• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Faut-il vraiment défendre la « République » contre les « islamistes » (...)

Faut-il vraiment défendre la « République » contre les « islamistes » ?

 

Après l'horrible assassinat de Samuel Paty, le chef de l'État et le gouvernement ont annoncé une série de mesures pour protéger la République contre le danger islamiste. Mais qui sont les « islamistes » ? Et en quoi consiste cette « république » qu'il s'agit de défendre ?

Invocations rituelles

Le mot « République » a été beaucoup prononcé ces derniers jours, et notamment par le gouvernement. Comme l'indique cet article de l'Express  :

« Le Premier ministre, Jean Castex, a affirmé ce samedi qu'avec l'attaque d'un enseignant dans les Yvelines, "ce sont les valeurs les plus fondamentales de la République qui sont touchées", lors d'une réunion avec des syndicats enseignants au ministère de l'Education nationale, a rapporté son entourage. 

"Après la liberté de la presse et Charlie Hebdo, la liberté d'enseigner : bref, la République" est visée, a martelé le chef du gouvernement, qui a fait part de sa "totale indignation". Il a ajouté : "La laïcité, colonne vertébrale de la République, a été, à travers cet acte ignoble, visée". Sur Twitter, il a également déclaré que "c'est la République qui a été frappée en plein coeur par le terrorisme islamiste". »

Comme on peut le voir dans cette dernière citation, le mot « islamiste » est également présent dans la communication du gouvernement. Le président de la République a été très clair là-dessus, suite à la réunion d'un Conseil de défense : « La peur doit changer de camp. Les islamistes ne doivent pas pouvoir dormir tranquilles dans notre pays ». (Source : https://www.francetvinfo.fr/faits-divers/terrorisme/enseignant-decapite-dans-les-yvelines/attentat-en-yvelines-operations-contre-l-islamisme-radical_4147943.html )

Ces mots, « République » et « islamiste », nous les entendons depuis notre enfance. Nous les employons couramment. Mais savons-nous précisément ce qu'ils veulent dire ? La question n'a pas seulement un intérêt théorique : elle est d'une brûlante actualité politique. En effet, l'invocation rituelle de la « République » et la dénonciation des « islamistes » par les gouvernements font partie d’une propagande qui aggrave le problème qu’elle est censée contribuer à résoudre. Loin d’unir la société contre le fanatisme religieux, elle attise les divisions, la peur et la haine. Faute de temps et de compétences, je ne vais pas analyser l'ensemble de cette propagande. Je me contenterai de quelques remarques concernant les mots « république » et « islamiste ».

Qu'est-ce que l'islamisme ?

Pendant longtemps, je me suis cru intelligent, cultivé, bien informé, parce que je prenais toujours soin de distinguer entre l'islam et l'islamisme, entre les musulmans dans leur ensemble et ceux qui appartiennent au courant islamiste. Et puis, j'ai découvert que je n'étais pas si bien informé que ça. Il y a quatre ans, j’ai vu une émission fort intéressante sur le site Arrêt sur Images. L’un des deux invités était Adrien Candiard, auteur d’un livre non moins intéressant : Comprendre l’islam – ou plutôt : pourquoi on n’y comprend rien. D’après Candiard, « islamisme » est un mot fourre-tout, qui renvoie à des réalités très hétérogènes. On peut distinguer au moins deux courants dans ce qu’on appelle l’« islamisme » : l’islam politique (représenté notamment par les Frères musulmans) et le salafisme. Le premier courant n’a presque jamais été impliqué dans des attentats – ce qui ne signifie pas, ajouterais-je, qu’il est pour autant à l’abri de toutes critiques. Le second courant comprend une minorité de criminels – ce sont eux, le plus souvent, qui commettent les attentats au nom d’Allah – mais la majorité des salafistes se désintéresse de la politique et se contente de pratiquer une version intégriste de sa religion, censée ressembler à l’islam des origines. On voit déjà qu’il est dangereux de mettre tous les « islamistes » dans le même sac. Il est peu probable que tous les salafistes et tous les Frères musulmans approuvent dans le secret de leur cœur les crimes commis au nom de leur religion. Et quand bien même ils le feraient, on doit les juger sur leurs actes et sur leurs paroles, et non sur leurs opinions présumées. En déclarant qu’il faut faire peur à tous les islamistes (à la manière de Pasqua, qui voulait « terroriser les terroristes »), Emmanuel Macron stigmatise de nombreuses personnes dont on peut critiquer les idées et les pratiques, mais qui ne sont pas forcément des assassins en puissance ni des complices des criminels fanatiques.

Quant à ceux qui en appellent à la violence contre les « infidèles », ils ont effectivement une part de responsabilité dans les crimes commis au nom de l’islam. Mais leurs discours tombent déjà sous le coup de la loi. On ne voit pas très bien ce que peuvent apporter de nouvelles mesures contre les « islamistes », sinon détourner la colère et la peur de la population sur un bouc émissaire. J’y reviendrai.

Auparavant, je souhaiterais m’attarder encore un peu sur le terme d’« islamiste ». Pourquoi ? Parce que j’ai peur que sa signification ne soit encore plus floue, dans l’esprit des gens, que ce que dit Adrien Candiard. Prenons l’exemple du fameux foulard islamique, ce diabolique morceau de tissu qu’agite depuis plus de trente ans une bonne partie des médias et des politiciens. D’après ce que j’ai pu lire, par exemple dans un article du Figaro, et un article du Point, le port du voile peut très bien relever d'un choix personnel, et il n'est pas nécessairement lié à la soumission à un modèle patriarcal. Il est donc probable que de nombreuses femmes voilées ne se reconnaissent ni dans le salafisme ni dans l’islam politique des Frères musulmans. Il n’empêche que leur voile est devenu le symbole par excellence de l’islam qu’on n’aime pas, l’islam rétrograde, sexiste, hostile aux valeurs de la République – en un mot : l’islamisme.

Et cette obsession politico-médiatique a des effets très concrets, comme en témoignent les agressions verbales ou physiques dont sont victimes certaines femmes voilées. Encore tout récemment, place de la République, lors du rassemblement en hommage à Samuel Paty, une musulmane a fait les frais de cette hostilité à l’« islamisme » : « L’humoriste Samia Orosemane, elle, voulait donner sa voix de musulmane au concert d’indignation : « C’est important que la communauté musulmane soit là aussi, juge-t-elle. On est là pour dire non à la barbarie, pas pour s’excuser ou demander pardon. Ce qu’on dit ici à travers notre présence, c’est notre solidarité. » Elle raconte aussi, avec un sourire désabusé, la mésaventure qui lui est arrivée dans la foule. « Une femme s’est approchée de moi en me regardant très méchamment, explique la comédienne, qui porte un foulard. Elle m’a pointée du doigt en me disant : “Bande d’assassins !” Je lui ai souri, mais j’ai eu envie de pleurer. » » (Source : cet article de Mediapart).

Le bon et le mauvais séparatisme

Reste qu'on peut juger problématique la mentalité réactionnaire de certains musulmans, qui ont du mal à s'adapter à une société où – en droit sinon en fait – les femmes sont les égales des hommes, les homosexuels peuvent se montrer au grand jour, le blasphème est permis, etc. Et il n'est pas absurde de penser que cette mentalité a quelque chose à voir avec les crimes commis au nom de l'islam - même si, reconnaissons-le, elle est aussi largement répandue chez les non-musulmans. Mais croit-on vraiment qu'on va faire disparaître ces préjugés en dissolvant, comme veut le faire le gouvernement, des associations musulmanes jugées suspectes (à tort ou à raison) ou en extradant des étrangers fichés pour radicalisation, comme l'explique cet article de Mediapart ? Il y a fort à parier que ce remède soit inefficace, voire pire que le mal. Beaucoup de musulmans vont se sentir attaqués en tant que musulmans, et ce d'autant plus qu'il y a deux poids et deux mesures dans cette affaire. Le gouvernement s'apprête-t-il à interdire CNews, ou à expulser Éric Zemmour de cette chaîne d'information ? C'est peu probable. Pourtant cet éditorialiste, plusieurs fois condamné par la justice, cherche à attiser la haine contre les musulmans, contre les Arabes et les Noirs, sans parler de son indécrottable sexisme et de sa volonté de réhabiliter le régime antisémite de Vichy. Zemmour, celui-qui-ne-peut-rien-dire-à-cause-de-la-censure-des-bien-pensants, est très présent dans les médias depuis longtemps et il a une audience considérable. À ce titre, il joue un rôle de premier plan dans le progrès des pires cancers sociaux de notre temps : le racisme, la xénophobie et le sexisme. Zemmour, comme bien d'autres militants d'extrême droite, cultive au moins deux formes de séparatisme : celui des Français dits « de souche » à l'égard de leurs compatriotes musulmans ou d'ascendance africaine, et celui des mâles dominants (ou qui souhaiteraient le devenir !) à l'égard des femmes. Bien évidemment, ce n'est pas à ces séparatismes-là que le gouvernement entend s'attaquer. Ce qui l'intéresse, ce sont les mauvais musulmans, les « islamistes ». En s'attaquant à eux, et seulement à eux, le gouvernement joue le même jeu que Zemmour : il accroît les divisions entre les Français non-musulmans et les Français musulmans. Est-ce cela, la défense de la « République » ?

C'est quoi, au juste, la « République » ?

Il serait temps de définir, enfin, ce mot fétiche. Comme on va le voir, la tâche n'est pas aisée. Il en va de la république comme du socialisme ou du christianisme : il y a la république idéale et la république réellement existante. On se souvient que le socialisme, dans une perspective marxiste-léniniste, était une forme de démocratie sociale préparant un avenir radieux : le communisme, c'est-à-dire la société sans classes et sans État, constituée d'individus libres, égaux et solidaires. En fait, le socialisme soviétique était fort peu démocratique. Il n'était même pas la dictature du prolétariat, mais la dictature d'un parti unique prétendant savoir mieux que le peuple ce qui était bon pour le peuple. Et, loin de préparer le communisme, cette bureaucratie étatique a fini par instaurer une forme particulièrement sauvage de capitalisme.

On pourrait faire un semblable constat pour le christianisme : il y a un énorme écart entre la doctrine évangélique (qui promeut le détachement à l'égard des biens matériels, l'amour du prochain, le pardon des offenses, la non-violence...) et la manière dont elle a été appliquée concrètement par les Églises chrétiennes.

Il en va de même pour la République. Idéalement, toute république digne de ce nom devrait ressembler à ce qu'en dit Rousseau dans Du contrat social. Ce devrait être une société où l'intérêt public compte plus que tout, où aucun groupe (qu'il soit minoritaire ou majoritaire) n'a les moyens de dominer le reste de la société : liberté. Et puisqu'il n'y a aucune domination dans cette république, tous les membres de celle-ci ont les mêmes droits, mais aussi une quantité de richesses à peu près comparable : égalité. Car de fortes inégalités économiques entraînent fatalement des inégalités politiques. Enfin, chaque citoyen doit se sentir solidaire de tous les autres : fraternité. Convenons que ces fameuses « valeurs de la République » ne sont pas traitées de la même manière par la bouche et par les pieds de nos dirigeants. Vénérées dans les discours de ces derniers, elles n'en sont pas moins piétinées avec une belle et joyeuse constance. Ce que sert Macron, tout comme Merkel, Trump, Bolsonaro et la plupart des gouvernants de la planète, ce sont les intérêts de la grande bourgeoisie et de la finance dérégulée. C'est le capitalisme néolibéral. Ce qu'il promeut par ses actes, sinon par ses paroles, ce n'est pas l'unité de la société autour d'un intérêt commun : c'est le séparatisme des riches, qui utilisent tous les stratagèmes possibles, légaux ou illégaux, pour ne plus payer d'impôts, qui envoient certes leurs enfants à l'école, mais pas dans n'importe quel école, enfin voyons ! car il ne faudrait tout de même pas mélanger les torchons imbibés de sueur des premiers de corvée avec les serviettes armoriées des premiers de cordée. Ce que promeut Macron, c'est aussi le séparatisme des « bons Français » à l'égard des étrangers ou des enfants d'immigrés suspects de « ne pas vouloir s'intégrer » dans cette merveilleuse patrie des droits de l'homme. Ce séparatisme-là permet de faire oublier le premier, celui des riches. Tant que les « islamistes » sont désignés comme le principal problème de la société, les bons Français oublient de se mettre en colère contre une oligarchie économique et politique qui détruit toujours plus les libertés publiques, spolie les pauvres et les classes moyennes pour enrichir les plus riches, détruit les solidarités sociales et – last but not least – pollue à outrance, détruit la biodiversité et aggrave en permanence la catastrophe climatique.

Conclusion

Les communistes tchécoslovaques, en 1968, voulaient promouvoir un socialisme à visage humain, bien différent du socialisme réellement existant. Le syndicat Solidarność, en Pologne, avait des objectifs comparables. Peut-être devrions-nous nous inspirer de leur démarche en ce qui concerne la République. Au nom de la liberté, de l'égalité et de la fraternité, nous devons rejeter la république sous sa forme actuelle : une république dominée par une minorité de capitalistes, une république dont les écoles - même publiques - servent davantage à justifier le pouvoir économique et politique de la bourgeoisie, grâce au mythe de la méritocratie, qu'à atténuer les inégalités sociales, une république encore largement machiste (ce qui ne l'empêche pas de montrer du doigt le sexisme des « islamistes »), une république en grande partie raciste et xénophobe, une république violente à l'égard des pauvres, des étrangers, des boucs émissaires maghrébins, africains, roms, musulmans, mais aussi à l'égard de tous les contestataires (Gilets jaunes, écologistes...). Une telle république ne peut que susciter le dégoût et favoriser le développement du fanatisme dans quelques esprits déboussolés.

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.12/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

68 réactions à cet article    


  • tashrin 21 octobre 12:51

    Vous illustrez en partie la confusion que vous dénoncez.

    Ca parait quand même pas si compliqué à saisir, même si l’ambiguité savamment entretenue de certains responsables politiques est critiquable, je vous rejoins

    La république française s’est construite sur un principe fondateur : la séparation du politique et du religieux. Le fait pour des personnes de croyances diverses, antagonistes et inconciliables, de vivre sur un même territoire induit deux choix/orientations possibles : 

      soit le courant majoritaire définit les regles de vie sociale et elles s’appliquent à tous, oppressant ainsi les minorités

      soit on considère que les règles qui régissent la vie publique ne doivent pas être définies par et pour les représentants d’un courant particulier, ce qui permet à tous de coexister et de se sentir inclus dans la vie de la nation. Le corollaire étant que la croyance quelle qu’elle soit doit demeurer dans le domaine privé, et respecter les regles de vie collectives.

    C’est évidemment la deuxieme option qui a été retenue (et c’est non seulement heureux mais exemplaire).

    Un musulman qui entend respecter les règles de droit a parfaitement droit de cité et doit pouvoir exercer son culte librement.

    Un catho qui revendique d’imposer son point de vue et de le faire primer sur la loi nationale s’exclut de lui-même du pacte social (la manif pour tous en est l’exemple parfait)

    Rien à voir avec la confession de départ, c’est l’attitude du croyant qui compte, et la prétention à vouloir imposer des croyances personnelles à l’ensemble de la société.

    Les catholiques avaient il ya encore peu des revendications similaires (definition de ce qu’est ou n’est pas l’institution du mariage, droit canon, divorce, etc...). L’Histoire a fait le boulot, et leurs revendications sont aujourd’hui marginales. D’où la volonté de créer un ’islam de France’ qui tiendrait compte de ces spécificités, ardemment combattu par les tenants d’un islam supra national et auquel les législations nationales devraient se conformer.

    Sinon l’Egalité dans la devise republicaine est une égalité en DROITS, non une égalité économique ou sociale.


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 21 octobre 12:59

      @tashrin

      « Sinon l’Egalité dans la devise republicaine est une égalité en DROITS, non une égalité économique ou sociale.  »
      Absolument !
      Et la « liberté », c’est la liberté d’entreprendre et de faire commerce d’argent, ce que l’ancien régime et l’église catholique interdisaient (et qui a contribué à ce que les juifs se spécialisent là-dedans sous contrôle). La révolution française était donc libérale.
      Reste la « fraternité » qui a aussi donné lieu à pas mal de contresens puisque, dans la devise, ce mot désignait la fraternité maçonnique.
      Quoi qu’il en soit, ces trois mots avaient été gravés ici ou là bien avant la loi de 1905.


    • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 21 octobre 13:07

      @tashrin

      La république française s’est construite sur un principe fondateur : la séparation du politique et du religieux.

      Sans blague ? Notre président a pourtant célébré les 150 ans de la république il y a peu. fondation en 1870, séparation de l’Eglise et de l’état, 1905... Hummm... 

      « Une dynastie hésitera quelquefois devant les répressions. A cette fin, rien ne vaut la république, qui a la force de tous, le nom et la responsabilité de tous, c’est-à-dire de personne, par où elle est faite, comme pas un gouvernement, pour mettre le pied sur les rébellions. »

       « la souveraineté des classes supérieures est la seule chose fondamentale en matière politique, que ces classes peuvent être souveraines sous le nom de République tout aussi bien que sous l’invocation monarchique, [...]. A ce compte, la République serait le gouvernement direct des hautes classes : direct est le mot, toute complication de roi disparaissant ; et l’on verrait pour la première fois dans notre histoire la vraie, la pure légitimité, c’est-à-dire le gouvernement aux mains de l’aristocratie. » C. Dupont-White



    • Fergus Fergus 21 octobre 13:55

      Bonjour, tashrin

      Excellent commentaire !
      Rien à ajouter.


    • tashrin 21 octobre 14:14

      @Opposition contrôlée
      Sans blague ? Notre président a pourtant célébré les 150 ans de la république il y a peu. fondation en 1870, séparation de l’Eglise et de l’état, 1905... Hummm..
      Ben oui, sans blagues
      25 ans, à l’échelle de l’Histoire de l’évolution des idées politiques, c’est une micro chiure de mouche. 
      Et donc ?


    • Septime Sévère 21 octobre 14:24

      @Fergus
      .
      Rien à ajouter
      .
      Mais un peu à retrancher. Si les « manifestants pour tous » s’excluent du « pacte social » (peu clair) du simple fait que leur religion influence leur opinion, il va falloir, si l’on veut prétendre au titre de citoyen, trouver à ses opinions une source encore inconnue et mystérieuse qui ne dispenserait que des idées exactes. Tashrin, peut-être ? 


    • tashrin 21 octobre 15:16

      @Septime Sévère
      Mais un peu à retrancher. Si les « manifestants pour tous » s’excluent du « pacte social » (peu clair) du simple fait que leur religion influence leur opinion, il va falloir, si l’on veut prétendre au titre de citoyen, trouver à ses opinions une source encore inconnue et mystérieuse qui ne dispenserait que des idées exactes. Tashrin, peut-être ? 


      Loin de moi les intentions que vous semblez me prêter (sans vous adresser à moi)

      La comparaison avec la manif pour tous fait echo à ce que j’ai écrit au dessus : prétendre imposer une règle qui ne concerne qu’un groupe de personnes spécifique et partageant des convictions similaires comme une évidence qui s’imposerait à tous, y compris ceux qui ne partagent pas ces caractéristiques. Pretendre vouloir regir la vie sociale.

      Il n’y a strictement aucune différence de principe entre des intégristes qui voudraient que leur foi serve de socle à l’établissement de regles sociales qui regissent la société toute entière, incluant donc les personnes ne faisant pas partie de leur groupe communautaire. Et c’est valable pour la manif pour tous ou pour les sikhs s’ils militaient pour que le port du turban soit obligatoire, pour les muslims revendiquant la separation homme/femme, etc...

      Je ne reproche à personne d’être influencé par ses opinions. Mais de vouloir, les imposer aux autres... Libre à vous de penser ce que vous voulez, de croire ce que vous voulez, tant que vos délires individuels n’influent pas sur des regles collectives qui me concerne moi, non croyant.

      C’est exactement comme si moi athée, je militais pour l’interdiction des religions au pretexte qu’il est évident que c’est stupide d’être croyant. En faisant cela, je me mettrai au même niveau que les integristes de tout poil que je pretendrais combattre. 


    • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 21 octobre 15:38

      @tashrin

      Et donc ?

      Et donc c’est non seulement absurde (« construction sur un principe fondateur » qui vient 35 ans plus tard...), mais c’est parfaitement faux historiquement. Ça n’a jamais été la préoccupation ni les motivations des députés qui ont entériné la forme du régime en 1875. Je doute très fortement que vous soyez qualifié pour disserter sur l’histoire politique.
      Tout est factice dans votre discours, j’en veux pour preuve que la majorité des pays européens sont des monarchies parlementaires, beaucoup ont conservé une religion d’État, le Royaume-Uni a l’Église anglicane, le royaume du Danemark protège « l’église populaire danoise » (luthérienne), et devinez quoi ? Les habitants de ces pays sont plus libres qu’en France...

    • tashrin 21 octobre 16:21

      @Opposition contrôlée

      Vous avez bien le droit de douter, c’est sain ! Mais allez quand même faire un tour dans les manuels d’histoire, ou à défaut Wikipedia ça fera le job

      Vous êtes également libre de trouver ça absurde si vous le souhaitez, mais quitte à vous fâcher, les balbutiements de la laïcité en tant que principe régulant la vie sociale remontent à la révolution (abolition des privilèges du clergé, Déclaration des droits de l’Homme posant le principe de la Liberté de conscience et de l’Egalité en droits). La DEDH étant intégrée à notre corpus juridique de longue date puisque repris dans la constitution (de 1958).

      L’enseignement public est laic depuis la fin du XIXeme... (enseignement laic et obligatoire, jules Ferry tout ça)

      Ceci s’est traduit in fine par l’adoption de la Loi de 1905 qui est la traduction juridique de l’évolution des mentalités (ce qui prend toujours un certain temps)

      Je maintiens donc l’integralité de mes propos précédents, que vous les trouviez ridicules m’importe peu. Après tout, ya toujours des gens qui chipotent sur la taille du doigt quand on leur montre la lune, et ça ça date pas d’hier...

      En quoi mon discours est-il factice ? plutot que l’asséner, démontrez le je suis pas fermé. Si vous avez raison vous avez raison, ya pas de souci pour moi. 

      En quoi le fait que d’autres pays européens aient adopté une stratégie différente impacte-t-il ce que j’ai écrit au dessus ? A l’aune de quel critère jugez vous de la liberté des citoyens ?

      Mais j’imagine que quelqu’un d’aussi qualifié que vous (a contrario de moi) n’a pas besoin d’expliciter ses propos, la vindicte suffit...


    • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 21 octobre 17:06

      @tashrin

      les manuels d’histoire, ou à défaut Wikipedia

      Merde ! Je n’y avais jamais pensé !
      Moi qui ai perdu mon temps à lire des milliers d’articles de presse de l’époque, a dépenser tout mon fric pour acheter les documents d’époque, à me coltiner la prose des Jules Ferry, Jules Favres, Adolphe Thiers et autre Sadi Carnot, Dupont-White, Jules Picard, etc, tant leurs ouvrages souvent insipides que leurs discours parlementaires à rallonge...

      Tout faux ! Il suffisait d’acheter un Fernand-Nathan à 20 balles, ou de passer 15 minutes sur Wikipédia, et hop ! La vérité descend sur moi comme les bons préceptes d’un tashrin :

      « Vous avez bien le droit de douter, c’est sain ! »

      Y’en a d’autres qui ne doutent de rien par contre...

    • tashrin 21 octobre 19:42

      @Opposition contrôlée
      Lol... ben c’est visiblement bcp de temps perdu et d’argent gaspillé, parce que vous n’avez a priori pas tout saisi. Sauf à ce que vous argumentiez réellement, ce que je suis tout à fait disposé à lire comme je vous le suggérais.
      Sauf que, pour la seconde fois vous vous foutez de moi mais sans rien de rien de rien développer de votre super connaissance de l’histoire des idées politiques et de notre systeme juridique :) 
      Je suis absolument pas contre le débat, même et surtout si l’on n’est pas d’accord
      Si vous voulez bien développer votre pensée, je la lirai avec plaisir, et si vous me convainquez, ce qui est possible, je l’ecrirai ici même. Devant un tel niveau d’érudition, je m’avouerai vaincu sans difficultés !
      Mais apparemment, c’est pas votre souhait... bizarre
      Vous vous contentez de dire « Spa vrai ! t’es moche ! » comme un sale gosse sans vous expliquer plus avant, pourquoi ?
      Je vous donne des dates, des éléments historiques, vous ne rebondissez pas dessus, pourquoi ?
      Je vous pose des questions relativement simples, vous les esquivez, pourquoi ?
      Vous employez un ton agressif, et vous foutez ouvertement de ma gueule alors que ce que j’écris est je pense plutot posé, pourquoi ?


    • Et hop ! Et hop ! 21 octobre 21:17

      @tashrin : «  La république française s’est construite sur un principe fondateur : la séparation du politique et du religieux. »

      C’est exactement le contraire, la Ière République a confondu le pouvoir politique et religieux, elle a créé une religion d’État, le Théophilanthropisme, le culte de la Raison, etc. C’est sous la royauté qu’il y avait une séparation entre le domaine religieux et le domaine politique avec deux fonctions publiques séparées.

      La IIIe République a aussi décidé de s’accaparer les fonctions religieuses en confisquant toutes les écoles, les hôpitaux, les monastères, le mobilier des églises, en bannissant les congrégations enseignantes et hospitalières, pour les remplacer par la religion de la Laïcité qui est une religion athée, utilitariste, scientiste, progressiste, avec son clergé de hussards noirs.

      Hannah Arendt a très justement défini le totalitarisme comme la conséquence de la réunion des pouvoirs religieux et politiques. 

      Les exemples historiques sont la République théocratique de Calvin à Genève qui condamnait au bucher les opposants comme Michel Servet, la République de Hollande, la République de Cromwell, puis la République française, la République russe de Lénine qui est transformé en reliques sacrées sur la Place rouge, la République d’Atta Turk, etc.


    • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 22 octobre 09:49

      @tashrin
      J’ai écrit un article sur l’origine de la république que j’ai mis en lien dans mon premier commentaire.
      Il faut bien avoir en tête que l’assemblée qui légalise définitivement la IIIème république en 1875, est celle de février 1871, presque entièrement composée de (prétendus) monarchistes, et qui a les mains couvertes du sang des communards. Durant ces quatre années, le camp des républicains mené par Adolphe Thiers va réussir à convaincre l’élite bourgeoise que pour perpétuer sa domination, la république est le meilleur système. C’est là qu’il faut chercher les fondements du régime.

      Une remarque sur Wikipédia : c’est très bien quand on cherche des informations sur les fleurs ou la discographie de Johnny, mais sur les sujets historiques, en particulier les sujets « douloureux », j’observe qu’une police de la pensée fait son « travail ». par exemple, l’article sur Adolphe Thiers a été purgé des citations « dérangeantes » du personnage... De manière général, tout un travail a été fait, et est encore à l’oeuvre pour y consigner les « versions officielles », qui ne sont que des versions politiques sans rapport avec le travail scientifique universitaire, qui édulcorent et dissimulent systématiquement l’épouvantable cynisme et la cruauté des gouvernants...

      @Et hop !
      Effectivement, il y a eu substitution de l’église par la république, plus que séparation...


    • tashrin 22 octobre 11:14

      @Opposition contrôlée
      J’ai écrit un article sur l’origine de la république que j’ai mis en lien dans mon premier commentaire.
      Pas fan de l’autopromo

      Une remarque sur Wikipédia :

      J’en connais le principe, et l’esprit critique ne m’est pas completement étranger

      Je ne remets absolument pas en cause votre technicité sur ce sujet (très probablement largement supérieure à la mienne, je n’en doute pas), mais vous focalisez sur l’assemblée constituante et ses particpants, alors que je parlais de l’esprit de notre Droit, des valeurs qui sont encore aujourd’hui présentes dans le corpus juridique, et le principe de séparation du politique et du religieux en demeure bien un élément fondateur (au sens socle, fondation, sur lesquelles reposent les regles de droit). Tout comme le principe de séparation des pouvoirs se retrouve dans notre droit constitutionnel.

      L’enseignement public Laic remonte au XIXè, soit juste apres l’avénement de la République, et témoigne parfaitement de la volonté affirmée de diminuer la main mise de l’Eglise. Et c’est, heureusement, toujours le cas.


    • tashrin 22 octobre 11:17

      @Et hop !
      pour les remplacer par la religion de la Laïcité qui est une religion athée, utilitariste, scientiste, progressiste, avec son clergé de hussards noirs.
      Je ne suis pas d’accord avec ceci.
      La religion de la laicité comme vous dites n’impose aucune croyance à qui que ce soit et n’interdit rien à personne. A l’inverse des religions justement


    • Et hop ! Et hop ! 23 octobre 16:03

      @tashrin : Regardez ce qu’en dit Vincent Peillon qui est un spécialiste de l’histoire de la laïcité : il dit que c’est une religion créée par les juifs et les protestants libéraux (c’est-à-dire athées) de la IIIe République pour s’opposer au catholicisme et prendre sa place.

      Une vraie laïcité devrait être neutre et bienveillante envers toute les religions, y compris l’athéisme. Or là on voit un enseignement qui agresse les convictions religieuses des enfants dans leur collège, sous prétexte de liberté d’expression.

      https://www.youtube.com/watch?v=3WNuugFF7Gg


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 21 octobre 12:52

      « Les communistes tchécoslovaques, en 1968, voulaient promouvoir un socialisme à visage humain, bien différent du socialisme réellement existant. Le syndicat Solidarność, en Pologne, avait des objectifs comparables.   »

      Comparables ?

      Absolument pas !

      Les uns et les autres avaient des projets totalement antinomiques.


      • Septime Sévère 21 octobre 14:26

        @Séraphin Lampion
        .
        totalement antinomiques
        .
        Je ne sais pas. En revanche Dubcek était un rêveur et Valesa sensiblement plus réaliste. L’un a perdu, l’autre a gagné, non par chance mais du fait du contexte. 


      • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 21 octobre 18:02

        @Septime Sévère

        l’un avait l’argent du Vatican, l’autre l’argent de ... personne !


      • Septime Sévère 21 octobre 21:05

        @Séraphin Lampion
        .
        Comment de l’argent aurait-il empêché ou arrêté une invasion militaire ? Dubcek a échoué parce le système soviétique tenait encore bon et Valesa a réussi parce qu’il est arrivé lorsque le même système était gâté. 


      • zygzornifle zygzornifle 21 octobre 13:14

        C’est plutôt a la république de nous défendre contre ces Coranosatanique, mais comme elle a le genou tremblant et la main molle et qu’elle est coupable de laisser faire il faudra a un moment que nous nous débarrassions nous même de ces tarés n’en déplaise a la gauche et a ses extrèmes ....


        • V_Parlier V_Parlier 21 octobre 23:16

          @zygzornifle
          En effet, c’est cette fameuse « république » qui nous impose depuis déjà longtemps toutes les raclures de la Terre (des repris de justice ou terroristes déjà dans leur pays, toujours très bien accueillis) et qui éduque depuis 40 ans ceux qui sont nés ici dans l’esprit de vengeance (la famause « repentance » des français, l’impunité judiciaire consternante...). D’ailleurs, pour ce qui est des « réfugiés » et de la « tolérance », un algérien l’exprime très bien ici en rapport avec les événements du jour : https://www.youtube.com/watch?v=i7toNinpHWI&list=PL1fQfU9jb9UzUvP4lUgvvDdn2_W3Tv68Q
          Donc non seulement c’est cette république qui est la cause du problème depuis 40 ans, mais en plus elle a le culot de nous demander de la protéger !!!


        • Attila Attila 21 octobre 13:15

          Et encore un auteur qui ne veut pas voir les responsabilités réelles dans la montée de l’islamisme et du terrorisme islamique :

          L’islamisme, c’est le résultat de l’utilisation d’extrémistes religieux, au départ minoritaires comme les Frères Musulmans, pour déstabiliser les pays arabes laïcs coopérant avec le bloc soviétique a partir du début de la guerre froide, opération menée par les gouvernements américains successifs :

          Les islamistes sont des agents du colonialisme occidental.


          Plus de 80 % des victimes du djihadisme sont des musulmans
          .

          Dans les années 1950-70, beaucoup de pays arabes étaient des régimes laïcs en voie de modernisation : Tunisie, Égypte, Syrie, Irak et Algérie.
          Nasser et le voile
          .
          Photos d’étudiants à l’université du Caire de 1959 à 2004.
          .
          Concerts d’Oum Kalsoum : peu de voiles dans le public
          .
          On voit bien que le voile est revenu progressivement après les années 70. C’est le résultat de l’action américaine de soutient et de financement des Frères Musulmans et de pressions sur l’Arabie Saoudite pour qu’elle diffuse son islam wahhabite jusque là confiné à l’intérieur du pays.
          « À l’origine, c’est à la demande de nos alliés que nous nous sommes investis dans la création d’écoles coraniques, de mosquées et dans la propagation du wahhabisme dans le monde musulman »
          .

          Al-Qaeda, les Talibans, c’est nous, les américains, qui avons créé tout cela
          .

          L’absurdité en boucle : tuer les islamistes que nous créons

          .

          Sur les Frères Musulmans :
          Photo d’une réunion à la Maison Blanche où le président Dwight D. Eisenhower s’entretient dans le Bureau ovale avec la délégation des Frères Musulmans conduite par Saïd Ramadan (le second à droite) le 23 septembre 1953.
          Lien
          .
          Obama soutient toujours les Frères Musulmans
          .
          La confrérie des Frères musulmans

          .

          Et un petit rajout d’un article récent sur Investig’action :
          "Des documents ayant fait l’objet d’une fuite montrent comment des sous-traitants du gouvernement britannique ont développé une infrastructure de propagande avancée pour assurer le soutien de l’Occident à l’opposition politique et armée de la Syrie."
          Les gouvernements occidentaux ont financé un important réseau de propagande en Syrie

          .


          • Attila Attila 21 octobre 23:27

            @Attila
            La vidéo des déclarations de la Secrétaire d’Etat, Mme Hillary Clinton, du gouvernement de Barack Obama, déclaration sous serment devant une Commission d’Enquête Parlementaire américaine a été modifiée récemment. Voici la version d’origine sous-titrée en français :
            Hillary Clinton : We created Al Quaeda and financed mouhajdin

            .


          • Septime Sévère 21 octobre 13:20

            « démocratie », plus descriptif du mode de fonctionnement d’un régime, serait préférable au « république », entendu des dizaines de fois par jour sur les media, vu que nous avons dans l’UE six royaumes et quelques principautés, qui n’en sont tous pas moins des démocraties, ce qui est l’essentiel. 


            • pierrot pierrot 21 octobre 13:38

              Il faut défendre la République et ses valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité et de laïcité contre toutes les barbaries religieuses et l’obscurantisme de toute origne.


              • Bendidon Bendidon 21 octobre 14:16

                @pierrot
                Pierrot retourne dans ta loge de fausse magouillerie
                Et avec la muselière smiley


              • Pere Plexe Pere Plexe 22 octobre 11:35

                @pierrot
                Sauf que les notions de république et de laïcité sont complètement indépendante.
                Certaines républiques ne sont pas laïques quand des monarchies le sont.
                Pour ma part je suis fortement attaché à la Republique à la laïcité et à la démocratie.


              • uleskiserge uleskiserge 21 octobre 13:40

                Arrogance puérile à la racine de laquelle on trouvera une haine certaine pour tout ce qui entrave la liberté d’une rédaction composée de « jouisseurs » a-sociaux d’une perversité jamais assouvie qui ne se reconnaissent aucun devoir envers quiconque...



                Hebdo irresponsable sans profit pour personne ni apport intellectuel ou artistique… que ce Charlie Hebdo qui confond la liberté d’expression avec l’acharnement haineux et raciste contre une de nos communautés, la plus faible qui plus est…



                Aussi, n’ayez aucune illusion : le courage aujourd’hui c’est de crier haut et fort : « Charlie Hebdo, ça suffit  ! »



                D’autant plus que personne ne nous forcera à choisir entre les fondamentalistes islamophobes et racistes soutenus par la majorité des médias ( zemmour, finkielkraut, val, fourest, E lévy, C. Hebdo, Marianne, C-news, Figaro, Atlantico et combien d’auttres… ) et les fous d’Allah.



                On ne cédera rien à tous !


                • pierrot pierrot 21 octobre 13:46

                  @uleskiserge
                  Le courage aujourd’hui, comme hier est de soutenir Charlie hebdo ainsi que tous ceux qui cherchent à nous assouvir à l’extrême droite.


                • pierrot pierrot 21 octobre 13:41

                  J’ajouterais la lutte contre les violences faites aux femmes, et aux homosexuels, la liberté d’avorter et d’écrire comme Voltaire.


                  • pierrot pierrot 21 octobre 13:43

                    J’ajouterais que je lis Charlie hebdo et que je fais ce que je veux, quand je veux et dis ce que je veux sans me soucier de l’opinion des anaphabêtes et autres imbéciles qui prolifèrent parfois sur ce site.

                    Vivre la liberté.


                    • Étirév 21 octobre 13:53

                      Il faut surtout défendre le peuple de France contre la République de coquins irresponsables dont le personnel politique coûte excessivement cher (au sens propre comme au figuré) et ne sert à rien, si ce n’est à laisser se développer la violence et la misère partout.
                      Il semble que le souci aujourd’hui, c’est que la France, ou plutôt que la population française soit prise en étau entre deux gros problèmes qui deviennent réellement insupportables, et qui sont liés à une poignée d’individus se situant à deux niveaux opposés dans la Société :
                      L’un, au niveau des classes populaires, dans la plèbe, il s’agir de l’islamisme radical plutôt marginal (surtout dans un fanatisme violent qui d’ailleurs n’est pas uniquement l’apanage de cette religion) car la plupart des musulmans, il faut le reconnaitre, sont modérés, vivent en bonne entente avec leurs voisins plus ou moins de « souche », et pratiquent leur religion en respectant les lois de la République ; quelques fois comme ils peuvent, et peut-être dans de très rares cas, comme ils veulent.
                      Rappelons cependant que pour que les lois de la République soient respectées par tous, et pas seulement par les musulmans, il faut que ceux qui sont en charge de les faire appliquer soient vertueux et les respectent également, ce qui est, évidemment, loin d’être le cas, et même parfois le cas contraire (on l’a vu avec l’affaire Cahuzac pour ne citer qu’un exemple récent assez flagrant).
                      C’est d’ailleurs l’une des raisons, parmi les plus importantes, qui caractèrise l’immense désordre actuel dans la Société.
                      L’autre problème se situe plutôt au sommet de la Société, au niveau des « élites », et dont le judaïsme semble être une valeur commune, si l’on en croit le nombre de kippa apparaissant en maintes occasions ces dernières années, sur la tête d’un personnel politique de goyim de premier plan, et cela sans aucun complexe et en opposition totale avec les principes de la République indivisible et laïque ; mais par contre en accord complet avec ceux d’une aristocratie factice basée sur des privilèges autoproclamés, et semblant au service d’intêrets de plus en plus privés et voyant.
                      Il ne me semble pas que pour le bien du peuple français, l’un de ces deux problèmes soit moins malfaisant que l’autre.


                      • binary 21 octobre 14:41

                        Islamisme est un mot inventé pour faire semblant de croire que les crimes commis au nom de l islam ne sont pas de l islam. Si c est le cas, alors que dit l islam qui n est pas islamiste ? Et que fait il ? C est toute l absurdité de notre société en perdition. Quand elle se trouve en face d un problème, elle ne cherche une solution, elle nie l existence du problème.


                        • jakem jakem 21 octobre 15:46

                          On mégote par-ci et par là, comme le Quatennens dans l’interview à l’Express ; qui parvient même à justifier la présence du sidi von Mélenchovski à la manif des islamistes.

                          Pour ma part je soutiens Zemmour, qui défend résolument la France ( je me fiche royalement de son goût pour Napoléon ) et suis totalement-entièrement-complètement opposé à l’islamisation de mon pays.

                          Je suis islam-hostile et si je vivais dans un environnement dangereux je serais sans doute aussi islamophobe.

                          Lire l’interview de Boualem Sansal et toutes les interventions de Zineb, de Malika Sorel, de Mohamed Sifaoui, de Fatiha Boudjalah, et beaucoup d’autres.

                          Et que les gauchistes osent les traiter de racistes et d’islamophobes. 

                          Et au lieu de distribuer de petites étoiles jaunes, qu’ils reprennent un à un les arguments et les observations de ces connaisseurs ( des gens qui savent de leur intérieur, de quoi ils parlent) et les contrarient par des argumentaires opposés.


                          • Julien30 Julien30 21 octobre 20:06

                            « une république en grande partie raciste et xénophobe, une république violente à l’égard des pauvres, des étrangers, des boucs émissaires maghrébins, africains, roms, musulmans,  »

                            Ce constat est délirant, notre république est au contraire anti-raciste, ses lois condamnent le racisme et la discrimination raciale, un « anti-racisme » poussé d’ailleurs jusqu’à des excès délirants par lesquels des criminels étrangers sont sur notre sol et y restent malgré leurs méfaits, et vous voudriez nous faire passer la république française pour le 4è Reich ? Quelle escroquerie ! Votre discours irresponsable est bien celui de cette gauche extrême-gauche qui est aujourd’hui la meilleure alliée des islamistes et des terroristes.


                            • Jonas Jonas 21 octobre 21:02

                              « On voit déjà qu’il est dangereux de mettre tous les « islamistes » dans le même sac. Il est peu probable que tous les salafistes et tous les Frères musulmans approuvent dans le secret de leur cœur les crimes commis au nom de leur religion. »

                              Salafistes, Frères Musulmans et jihadistes veulent tous la même chose : liquider la France par l’application de la charia telle qu’elle est énoncée dans le Coran, et tous les moyens sont bons pour y parvenir. Ce sont donc tous des musulmans.

                              Ils diffèrent simplement par les moyens utilisés pour parvenir à une société islamique.

                               les salafistes ignorent la vie occidentale et vivent en communauté, ils espèrent ainsi grossir par le simple fait de créer une société indépendante de la société française.

                               Les Frères Musulmans font pression sur les institutions politiques pour obtenir progressivement l’application de la charia en France (voile islamique, interdiction des caricatures du Prophète, viande halal, non mixité homme/femme, militer pour l’immigration de masse islamique, etc..) Ils prétendent ainsi par le triple jeu de la démographie, les conversions et l’immigration, faire basculer la France vers un état islamique en quelques décennies.

                               les jihadistes veulent l’état islamique maintenant et tout de suite, par la force militaire, ils ne veulent pas attendre, c’est ce qui les différencie des Frères Musulmans.



                              • Jonas Jonas 21 octobre 21:10

                                « une république en grande partie raciste et xénophobe, une république violente à l’égard des pauvres, des étrangers, des boucs émissaires maghrébins, africains, roms, musulmans, mais aussi à l’égard de tous les contestataires (Gilets jaunes, écologistes...). »

                                La France a accueilli des millions d’Arabes, de Noirs, d’immigrés ces quarante dernières années, ses élus ont fait construire des milliers de mosquées pour satisfaire les musulmans, des centaines de milliers de personnes venant du continent africain sont prêtes à mourir chaque année pour atteindre les côtes françaises...et la république française serait raciste et xénophobe ?!!

                                Des dizaines de villes en France ont vu leur population française de souche totalement remplacée par des Africains (Saint-Denis, La Courneuve, Pierrefitte, Roubaix, etc...)

                                S’il y a bien un pays au Monde qu’on ne peut qualifier de raciste, c’est bien la France !


                                • hocagi@1shivom.com 21 octobre 21:17

                                  la question est trivialement posée, doit-on y répondre autrement ?

                                  donc vous choisissez 10 coups de fouets ou le cul de Brigitte Bardeau ds votre lit ? (bon à la belle époque, car le temps semble relatif)


                                  • zygzornifle zygzornifle 22 octobre 08:17

                                    Essayez d’intégrer de l’huile et du vinaigre. Agitez la bouteille. Au bout d’un moment, ils se sépareront de nouveau. Les Arabes sont des Arabes, les Français sont des Français.

                                    Si nous faisons l’intégration mon village ne s’appellerait plus Colombey-les-Deux-Églises, mais Colombey-les-Deux-Mosquées. »


                                    • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 22 octobre 09:08

                                      La situation est alarmante ,face au danger que représente l’islam salafiste qui est l’islam politique la plus rétrograde et la plus conquérante,nos politiques actuels comme ceux d’avant se sont tout simplement couchés et ont tous adoptés une conduite et une stratégie munichoise.( voir le sens B)

                                      https://cnrtl.fr/definition/munichoise.

                                      Ne nous leurons pas, cet islam veut conquérir l’Europe. Nous sommes arrivés à la situation où W.churchill avait dit aux anglais : « Voud avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur, vous aurez la guerre et le déshonneur ».

                                      http://www.linternaute.fr/citation/4125/vous-avez-voulu-eviter-la-guerre-au-prix-du-deshonneur---winston-churchill/

                                      Ce n’est pas nos « cérémonies bougies » que cet islam reculeta,mais avec des actions autrement plus musclées, et ce n n’est pas nos politiques actuels genre nouilles molles au max, islamocompatibles pour certains que nous y arriverons. Comme je le dis depuis au moins deux ans, seul un pouvoir militaire est capable de renverser la situation. ( Les pleureuses patentée du site je suis blindé !)

                                      Pour finir,méditez sur cette déclara tion

                                      Islamisme radical : « Il y a un risque de guerre civile », prévient Pierre de Villiers sur RTL.

                                      https://www.rtl.fr/actu/politique/islamisme-radical-il-y-a-un-risque-de-guerre-civile-previent-pierre-de-villiers-sur-rtl-7800908370

                                      @+P@py



                                      • Inquiet 22 octobre 10:24

                                        Défendre la république contre la financiarisation de l’économie revient à défendre la république contre un tas de risques réels et potentiels.

                                        Le problème de l’islamisme prend naissance dans l’utilisation de l’intégrisme religieux d’une portion de l’Islam afin d’atteindre des objectifs sous « faux drapeaux ».

                                        On se sert d’Al Quaida et dérivés pour combattre des régions du golfe pour couvrir les intentions de conquêtes des sources d’énergies fossiles non avouables auprès des peuples occidentaux.

                                        On se sert des attentats et/ou de la crainte des terroristes islamiste pour utiliser la stratégie du choc définie par Naomi Klein, afin de faire accepter à un peuple en sidération des mesures anti-démocratiques qui n’auraient pas été acceptées en temps « normal ».

                                        On se sert d’ailleurs de la même manière que le terrorisme, de « l’épidémie de covid » pour installer ces mêmes restrictions.

                                        L’islamisme radical est un outil, des idéologies libérales, comme un autre.

                                        Tant que ce sera la finance qui gouvernera on aura des fausses pandémies, des vraies pandémies (dans le cas où les puissants la maîtrise et l’oriente vers les personnes « qu’il faut »), des faux attentats, des vrais attentats, des attaques sous faux drapeaux...

                                        Tout ça parce qu’ils (les financiers) ne reculent devant rien.



                                          • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 22 octobre 10:45

                                            On parle de plus en plus de « République » et ce mot est de plus en plus voyant dans le discours officiel et médiatique. Il remplace petit à petit le mot « France ». 

                                            Je rappelle que la République est un « régime » politique pour gouverner un pays. Et non le nom d’une Nation ! Et républicain n’est pas, non plus une "nationalité. Je trouve une dangereuse dérive sémantique de la part de ceux qui s’acharnent à détruire la France, le pays, son peuple en allant de plus en plus loin dans la provocation. 

                                            France, vieille de 15 siècles, une nation qui n’a pas commencé avec la révolution française et ne s’est pas arrêtée avec l’abollition de la Monarchie.

                                            C’est une continuité. Si nous voulons retrouver toutes nos valeurs communes, commençons d’abord par retrouver le vrai sens des mots. 


                                            • troletbuse troletbuse 22 octobre 11:47

                                              @Nicole Cheverney
                                              On peut appeler celà pat le « galvaudage » des mots.


                                            • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 22 octobre 15:15

                                              @troletbuse

                                              Bonjour, galvaudage ne serait pas très grave, mais derrière le projet de destruction de la France,un plan pensé et qui se met petit à petit en place : la destruction des nation, pronée par l’UE et le Nouvel Ordre MOndial. Il y a des mots qui pèsent très lourd sur le destin des peuples et des pays. 
                                              Ne laissons ce mot République prononcé à toutes les sauces, prendre la place du seul mot LEGITIME ! : France.


                                            • pierrot pierrot 22 octobre 11:08

                                              L’usage du mot « République » me semble bien plus pertinent que le mot « France ».

                                              En effet la République c’est essentiellement les valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité ainsi que de laïcité ce qui est très différent que la monarchie française.


                                              • troletbuse troletbuse 22 octobre 11:13

                                                @pierrot
                                                Comme il n’y a plus de Libertes, de Fraternité, de Laïcité en F Rance, me mot « République » n’a plus lieu d’être appliqué.
                                                DICTATURE est le mot adéquat.


                                              • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 22 octobre 15:29

                                                @pierrot

                                                Bonjour, 

                                                La France est le pays dans lequel fut instaurée la République. Nous en sommes à la cinquième. C’est un fait historique mais aussi juridique et constitutionnel. Nous appartenons tous à la Nation France, d’une part. 

                                                Deuxième fait que nous constatons de plus en plus en tant que peuple français : ce sont les tentatives  fort maladroites d’ailleurs  de l’Etat, du gouvernement et des partis politiques de gauche comme de droite, d’effacer progressivement le nom de notre pays : France au profit, je répète ce que je disais plus haut de l’appellation d’un régime politique : république. 
                                                Je pense que nous sommes le seul pays à nous affliger de telles turpitudes, le plus attaqué dans ses fondements mêmes, le peuple le plus en proie à des attaques systématiques et systémiques, par l’Oligarchie et bien des entreprises crapuleuses à son encontre. 
                                                Après, que l’on soit républicain ou monarchiste, c’est un choix personnel et politique, mais nous ne devons jamais perdre de vue notre qualité intrinsèque de Français, habitant de la France ! 
                                                Cette bataille des mots est importante. 


                                              • Julien30 Julien30 22 octobre 15:52

                                                @pierrot
                                                Voir quasiment tous nos hommes politiques et journalistes ne plus parler que de « république » et plus jamais de France est au contraire problématique et révélateur. Notre pays est bien plus que son régime politique et je ne parle pas seulement de la monarchie mais de son peuple, de sa culture, de sa langue, de ses paysages, de ses monuments et tout le reste. Et comme tout ça est en train de partir à vau l’eau à des degrés divers et que nos élites déracinées largement insensibles à tout ce patrimoine n’y peuvent rien (ou sont bien souvent complices) elles passent donc leur temps à parler de « république », entité abstraite n’étant pas en mesure de rassembler les gens, tout en étant elle-même très affaiblie et le plus souvent par leurs soins.


                                              • pierrot pierrot 23 octobre 16:30

                                                @Nicole Cheverney
                                                Bon, appelons donc république française en associant ainsi France et République.


                                              • Bombe Bombe 22 octobre 14:33

                                                La république ?

                                                Une saloperie. Un régime colonial ethnocidant les indigènes (ces français de souche que vous ne supportez pas)

                                                Cette république maléfique s’est instaurée par une minorité de criminels (1% des français ont fait la révolution, les autres ont subis) Génocide de 200 000 vendéens, nié par cette république communiste. Destruction de la religion millénaire du peuple, destruction des langues régionnales, assimilation forcée des ethnies et nations indigènes de france au peuple bricolé de la « république », Pillage de ceux-ci par les impôts, réinvesties dans des colonies qu’ils n’ont jamais vues, où étaient déjà censées s’étendre les « valeurs de la république »... Participation forcée du peuple a deux guerres mondiales avec lesquelles il n’avait rien à voir, mort de millions de français. Colonisation de peuplement forcennée, plus de 20 millions de colons non européens en france en 50 ans. Volonté obsessionnelle de métisser le peuple, de briser la filiation, de modifier génétiquement la population. Assimilation forcée à un peuple « universel » qui n’existe pas. Une création artificielle et « civique » sur laquelle je défèque : le peuple de la république (usurpant la qualité de français) Ethnocide. Droits supérieurs dans la loi pour les populations de colons allogènes. Diabolisation hystérique des indigènes blancs de france, diabolisation raciale, culturelle. Assimilation perverse des crimes de la république aux indigènes de la france et non à la république elle-même. On vous explique que c’est la « France » qui a colonisé etc.. jamais on ne dit que c’était la « république ». Non reconnaissance dans la loi des nations indigènes blanches de france, par contre les kanaks sont reconnus comme autochtones par la république. Lois coloniales interdisant la libre expression des indigènes, interdisant la dénonciation de la colonisation en cours et de l’ethnocide en cours ; Ils appellent ça « lois antiracistes »... Et mon cul... Ils envahissent la terre millénaire de tes ancêtres par 20 millions de colons venus d’autres continents et t’expliquent que t’es « xénophobe » ou raciste si t’es pas content... Un type comme Zemmour n’a d’ailleurs été condamné que par ce type de lois haineuses censurant la liberté d’expression.. la république et sa gauche maléfique est PARTOUT médiatiquement, mais un seul Zemmour ça leur fait péter les plombs... si il y avait une vraie représentativité médiatique, il y aurait des dizaines de milliers de Zemmour qui prendraient la place des dizaines de milliers de gauchistes dans les médias...

                                                Bref la république est une saloperie de régime colonial génocidant la population indigène de la france. La république est l’ennemie à mort de la France, le but de la république est de détruire la France. Ce régime doit être : DÉGAGÉ MORT À LA GUEUSE !!!


                                                • pierrot pierrot 23 octobre 16:33

                                                  @Bombe
                                                  L’histoire tant en France qu’à l’étranger, c’est un tout avec des périodes obscurantistes (esclavage, guerres, colonisation, massacres...) et des lumières (révolution 1789, droit de l’homme, laïcité etc.


                                                • Bombe Bombe 22 octobre 15:01

                                                  Le type ayant écrit l’article a de gros troubles mentaux.. un souci de perception du réel, je ne vois pas d’autre explication...

                                                  Oui la république est raciste, envers les indigènes blancs qu’elle colonise et auxquels elle promet un avenir métissé (ces saloperies sont condamnées par le droit international) La république ne peut être xénophobe puisqu’elle a fait rentrer ici des dizaines de millions d’étrangers... la république est donc : francophobe. La république a en effet un bouc-émissaire : la population indigène blanche, les français quoi.. et ceux défendant leurs intérêts, elle appelle ça : l’extrême-droite ; Le bouc-émissaire systématique de ce systême, à un stade tel, que tout le monde peut répondre à cette question : de qui ne faut il pas faire le jeu ???

                                                  Bah.. du bouc-émissaire... Reportages à charge contre l’extrême-droite par milliers, cinéma, musiques, artistes et presse subventionnée, associations anti extrême-droite absolument partout, dissolution arbitraire de mouvements, agressions antifascistes, censure médiatique (ruquier refuse d’inviter les gens du RN alors que ce mouvement est de gauche..) endoctrinement à l’éducation nationale, universités ouvertement antiblanches, barrage « républicain » systématique face au bouc-émissaire etc.. etc.. Le bouc-émissaire est blanc, catholique, français de souche. PORCS


                                                  • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 22 octobre 15:09

                                                    @ Bombe

                                                    Bonjour, République bourgeoise qui n’a rien fait pour le peuple, mais qui, à travers les loges et les sociétés secrètes, ont disséqué la France, ont tué le catholicisme, et a permis à des petits aventurieux peu scrupuleux de s’enrichir. 

                                                    République bourgeoise et... franc-maçonne. 


                                                    • Bombe Bombe 22 octobre 15:40

                                                      @Nicole Cheverney

                                                      Exact. La république est le régime de l’extrême-gauche. D’ailleurs TOUT les partis politiques pouvant se présenter à une élection en france sont OBLIGATOIREMENT validés par la république, donc ils sont tous de GAUCHE. Ils défendront tous d’une façon ou d’une autre les « valeurs de la république » Celles qui nous tuent


                                                    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 22 octobre 16:51

                                                      @Bombe

                                                      « La république est le régime de l’extreme-gauche ».

                                                      Je pense que du point de vue constitutionnel, la république est celle des partis qui réunissent un spectre large allant de la droite à la gauche avec des variantes plus ou moins marquées. Les « valeurs de la république », sont celles que les « sociétés secrètes » ont impulsées et, dans la préparation de la révolution française, et, de son accomplissement par le renversement de la Monarchie. 
                                                      Je pense que réduire à l’extrême-gauche, le régime républicain c’est oublier aussi que les partis de droite et du centre ont une grande responsabilité dans la destruction systématique de notre pays, de notre peuple. Ce sont les MEMES ! Et il ne faut avoir à leur encontre au vu de leurs incessantes compromissions, tous partis confondus, de la corruption des institutions, aucune excuse à leur apporter. 
                                                      Je pense même, que nous devons dépasser ces clivages droite-gauche, car la République est elle-même, en état de putréfaction avancée et en passe de crever bien plus vite encore que le pays lui-même. 
                                                      Nous avons la naïveté de croire qu’un clivage réel existe  gauche-droite  entre les femmes et les hommes politiques qui nous gouvernent, depuis l’instauration de la république. Les faits nous ont démontré le contraire. 
                                                      Le véritable clivage aujourd’hui, c’est le peuple contre l’Oligarchie. Une oligarchie très soudée par un projet unique : la mise en place d’une « république universelle », ce que l’on appelle aujourd’hui à travers les sociétés secrètes : le N.O.M. 


                                                    • Yann Esteveny 22 octobre 23:48

                                                      Message à Madame Nicole Cheverney,

                                                      Le mot république signifie que le pouvoir provient d’une assemblée.
                                                      Le mot par lui même ne donne pas beaucoup d’indication sur la nature du Régime.
                                                      L’ex-URSS était une union de République d’idéologie marxiste.
                                                      La République Islamique d’Iran est une théocratie fondée sur l’Islam.
                                                      La République Française est franc-maçonne et d’idéologie libérale.
                                                      La conséquence est que le terme « laïcité » (terme également dévoyé par le Régime) masque cette religion franc-maçonne qui cultive le secret, la confusion et la tromperie. Depuis ses débuts, la République franc-maçonne prétend oeuvrer pour les intérêts peuple mais n’est qu’un repère d’arriviste libéral qui cherche individuellement qu’à s’enrichir. Les députés LREM étaient en cela une belle brochette basée sur ce modèle. Ce Régime allie le libéralisme autant économique (tendance droite) que moral (tendance gauche). LREM n’est qu’une synthèse réussie et voilà pourquoi il ne peut y avoir d’opposition Républicaine à cela.

                                                      Les vrais opposants à ce Régime sont non-Républicains et défendent la vraie France fondée par Clovis et Saint Rémi.

                                                      Respectueusement


                                                    • Florian LeBaroudeur Florian LeBaroudeur 23 octobre 06:47

                                                      « En fait, le socialisme soviétique était fort peu démocratique. Il n’était même pas la dictature du prolétariat, mais la dictature d’un parti unique prétendant savoir mieux que le peuple ce qui était bon pour le peuple. Et, loin de préparer le communisme, cette bureaucratie étatique a fini par instaurer une forme particulièrement sauvage de capitalisme. »

                                                      Ce constat sur la période soviétique ressemble de plus en plus à la situation actuelle.


                                                      • uleskiserge uleskiserge 25 octobre 17:41
                                                        APPEL À LA DÉFENSE DE LA LAÏCITÉ : NOUVEAU LYNCHAGE MÉDIATIQUE DE LA COMMUNAUTÉ MUSULMANE DE FRANCE

                                                        25 OCTOBRE 2020

                                                        Rédigé par Serge ULESKI et publié depuis Overblog

                                                         

                                                         

                                                               Appel et mouvements de « Défense de la laïcité »... nouveau cache-sexe d’un racisme et d’une intolérance qui n’oseront jamais s’afficher comme tel... bien évidemment.

                                                        Disons-leur à tous que nous ne sommes pas dupes d’autant plus que les signataires de cet appel pour la défense de la laïcité sont tous des partisans du procès en antisémitisme contre quiconque critique la Banque, le CRIF, l’UEJF, Israël et sa politique de colonisation abjecte ; de plus, tous ont soutenu la casse du Moyen-Orient aux millions de morts et de déplacés musulmans ; et enfin... tous peuvent être considérés sans difficulté comme les leaders de la parole raciste dans les médias ; parole qui place le Musulman au centre de tous les maux de notre société…

                                                        Continuez donc votre travail de sape de notre République ! avec cette absence totale de sens de la justice des conditions de traitement médiatique et d’existence de millions de nos compatriotes issus de notre passé colonial qui vous caractérise tous, à l’unanimité des acteurs de ces médias dans le cadre d’un « deux poids deux mesures » qui tue jour après jour nos possibilités de nous rassembler dans les années à venir alors que nous n’avons pas le choix !

                                                        Mais alors, que tous ces signataires cessent de nous faire croire que l’on a le choix de la confrontation et de l’exclusion de millions de nos compatriotes au nom d’une lutte contre un « islamisme » qui ne concerne qu’une toute petite frange de la communauté musulmane ; islamisme qui n’est en rien une cause mais bien plutôt un effet.

                                                        Refuser de s’attaquer aux causes pour mieux dénoncer les effets c’est tout simplement faire l’aveu d’un engagement qui n’a aucune considération pour la recherche de solutions qui prennent en compte la complexité de la situation dans laquelle les Musulmans de France se trouve depuis deux décennies et plus : situation interne - racisme sans retenue, discriminations sans nombre et mépris ; situation externe : instrumentalisation par l’Occident du djihadisme… de Ben Laden, fin des années 90 à aujourd’hui... pour le plus grand profit des USA, d’Israël et des Monarchies du Golfe.

                                                                 Qu’il soit ici rappelé qu’aucun des signataires de cet appel qui ressemble fort à un nouveau lynchage de la communauté musulmane de France ne nous forcera à choisir entre les fondamentalistes islamophobes et racistes soutenus par la majorité des médias ( zemmour, finkielkraut, val, fourest, E lévy, C Hebdo, Walls…) et les fous d’Allah.


                                                        • uleskiserge uleskiserge 25 octobre 17:44

                                                          @uleskiserge

                                                           48 personnalités réclament de nouvelles institutions pour défendre « une laïcité pleine et entière »

                                                          Des collaborateurs ou proches de « Charlie Hebdo » (Caroline Fourest, Richard Malka, Marika Bret) font partie des signataires de la tribune publiée dimanche dans le « JDD », tout comme Elisabeth Badinter.


                                                        • raymond 25 octobre 17:51

                                                          @uleskiserge
                                                          Serge , vous n’allez tout de même pas défendre le groupuscule islamiste ?


                                                        • foufouille foufouille 25 octobre 18:09

                                                          @raymond

                                                          il s’est converti.


                                                        • foufouille foufouille 25 octobre 18:13

                                                          @uleskiserge

                                                          ta religion n’est pas une race


                                                        • jakem jakem 27 octobre 09:02

                                                          @uleskiserge
                                                          Cher monsieur Uleskiserge, je remercie l’honorable islamo-collabo que vous êtes de m’avoir fait connaître cette tribune dans le JDD.

                                                          Je l’ai lue avec intérêt et délectation, et enregistrée.

                                                          Ke le Tout Puissant Prisunik et Clystère-des-Vieux étende Ses bienfaits sur votre humble personne, qu’Il stimule la pilosité de votre barbe et vous réserve une bonne poignée d’ ispice di konasses quand vous arriverez dans Sa verte prairie....Allahhhhmort !


                                                        • babelouest babelouest 25 octobre 18:20

                                                          Dans cette affaire, le nombre de ceux qui mettent en avant une religion est énorme : je rappelle qu’en France l’État n’en reconnaît normalement aucune. Cela veut dire que TOUS les hauts fonctionnaires de l’État sont, à des degrés divers, complices vis-à-vis de la Constitution, donc tous au gnouf ! Ils seront accompagnés de beaucoup de « personnalités » qui elles aussi n’ont pas compris ou voulu comprendre le cas particulier français.


                                                          • jakem jakem 26 octobre 10:06

                                                            L’auteur semble apprécier la justesse des mots et l’établissement de la vérité.

                                                            Je lui suggère d’établir le lien vers : @Valeurs actuelles, « E. Zemmour condamné par la justice, le vrai bilan judiciaire d’un faux coupable » , par Olivier Pardo, avocat, en date du 1 nov. 2019.

                                                            Et si l’auteur pense que l’avocat ment, il devrait porter plainte.

                                                            Entre temps Zemmour a été condamné à une amende de 10000 balles pour avoir dit des choses vraies et d’autres contestables ; je suppose qu’il a pris ce risque en connaissance de cause, et il paie, ou a payé.

                                                            Et c’est sur ce point de droit que je veux insister. Le tribunal, 17e. Chambre, dit : « ... les propos tenus constituent une exhortation, tantôt implicite tantôt explicite, à la discrimination et à la haine à l’égard de la communauté musulmane et à sa religion. »

                                                            Mon commentaire : 

                                                            1 la justice distingue donc LA communauté musulmane, sa spécificité obligatoire pour tous les musulmans qu’elle suppose entièrement musulmans. « C’est obligatoire puisque t’as le teint basané ! »

                                                            Et qu’en est-il de Zineb et de Malika Sorel, de M. Sifraoui... ?

                                                            2 remplacez « com. musulmane » par « TCHETCHENES » et vous obtenez la stigmatisation, la haine et la discrimination clairement exprimée par le sidi von Mélenchovski.

                                                            Que fait l’auteur de l’article contre cette malveillance orale ??? rien.

                                                            Que font les gauchistes, les FI et autres prétendus bien-pensants ? rien.

                                                            3 Par ailleurs, moi je considère que Zemmour n’a pas été jugé par la Justice française mais par l’idéologie droit-de-l’hommiste eurokraturiste.

                                                            Laquelle émane de la CEDH. Et Patrick TITIUN, chef de cabinet du Président de la CEDH, dit ceci : « les décisions de la CEDH sont contraignantes car les Etats ont accepté de se soumettre à la Convention des Ddel’H en la ratifiant. »

                                                            Un Arrêt rendu du par la CEDH est transmis au Comité des Ministres ( organe constitué au sein du Conseil de l’Europe et composé de représentants des Etats membres) qui communique avec les Etats pour faire appliquer les décisions.

                                                            Ces décisions sont incluses dans le Droit eurokraturiste d’une manière ou d’une autre et imposent des jugements désavoués par la plupart des Français.

                                                            Même notre constitution n’est plus franco-française mais eurokraturiste constellée de restes de NOTRE constitution.

                                                            D’autre part la 17e. Chambre commet un déni de justice, à mon avis de non-juriste, car elle nie cet Arrêt de la CEDH paru en 1976, concernant la liberté d’expression :

                                                            « L’expression protégée ne vise pas seulement les informations accueillies avec faveur ou considérées comme inoffensives ou indifférentes, mais aussi celles qui heurtent, choquent ou inquiètent l’Etat ou une fraction quelconque de la population. Ainsi le veulent le pluralisme, la tolérance et l’esprit d’ouverture sans lesquels il n’est pas de société démocratique. »

                                                            Et je veux citer Soljénitsyne : « Lorsque toute la vie est pénétrée de rapports juridiques, il se crée une atmosphère de médiocrité morale qui asphyxie les meilleurs élans de l’homme. » ( in : Le déclin du courage)...

                                                            ... et Alain Bloom : « La tyrannie la plus efficace n’est pas celle qui recourt à la force pour garantir l’uniformité, mais celle qui supprime la conscience d’autres possibilités et qui fait paraître inconcevables que d’autres moyens sont viables. » ( in : L’âme désarmée )

                                                            Et enfin, s’il faut devenir « facho » ( au sens idiot et dévoyé des prétendus bien-pensants) pour retrouver notre liberté, alors je serai facho.

                                                            J’attends avec impatience ce moment où je pourrai (me) dire que j’ai bien voté !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Jordi Grau

Jordi Grau
Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité