• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Hiérarchie des violences

Hiérarchie des violences

Hiérarchie des violences

 

"Il y a trois sortes de violence.

La première, mère de toutes les autres, est la violence institutionnelle, celle qui légalise et perpétue les dominations, les oppressions et les exploitations, celle qui écrase et lamine des millions d’hommes dans ses rouages silencieux et bien huilés.

La seconde est la violence révolutionnaire, qui naît de la volonté d’abolir la première.

La troisième est la violence répressive, qui a pour objet d’étouffer la seconde en se faisant l’auxiliaire et la complice de la première violence, celle qui engendre toutes les autres.

Il n’y a pas de pire hypocrisie de n’appeler violence que la seconde, en feignant d’oublier la première, qui la fait naître, et la troisième qui la tue."

Dom Hélder Câmara

Avec c'est quelques phrases Câmara nous laissait là un héritage de taille qu'il nous appartient de bien comprendre car il aussi vrai aujourd'hui que quand il a été prononcé.
Le pouvoir utilise souvent la technique suivante lors de grandes manifestations, il désigne quelques "casseurs" qui vont détruire des vitrines, incendier des banques pour faire oublier le sens de la manifestation, les casseurs servent alors de paravent à un mouvement contestataire bien plus profond et masquent de fait toutes revendications.

Deux cas

 

1) Les "casseurs" sont des révoltés 


Anar, Coco, Écolo, Socialo qui en veulent au système pour X raison et ne lésinent pas sur les moyens pour se faire entendre. Ces derniers répondent à la première violence sus-citée par Câmara et comme il le dit si bien il ne s'agit pas là d'occulter la violence institutionnelle pour les fustiger. Il en va des casseurs comme du terrorisme, si il y a des terroristes c'est qu'il y a colonialisme et/ou intrusion. On a rien sans rien et le mal appelle le mal. S'en prendre seulement aux résultantes c'est oublier les causes. De nos jours les médias jouent ce rôle là ils constatent le terrorisme, la casse (qu'ils amalgame souvent à des fins de propagande), sans jamais chercher la racine du mal, ils sont le cerveau émotionnel du peuple mais ne pousse jamais la réflexion, quand vient le temps de la réflexion ils passent à un autre sujet.
 

2) Les "casseurs" sont envoyés par l’État


La casse est commanditée par l’État ou par l'autorité pour justifier la violence qui s'en suivra et retourner l'opinion publique. L'exemple le plus probant est le massacre du Haymarket square de Chicago le 4 mai 1886. Cet évènement commença par une grande manifestation pour la journée de 8 heures de travail qui occasionna une grève générale. Seulement il y eu un mort et des blessés à cause d'une charge de 200 policiers. Dès lors il y a de nouveau un rassemblement contre la violence policière, tard le soir à la fin du rassemblement une bombe explosa et il y eu plusieurs morts dont des policiers, plusieurs militant anarchistes furent pendus et d'autres emprisonnés...
Mais car il y a un mais le gouverneur de l'Illinois avoua finalement que c'était le chef de la police de Chicago qui avait tout organisé et même commandité l'attentat pour justifier la répression qui allait suivre.
Cas isolé ? Non malheureusement, il y a d'autres exemples tristement célèbre...


- L'affaire Sacco et Vanzetti


- L'affaire Pinelli

Récurrence macabre pour les anarchistes, il ne s'agit pas là de combat juridique ou humain mais bien idéologique.

Mais un des évènements le plus célèbre donnant lieu à une répression massive et sanglante est l'incendie du Reichstag (parlement Allemand) donnant lieu au Reichstagsbrandverordnung ce décret qui permit aux nazis d'assouvir leur pouvoir.

"L’article 1 suspens la plupart des libertés civiles garanties par la république de Weimar, liberté des personnes, liberté d'expression, liberté de la presse, droit à l'association et aux réunions publiques, confidentialités des postes et téléphones, protection du domicile et des propriétés."
Wikipédia

Il pose les bases d'un pouvoir absolu et d'une dictature sans faille la nuit des longs couteaux viendra parachever le tableau en assassinant toute opposition.
Cet incendie du parlement Allemand pour lequel ils avaient accusé les communistes était orchestré par l'autorité Nazis. Naomi Klein explique très bien cela quand elle parle de stratégie du choc, ce procédé a été largement réutilisé depuis.

 
"Mais tu sais je suis pauvre, et mes rêves sont mes seuls biens
 
Sous tes pas, j'ai déroulé mes rêves
 
Marche doucement ; parce que tu marches sur mes rêves."
 William Butler Yeats

Moyenne des avis sur cet article :  3.09/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • Rappelone que vous fûmes conçus dans la VIOlance et que notre naissance est loin d’être une partie de plaisir. https://www.babelio.com/livres/Rank-Le-Traumatisme-de-la-naissance/290071


    • kalachnikov kalachnikov 8 juin 17:57

      @ Mélusine ou la Robe de Saphir.

      ’Rappelone que vous fûmes conçus dans la VIOlance’ : lol, une variante de ’nous naissons entre la merde et l’urine’. Ah, vous voyez que vous êtes maboule et négative. L’homme détraqué par nature en lieu et place de l’homme mauvais en soi, quel grand progrès.


    • @kalachnikov


      Au contraire Kalach, j’explique simplement que l’absence d’un certaine violence affaiblit l’humain. Mon amie nage parmi les requins. Je suis absolument opposée à la césarienne (excepté cas rares) pour éviter la douleur. si une femment n’est pas prête pour vivre ce moment, moment pourra-t-elle ensuite affronter toutes les épreuves de la vie. Vous n’avez comme d’HAB, rein compris. Naître, c’est s’apprêter à mourir. et donc, comme le saumon, au lieu d’aller dans le sens du courant, il faut affronter ;

    • corrigé :
      Au contraire Kalach, j’explique simplement que l’absence d’une certaine violence affaiblit l’humain. Mon amie nage parmi les requins. Je suis absolument opposée à la césarienne (excepté cas rares) pour éviter la douleur. si une femme n’est pas prête pour vivre ce moment,comment pourra-t-elle ensuite affronter toutes les épreuves de la vie ? Vous n’avez comme d’HAB, rien compris. Naître, c’est s’apprêter à mourir. et donc, comme le saumon, au lieu d’aller dans le sens du courant, il faut affronter .


    • Self con troll Self con troll 8 juin 21:00

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      Vous n’avez comme d’HAB, rien compris.
      Tout le monde n’a pas reçu le vaccin anti-allumeuse


    • MagicBuster 8 juin 16:05


      « hiérachie des violences » --- entraine une « hiérarchie des victimes »

      Quand va t-on enfin reconnaitre la fin du servage en France ?
      MDR

      https://www.youtube.com/watch?v=hBi71i7zQ08


      • Sozenz 8 juin 16:49

        Merci pour cet article .


        • covadonga*722 covadonga*722 8 juin 17:49

          article digne du black blok les SA de Mélenchon a ce propos de violence bénito qui en appelle a la rue depuis des mois ben

          si vous voulez mourir de rire , ya mélenchon et coquerel qui se plaignent d’une manif de policiers en civil et hors service devant les locaux de la FI .Bénito réclame meme des crs pour disperser les importuns .

          Le banquier a encore de beaux jours devant lui avec une oppositions pareille



          • ZenZoe ZenZoe 8 juin 18:21

            Il n’y a pas de hiérarchie de la violence. Il y a la violence légitime, et celle qui ne l’est pas.


            • marmor 8 juin 20:00

              La violence nait du degré de compréhension : moi, quand je ne comprend plus, je cogne !!


              • Yanleroc Yanleroc 8 juin 20:40

                @marmor, et tu te mets une étoile dans la foulée !


              • marmor 8 juin 23:15
                @Yanleroc
                Je ne sais même pas de quoi tu parles !! 

              • Yanleroc Yanleroc 8 juin 23:49

                @marmor, alors n’ en parlons plus. s’cuses !


              • covadonga*722 covadonga*722 8 juin 20:04

                yep marmor , comme vous j’ai fait mien ce précepte norois :


                dans le doute ? cogne ! cogne encore !!!

                • marmor 8 juin 20:16
                  @covadonga*722
                  Et comme je ne comprend pas grand-chose, je cogne souvent  !!!

                • Yanleroc Yanleroc 9 juin 01:30

                  et..plus personne !


                • gogoRat gogoRat 9 juin 12:33
                  « quand vient le temps de la réflexion ils passent à un autre sujet »

                  un exemple dans l’actualité récente ? :
                   interdit, idéologiquement, de demander la précision entre deux des hypothèses contradictoires qui nous ont été servies, et la vérification d’une de ces deux hypothèses qui en excluent sans preuve une troisième :
                   - l’enfant de 4 ans est-il censé être tombé du 6e ou du 5e étage ?
                   - est-il prouvé qu’il soit tombé d’un étage du dessus avant de se retrouver derrière la rambarde du balcon du 4e ?

                   Question subsidiaire :
                   est-il prouvé ?, et comment ? que poser ces question relève nécessairement de la théorie du complot et/ou du ’racisme’ ?
                   

                  • gogoRat gogoRat 9 juin 19:42

                    cf ces observations de bon sens dans cet article (https://francais.rt.com/opinions/51450-andre-bercoff-pire-que-fake-news-no-news) : il y a pire que les « fake news », ce sont les « no news »   "J’ai posé des questions en ma qualité de journaliste et de citoyen.
                    C’est mon droit, et je le revendique.
                     Je n’ai jamais affirmé quoi que ce soit : ni qu’il s’agisse d’un complot, ni que ce soit un coup monté.
                    Je me suis en revanche interrogé sur des éléments à propos desquels on ne peut pas, à mon sens, se contenter de dire : « Fermez la parenthèse, il n’y a rien à voir ! »

                       
                     ... Comment de simples questions peuvent-elles susciter de telles réactions de la part des journalistes, dont le métier est précisément de douter et d’enquêter ?
                       
                     J’ajouterai pour ma part, que quant à la priorité ou l’urgence des questions à mettre sur la table, la liberté et les capacités de tout citoyen doivent être respectées.  
                      Serait-il plus urgent de se taire devant la complexité de problématiques trop touffues et complexes pour qu’un citoyen lambda ne sache les aborder sans prétention ? ( questions diplomatiques, actes de guerre). Ne serait-il jamais pertinent, lorsque, exceptionnellement, les questions sont relativement limitées, d’observer attentivement et sans complaisance comment ces questions sont traitées ?

                  • Blé 9 juin 13:04

                    Hiérarchie des violences

                    Violences d’état, violence des guerres, violences domestiques, violences des riches, violences des hommes, violences sur femmes, violences des possédants,

                    Lorsque l’on subit de la violence, je doute que la personne qui subit la violence (d’où qu’elle vienne) fasse une hiérarchie.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Calvero

Calvero
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès