• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Gaza : les mains coupées de l’Europe

Gaza : les mains coupées de l’Europe

Réunion d’urgence pour un constat de carence. Jusqu’au bout la Présidence française de l’Union aura été une Présidence de crise. Bernard Kouchner, en accord avec la future présidence tchèque de l’Union européenne, a décidé de réunir ce mercredi à Paris ses homologues européens ainsi que le secrétaire général du Conseil, haut représentant pour la PESC (politique étrangère et de sécurité commune) et la Commission européenne pour examiner en urgence la situation au Proche-Orient. Bonne réactivité ? On aurait pu l’imaginer meilleure : c’est l’annonce de la fin de la trêve du Hamas qui aurait dû mobiliser « d’urgence » les « bonnes volontés »

Il est vrai que ces derniers temps, en dépit du lancement de l’Union pour la Méditerranée, les Européens, les dirigeants arabes, les vigiles de l’ONU ont complètement « oublié » Gaza. Alors qu’ils auraient dû réagir dès le coup de force du Hamas qui, c’était une évidence, allait rendre caduque la belle Feuille de route du Quartet, ils se sont résignés à subir la loi de ce mouvement islamistes et de se réjouir de la trêve décidée sur pression égyptienne, mais avec l’arrière pensée que cette pause allait permettre de préparer d’autres offensives, d’autres provocations..
Silencieux, le Quartet !. Pourtant, ce nom musical désignait une coalition informelle de la paix constituée par l’Union européenne, la Russie, les États-Unis et l’ONU qui aurait dû se montrer hyperactive Et la Feuille de Route était un beau programme que devait faire progresser le bon Tony Blair qui trouvait là une occasion de se laver de ses fautes bushistes et de ses élans néo-conservateurs impériaux. Et sa tache s’annonçait exaltante : l’assistance financière aux Palestiniens, le développement économique, la gouvernance, la réforme de la justice et de la fonction publique, les droits de l’homme. Bref, la paix politique et économique !

Mais Tony Blair n’a pas trouvé dans cette mission de médiation suffisamment de quoi utiliser son temps : depuis janvier il est consultant pour la banque américaine JP Morgan. La paix israelo-palestinienne ? Un travail à temps... partiel pour l’ancien premier ministre britannique devenu médiateur difficilement crédible aux yeux des islamistes... Affligeant. Dans l’indifférence générale. Révoltant.

Du coup, que peuvent faire nos 27 dans cette ultime réunion d’urgence de la présidence française de Conseil de l’Union ? Lancer des appels au cessez-le-feu ? Exhorter Israël a ne pas poursuivre une « riposte disproportionnée » et à éviter de faire des victimes civiles ? Décider d’aides humanitaires qui pourraient d’être acheminées vers le terminal frontalier de Rafah. ? Apporter un soutien politique à la Haute Autorité palestinienne (qui n’a plus droit à la parole à Gaza) ? Soutenir les efforts diplomatiques du secrétaire général de l’ONU ? Pas de rupture en vue avec la diplomatie du chéquier et du bavoir... Bons sentiments et mains coupées.
Pour les 27, le contexte est d’autant plus difficile que sur le fond ils sont écartelés entre une réalité et une exigence.

La réalité : Israël, cette fois, n’a pas lancé une offensive, comme on le dit trop, mais une opération d’autodéfense sinon de légitime défense. Mieux ou pire : Israël fait le sale boulot de tenter non de liquider le Hamas mais d’effacer son coup de force qui fait de Gaza un obstacle à toute paix israélo-arabe. A toute Feuille de Route vers tout espoir de règlement.

L’exigence : la reconnaissance d’un tel fait est évidemment incompatible avec la poursuite d’une politique arabe fondée sur le dialogue et la coopération. La realpolitik est forcément hypocrite. Tout est une affaire de dosage. De mesure. Nous verrons ce soir. De toutes façons, cette réunion d’urgence des 27 s’imposait. Quand on est impuissant sur le fond, il faut au moins préserver les formes...

Pendant ce temps, le Hamas continue d’envoyer ses roquettes et de multiplier ses menaces. Il continue son « qui perd gagne » en misant sur les rues arabes et sur le soutien de ceux qui ne veulent surtout pas d’une vraie paix, avec coexistence entre deux Etats qui vivraient en bonne intelligence... Et les Israéliens qui savent résister aux pressions internationales parce que personne ne garantit leur sécurité à leur place poursuivent une opération « plomb durci » qui a déjà fait 370 morts et 1 400 blessés.

« Une offensive terrestre n’est pas inévitable », cette « guerre » contre le Hamas sera « menée jusqu’au bout », a assuré le ministre de la Défense Ehoud Barak. en mettant en relief un fait incontestable (et inévitable sur ce terrain) : Les membres du Hamas se "cachent " au sein de la population civile, et dans des batiments publics (mosquées, université...). Cette tactique à la Mao des "combattants" vivant dans la population civile comme un poisson dans l’eau) rend extêmement difficiles les actions "ciblées". Il n’y pas de guerre propre. Comme il n’y a pas de guerre juste.
L’opération va « être élargie et approfondie autant que nécessaire », a dit Barak. Des mots qui annoncent de nouveaux morts. Le Hamas le sait. Les Européens impuissants aussi.

Daniel RIOT

INFO : La chancelière Angela Merkel tient le mouvement palestinien Hamas pour seul responsable de l’escalade de la violence à Gaza, a annoncé lundi le porte-parole du gouvernement. Lors d’une conversation téléphonique, Mme Merkel et le Premier ministre israélien Ehud Olmert "sont tombés d’accord pour dire que la responsabilité de l’évolution de la situation dans la région incombe clairement et exclusivement au Hamas", a déclaré Thomas Steg lors d’un point de presse régulier.


Moyenne des avis sur cet article :  2.77/5   (43 votes)




Réagissez à l'article

84 réactions à cet article    


  • Pierre de Vienne Pierre Gangloff 30 décembre 2008 11:16

    Je ne suis pas particulièrement proche des positions du Hamas mais arrêtez s’il vous plait de parler de "coup de force du Hamas" à Gaza pour qualifier une des rares éléctions démocratiquesoù le Hamas (contre toute attente) a remporté ces élections.
    A force d’utiliser la seule prose officielle vous en oubliez la vérité. De la part d’un ancien des DNA cela ne m’étonne pas. 


    • Indépendance des Chercheurs Indépendance des Chercheurs 4 janvier 2009 14:36

      Intéressant, tout de même, d’apprendre que

      "Tony Blair n’a pas trouvé dans cette mission de médiation suffisamment de quoi utiliser son temps : depuis janvier il est consultant pour la banque américaine JP Morgan"

      Un haut responsable de cette banque a joué un rôle important dans l’opération du Plateau de Saclay. Voir par exemple, dans notre blog La Science du XXI Siècle ( http://science21.blogs.courrierinternational.com/ ), les articles :

      Recherche : après la casse du CNRS, celle du CEA et de la fac d’Orsay ?

      Le plateau de Saclay et la casse des etablissements publics de recherche

      Plateau de Saclay, CNRS, CEA et science du XXI siècle

      Valérie Pécresse, CNRS, INSERM, Union Européenne, plateau de Saclay et « décloisonnement » de la recherche

      Ainsi donc, l’ami de Sarkozy Tony Blair, faute de devenir le premier président "permanent" de l’UE, s’est recyclé dans une grande banque privée dont le responsable en France paraît également proche de Sarkozy et Pécresse. Qui fait la loi dans la "construction européenne", si ce n’est la grande finance ?

      Quant à la situation au Proche-Orient, c’est curieux d’entendre parler de "mains coupées de l’Europe". Ces "mains coupées" n’ont pas empêché l’UE de renforcer encore récemment ses liens avec Israël. Voir par exemple :

      http://blog.mondediplo.net/2008-12-10-L-Union-europeenne-capitule-devant-Israel

      et pour intervenir en Afghanistan,on ne peut pas dire que les puissances européennes aient les "mains coupées", non plus.

      D’ailleurs, dans une Europe pour laquelle des dirigeants politiques influents revendiquent des "racines chrétiennes", il serait sans doute utile d’apprendre à l’ensemble de la population deux ou trois choses sur les "raciines chrétiennes" du sionisme "pur et dur".

      Par exemple, dans le célèbre discours d’Urbain II au Concile de Clermont de 1095 appelant à la Première Croisade, où on peut lire des invectives du genre : "... des peuples du royaume des Persans, nation maudite, nation entièrement étrangère à Dieu, race qui n’a point confié son esprit au Seigneur, a envahi en ces contrées les terres des chrétiens, les a dévastées par le fer, le pillage, l’incendie, a emmené une partie d’entre eux captifs dans son pays, en a mis d’autres misérablement à mort, a renversé de fond en comble les églises de Dieu...", etc... (version du discours d’Urbain II dans Roberti Monachi historia Hierosolymitana, écrite par l’abbé de Saint-Rémi de Reims, Robert le Moine). Source sur la Toile :

      http://pages.usherbrooke.ca/croisades/sources1.htm

      Or, la mëme version du discours dit plus bas :

      "Prenez la route du saint sépulcre, arrachez ce pays des mains de ces peuples abominables, et soumettez-le à votre puissance. Dieu a donné à Israël en propriété cette terre dont l’Écriture dit " qu’il y coule du lait et du miel ".

      Jérusalem en est le centre, son territoire, fertile par-dessus tous les autres, offre pour ainsi dire les délices d’un autre paradis : le Rédempteur du genre humain l’a illustré par sa venue, honoré de sa résidence, consacré par sa Passion, racheté par sa mort, signalé par sa sépulture. (...)"


      En clair, pour l’Eglise le légat d’Abraham (terre comprise) appartenait aux Chrétiens, pas aux Juifs. Les premiers étant justifiés par la foi en Christ, alors que la Loi (de Moïse) était devenue obsolète d’après le dogme chrétien. Le sionisme chrétien n’est donc pas une invention des évangélistes des Etats-Unis.

      Dans son Epitre aux Galates, Paul écrit :

      "Avant que vînt la foi, nous étions enfermés sous la garde de la Loi, en vue de la foi qui devait être révélée.

      Mais la foi étant venue, nous ne sommes plus sous un pédagogue.

      Car vous êtes tous fils de Dieu par la foi dans le Christ Jésus.

      (...)

      Et si vous êtes au Christ, vous êtes donc " descendance " d’Abraham, héritiers selon la promesse."


      Source sur la Toile : http://bible.catholique.org/epitre-de-saint-paul-apotre-aux-galates/3396-chapitre-3

      Les intentions de l’auteur de l’Epitre étaient bonnes pour son époque : elles visaient à metre fin aux différences de traitement entre les ëtres humains : "Il n’y a plus ni Juif ni Grec ; il n’y a plus ni esclave ni homme libre ; il n’y a plus ni homme ni femme : car vous n’êtes tous qu’une personne dans le Christ Jésus." Mais dix siècles plus tard, les croisades se sont servies du légat d’Abraham dans un but très différent.

      Quand des historiens israéliens comme Benny Morris comparent Israël aux Croisades, on peut se faire une idée des bases de la référence...

      D’ailleurs, le Haut Moyen-Age a connu un "pouvoir européen" théocratique dont la Croisade Albigeoise a été l’un des derniers "exploits". Voir par exemple cet article :

      http://notresiecle.blogs.courrierinternational.com/archive/2008/03/08/trait e-europeen-pouvoir-continental-et-huit-centenaire-de-la.html

      Le Collectif Indépendance des Chercheurs



    • Indépendance des Chercheurs Indépendance des Chercheurs 4 janvier 2009 16:16

      Il y a une erreur à la fin du précédent commentaire avec l’adresse de notre blog "La Science au XXI Siècle", qui en réalité est celle-ci :

      http://science21.blogs.courrierinternational.com/

      Nous nous en excusons. A la place, on avait mis celle du dernier blog cité.

      A propos de la banque JP Morgan et de l’opération du Plateau de Saclay, on trouve pas mal d’informations dans les commentaires à cet article :

      http://bellaciao.org/fr/spip.php?article68948

      L’article rappelle également un extrait du discours de Nicolas Sarkozy du 28 janvier 2008 à Orsay :

      « Il faut désormais (...) fonder un grand projet à la fois, je le dis aux élus, scientifique, économique, urbanistique et paysager, sur le plateau de Saclay. Nous pouvons fonder ici au XXIème siècle ce que d’autres ont fondé à Cambridge au Royaume-Uni, ou à Cambridge au Massachusetts, en d’autres siècles (...).

      S’agissant du cahier des charges et de la stratégie scientifique, la fondation qui réunit les deux réseaux technologiques de recherche avancée du plateau, présidée par Philippe LAGAYETTE, prépare un projet que j’attends avec intérêt. Ils le font, ce sont des gens de qualité, attendons ce qu’ils vont nous proposer. (...) S’agissant enfin de la gouvernance, je crois qu’il faut clarifier et qu’il faut inventer. La clarification, c’est de reconnaître que l’opération d’aménagement à entreprendre ne relève pas tant de la politique du logement que de la politique scientifique et universitaire de la France. J’admets, c’est un changement. Le but, je voudrais vous le dire, n’est pas pour moi de construire des logements par dizaines de milliers entre Massy et Versailles, le but est d’accueillir dans un cadre agréable et écologique les meilleurs chercheurs et étudiants du monde. (...) On ne peut pas continuer à être dans un pays où la moindre association de défense peut empêcher la réalisation de projets d’importance stratégique uniquement parce qu’il y a un intérêt corporatiste qui s’y oppose. (...) »

      (fin de citation)

      Nommé en 1981 (sous François Mitterrand) Directeur du Cabinet du Ministre de l’Économie et des Finances, Jacques Delors, Philippe Lagayette est passé plus tard dans la grande banque privée aprés avoir été premier sous-gouverneur de la Banque de France (1990-92), membre de la commission de surveillance (1984-92) puis directeur général (1992-97) de la Caisse des Dépôts et Consignations. Il a été par la suite Président de JPMorgan France (1998-08). 

      En 2008, Lagayette est devenu Vice-Président pour la région EMEA, Président du groupe fonds souverains Europe et membre du European Advisory Council, de JPMorgan.

      La « zone EMEA » compend l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique.

      Le Collectif Indépendance des Chercheurs



    • ZEN ZEN 30 décembre 2008 11:25

      Mr Riot fait de l’information à sens unique...il ne lit pas la presse
      Impuissance de l’Europe ou double jeu ?
      Prêcher la "retenue" à la puissance israëlienne et envoyer des médicaments...alors qu’un traité de rapprochement vient d’être signé avec Israël...

      Les événements sont moins simples que ce que un certaine presse nous en dit :

      "En quittant unilatéralement la bande de Gaza et en démantelant les colonies à l’été 2005, Ariel Sharon avait voulu se débarrasser d’un territoire sans intérêt stratégique ni religieux pour Israël, pauvre et exigu, où s’entassent 1,5 million de Palestiniens sur 362 km2 - la plus forte densité au monde - est devenu la place forte du Hamas, radicalement hostile à Israël.
      Qui a commencé ?Le Hamas a pris la décision, le 18 décembre, de ne pas renouveler la tahdiyeh (la période de calme) de six mois conclue avec Israël. Cette rupture a rapidement été suivie par le tir de dizaine de roquettes et d’obus de mortiers, provoquant l’attaque israélienne de samedi. En fait, cette trêve, plutôt bien suivie pendant quatre mois et demi, n’était plus vraiment respectée depuis le raid israélien du 4 novembre qui avait tué six membres du Hamas. Cet acte de violence avait entraîné une réaction en chaîne : riposte à coups de roquettes du mouvement islamiste et renforcement du blocus israélien de la bande de Gaza, qui a encore aggravé la situation humanitaire déjà très critique dans l’enclave palestinienne. Selon Khaled Mechaal, le chef du mouvement islamiste en exil, ce sont ces assassinats et ce blocus - qui touche 1,5 million de personnes - qui ont conduit le Hamas à ne pas reconduire la tahdiyeh. Si le Hamas a effectivement engagé les hostilités, l’Etat hébreu porte néanmoins une très large responsabilité dans la rupture de la trêve. Celle-ci lui a d’ailleurs servi à préparer son opération militaire. Selon le quotidien israélien Haaretz, les préparatifs ont même commencé six mois plus tôt, alors que le Hamas et Israël négociaient une trêve avec l’aide de l’Egypte. Ehud Barak avait alors demandé à ses services de renseignements de recenser les sites des forces de sécurité du Hamas et d’autres groupes armés dans la bande de Gaza.

      Pourquoi maintenant ?Israël a voulu profiter de la longue transition entre une administration Bush discréditée, et une équipe Obama pas encore en poste et peu désireuse de débuter son mandat par l’épineux dossier israélo-palestinien, pour frapper un grand coup et affaiblir durablement le Hamas, voire établir de nouvelles règles du jeu. Or les Etats-Unis, bien plus qu’une Europe impuissante et alignée sur Washington au Proche-Orient, sont la seule puissance au monde capable, tout à la fois, d’influer sur la politique d’Israël et d’inspirer suffisamment de crainte à ses adversaires. Deuxième facteur décisif, la campagne électorale israélienne en cours. Tzipi Livni, la candidate du parti aujourd’hui au pouvoir, Kadima, était ces dernières semaines à la traîne dans les sondages de Benyamin Nétanyahou, le chef du Likoud, partisan de la manière forte dans la bande de Gaza. Elle a donc poussé le Premier ministre Ehud Olmert et son collègue de la Défense, le travailliste Ehud Barak, a accélérer la mise en œuvre d’une opération prévue de longue date. .. (Nouvel Obs)



      • saint_sebastien saint_sebastien 30 décembre 2008 11:28

        je cite

        "La réalité : Israël, cette fois, n’a pas lancé une offensive, comme on le dit trop, mais une opération d’autodéfense sinon de légitime défense. Mieux ou pire : Israël fait le sale boulot de tenter non de liquider le Hamas mais d’effacer son coup de force qui fait de Gaza un obstacle à toute paix israélo-arabe. A toute Feuille de Route vers tout espoir de règlement."

        pas besoin de lire le reste de ce ramassi de conneries, tout est dit dans ce paragraphe.

        pathétique...


        • Jojo 30 décembre 2008 12:21

          J’ai lu des articles plus lucides de votre plume.

          Et chapeau bas aux israéliens, qui arrivent toujours à faire en sorte que les plus grandes couleuvres soient avalées avec une facilité déconcertante. Au point où vous en êtes à les percevoir en ce moment même comme … vertueux et qui contrairement à ce que disent les mauvaises langues je vous cite : « Israël, cette fois, n’a pas lancé une offensive, comme on le dit trop, mais une opération d’autodéfense sinon de légitime défense »

          Ça il fallait oser !

          Etes-vous au courant de la situation de Gaza depuis des mois ? Et surtout quels seraient selon vous les objectifs du Hamas lorsqu’il refuse de reconduire une pseudo- trêve (alors que la guerre du blocus sur les palestiniens est totale). Et lorsque reconduire un tel accord, ne peut rien signifier d’autre qu’approuver officiellement l’horreur que vivent les gazaouis au quotidien et approuver surtout sans rien faire ni rien tenter, qu’elle aille en s’aggravant crescendo durant six autres mois voire plus si affinités. L’idéal étant que les hommes abêtis, affamés et poussés dans leurs derniers retranchements ne règlent définitivement le problème palestinien entre eux…

           

          Mais suis-je bête, il doit y avoir une autre raison à ce refus de reconduite de la trêve, le Hamas a sûrement développé durant la première un armement d’une puissance telle, qu’il se sentirait prêt pour l’affrontement avec Tsahal. D’où son refus de reconduire la dite- trêve (plus besoin de le faire n’est-ce pas ? La victoire historique est à portée de mains …) 

           

          Je passe sur Blair « difficilement crédible aux yeux des islamistes... » au lieu des palestiniens ou même des pays arabes parce qu’évidemment la crédibilité de Blair ne concerne que le Hamas, à moins que ça ne soit une tentative (consciente ou pas d’ailleurs), de nous faire croire qu’il n’y a que le Hamas un mouvement islamiste comme vous l’avez déjà précisé plus haut de ce côté-ci du ring.

          Laissons le subconscient de chacun, décider de lui-même que quiconque serait de l’autre côté du ring face à un monstre pareil, ne peut être qu’un ange quoi qu’il fasse et surtout, surtout, quel que soit le prix en vies humaines d’une telle confrontation du « bien » contre le « mal ». 

           

          Et enfin, l’apothéose du rôle vertueux des gentils nounours sionistes « Israël fait le sale boulot de tenter non de liquider le Hamas mais d’effacer son coup de force  » 

          En effet, non content de se battre au nom du monde libre contre un monstre islamiste qui refuse la paix (par définition), Israël selon vous, pousserait la politesse jusqu’à réparer les méfaits d’icelui (dont un coup de force). Ce dont a été incapable la communauté internationale n’est-ce pas.  Minute :

          « Effacer le coup de force du Hamas »,

          Aaahhh Bon ? Et dire que je pensais que suite au verdict des urnes, c’était le Hamas qui gouvernait à ce moment là et que c’était lui qui avait fait avorter une tentative de coup de force des éléments téléguidés de Dahlane l’ancien chef de la sécurité préventive à Gaza, (après notamment plusieurs échecs de tentatives d’assassinat sur le premier ministre Hamas), le tout, sous l’œil intéressé et très attentif des dirigeants du Fatah et de … beaucoup d’autres. Et évidement le putschiste coupable du coup de force à l’origine de tous nos ennuis, c’est encore et toujours, devinez qui ? Le Hamas ! Et alors la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d’Alu, mais bien sûr !

           

          Et le reste est à l’avenant.  smiley


          • caramico 30 décembre 2008 14:08

            Je suis content de voir que le fossé se creuse de plus en plus entre nos pourris de gouvernants et le peuple, celà promet un bel embrasement d’ici peu.


            • Sébastien Sébastien 30 décembre 2008 14:13

              Tres bon article. En effet il n’y a pas de guerre propre mais des guerre a mener. Dommage qu’on en soit arrive la.


              • Paradisial Paradisial 30 décembre 2008 14:39

                .

                En effet, dommage, la shoah continue de faire encore des victimes, palestiniennes cette fois-ci.

                Et par les mains de qui ?!!!

                Par celles de la victime d’hier devenue bourreau aujourd’hui.

                Une certitude : le sionisme plus il dévoile sa hideuse face plus il court vers sa fin.

                Une citation d’Alexandre Dumas fils me parraît de circonstance : celui qui se donne la mort est une victime qui rencontre son bourreau et le tue.

                Quoiqu’il inflige aux palestiniens comme monstruosités, le sionisme sera le bourreau de lui-même en dernier lieu. Le sionisme court inéluctablement vers son suicide.



                • Julius Julius 30 décembre 2008 14:29

                  Hamaz envoie ses Al’Quassams depuis de nombreuses années, il n’est pas surprenant que Israël prépare sa défense depuis plusieurs mois. Tout gouvernement responsable feront de même.

                  Pour ceux qui condamnent le blocus israélien sur Gaza : Hamaz pourrait arrêter cet embargo - la seule condition était d’arrêter toutes les attaques contre Israël - le terrorisme et Al’Quassam.


                • Paradisial Paradisial 30 décembre 2008 14:56

                  N’inversez pas les rôles.

                  Ce sont les palestiniens qui ont été envahis depuis voilà 60 ans.

                  Qu’elle dure 60 ans ou ait à durer voire même 100 ans, l’occupation reste une occupation, quoique vous puissiez chercher à pervertir cette réalité par les habituelles contorsions de la propagande sionisarde.

                  La résistance à l’occupation est un droit et un devoir inaliénables.

                  Si les palestiniens auraient été armés à l’identique de leur agresseur ils ne seraient pas réduits à faire cette résistance du faible acculé dans une lente agonie.


                • Paradisial Paradisial 30 décembre 2008 17:51

                  Pour les membres du lectorat qui ne se seraient pas penchés sur l’article vers lequel point le lien que j’ai indiqué in sus :

                  L’article en question détaille de façon fort étayée pourquoi et comment la trêve a été préméditée, fabriquée puis cassées par les sionistes.

                  Cela a un goût vachement endiablé de l’histoire du loup et du petit chaperon rouge.


                • ouallonsnous 30 décembre 2008 23:00

                  Toujours aussi sectaire et obtus Julius, tu ne seraits pas un peu siono-israélo-nazi ?


                • appoline appoline 31 décembre 2008 19:56

                  @ Paradisial,
                  Voilà un mot intéressant : résistance. Les palestiniens livreront combat jusqu’au dernier ; l’occupation d’une terre est le pire qui puisse arriver à un peuple. Tsahal a beau bomber le torse, grâce à ses "sponsors", le palestinien lui, restera porté par la rancoeur d’avoir été chassé de chez lui.


                • Julius Julius 30 décembre 2008 14:40

                  Il ya une chose que l’Europe peut faire pour aider à mettre fin à la guerre israélo-arabe : l’Europe doit cesser de payer le terrorisme palestinien.

                  C’est nous, les Européens, qui paient des roquettes avec notre argent. Chaque Al’Quassam peut avoir une inscription sur elle : "co-financé par l’Europe".


                  • Paradisial Paradisial 30 décembre 2008 15:16

                    Vous inversez encore les rôles et tordez encore les réalités.

                    Israel est un cancer qui a été implanté au Moyen-Orient, et qui finira tôt ou tard dans l’embolie lorsque les pressions sionistes dans les capitales occidentales produiront l’effet inverse de ce qu’elles cherchent à induire.

                    L’antisionisme n’est que l’expression du rejet d’un acte d’occupation. Point.

                    Le sionisme vit sous une perfusion qui ne saura éternellement durer.

                    Le palestinien préférerait mourir de faim, mais debout, en fondant sa casserole pour faire une roquette, que de se satisfaire de manger en étroite prison, une petite compensation financière par laquelle les politiciens européens (attention : je dis pas les peuples européens) tentent de racheter leur conscience pour lui avoir innoculé un tel cancer.


                  • ouallonsnous 3 janvier 2009 23:49

                    Toujours plus obtus Julius ! Ou va tu t’arrêter ?


                  • Julius Julius 30 décembre 2008 15:10

                    Les Palestiniens pourraient avoir leur état de nombreuses fois déjà. Chaque fois, ils ont préféré le projet de destruction d’Israël. Chaque fois, ils ont réussi à choisir leurs dirigeants fanatiques, qui ont refusé tout accord avec Israël. De nazi Amin Al-Hussaini, par Arafat Al-Hussaini aux dirigeants de Hamaz. C’est la tragédie de la jeune nation palestinien que sa seule valeur nationale semble être la destruction d’Israël. De cette façon, cette nation a été formé par les dictatures arabes (et l’empire sovietic).


                    • Paradisial Paradisial 30 décembre 2008 15:30

                      La Palestine date largement bien avant la tragédie de 1948.

                      La Palestine Historique existe avant même la naissance du Prophète Abraham (que le Salut de Dieu soit sur lui) et des Hébreux plus tard. Je pourrais te le rapeller et te le prouver en extrayant des références de la Bible si nécessaire. Rien de meilleur que de rappeller au borgne qui lit Le Livre ce qu’il a sous l’autre oeil.

                      La Palestine fut multiconfessionnelle. Les palestiniens étaient juifs, chrétiens et musulmans. Les chrétiens et musulmans de Palestine ont des aïeuls qui étaient juifs, et sont plus palestiniens et sémites que les ashkénazes descendants de khazars convertis au judaïsme.

                      Les palestiniens ont été de tout temps acceuillant. Mais quand on tente de leur inoculer une leucémie ils ne sauront que se révolter.

                      Les européens n’ont pas accepté le nazisme, les palestiniens ne sauront pas accepter le sionisme. C’est tout aussi simple que cela.


                    • appoline appoline 31 décembre 2008 20:10

                      @ Julius
                      Mais enfin, pourquoi voulez-vous que les palestiniens aillent ailleurs, ils sont chez eux. Israel est l’occupant, pas le contraire.


                    • Paradisial Paradisial 30 décembre 2008 15:37

                      .

                      Les héritiers du nazisme, hier victimes, aujourd’hui bourreaux.

                      Les sionistes sont héritiers du nazisme plus qu’ils ne sont fidels à la Torah.

                      Le sionisme n’est qu’un veau d’or moderne à travers lequel les hérétiques de descendance juive croient pouvoir se dédouaner de leur infidelité à la Torah.

                      Les tablettes ont été depuis longtemps cassées et foulées du pied.

                      Une citation de Jésus (que le Salut de Dieu soit sur lui) exprimée dans l’Evangile de Barnabé à ses apotres nous rappelle quelques éléments de réflexion assez édifiants :

                      Lorsque Israël a aimé quelque chose au point d’en oublier Dieu, Dieu a détruit cette chose-là. Or qu’y a-t-il de plus agréable à Dieu, ici-bas, que le sacerdoce et le temple saint ? Pourtant, au temps du prophète Jérémie, comme le peuple avait oublié Dieu et se glorifiait seulement du temple parce qu’il n’y en avait pas un semblable au monde, Dieu souleva sa propre colère par Nabuchodonosor, roi de Babylone. Il fit prendre la ville sainte par l’armée et la fit brûler avec le temple sacré, si bien que les choses sacrées que les prophètes de Dieu tremblaient de toucher furent foulées aux pieds par les infidèles remplis de scélératesse.

                      Moralité :

                      Quand le sacrilège devient sacré, et le sacré sacrilège, il ne faudra pas compter sur quelconque prétendue divine élection, mais plutôt craindre farouchement la colère de Dieu qui se manifestera inéluctablement en retour.


                      • Julius Julius 30 décembre 2008 15:45

                        à Paradisial :
                        Les références religieuses sont les pires caractéristiques de la conflict israélo-arabe. Des deux côtés. C’est la religion, ce qui rend le conflit insoluble. La religion crée le fanatisme et le fanatisme empêche tout compromis. Sans religion, ces conflits serait beaucoup plus facile à résoudre.


                      • Senatus populusque (Courouve) Courouve 30 décembre 2008 15:55

                        Il y a quelques années, une excellente couverture de Charlie-Hebdo représentait un Israëlien et un Palestinien avec la légende : Arrêtez tout, Dieu n’existe pas.

                        Face à deux archaïsmes religieux, les voir s’entretuer ne serait pas une désolation s’il n’y avait par ailleurs quelques victimes innocentes.


                      • fouadraiden fouadraiden 30 décembre 2008 16:00


                        Euh ...la religion des Arabes n’est pas directement responsable de la création d’Israel que je sache, mais c’est plutôt du côté de vos traditions religieuses, chrétiennes et occidentales ,qu’il faut chercher la cause à ce conflit.


                      • Paradisial Paradisial 30 décembre 2008 16:11

                        Encore des contorsions glissées sous des formules simplistes.

                        Mes propos exprimés dans le post in sus était un appel à méditation très sérieuse et profonde.

                        Ils insinuent que sous l’égide d’une religion quelle qu’elle soit, quand le faux dévot sacralise le sacrilège, et fait du sacré (la vie humaine + les hautes moralités) un sacrilège, il tombe dans la pire des infidelités à l’essence même de la religion, qu’il ne devrait s’attendre qu’au pire des châtiments divins, de l’homme, et de l’histoire.

                        					
                        * : La religion a pour finalité de mettre l’homme en bonne résonance avec son créateur, mais aussi en bonne résonance avec les autres hommes, car la première résonnance ne saurait être acceptée sans la seconde, et la seconde ne saurait être bien appréciée sans la première.

                        Méditez encore la citation prêtée in sus à Jésus si nécessaire, car il me semble que vous n’en avez pas assimilé les profonds sens : qui ont une connotation plus morale qu’essentiellement religieuse.


                      • Senatus populusque (Courouve) Courouve 30 décembre 2008 16:21

                        Reste qu’il est difficile de nier qu’il y a aujourd’hui un bloc islamiste hostile à Israël.


                      • Paradisial Paradisial 30 décembre 2008 16:23

                        Piqûre de Rappel :

                        La résistance à l’occupation est un droit et un devoir inaliénables pour les palestiniens.

                        La religion n’interfère aucunnement dans cela, si ce n’est pour galvaniser la dignité du Palestinien à continuer encore dans la lutte, même si son corps est plaqué contre terre,
                        même si son estomac est vide, même si ses veines sont mises à sang.

                        Cette dignité là ne s’achète ni ne se vend.

                        La religion du palestinien c’est la liberté jusqu’au dernier souffle.


                      • Paradisial Paradisial 30 décembre 2008 16:30

                        Courrouve,

                        L’antisionisme est l’expression du rejet d’un acte d’occupation.

                        Ne pas accepter l’occupation n’a rien de religieux.

                        Même un autiste est à même de comprendre suffisament ce principe si élémentaire, mais pas le pauvre courrouve semble-t-il.


                      • Paradisial Paradisial 30 décembre 2008 16:37

                        Courrouve,

                        La religion du palestinien c’est la liberté jusqu’au dernier souffle.

                        Quand le sioniste réplique sur le palestinien le genre de souffrances et d’exactions qu’il a subit lui-même du nazisme, il devient très accablant de se demander ce que pourrait être la réelle religion du sionisme.


                        Pourquoi accablant : parce que les éventuelles réponses pourraient réellement effrayer que l’on n’aimerait même pas y penser.


                      • Senatus populusque (Courouve) Courouve 30 décembre 2008 16:37

                        Les moyens justifient la fin. Ceux de Gandhi en Inde contre l’occupation anglaise) étaient respectables. Ceux des Palestiniens sont trop inspirés de la violence chronique dans le Coran pour être légitimes. Les Palestiniens se sont rendus indéfendables ; mais les Israëliens aussi !


                      • fouadraiden fouadraiden 30 décembre 2008 16:45




                         mille fois raison, tant que des Arabes vociféreront en invoquant Dieu et son prophète pour faire valoir leurs droits , ils desservent leur cause et rendent celle-ci indéfendable.

                         c’est le piège ds lequel bcp d’imbéciles arabes tombent, mais bon, on peut comprendre car au nom de quoi voulez -vous qu’ils se défendent pour se motiver mutuellement ?


                      • Paradisial Paradisial 30 décembre 2008 17:07

                        Courrouve,

                        Ne fabulez pas s’il vous plaît. Rappelez vous de Saladin.

                        La résitance à l’occupant est contenue dans le Coran par une fameuse règle d’or que voici :

                        Coran 60 : 8. Dieu ne vous proscrit point - concernant ceux qui ne vous ont pas combattus pour votre religion, et ne vous ont pas chassés de vos demeures - que vous soyez bienfaisants à leur égard et équitables envers eux. Dieu aime les équitables. 9. Dieu vous proscrit uniquement de prendre comme alliés ceux qui vous ont combattus pour la religion, vous ont chassés de vos demeures et ont aidé à votre expulsion. Ceux qui les prennent pour alliés sont assurément les injustes.

                        Sa signifie : Face à une occupation à la Josué on ne peut pas lutter à la Ghandi.


                      • Paradisial Paradisial 30 décembre 2008 17:27

                        Courouve,

                        Face à une occupation à la Josué on ne peut pas lutter à la Ghandi.

                        C’est très élémentaire en effet, et il n’est pas nécessaire d’être religieux ou un fin stratège pour assimiler un tel axiome.

                        Les britaniques n’avaient pas cherché à éliminer les indiens, mais juste à les asservir, en profitant de leurs ressources naturelles et de leur force de travail, tandis que de leur côté, les sionistes, eux, s’ils n’auraient pas eu les mains légérement liées par la mémoire de la shoah, et par la molle conscience politique internationale, ils auraient génocidés les palestiniens d’une seule traite, ne serait-ce qu’en l’honneur des horreurs de l’Ancien Testament.


                      • Antoine Diederick 30 décembre 2008 20:13

                        Paris aL dI sIAL

                        sOYEZ mODERNE ? FaIteS du LetTriSmE....


                      • Antoine Diederick 30 décembre 2008 20:15

                        a Courouve, tout faux ,cè pas la religion mais le territoire....


                      • François M. 30 décembre 2008 19:36

                        Israël soutient que c’est une attaque en réponse des roquettes que le Hamas lancent, mais il ne faudrait pas oublier que c’est Israël qui a brisé le cessez-le-feu le 5 novembre dernier, tuant six militants palestiniens, alors que l’attention médiatique était tournée vers la victoire présidentielle de Barack Obama, qui lui d’ailleurs, se refuse de commenter les attaques israéliennes - voilà pour le changement. Suite à cela, le Hamas répliqua avec une dizaine de roquettes. Qui peut prétendre recourir à la légitime défense ?

                        Israël est la quatrième puissance nucléaire au monde avec plus de 400 bombes nucléaires, chose connue depuis les années soixante, dans le temps de Nixon. Israël a tendance à jouer la victime, mais le rapport de force est simplement incomparable. Les roquettes du Hamas ont fait une vingtaine de victimes du côté d’Israël en huit ans, dont une victime seulement depuis la fin officielle du cessez-le-feu le 19 décembre, alors qu’en une journée seulement, Israël a tué plus de 296 personnes. On pourrait aussi se demander pourquoi Israël a décidé d’attaquer des postes de police, une université, des centres médicaux, des résidences et surtout, pourquoi avoir lancé les attaques vers midi, alors que les jeunes écoliers finissaient l’école et étaient route pour la maison.


                        Gaza et Israël : le droit légitime à la défense et quelques faits importants

                        • Julius Julius 30 décembre 2008 20:03

                          Al Quassam de Hamaz tue moins de gens non pas parce que Hamaz veut tuer moins, mais parce que Hamaz n’est pas capable de fabriquer les meilleures roquettes.

                          Il ya une autre différence :

                          • Les objectifs d’Al Quassams de Hamaz sont toujours les civils innocents. Chaque fois qu’un israélite est tué, Hamaz fait une célébration.
                          • Les objectifs de F16 d’Israël sont les soldats-terroriste de Hamaz. Palesteniens innocents sont tués parce qu’ils sont utilisés par Hamaz comme boucliers humains.

                        • Antoine Diederick 30 décembre 2008 20:08

                          j’ai tout de même réfléchis, euh deux secondes...avant d’écrire ici..."Le monde arabe est dans la merde et cela va pas s’arranger, enfin je crois pas"



                          • Antoine Diederick 30 décembre 2008 20:10

                            cela distrait l’attention concernant d’autres problèmes humains plus importants pour l’avenir de l’Humanité.

                            Dommage qu’ils ne comprennent pas cela....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires