• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Gilets jaunes. L’histoire ne repasse pas les plats !

Gilets jaunes. L’histoire ne repasse pas les plats !

La véritable gauche a encore brillé par son absence lors du douzième acte de l'épopée des "gilets jaunes". Il est difficile de comprendre cette réserve. Tous les "gilets jaunes" ne sont certes pas fréquentables, mais la majorité des manifestants est composée de gens du bas de l'échelle sociale qui veulent que les inégalités sociales soient au moins réduites.

Ce n'est assurément pas la révolution, mais un important mouvement contestataire. On peut même considérer que c'est le plus important depuis Mai 68. Sur quoi débouchera-t-il ? Impossible de le dire. Mais le pouvoir dans sa défense des intérêts des plus riches va devoir lâcher du lest. Pourquoi ne pas faire que ce lest soit le plus consistant possible ? Cela ne changera pas fondamentalement la société, mais cela fera que les inégalités seront un peu moins criantes. Compte-tenu du peu d'avancées que le mouvement social dans son ensemble a obtenu au cours des dernières décennies, ce ne serait pas négligeable, surtout pour ceux qui ont la tête sous l'eau.

Cela vaut la peine de mouiller sa chemise, d'abandonner cette attitude mi-chèvre mi-chou qui risque d'entraîner l'essoufflement du mouvement, son reflux et le renforcement du pouvoir qui s'en sortirait avec quelques faibles concessions. Pour éteindre l'incendie, on parle déjà d'un référendum fabriqué sur mesure.

Le temps presse. Bientôt il sera trop tard. On pourra disserter longuement sur les raisons de l'échec final du mouvement, mais une occasion unique aura été manquée. Lors de la prochaine tentative, le pouvoir, échaudé, saura trouver la parade pour tuer dans l'œuf toute contestation.

Il est temps de prendre le relais, d'endosser son gilet rouge, non pas pour récupérer un mouvement qui n'est pas venu de la gauche et de l'extrême-gauche traditionnelles, mais d'une sphère jusqu'ici négligée et souvent même méprisée. Ce qui est important c'est de le rejoindre, l'accompagner, le renforcer, lui donner les structures qui lui font défaut, sans bien sûr le dénaturer en en faisant un parti ou quelque chose de ce genre. La révolte ne respecte pas les schémas prévus dans les manuels militants, peu importe, c'est incontestablement un mouvement fort qui va dans le bon sens : celui de la recherche de la justice sociale. Ne le laissons pas mourir. Il serait grave que l'appel syndical à la grève générale ne soit qu'une façon de célébrer son enterrement.

L'histoire ne repasse pas les plats. Il est temps de se réveiller et de rejoindre ceux qui agissent. Passons résolument au rouge, au vrai. Après, il ne restera que les regrets stériles et les discussions théoriques à n'en plus finir.

  Denis Langlois

                                  avocat, auteur de "Et si la révolution était possible", 2018.

             


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • baldis30 5 février 10:10

    bonjour,

     « une sphère jusqu’ici négligée et souvent même méprisée. »

    souvent même ? .... TOUJOURS  !


    • Paul Leleu 5 février 20:23

      @baldis30

      mouhais... méprisée par qui ? ...ces rengaines contre les bureaucrates de l’extreme-gauche c’est pas hyper original non plus...

      Par contre c’est un bon moyen d’installer un face-à-face à huis-clos entre le pouvoir une masse « sans chefs » ni « idéologie » et potentiellement infiltrée sur le web et dans la rue...

      @l’auteur

      « Ce n’est assurément pas la révolution, mais un important mouvement contestataire. On peut même considérer que c’est le plus important depuis Mai 68. Sur quoi débouchera-t-il ? »

      j’espère sur quelque chose de mieux que Pompidou, Giscard et le néolibéralisme... la dernière poussée anarchiste en France, avec les « incontrôlables » comme Cohn-Bendit, qui ont ringardisé la CGT et le PCF, a servi à installer le néolibéralisme... Eric Drouet me fait parfois penser à un Cohn-Bendit 2.0.

      si la gauche radicale n’était pas là, c’est qu’elle était peut-être moins manipuable (sur ce coup) que des masses de gens qui se « politisent pour la première fois » (comme ils disent), et qui sont persuadés que You-Tube, Facebook et RT France c’est moins infiltré et manipulé les partis et les syndicats...


    • eddofr eddofr 5 février 10:38

      La bourgeoisie a, depuis un certain temps, lancé une OPA agressive sur les idées de gauche, OPA couronnée de succès puisqu’ils en ont pris le contrôle. Et ce que fait toujours la bourgeoisie, quand elle s’empare d’un domaine, c’est expliquer au peuple comment il doit penser et surtout ne pas penser.

      Le petit peuple donc, prolétarien par naissance, a abandonné les idées de gauche aux mains des bourgeois, qui de toute façon ne les leur aurait pas rendues.

      Le prolétariat c’est alors tourné vers la seule porte encore ouverte, les idées populistes, elles aussi au mains de la bourgeoisie, mais d’une bourgeoisies qui se cache sous les oripeaux des modestes pour mieux les embrigader dans ses délires. 


      • Paul Leleu 5 février 20:31

        @eddofr

        très bonne analyse...

        il y a aussi des gens qui pensent que You-Tube, Facebook et RT France c’est moins manipulé et infiltré que les partis, les syndicats et les presse...

        le couple Facebook-BFM ressemble au couple Facebook-AlJazeera lors des printemps arabes...

        personne n’a jamais résolu cette question en juillet dernier : pour Le Monde et BFM qui ont fait élire Macron ont ensuite lancé l’affaire Benalla contre lui ?

        il y avait eu en juin dernier, François Pinault qui a lancé cette idée dans la presse : « Macron ne sait pas parler aux petites gens ». Peut-être la recherche d’une gouvernance plus astucieuse...

        Et puis, on a Steeve Banon, qui circule en Europe depuis 1 an, pour « fédérer les populismes européens » sous la banière américaine...

        qui peut savoir ce qui ce joue ???

        et voici qu’on a maintenant Eric Drouet comme leader (je croyais qu’il y avait pas de leader), mais dont personne ne souligne qu’il a déjà 2 procès aux fesses... un type complètement dans la main du pouvoir, potentiellement (un nouveau Cohn-Bendit ?)... Et ce type qui était au Fn il y a 6 mois flirte maintenant avec le NPA et la CGT ???


      • HELIOS HELIOS 5 février 16:04

        bonjour... votre analyse est pertinente, sauf que vous vous faites des illusions sur ce qu’est la gauche.

        « Votre » gauche, qui devrait -selon vous- participer intelligemment et opportunément a récupérer un peu d’humanité sociale a ceux qui la confisquent au peuple, ne fera jamais rien !

        Pourquoi ne fait elle rien ?

        Tout simplement parce qu’elle est exactement de la même nature que la droite plus ou moins libérale a laquelle nous sommes tous soumis depuis Giscard d’Estaing

        Comme deux boulangeries qui vendent du pain l’une a coté de l’autre ce qui change c’est la tête de la boulangère.

        Regarder, regardez bien l’ENA, les diplomés qui en sortent sont tous identiques et choisissent leur vie politique en fonction des places disponibles, mais pas du tout en fonction de leurs convictions. On peut avoir a la sortie un Hollande et une Royal choisissant une carriere « de gauche » uniquement parce que les places a droite ont été prises par d’autres juste avant eux... ils auraient parfaitement pu se retrouver a droite !!!

        Voila pourquoi, personne a gauche ne va soutenir franchement les gilets jaunes... chacun sa boulangerie, mais tout le monde achète sa baguette. On attend avec impatience les brioches pour le peuple... -S’ils n’ont pas de pain, qu’ils mangent des brioches- on sait ce qu’il est advenu ensuite.


        • Jeekes Jeekes 5 février 16:28

          @HELIOS
           
          ’’Regarder, regardez bien l’ENA, les diplomés qui en sortent sont tous identiques et choisissent leur vie politique en fonction des places disponibles, mais pas du tout en fonction de leurs convictions. On peut avoir a la sortie un Hollande et une Royal choisissant une carriere « de gauche » uniquement parce que les places a droite ont été prises par d’autres juste avant eux... ils auraient parfaitement pu se retrouver a droite !!!’’
           
          Je confirme, c’est du vécu.
          J’en ai connu un, exemple éclairant, qui avait postulé pour un ’’mouvement’’ et à qui on a répondu : ’’non merci, on n’a besoin de personne en ce moment.’’
           
          Ben aucun problème, il a été se vendre ailleurs, juste à l’opposé de sa première ’’candidature.’’ Là où il y avait une place à prendre.
           
          S’il y’en a encore qui croient que ces enflures ont des convictions.
          Leur devise à tous :
          ’’Je retourne ma veste, toujours du bon coté.’’
           
          On en a d’ailleurs eu une éclatante démonstration avec toutes les enflures qui se sont précipitées chez macaron pour ne pas perdre leur gamelle.
           
          MOUARFFF !!!
           


        • Abou Antoun Abou Antoun 5 février 19:32

          @Jeekes
          Oui, je confirme aussi. Le cas d’école c’est Michel Rocard, passé durant sa ’carrière’ par toutes les couleurs de l’arc en ciel politique.
          Gauchiste et révolutionnaire avec le PSU pour finir littéralement en ’Blair Français’, à droite de Mitterrand (si c’est possible), juste bon à inventer de nouvelles taxes.
          Certains de mes amis, lorgnant une place de maire ont abandonné l’étiquette PS estimée dépassée pour se repeindre instantanément en vert.
          Le cas de Cohn-Bendit est également intéressant. Bref le politicien ne choisit pas en fonction de ses idées, la plupart du temps il n’en a pas, il occupe le créneau libre, il adopte le courant ’porteur’ ou qu’il estime tel.


        • Paul Leleu 5 février 20:33

          @Abou Antoun

          Chirac aussi... lui avait des idées d’extrême-gauche, mais comme il le disait lui-même « c’est pas de ma faute si j’ai une tête de droite »...

          mais, vous me direz, le résultat fut le même.


        • pipiou 5 février 17:30

          Rouge-brun serait beaucoup plus adapté, vu le mélange des jaunes.


          • Le421 Le421 5 février 18:09

            La véritable gauche a encore brillé par son absence lors du douzième acte de l’épopée des « gilets jaunes ».

            Ben voyons.

            Pas à Périgueux Samedi. LFI était là en nombre. Évidemment, sans étiquette. C’est ce que les GJ demandent.

            Ouais, c’est vrai. Périgueux, c’est « pedzouilland », c’est pas la France.

            La France, la vraie, c’est Paris.

            Et attention, à l’intérieur du périphérique...


            • Le421 Le421 5 février 18:10

              @Le421
              Au fait, petite question...
              C’est quoi « la véritable gauche » ??
               smiley


            • Abou Antoun Abou Antoun 5 février 19:33

              @Le421
              C’est l’autre droite.


            • Attila Attila 5 février 22:55

              @Le421
              Celle qui luttait pour les questions sociales, qui était anticapitaliste et anti-impérialiste et patriote par dessus le Marchais !

              .


            • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 6 février 07:43

              @Attila
              Elle n’a jamais existé, celle qui s’en approche le plus était totalement inféodée aux partis soviétiques.


            • Attila Attila 6 février 13:02

              @Gilles Mérivac
              Je sais bien et ce n’était pas son seul défaut.
              Mais aujourd’hui, pourquoi n’a-t-on pas une vraie gauche sociale et patriote en France ? Pourquoi les partis qui se prétendent de gauche ont-ils abandonné les classes populaires et les valeurs auxquelles elles tiennent, ouvrant ainsi un boulevard au FN ou à l’abstention ?

              .

              .


            • Le421 Le421 6 février 14:14

              @Attila

              pourquoi n’a-t-on pas une vraie gauche sociale et patriote en France

              C’est ça de passer ses matinées à écouter « Les Grandes Gueules » sur RMC...
              Les conséquences sont terribles.
              Vous nous prenez vraiment pour des jambons de Bayonne à LFI.
              Suivez un peu les débats parlementaires, merde !!
              Un minimum avant de parler.
              Répétez ce que vous dites à Autain, Quatennens ou Ruffin...
              Il vous répondront vite fait.


            • Attila Attila 6 février 15:38

              @Le421
              Pour le baratin et l’enfumage, vous êtes les rois. Quand il s’agit de faire des actes réels d’opposition il n’y a plus personne :
              pas de sortie claire de L’Union Européenne,
              pas de destitution de Macron Lien
              refus d’utiliser la demande d’enquête parlementaire sur un sujet qui intéresse les français Lien
              .
              Déjà, le Grand Manitou n’avait rien compris aux précurseurs des gilets Jaunes :
              Mélenchon et les nigauds de Quimper

              .


            • capobianco 6 février 21:25

              @Attila
              «  pas de destitution de Macron Lien  »
              Vous aussi ? Vous êtes tous sur avox on dirait !
              Concernant votre « destitution », on vous laisse le soin de vous en occuper, grand comme vous êtes vous n’avez besoin de personne.
              Mais vu votre combat principal de pourrir la FI et JLM, nul doute que votre copain macron sait qu’il dispose avec vous et votre haut fonctionnaire, tant médiatisé sur youtube, de bons et fidèles soutiens.


            • Attila Attila 6 février 22:55

              @capobianco
              Face au président, Jean-Luc Mélenchon définit son attaque virulente de l’après-midi comme une « exagération marseillaise ». Emmanuel Macron éclate de rire et plaisante en affirmant que Jean-Luc Mélenchon « n’a pas pu dire cela ».
              Macron et Mélenchon à Marseille

              .


            • Berthe 5 février 20:39

              ben les gilets jaunes ne sont absolument pas à l’origine du mouvement, qui vient d’Allemagne. Le hi pour les notres c’est de savoir de quel coté ils se placent, l’originel étant vert.. haha


              • yuxexew 5 février 22:26

                Moi je crois a la légende de la gréve en Dordogne.

                Ainsi en novembre derniers, Se trouvais de gréve, un piquet.

                Devant une entreprise fauché pleines de salariée désoeuvrées,

                Les banque ayant refusé, touts les arrangement de la CGT,

                Du fait de la proxymité entre le piquet et une voie très fréquentée,

                Tous reçurent de la police, l’instruction de porter, le fameux gilet !


                • bisou 5 février 22:31

                  @yuxexew

                  Et merde, je voulais poster ca avec ce compte escusez moi je me prend les pied dans mes multi comme les gars de la fi.

                   


                • Le421 Le421 6 février 14:19

                  @yuxexew
                  Vous avez copié votre écriture sur votre pseudo.
                  Trois fautes par ligne.
                  Excusez-moi, question crédibilité.

                  Les banque ayant refusé, touts les arrangement de la CGT,

                  « Les banques ayant refusés tous les arrangements de la CGT ».
                  Notamment celui sur le refus de rétablir l’esclavage ? Je pense...

                  Entreprise fauchée... Car les ouvriers ne bossaient pas ou à cause d’une mauvaise gestion de la direction ??
                  Sûrement la première cause... C’est bien connu. Un ouvrier, c’est feignant par définition !!  smiley


                • Djam Djam 5 février 23:32

                  @ Denis Langlois

                  « La véritable gauche » ? Ça existe ça ?? Il faut se réveiller Denis... la gauche authentique est morte il y a fort longtemps et ce n’est pas plus mal vu que quasiment toutes les révolutions sont de gauche ! Et vu la violence inique, le sang versé et la terreur organisée en 1789 puis 93 par les foules (déjà) manipulées par les bourgeois, on se passera de révolution en 2019.

                  Ce qui est sorti de 1789, les « droits de l’homme », cette religion délirante qui fit de l’homme un dieu nain, puis un groupuscule s’est auto proclamé « Lumières » (en toute modestie !) et qui entama le plus pervers retournement des valeurs d’un pays qui rayonnait, tout cela ne se reproduira jamais plus puisque c’est précisément cette révolution bidon qui accoucha de la Ripoublique dans laquelle nous pataugeons.


                  • ZenZoe ZenZoe 6 février 10:32

                    Oui, si l’auteur pouvait expliquer ce qu’est la « véritable gauche » ?

                    D’autant plus que les gens commencent à s’apercevoir que la véritable démarcation n’est pas entre droite et gauche, mais entre le peuple et le gratin.


                    • Albert123 6 février 16:24

                      « Il est difficile de comprendre cette réserve. »


                      c’est au contraire très simple à comprendre, les traîtres à la nation ne sont pas les bienvenus auprès du peuple de la nation française.

                      https://www.youtube.com/watch?v=fu93ljmfxq8

                      elle est où la gauche ? en train de gueuler « Paris, antifas, Paris, antifas » (comme lors de « nuit debout »)

                      ils sont où les GJ ? en train de dire aux antifas et aux autres casseurs / fouteurs de merde de se casser 

                      On a surtout pas besoin de gauchistes et autres idéologisés qui jouent les idiots utiles de la bourgeoisie pour pourrir un véritable mouvement populaire

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès