• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Homme-nature une relation bouleversée

Homme-nature une relation bouleversée

Tout est là. La qualité de la vie de la population humaine toujours plus nombreuse dépend de la relation que nous entretenons avec la nature. C’est le sujet et cela est résumé de la meilleure des façons quand on dit : « Nous sommes de la nature et pas dans la nature ». Quand nous disons que nous sommes dans la nature, nous faisons de la nature un objet séparé de nous même, mauvaise idée.

Nous sommes elle

Nous nous retrouvons alors nous même plaqués sur elle comme une puce sur un chien, un parasite. Quand nous disons que nous sommes de la nature alors nous nous confondons avec elle, nous participons d’elle, nous sommes elle. Ce qui lui arrive alors nous arrive à nous de la façon la plus certaine et quand nous mettons des pesticides dans un champ, c’est comme si nous avalions un poison qui va dans les heures qui viennent porter atteinte à notre santé et même à notre vie.

Principe d’interdépendance

La conséquence de cela c’est que le principe écologique le plus important à faire ressortir de nos expériences pédagogiques est celui d’interdépendance. Nous, tous les vivants nous dépendons les uns des autres, ce qui arrive à l’un de nous, nous arrive à tous. Nous sommes de cette trame chamarrée. Nous sommes de ce tissu aux fils variés et serrés les uns les autres. C’est ça le vivant. Il se présente hélas à notre esprit aujourd’hui avec des trous et de multiples déchirures. Il est urgent d’agir.

Nous faisons vivre l’horreur aux bêtes, c’est indigne.

Volkswagen a testé l’effet des gaz d’échappement de ses voitures sur des singes condamnés à les respirer, le mot « abattoir » est en train de trouver une résonnance étrange en nous, cette résonnance nous rend mal à l’aise, les images de poules en cage, d’oies gavées, de cerfs pourchassés jusque dans les villes, de taureaux meurtris dans l’arène … nous impactent régulièrement. Chaque année, 60 milliards d'animaux terrestres et plus de 1 000 milliards de poissons sont tués pour être consommés par les humains. Ces chiffres sont en pleine croissance, ils atteignent des sommets dans les prévisions pour 2050. Le compteur des mises à mort tourne sous nos yeux. En quelques années L214 est devenue une des associations les plus médiatisée en France. Le bien-être animal est dans toutes les bouches, l’homme a honte de lui-même. Nous faisons vivre l’horreur aux bêtes, c’est indigne.

Le changement

Volkswagen, qui s’est si mal comporté avec les singes, présente ses excuses, le bien-être animal est affiché en toutes lettres dans le projet de loi issu des états généraux de l’alimentation, les cantines sont de plus en plus nombreuses à proposer des repas végétariens, la chasse à courre désormais abolie en Angleterre, est dénoncée en France par des militants de plus en plus engagés qui n’hésitent pas à se mettre en danger, les abattoirs sont équipés de cameras clandestines quand ils ne sont pas carrément pris d’assaut par des commandos de militants déterminés. Un livre sur l’intelligence des arbres devient un best seller. Les partis animalistes surgissent dans de plus en plus de pays, c’est à parier qu’ils font de moins en moins rire les « professionnels de la politique ». Une frange de plus en plus large de la population sensible au bien-être animal entre en action.

Le cœur

La raison n’a pas grand-chose à voir avec ces changements fulgurants. Ce qui agit ici c’est la compassion. Ce qui opère le changement c’est le sentiment. Un homme peut aujourd’hui publiquement s’émouvoir du fait qu’on sépare un veau de sa mère à la naissance. On va trouver sur Youtube nombre de vidéos sur le sujet et à plus de un million de vues où l’on parle d’un veau « arraché  » à sa mère. Ces scènes sont bouleversantes, c’est ainsi. Ces scènes nous touchent au plus profond de nous même n’en déplaise aux beaux esprits planificateurs de la France agricole. Ils ont perdu la partie. Ils ont le choix entre changer ou laisser la place à plus humain qu’eux ! Parce que ce qui se passe là c’est bien une question d’humanité.

Nous sommes ensemble

L’avenir de l’humanité n’est pas une affaire de spécialistes, l’avenir de l’humanité concerne tous les humains et c’est l’action de l’ensemble qui est déterminante. L’éducation à l’environnement a pour objectif de participer à la transformation culturelle du corps social. Il s’agit pour l’éducateur à l’environnement de rapprocher les humains des bêtes et des plantes. Comment opérer ce rapprochement ? A chacun de trouver sa réponse, mais aujourd’hui mettre la science en avant à tout prix, sourire à l’évocation de l’émotion d’une personne pour un lapin, pour un agneau, pour un veau ou pour un orang-outan auquel on fait du mal, c’est vouloir persister dans l’erreur. C’est l’heure de faire la paix avec les bêtes et les plantes. L’heure qui a sonné c’est celle du respect.

RG

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.29/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • pipiou 15 février 11:32

    ça fait un peu hors-sol comme article : l’auteur s’émeut d’une belle image d’un veau vue sur Youtube.

    Ses ancêtres vivaient au milieu de ces animaux il y a quelques temps, ils ne les regardaient pas sur un écran plat.
    Et ils faisaient la fête en saignant le cochon et tordant le coup à leurs poules et lapins.
    Une vision moins artificielle de la nature. Une relation homme-nature moins scolaire.


    • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 15 février 12:47

      Voici qui résume tout : Mon dernier commentaire suite à mon article publié en mars 2015.


      Mohammed MADJOUR 7 avril 2015 16:03

      «  » Tant que les gens acceptent de mélanger « politique » et « écologie », le monde s’enfoncera de plus en plus dans la crasse pollution des esprits et de la Nature !

      Je n’ai pas pour habitude de parler timidement et encore moins hypocritement :

      L’écologie : la science qu’elle renferme, la pratique qui lui est nécessaire, la lutte et les moyens qui permettront de l’ancrer des les esprits sont expliqués dans mes seuls articles que personne aussi soit large son savoir et aussi soit forte sa détermination ne pourra réfuter !

      http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/la-science-et-la-pratique-164339
       
      La pollution n’est pas seulement la production du CO2, pas seulement les produits chimiques déversés dans la nature par des irresponsables ... La pollution et la destruction des écosystèmes proviennent surtout de la « transformation » excessives de la matière, des matériaux et de l’ensemble de l’environnement en précisant bien la catastrophe de la déforestation et de la prolifération de l’asphalte et du béton. L’utilisation et la généralisation des panneaux solaires est la dernière des plus grandes bêtises humaines.

      Les humains sont les seuls animaux qui n’utilisent pas seulement les ressources naturelles, mais transforment excessivement et dangereusement l’environnement, il y a sans doute des limites à ne pas franchir, limites que seule la Nature connait.

      Les chamboulements climatiques sont certainement des débuts de réaction, mais la réaction de la Nature peut être autrement plus brutale et plus conséquente.«  »

      VOIR ICI :

      https://www.agoravox.fr/actualites/international/article/la-science-et-la-pratique-164339


      • ZenZoe ZenZoe 15 février 15:12

        Les enfants parait-il ne font plus le lien entre ce qu’ils mangent et la nature.
        87% d’entre eux ignorent ce qu’est une betterave.
        Un tiers ne savent pas reconnaitre les poireaux et les courgettes.
        Un quart d’entre eux ne savent pas que les frites sont faites avec des pommes de terre.
        40% ne savent pas d’où viennent les chips, jambon et nuggets.
        Les coquillettes et les spaghettis sont un légume ou de la viande ou ont été préparés avec des « grains de lait ». Et ayant à l’esprit le poisson pané, de nombreux enfants croient que le poisson n’a pas d’arêtes.

        Ailleurs dans le monde, ce n’est pas mieux. Le fromage et le beurre sont des végétaux, le poisson pané est fait avec du poulet, les tomates poussent dans le sol, 7% des Américains (adultes) croient que le lait chocolaté vient de vaches marron et ainsi de suite...

        Quand on en arrive à ce point, où est l’utilité de défendre la nature ?


        • foufouille foufouille 15 février 17:07

          " En quelques années L214 est devenue une des associations les plus médiatisée en France. Le bien-être animal est dans toutes les bouches, l’homme a honte de lui-même. Nous faisons vivre l’horreur aux bêtes, c’est indigne."

          ça sent le végétaryen.


          • Aristide Aristide 16 février 18:37

            Comment faire confiance à un type qui emmerde les mouettes !!!


            • mmbbb 16 février 20:24

              « L avenir de l humanité » il faudrait deja limite cette croissance demographique exponentielle Non ce serait deja un bon début . Il me semble que les ecolos eludent toujours cette probématique .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès