• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Honneur aux femmes ! Jeanne, la Jeanne, Brassens...

Honneur aux femmes ! Jeanne, la Jeanne, Brassens...

JPEG

Un bel hommage à la générosité, la tendresse des femmes : c'est cette chanson que Brassens écrivit pour Jeanne, Jeanne Planche, née Le Bonniec, qui l’hébergea pendant la guerre et jusqu'en 1961.

 

Dès le début, la maison de Jeanne est assimilée à une "auberge. ouverte aux gens sans feu, ni lieu", un endroit accueillant pour tous, et surtout pour les plus humbles, des SDF.

L'expression "sans feu ni lieu" en rappelle une autre "sans foi, ni loi" : Brassens revisite et réinvente ainsi souvent le langage usuel. 

 

Le prénom "Jeanne" répété tout au long de la chanson souligne la présence pleine de sollicitude de la dame.

 

Sa maison est ouverte à tous, comme le suggère l'emploi réitéré du pronom indéfini "on" : "on peut entrer sans frapper, sans montrer patte blanche".

Le style familier restitue bien aussi la simplicité de Jeanne.

 

Le vocabulaire religieux souligne sa générosité : Sa maison devient "l'Auberge du Bon Dieu", et "comme par miracle", "on fait partie de la famille..."

Il est question encore du "coeur" de Jeanne, dans lequel il reste toujours "une petite place".

 

Et pourtant, la dame est "pauvre", "sa table est souvent mal servie"... sa générosité n'en est que plus remarquable et exemplaire.

Ce "peu" qu'elle donne apporte un réconfort unique, ce que souligne une hyperbole : ce "peu assouvit pour la vie."

Et on assiste à une métamorphose miraculeuse de ses dons :

"Son pain ressemble à du gâteau
Et son eau à du vin comme deux gouttes d'eau".

Telle une magicienne, Jeanne transforme les réalités les plus ordinaires en bonheurs.

 

Pour mieux nous faire percevoir la générosité de Jeanne, le poète fait appel à une forme d'ironie :

"On la paie quand on peut des prix mirobolants :
Un baiser sur son front ou sur ses cheveux blancs
Un semblant d'accord de guitare
L'adresse d'un chat échaudé
Ou d'un chien tout crotté comme pourboire…"

L'adjectif "mirobolants" contraste avec la modestie des offrandes faites par les hôtes de Jeanne : "un baiser, un semblant d'accord de guitare, un chat échaudé, un chien tout crotté..."

 

Et on perçoit dans ces offrandes simples toute la reconnaissance du monde.

 

Reprenant une expression populaire imagée, Brassens évoque le fait que Jeanne n'a pas eu d'enfants :

"La Jeanne, la Jeanne,
Dans ses roses et ses choux n'a pas trouvé d'enfant,
Qu'on aime et qu'on défend contre les quatre vents,
Et qu'on accroche à son corsage,
Et qu'on arrose avec son lait…"

On retrouve là un style familier, simple qui est aussi celui de Jeanne.

 

Mais, Jeanne a trouvé de quoi donne libre cours à toute sa tendresse : "Etre mère de trois poulpiquets, à quoi bon !"

On apprécie ici le choix du mot "poulpiquets" qui désigne des lutins malfaisants dans les légendes bretonnes, un mot rare, amusant par ses sonorités...

Jeanne n'est pas la mère de trois enfants, mais elle a trouvé mieux : "elle est mère universelle", encore une hyperbole qui vient souligner le grand coeur de Jeanne.

 

La mélodie très douce suggère bien toute la bienveillance de Jeanne, son dévouement aux autres... sa tendresse, son abnégation, son amour sans limites.

Et Brassens célèbre une fois encore, dans cette merveilleuse chanson, les vertus de l'hospitalité et de la générosité. Cette générosité est celle d'une femme du peuple, ordinaire, mais en même temps exceptionnelle.

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2021/03/honneur-aux-femmes-jeanne-la-jeanne-brassens.html

 

Vidéo :

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.6/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

29 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 8 mars 17:05

    Les nouilles de Brassens ne cuisaient pas au jus de canne.


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 8 mars 17:08

      @Séraphin Lampion
      Alors là joli ! Phan va être vert .


    • phan 8 mars 22:17

      @Aita Pea Pea
      J’aime à sucer le jonc de ma petite canne. 


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 8 mars 22:23

      @phan

      Sympa mais Séraphin en a fait une double. Séraphin 2 , Phan 1. Épicétout


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 9 mars 10:52

      @phan

      Le jonc de ta canne est-il orné d’une pierre fine ?


    • phan 9 mars 13:10

      @Séraphin Lampion
      Il est orné d’une pierre dans la saline avec une masse de perturbateurs.


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 9 mars 15:57

      @phan

      A l"auberge du Bon Coucher, les salières m’ont fait dériver quand j’ai humé le Côtes du Cru.


    • phan 9 mars 18:09

      @Séraphin Lampion

      L’auberge du Congre Debout a changé de nom : Auberge de Vendée où Jeanne avait une cotte de mailles pour admirer l’écaille de ces moules !


    • Jeekes Jeekes 8 mars 18:28

      Ouais, y’a aussi la p’tite Huguette...

       

      Vite marie-rose, une explication de texte !

       


      • phan 8 mars 22:51

        @Jeekes

        Que de gîtes la pauvre Huguette habita et chez la femme, le cou est bien près du tronc.

      • CHALOT CHALOT 9 mars 07:48

        Rosemar ! J’aimerais que vous participiez à l’écriture de ce livre  https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-violences-conjugales-un-fleau-231456


        • ZenZoe ZenZoe 9 mars 15:06

          @CHALOT
          Tiens, sur quel critère sollicitez-vous Rosemar ?
          Ceci n’est pas une question malintentionnée, je suis vraiment curieuse, Rosemar à priori de par son parcours de vie n’ayant ni la connaissance de terrain, ni l’expérience (douloureuse quelquefois) de la vie en couple, et le sujet, délicat entre tous, ne se prêtant pas à un amateurisme qui pourrait faire plus de mal que de bien. A moins que vous ne sachiez quelque chose que nous ignorons, mais dans ce cas, pourquoi ne la contactez-vous pas en privé ?
          PS : je suis curieuse de voir la réaction de Rosemar aussi. Un refus serait la preuve de son intégrité personnelle et professionnelle, une acceptation empressée la preuve de sa vanité.


        • rosemar rosemar 9 mars 23:13

          @ZenZoe

          Mais, qu’est-ce que vous en savez ?? ! Vous connaissez ma vie privée ?


        • rosemar rosemar 9 mars 23:15

          @ZenZoe

          Rien à dire sur la chanson de Brassens ? Elle vous laisse indifférente, comme elle laisse les autres commentateurs indifférents...


        • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 10 mars 09:02

          @ZenZoe

          Sur quel critère ?
          Rosemar est une femme !
          C’est effectivement comme si on demandait à quelqu’un de participer à une tribune sur le racisme parce qu’il est africain.


        • JC_Lavau JC_Lavau 10 mars 12:01

          @rosemar. Boaf ! Depuis le temps que tu nous répètes que tu es vierge et martyre...
          Tout comme celle qui proclame que l’humanité ne sera heureuse que quand le dernier mâle hétérosexuel aura été pendu avec les tripes de la dernière hétérosexuelle (qui pactise parfois avec l’ennemi héréditaire).
          Dame ! La guerre sexiste est une guerre sainte !
          Et c’est bien pour ça qu’elle est subventionnée.


        • JC_Lavau JC_Lavau 10 mars 12:03

          @rosemar. La chanson de Brassens ? Bin, à partir du moment où la rosemarde s’en drape... J’abrège pour rester poli.


        • rosemar rosemar 10 mars 12:19

          @JC_Lavau

          Quel délire ! Les machos voit des « ennemies » partout ! 


        • JC_Lavau JC_Lavau 10 mars 12:26

          @rosemar. Tu en connais, toi, des « machos » ? Moi non plus.
          En revanche ta guerre sexiste est publique.


        • Hector Hector 10 mars 10:36

          Quel bel hommage à..... ? Mais à qui au fait ? A Jeanne, à lui-même ? Aux deux ?

          Vous oubliez de dire ( Sciemment ou non ?) que pendant que son pochtron de mari à la Jeanne se saoulait jusqu’à faire des comas éthyliques, les deux tourtereaux s’envoyaient en l’air à la barbe de Marcel l’ivrogne.
          C’est étonnant que ce bon Brassens n’ait pas fait une chanson à ce sujet.


          • troletbuse troletbuse 10 mars 11:07

            @Hector
            Je n’ai appris cela que depuis 1 ou 2 ans. Ca explique beaucoup de chansons. Mais Brassens n’aurait quand même pas eu l’audace de se plaindre de cet état et de faire une chanson sur le cocu.
            Marcel était ivrogne mais tolérant et il ne tapait pas sa femme. Enfin, ils avaient du cœur. Attendrissante, cette histoire


          • Abou Antoun Abou Antoun 10 mars 12:16

            @troletbuse
            Brassens n’aurait quand même pas eu l’audace de se plaindre de cet état et de faire une chanson sur le cocu.
            Bien sûr que si !
            A l’ombre des maris.


          • Abou Antoun Abou Antoun 10 mars 12:19

            @troletbuse
            Et pour Marcel Planche il y a l’Auvergnat.
            Brassens n’est pas un ingrat.


          • troletbuse troletbuse 10 mars 15:17

            @Abou Antoun
            Brassens a plutôt fait une ode à la femme adultère. Et le mari a toute sa considération smiley
            L’Auvergnat le prouve


          • troletbuse troletbuse 10 mars 21:58

            @Hector
            Il a même fait une chanson pour votre femme  smiley
            https://www.youtube.com/watch?v=1of3X4EpsmU


          • Hector Hector 11 mars 10:41

            @troletbuse
            Décidément ce pauvre Brassens, en se cachant derrière les jupes de Jeanne se permet quelques privautés et ce malgré sa chanson sur Hélène.
            Mais je ne pense pas qu’Andromaque ait été volage. Du moins l’histoire ne le dit pas et Homère non plus.
            Merci de me donner une raison supplémentaire de ne pas aimer le personnage même si, dans ma jeunesse, j’ai chanté et joué les chansons de Brassens sur ma guitare.
            Néanmoins sa fin de vie douloureuse et sa fin précoce m’incite à lui pardonner ses excès.
            Paix à son âme.


          • Abou Antoun Abou Antoun 11 mars 11:28

            @Hector
            Vos intéressantes contributions mériteraient sans doute un développement concernant la personne de Brassens et la vie d’artiste en général. Mais finalement ce sujet est marginal relativement au thème (peu intéressant) de l’article.
            Une autre fois peut-être.


          • troletbuse troletbuse 10 mars 10:46

            Comment se fait-il que pour la journée de la femme, personne n’ait parlé de ce clitoris géant installé devant la Tour Eiffel :  smiley

            https://www.leparisien.fr/video/video-un-clitoris-geant-pose-devant-la-tour-eiffel-08-03-2021-PURCIOVZTZBH7EGTONOESADGKE.php

            On n’arrête pas le progrès. Ca me fait rigoler car si jamais il y a une journée de l’homme et si on installe une bite qui respecte les mêmes proportions, va falloir l’arrimer au 1er étage.  smiley

            Dans ce cas, je pense que Micron honorerait le phallus de sa visite.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité