• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Hadopi, le retour

Hadopi, le retour

Un projet de loi, dévoilé par Michèle ALLIOT MARIE, fait froid dans le dos. Il y est question d’infliger par voie de justice des amendes allant de 1500 € à 3000 €, et de couper l’accès internet sans aucun discernement quant à l’origine du délit.

Sur le site du Nouvel Observateur, on peut trouver un article qui traite des suites de l’affaire HADOPI.

Je vous en livre le premier extrait :

Début de citation
« Selon la Tribune de mercredi, le gouvernement envisage de sanctionner le piratage par une amende de 1.500 euros à 3.000 euros pour contourner la censure par le Conseil constitutionnel. »
Fin de citation

On remarquera l’habituelle élégance et le style non moins soigné – Eléphantesque, je dirais - de nos chers auteurs de lois, qui pour imposer à marche forcée la répression contre le piratage, n’ont rien trouvé de mieux que d’infliger des amendes pouvant aller d’une fois et demi le SMIC net à trois fois celui-ci.

Car entendons nous bien, il s’agit d’un projet de loi, qui si il aboutit, provoquera une pluie de sanctions tombant au hasard, au fil des coups de filet numériques et des décisions de justice, sans distinction aucune du niveau de vie des contrevenants, acculant à la ruine telle famille aux revenus modestes, ou mettant en grande gêne tel couple divorcé, dont les moyens peinent.

S’agirait-il de compenser au travers de la loi le RSA, généreusement accordé il y a si peu de temps ? La question est ouverte, et en tout cas, il s’agit pour le moins là d’une douche écossaise qui doit nous amener à nous poser quelques questions.

Prenons l’exemple d’une famille à laquelle la vie n’a pas donné tous les attributs éblouissants que possèdent nos élites : Les parents rentrent le soir en ayant laissé la maison et l’ordinateur à leurs ados d’enfants, un de ceux-ci ayant à leur insu profité d’une belle journée de vacances pour naviguer sur l’Internet, et faire ce que font souvent les ados : Braver les interdits.

La sanction de cette journée banale sera simple mais funeste pour les finances de cette famille : On leur infligera tout simplement de une fois et demi à trois fois le salaire d’un des deux parents (A condition qu’ils travaillent à plein temps tous les deux).

Autant dire que les vacances seront foutues d’avance, car la décision de la justice, munie des textes de loi envisagés, sera suceptible d’engendrer purement et simplement une faillite personnelle.

Prenons maintenant l’exemple d’une famille dont l’ordinateur est relié à une « Box » de connexion internet qui intègre la technologie WIFI. Une coupure de courant dans la journée a provoqué une modification des réglages stockés dans celle-ci (Je parle en connaissance de cause, ayant déjà rencontré ce cas de figure, et je peux le prouver).

Si les fonctions de sécurisation (WEP ou autre) de la « Box » ont été désactivées, n’importe quel voisin pourra alors se connecter via WIFI, et effectuer tous les téléchargements répréhensibles qu’il désirera, en passant (Volontairement ou involontairement d’ailleurs, tant les SSID sont peu représentatifs) par l’accès internet de la « Box » voisine qui est déréglée. Il pourra ensuite s’avérer impossible de retrouver l’auteur du téléchargement illégal.

Si j’en crois un autre extrait de l’article du Nouvel Obs :

Début de citation
« Si un tiers piratait via l’abonnement internet de quelqu’un d’autre, c’est le détenteur de la ligne qui serait sanctionné. »
Fin de citation

On croit donc bien deviner la volonté d’appliquer une répression sans discernement, dans la mesure où toute enquête est écartée d’avance, y compris si il existe, comme je l’ai indiqué plus haut, un aléa d’ordre technique.

Je vais un peu plus loin, et j’en profite pour alerter les professionnels de la maintenance informatique : Imaginez qu’un de vos client vous confie une machine, sur lequel il a installé le logiciel de téléchargement lambda, qui s’active au démarrage du système. Vous intervenez sur cette machine, la connectez à votre accès Internet, effectuez les téléchargements de patchs et autres correctifs nécessaires, et laissez cette machine en test durant quelque temps.

Méfiez vous ! La sanction inhérente à l’exercice de votre profession risque d’être lourde : de 1 500 à 3 000 euros d’amende, pour avoir osé faire votre travail, et été punis par le hasard de s’être vu confier une machine dont la configuration est coupable.

L’arbitraire, tout simplement !

Mais en ce qui vous concerne, vous les pros, cela va encore plus loin, un autre extrait du même article indique :

Début de citation
« Le texte prévoit que les atteintes aux droits d’auteurs et droits voisins commises sur internet pourront être sanctionnées d’une peine de suspension de l’abonnement »
Fin de citation

En effet, il semble découler de ce qui précède qu’un nouvel élan d’intelligence des auteurs du projet de loi, autorise la justice à mettre un point d’orgue à votre activité : Vous savez en effet aussi bien que moi qu’un professionnel de l’informatique qui voit sont accès Internet coupé est un professionnel mort.

Tout cela m’amène à la conclusion sans ambages, que les personnes qui ont initié ce genre de projet de loi sont en panne d’adéquation avec la réalité concrète de la majorité de ceux qui leur ont confié directement ou indirectement leur mandat.

Le pouvoir fait souvent référence à la notion de pédagogie, on se demande s’il connaît le sens réel de ce mot, ou si celui-ci n’a pas fini par devenir un dé fossoir linguistique.

C’en est à pleurer, on croirait qu’à travers leur désir de contrôle, les élus du peuple, et leurs collaborateurs aboutissent à proposer des mesures qui n’auront pour effet que de renforcer l’injustice et l’infortune. Il faut dire qu’à manger dans les grands restaurants, qu’à rouler en berline avec chauffeur, qu’à être grassement payés par les contributions de ceux là même vous ont porté au pouvoir et à ne fréquenter que des gens de votre propre caste, on sort bien vite des réalités concrètes du monde réel.

Si l’on s’adressait à nos dirigeants, on pourrait leur dire ceci :

Lutter humainement et rationnellement contre le piratage, tout en faisant preuve de pédagogie, ce n’est pas si compliqué : Rangez vos massues, vos brises vies et autres instruments de répression massive, et réfléchissez un peu !

Disons qu’à la première infraction, on inflige une amende de 50 €, puis si cela se reproduit, on en inflige une deuxième du même montant, puis on passe à 100 €, pour finir par une coupure d’un mois de l’accès à Internet. On regarde ensuite les statistiques, puis on fait le bilan des mesures qui ont été appliquées, ce n’est pas si compliqué, que diable !

J’aime autant vous dire qu’à la première amende (Supérieure au prix d’un CD dans le commerce), les parents du boutonneux fautif auront tôt fait de manifester leur réprobation à celui-ci, et auront à très rapidement pris l’initiative de contrôller eux même l’exploitation de leur connexion internet.

A la deuxième amende, je vois d’ailleurs bien le père ou la mère partir au travail avec le modem ou la "Box" ADSL dans le coffre de sa voiture !

Ne faites donc vous point confiance à la famille, valeur fondatrice de vos préceptes, que vous y substitueriez la justice ?

Y aurait-il mort d’homme dans toute cette affaire ? Sommes nous en train de parler de musiques et de films téléchargés par des ados, ou de la criminalité des chauffards alcooliques, des méfaits de financiers de haute volée qui se seraient révélés indélicats, de terrorisme ou de patrons voyous ?

L’imagination vous manquerait-elle à ce point qu’il faudrait vous mettre sur la voie des mesures à prendre ?

Si vous avez des problèmes de grandeur d’échelle, procédez comme suit : Interrogez vous sur le montant de l’amende que vous vous infligeriez à vous-même, puis calculez un ratio : la valeur mensuelle nette du SMIC que divise le montant de votre salaire net, multipliez ensuite le montant de l’amende précédemment apprécié par vous, par ce ratio, et vous obtiendrez le bon chiffre, celui qui est humainement acceptable pour la grande majorité des gens. J’espère tout de même que si votre enfant effectue un téléchargement illégal, vous ne serez pas prêts à y laisser trois mois de salaires.

Je ne sais pas moi, essayez de vous imaginer ce que c’est que de vivre un mois avec un SMIC, allez vous-même faire vos courses, faites vous une feuille de calcul à l’aide d’un tableur où vous placerez le budget mensuel d’un bas salaire (Si vous n’avez pas d’idée, demandez à votre femme de ménage). Modélisez ensuite l’impact d’une amende d’un montant de 1 500 € à 3 000 €, comme cela, vous pourrez juger du désastre que risque de provoquer l’énormité de la somme sur un budget modeste.

Vous savez au fond, je crois que la majorité des gens que vous gouvernez sont honnêtes et pleins de bonne volonté. Les temps changent, il faut que notre culture s’adapte aux nouvelles technologies, cela peut prendre du temps ou créer des situations délicates et inattendues, l’essentiel étant au fond d’apporter les corrections qui s’imposent, dans le respect de l’individu et de son intégrité financière.

Les gens ne sont pas sots, si après avoir vu l’économie mondiale risquer de s’écrouler pour cause d’emploi déraisonnable du prêt immobilier à taux variable outre atlantique, pour ensuite voir des ingénieurs de la haute finance - bien issus de la vieille Europe ceux là - vraisemblablement nuls en macro économie, et complètement ignorants des statistiques élémentaires (Je pense ici toujours une bonne vieille feuille de calcul, mais maintenant à l’endroit du consommateur Américain), faisant une confiance aveugle aux agences de notation et économisant leur temps à ne pas analyser les mécanismes économiques, mettre à genoux la caisse des dépôts et consignations, et qu’ensuite vous faites mine de vous apprêter à détruire au hasard le budget d’individus parmi les plus modestes, vous allez finir par déclencher de violentes protestations.

Et je dois bien vous dire, qu’en ma qualité de citoyen soucieux de l’équilibre de la société dans laquelle je vis, conscient du confort de vie auquel nous sommes parvenus, connaissant les difficultés des générations passées ainsi que leur origine, je n’apprécie pas, mais alors pas du tout, qu’au milieu d’une crise grave, on jette sans discernement de l’huile (Puisse-ton croire que c’est de l’eau) sur le feu.


Moyenne des avis sur cet article :  4.91/5   (43 votes)




Réagissez à l'article

84 réactions à cet article    


  • nightflight nightflight 26 juin 2009 11:58

    Précision complémentaire : Le directeur de la DCN à l’époque de la vente à perte des sous marins au Pakistan, une perte estimée à un montant de 47 à 99 Millions d’Euros, a lui écopé d’une amende de 2000 €.

    Conclusion : Si votre gosse télécharge illégalement sur internet, vous vous verrez infliger une amente de 1500 € à 3000 €, faites perdre quelques millions d’euros à la France, cela ne vous reviendra qu’à 2000 €


    • plancherDesVaches 26 juin 2009 21:11

      Ne vous trompez pas de cible.
      Voilà ce que ce gouvernement veut :
      http://www.ecrans.fr/Tout-le-monde-a-interet-a,5762.html

      Lopsi est là pour vous....


    • plancherDesVaches 27 juin 2009 11:20

      Et on CONTINUE dans le même objectif de tuer toute expression de contestation du gouvernement :
      http://www.ecrans.fr/Sur-Internet-une-autorite-publique,7584.html
      « le sénateur Yves Détraigne a présenté son idée de droit à l’« hétéronymat », répértorié et géré par une autorité publique »
      « Il s’agit de pouvoir séparer son identité réelle de son identité numérique. Principalement dans le but de « préserver » l’identité publique d’un internaute d’informations qui pourraient, un jour, se retourner contre lui. Un droit à « être acteur d’Internet au travers d’un pseudo », a expliqué, hier, le sénateur. « Mais un pseudo qu’on s’attribuerait bien sûr pas librement comme ça, sans la moindre règle », a t-il précisé. Une autorité publique serait ainsi « l’interface, le gardien » de cette identité secrète »

      « En clair, chaque internaute devrait déclarer sa ou ses identités anonyme(s) en ligne à une autorité »...

      Le flicage du net : c’est ça le but.


    • Forest Ent Forest Ent 26 juin 2009 12:23

      Il faut dire que la presse a fait tout ce qu’elle a pu pour noyer le poisson. Elle ne pouvait quand même pas écrire que la HADOPI, cette invention géniale de notre bon maître, était morte et enterrée.

      C’est fini, le « délit de non surveillance de l’abonnement ». Ca ne peut pas être poursuivi en pénal. On revient à la situation de la DADVSI : c’est à nouveau le délit de contrefaçon qui sera poursuivi.

      Seulement ce sont des procédures lourdes, complexes, et pas dissuasives dont Vivendi ne veut pas. Donc tout l’enjeu de la DADVSI n°3 qui se prépare est d’arriver à condamner pour contrefaçon sans procès, comme dans le cas des PV de radars à voitures. Il faudra pour cela démontrer que le « radar RIAA » apporte une présomption raisonnable de culpabilité d’une personne physique. Ce n’est pas gagné d’avance.

      Pourquoi ne pas commencer par une amende de 50 euros ? C’est tout le gag du dispositif. Ca fait une licence globale acceptable.

      Depuis le DMCA, tout le monde sait que cet arsenal est inopérant, et son but n’est que de gagner du temps face à la marée qui monte. Mais il y a quelque chose de pathétique dans l’acharnement de Sarkozy sur ce sujet depuis 2006.


      • herbe herbe 26 juin 2009 12:35

        Très juste votre commentaire Forest Ent ( comme souvent smiley ).
        Juste une précision, il ne s’agit pas d’un seul homme Nicolas Sarkosy mais bien d’une bonne partie de notre société malheureusement et qui continue à pousser. Entendu Finkielkraut encore ce matin sur France Inter su Hadopi et c’est consternant de voir une caution intellectuelle se dévoyer ainsi sur le pro Hadopi et qui au passage charge politiquement la gauche (comme Arditi quoi ..)..
        Et voici un autre article sur zdnet pro Hadopi : http://www.zdnet.fr/actualites/internet/0,39020774,39700570,00.htm?xtor=RSS-1
        Consternant vous dis je et c’est un euphémisme...


      • Céline Ertalif Céline Ertalif 26 juin 2009 13:09

        Non, ce n’est pas gagné d’avance.

        Dans ce dossier, Sarkosy s’est laissé entraîner pour des raisons irrationnelles dans cette aventure d’Hadopi et surtout il a été entouré d’incompétents. Il devrait en tirer la conclusion habituelle : il faut que je fasse tout moi-même.


      • non666 non666 26 juin 2009 13:51

        En fait le but n’est pa de gagner seulement du temps, Forest.

        Le but est de maintenir tout simplement les privilèges des maisons de disques et de tous les anciens impliqués dans la distribution d’oeuvres informatisables.

        La technique , qu’ils ont si souvent utilisée a leur profit vient de tuer ce qui faisait l’essence de leur metier et de leur revenu : le controle d’accès aux oeuvres.
        Si l’on reflechi, sur 16 € d’un cd , on a 3,20 € pour l’Etat (TVA) , un tiers pour le distributeur (4 ou 5 €) et le reste se repartissant entre les labels (vivendi, EMI, barclays) et l’artiste.

        Le telechargement en lui-meme tue un des intermediaires : le distributeur .
        Carrefour, FNAC et Virgin font donc deja la gueule.
        En le faisant hors des sites « legaux » , on supprime aussi les deux autres comperes parasites : le label et l’Etat...ainsi que les revenus de l’artiste.

        Tout l’Art des des 3 autres vient donc de mettre en avant les pauvres artistes bafoués , dont la plupard ne touche qu’un euro par Cd distribué pour justifié l’arsenal qui protège LEURS revenu.
        Or si on reflechi, les deux seuls elements indispensables dans ce shema sont l’Artiste et le client.

        Le progrès vient d’enlever leurs marges a tous les autres....et leur raison d’etre.
        En offrant leurs CD a 5 € en telechargement legal, les aristes pourraient preserver leurs revenus, verser 1€ à l’Etat (TVA ) et participer activement à la baisse du pouvoir d’achat de tous.....

        Barclays, Carrefour , EMI et Vivendi ne sont evidemmment pas de cet avis et c’est quand meme eux qui ont financé l’election de l’austro hongrois, quoi, merde...

        Ceux qui nous expliquent que nos salaires sont trop élevés et qu’ils faut produire ailleurs, en Asie par exemple, ou faire venir des africains chez nous pour nous mettre en concurrence avec de moins disant sociaux ne sont pas DU TOUT pres a baisser leurs marges, et leurs revenus, EUX.


      • anomail 26 juin 2009 12:28

        Ils viennent de massacrer le régime des intermittents, et maintenant les voilà la larme à l’oeil disant qu’ils vont fliquer tout le monde pour sauver les artistes.
           
        Franchement, qu’est-ce qu’un gouvernement ultra-libéral pourrait bien avoir à faire de ces pouilleux d’artistes ?
           
        Comme Hadopi 1, il s’agit juste d’établir un système de sanctions arbitraire pour pouvoir taper sur qui ils veulent quand ils veulent, et cette fois MAM ne fait même plus semblant.
           
        Après cela si vous écrivez sur un forum que vous êtes contre le traité de Lisbonne, sortez couvert sinon vous risquez de passer un sale quart d’heure.


        • Patapom Patapom 26 juin 2009 16:47

          Sortez couverts, oui, mais par contre ne mettez pas de cagoule !


        • Caturix 26 juin 2009 12:30

          Ca fait longtemps que nos politiques utilisent le mot « pédagogie » dans le sens de répression. Mais un gouvernement ne peut se dire répressif sous peine de sanction (rappelez vous, un politique utilise, sauf cas exceptionnel, un langage « positiviste »). Cela dit, il me semble que cet emploi abusif est de plus en plus fréquent. Est-ce à dire que notre goubernement actuel serait de plus en plus répressif ?


          • anomail 26 juin 2009 12:31

            <<Ca fait longtemps que nos politiques utilisent le mot « pédagogie » dans le sens de répression.>>

            Oui, et en même temps les enseignants ne peuvent pratiquement plus punir les élèves.
            Etonnant non ?


            • Caturix 26 juin 2009 12:37

              Etonnant en effet, j’y pensais lorsque j’écrivais ce petit mot...


            • Céline Ertalif Céline Ertalif 26 juin 2009 13:17

              Il y a eu un excellent article de Nycolas sur l’usage du terme de pédagogie en politique, et notamment à propos d’Hadopi.


            • Caturix 26 juin 2009 14:09

              merci pour le lien, article intelligent en effet.


            • thomthom 26 juin 2009 13:26

              Si on résume
              Le gouvernement pond un texte de loi profondément anti-constitutionnel, arrive à l’imposer via un passage en force à l’assemblée nationale malgré les critiques tres argumentées et les mises en gardes des députés (de tout bord) opposés au projet de loi.

              Le texte de loi est ensuite très significativement censuré par le conseil constitutionnel

              et le gouvernement cherche par un nouveau texte loi loi douteux et des décrets à contourner par tous les moyens et artifices legislatifs/juridiques possible cette censure du conseil constitutionnel.

              Vous savez comment j’appelle cela ? Une dictature ! tout simplement.
              Pour l’instant, cela se limite à des sujets sur lesquels les masses populaires ne se sentent pas très concernées (à tord à mon avis), mais si cela préfigure ce qui nous attend de manière plus large sur le gouvernement de ce pays (ce que je pense), c’est très grave !


              • non666 non666 26 juin 2009 15:46

                Bon résumé, mais n’exagerons pas.
                Forcer le passage malgrès l’illegalité ou l’inconstitutionnalité d’un texte n’est pas dans le genre de l’UMP et de son micro-Fuehrer...
                Si vous continuez vous allez meme pretendre que ces gens la sont capables de faire passer en force, entre parlementaires des textes que les français ont refusé par référendum !

                ...et cela malgrès l’avis de ce meme conseil constitutionnel qui avait fortement suggerer a Chirac cette demarche vu la remise en cause de nos institution que representait le TCE...

                Est ce que c’est clair pour tout le monde ou il faut d’autres preuves ?

                Ces gens la sont des putschistes qui acceptent de nous aliener avec notre consentement si nous ne resistons pas et qui sont pres a passer en force tant qu’ils se croient à l’abri d’une insurrection.

                La France a toujours eu des leaders qui la defendait et nous avons sous estimé le risque le plus grave d’un Etat : avoir a ses commandes un saboteur et une bande au service d ’interets qui ne sont assurement pas les notres.


              • nightflight nightflight 26 juin 2009 13:32

                Petite question technique supplémentaire pour nos brillants auteurs de textes de lois :

                Certaines « Box » admettent l’activation d’une fonction qui se nomme « HotSpot » et qui permet à d’autres abonnés itinérants de se connecter via sans fil en utilisant ma ligne ADSL.

                Ma question est la suivante : En cas de téléchargement illégal, qui sera pénalisé ? Le propriétaire de la « Box » ou celui qui se sera connecté au HotSpot ?

                En tout cas, si l’on laisse trainer son identifiant et son mot de passe, ça risque de devenir très rapidement presque aussi grave que d’égarer sa carte bancaire avec son code.

                Question complémentaire : 

                Les fournisseurs d’accès sont souvent génés par les connexions dites « Fantômes », à savoir que l’établissement de certaines connexions se font avec des informations d’identification incorrectes, soit à cause d’une faute de frappe, soit à cause d’un détournement de l’identifiant et du mot de passe.

                Ma question est la suivante :

                Si quelqu’un, quelque part en France fait une faute de frappe, ou qu’il a récupéré d’une manière ou d’une autre mon identifiant et mon mot de passe, vais-je me voir infliger une amende 3000 € ?

                (Si j’en crois les extraits de La Tribune et du Nouvel Obs, je crois bien que la réponse est Oui !)


                • RilaX RilaX 26 juin 2009 13:47

                  Pour le premier cas, de ce que je comprend du texte de loi (et je ne suis pas juriste, donc prendre mes propos avec des pincettes) le téléchargeur est sous le coups de la contrefaçon, et l’abonné est responsable de la non sécurisation de sa ligne.

                  Je n’ai pas cru voir quoi que ce soit qui distinguais l’usage de sa ligne en tant que hotspot ou en tant qu’utilisation « normale ». Du coup, avec ces nouveau service tels free wifi et neuf wifi, activé par défaut, on est légalement précaire, surtout Mme michu.

                  Mais en considerant que pour acceder a free wifi il faut s’etre inscrit, et qu’il faut donc s’identifer, certain seraient poussé de croire que seul le telechargeur serait penalement responsable. Je ne le crois pas au vu de la loi en l’etat actuelle. Mais, je le repete, je ne suis pas juriste.

                  Pour le second cas, je pense que la réponse est effectivement oui. Vu que l’adresse ip qui sera repéré sera associé a votre nom. Mais la, c’est le meme probleme avec les mails, on peut envoyer des mails avec des propos tombant sous le coup de la loi si on a les identifiant d’un tiers, et lui faire porter le chapeau. Ca fait 10 ans environ qu’internet s’est democratisé en france, et j’ai jamais entendu parlé de ce genre de probleme. Donc je ne pense pas que ce cas ci soit réellement digne d’interet.


                • nightflight nightflight 26 juin 2009 17:12

                  Concernant la fonctionnalité « HotSpot », elle concerne au moins la LiveBox et la Box de Cegetel.

                  De mémoire elle est active par défaut sur la LiveBox Pro


                • HELIOS HELIOS 26 juin 2009 19:36

                  Désolé d’être serieux, mais dans le cas d’une connexion « hotspot » vous allez avoir une adresse IP independante de l’abonnement du proprietaire de la box.

                  En effet, le FAI possede des serveurs DHCP qui attribuent des adresses ip a ses clients connectes, dont cette box là.

                  en cas de connexion wi fi itinerante « hotspot » le DHCP du FAI va attribuer une adreese IP a la carte wifi differente de celle de la box. La box se contente de jouer son role de routeur.

                  Donc, lorsque vous vous connectez a un hotspot, le FAI vous accorde cette nouvelle IP et vous reconnais vous, comme son client... il enregistre donc vos parametres comme n’importe quelle autre connexion.

                  Le proprietaire de la Box lui n’a rien a voir dans tout ça, sauf qu’a la limite il perd un peu de bande passante au cas ou celle ci n’aurait pas été limitée auparavant, car rien ne dit que la connexion physique n’a pas des ressources superieures a celles qui sont fournies a l’abonné normal.

                  Ne confondez pas « reseau local, reseau interieur » que vous montre vos ordinateurs connectés derriere la Box de votre abonnement... et le reseau du FAI qui se sert de votre Box pour « router » une connexion indépendante de vous.

                  Un promeneur peut telecharger tout ce qu’il veut, c’est lui, et ses identifiants de connexion qui se feront attraper.

                  Pour ceux qui savent, les box capables de faire ça sont constituées d’un routeur capable de gerer les VLAN.. ; pas toutes n’en sont capables.


                • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 26 juin 2009 23:54

                  @ l’Auteur : tous les détails des amendes et des astuces sont biens secondaires, car la loi ne s’appliquera pas. La volonté populaire a ici l’avantage du terrain pour mener une désobéissance civile qui va opposer l’État à la Collectivité et créer exactement le prétexte à une situation insurrectionelle. Chaque citoyen va se croire le droit moral de saboter l’HADOPI. Une grande maladresse du pouvoir




                   Pierre JC Allard

                • nightflight nightflight 27 juin 2009 01:26

                  @Pierre JC Allard

                  Peut être, mais la forte opposition à HADOPI 1 n’avait pas empêché la loi d’être votée, c’est le conseil constitutionnel qui y a trouvé à redire.

                  Maintenant, si HADOPI 2 est adopté, le problème est qu’il risque de faire des victimes qui vont trinquer financièrement, parce que de toute façon, des amendes il y en aura, et pas que pour ceux qui ont largement les moyens de les payer.

                  Voyez-vous, personnellement je m’en fous un peu, étant du métier, je trouverai bien un moyen de « Blinder » la machine sur laquelle mes enfants surfent. je ferai cela en interdisant l’accès aux sites de VOD, et en installant moi même les logiciels, mais quel triste apauvrissement culturel : Exit les visionnage d’émissions thématiques, fini l’accès libre à tous ces documentaires qui auraient pu mes enfants à disposer d’une vidéothèque étendue : Dans la mesure où l’on ne sait pas si le contenu est légal ou pas, à 3000 € la prune, bien obligé de faire des coupes sombres.

                  Le logiciel HADOPI ne sera de toute façon jamais installé sur aucune de mes machines, et je le déconseillerai à mes clients : C’est une affaire de principes.

                  Maintenant, je sais d’avance que les plus démunis intellectuellement seront comme d’habitude les premières victimes, et cela, ça me chagrine vraiment.


                • Surveyor SURVEYOR 28 juin 2009 13:02

                  Ah bon, sur...... je ne crois pas l’IP seras toujours celle de la Box, vérifiez....


                • zvalief 26 juin 2009 16:17

                  questions : (parce que la pa tou compri avec hadopi)
                  1/ si je rate un film ou une série à la tv (donc divertissement que j’aurais pu voir légalement et « gratuitement ») et que je décide de le regarder en streaming par exemple, est-ce que je suis punissable ?
                  2/ je dispose d’un appareil me permettant d’enregistrer des émissions tv sur mon pc, mais si par manque de place ou fainéantise, je décide de télécharger ces émissions,
                  est-ce que je suis punissable ?
                  d’avance merci pour vos réponses.


                  • RilaX RilaX 26 juin 2009 17:17

                    Ca je sais !
                    1/ Oui
                    et
                    2/ Oui !

                    Ils s’en foutent que tu aurais pu l’avoir gratuitement légalement. Le fait est que tu le prend illégalement.


                  • zvalief 26 juin 2009 18:08

                    ok, merci...
                    donc si je comprend bien, l’état légalise le racket (ça s’appelle comme ça, je crois, quand on demande de l’argent pour quelque chose qui est accessible gratuitement) organisé par les majors...


                  • zvalief 26 juin 2009 18:14

                    autre exemple, que ce passe t’il si j’écoute sur youtube (ou autre) un morceau de musique dont je possède le cd... peuvent-ils me poursuivre pour avoir écouté un fichier illégal même si je possède l’original...


                  • mrdawson 26 juin 2009 21:45

                    Il me semble que ce qui est illégal est le partage, le fait de rendre disponible l’oeuvre, plutot que le simple fait d’en jouir. Par exemple pour le streaming (films, musique, youtube...), c’est le fait de mettre la vidéo en ligne/l’héberger/la rendre disponible qui est illégal plutot que de la regarder.
                    C’est pour cela que le téléchargement d’oeuvre protégés sur un réseau p2p est illégal, pour télécharger il faut partager et apparement partager c’est mal.
                    Sinon le système des nouvelles box qui permettent par exemple d’enregistrer les programmes tv sur un système de dd serait illégal aussi. Ce qui la foutrait mal quand même.


                  • xa 29 juin 2009 10:49

                    @zvalief et @RilaX

                    C’est un tout petit peu plus compliqué.

                    Pour le 1, normalement non. C’est l’uploader sur le site, et le site, qui sont en infraction. Le visionneur, lui, ne peut être poursuivi. C’est pareil lorsqu’un cinéma diffuse un film sans disposer du droit de le faire (cas récent près de chez moi), les spectateurs ne sont pas en tord.

                    Pour la question 2, c’est plus compliqué.

                    Le download pur... les tribunaux oscillent entre la culpabilité (contrefacon, recel) et la relaxe (il faut caractériser l’intention pour que le délit soit valide, et certains tribunaux ont estimé que le téléchargement pur s’apparentait à de la copie privée, protégée par une exception). Il y a en gros autant de jugement de chaque côté, mais la tendance va plutôt vers la condamnation (voir les affaires récentes).

                    Le P2P : il y a de fait upload, donc de fait contrefacon.
                    Le streaming avec sauvegarde : je ne connais pas d’affaire sur le sujet, donc difficile de se faire une opinion. Possible de poursuivre pour recel, ou pour contournement technique puisqu’on est pas censé sauvegarder un stream. Pas de certitude sur le sujet.

                    @dawson

                    En quoi un magnéto serait-il illégal ? Une box qui enregistre n’est ni plus ni moins qu’un magnéto : elle enregistre les chaines que vous recevez, comme si vous aviez branché un magnéto. Pour la VOD, c’est encore plus simple, vous payez, donc vous avez le droit.


                  • Bulgroz 26 juin 2009 17:36

                    La Loi Hadopi ne traque pas les fraudeurs, elle traque les PC non sécurisés par lesquels un téléchargement a été réalisé . Savoir qui a réalisé le téléchargement importe peu, ce qui importe c’est le PC sur lequel ou via lequel un acte illégal a été réalisé.

                    Quand vous recevez un premier courrier d’avertissement d’Hadopi, l’injonction qui vous est faite est d’installer un logiciel qui interdit le téléhargement.

                    Vous pouvez toujours répondre : « c’est pas moi, c’est un autre » cela ne sert à rien et n’intéresse pas Hadopi, ce qui les intéresse c’est que vous sécurisiez votre PC.

                    Chaque titulaire d’un accès à Internet a l"obligation d’avoir un PC sécurisé ne pemettant pas un téléchargement.

                    « Art. L. 331-24. - Lorsqu’elle est saisie de faits susceptibles de constituer un manquement à l’obligation définie à l’article L. 336-3, la commission de protection des droits peut envoyer à l’abonné, sous son timbre et pour son compte, par la voie électronique et par l’intermédiaire de la personne dont l’activité est d’offrir un accès à des services de communication au public en ligne ayant conclu un contrat avec l’abonné, une recommandation lui rappelant les prescriptions de l’article L. 336-3, lui enjoignant de respecter cette obligation et l’avertissant des <sanctions encourues en cas de renouvellement du manquement>.

                    « Art. L. 336-3. - Le titulaire d’un accès à des services de communication au public en ligne a l’obligation de veiller à ce que cet accès ne fasse pas l’objet d’une utilisation à des fins de reproduction, de représentation, de mise à disposition ou de communication au public d’oeuvres ou d’objets protégés par un droit d’auteur ou par un droit voisin sans l’autorisation des titulaires des droits prévus aux livres Ier et II lorsqu’elle est requise.


                    • Forest Ent Forest Ent 26 juin 2009 18:34

                      Il ne s’agit plus de la loi Hadopi, mais de la Hadopi 2 (c’est à dire la DADVSI 3, la EUCD 4 ou la DMCA 5).

                      La Hadopi n’a pas le pouvoir de sanctionner. Elle pourra juste dénoncer aux tribunaux. Mais ceux-ci ne pourront jamais condamner le « délit de non surveillance », qui ne peut avoir aucune définition raisonnable. On est donc revenus à la case précédente, et la Hadopi 2 parle uniquement du « délit de contrefaçon » pour laquelle elle cherche à instaurer une peine légère, afin qu’elle puisse être infligée de manière automatique, sans audience.

                      La difficulté est de définir un délit de « contrefaçon légère », qui justifie une procédure sommaire. Or ça n’a rien d’évident en droit. Un des critères envisagés est que le délit ait été commis sur internet. Mais on peut très bien envoyer les plans du rafale par internet : le moyen utilisé n’est pas caractéristique de la gravité. Etc, etc, ... ça sera une discussion de droit passionnante. Mais MAM aura bien du mal à garantir dans ce texte l’égalité des délits, point sur lequel la DADVSI 1 avait déjà été rejetée par le conseil constitutionnel.


                    • nightflight nightflight 26 juin 2009 18:47

                      Oui Bulgroz,

                      Mais le problème c’est qu’’HADOPI 1 a été rejeté par le conseil constitutionnel, et qu’un HADOPI 2 est en préparation, avec entre autres les 1500 € à 3000 € d’amende encourus, si l’on en croit La Tribune.

                      Moi je trouve que ce casse-vie pour les SMICARDS représente une espèce d’engin de torture pécunier des temps modernes.

                      La plupart des gens qui occupent les postes clef, qui s’expriment sur les forums, et ceux qui détiennent le pouvoir politique semblent complètement déconnectés de la réalité.

                      Pêter dans la soie ne doit pas donner le droit de ruiner les « La France d’en bas ». Imagine un peu l’impact nucléaire d’un montant de 3000 € sur le budget d’un type du style de celui qui est représenté dans la promo du RSA : "Je suis cariste, c’est dûr, etc. heureusement, il y a le RSA ...... Ce type, qui s’est acheté un PC à crédit, son gosse fait une connerie, il télécharge sur internet un titre de son artiste favori. Résultat : Sabordage des finances, et à court terme ... la rue. Moi je trouve ça consternant.

                      Si encore les amendes étaient comme les amendes des délits routiers en Finlande (Je crois - ou tout au moins dans un pays scandinave), indexés sur les revenus des gens, ca ne me dérangerai pas qu’un ministre paie 3000 € et un SMICARD 50 €, aucun problème !

                      D’ailleurs ça me fait penser à un truc : Il faudrait qu’un vidéaste amateur nous refasse le clip de promo du RSA, avec notre cariste qui s’est pris 1500 € d’amende dans les dents. Ca donnerait une bonne idée du génie des législateurs lorsque leurs oeuvres arrivent dans la vie des gens


                    • nightflight nightflight 26 juin 2009 19:01

                      ... Ajout au commentaire précédent

                      3000 € Représente grosso modo 3 mois de SMIC net.

                      Si il existait un dispositif d’intervention citoyenne sur la mise en application des lois, il suffirait simplement d’ajouter « 3000 € Au pro rata du salaire net du responsable à l’origne de la loi ».

                      Je vois alors bien MAM recevoir son petit fils un week-end, lui laisser se servir de son PC et se retrouver avec 3 mois de salaire en moins.

                      Dans ce cas de figure, j’écrirai à mon député pour qu’il fasse voter cette loi, et je distribuerai des tracs dans les boites aux lettres le soir et le week-end ...


                    • xa 29 juin 2009 11:11

                      @l’auteur et @bulgroz

                      Il me semble qu’on parle du décret d’application de la loi Hadopi 1, là.

                      Dans ce cas, une amende de1500 euros pour ne pas avoir les connaissances nécessaires pour sécuriser sa ligne me parait du foutage de gueule. Pourquoi pas une amende de 1500 euros pour ne pas avoir changer ses phares ?

                      Par ailleurs, le droit est aussi très clair. On ne peut pas demander à quelqu’un de faire quelque chose qui n’est pas dans ses capacités. Nul ne peut vous condamner pour ne pas avoir pratiqué de massage cardiaque si vous ne savez pas faire. Or c’est un peu ce que demande cette loi : que tout détenteur d’une connexion Internet devienne Ingénieur sécurité. Les tribunaux vont avoir à faire, pour qulifier si tel ou tel quidam a les connaissances techniques suffisantes pour mettre en oeuvre une protection digne de ce nom.

                      L’utilisation d’un outil ? De quel outil ?

                      Une clé Wifi ? si c’est du WEP c’est inutile. Et nombre de périphériques wifi ne fonctionnent pas en WPA. L’Etat prendra-t-il sur lui d’imposer le WPA immédiatement au risque de poser de gros problémes aux industriels fabricant des produits inadaptés ? Non, il mettra un délai ... pendant lequel la sécurisation du Wifi sera une vaste plaisanterie.

                      Un outil protégeant le poste (interdisant le fonctionnement de Bittorrent, par exemple) ? Mais cela voudrait dire interdire aussi un outil utilisé parfaitement légalement. Et puis, il restera la possibilité d’encapsuler sur le protocole http. Quel outil ira interdire l’utilisation d’Internet ?

                      En contestation (parce qu’il y aura forcément contestation possible devant un tribunal), les tribunaux devront estimer si telle ou telle personne a manifestement négligé la protection de son système ou si elle a fait, selon ses compétences, tout ce qui était faisable pour protéger sa connexion. Ca se passera peut etre mal pour les informaticiens (considérés par défaut comme compétent, comme si un mécano devait automatiquement savoir réparer aussi bien un airbus qu’une 2CV), mais pour le commun des mortels ........

                      Reste la possible nécessité de payer l’amende pour pouvoir contester ... ce que le conseil d’etat limitera, comme il l’a fait sur les amendes autos lorsque le montant de l’amende est disproportionné.


                    • xa 29 juin 2009 11:15

                      @Forest

                      Effectivement, la loi ne sera pas triste si elle essaie de prévoir une peine alternative si le délit de contrefacon est effectué sur Internet.

                      Vous vendez des faux vuitton sur Internet, et la sanction c’est la coupure de votre accès Internet. C’est fichtrement plus gentil que les 300k d’amendes et les 5 ans de prison.

                      Or comme la peine coupure d’internet sera AUTOMATIQUEMENT applicable pour tout délit de contrefacon sur Internet, on risque d’avoir un joli débat entre les lobbyistes de l’industrie musicale et les lobbyiste de l’industrie "textile, bijouterie, horlogerie" laquelle est bien plus puissante en France (bref choisir entre contenter LVMH ou Universal).

                      Ah non, dirons certains, il suffira d’encadrer l’utilisation de la peine alternative aux cas de contrefacon numérique.

                      Erreur ... ce serait .... inconstitutionnel. Les mêmes peines sont applicables pour un délit. Vouloir la coupure d’Internet pour contrefacon, c’est accepter cette peine que la contrefacon soit la copie d’un MP3, ou la mise en vente d’une fausse cartier.

                      Ca risque d’être intéressant à suivre...


                    • Bulgroz 26 juin 2009 19:32

                      Le conseil constitutionnel a validé tout le processus Hadopi sauf la définition de la sanction par une autorité qui ne serait pas judiciaire.

                      C’est donc un juge qui appliquera la sanction.

                      Le Conseil a été victime du jeunisme ambiant, le résultat est que la sanction sera plus forte pécuniairement avec une inscription au casier judicaire. Merci à la gauche !!

                      http://www.conseil-constitutionnel.fr/decision.42666.html

                      Le processus d’avertissement est conservé : lettre simple, lettre recommandée puis (grâce au Conseil), transmission du dossier au juge.

                      Pour éviter les désagréments, il suffit de sécuriser son PC en installant un logiciel anti téléchargement sur son PC.

                      L"argument du pauvre smicard ou sdf qui a les moyens d’un ordi et les moyens de payer sa facture de connection internet ne tient pas. Le fait pour un smicard d’avoir acheté une bagnole ne lui donne pas pour autant le droit de ne pas respecter les limitations de vitesse imposées par l’Etat (ou les communes). De même que payer une connection internet ne donne pas à un smicard de droit à piller les œuvres intellectuelles.

                      Je le répète : installer le logiciel approuvé Hadopi sur son PC vous met à l’abri de poursuites.

                      Il y a aussi la convention de Berne signé par la France et l’Europe qui oblige les états à

                      "garantir que auteurs d’œuvres dramatiques, dramatico–musicales et musicales jouissent du droit exclusif d’autoriser :
                      (i) la représentation et l’exécution publiques de leurs œuvres, y compris la représentation et l’exécution publiques par tous moyens ou procédés ;
                      (ii) la transmission publique par tous moyens de la représentation et de l’exécution de leurs œuvres.

                      http://www.wipo.int/treaties/fr/ip/berne/trtdocs_wo001.html

                      Fait il dénoncer cette convention et annoncer que les artistes n’ont aucun droit de décision sur leur juste rémunération ?

                      Albanel avait bien raison : « le téléchargement est la maladie infantile d’internet ».

                      Le fait d’être pauvre ne change rien à cette affaire.


                      • jean 26 juin 2009 19:50

                        Bulrgoz , merci de l’avis de prinzen c’est très informatif sur votre cloak


                      • HELIOS HELIOS 26 juin 2009 19:56

                        J’aime bien votre raisonnement, Bulgroz...

                        Voyons, appliquons le d’abord a l’automobile, tout le monde en a une, n’est-ce pas...
                        Plus besoin de radar fixe ni quoi que ce soit, une Haute Autorité pour la Securité Routiere, HASR va autoriser un organisme privé a radariser les automobilistes... sur la plainte de la Ligue contre la Violence Routiere bien connue qui aura installé un radar, le juge va vous punir et va vous demander de mettre un « limitateur de vitesse » sur votre vehicule, ce limitateur est bien l’homologue du logiciel de securisation, hein ?

                        Continuons, puisqu’il s’agit d’imposer un dispositif empechant les citoyens d’outrepasser la loi...
                        J’attends, par exemple qu’on crée une Haute Autorité de la Responsabilité Civique HARC
                        , qui autorise des organismes privés a controler l’activité des elus et des administrations et qui puissent presenter aux juges, les manquements de tout representant du peuple ou de l’autorité publique. Tant qu’a faire, obligeons les a mettre en place l’outil, comme le logiciel mouchard, ou le limitateur de vitesse, qui va les empecher d’outrepasser les charges ou missions qui leurs sont confiés. cet outil, pourrait etre un rapport exhaustif hebdomadaire des décisions prises avec argumentaires, comme cela se fait, associé a la feuille comptable correspondante. Et comme la sentence d’un juge risque d’etre longue, creons comme le souhaite la Hadopi une procedure accelérée sans comparution... je crois que cela me plairait beaucoup et me ferait accepter, peut-etre, le mouchard informatique....
                         


                      • nightflight nightflight 26 juin 2009 21:40

                        Dis Bulgroz,

                        Tu te rends compte que tu passes allégrement au dessus d’un élément primordial : Le logiciel HADOPI, qui sécurise la machine constitue tout simplement une intrusion inacceptable dans la vie privée des gens.

                        Hier, tu t’achetais une machine, et tu l’utilisais en toute liberté, aujourd’hui, pour être sûr de ton coup, tu dois installer en plus un logiciel de contrôle édité ... par l’état !!!. Cela donne vraiment l’impression d’une copie moderne de l’ère Ceauşescu : Des micros dans chaque micro !

                        Je ne sais pas si tu te rends compte de ce que cela signifie, mais pour moi cela semble invraisemblable : Suite à une levée de boucliers d’artistes téléguidés par l’industrie de l’audio visuel, écartant tout système de découragement de l’infraction tel que je le décris dans l’article, on se retrouve fliqué chez soi, et dans l’obligation d’installer sur son ordinateur un logiciel de contrôle rendu obligatoire par les nouvelles lois.

                        Sans présumer d’ailleurs du cas de figure de l’ado boutonneux qui désinstalle ce logiciel (Que l’on pourrait d’ailleurs qualifier de « bracelet électronique de l’internaute ») ; à l’insu de ses parents et devient en quelques manipulations simple délinquant passible d’une amende de 1500 à 3000 € quelque soit son origine sociale.

                        Moi, tous ces éléments me semblent incongrus, démesurés, suspects, enfin bref, je ne vois pas pourquoi il serait si compliqué de mettre en place un système d’amendes d’un montant raisonnable et gradué, qui ne pénalise pas outrancièrement le citoyen de base.

                        Que cet aspect ne saute pas aux yeux d’un pékin moyen me semble procéder d’une absence totale d’humanisme, de compréhension, de foi en l’individu et en la famille.

                        En effet, qu’est-ce qui pourrait motiver un tel arsenal répressif, disproportionné lorsque l’on sait que les délits envisagés sont très loin de la criminalité avérée, des crimes qui lèsent l’individu, troublent l’ordre public, etc.

                        C’est invraisemblable, cette escalade des mesures répressives, cet entêtement à vouloir absolument punir cruellement les citoyens, sans chercher une vraie pédagogie pour faire évoluer en douceur des habitudes prises trop vite, au fil des mutations technologiques soudaines de notre ère contemporaine

                        Quel est l’enjeu ? Vous allez finir par donner raison aux thèses conspirationistes de tout bord, aux paranos de toute trempe, enfin bref, vivons nous en république ou dans un système politique où les groupes de pression peuvent accumuler sufisemment d’énergie potentielle pour déclencher la mise en place d’un tel système répressif outrancièrement arbitraire ?

                        Réfléchissez-y sincèrement, car je crois que cela en vaut la peine, notre avenir pourrait en dépendre, car qui connait demain ? Personne aujourd’hui n’imaginerait en signant un blanc seing pour ces nouvelles lois ce que deviendront dans l’avenir les mesures qui en découlent. Car en effet, si l’on voulait mettre en place les fondations d’un contrôle des individus via l’informatique, qu’on ne s’y prendrait pas autrement.


                      • Forest Ent Forest Ent 26 juin 2009 23:01

                        Je le répète : installer le logiciel approuvé Hadopi sur son PC vous met à l’abri de poursuites.

                        Certainement pas. Ce qui était visé par la loi Hadopi était la connexion internet, pas le PC.

                        En fait, seuls les FAI pourraient installer un filtrage. Mais de quoi ? Qu’est ce qui est légal ou pas dans un paquet de bits ? Certainement pas le protocole utilisé, ni le nom d’un fichier. Le contenu ? Comment un « filtrage » va-t-il faire pour savoir si le compositeur d’une musique contenue dans un fichier est mort depuis plus de 70 ans ou pas ? Qui va tenir la liste à jour ? Quand vous regardez une vidéo sur youtube ou dailymotion, vous savez si elle est « légale » ou pas ? Tout cela n’a strictement aucun sens.



                        • HELIOS HELIOS 26 juin 2009 22:48

                          bonsoir, Bulgroz...

                          Je me suis sans doute mal exprimé, puisque vous ne m’avez pas compris.

                          Je ne veux en aucun cas defendre le piratage qui existe et qui est d’autant plus grave qu’il peut concerner d’autres données que de vulgaires chansonnettes ou series télévisées.

                          Je me dis seulement, et je tente de faire partager deux elements qui me semblent important :

                          D’une part le modèle economico-marchand de la « culture » qui est, — toujours a mon avis, — sorti d’un equilibre acceptable pour tous. La chasse au partage a grande echelle, a la copie a usage privé, les remunerations sur les support et même les limitations de format (zonage dvd, mp3-wav etc...) sont devenus disproportionnés, il faut imperativement revoir les fondamentaux a l’eclairage des nouvelles technologies et de TOUS les intervenants, y compris les majors... Je sais que c’est difficile car cela ne concerne pas que la France

                          D’autre part, — encore mon point de vu — une derive que j’ai un peu de mal a qualifier, que je tente d’appeler « derive de droit » où, les autorités ne respectent plus l’esprit des institutions et des fondements républicains, pour tenter de resoudre des problemes beaucoup plus vastes.

                          Sur ce dernier point, il me semble qu’en cette periode d’ouverture, exactement comme pour le racisme, il faut au contraire renforcer l’etat de droit comme on renforce l’antiracisme. Il faut donc être vraiment tres ferme sur les tendances liberticides et les raccourcis de justice qui sont les premices, comme l’histoire nous l’a helas de nombreuses fois montré, sources de futurs drames.

                          Le conseil constitutionnel a même été a mon avis trop tendre avec cette loi. je me repete, non pas parce que je ne souhaite pas soutenir les artistes et la creation, mais parce que tous les moyens ne sont pas bons a employer pour arriver au but... si, de plus, on y arrive ce qui est loin d’être evident.

                          Je ne vous referais pas le discours sur les technologies des réseaux ni quoi que ce soit de technique,.. comme vous venez de le lire, je me place sur un point de vue civilisationnel, dont la France et l’Europe mette en avant les valeurs... et notre parlement les bafouent aussitot.

                          Cette loi Hadopi est la pire tentative qu’on puisse imaginer, ne vous en déplaise :

                          D’abord, techniquement elle n’aboutira pas, parceque même si demain on arrive a bloquer tous les echanges, dans l’inconscient collectif il restera toujours la possibilité de passer outre la contrainte...
                          Elle a eu le « merite » d’opposer les artistes qui l’ont un peu trop facilement appuyés, par aveuglement politique, incompetence ou simplement parce que ce sont des artistes...
                          Elle a creusé un peu plus le deni de democratie et a eloigné un peu plus les representants du peuples et les acteurs politiques...
                          Enfin, elle aura permis a tous les techniciens de la planete de preparer plus rapidement une autre version d’internet qui cette fois ne se laissera pas faire si facilement. Déja aujourd’hui, le taux de paquets cryptés augmenté de plus de 25% (oui, un quart) sur les routeurs des backbones auxquels j’ai acces. cela veut dire que quand 80 ou 90% seront cryptés, internet sera un tuyau « noir » dans lequel on ne verra plus rien du tout, ce qui n’est pas grave tant que ce qui transite est légitimes, mais qui est catastrophique pour la vraie chasse au terrorisme, la fraude, l’espionnage etc, dont bien sur la pedotruc...

                          en conclusion, votre position, si on peu la comprendre, et qui consiste a dire que le téléchargement est illegal et qu’il suffit de mettre un mouchard pour regler le probleme et envoyer tout le monde au tribunal... c’est une reaction..., excusez moi, je ne veux pas etre irrespectueux, mais de gamin face quelque chose qu’il ne connait pas : LA VIE

                          soirée a tous


                        • Bulgroz 26 juin 2009 22:55

                          Bluelight,

                          Tu es avec Forest Ent, l’illustration flagrante de la paranoïa hadopiste et j’avoue avoir du mal à comprendre comment on peut se monter le bourrichon pour si peu.

                          Moi, très jeune , on m’ a appris que tout n’était pas gratuit, que je ne pouvais pas tout avoir et que voler était hors de question et que ce n’était pas en trépignant des pieds que j’allais changer les choses, Na !!

                          Peu de temps après l’apparition des premiers moteurs à explosion, les Etats ont éprouvé le besoin de mettre au point des codes de la route, c’est un processus de civilisation.

                          Des logiciels de contrôle sur l’ordinateur, on en a tous des centaines à notre insu ou pas (dans ma liste de cookies, j’ai des cookies Agoravox et cela ne me dérange pas outre mesure). Le logiciel n’est pas chargé de fliquer mais de rendre impossible le téléchargement. Je laisse le soin aux spécialistes de mettre au point le logiciel idéal. je crois en l’homme comme je crois en ceux qui nous gouvernent.

                          Je comprends que le gouvernement a vraiment du courage de continuer à mettre en place la loi Hadopi dans cette paranoïa absurde. Je lui tire mon chapeau et l’encourage à continuer.

                          Je pense que cette loi Hadopi a été mise au point par les plus éminents connaisseurs de la problématique de la protection des droits d’auteur et du pillage internet. Mieux que moi, mieux que toi.

                          Des gens responsables qui ont analysé toutes les facettes du problème avec l’objectif de protéger le droit des artistes de vivre de leurs œuvres et qui ne se sont pas laissés monter le bourrichon par les réactions hystériques et excessives crées par des gens irresponsables qui interviennent sur internet. Des gens responsables qui doivent prendre des décisions contrairemnt à toi et moi. Ils ne peuvent pas avoir tort. Le fait de comparer Hadopi à l’ère Ceauşescu et au bracelet électronique, par exemple, est tout fait symptomatique de cette hystérie puérile. On croit avoir raison en faisant n’importe quel amalgame malhonnête.

                          Si on parle maintenant de fortes amendes, tu n’as qu’à t’en prendre à ces députés socialistes qui ont pourri le débat dès le début et fait croire des choses irréalistes et apporté l’affaire au conseil constitutionnel.

                          Une dernière chose : si tu as des choses à cacher, n’utilise pas Internet et fais les souks de France pour trouver ce que vous veux.

                          Pour la part, je me refuse à voler. C’est sans doute un problème d’éducation. 

                          La loi Hadopi se fera car il n’y a pas d’autre solution. Que cela te déplaise ou pas. Il n’y a que les socialistes fonctionnaires pour penser autrement.


                          • Forest Ent Forest Ent 26 juin 2009 23:09

                            @ Bulgroz

                            Je vous connais assez pour savoir que vous êtes animé de bonnes intentions. Ici, l’enfer en est pavé.

                            Quote : tu es avec Forest Ent, l’illustration flagrante de la paranoïa hadopiste et j’avoue avoir du mal à comprendre comment on peut se monter le bourrichon pour si peu.Moi, très jeune , on m’ a appris que tout n’était pas gratuit.

                            Il faut vraiment que je vous dise : je ne demande qu’à payer. C’est ça le plus fou. J’attends désespérément depuis 10 ans que quelqu’un me propose un service payant audio et video convenable sur internet. Je ne demande que ça : payer. Mais payer un prix raisonnable, pour un produit de qualité raisonnable, pas 5 euros pour une VoD en streaming lisible une seule fois à 200*64 pixels.

                            Normalement, une industrie qui ne s’est pas adaptée en 10 ans disparait sans que personne ne la pleure.

                            Je suis d’accord avec le bon gros bon sens. Et moi, mon bon gros bon sens me dit que quand des entreprises refusent de livrer aux clients le produit qu’ils veulent et qu’elles peuvent fabriquer, et qu’en plus elles insultent ces clients parce qu’ils n’achètent pas le produit qu’elles fabriquent, il y a un problème.


                          • nightflight nightflight 27 juin 2009 00:14

                            Bulgroz,

                            Je réponds à ton message :

                            Des logiciels de contrôle sur l’ordinateur, on en a tous des centaines à notre insu ou pas (dans ma liste de cookies, j’ai des cookies Agoravox et cela ne me dérange pas outre mesure). Le logiciel n’est pas chargé de fliquer mais de rendre impossible le téléchargement. Je laisse le soin aux spécialistes de mettre au point le logiciel idéal. je crois en l’homme comme je crois en ceux qui nous gouvernent.

                            Mettre sur un pied d’égalité un cookie, qui peut être supprimé à volonté, et qui n’est activé et visible que par le site que l’on visite avec un logiciel de contrôle est une ineptie.

                            Je te rappelle au cas où tu aurais la mémoire qui flancherait qu’un citoyen a récemment été emprisonné pendant 6 mois, pour des soi disant actes terroristes pour lesquels il n’y avait aucune preuve. Non que je sois en faveur de la mouvance ultra gauche, mais lorsque son avocat a fait sa conférence de presse, je l’ai intégralement visualisé sur internet, et j’ai été scandalisé par la tournure de cette affaire.

                            Je te rappelle ensuite ce que je disais plus haut, à savoir qu’un responsable du scandale de la vente des sous-marins au Pakistan qui a fait perdre au budget de l’état un montant estimé à plusieurs millions d’euro n’a été puni que d’une amende de 2000 €, alors que l’addition peut être plus lourde pour un téléchargement illégal.

                            Pour énumérer un item complémentaire dans cette liste de bizarreries étranges difficilement justifiables dans un état démocratique censé traiter tous les individus sur un pied d’égalité, nous voyons actuellement les producteurs laitiers dont la rentabilité était déjà limite, se voir amputer les prix de vente de 20 %, et je parle en connaissance de cause, car j’ai fait ma petite enquête auprès de l’un d’eux.

                            Alors bien qu’accordant un certain degré de confiance aux gens qui nous gouvernent, je trouve le débat citoyen indispensable, parce qu’il constitue un complément indispensable au débat politique.

                            N’oublions pas que nous vivons dans une démocratie représentative, que les référendums sont quasiment absents de la vie politique, et que lorsqu’ils ont lieu, on en détourne le résultat., D’’ici à ce que nous parvenions à un système qui intègre largement la consultation des citoyens, il y a encore beaucoup de chemin à faire.

                            Dire que des gens compétents s’occupent de nous et que l’on peut dormir tranquille relève d’une pensée simpliste qui tend à déresponsabiliser l’individu, et à lui faire remettre les clefs de son destin à des responsables politique dont on sait bien qu’ils sont avant tout des êtres humains, avec la faculté innée de se tromper.

                            J’en veux pour preuve les prévisions successives des chiffres de la croissance communiquées par Christine Lagarde, qui ressemblaient plus à des bulletins météo de l’époque où cette science n’était pas encore au point, qu’à des communiqués issus d’études en provenance de spécialistes sûrs de leurs expertises.

                            Mettre mon bulletin dans l’urne oui, me désintéresser des sujets de société jusqu’au prochain vote, certainement pas !

                            Penser que voter au choix pour 2 ou 3 partis susceptibles d’accéder au pouvoir, et estimer ensuite que la diversité de l’électorat sera parfaitement représentée par le parti majoritaire est une utopie pour simples d’esprit.

                            Que des débats citoyens viennent exprimer la diversité des tendances hors du champ réducteur de la politique me semble très sain pour une démocratie, et j’ose espérer qu’ils puissent ne pas rester lettre morte, mais faire leur chemin dans les consciences, y compris dans celles de ceux qui nous gouvernent.

                            Maintenant tu as le droit de qualifier mes propos d’irresponsables, mais lorsque je vois l’historique des taux de la FED, et les réponses fournies ultérieurement par Greenspan à la commission d’enquête du congrès américain, je me dis qu’il y a plus irresponsable et beaucoup plus dangereux que moi.

                            Maintenant si tu estimes que nous vivons dans un monde parfait, et que les acteurs du monde politique sont parfaits, libre à toi.


                          • nightflight nightflight 27 juin 2009 02:05

                            ... Suite et fin

                            On nous a beaucoup parlé de dialogue et de concertation, très bien ! Mais dans cette affaire de consultation et de dialogue je ne vois point.

                            Je vois surtout que notre système économique est peuplé d’acteurs très puissants, qui bien que n’ayant aucune voix d’électeur parviennent sans encombre à se faire voter des lois sur mesure.

                            Quelques portes bannières ici et là, tout solidaires du business, tant ils y ont intérêt, un relai des politiques, un peu de propagande traitant les opposants de voleurs et de pirates et l’affaire est entendue, le citoyen de base n’a plus qu’à se plier aux exigences des acteurs économiques, et se voit contraint d’installer un logiciel de contrôle sur son ordinateur.

                            Si l’on regarde bien cette affaire, et qu’on en extrait l’épure, on voit bien que l’on assiste tout simplement au triomphe de l’argent roi, qui plutôt que de choisir le compromis et le respect de l’individu, s’impose avec force, certain que sa puissance lui accorde tous les droits.


                          • Bulgroz 27 juin 2009 11:33

                            (et non blue light come j’ai écrit par erreur)
                            Une petite réponse sur la question incidente du lait :

                            ...nous voyons actuellement les producteurs laitiers dont la rentabilité était déjà limite, se voir amputer les prix de vente de 20%, et je parle en connaissance de cause, car j’ai fait ma petite enquête auprès de l’un d’eux.

                            Je crois que cet éleveur n’a pas tout dit.

                            Au plus fort de la crise de sous production du lait et après la flamblée du prix du lait en 2007 (on importait du lait de Nouvelle Zélande !!!) , les éleveurs se sont mis à augmenter leurs cheptels de vaches laitières alors même que sur le long terme la consommation interne et l’exportation étaient à la baisse. Les éleveurs agissent en individualistes quand il y a une opportunité de gain et jouent collectif quand ça va mal, ils y ont vu une opportunité. Le temps de formation d’une vache laitière est un peu moins de 3 ans. Les éleveurs se sont dit « ben, on va demander à l’état (l’Europe) d’augmenter les quotas avant que n’arrivent les premières livraisons de ce nouveau lait ». Sur la pression des éleveurs, les quotas ont été relevés (+2,5% sur 2008/2009 soit 613 165 tonnes de plus pour atteindre le niveau de 24,6 millions de tonnes pour la campagne 2008/2009. Maintenant, les premiers laits arrivent sur le marché et il y a excédent. Il s’agit d’un effet de balancier. Le montant du prélèvement en cas de dépassement est de 27,83€ pour 100kg de lait. Ce prélèvement n’est pas une surprise, les éleveurs savaient que les excédents de production ne seraient pas garantis en prix.

                            Maintenant ils veulent que ce soit le client qui paie la pénalité.

                            On peut pas demander des quotas un lundi et la suppression des quotas le mardi.

                            Mais c’est plus facile de se défausser en clamant que c’est la faute à Barnier.


                          • Bulgroz 27 juin 2009 11:52

                            Salut Forest ;

                            "J’attends désespérément depuis 10 ans que quelqu’un me propose un service payant audio et video convenable sur internet."

                            J’ai beau repasser 100 fois cette phrase dans ma tête, je ne comprends pas, vraiment, sans aucune duplicité. Qu’est ce qui manque exactement   ?

                            Merci de m’indiquer des exemples de choses qui manquent actuellement sur le net. Par exemple, quelque chose qui existe ailleurs dans un autre pays mais pas chez nous.

                            «  une VoD en streaming lisible une seule fois à 200*64 pixels. « idem, je ne vois pas le problème

                            Je suis prêt à me convertir mais je ne vois toujours pas le rapport avec la nécessité de protéger les droits de propriétés.


                          • Forest Ent Forest Ent 27 juin 2009 15:17

                            @ Bulgroz

                            Ce qui manque ? Ce n’est pas compliqué : l’équivalent payant de ce que je pourrais avoir gratuitement avec eMule, un abonnement qui me permet de voir quand je veux la vidéo que je veux, en qualité DVD, et en « asynchrone ». Ce que je veux dire par « asynchrone », c’est que je ne veux pas être obligé, comme avec la télé, de regarder toute la vidéo d’un bout à l’autre en un seul coup, mais pouvoir la finir le lendemain ou la semaine prochaine. Bien sûr, j’entends que ce soit à un prix raisonnable, parce que si c’est pour payer le même prix que le DVD, je ne vois pas l’intérêt et je me sens vaguement arnaqué. Enfin, j’entends bien sûr avoir complète liberté de choix, et pas un catalogue de 400 navets hollywoodiens comme la plupart des chaînes de VoD actuelles.

                            Je veux tout cela parce que je n’ai pas de choix intéressant de DVD au supermarché du coin, ni à la plus proche boutique de location, qui n’est d’ailleurs pas proche du tout, que je ne peux en plus me déplacer que difficilement, que je n’ai pas et ne veux pas avoir de télé, parce que ce qui y passe ne m’intéresse pas du tout.

                            Je peux commander des DVD par internet. Mais ça finit par revenir très cher, et je ne vois pas pourquoi je ne bénéficie pas d’une technologie qui existe depuis plus de 10 ans et qui permettrait d’abaisser significativement le prix. Et puis on ne trouve pas tout en DVD.

                            Non, tout ça n’existe pas non plus dans d’autres pays. Mais ça viendra vite, rendra la question du « piratage » obsolète, et pour l’instant on ne fait que le retarder. La seule vraie question, c’est le « business model » des immatériels sur internet.

                            Enfin, si tu imagines que je tiens ce discours par idéologie, c’est le contraire. J’ai été ulcéré de ce qu’une technologie qui me semblait prometteuse et pouvoir apporter un plus significatif à mon existence misérable ne soit pas déployée. J’ai été ulcéré d’en voir interdire le déploiement par des manoeuvres juridiques, et c’est à ce moment que, pauvre geek, je me suis intéressé à la politique et à l’économie. Je ne pardonnerai jamais à Sarkozy d’avoir fait échouer en 2006 la saine réflexion des députés qui promouvaient un système nouveau et raisonnable. Cet homme a dans le sang le flicage, le lobbying et la compromission. Qu’il soit emporté par la même peste que la RIAA et la MPAA.


                          • Bulgroz 27 juin 2009 18:11

                            Forest,

                            Tes explications me plongent dans un abime de perplexité :

                            • qui me permet de voir quand je veux la vidéo que je veux, en qualité DVD, et en « asynchrone ».

                            Tout ce qui lu en streaming s’écrit sur ton disque dur, il s’agit seulement de le repérer dans la mémoire cache et éventuellement de transformer le fichier dans le format souhaité. Does that ring a bell ?

                            • si le système idéal que tu souhaites depuis 10 ans (que peut être je n’ai pas compris) et pour lequel tu es prêt à payer n’existe nulle part ailleurs (ouf !! je suis sauvé et Sarkozy aussi, un tel système est inconnu sur la terre !!!), c’est que tout simplement cela ne répond pas à un marché. Je ne veux pas croire qu’un quelconque modèle économique qui agréerait, ne serait ce que, 100000 ou 1000000 clients potentiels ne puisse pas voir le jour et ce depuis 10 ans, c’est que ce modèle n’est pas viable techniquement ou économiquement ou que la définition de l’attente du client n’est pas claire.
                            Je pense qu’ il y a une incompréhension extraordinaire de part et d’autres mais je vois rien qui permette d’en appeler à Caucescou, flicage, tyrannie, dictature, etc...et la haine de Sarkozy.

                            Je commence à me demander si réellement les antihadopistes savent ce qu’ils veulent en dehors de pouvoir piller sans limite les œuvres intellectuelles.


                          • Forest Ent Forest Ent 27 juin 2009 18:55

                            @ Bulgroz

                            Quote : tout ce qui est lu en streaming s’écrit sur ton disque dur.

                            Je crois connaitre un peu le sujet. J’ai juste essayé de faire une description complète et factuelle de ce que je voulais, sans préjuger des solutions. En l’occurrence, j’ai essayé d’éliminer ce que ne permettaient pas, volontairement, certaines chaînes de VoD.

                            Quote : je commence à me demander si réellement les antihadopistes savent ce qu’ils veulent.

                            Je ne sais plus quoi te dire. J’ai essayé de faire une description complète et factuelle de ce que je voulais. Qu’est-ce qui manque pour avoir complètement décrit un produit ? L’équivalent d’un DVD, moins cher, sans déplacement, pas limité aux films. Qu’est-ce qui n’est pas clair ?

                            Cela dit, ça, c’était en fait ce que je voulais il y a dix ans. A l’époque, ça m’aurait été hyper-utile. Maintenant, je peux me déplacer plus, et puis je suis passé à d’autres loisirs puisque celui-ci n’existait pas. Mais j’imagine qu’il y a aujourd’hui d’autres gens qui sont dans la situation dans laquelle j’étais à l’époque.

                            Si le système idéal que tu souhaites depuis 10 ans et pour lequel tu es prêt à payer n’existe nulle part ailleurs, c’est que tout simplement cela ne répond pas à un marché. Je ne veux pas croire qu’un quelconque modèle économique qui agréerait, ne serait ce que, 100000 ou 1000000 clients potentiels ne puisse pas voir le jour et ce depuis 10 ans. C’est que ce modèle n’est pas viable techniquement ou économiquement ou que la définition de l’attente du client n’est pas claire.

                            Moi non plus, je ne voulais pas le croire.

                            « L’attente du client n’est pas claire », ce n’est pas possible, puisqu’il y a des dizaines de millions d’utilisateurs du p2p. Il n’y a qu’à copier.

                            « Pas viable techniquement », ce n’est pas possible, puisque le p2p y arrive très bien.

                            Il reste le « pas viable économiquement », et il est probable que là les fabricants de contenus et les clients n’aient pas la même vision. Internet permet par rapport au DVD une baisse énorme des coûts de production. Comment ce gain va-t-il se répartir entre vendeurs et acheteurs, là est la question. Disons qu’on est partis à 15€ le DVD, que les vendeurs ont attaqué le sujet à 15€ le film en VoD, et que depuis ils baissent chaque année le prix d’un centime. Entretemps, les gens ont soit préféré télécharger gratuitement, soit comme moi eu marre d’attendre et sont passés à d’autres loisirs, comme AV, youtube, les jeux vidéos, etc ... Les mécanismes de marché n’ont pas fonctionné à cause d’une situation d’ententes et oligopoles : 70% du marché est occupé par 4 sociétés pour la musique et 6 pour le cinéma. Je t’ai épargné les DRM qui constituaient le coeur de la loi DADVSI, et qui sont passés moins d’un an après dans les poubelles de l’histoire.

                            Moi non plus, je ne voulais pas le croire. Ca m’a fait pas mal réfléchir à ce qu’était l’économie de marché dans la réalité. Je pourrais maintenant te faire le même baratin sur pas mal d’autres secteurs comme ceux-ci :

                            http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/oligopoly-le-jeu-que-vous-ne-14840

                            On apprend dans les business schools que le client est roi. On apprend autre chose dans la vie. J’ai écrit tous les jours à l’époque que la DADVSI ne fonctionnerait pas, et qu’il était temps de passer à autre chose. La HADOPI n’a pas fonctionné. La suivante ne fonctionnera pas non plus. Toute cette histoire n’est qu’une négation complète des mécanismes basiques de marché. Ca m’énerve même d’avoir à expliquer ce que je veux et pourquoi je le veux : ils n’ont pas de service marketing chez Vivendi pour que ce soit au client de faire les specs fonctionnelles ?

                            Je trouve dément qu’une industrie inadaptée ait choisi d’attaquer bille en tête ceux qui auraient pu être ses meilleurs clients : des gens plutôt techno, jeunes et pas trop fauchés, le coeur de cible de beaucoup d’industries. C’est un non sens politique et économique total. Moi, je fais partie de la France d’en haut, j’ai les moyens de payer ce dont j’ai envie, et je n’aime pas que l’on ne me prenne que pour un con. Pourquoi être venus spécialement me chercher des poux ?

                            Tous les mecs qui ont lancé les réseaux de p2p étaient ce que l’Europe avait de mieux en termes de dynamisme, d’esprit d’entreprise, de technologie, ... Ils ne demandaient qu’à monnayer leur savoir-faire. Ils sont en faillite, en taule, ou sont passés à autre chose. Tu parles d’une « économie de la connaissance » ! Ca a permis quoi ? De préserver les rentes de situation de quelques gros actionnaires et la valeur de quelques hedge funds, qui se sont quand même cassé la gueule en 2007, parce que leur avidité n’avait de toutes façons pas de limites.

                            Enfin, on ne va pas refaire l’histoire, mais je maintiens que cette DADVSI 3 est pathétique.


                          • nightflight nightflight 27 juin 2009 18:56

                            Bulgoz,

                            Je pense qu’il te faut des exemples concrets :

                            J’avais commencer à me constituer une bibliothèque de titres achetés sur le net d’une manière tout ce qu’il y a de plus honnête. Puis, un jour, j’ai eu une panne de disque, j’ai dû réinstaller mon système.

                            Arrivé à la phase où je devais demander à nouveau le téléchargement des droits de lectures à mon magasin en ligne favori (Je ne le citerai pas, mais il est très connu), tous mes mails sont restés sans réponse, et j’ai tout perdu les droits installés sur mon PC sont tout simplement partis en fumée.

                            Donc, retour à l’ancienne méthode : achat des cd recopie sur mon disque dur.

                            Sans compter les cd qui refusent l’acquisition en haut débit (192 mbps ou plus), et se contentent de laisser sur mon disque une image d’une bien piètre qualité sonore, ce qu’évidemment l’éditeur a omis de faire figurer sur l’emballage de son cd.

                            C’est quand même un peu con d’avoir un Média Player dernier cri, et de devoir renoncer à l’achat numérique en ligne, parce qu’à un moment on risque de perdre le droit d’écouter ce que l’on acquit à onéreux, comme il se doit.

                            Viennent ensuite les problèmes techniques divers et variés liés aux lecteurs portables : Lorsque l’on achète de la musique en ligne, on ne maitrise pas toujours le format : Si l’on a par exemple un lecteur qui n’admet que le MP3, on risque fort de ne pouvoir jamais recopier sa musique sur celui-ci, si un mécanisme de protection a été mis en place par l’éditeur.

                            Faisons une analogie avec les antiques baladeurs à cassettes et les disques vinyles : Autrefois je m’achetais un album 33 tours, je l’enregistrais ensuite sur cassette et je pouvais l’écouter où je voulais. Aujourd’hui, sur certains supports de vente en ligne, ce n’est plus possible, le nombre transferts vers le lecteur portable est bridé, lorsque toutefois l’appareil que l’on possède intègre les fonctions qui autorisent un tel transfert.

                            Conclusion : le confort d’utilisation a reculé, malgré le fait que tous les moyens techniques soient en place pour qu’un utilisateur puisse bénéficier de fonctions beaucoup plus puissantes, découlant des progrès technologiques.

                            Voilà ce que voulait te signifier Forest, si toutefois tu avais bien voulu comprendre ce qu’il voulait te dire.

                            Bien sûr, ce n’est pas en sous entendant que les gens sont des voleurs, et que leur éducation a écarté la notion de valeur des choses que l’on va avancer.


                          • nightflight nightflight 27 juin 2009 19:07

                            ... Complément

                            Hors aujourd’hui, on assiste à une charge en règle des ténors de l’audio visuel, qui pour protéger leurs intérêts, intégrent des bridages dans leurs produits, oblitèrent les avancées technologiques et pénalisent les utilisateurs en trainant des pieds sous prétexte de lutter contre la contrefacon.

                            Ils vont même d’ailleurs jusqu’à faire voter des lois, à investir le monde politique, et à imposer LEURS solutions alors que la quasi-totalité des gens sont contre leur démarche.

                            Certains artistes, profitant de la sympathie qu’ils inspirent au public, participent à ce vaste mouvement, les uns et les autres espérant voir leurs profits et leurs subsides augmenter, c’est un véritable scandale, et cela passe comme une lettre à la poste : Les lois sont votées.


                          • Bulgroz 27 juin 2009 19:57

                            Oui, Nighflight et Forest, merci pour les explications.

                            J’avais compris pour le bridage des œuvres achetées légalement sur le net.

                            Ceci dit, si le feu s’était pris dans ta maison, tu aurais pu aussi perdre tous tes supports si tu en vais eu.

                            Je constate aussi que les CD légaux après 5-10 ans ne sont plus lisibles. C’est la faiblesse du CD. J’en fait pas un fromage.

                            Ceci dit, je constate que toi et Forest ne savez pas définir un modèle qui respecte les droits de propriétés autre que celui des p2p illégaux, si jeunes, si géniaux, si sympathiques et tout et tout.

                            Otez moi d’un doute, Nighflight et Forest, citez moi un seule œuvre intellectuelle digne de ce nom qui aurait été crée par le marché p2p et que vous avez sur votre PC. UNE SEULE, merci.

                            Dans le p2p, ils sont peut être forts pour échanger, masquer les IP et pour diffuser illégalement ce qui a été crée , mais pour la protection des œuvres, leur juste rémunération et leur création, wallou. Il n’y a plus personne. Un seul p2p a t il jamais reversé un seul centime aux auteurs ?

                            Donc un marché génial pour la diffusion mais où il n’y a rien pour rémunérer les auteurs qui créent la matière n’est pas un marché. Le p2p est un busines pour ceux qui en vivent et qui se fait sur le dos des honnêtes gens qui paient par ailleurs et sur le dos des artistes qui produisent pour un marché de plus en plus réduit.

                            Non, je ne pensais pas que vos propositions étaient aussi faibles.

                            Ceci dit rêver à un système qui n’existe nulle part ailleurs et que personne n’a pu penser et mettre en œuvre est un véritable acte de foi. Chapeau.

                            Mais ce n’est pas un raison pour interdire aux autres qui, en responsabilité, essaient de faire quelque chose pour éviter l’assèchement du marché audiovisuel.


                          • nightflight nightflight 27 juin 2009 20:44

                            @Bulgroz,

                            Il n’y a pas eu le feu chez moi, mais simplement une panne de disque dur, ce qui sans être extrêmement fréquent, se produit toutefois de temps en temps sur un ordinateur.

                            Donc il y aurait également pu y avoir une météorite, un tremblement de terre, mais tout cela ne s’est pas produit.

                            Maintenant si je veux prolonger la vie de mes supports, je peux toujours en faire une copie privée sur un support de meilleure qualité, j’ai cette option que ne m’offre apparemment pas (Suivant mon expérience) le tout numérique, pourtant techniquement au point depuis quelques années.

                            Le marché des logiciels P2P ne contient à ma connaissance aucune maison de production, puisqu’il s’agit d’acteurs économiques du domaine informatique.

                            La jeunesse et la sympathie sont des attributs que j’apprécie, mais dans mon esprit ils ne viennent jamais occulter d’autres aspects tout aussi importants, ne mélangeons pas tout s’il te plait.

                            Je n’ai par ailleurs aucun logiciel P2P installé sur mes ordinateurs.

                            En ce qui concerne mes propositions, elles concernent tout simplement un mode d’application des lois qui soit respectueux de l’intégrité financière des moins chanceux.

                            Je ne sais pas s’il y a quelque chose d’indécent à faire remarquer qu’une amende de 3000 € risque de provoquer une catastrophe dans le budget d’un smicard, s’il existe quelque chose d’inacceptable à faire preuve de modération et à respecter les plus faibles. En tous cas, dans ma conception des choses, c’est un facteur primordial.

                            Maintenant, je n’ai jamais souhaité la ruine des artistes ni celle des réalisateurs, ni celle des producteurs. Je demande simplement l’évitement d’une hypertélie répressive susceptible de provoquer des drames humains.


                          • Forest Ent Forest Ent 27 juin 2009 20:50

                            @ Bulgroz

                            Quote : otez moi d’un doute, Nighflight et Forest, citez moi un seule œuvre intellectuelle digne de ce nom qui aurait été crée par le marché p2p et que vous avez sur votre PC.

                            Réponse oblique :

                            http://www.youtube.com/watch?v=t94aVr5S2pE

                            C’est la meilleure version que j’aie entendu de cette vieille chanson irlandaise. Enregistrée au camescope par deux filles de 14 ans. Bénévolement.

                            Quote : Je constate que toi et Forest ne savez pas définir un modèle qui respecte les droits de propriétés (...) je ne pensais pas que vos propositions étaient aussi faibles.

                            C’est raide. Tu ne nous as même pas demandé quelles étaient nos « propositions » ou le « modèle » que nous définissions. smiley

                            En fait, si, on peut définir un modèle de p2p qui préserve les revenus des artistes. Je pourrais le résumer ici encore une fois si tu le souhaitais. Mais je l’ai décrit en long et en large sur internet avant 2006, à l’époque où je croyais que le législateur cherchait vraiment à s’occuper des créateurs et pas des intermédiaires.

                            Le défaut de ces modèles, c’est qu’ils ne préservent pas les intérêts des intermédaires. Ni ceux de Vivendi en tant que producteur audio/video, ni ceux de TF1 en tant que diffuseur vidéo, ni ceux que Vivendi escompte en tant que FAI. Pour une raison simple : ils n’impliquent plus de diffuseur. Si l’on accepte une relation quasi-directe créateur/client, c’est assez facilement facturable. Les deux y trouvent leur profit. Les autres non. Le sujet se résume à cela.

                            Les gens « bien intentionnés » dont tu parles se moquent bien des créateurs, ils ne s’intéressent qu’aux industriels, parce que ce sont de grosses sociétés qui peuvent avoir une influence, financer quelque chose comme une campagne électorale, etc ... Et elles empochent la plus grande part des « droits d’auteur », qui bénéficient somme toute très peu aux auteurs.


                          • xa 29 juin 2009 11:45

                            "Ceci dit rêver à un système qui n’existe nulle part ailleurs et que personne n’a pu penser et mettre en œuvre est un véritable acte de foi. Chapeau.« 

                            Tiens, c’est marrant. C’est tout à fait le genre de phrase qu’on entendait à propos :
                            - d’une télé publique sans pub »que personne n’avait pu mettre en oeuvre nulle part« ... avant que la première télé publique sans pub n’apparaisse. Maintenant, meme notre chre président veut sa télé publique sans pub.

                            A oui, c’est financé par le contribuble, donc c’est possible uniquement grace à ca...

                            - un journal privé et commercial gratuit ... avant que Metro et ses concurrents ne prouvent la faisabilité du système...

                            oui mais les infos métro c’est de la merde, donc c’est pas comparable...
                            - les voitures »illimitées« (un forfait mensuel garantissant la dispo d’une voiture de moins de 3 ans en permanence et ce sans que cela coute le prix de la voiture sur 3 ans). Tiens, c’est apparu ... certes pas en France.
                            - pour le cinéma illimité ... il n’était pas possible de mettre en place un forfait permettant de voir autant de film qu’on veut pour un cout forfaitaire. Un système qui n’existait nulle part ... Une hérésie ... qui a démontrée être en fait une source récurrente et fiable de financement pour le cinéma (alors que les places unitaires elles dépendent des sorties).
                            - pour le téléphone mobile illimité ... alors que les forfaits illimités fleurissent maintenant dans tous les pays.
                            - pour les sms illimités ... Idem
                            - pour le téléphone fixe »gratuit« (techniquement pour un cout forfaitaire et des communications illimités) ...

                            On vous explique qu’il y a des clients pour un système forfaitaire qui permet d’utiliser autant de musique que l’on veut, pour un cout forfaitaire raisonnable. Et vous nous dites : c’est pas possible .... Exactement comme ceux qui disaient : le haut débit à 30 euros sans perdre d’argent, c’est pas possible, le téléphone international gratuit, c’est pas possible, le cinéma à volonté, c’est pas possible, la mise a dispo d’un album contre un prix »à volonté du tléchargeur", c’est pas possible (jusqu’à Radiohead), etc...

                            C’est fou le nombre de choses impossibles qui existent....


                          • Pentragone 27 juin 2009 06:50

                            Ceux qui vont souffrir à cause d’HADOPI ne vont guère trouver de répis avec un nouveau Ministre de la Culture qui est très versé dans l’art cinématographique.

                            C’est impressionnant de voir toutes les forces vives de l’internet ne pas pouvoir changer une loi, et ça montre bien que l’internet n’est pas un pouvoir, c’est juste un nouveau champ du Marché.

                            Il reste qu’on sent bien que les premiers internautes historiques, c’est-à-dire ceux qui surfaient en premier, ont voulu coloniser la toile et se l’approprier, quand le Peuple est différent et mélangé.

                            Les téléchargeurs et militants ou décidés sont des internautes qui correspondent à une catégorie sociale très limitée et sans aucun poids sérieux, peut-être autour des 1%.


                            • chmoll chmoll 27 juin 2009 09:01

                              et toujours rien contre l’piratage des fonds publics ,les cols blancs véreux ont encore d’beaux jours devant eux


                              • Bois-Guisbert 27 juin 2009 10:30

                                « ...il s’agit d’un projet de loi, qui si il aboutit, provoquera une pluie de sanctions tombant au hasard, au fil des coups de filet numériques et des décisions de justice, sans distinction aucune du niveau de vie des contrevenants, acculant à la ruine telle famille aux revenus modestes, ou mettant en grande gêne tel couple divorcé, dont les moyens peinent. »

                                Serait-ce à dire qu’il y a des téléchargeurs compulsifs et des pirateurs à l’indu de leur plain gré ? A mon avis, ce serait une leçon de civisme aussi nécessaire que bienvenue de faire comprendre que les lois, ça se respecte, que le non-respect entraîne une sanction et que le « J’ai envie, donc j’ai le droit » est l’un des principaux parmi les condamnables dérapages du temps.

                                A l’époque du Pognon-Dieu, régler la hausse à hauteur du morlingue est vraiment le seul moyen de faire comprendre qu’on ne rigole pas avec les lois. Toutefois, HADOPI ne sera « valable » que si l’Etat enchaîne avec d’autres mesures, en commençant par les fumeurs de shit. Ca pourrait inciter bien des parents à ressortir la schlague des armoires aux souvenirs pour reprendre leur progéniture en main...


                                • nightflight nightflight 27 juin 2009 14:08

                                  Pourquoi toujours assimiler ceux qui remettent en cause certaines mesures répressives à des membres des syndicats du crime ?

                                  Ais-je jamais signifié dans ce que j’ai écrit que j’étais en faveur du vol, que j’étais contre la propriété privée, que je souffrais de cleptomanie, et que je préconisais l’usage des stupéfiants ?

                                  Pas du tout, j’ai simplement exprimé l’idée qu’au lieu de risquer de mettre des citoyens dans l’embarras, il serait bien plus pertinent d’opter pour des mesures raisonnables, qui par leur pertinence démontreraient la volonté du législateur de comprendre et de respecter celui dont il est l’obligé, à savoir l’électeur.

                                  Maintenant, on peut toujours opter pour le massacre à la 12.7, mais est-ce vraiment raisonnable ?


                                • fhefhe fhefhe 27 juin 2009 10:39

                                  Je suis « Néophyte » en la matiére....
                                  En revanche je suis abonné à « Science et Avenir »...
                                  A la lecture du Numéro de Juillet 2009 ....« Peut-on surveiller le téleghargement illégal » ....j’en conclue que Le Télèchargement « Illégal »...restera LONGTEMPS possible.
                                  Amis entends-tu le cri Sourd du Pays qu’on Enchaîne... !!!!!

                                  L’ Internet c’est « Substitué » à beaucoup de « Démarches » Administratives... !!!!
                                  Le « E » commerce se chiffre en milliards d’€.....
                                  L’€($)conomie « dématérialisée » a explosé....
                                  Le « Pixel » est un « Diamant » .....

                                  Effectivement....l’

                                  U nion
                                  M oney
                                  P rofit

                                  Se doit de contrôler cette source de revenus......mais surtout « Nos » Neurones.... !!!!

                                  Heureux celui qui s’éclaire...à la bougie..... !!!!!

                                  La vraie Révolution (elle est au point.... !!!) ce sera la « Vulgarisation » des Images Holographiques..... !!!!!!

                                  Comme le CD a « tué » le vinyl...

                                  La restitution du contenu « Holographique » sur des tables en verre....mettre à plat les Ecrans.....nous « Mangerons » et « sentirons* » TOUT.... !!!!!!

                                  Devine qui viens diner ce soir...... ????







                                  • herbe herbe 27 juin 2009 11:30



                                    Le garçon qui criait au loup !!

                                    Il était une fois un jeune berger qui gardait tous les moutons des habitants de son village. Certains jours, la vie sur la colline était agréable et le temps passait vite. Mais parfois, le jeune homme s’ennuyait.

                                     

                                     Un jour qu’il s’ennuyait particulièrement, il grimpa sur la colline qui dominait le village et il hurla : « Au loup ! Un loup dévore le troupeau ! »

                                     

                                     

                                    A ces mots, les villageois bondirent hors de leurs maisons et grimpèrent sur la colline pour chasser le loup. Mais ils ne trouvèrent que le jeune garçon qui riait comme un fou de son bon tour. Ils rentrèrent chez eux très en colère, tandis que le berger retournait à ses moutons en riant toujours.

                                     

                                     

                                     Environ une semaine plus tard, le jeune homme qui s’ennuyait de nouveau grimpa sur la colline et se remit à crier : « Au loup ! Un loup dévore le troupeau ! »

                                     

                                     

                                    Une nouvelle fois, les villageois se précipitèrent pour le secourir. Mais point de loup, et rien que le berger qui se moquait d’eux. Furieux de s’être fait avoir une deuxième fois, ils redescendirent au village.

                                     

                                     

                                    Le berger prit ainsi l’habitude de leur jouer régulièrement son tour… Et chaque fois, les villageois bondissaient sur la colline pour trouver un berger qui riait comme un fou !

                                     

                                     

                                    Enfin, un soir d’hiver, alors que le berger rassemblait son troupeau pour le ramener à la bergerie, un vrai loup approcha des moutons…

                                     

                                     

                                    Le berger eut grand peur. Ce loup semblait énorme, et lui n’avait que son bâton pour se défendre… Il se précipita sur la colline et hurla : « Au loup ! Un loup dévore le troupeau ! »

                                     

                                     

                                    Mais pas un villageois ne bougea… « Encore une vieille farce ! dirent-ils tous. S’il y a un vrai loup, eh bien ! Qu’il mange ce menteur de berger ! »

                                     

                                     

                                     Et c’est exactement ce que fit le loup !

                                     

                                     

                                    d’après Esope

                                    http://morale.over-blog.com/article-5894873.html


                                    • nightflight nightflight 27 juin 2009 14:14

                                      Il est vrai que ne nos jours on aurait tendance à réintroduire les loups. Je pense toutefois que la stratégie de communication qui s’appuie sur les Fables de la Fontaine et autres contes édifiants commence à dater un peu.


                                    • herbe herbe 27 juin 2009 17:08

                                      J’apprécie votre commentaire.

                                      Mais rappelez vous qui a utilisé très exactement le terme de « fables » pour rejeter en bloc une affaire il y a peu ?

                                      j’ai l’impression (amha) que ça reste furieusement actuel ...


                                    • nightflight nightflight 27 juin 2009 19:14

                                      Herbe,

                                      Je n’avais pas compris que tu avais un compte à régler avec un de mes commentaires passés.

                                      Tu aurait pu aller tout de suite dans le vif du sujet, ça nous aurait fait économiser du temps.


                                    • herbe herbe 27 juin 2009 20:53

                                      Non, je ne faisais aucune référence à un commentaire passé.
                                      Je ne sais vraiment pas du tout à quoi vous pensez faire un rapprochement.

                                      Mon commentaire à moi vient de rapprochements que j’ai fait avec l’actualité. Et j’ai répondu en vous faisant (amha) part de ma divergence sur l’actualité des fables

                                      N’y voyez pas d’attaque personnelle, ce n’est pas mon genre je vous prie de le croire au contraire, je préfère le débat d’idées même si elles s’incarnent ...

                                      Encore merci pour l’article.

                                      De nature curieuse je vous demanderais de bien vouloir m’éclairer sur ce commentaire passé mais peut-être n’est ce pas utile ou nécessaire et le temps nous manquera et la période de visibilité des article reste courte ...


                                    • nightflight nightflight 27 juin 2009 21:12

                                      J’ai simplement mal compris le sens de votre intervention.

                                      Désolé donc, de m’être ainsi trompé.

                                      Quand à l’incarnation des idées, c’est tout le mal que je leur souhaite, pourvu qu’elles respectent l’individu.


                                    • LPA Le Petit Alchimiste 27 juin 2009 11:51

                                      Tout d’abord, merci pour cet article, excellent.

                                      Pouvoir porter atteinte à l’espace de liberté que constitue Internet, sans même parler d’amende, c’est juste nauséabond. Alors y rajouter 1500 à 3000 € de sanction ...

                                      Je me pose juste quelques questions : est-ce que la plupart des internautes n’ont pas ce sentiment de terre sacrée en ce qui concerne le net ? Ce premier pas forcé vers une prise de contrôle ne ressemble-t-il pas à un viol (perpétré en toute impunité qui plus est) ?

                                      Et si on se la joue parano : ne pourrait-on pas utiliser une telle loi en prétextant téléchargement illicite juste pour faire taire des libres penseurs sur le net ? ? ? Je m’interroge simplement sur les dérives possibles d’un tel système.


                                      • Juju Dredd 28 juin 2009 01:07

                                        J’ai toujours pensé que c’est ça le but d’Hadopi : on fout qui on veut sur les listes juste pour fermer l’accès à internet d’un salle gauchiste qu’on veut empêcher de tenir son blog. Et maintenant nouvelle idée : on le raquette un peu. C’est pas beau la vie en Sarkozie ?


                                      • lapalette 28 juin 2009 08:01

                                        « Il y a certainement quelque chose qui va mal quand la loi qui est faite pour le bien de la multitude, au lieu d’exciter sa reconnaissance, excite continuellement ses murmures. »
                                        Ch E. Dufriche de Valazé, Des lois pénales, 1784
                                        cité dans Surveiller et punir de Michel Foucault, 1975, p 135


                                        • lapalette 28 juin 2009 08:20

                                          Je reviens pour vous proposer de lire ces témoignages sur le vol à l’étalage et ses conséquences pour le voleur quand il se fait pincer. Dans l’ensemble des cas, il n’y a pas de poursuites judiciaires, car il s’agit de jeunes et les supermarchés, avec leurs bénefs, n’ont en cure.
                                          Le parallèle avec ce projet de loi est édifiant :
                                          http://forum.doctissimo.fr/psychologie/psychologie-libre/risque-penal-etalage-sujet_150638_4.htm


                                          • nightflight nightflight 28 juin 2009 11:52

                                            Lorsque l’on se promène sur le net, on trouve des liens interresants. Bien évidemment, une décision de justice ne se commente pas, et attention ! il est d’ailleurs condamnable de le faire.

                                            Un retraité breton condamné 
                                            France : amende record et prison pour téléchargement illégal


                                            • nightflight nightflight 28 juin 2009 11:59

                                              Par contre lorsque je vois les amendes astronomiques infligées par la justice de certains pays étrangers, je me demande si à force de vouloir ruiner les gens, pour des délits qui ne concernent somme toute que leurs loisirs personnels, on n’empiète pas allégrement sur des cas purs et simples d’assassinats financiers.

                                              La pédagogie, la mesure et le respect de l’intégrité financière de l’individu ne font décidément pas partie de la sensibilité de ces états.


                                              • nightflight nightflight 28 juin 2009 12:08

                                                Chers artistes, épris de vérité et de justice, défenseurs inconditionnels des droits de l’homme, je ne n’entends pas vos protestations véhémentes, où est donc passé l’engagement flamboyant de vos jeunes années ?

                                                Défenderiez vous l’iniquité ? Oseriez-vous susciter les plus beaux sentiments dans le coeur de notre jeunesse, défendre les idéaux les plus élevés, puis vous retirer dans votre retraite dorée, en fermant les yeux sur la réalité des choses ?


                                                • boom 28 juin 2009 12:33

                                                  Merci pour cet article !
                                                  mais il ne faut pas oublier cette petite chose savoureuse
                                                  qui risque peut-être de les ennuyer .... j’espere
                                                  http://www.pcinpact.com/actu/news/51650-ns-decret-illegal-mam-constitutionnel.htm


                                                  • wesson wesson 28 juin 2009 13:37

                                                    Bonjour l’auteur,
                                                    j’espère quand même que tout le monde a bien compris le but de cette Hadopi, et de celles qui vont suivre : Il s’agit finalement d’interdire toute possibilité d’échange Hors gestionnaire de droits. Pour le dire clairement, ce que redoute le plus les majors, c’est pas qu’on leur pique leur 400 navets hollywoodiens, c’est plutôt qu’une offre alternative existe, un offre permettant de faire prendre conscience que effectivement, les catalogues hollywoodiens sont vraiment bien maigres.

                                                    Tout cela constitue une politique globale de transformation de l’internet en Minitel (aucun « client » ne pouvant fournir du contenu sans devoir obligatoirement passer par un gestionnaire de droit), voulu par les majors et que les politiques sont en train de faire passer dans la loi. La raison en est fort simple : les majors préfèreront toujours réduire leur catalogue d’auteurs, car ça leur permet de faire d’énormes économies d’échelle. Mais pour cela, il ne faut pas qu’il existe des trublions pour détourner l’attention, donc il ne faut pas que les utilisateurs lambda puissent mettre en ligne du contenu, en tout cas pas sans passer par un gestionnaire de droit.

                                                    La démonstration la plus éclatante de cette politique est l’arrivée sur le marché de tas de réseaux agrégateurs de contenu de tout genre. Dailymotion ou YouTube pour les video, Twitter, myspace ou Facebook pour les réseaux sociaux, diggit, Centpapier ou Agoravox pour l’information, msn messenger, Icq pour la messagerie instantanée, et google ou yahoo pour tout ça et à peu près tout le reste aussi.

                                                    La caractéristique absolument commune de l’ensemble de ces réseaux : la censure. Qu’elle soit à priori ou à postériori, qu’elle soit discrète ou plus évidente, la censure existe sur l’ensemble de ces réseaux, l’ensemble de ces services. La technique a toujours été la même : on propose gratuitement un service qui reprends ce qui existe déjà en version non censurée (IRC pour les messageries instantannée, NNTP pour les réseaux d’information et les forums, P2P pour les partages audio et video, ...), en y ajoutant une interface graphique sympa et pas ou peu de censure au départ. Lorsque les utilisateurs ont adopté cette nouvelle interface agréable, on monte progressivement le niveau de censure, tout en commençant à restreindre l’alternative non censurée.

                                                    Pour l’instant, nous en sommes à cette étape là.

                                                    Et demain ? Demain c’est fort simple : Les alternatives non censurées seront purement et simplement interdites (les newsgroups, le P2P sont déjà très fortement filtrés au niveau des ISP, la prochaine étape sera de carrément les interdire). Les réseaux sociaux, si gentils actuellement exerceront une censure de plus en plus sérrée, encouragée en cela par l’arsenal législatif de chaque pays qui forcera les récalcitrant à exercer cette censure, et à l’exercer in fine à priori.
                                                    Et tout ces réseaux de gratuits passeront progressivement payant, car l’exercice d’une censure aussi formidable demande beaucoup d’argent, qu’il n’auront aucun scrupule à aller chercher dans la poche de leurs utilisateurs.

                                                    Bref, un minitellisation en bonne et due forme de l’internet.

                                                    Et sans que l’on s’en rende bien compte, les entreprises sont déjà allé très loin dans l’exercice de ce contrôle et cette censure à priori. Prenez par exemple l’Iphone : Aucun logiciel tournant sur cet appareil ne peut s’exécuter si il n’a pas reçu l’approbation d’Apple. De même, cette approbation est révocable, c’est à dire que si la censure préliminaire a laissé passé quelque chose, une censure postérieure peut s’appliquer. Il en vas de même pour Windows Vista et Seven - pour l’instant uniquement en ce qui concerne les drivers (pilotes de périphériques). Si ceux-ci ne sont pas approuvés par Microsoft,le système de Windows refusera de les charger. Et si on le force à les charger, alors le système va passer dans un mode de fonctionnement réduit, ou notamment la lecture de toute vidéo en haute définition est impossible !

                                                    Voilà, je suis allé un peu au delà de l’hadopi, mais c’est quand même parfois sain d’élargir un peu la vue pour replacer tout cela dans un contexte d’ensemble. Tout ceci conspire dans le même sens afin d’enlever à l’utilisateur la possibilité de participer librement et de fournir du contenu. Donc retirer exactement ce qui avait fait d’internet une formidable avancée populaire. C’est-y pas le meilleur des mondes ça ???


                                                    • nightflight nightflight 29 juin 2009 23:39

                                                      Bonsoir à toi Wesson,

                                                      Dans l’ensemble je suis assez d’accord avec toi, à deux réserves près : La certification obligatoire des pilotes Vista et Seven peut être interprétée comme une volonté de sécuriser ces systèmes (Les pilotes y interagissent en profondeur).

                                                      Etant un incorrigible optimiste, je crois à l’équilibre des forces d’expression, et estime que la kyrielle de protestations présentes sur l’internet, sont autant de voix qui s’élèvent pour venir alimenter une réflexion que les politiques ne pourront pas ignorer.

                                                      Maintenant, ce qui serait vraiment cocasse, c’est que toutes les mesures prévues soient mise en application, et que les statistiques de vente des produits audiovisuels ne grimpent pas d’un iota. Il y a là un vrai risque politique que le gouvernement semple prêt à prendre.

                                                      Ceci dit, c’est toujours un plaisir de te lire.


                                                    • yuzbec 28 juin 2009 15:38

                                                      Pourquoi ne pas développer la musique gratuite ???

                                                      Elle existe déjà, sur différentes plateformes, telles jamendo, mais restent « boudées » par la population et les médias (radio, tv...).
                                                      Pourtant, les artistes utilisant ce procédé ont un vrai talent, et l’internaute est le premier bénéficiaire. Et peut être un jour ce système se développera et deviendra universel...

                                                      Je rêve d’un monde où la musique serait gratuite et les artistes rémunérés par leurs concerts (Publicité, prix des places...), un monde où les cd seraient vendus à des prix défiant toute concurrence, un monde où le téléchargement illégal n’existerait plus.



                                                      • Emin Bernar Paşa 28 juin 2009 22:28

                                                        et alors hadopi
                                                        y a des trucs plus graves merde
                                                        y zon ka pa telechrger ces cons


                                                        • Stéphane Antonini Stéphane Antonini 29 juin 2009 00:05

                                                          Merci pour cette contribution qui, soyons-en sûrs, fera avance le débat...


                                                        • Jordan Jordan 29 juin 2009 00:12

                                                          C’étate a prévoir que mam allait faire ce coup,ce qui m’étonne c,est que vous soyez étonés

                                                          Fautdra prendre le relais avec ca.

                                                          Le logiciel de Psiphon, développé à l’origine au « Citizen Lab » du Centre Munk de l’université de Toronto, sert à contourner les systèmes de blocage ou les filtres interdisant l’accès à certains sites d’information.

                                                          Il pratique de « petits trous » dans les pare-feu électroniques et ouvre de nouveaux liens pour parvenir aux contenus bloqués. Si un internaute veut par exemple avoir accès à un site de la BBC bloqué, une fenêtre s’ouvre offrant autre accès en passant par des serveurs à l’étranger.

                                                          « C’est un logiciel de droits de l’homme », dit M. Rohozinski. Il fait partie des chercheurs canadiens qui avaient révélé en mars dernier l’existence d’un réseau de cyber-espionnage ayant infiltré des ordinateurs d’autorités gouvernementales et de particuliers dans le monde entier.


                                                          • Stéphane Antonini Stéphane Antonini 29 juin 2009 00:20

                                                            J’ai du mal...
                                                            Beaucoup de mal...
                                                            Je suis avec attention tous les débats qui tournent autour de cette loi, de cet organisme et des dérives (évidentes) qui peuvent en découler.
                                                            Je me documente, je me renseigne, j’essaie de comprendre, de faire le « pour » et le « contre »...
                                                            Je lis les commentaires, ici et ailleurs...
                                                            Bon nombre de fois ont été mises en avant les comparaisons entre le téléchargement illégal et les sanctions infligées aux conducteurs pris par les radars.
                                                            On peut débattre là-dessus, mais pour en rester au niveau du « vroum-vroum » :
                                                            j’avoue avoir du mal à comprendre ce gouvernement qui traite les pirates comme les pires des criminels, alors qu’à coté de ça, un type qui est bourré et qui tue des enfants au volant de sa sacro-sainte bagnole n’écope même pas de la prison ferme. Vraiment, j’ai beaucoup de mal à avaler ça. Peut-être par inculture, ou par idéalisme, mais il y a un sacré foutu problème dans notre société : on veut responsabiliser les « vilains méchants pirates » et on se fout royalement des assassins de la route. Cet exemple n’est pris que pour illustrer mon incompréhension, je suis sûr qu’il y en a bien d’autres...
                                                            Je sais très bien quel est le moteur de tout cela : le pognon.
                                                            La vie d’un enfant vaut moins, semble-t-il, que l’avenir des majors nauséabondes.
                                                            C’est absolument pitoyable. Ca me fait gerber. Tout net.
                                                            J’attends fébrilement les arguments qui me feront ravaler cette nausée...


                                                            • Jordan Jordan 29 juin 2009 02:20

                                                              Pas drôle d’être dans un pays ou le téléchargement est interdit. Le Canada est un des rares pays ou c’est permis. Les ventes de CD/DVD, non pas baissés ni les rentrées de cinéma. Normal, ils payent déja une taxe pour les ayants droit, c’ est quoi cette surtaxe Hadopi, et pendant soixante dix ans. Les francais ont entre autre inventé l’Hélicoptère, dont les brevets n’ont durés que trente ans, et les brailleurs d’octave a vie ? depuis quant le gouvernement francais deffend les interets de societés privées ? qui escamottent l’impot.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès