

        Excellent, il faudrait beaucoup d’autres expressions du bon sens, comme celles-ci pour que les rédacteurs d’Agoravox, qui font des articles pro-chats, fassent enfin des articles pro-souris a défaut d’en faire des contre-chats !

      • JC_Lavau JC_Lavau 11 septembre 2018 17:48

        @cric. C’est plus fort que moi, je ne pense qu’à chat, parce que natte à chat.



      • Paul Leleu 11 septembre 2018 21:30

        @Trelawney


        je ne dis absolument pas que le Frexit est la solution idéale et magique... je ne dis pas si je suis pour ou contre... ce n’est pas le sujet je crois... le sujet serait d’avoir un débat réel sur le Frexit... Hors, point de débat réel... c’est le signe d’un manque de confiance en soi de la FI, et d’un malaise... 

        je sais bien que Nigel Farrage est une ordure de trader... ça ne m’étonne pas qu’il soit parti vivre à Monaco ou aux Bahamas... je ne crois pas non plus (contrairement à Asselineau) que le Royaume-Uni va subitement devenir un paradis populaire et ouvrier ! Loin de là... 

        Je dis simplement que je ne vois aucune raison pour ne pas traiter pleinement et à fond la question du Frexit... car elle se pose... à l’issue d’un vrai débat, il serait possible de choisir notre orientation... je ne comprends pas pourquoi ce débat nous est refusé par la FI...  Il me semble que ça dévolie comme un léger malaise sur la question... D’ailleurs le PRCF communiste propose le Frexit

        Pourtant, la FI a des vrais arguments à faire valoir face à l’UPR, et sur les problèmes et les fausses-solutions d’un Frexit... mais pour cela il faudrait faire un débat... car d’un autre côté, Asselineau pose des vraies questions sur l’Union européenne... des questions très graves et argumentées, il me semble... 

      • Durand Durand 11 septembre 2018 23:49

        @Paul Leleu


         Vous écrivez : « Je ne vais pas dérouler ici les arguments pour ou contre la sortie de l’UE. »

        Sans aller jusqu’à tout dérouler, pourriez vous citer une seule bonne raison d’y rester ?




      • Paul Leleu 12 septembre 2018 00:21

        @Durand


        les libertés individuelles qu’elle garantit par exemple... que plusieurs mouvements populistes pourraient remettre en cause... c’est pas mince... et pas seulement pour les minorités... 

        éviter un clash avec l’oligarchie et des remous politiques, voir une guerre sur notre territoire... 

        oui, ça fait des raisons de rester dans ce petit enfer, et ne pas lâcher la proie pour l’ombre... 

        C’est pour cela que cela se discute posément. 



      • Trelawney Trelawney 12 septembre 2018 07:56

        @Durand

        Sans aller jusqu’à tout dérouler, pourriez vous citer une seule bonne raison d’y rester ?
        Si on parle de l’UE, il ne faut parler que de l’Europe et des européens et faire abstraction des USA, Russie, Chine, qui ne rêvent que d’une seule chose : la disparition de l’UE, car il est toujours plus facile d’affaiblir une région désunie qu’une bloc uni.
        Quelques raisons d’y rester :
        - La possibilité de voyager, de communiquer, de commercer avec toute l’Europe comme si ce n’était qu’un seul pays.
        - La possibilité d’y vivre, d’y travailler de se faire soigner en conservant la protection sociale (retraite soin etc) de son propre pays.
        - La stabilité monétaire avec un euro suffisamment solide pour nous éviter les catastrophes dues aux dévaluations
        - La possibilité de faire des études dans toute l’Europe
        Il y en a d’autres, mais ces raisons que je vient de citer seront perdus par le citoyen anglais lorsqu’il sortira de l’UE

        On reproche à l’Europe nos propre turpitudes politiques et les fait que des pays de l’UE puissent faire n’importe quoi et être protégé par ce bouclier.
        On nous ment avec les 3% de déficit d’état à ne pas dépasser alors que ces 3% c’est un délire pour justifier le faite qu’un pays surendetté puisse encore s’endetter à condition qu’il ne dépasse pas ces 3%. Le vrai chiffre est 60% du PIB, car lorsqu’un pays a un endettement supérieur à 60% de son PIB, ça devient dangereux car il est dépendant de ses créanciers. Et c’est le cas de la France qui impose un taux de chômage aux environs de 9% pour limiter l’inflation et donc pouvoir rembourser correctement sa dette. Ce n’est pas la faute de l’Europe si nous sommes continuellement taxer et si notre protection sociale diminue. Ce sont simplement les exigences de nos créanciers qui nous l’impose.

        Maintenant il y a des pays qui ont choisit que le bien être de ses habitants est plus important que la stabilité économique du dit pays (la France n’en fait pas parti) et inversement d’autres pays qui ont choisit que la stabilité économique du pays est plus importante que le bien être de ses habitants (Le RU en fait parti). Pour le premier cas, le système politique ne peut être intégré dans l’UE car il impose des choix qui ne sont pas compatible avec la politique des pays membre de l’UE. Ils ont donc choisit de soit sortir de l’UE, soit conserver leur propre monnaie. Je ne connais que 2 pays (le Danemark et la Norvège) et si la Suède a des difficultés politiques c’est qu’à mon sens elle devrait très vite rejoindre ces 2 pays.

        Pour les autres pays, comme la France, vu que l’on a abandonné depuis la cinquième république notre système social spécifique (c’est un choix politique voulu par la droite et le PS qui sont les seuls partis à avoir gouverné), l’intégration à l’UE nous apporte plus d’avantages que d’inconvénients et sortir de cette UE ne nous ferra jamais recommencer l’histoire

      • Durand Durand 12 septembre 2018 08:50

        @Paul Leleu


        Vos bonnes raisons d’y rester sont plutôt vagues, non ?

        Les libertés individuelles que garantissait la Constitution avant la réforme constitutionnelle qui lui a intégré les traités européens y figurent toujours... Et je ne vois pas quelles libertés individuelles supplémentaires ont apporté ces traités, mis à part la libre circulation des personnes – terroristes compris – et des capitaux, ce qui est excellent pour les oligarques qui, du coup, délocalisent à tour de bras...
        De plus, l’Union Européenne évite surtout les remous politiques en bâillonnant la démocratie et notamment ceux qui veulent en sortir... 

        Quant à éviter une guerre sur notre territoire, on le doit uniquement à l’équilibre de la terreur entre l’URSS et les USA. Mais les états membres étant tenus par les tratés (art.42 du TUE) de s’intégrer à la politique étrangère américaine, l’Union européenne a soutenu les guerres d’Irak, d’Afghanistan, de Libye, de Syrie, etc et de nombreux militaires français y ont laissé leur peau...
         Bon, ce n’est pas sur notre territoire, c’est vrai et les millions de cadavres basanés ne vallent pas cher, hein ?!

        Sans autres précisions, vos argument ne valent rien...

         



      • Durand Durand 12 septembre 2018 09:07

        @Trelawney


         « Si on parle de l’UE, il ne faut parler que de l’Europe et des européens et faire abstraction des USA, Russie, Chine, qui ne rêvent que d’une seule chose : la disparition de l’UE, car il est toujours plus facile d’affaiblir une région désunie qu’une bloc uni. »

        Les USA, la Chine et la Russie savent pertinemment que l’UE n’est pas un bloc uni. Les états membres ne sont d’accord sur rien et c’est bien pour ça que l’on ne pourra pas modifier les traités. 

        Il ne faut rien avoir compris à l’Union Européenne pour la considérer encore comme un bloc uni pouvant faire contrepoids face au reste du Monde ! Ça, c’est exactement la salade qu’on a vendue aux peuples européens pour leur faire adopter les traités...
        L’UE est même la seule zone économique en régression très nette sur la planète !

        Vous avez tout faux !




      • Trelawney Trelawney 12 septembre 2018 09:26

        @Durand
        Tient voila l’UPR qui nous reparle de traité. N’oubliez jamais que depuis que l’homme est homme, il peut soit se torcher le cul avec des traités, soit en tapisser ses murs s’ils les trouvent jolis. Exemple d’un Trump avec la COP21 ou l’Alena ou l’OMC.


        L’UE est tellement en régression économique que tous les pays du monde (Chine en tête) y font le pied de grue pour y vendre leur camelote.

        Si la France est dans une merde économique, elle ne le doit qu’à elle même, mais un Assellineau qui a participé en tant que haut fonctionnaire à ce désastre économique préfère pour ce dédouaner dire que c’est la faute à l’UE.
        S’il y a des gogos pour croire à ses conneries

        Et vous en pensez quoi de la liberté de circulation dans tous les pays d’Europe ?

      • malitourne malitourne 12 septembre 2018 09:36

        @Trelawney
        Tiens voilà encore un europeiste qui nous demande d’accélerer pour mieux foncer dans le mur.


      • lejules lejules 12 septembre 2018 10:26

        « En France la position contre l’Europe se résue à UPR et Philippot et c’est tout »


        il y a aussi le PRCF (Pole de Renaissance du Communisme en France) 

      • Paul Leleu 12 septembre 2018 13:36

        @Durand @ cric 


        ce n’est pas la peine de caricaturer ce que je dis. Je dis juste deux choses : 

        Concernant les libertés civiles et individuelles, les états d’Europe continentale en 1940 n’étaient pas hyper avancés en la matière... c’est tout ce que je dis. On ne peut pas faire semblant de ne pas voir que les mouvements populistes (ce n’est pas péjoratif) risquent de revenir sur le « relativisme culturel » généralisé des dernières décennies. Les français souffrent de ce relativisme culturel, aussi bien qu’ils en bénéficient (parfois la même personne souffre et bénéficie d’aspects différents de cet individualisme exacerbé). Je ne suis pas sûr que les français mesurent bien et acceptent totalement ce retour à l’ordre national et à ses nécessités collectives. 

        Concernant l’affrontement avec l’oligarchie, c’est un peu cynique de ma part, mais c’est réaliste. Aller à l’affrontement avec l’oligarchie, c’est s’exposer à des rétorsions violentes. Comme tout mouvement de résistance. On pèse donc le pour et le contre. 

      • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 12 septembre 2018 14:11
        @Trelawney

        « Il faut croire que le Freixit est une bonne mauvaise idée. »

        Avec 3 Français sur 4, elle est, sinon mauvaise, à tout le moins complètement prématurée.

        Quand j’ai lu la première phrase du premier des « 144 engagements présidentiels » de Marine Le Pen :

        "Retrouver notre liberté et la maîtrise de notre destin en restituant au peuple français sa souveraineté (monétaire, législative, territoriale, économique)."

        J’ai su que c’était définitivement cramé. Et ceux qui l’ont poussé à ça le savaient peut-être aussi.

      • osiris 12 septembre 2018 20:03

        @Paul Leleu

         L’UE d’un côté garantit les libertés individuelles en parole ou en écrit mais d’un autre côté elle fait la guerre aux libertés individuelles en promouvant des idéologies totalitaires ou mafieuses ou des sectes religiositeuses fascisantes et obscurantistes , comme par exemple le wahhabisme à travers les guerres de l’Irak ,la Syrie ou la Libye ou l’instauration des frères musulmans en Turquie avec le dictateur Erdogan, sans compter le soutien aux grands lobbies criminels des Big Mafias tels que Big Banca ,Big Pharma ,Big Islama

         

        Le problème est là ,c’est le péché capital et mortel de l’UE


      • Doume65 13 septembre 2018 00:16

        @Trelawney

        « Tous les autres partis politiques évitent sagement le débat »
        Le PRCF, qui prône aussi le Frexit est-il un parti politique ? là est la question.

      • TouPT 16 septembre 2018 15:08

        @lejules
        En pratique, le PRCF n’est que la voiture-balai de la France Insoumise, donc on ne peut pas vraiment les y inclure



      • malitourne malitourne 11 septembre 2018 08:27

        Vous confondez Asselineau et l’UPR, mais sans la mauvaise foi de ces détracteurs. Asselineau vient de la droite c’est d’accord. En revanche l’UPR et son programme ne sont pas de droite puisqu’il s’agit d’un mouvement de rassemblement démocratique de l’ensemble du peuple français pour la triple sortie. Il s’adresse à tout le monde et tout le monde est invité à s’y joindre pour libérer la nation du carcan européen.

        L’UPR est officiellement classé « Divers ».

        • Séraphin Lampion Joker 11 septembre 2018 08:40

          @malitourne

          être « officiellement classé divers » est à peu près équivalent à être nettement flou ou ovovivipare hermaphrodite !

        • Legestr glaz Ar zen 11 septembre 2018 08:41

          @malitourne

          J’ajoute que le programme de l’UPR ne se résume pas à la triple sortie. Le programme de l’UPR a pour sous titre « programme de retour à la démocratie » avec des changements constitutionnels d’importance comme : 

          - L’inscription du référendum d’initiative populaire dans la Constitution (échelon national, départemental et communal).
          - L’inscription dans la Constitution du vote blanc révocatoire.
          - L’inscription dans la Constitution de la retraite par répartition et de la sécurité sociale
          - L’inscription dans la Constitution du casier judiciaire vierge.
          - Etc...


        • malitourne malitourne 11 septembre 2018 08:45

          @Joker
          Et être classé à gauche et vouloir rester dans une UE ultralibérale c’est quoi ? Du foutage de gueule politique ?


        • Séraphin Lampion Joker 11 septembre 2018 08:53

          @malitourne

          je ne sais pas ce que c’est que « la gauche », mais personnellement, sortir d’une Europe ultra-libérale pour rentrer dans un hexagone ultra-libéral n’est pas un projet qui m’enthousiasme ! 

          avoir pour seul objectif la sortie de l’UE revient à une révolte d’ado qui consiste à vouloir sortir du giron familial sans disposer des ressources et des structures nécessaire pour être autonome et responsable

          la question n’est pas de rester ou sortir, la question est de savoir dans quelle société on veut vivre et s’il suffit de sortir de l’UE pour se retrouver au paradis

        • malitourne malitourne 11 septembre 2018 09:03

          @Joker
          Il n’y a rien d’argumentatif dans ce que vous venez d’écrire. Je peux vous répondre dans la même veine que rester dans l’UE c’est l’enfer assuré.


        • leypanou 11 septembre 2018 09:08

          @Joker
          la question n’est pas de rester ou sortir, la question est de savoir dans quelle société on veut vivreet s’il suffit de sortir de l’UE pour se retrouver au paradis  : quand on invite Marie-France Garaud, ex-conseillère de G Pompidou, lors de la création de son parti, tout est clair, le reste n’est qu’enfumage pour les incultes en politique.


        • Séraphin Lampion Joker 11 septembre 2018 09:12

          @leypanou

          je ne comprends pas

        • samy Levrai samy Levrai 11 septembre 2018 09:15

          @Jokerl

          tu fais donc semblant de comprendre la politique ? Tu crois que les adultes désobéissent ? 
          le PNR n’est pas exactement un programme ultra liberal,tu gagnerais a savoir de quoi tu parles…
          Si je comprends bien tu preferes être dans une dictature plutôt que de retablir la democratie pour ton peuple… Il n’est quand meme pas si difficile que cela de comprendre que sans retablir la souveraineté de la nation il ne peut y avoir de politique nationale propre, il s’agit juste d’un prealabled’un prealable capital.
          La question est juste l’independance de ta nation et de la souveraineté de ton peuple, comprends tu le sens des mots et les concepts politiques ou es tu jste un autre arnaqueur de democratie ?

        • Séraphin Lampion Joker 11 septembre 2018 09:23

          @samy Levrai

          « Si je comprends bien tu preferes être dans une dictature plutôt que de retablir la democratie pour ton peuple… »

          si tu appelles « démocratie » le simulacre électoraliste qui a consisté à consolider les positions de notables clientélistes dans les bastions partagés entre barons au service du capital, je ne vois pas une grande différence !

          c’est à peu près la même nuance qu’entre républicains et démocrates aux Etats-Unis : une fausse alternative entre partisans de la globalisation des intérêts capitalistes et défenseurs d’un suprématisme blanc, la peste ou le choléra

          il ne faut pas demander aux moutons de se battre pour être tondus plutôt à l’ancienne qu’avec une tondeuse électrique !



        • Séraphin Lampion Joker 11 septembre 2018 09:25

          @Joker

          comme je constate que je me suis égaré et que je suis tombé bêtement dans un piège truffé d’UPR hargneux, je vais arrêter de de m’agiter et rentrer dans ma coquille

          ciao !

        • samy Levrai samy Levrai 11 septembre 2018 09:31

          @Joker

          disons que j appelle democratie, le pouvoir du peuple souverain, je m’aime pas les adjectifs que l’on y attache pour escroquer et je n’aime pas les pirouettes pour justifier les dictatures.
          il y aplein de système, oligarchie, ploutocratie, dictatuture, monarchie, cleptocratie mais aucune n’a la definition de democratie est ce que tu comprends cela ?
          est ce que parce que nos medias utilisent la novlang tu devrais faire de meme ?
          revenons au sens des mots du dictionnaire et ayons une conversation politique.

        • samy Levrai samy Levrai 11 septembre 2018 09:33

          @Joker
          tu fuis déjà ? cela sent la lopette… tu n’es pas assez armé intellectuellement ou politiquement, il n’y aurait que ton avatar qui serait inquietant ?


        • malitourne malitourne 11 septembre 2018 09:33

          @Joker
          Dommage ! Je pensais que vous alliez argumenter de manière convaincante que le plan A est la seule solution puisque le plan B est désormais mort et enterré.


        • samy Levrai samy Levrai 11 septembre 2018 10:18

          @malitourne
          la fuite est une strategie de survie… Elle est pratique en politique euro atlantiste, surtout quand on perd pied, c’est à dire à chaque fois que la conversation est politique. Je pensais que cetanimal tenait la route un peu mieux que ses potes mais je me trompais… il n’y a vraiment rien de solide derriere ceux qui veulent faire perdurer la monstruosité ’democratique’ euro atlantiste, que de la vacuité.



        • Legestr glaz Ar zen 11 septembre 2018 11:55

          @Joker

          Pourquoi écrire : « avoir pour seul objectif la sortie de l’UE revient à une révolte d’ado » ? 

          Soit vous êtes : 
          1°) de très mauvaise foi et il serait incompréhensible que vous veniez sur Agorax à ce moment là.
          2°) soit vous n’êtes pas informé du programme de l’UPR qui ne peut se résumer à la sortie de l’UE. Le programme de l’UPR est un programme de « retour à la démocratie ». Mais à ne pas vouloir prendre ses renseignements on en vient à écrire des contrevérités. 

        • Sparker Sparker 11 septembre 2018 12:02
          @Joker
          Sage et intelligente décision.
          Ici c’est l’ile au enfants avec leur monstre gentil...
          Faut juste venir pour s’amuser de leur congratulations respectives.

        • JulietFox 11 septembre 2018 12:05
          @malitourne
          Ah le serpent monétaire, ça aurait de la gueule
          C’est vrai que la France deviendrait compétitive avec un smic, équivalent900 euros.

        • samy Levrai samy Levrai 11 septembre 2018 12:18

          @Sparker
          tu nous fais une nouvelle demonstration de vide absolu ? pourquoi n’y a t il jamais rien de concret dans tes postes ? tu devrais fuir comme ton copain c’est a cela que nous reconnaissons les européistes…, vacuié + fuite


        • samy Levrai samy Levrai 11 septembre 2018 12:23

          @JulietFox
          Bravo, tu as compris à quoi sert l’euro et la competitivité dans la zone euro.


        • malitourne malitourne 11 septembre 2018 12:26

          @JulietFox
          Parce que vous croyez qu’on en a encore pour longtemps avec l’euro ? 


        • Le421 Le421 11 septembre 2018 18:55

          @malitourne

          En revanche l’UPR et son programme ne sont pas de droite

          Ahahahhahhaaaahhahaaaa !!
          AAhhhahahahaha !!
          Hahahahaha !!

          Jamais autant ri depuis un moment...
          Excellente celle-là !!
          Excellente.

        • samy Levrai samy Levrai 11 septembre 2018 21:55

          @Le421
          Tu devrais demander au PRCF ils ont aussi le PNR comme programme ce qu il pense du programme de la FI, tu veux dire que servir la finance comme tout bon europeiste est de gauche ? pourquoi arrive t on a te considerer comme un bouffon si facilement , tu crois que c’est ton avatar ou tes commentaires ?


        • samy Levrai samy Levrai 11 septembre 2018 22:33
          @Joker
          quel est la premiere chose que doit faire l’esclave ? n’est ce pas de se débarrasser de ses chaines ? 
          Les esclaves non volontaires ont du mal à comprendre qu’un pseudo intellectuel puisse lui expliquer la chance qu’il ont et qu’il devraient negocier des chaines plus legere alors que tout le monde sait que le dernier forgeron est mort depuis longtemps…
          La question est de savoir si on enlève les chaines et qu on affranchi les esclaves est ce que sa vie sera meilleur  ? j’essaie de de t’expliquer que souveraineté veut dire liberté, sans ce prealable pas de politique possible pour l’esclave, apres tout est ouvert mais d’abord les chaînes : UE, euro, OTAN.

        • Attilax Attilax 12 septembre 2018 00:57
          On risque pas d’y revenir, à la démocratie, vu qu’on y a jamais été. Vous êtes tous fatigants à appeler « démocratie » une république... alors que ce sont des opposés !
          Asselineau défend la république, en aucun cas la démocratie qui n’existe nulle part en ce monde aujourd’hui. D’ailleurs, UPR ça veut dire Union Populaire RÉPUBLICAINE, pas démocrate. Il est farouchement opposé aux propositions de Chouard, par exemple, et ne conçoit pas que le peuple puisse voter directement ses lois...
          Là dessus, il est comme Mélenchon et tous les autres : un républicain pur jus.

          Vous confondez Rome et Athènes, les gars. Alors appelons un chat un chat et notre pays une République, s’il vous plaît. C’est marqué sur tous les bâtiments officiels, j’invente rien...
          Et pitié, ne me parlez pas de « démocratie représentative », c’est un oxymore issu de la novlangue chère à nos dirigeants. Le mot n’a pas besoin d’adjectif, il se suffit. Parleriez-vous de démocratie « non-représentative » ? Je ne crois pas.

        • samy Levrai samy Levrai 12 septembre 2018 09:09

          @Attilax

          desolé mais tu racontes des betises, la republique est une forme de democratie.
          la democratie est le pouvoir du peuple souverain, cela existe et a existé, la Russie, l’Iran, etc... sont des democraties, chez nous le peuple peut voter mais il n’ pas de pouvoir par des traités qui les ont confisqués. 
          Tu devrais te renseigner sur ce que dit Asselineau plutôt que de rester dans la croyance car tu te trompes.

        • malitourne malitourne 12 septembre 2018 09:18

          @samy Levrai
          On dit que les cordonniers sont les plus mal chaussés, on peut en dire de même des français qui donnent des leçons de démocratie au monde alors que la leur se réduit comme peau de chagrin. 



        • lejules lejules 12 septembre 2018 10:34

          @Le421
          « En revanche l’UPR et son programme ne sont pas de droite........... »


          je ne vois pas en quoi les renationalisations de GDF SNCF EDF sont de droite
          d’inscrire le droit a la sécurité sociale dans la constitution n’est pas spécialement de droite
          les statuts de l’UPR et du CNR (Comité National de la Résistance) sont les mêmes je ne vois pas en quoi c’est spécialement de droite.

        • Attilax Attilax 12 septembre 2018 11:41

          @samy Levrai


          Je ne suis pas dans la « croyance » : il est clairement spécifié dès le début par les théoriciens de la révolution française qu’il est hors de question que la France soit une démocratie, mais qu’elle sera une république, afin que toutes les décisions passent par les représentants. C’est pas moi qui le dis mais l’abbé Seyès, Danton, Condorcet, etc...

          Le Demos Kratos, c’est grec, l’idée c’est que le peuple vote directement ses lois. Les seuls représentants sont tirés au sort pour un an au sein des citoyens et ils n’ont que peu de privilèges et beaucoup de devoirs. Ils ne peuvent être choisi qu’une fois, pour éviter la professionnalisation.

          La République c’est romain, le peuple choisit des représentants (chez les aristocrates) qui prendront toutes les décisions. Les sénateurs ont beaucoup de privilèges et peu de devoirs. C’étaient des pro qui faisaient toute leur vie au sénat.

          Voyez-vous la différence ?

          Dans le premier cas,on vote pour des lois, dans le deuxième pour des hommes.

          La confusion (récente) entre les deux termes me paraît fort dangereuse si on veut comprendre de quoi on parle. Si vous êtes obligé de rajouter « représentative » derrière le mot démocratie pour le faire coller à ce que vous voudriez, c’est qu’il y a un problème avec la définition de base, et qu’une vraie démocratie serait donc « non-représentative », sauf qu’on ne le dit pas, on dit juste démocratie.

          Il n’est pas question ici de faire un procès à l’UPR mais de rendre à Périclès ce qui n’appartient pas à César.

        • samy Levrai samy Levrai 12 septembre 2018 21:00

          @Attilax
          la republique est d une forme democratie ( pas le contraire), la définition de democratie parle de pouvoir du peuple souverain, pas de democratie directe ou de democratie représentative comme voulu par seyes juste le pouvoir conquis ( pas reçu comme dans « archos » ) du peuple souverain. Les termes importants ne sont pas les adjectifs qui sont attachés au mot democratie et qui en faussent le sens.

          Je ne te faisais pas non plus un procés je tenais a t’expliquer.

        • Attilax Attilax 14 septembre 2018 23:03

          @samy Levrai


          Justement non, la république n’est pas « une forme de démocratie » mais un autre système, opposé en ce sens que le pouvoir politique est dans les mains des représentants et pas du peuple. Le peuple ne choisit pas ses représentants, ce sont d’autres représentants qui le font. Nous on ne peut que voter pour celui qu’on déteste le moins. J’appelle pas ça une démocratie.

        • leypanou 11 septembre 2018 09:27
          @auteur :
          l’article est très salutaire car il permet de clarifier les choses. Il y a un certain temps déjà que l’on peut se poser la question si JLM n’est qu’un leurre.

          Quand vous écrivez  : « Fonder un parti, et distribuer des prébendes à ses assistants », l’économiste Hoang-Ngoc Liêm en sait quelque chose car il a décidé de geler la collaboration de son mouvement avec LFI, apparemment la « distribution des postes » en vue des élections européennes n’est pas de son goût.

          Tous les politicards qui parlent de vouloir une Europe sociale ne sont que des leurres : si on est incapable de convaincre une majorité dans son propre pays, il ne faut pas chercher à le faire ailleurs.

          En attendant, Macron et l’oligarchie qui le soutient sont tranquilles  : ce ne sont pas la pseudo-affaire Benalla et le soutien à SOS Méditerranée qui vont arrêter la marche de l’histoire vers les régressions sociales tous azimut.

          • Le421 Le421 11 septembre 2018 18:56

            @leypanou

            Allons, allons !!
            Il y a l’UPR qui arrive au galop !!

            Tatataaaaannnn !!
            Tremble Jupiter !!  smiley


          • Paul Leleu 11 septembre 2018 21:15

            @Le421


            je trouve « léger » de résumer ainsi la situation... il est évident que le poids électoral et culturel de la FI est largement supérieur à celui de l’UPR actuellement... ce n’est pas le sujet... 

            le sujet c’est que tout le programme de la FI et le succès de Mélenchon repose sur la promesse d’établir (enfin) un rapport de force en Europe, vis à vis des institutions centrales et des lobbys, et vis à vis des autres gouvernements de l’union. 

            Les ingrédients de ce rapport de force semblaient déjà très nébuleux (le fameux « plan B »)... mais les déclarations de Mélenchon à Marseille, nous font clairement entendre que même ce nébuleux et hypothétique plan B, « on n’y aura même pas recours »... dès lors, je me demande où est le rapport de force... 

            Sans rapport de force crédible, la FI devient une farce sinistre et cynique... Je trouve que c’est grave. La FI faisait valoir des arguments valables dans le cadre d’un rapport de force crédible. Dans le même temps, Asselineau montre avec pertinance pourquoi même avec un rapport de force, l’UE est quasi-irréformable. Et on ne prend même pas la peine de lui répondre sur le fond !!

            Alors ça finit par faire beaucoup. On peut avoir des doutes sur Asselineu et l’UPR par ailleurs... mais ça n’empêche pas que Mélenchon et la FI sont eux-mêmes de plus en plus décrédibilisés... 

          • Attila Attila 11 septembre 2018 21:56

            @Paul Leleu
            Surtout que Jean-Luc Mélenchon a déjà essayé de créer un rapport de force rien qu’en France en organisant une manifestation contre la loi travail. Il a réuni parait-il 130000 participants, ce qui est honorable mais n’a pas permis d’inverser le rapport de force.
            Il aurait été plus crédible s’il avait réussi à faire annuler la loi travail.

            .


          • Paul Leleu 11 septembre 2018 23:20

            @Attila

            et puis la FI refuse de voir que plusieurs pays d’Europe ont des intérêts objectivement contradictoires avec ceux de la France, tant au niveau économique, culturel et démographique qu’au niveau géostratégique... 

            il y a donc un choc de légitimités démocratiques entre plusieurs peuples, au sein même de l’UE

          • Morologue 11 septembre 2018 10:27

            @Paul Leleu. "Seize ans après 2002, treize ans après 2005, dix ans après 2008, il n’y a pas de contestation de masse organisée en France. C’est le point mort." ... Vous vouliez sûrement dire : la France soumise ^^


            • Paul Leleu 11 septembre 2018 21:07

              @Morologue


              Le FN et la FI ne font pas mieux l’un que l’autre. Et les groupuscules radicaux divers et variés ne font pas mieux (loin de là). 

              Il me semble que c’est un constat que le peuple ne parvient pas à se fédérer, ne serait-ce que pour peser sur les décisions qui le concernent. Au niveau intellectuel et culturel aussi, le peuple ne parvient pas à faire émerger un contre-discours audible, durable et crédible... même sans gouverner, au moins pour peser... même cela on ne l’a pas... 

              L’après-2017 montre même un Mélenchon et une Le Pen particulièrement rectifiés... Les reculades et les palinodies sur un Frexit même hypothétique en sont l’illustration actuelle, il me semble... une sorte de capitulation morale, culturelle et intellectuelle de plus... 

            • Attilax Attilax 12 septembre 2018 01:12

              @Paul Leleu


              Je ressens les choses exactement comme vous. Les masquent tombent. Explosion du PS, disparition des cocos, des verts, naufrage du FN et dans une moindre mesure de la droite, l’arène révèle sa vraie nature : le vide.
              Macron est l’hyper-président du vide. Et comme il l’a dit lui-même, Mélenchon n’est pas son ennemi.

            • Paul Leleu 12 septembre 2018 13:44

              @Attilax


              je vous lis, et je suis assez d’accord avec vos remarques... Chouard (que vous citez) a de bonnes idées et de bonnes remarques (même si ça parait lointain)... Sans compter que c’est un homme extrêmement touchant... mais en revanche, force est de constater que les anarchistes lambda que je connais sont plutôt des jointés individualistes, narcissiques et tyranniques. Des gens outranciers, malpolis et violents, confondant la révolution avec le vol et la liberté avec un rail de coke. On peut passer d’agréables moments avec eux à condition de laisser son cerveau et ses ambitions au vestiaire. 

              Sans caricaturer, l’anarchisme reste pour moi une perspective des plus théoriques, et ses applications concrètes rares et guères convaincantes. 

            • Attilax Attilax 12 septembre 2018 14:20

              @Paul Leleu


              Il existe à peu près autant d’anarchismes que d’anarchistes. École Proudhon, Kropotkine ou Bakounine, des « libertaires » aux « libertariens » en passant par les anarco-syndicalistes ou les anars de droite,des pacifistes aux adeptes de la violence, ils sont tout sauf unis.
              Une seule idée les fédère : pas de maîtres.
              Je les rejoins là-dessus, et une des manières applicables de pratiquer l’anarchisme me paraît être la démocratie directe (et décentralisée).

              Les applications concrètes sont énormes : le logiciel Libre en est un exemple.

              Imaginez la même chose en politique...

            • Paul Leleu 12 septembre 2018 14:48

              @Attilax


              oui.. je connais pas trop le sujet des logiciels libres... l’informatique c’est pas mon kif comme horizon... mais je vois par exemple qu’internet est plutôt une autoroute pour la pensée unique, la surveillance et l’atomisation de la société qu’un véritable outil d’émancipation des masses. Donc je suis sceptique. 

              J’ai l’impression que les barrières et les entraves que font sauter les anarchistes, finissent surtout par ouvrir des boulevards aux capitalistes. Un peu comme un pacifiste bien-intentionné qui désarmerait les défenseurs d’une cité menacée : à la fin ils finissent juste tous massacrés. 

              Sur le concept « pas de maître » je suis aussi sceptique. Parfois ca tourne à « pas de surmoi » et « tout à l’égo »... une tyranie narcissique qui n’a pas grand chose à voir avec la liberté. 

              Mais quand j’écoute un Chouard, je me dis que l’anarchisme me semble une pensée adaptée pour la vie individuelle et morale de certains ermites modernes et talentueux... 

            • Attilax Attilax 12 septembre 2018 22:23

              @Paul Leleu


              C’est vous qui voyez. Si vous voulez absolument des maîtres, ce n’est pas un souci, les prétendants sont légions. Mais je doute que vous y trouviez votre bonheur, ça se saurait.

            • Paul Leleu 13 septembre 2018 12:37

              @Attilax


              c’est sûr que dit comme cela... mais quand vous voyez en pratique le bazar qu’il y a quand « il n’y a plus ni dieu ni maitre »... c’est alors le règne des petits maitres et des petits dieux qui pullulent... 

              l’anarchie demande une véritable discipline et tenue intérieure... je doute que la majorité des gens en soient capables... 

            • Attilax Attilax 14 septembre 2018 22:55

              @Paul Leleu


              Une société décentralisée et bien organisée avec des gens de bonnes volonté suffirait à la blague.
              Vous avez raison, ce n’est pas gagné, mais c’est pourtant la seule société souhaitable...

            • Macondo Macondo 16 septembre 2018 14:59

              @Attilax ... Bonjour. J’ai rêvé un instant que c’était un programme de 2ème tour. Je vote sans hésiter la même chose et m’abstiens donc depuis des lustres ...


            • cettegrenouilleci 11 septembre 2018 10:30
              à Paul Leleu

              Bonjour Paul Leleu

              François Asselineau est certes issu de la droite, comme l’était le Général De Gaulle qui a contribué de façon décisive à l’organisation de la résistance, au rassemblement des forces vives du pays, au sursaut national et aux combats qui ont permis de vaincre l’oppresseur nazi et de reconstruire le pays libéré des exploiteurs à la solde de l’ennemi.

              L’UPR s’est constituée comme pôle du rassemblement populaire majoritaire nécessaire pour changer le cours des choses, pour préserver notre nation de l’anéantissement programmé par nos dirigeants complices et acteurs des ravages du piège diabolique de l’Union Européenne, de l’euro et de l’Otan.

              L’UPR est à l’image du Conseil National de la Résistance de nos ainés et de leur combat pour la libération du pays des hordes nazies, programme incluant un plan de redressement économique et social , d’amélioration de la vie quotidienne de la population , de protection des plus faibles, en se donnant les moyens de réussir, avec la reprise par l’état du contrôle de secteurs clés de l’économie ....

              A ce front uni participaient aussi bien les forces regroupées derrière le Général De Gaulle que le PCF , la résistance armée des communistes, des groupes armés de travailleurs immigrés patriotes à la pointe du combat, et d’autres forces démocratiques, des syndicats ouvriers, des forces représentatives de la plupart des courants l’ éventail politique de l’époque, ceux qui croyaient au ciel et ceux qui n’y croyaient pas, à l’exclusion de tous ceux qui avaient choisi la collaboration avec l’ennemi.

              La raison d’être de l’UPR, ce à quoi elle consacre au mieux de ses possibilités ses forces grandissantes, c’est la constitution et la mise en ordre de marche et en mouvement jusqu’à la victoire d’un grand rassemblement populaire majoritaire autour des mêmes objectifs que ceux de nos ainés de la résistance : libérer le pays des forces qui l’asservissent, l’extraire des pièges dans lesquels il a été enfermé (à l’époque l’abandon national, la collaboration avec le pouvoir hitlérien, la division des français, la haine cultivée à l’égard de victimes expiatoires, la toute-puissance et la trahison de la classe dominante, aujourd’hui, la machine à broyer de l’Union Européenne, de l’euro et de l’Otan, la trahison de la classe politique toute entière au service de forces hostiles à la nation, les épouvantails agités par les médias aux ordres et les victimes expiatoires innocentes stigmatisées et jetées à la vindicte publique pour détourner la colère du peuple vers des lampistes et protéger les criminels traitres à la nation responsables de la casse sociale ,économique, environnementale, culturelle...)

              L’UPR créée il y a onze ans à l’initiative de François Asselineau ne peut aucunement être classée à droite.

              Rompant avec la totalité de la classe politique arc-boutée sur le maintien à tout prix de la France dans le piège infernal de l’UE, de l’euro et de l’Otan, l’UPR s’est constituée comme pôle de rassemblement à vocation majoritaire, pour changer le cours des choses, et donc sortir de l’Union Européenne, de l’euro et de l’Otan qui ne servent que les intérêts de l’oligarchie euro-atlantique.

              Sortir de l’UE, de l’euro et de l’Otan, c’est donner à notre pays les moyens de concevoir et de conduire sans entraves une politique maîtrisée de redressement économique et de progrès social, sans oublier la levée de toutes les entraves aux libertés individuelles, syndicales et autres qui ne cessent d’accabler nos concitoyens pour mieux les soumettre aux appétits destructeurs des forces qui se sont emparées des leviers de commande du pays , y compris de sa politique internationale abjectement salie au service d’intérêts sordides.

              Il n’est pas possible de sortir de sortir de la crise présente, de se détourner du naufrage programmé sans sortir d’abord la France de l’Union Européenne, de l’euro et de l’Otan. Aidés par les efforts de l’UPR , et d’autres, pour les alerter, les informer, les mobiliser, les organiser efficacement, les Français choisiront de plus en plus nombreux de faire les pas décisifs qui dégageront leur horizon.

              Ils vont avoir prochainement l’occasion de manifester que c’est bien dans cette voie qu’ils entendent s’engager de plus en plus nombreux, de plus en plus déterminés, avec l’UPR et François Asselineau en clamant haut et fort leur volonté de rétablir l’indépendance de la France en l’affranchissant du piège mortifère de l’Union Européenne en glissant dans l’urne, lors du prochain scrutin pour l’élection des députés du parlement européen, le seul bulletin dont ils aient la garantie qu’il pèsera dans le bon sens et de façon décisive, malgré le bourrage de crâne des médias , malgré l’agitation et les tours de passe-passe et les miroirs aux alouettes des politiciens de gauche, de droite et d’ailleurs qui tentent de surfer sur le mécontentement populaire pour mieux le juguler en captant leurs suffrages.

              Même s’il sera crucial, ce vote ne va pas changer d’un coup le paysage politique. La bataille est difficile et va le demeurer car les adversaires sont redoutables et ne reculeront devant aucun des moyens laissés à leur disposition pour poursuivre leur politique désastreuse pour le peuple et la nation au seul bénéfice des exploiteurs, de l’oligarchie et des valets qui la servent.

              Raison de plus pour ne pas différer l’engagemnt lors de ces élections en soutenant activement les candidats de l’UPR, et dès maintenant en consultant régulièrement les informations mises à la disposition de nos concitoyens sur le site UPR.fr et sur la chaîne You-Tube de l’UPR.

              • JulietFox 11 septembre 2018 12:08
                « @cettegrenouilleci
                 »L’UPR s’est constituée comme pôle du rassemblement populaire majoritaire"
                hou, hou, je pouffe !
                Combien de % aux élections de ce grand parti populaire majoritaire ?

              • leypanou 11 septembre 2018 14:13

                @cettegrenouilleci

                ce n’est que du blabla de quelqu’un qui a sa carte à l’UPR tout çà.
                Posei Don aurait écrit la même chose.

                L’UPR créée il y a onze ans à l’initiative de François Asselineau ne peut aucunement être classée à droite : avoir invité Marie-france Garaud, ex-conseillère de G Pompidou, lors de sa création, quelle preuve de plus faudrait-il ?


              • cettegrenouilleci 11 septembre 2018 16:49
                @JulietFox

                Je ne parle pas de « grand parti populaire majoritaire », mais d’un grand rassemblement populaire majoritaire.

                Il me semble que ça n’est pas du tout la même chose.

                Un pôle de rassemblement politique qui se donne pour objectif de sortir la France de la crise dans laquelle elle s’enfonce et donc d’oeuvrer au rassemblement indispensable pour imposer la sortie effective urgente de l’Union Européenne, de l’euro et de l’Otan, sorties sans lesquels aucun redressement ne peut être ni envisagé ni acté, a nécessairement l’ambition d’obtenir le soutien d’une très large majorité de la population.

                On ne peut échapper à cette impérieuse nécessité d’expliquer, de convaincre la majorité de nos concitoyens de la pertinence de nos analyses et des solutions que nous proposons, de rassembler toutes les bonnes volontés à commencer par tous ceux qui souffrent de la politique de casse industrielle et sociale, sauf à vouloir mettre en place une nouvelle dictature ou à trahir les objectifs que l’on met en avant, bref à rester ou à repasser dans le camp des ennemis du peuple avec tous les petits avantages dont cela permet d’user et d’abuser.

                Ce n’est pas le chemin de la facilité qu’a choisi l’UPR, à l’opposé de toutes les forces politiques qui ont enfermé la France dans le piège de l’UE, de l’euro et de l’Otan , et à la différence de tous ceux qui fardent outrageusement et avec de moins en moins de crédibilité et d’écho leur chimérique Europe du progrès social, de la paix et de l’efficacité économique pour faire face à la mondialisation de l’économie.

                Le chemin que l’UPR a décidé de prendre avec François Asselineau, c’est celui de la vérité, c’est celui de l’efficacité et donc du rassemblement, c’est celui de la sortie incontournable de l’UE, de l’euro et de l’Otan, c’est celui du rétablissement de notre indépendance nationale et de la conduite sans entraves d’une grande politique de redressement économique et social, c’est le chemin de la libération de notre peuple des griffes de l’oligarchie euro-atlantique.

                Les responsables du PRCF prennent une lourde responsabilité en refusant d’emprunter ce chemin en luttant fraternellement aux côtés de l’UPR et en continuant d’apporter du crédit à la capacité de la France Insoumise et de JLM à abandonner leur chimère européiste disqualifiée et passéiste et à opter pour un plan B dont les principaux intéressés disent aujourd’hui sans ambages qu’il n’a jamais existé.

                Pour ce qui est des sores électoraux, il sera temps d’y revenir le moment venu.

                Certes, le score de François Asselineau n’a pas été à la hauteur de ce que nous espérions, ou que nous escomptions.

                Néanmoins, l’UPR a fait une entrée fracassante sur la scène politique malgré l’ostracisme des médias à son égard et les mensonges déversés en flots continus.

                Que cela plaise ou non à nos détracteurs, et en dépit de notre modeste audience politique du moment, l’UPR est désormais au coeur du paysage politique national et va le rester pour une très longue période.

                Nos détracteurs ricanaient déjà avant l’élection présidentielle en ironisant sur notre incapacité à réunir les cinq cents signatures qui étaient nécessaires pour assurer la validation de la candidature de FA à l’élection présidentielle.

                L’histoire a tranché dans le sens que l’on sait.

                Il est douteux qu’un seul des maires qui a parrainé la candidature de François Asselineau à l’élection présidentielle exprime aujourd’hui le regret de l’avoir fait.

                L’équipe Macron a fait la démonstration du mépris qu’elle porte à leurs aspirations, à leurs fonctions et au sort des communes dont ils s’efforcent d’assurer le fonctionnement au jour le jour malgré le sabotage orchestré par le pouvoir et par les injonctions de la Commission Européenne.

                Depuis, l’UPR a plus que doublé le nombre de ses adhérents. De nombreuses personnalités et militants , venant des horizons les plus divers, continuent de rejoindre notre mouvement en réclamant avec de plus en plus de force et de détermination la sortie de la France, de l’euro et de l’Otan.

                Ouf, vous pouvez pouffer encore et encore !

                Les militants de l’UPR, eux, vous répondront d’un sourire et iront plus largement encore à la rencontre de nos compatriotes pour leur proposer de se saisir des clés nécessaires à la compréhension de la situation de notre pays , pour hâter grâce à leur concours le rétablissement de notre indépendance nationale, et pour défricher avec nous le chemin retrouvé des « jours heureux ».

              • cettegrenouilleci 11 septembre 2018 16:54
                @leypanou

                Votre preuve n’a pas davantage de valeur que le miaulement d’un chat agacé par une mouche pendant sa sieste.

              • cettegrenouilleci 11 septembre 2018 17:06

                @cettegrenouilleci


                §14 correction orthographique, en demandant aux lecteurs de bien bouloir me pardonner cette infraction aux bonnes règles :

                Il est douteux qu’un seul des maires qui ont parrainé la candidature de François Asselineau à l’élection présidentielle exprime aujourd’hui le regret de l’avoir fait.

              • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 11 septembre 2018 17:12
                @cettegrenouilleci

                « Il est douteux qu’un seul des maires qui ont parrainé la candidature de François Asselineau à l’élection présidentielle exprime aujourd’hui le regret de l’avoir fait. »

                Et en particulier, ceux qui y ont été poussés par les états-majors LR, PS et LREM, pour qu’il grappille quelques voix du côté du Front national.

              • malitourne malitourne 11 septembre 2018 17:18

                @Cateaufoncel3
                des preuves ?


              • malitourne malitourne 11 septembre 2018 17:20

                @Cateaufoncel3
                J’imagine que vous avez des preuves.


              • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 11 septembre 2018 17:32

                @malitourne
                 

                Pourquoi des preuves ? C’est tellement évident. 

                Ce type qui, à la différence de Marine Le Pen, ne parle jamais de La France des oubliés ! Faut vraiment être jobard pour ne pas percevoir la magouille.

              • malitourne malitourne 11 septembre 2018 17:36

                @Cateaufoncel3
                Une evidence c’est une preuve en anglais mais pas en français.


              • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 11 septembre 2018 17:50

                @malitourne

                Le cui prodest scelus, is fecit des anciens Romains, vaut aussi pour les coups tordus en politique


              • malitourne malitourne 11 septembre 2018 17:58

                @Cateaufoncel3
                Si vous trouvez des preuves vous savez que vous tenez un super scoop !


              • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 11 septembre 2018 18:11

                @malitourne

                « ...que vous tenez un super scoop ! »


                L’information ferait 10 lignes, en bas de page 6, dans L’Aberration., L’Immonde et le Gorafi.

              • malitourne malitourne 11 septembre 2018 18:35

                @Cateaufoncel3
                Vous oubliez Agoravox


              • samy Levrai samy Levrai 11 septembre 2018 22:08

                @Cateaufoncel3
                L’UPR n’a riena voir avec cette mouise europeiste, tu regardes trop la télé… renseigne toi sur ce qu’est l’UPR , ton parti ne vaut pas mieux que les autres partis du parti unique.
                D’aileurs l’UPR est boycotté par tous les medias de masse, Ce n’est pas ce parti de connards racistes euro atlantistes qui nous craint le plus, c’est toute l’oligarchie, tes highly likely ne valent pas plus que ceux des anglais .

              • samy Levrai samy Levrai 11 septembre 2018 22:36

                @samy Levrai
                je retire « connards » , désolé.


              • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 11 septembre 2018 22:37
                @samy Levrai

                « ...renseigne toi sur ce qu’est l’UPR... »

                Il me suffit de savoir qui est son chef, dont l’ineptie est flagrante, comme je le décrivais tout à l’heure à l^intention d’un de tes camarades de secte :

                "...un dilettante pontifiant, qui croit qu’on peut gagner des élections avec des théories, des conférences de 80 à 240 minutes, et des graphiques.

                "On gagne les élections avec un choix binaire clairement défini, mais ça le gourou de l’UPR ne sait pas faire. Et il ne saura jamais, parce qu’il n’a pas l’instinct politique d’un Mitterrand, d’un Chirac, d’un Sarkozy ou d’un Hollande."


              • samy Levrai samy Levrai 12 septembre 2018 09:16
                @Cateaufoncel3
                C’est quoi une secte ? c’est quoi un gourou ? tu utilises des mots dont ignores le sens ? 
                La politique est la prostitution pour toi ? serais tu un europeiste ? tu fais de la politique pour les avantages des fonctions ? 

              • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 12 septembre 2018 10:49

                @samy Levrai


                Je sais aussi bien que toi ce que sont une secte et son gourou. Et je te ferai remarquer que ce sont deux termes qui reviennent souvent quand il est question de l’UPR et d’Asselineau.

                Si tu tapes « upr », « secte » et « gourou » sur Google, le moteur de recherche renvoie à 50’200 occurrences, ce qui en laisse pas mal, après avoir fait la part des excès coutumiers de l’outil.

                Et je peux aisément t’expliquer d’où viennent ces imputations, tout simplement du style prédicateur du chef et du monopole de la parole audio-visuelle qu’il s’est attribué

              • malitourne malitourne 12 septembre 2018 10:51

                @Cateaufoncel3
                Qu’est-ce que vous attendez pour appeler la police ?


              • lejules lejules 12 septembre 2018 12:50

                @leypanou

                le fait que mon voisin ait tué sa femme a coup de fusil de chasse ne fait pas de moi un assassin mr Asselineau a une grande largesse d’esprit il est capable de discuter avec des communistes purs et durs comme avec quelqu’un d’extrêmement intelligent comme Mme M.F Garaud. je ne suis pas de droite mais je sais apprécier l’intelligence quand elle se présente. je pense qu’il en va de même pour M Asselineau. ce que vous affirmez comme une preuve n’est que le reflet de vos préjugés.

              • cettegrenouilleci 12 septembre 2018 15:22

                @Cateaufoncel3


                François ASSELINEAU

                « un dilettante pontifiant, qui croit qu’on peut gagner les élections avec des théories, des conférences de 80 à 240 minutes, et des graphiques ».

                Aller à la rencontre de nos concitoyens des années durant en parcourant d’un bout à l’autre le territoire national pour les informer des traquenards dans lesquels la France est maintenant enfermée, en expliquant comment cela a été fait, par qui, et ce qu’il faut faire pour en sortir, en s’adressant à leur intelligence, à leur expérience, à leur bon sens, aux valeurs républicaines qui fondent notre nation, c’est incontestablement faire preuve d’un dilettantisme impardonnable et même répugnant.

                Consacrer dix années de sa vie à la conception et à la construction patiente d’une nouvelle organisation politique capable de relever les défis de l’heure et de mettre fin à la gabegie et à la honte nationale que personnifie la classe politique qui prétend gouverner ce pays depuis plus de quatre décennies, élaborer et affûter patiemment les outils nécessaires pour redonner à la France son indépendance, pour sortir notre pays des griffes de l’union européenne, de l’euro, de l’Otan et de l’oligarchie euro-atlantique, c’est assurément faire un usage déplorable de son énergie et de son temps libre !...


                Cracher comme vous le faites avec impertinence et délectation sur des personnages hors du commun tels que François Asselineau et sur les militants de l’UPR, ça, c’est réellement une tâche noble, très noble pour laquelle des milliers d’internautes ne manqueront pas de vous féliciter.

                « L’ineptie flagrante » est bel et bien là. Le problème est que vous la cherchez du mauvais côté du miroir.

              • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 12 septembre 2018 16:24

                @cettegrenouilleci

                « Cracher comme vous le faites avec impertinence et délectation sur des personnages hors du commun tels que François Asselineau… »

                Ni crachats, ni impertinence, ni délectation.

                Je reconnais, au demeurant, qu’Asselineau fait énormément d’efforts, se décarcasse, se défonce et se multiplie. Préparer une conférence de 4h02* doit représenter un travail colossal, une de 3h13’10’’** aussi, mais du point de vue de l’efficacité politique, excusez-moi, c’est à ch... !

                En une demi-seconde en disant « racailles », Sarkozy emballe plus d’électeurs qu’Asselineau n’en aura jamais.

                Parce qu’il ne possède pas cet instinct politique qui conduit :

                - Mitterrand à jouer « La force tranquille » en 1988

                - le même Mitterrand, à se mettre en retrait en 1988, pour se présenter en rassembleur superpartes,

                - Chirac à la jouer matamore sécuritaire face au peu rassurant Jospin en 1995,

                - Sarkozy à brandir le  Kärcher en 2007,

                - Hollande à dénoncer son « ennemie la Finance » en 2012

                Voilà, ce que je pouvais ajouter, ce n’est pas une agression, c’est un constat. Vous le prenez bien, vous le prenez mal, considérez les conséquences et les résultats…

                * https://www.youtube.com/watch?v=2Op3yVHH6dM

                ** https://www.youtube.com/watch?v=dg_tEEpA5Rg


              • samy Levrai samy Levrai 12 septembre 2018 16:53

                @Cateaufoncel3
                Donc pas de définition mais du ressenti de prostitués euro atlantistes... Tu n es pas du tout le style de types qui se fait avoir toi dis donc...

                Quand tu auras la définition tu pourras t apercevoir que ce sont plutôt les partis comme la FI et le FN qui rentrent dans la définition et pas du tout l UPR...


              • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 12 septembre 2018 17:10
                @samy Levrai

                «  Tu n es pas du tout le style de types qui se fait avoir toi dis donc... »

                Ah non pas du tout. Je range les réalités en deux catégories : celles que je constate, et celles dont je doute.

                Comme, par exemple, que le Rassemblement national est au bord du dépôt de bilan. Pour y croire, j’attends le dépôt de bilan.

              • cettegrenouilleci 12 septembre 2018 18:20

                @Cateaufoncel3



                « Il ne possède pas cet instinct politique qui conduit ... Sarkozy à brandir le karcher en 2007, Hollande à dénoncer ’son ennemie la finance’ n 20012... »

                Avec quels résultats positifs pour la politique appliquée par eux à la suite de leur élection ?

                Vous appelez ça de « l’instinct politique ».

                Moi j’appelle ça des postures de matamore, des mensonges éhontés, de la manipulation de l’opinion publique pour dissimuler la personne que l’on est réellement et les mauvais coups que l’on se prépare à asséner à la nation pour jouir des prébendes liées à l’exercice du pouvoir à la condition de servir aveuglément les intérêts de l’oligarchie euro-atlantique et des puissances d’argent qui financent les campagnes des intéressés.

                Ce sont évidemment des pratiques auxquelles François ASSELINEAU ne se livrera pas.

                Ce qui compte, ce n’est pas de se faire élire à n’importe quel prix, en recourant à n’importe quel stratagème, en acceptant des soutiens occultes, en mentant effrontément aux électeurs, sauf si l’on n’a pas d’autre projet qu de s’asseoir dans le fauteuil de son prédécesseur pour jouir des ors, de l’apparat, du prestige des plus hautes fonctions de l’état.

                Ce n’est certes pas ce que les Français attendent des candidats qui sollicitent leurs suffrages.

                Pour changer réellement le cours des choses, il ne suffit pas d’être élu. IL faut bénéficier d’un large soutien de la population . Il faut que les électeurs soient informés précisément du contenu du projet politique des candidats et qu’ils soient prêts à le soutenir dans la durée pour s’assurer de sa mise en place effective.

                Je ne me rappelle pas avoir entendu Monsieur François Hollande appeler les Français à se mobiliser et à le soutenir pour contenir les appétits de « son ennemie la finance » et protéger les emplois, les salaires, les retraites, les libertés de nos concitoyens !...Evidemment, son projet était tout autre. Idem pour Chirac, pour Sarkosy, pour Mitterrand ou pour Macron.

                Le projet de François ASSELINEAU est à l’image de celui du général De Gaulle après la défaite de 1939. Il fallait faire comprendre aux Français les raisons de la défaite, combattre la propagande des usurpateurs du pouvoir, rassembler les forces de la nation pour organiser la contre-offensive et la reconquête de notre indépendance nationale, créer les conditions du rassemblement le plus large et du soutien intangible de la population consciente de participer à la défense des intérêts supérieurs du pays et de contribuer à sa libération des hordes nazies et à l’avènement d’une politique nouvelle.

                François ASSELINEAU et l’UPR s’efforcent de construire un grand rassemblement populaire majoritaire pour sortir de l’Union Européenne, de l’euro et de l’Otan et pour conduire une politique nouvelle en donnant à la France et aux Français les moyens de redresser notre économie, de défendre nos emplois et nos services publics, de restaurer les droits sociaux et les libertés mises à mal par le pouvoir, de combattre les plans machiavéliques de de l’oligarchie euro-atlantique.

                Ce sont pas les tours de passe-passe télévisuels ni les postures de matamore , ni les mensonges, ni les beaux discours qui permettront de réunir les forces tranquilles mais déterminées, conscientes, préparées, aguerries qui vont s’unir dans le Grand Rassemblement Populaire Majoritaire qui va effectivement libérer la nation du carcan de l’Union Européenne, de l’euro et de l’Otan pour conduire librement une politique nouvelle conforme aux intérêts de l’immense majorité des Français.

                Si l’ersatz « d’instinct politique » que vous évoquez fait défaut, assurément, à François ASSELINEAU, il dispose par contre d’outils et de qualités remarquables qui sont absentes depuis longtemps chez les pantins qui se succèdent à la tête de l’état depuis des décennies :

                Une connaissance intime, démontrée de l’ensemble des dossiers à traiter, en particulier des arcanes de tous les traités européens, de leur nocivité et des moyens d’en sortir.

                Une expérience précieuse du fonctionnement des plus hautes sphères de l’état et des arcanes de la diplomatie à travers les missions qu’il a eu à accomplir pour servir le gouvernement en sa qualité de haut-fonctionnaire.

                Une connaissance fine de l’histoire de notre pays, de ses atouts, des problèmes économiques et sociaux auxquels il faut trouver des solutions.

                Un attachement à notre culture, à nos traditions, à la défense et au rayonnement de la langue française piétinée chaque jour davantage par nos dirigeants actuels et par les médias.

                Une honnêteté et un dévouement aux intérêts supérieurs de notre pays incontestables.

                Une rigueur intellectuelle peu commune.

                Une détermination à toute épreuve.

                Une ténacité et une capacité d’initiative extrêmement précieuse. Il a notamment su triompher de l’adversité en créant à partir de rien, sans l’appui des banques contrairement à Macron, une organisation politique nouvelle pour rassembler majoritairement les Français pour extirper la France du piège de l’Union Européenne, de l’euro et de l’Otan, ré-ouvrir les chemins du progrès économique et social et mettre fin à l’engagement de la France dans des guerres illégales.

                Aujourd’hui, l’UPR créée à l’initiative de François ASSELINEAU il y a onze ans est forte de 31 877 adhérents à jour de cotisation ; elle continue d’accueillir des forces nouvelles et développe des outils de communications adaptés pour mener au mieux la bataille politique qui est nécessaire et pour fournir à nos concitoyens les informations utiles que l’ensemble des médias et les tenants du pouvoir s’appliquent à leur dissimuler.

                Alors, l’instinct politique de Sarkozy, de Macron et de Hollande, leurs petites phrases, leurs petites combines, leurs mensonges éhontés pour tromper les Français, leurs images vernissées, ça pèse quoi à côté de l’honnêteté, de l’expérience , de la détermination, de la capacité d’analyse et d’expllcation , de l’intelligence politique, de la sagesse, de l’autorité morale de François ASSELINEAU ?

              • samy Levrai samy Levrai 12 septembre 2018 19:36

                @Cateaufoncel3
                Toujours pas de définitions ? est ce que je devrais en être surpris ?

                Au fait c’est quoi la difference entre le FN/RN et n’importe quel autre parti euro atlantiste ( FI, Modem, PS, LR, LEM, DLR, NPA, etc...) ?
                Je te promets que les faits valent mieux que les ressentis, utiliser ses fesses pour reflechir conduit souvent à des quiproquo .

              • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 12 septembre 2018 20:24

                @samy Levrai

                « Toujours pas de définitions ? est ce que je devrais en être surpris ? »


                T’en es encore à secte et gourou ? Une secte et gourou, c’est un rassemblement de personnes autour d’un chef, qui donnent l’impression d’être une secte et son gourou. Toi qui est si sensible au ressenti, ça devrait te dire quelque chose. 

                Tu peux insister, pour moi le sujet est clos, les gamineries, ça va bien un moment.

                « Au fait c’est quoi la difference entre le FN/RN et n’importe quel autre parti euro atlantiste... » 

                La différence est fondamentale. Le FN/RN est le mouvement vers lequel vont les Français qui veulent affirmer leur prééminence sur le territoire qu’ils ont reçu en héritage de leurs ancêtres en scandant « On est chez nous ! », et qui renaudent parce qu’ils ne s’y sentent plus chez eux comme avant, au milieu de ces tchadors, de ces hijabs, de ces niqabs, de ces djellabas et de ses boubous.

                Le FN/RN est donc aussi le parti qui a permis de les dénombrer, et de constater qu’ils sont des millions, qui n’ont rien à attendre d’un souverainiste à la c..., comme l’anti-identitaire Asselineau

              • samy Levrai samy Levrai 12 septembre 2018 20:47

                @Cateaufoncel3
                et toujours pas de definitions... est ce que tu crois que c’est parce que tu te sens merdeux ? je veux bien clore le debat mais tu l’avais ouvert et on voit bien qu’à priori pas grand chose de solide à attendre de toi...

                Tu crois que les français vont le FN ? j’ai plutot cru que tout le monde se faisait la malle... que l’UPR a plus d’adhérents...
                Donc au FN il y a des cons qui disent on est chez nous mais qui ne savent pas que c’est l’UE qui organise la politique migratoire et le Fn veut rester dans l’UE... tu crois que c’est parceque les cadres ne savent pas ou qu’ils prennent les types comme toi pour de sacrés cons qui gobent tout ?
                Ton cerveau reptilien est trop sollicité, tu dois avoir une excroissance.

              • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 12 septembre 2018 21:23

                @samy Levrai

                « …est ce que tu crois que c’est parce que tu te sens merdeux ? »

                 C’est sûrement ça.

                « …on voit bien qu’à priori pas grand chose de solide à attendre de toi... »

                Ca doit être comme disait mon père à propos du football : « Le beau jeu appelle le beau jeu  »

                 « Tu crois que les français vont le FN ? j’ai plutot cru que tout le monde se faisait la malle... »

                Aux derniers sondages sur la cote des personnalités politiques dont j’ai eu connaissance, Marine Le Pen était à :

                - 24 % en juin (Odoxa)

                - 24 % en juillet (Ipsos)

                - 21 % en août (BVA)

                - 22 % en août (Elabe)

                « Ton cerveau reptilien est trop sollicité, tu dois avoir une excroissance. »

                Non, c’est un lipome, ça se voit que t’es pas toubib


              • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 12 septembre 2018 22:29

                @cettegrenouilleci

                @cettegrenouilleci

                Vous n’auriez jamais dû faire aussi long : presque tout ce que vous avez écrit, je pourrais le signer. J’espère que vous aurez un autre usage de votre argumentaire, compte tenu du temps que vous lui avez consacré.

                Ma réponse, en revanche, sera très courte. Elle se rattache à la question que vous posez dans votre dernier paragraphe :

                « ...l’instinct politique de Sarkozy, de Macron et de Hollande, leurs petites phrases, leurs petites combines, leurs mensonges éhontés pour tromper les Français, leurs images vernissées, ça pèse quoi à côté de l’honnêteté, de l’expérience , de la détermination, de la capacité d’analyse et d’expllcation , de l’intelligence politique, de la sagesse, de l’autorité morale de François ASSELINEAU ? »

                Ca pèse entre 51.76 % (Mitterrand, 1981) et 54.02 % (Mitterrand, 1988),

                ...si l’on fait abstraction des 82 % de Chirac contre Le Pen, et des 66 % de Macron, lancé comme une nouvelle de savonette.

                C’est brutal, mais c’est la triste réalité des présidentielles françaises

                « …l’UPR créée à l’initiative de François ASSELINEAU il y a onze ans est forte de 31 877 adhérents à jour de cotisation ; elle continue d’accueillir des forces nouvelles… »

                Et il fait 332 000 voix lors de la présidentielle.

                Supposons maintenant qu’il décuple le nombre de ses adhérents d’ici 2021 – ce qui me paraît plus invraisemblable, qu’une implosion de l’U.E. dans l’intervalle - ça le met à 320 000 inscrits et, multiplions le nombre de ses adhérents par 10, comme en 2017, pour avoir son résultat en voix, on en est à 3 200 000 voix, en 5e position entre Mélenchon et Hamon, pour avoir un ordre de grandeur.

                Si vous y croyez, continuez de vous battre, mais dans l’optique de 2027, je vous souhaite bien du courage, vous en aurez besoin.


              • cettegrenouilleci 13 septembre 2018 09:11

                @lejules


                Bonjour Lejules

                « Le fait que mon voisin ait tué sa femme ne fait pas de moi un assassin » .../...

                Une très pertinente réponse au pseudo-argument de ce contradicteur de l’UPR.



              • cettegrenouilleci 14 septembre 2018 20:22

                @Cateaufoncel3



                Bonsoir Cateaufoncel3

                Merci pour ce commentaire .

                Les interpellations polémiques des internautes sont pour moi comme pour d’autres l’occasion de préciser ma façon de voir les choses, d’aller un peu plus avant dans la réflexion, d’affûter mes arguments, de me préparer à d’autres débats, de donner une forme à des articles en gestation.

                Je suis souvent un peu trop prolixe, mais c’est avec le souci d’éviter les malentendus et de permettre à mes interlocuteurs et aux lecteurs de cerner la logique qui sous-tend mon raisonnement et de fournir de modestes lumières sur la bataille politique à laquelle je participe.

                Vos observations chiffrées sont pertinentes.

                Néanmoins, nous vivons des temps et des évènements inédits. Des organisations et des personnages politiques qui paraissaient solides comme le roc passent à la trappe et sont balayés par les évènements et par les choix des électeurs mécontents et désorientés en recherche de solutions aux défis quotidiens et difficiles auxquels ils sont confrontés (emploi, pouvoir d’achat, services publics en panne ou en déliquescence, handicaps à gérer ....).

                Une politique inepte a été imposée à ce pays pendant des décennies. Les acteurs de cette politique néfaste s’accrochent aux prébendes du pouvoir qu’ils exercent en trompant outrageusement les Français pour préserver leurs « petits » avantages. Le peuple n’est pas dupe et se détourne des urnes faute de solutions et de candidats crédibles.

                Des voix et des groupes de citoyens se lèvent en grands nombres
                invitant nos concitoyens à reprendre en mains le cours de leur destin.

                Un grand vent se lève qui va balayer et redessiner le paysage politique de ce pays.

                Les choses peuvent aller très vite parce que la crise est grave, parce que les solutions à mettre en application sont urgentes, parce que la clique qui exerce le pouvoir est à la fois sourde aux demandes du peuple, inattentive aux dégâts causés par ses décisions à l’économie du pays , au sort des populations -en particulier au sort des plus humbles- , et parce que cette clique de profiteurs est tout à fait incompétente, toute imbue qu’elle est de sa magnificience , toute occupée qu’elle est à se vautrer dans le luxe et à s’adonner à toutes sortes de turpitudes de plus en plus outrancières..

                La crise s’aggrave et la colère populaire gronde.

                Il est significatif et rassurant que les forces saines , déterminées qui se lèvent à travers le pays prennent de l’ampleur, développent leur action, percent le mur du silence des médias sur leur existence et leur action, contournent les flots de mensonges déversés sur elles et sur les Français , fassent émerger de nobles figures tel François Asselineau, capables de relever les défis de l’heure et de guider le peuple et le pays sur la voie de la libération et du redressement.

                Il est légitime et normal que les forces qui se lèvent soient confiantes en leur capacité à triompher de l’adversité, en leur capacité à rassembler le peuple pour organiser la défense de ses intérêts.

                Evidemment, rien n’est joué d’avance . Les combats en cours et les combats à venir sont difficiles et périlleux.

                Mais les tempêtes qui se lèvent peuvent faire évoluer les choses très rapidement.



              • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 15 septembre 2018 14:31

                @cettegrenouilleci

                "Néanmoins, nous vivons des temps et des évènements inédits. Des organisations et des personnages politiques qui paraissaient solides comme le roc passent à la trappe et sont balayés par les évènements et par les choix des électeurs mécontents et désorientés en recherche de solutions… »

                Il est certain que nous vivons une époque de grande incertitude, un « changement de cycle », comme dit Alain de Benoist, sans que nous ayons la moindre idée de ce que sera le prochain cycle. Comment savoir, par exemple, s’il sera placé sous le signe de lutte des classes ou sous celui de la lutte des races ?

                Que le monde va changer, c’est hors de doute, mais pour ma part, je ne suis ni rassuré ni inquiet. Je suis attentif aux mouvements de la planète, sans m’illusionner sur notre capacité à savoir exactement ce qu’il se passe, je n’ai pas trop d’opinions. 

                J’agis dans le sens qui me paraît pertinent et bénéfique pour mes compatriotes, sans perdre de vue que le suis peut-être dans le camp des futurs vaincus, ce qui n’entame en rien ma combativité. Quand j’entends des électeurs et des militants trop sûrs d’eux, je pense au citoyen allemand qui a voté national-socialisme lors des législatives de 1928 :

                - à Noël 1940, il jubilait ; à Noël 1941, il était satisfait et confiant ; à Noël 1942, il s’efforçait de rester confiant ; à Noël 1943, il luttait contre ses premiers doutes ; à Noël 1944, il était requinqué par la contre-offensive des Ardennes ; à Noël 1945, il pleurait au milieu des ruines.

                Et cela m’amène à constater qu’avant de savoir si un événement était bénéfique ou maléfique, il faut en attendre les ultimes conséquences. C’est pour cela, par exemple, que ceux qui affirment – il y en a
                - que le Brexit montre qu’on peut sortir de l’U.E. sans pertes ni fracas, sont soit des illusionnés, soit des bonimenteurs.


              • malitourne malitourne 15 septembre 2018 14:47

                @Cateaufoncel3
                En quoi le seraient-ils plus que ceux qui veulent y rester puisque l’avenir de l’UE en France c’est le présent de la Grèce...

                Et surtout en quoi le seraient-ils plus que ceux qui prétendre changer l’UE alors qu’elle est destinée à exploser ?
                La seule alternative politique positive est la sortie légale de l’UE avant qu’elle ne pète.
                FREXIT

              • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 15 septembre 2018 15:54

                @malitourne

                « En quoi le seraient-ils plus que ceux qui veulent y rester.. »

                En cela qu’on ne sait même pas si le Brexit aura effectivement lieu. Je douterai tant qu’il ne sera pas effectif. J’ai pour principe de douter de tout*, en particulier de ce qui me réjouirait. Et son abandon ne serait pas plus stupéfiant que le Pacte germano-soviétique ou la victoire de Trump.

                « ...l’UE alors qu’elle est destinée à explose ? »"

                Peut-être... Probablement... Je n’ai déjà pratiquement pas de certitudes sur le présent, alors sur l’avenir, vous pensez...

                "La seule alternative politique positive est la sortie légale de l’UE avant qu’elle ne pète."

                A condition qu’une majorité d’électeurs ait surmonté la menace d’une dévaluation de 30 % de leur patrimoine - qui sera brandie par la même unanimité que celle qui a propulsé Macron à l’Elysée…

                Et aussi à condition qu’elle n’ait pas péter avant la fin de la négociation. Si je n’ai pas de certitude, ce n’est pas dans un seul sens.

                * Comme déjà dit


              • cettegrenouilleci 15 septembre 2018 16:17

                @Cateaufoncel3


                Bonjour Cateaufoncel3

                Je conviens tout à fait que le Brexit ne sera pas une partie de plaisir et que les obstacles à franchir seront nombreux , complexes et parsemés de chausse-trappes vicieuses plantées par l’oligarchie euro-atlantique et la clique de politiciens traitres à leur patrie qui s’est mise au service de ces gangsters.


                Ces gens là ne renoncent jamais à leurs privilèges et ne reculent devant rien pour contraindre les peuples à se soumettre aux lois d’airain de leurs machines à spolier les peuples, de leur course effrénée vers toujours plus de profit pour eux au prix de toujours plus de souffrances, de misère, de renoncements pour les salariés et de dégâts pour l’économie du pays au nom du respect de leur dogme impitoyable de « la concurrence libre et non faussée ».


                En appelant les Français à sortir de l’Union Européenne par la mise en action de l’article 50 du TFUE qui déclenchera immédiatement l’engagement des négociations nécessaires avec les autres états membres de l’UE, l’UPR propose à nos concitoyens de s’engager dans la voie la plus réaliste, la plus accessible, la plus susceptible d’éviter au maximum à notre économie et à notre peuple les soubresauts inévitables que la politique nouvelle ne manquera pas de provoquer, à la différence des rêveurs et des aventuriers de la France Insoumise qui tablent soit sur une renégociation impossible des traités [ diverses clauses de ces traités font qu’il est impossible de les modifier après leur ratification]  , soit sur un écroulement de tout l’édifice de l’UE en engageant la France dans un bras de fer avec les autres membres de l’UE par un refus d’appliquer les traités que la France a signés parce qu’ils ne sont plus conformes aux ambitions du nouveau pouvoir politique qu’ils espèrent mettre en place, et en s’appliquant à bloquer les rouages de l’Union Européenne quitte à provoquer le chaos dans tout l’édifice européen mais aussi dans l’économie de chacun des pays membres.

                Les dirigeants de l’UPR sont des gens réalistes, responsables et déterminés.
                Ce ne sont pas des rêveurs, ce ne sont pas des aventuriers.


                L’organisation qu’ils ont forgée, à l’initiative de François Asselineau, s’est constituée en pôle de rassemblement pour permettre à l’immense majorité de nos concitoyens de peser ensemble dans le bon sens pour sortir la France de l’UE, de l’euro et de l’Otan, et pour faire respecter cette décision sans tarder dès lors que le peuple français en aura exprimé officiellement sa volonté à travers le suffrage universel.


                La force de ce rassemblement populaire majoritaire constituera la garantie la plus sûre de la bonne application de son projet politique, de la sortie rapide de l’Union Européenne de l’euro et de l’Otan et de la mise en place d’une politique de redressement économique et social à l’image de celle initiée et mise en application par nos anciens du Conseil National de la Résistance après la libération du pays en 1945.

                L’UPR propose aujourd’hui à nos concitoyens à rejoindre la Résistance aus oukases et aux dégâts de l’Union Européenne, de l’euro et de l’Otan et à peser de toutes leurs forces dès aujourd’hui et encore plus demain pour extirper la nation de ces pièges mortifères, engager une politique nouvelle, faire respecter les intérêts et la volonté de la nation rassemblée.

                Merci en tout cas à vous, pour cet échange de vues tout à fait intéressant.

              • malitourne malitourne 15 septembre 2018 16:46

                @Cateaufoncel3
                Quelques raisons pour ne pas trop douter du Brexit :


              • cettegrenouilleci 15 septembre 2018 17:05

                @cettegrenouilleci


                petite correction syntaxique, avant-dernier § :

                L’UPR invite aujourd’hui les Français à rejoindre la résistance aux oukases de l’UE...

              • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 15 septembre 2018 18:18
                @malitourne

                « Quelques raisons pour ne pas trop douter du Brexit... »

                Il y en a qui se battent pour faire revoter, les parlementaires et les Lords sont peu sûrs, et les sondages - il y en pratiquement chaque semaine - sont « volatiles ».

              • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 15 septembre 2018 18:39
                @cettegrenouilleci

                Vous maîtrisez bien votre sujet, mais je ne vois pas pourquoi il ne serait pas possible de "provoquer le chaos dans tout l’édifice européen mais aussi dans l’économie de chacun des pays membres." sans passer par la mise en action de l’article 50.

                De toute manière, tout ça paraît bien lointain quand on constate que l’UDR stagne à 1 % dans les intentions de vote pour les européennes, et le boycott des médias devient difficile à invoquer quand on voit que Philippot, selon politiquemedia.com, qui a passé 135 fois à la télé en 2017 et 40 fois cette année, est à 2 %.

              • JMBerniolles 11 septembre 2018 11:12

                Mais Melenchon est juste un leurre du système. Qui réussit seulement à tromper des gens déboussolés, complètement privés de réflexions et d’analyses réalistes, ne parlons même pas de ligne marxiste, de la part de ceux qui se réclament de la Gauche.

                L’ex FN étant du même acabit, il faut constater que le système a complètement verrouillé le système politique pour établir ce que l’on peut qualifier de dictature républicaine.

                En poussant la réflexion plus loin on peut en déduire que les choses ne peuvent changer qu’avec un évènement brutal du type crash du système financier... On peut malheureusement aussi postuler une fuite en avant du système vers des guerres.


                • Sparker Sparker 11 septembre 2018 12:05

                  @JMBerniolles


                  « Qui réussit seulement à tromper des gens déboussolés, complètement privés de réflexions et d’analyses réalistes, »

                  Vous parlez de moi là ? Ha merde....

                • JMBerniolles 11 septembre 2018 15:40

                  @Sparker


                  Ce n’était pas une insulte et je n’aime pas mettre les gens dans de boites.

                  Donc pour vous et votre mouvement il est nécessaire que vous alliez au-delà de cette réaction, qui écarte le fond du problème.

                  Voici quelques vérités sur votre mouvement :

                  * lors de l’élection présidentielle et plus encore maintenant, la Phi a démontré un manque de crédibilité au niveau de son leader et de son programme. 

                  * l’axe central de celui-ci, l’éco-socialisme, est une notion fumeuse qui place l’écologie politique au centre d’une action gouvernementale et lui attribue des vertus non établies sur la relance de l’économie et de l’emploi. Dans la pratique l’écologie de la Phi se réduit à l’anti nucléaire avec l’idée fausse que l’on peut s’en passer pour produire de l’électricité dans notre contexte national. C’est tout a fait compatible avec notre système néo libéral actuel où le ministère de l’écologie a effectivement une place centrale (il met notamment l’industrie sous tutelle ce qui est une absurdité majuscule, qui n’est possible qu’avec l’intention de liquider cette dernière. Ce qui est en train de se produire)

                  * La Phi n’est pas un mouvement démocratique, Mélenchon et sa clique se sont d’entrée de jeu positionnés au sommet, et il est volontairement déstructuré ce qui permet précisément une voie de gouvernance autoritaire.

                  * La position de la Phi sur la construction néo libérale que l’on dénomme à tort Europe, est typiquement sociale démocrate. Celle-ci n’a cessé de proclamer qu’elle voulait une Europe sociale qu’elle n’a même pas essayée de développer lorsqu’elle s’est trouvée au pouvoir dans beaucoup de pays de l’Europe des traités. 

                  * la réflexion dans le domaine de l’économie et de l’énergie au sein de la Phi est canalisée. En économie notamment le rôle du Dollar et de l’Euro dans les mécanismes d’exploitation des peuples et de états est passé sous silence, entre autres. Dans le domaine de l’énergie on se situe dans un schéma néo libéral classique avec le rôle d’agent commercial pour les EnR éolien et PV et le dénigrement du nucléaire sur la base du discours que le système dominant impose, y compris à travers des ONG contrôlée par des intérêts privés comme Greenpeace.

                  Vous continuerez certainement, avec vos camarades, à contester cela sans argumenter profondément et cela conduira à l’approfondissement du problème de crédibilité. 

                • alinea alinea 11 septembre 2018 16:54

                  @Sparker
                  Non Sparker, de moi !!


                • JMBerniolles 11 septembre 2018 18:39

                  @alinea



                  Je connais beaucoup de gens engagés dans la Phi, ils sont sincères, ils veulent réellement changer dans un sens plus social, plus démocratique, ok… C’est très bien mais évidemment cela ne suffit pas. Ils fonctionnent avec une idéologie dépassée, des schémas de pensée imposés par le système même à travers les médias, les groupes d’ « experts autorisés », les philosophes engagés pour la défense du système à travers la manipulation d’idées ….

                  Un exemple puisque vous avez vous même utilisé ce sophisme. Quelqu’un qui défend une solution nationale (mais n’est-ce pas l’objet du programme de la Phi) devient automatiquement dans la panoplie d’idées reçues dite de « gauche » un affreux nationaliste, donc une personne d’extrême droite. Au niveau politique c’est le raccourci qui est utilisé contre François Asselineau (avec son passé dans l’orbite Pasqua..). Or l’UPR, et c’est un point avec lequel je suis d’accord, pour être clair, propose un nouveau CNR. C’est à dire une démarche beaucoup plus intelligente que la Phi avec son programme qui se soucie peu de cohérence, parce qu’elle part du principe qu’il y a à reconstruire et pas qu’un peu.

                  L’internationalisme était au départ dans l’esprit de Lénine, pour lequel j’ai beaucoup d’admiration et sans lequel il n’y aurait sans doute pas eu de révolution d’octobre, l’internationalisme prolétarien
                  Dans le cadre des pays industrialisés d’Europe où les conditions d’exploitation étaient assez semblables. L’organisation à laquelle cette idée a donné naissance, à une époque où le rassemblement des travailleurs européens n’étaient pas irréalistes, l’internationale prolétarienne a rapidement échappé à ses objectifs, elle a fini par couvrir des crimes… Donc à une époque où les conditions étaient plus favorables, cette idée, belle en théorie, s’est avérée improductive.

                  Le néo libéralisme est internationaliste à sa manière. Il donne le travail aux camarades chinois, asiatiques.. Il est d’accord pour uniformiser le statut des travailleurs de la manière la plus facile, c’est à dire l’écrasement vers le bas… il abat les frontières. On ne peut pas changer les choses si on ne prend pas en compte la réalité et non des idéologies largement influencées par les idées dominantes. Les conditions ne sont absolument pas remplies pour que l’on puisse envisager une révolution mondiale. D’ailleurs dans le cadre de l’internationalisme prolétarien il s’agissait de propager les révolutions et non d’avoir un soulèvement global.

                  La Syrie est un pays qui se bat pour son intégrité. On voit les moyens que déploie l’internationale capitaliste, anglo-sioniste pour la qualifier plus précisément dans une qualification de plus en plus acceptée malgré les efforts de nos médias, pour mettre au pas ce pays (avant de passer à l’Iran puis à la Russie, le sang répandu sur la route de la soie pourrait-on dire). La bataille de défense est menée par une armée syrienne multi confessionnelle. C’est une défense de la liberté de pensée, d’exister, déployée principalement au niveau national. Rien à voir avec une action nationaliste.

                  Si la France choisissait aujourd’hui de quitter le néo libéralisme, nul doute qu’elle se trouverait sous les feux d’une guerre économique et guerrière.


                • alinea alinea 11 septembre 2018 21:35

                  @JMBerniolles

                  Oui, sauf qu’elle n’a pas de pétrole ! et puis c’est dans l’air du temps le souverainisme, des frontières suffisent, le protectionnisme solidaire, comme il est si bien dit, va dans le sens de la politique mondiale en ce moment.
                  Comme le capitalisme tombera tout seul, - je ne serai plus là certes mais c’est incontournable, il est bon de réfléchir autrement pour être prêt.
                  je n’ai rien contre le CNR, mais c’était il y a longtemps, un temps où tout était encore différent.*de toutes façons l’UPR est juste une formation qui veut rassembler ( en tapant sur tout le monde) et puis se déliter une fois l’article 50 mis en branle.

                • JMBerniolles 11 septembre 2018 22:25

                  @alinea

                  En ce qui concerne la Syrie ce n’est pas le pétrole qui est la cause de l’agression étrangère, mais plutôt sa position stratégique sur les tracés de gazoducs, comme glacis vis à vis de l’Iran, comme vrai soutien à la cause palestinienne... Comme pays laïc arabe également..

                  La France a aussi une position stratégique en Europe. D’ailleurs il me semble que c’est un argument de Melenchon le poids de la France dans la communauté européenne.

                  Je ne suis ni adhérent, ni sympathisant de l’UPR, mais il me semble qu’il y a des gens prêts à changer profondément la donne en Europe, à sortir du néo libéralisme dans ce mouvement. Donc plutôt que se battre il faudrait faire une partie du chemin ensemble.


                • capobianco 12 septembre 2018 07:58

                  @alinea
                  Ou peut-être de moi, je les ennuie pas mal en ce moment


                • JMBerniolles 12 septembre 2018 10:01

                  @capobianco



                  J’imagine que ce « les » méprisant fait référence aux gens de l’UPR sur ce site.

                  Je ne fais pas partie de ceux-là mais force est de constater qu’ils avancent des arguments et posent des questions sensibles. C’est sans doute ce qui vous ennuie parce que j’ai du mal à voir ici des réponses à quelques questions essentielles de la part de militants de la Phi.

                  Les européennes arrivent et ce devrait être l’occasion de répondre justement à des questions sur l’union européenne, qui n’est que le néo libéralisme institutionnalisé

                  Au lieu de cela on constate que la Phi est en train de récupérer des cadres usagés et défraichis de l’ancien PS pour en faire des candidats éligibles au parlement européen. Sans consultation véritable des membres de la Phi

                  Comment voulez vous que l’on puisse croire un seul instant que votre mouvement va révolutionner l’union européenne ?

                • capobianco 12 septembre 2018 16:00

                  @JMBerniolles
                  «  force est de constater qu’ils avancent des arguments et posent des questions sensibles.  »


                  Sans doute pas la même façon de lire la prose uniquement anti JLM de ces gens là.
                  Chaque semaine ces « gens là » diffusent des « articles » pour le salir (discréditer, vous ne les lisez visiblement pas) dans quel but ? Leurs questions essentielles la « rencontre » entre JLM et macron, vous avez dit essentielle ?
                   «  C’est au sein de l’UPR qu’il sera maintenant possible de construire une force capable de s’opposer à JL Mélenchon » ce propos de dugenet vous parait-il essentiel et mérite -t-il une discussion ?
                  «  Les européennes arrivent et ce devrait être l’occasion de répondre justement à des questions sur l’union européenne, qui n’est que le néo libéralisme institutionnalisé.  »
                  Ne soyez pas impatient les réponses existent si vous vouliez les trouver, mais c’est devant les français que les choses seront dites, quel intérêt un débat avec ces « gens là », vous pensez qu’ils seraient à même de répondre autre chose que ce qu’ils nous assènent à longueur de propos répétitifs dont le maitre mot est « on ne peut pas » et la stratégie « pourrir JLM et la FI. 
                   »  la Phi est en train de récupérer des cadres usagés et défraichis de l’ancien PS pour en faire des candidats éligibles au parlement européen. Sans consultation véritable des membres de la Phi. "
                  Vous êtes mûre pour l’upr avec cette manière de présenter les choses. Si certains ps quittent le navire et viennent rejoindre la FI doit-on les repousser ? Quand tartak dit qu’il faut convaincre les 7 millions de FI, vous ne dites pas qu’il veut les débaucher, pourtant vous pourriez là...

                • JMBerniolles 12 septembre 2018 16:19

                  @capobianco

                  Écoutez je ne vais pas cautionner tout ce que raconte l’UPR... Je ne suis pas vraiment ce mouvement, pas plus que l’information officielle. La rencontre Melenchon Macron ne me dit rien du tout.

                  Mais ne faites pas semblant d’ignorer que la question essentielle pour une vraie maîtrise de notre avenir est la sortie du carcan néo libéral européen et de l’euro qui tue notre économie et nous exploite.

                  Par ailleurs je ne pense pas que vous soyez assez naïf pour croire qu’acceuillir un individu compromis, comme son côté politique d’ailleurs, comme Julien Dray et lui offrir une candidature aux européennes n’a pas une triste signification. Marie Noël Lieneman paraît moins compromise mais elle a pendant des années cautionné la politique ultra libérale du PS. Et on ne peut pas dire que ce soit des lumières.


                • Paul Leleu 13 septembre 2018 12:45

                  @JMBerniolles

                  je crois que Mélenchon est en train de revenir à son bercail... il se décrédibilise tout à fait avec ces copains du PS... ça servait à rien. 

                • JMBerniolles 13 septembre 2018 16:18

                  @Paul Leleu



                  Oui. Je reste un peu époustouflé de voir à quel point un personnage classique de notre sociale démocratie, formation dans une officine trotskyste, coup de poignard dans le dos de son mentor socialiste, adhésion totale à la ligne Mitterrand, c’est à dire l’introduction du néo libéralisme en France, notamment avec Masstricht dont il est évident que cela été une des cause de notre déclin économique, adhésion à la franc-maçonnerie, et qui raconte souvent tout et son contraire… peut être soutenu par les membres de la Phi. 

                  Alors que son personnage est assez facilement décrypté par des gens extérieur à ce mouvement. 

                • Surya Surya 11 septembre 2018 12:08

                  Si Mélenchon a compris l’importance de réformer l’Union Européenne mais sans la briser en mille morceaux, alors ça prouve bien que c’est quelqu’un d’intelligent.


                  • malitourne malitourne 11 septembre 2018 12:18

                    @Surya
                    Si il pense vraiment que l’UE est réformable alors à défaut de le trouver intelligent, je dirais plutôt qu’il est eurobéat. A ce stade c’est même de la Delorite aigüe.


                  • alinea alinea 11 septembre 2018 16:58

                    @malitourne

                    Je pense que vous confondez toujours l’Union Européenne telle qu’elle a été conçue et réalisée, et une Union entre peuples telle qu’on pourrait la rêver.
                    C’est l’appellation qui vous trompe. Quand on pense qu’une union est positive mais que telle qu’est celle-ci ça ne va pas, on songe plutôt à changer ce qui ne va pas ou bien à n’en pas tenir compte, plutôt qu’en sortir ; on sait très bien que tout est mouvant, rien n’est éternel.

                  • malitourne malitourne 11 septembre 2018 17:08

                    @alinea
                    Vous voulez bien qu’on rêve ensemble plutôt que de s’écharper ? 

                    L’UE actuelle est et restera comme elle est : elle n’est pas réformable. On ne peut que s’en extraire ou la subir. 
                    Une union de nations européennes ou extraeuropéennes qui coopèrent entre elles sur des projets de développement j’en rêve.
                    Alors je vous propose un marché : si vous m’aidez à militer pour le Frexit, une fois celui-ci obtenu, je vous promets que je militerai avec vous pour une communauté de nations où la paix, l’amour, le partage seront le mot d’ordre et ceci jusqu’à la fin de mes jours.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Paul Leleu


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès