• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Humanité : « NOUS », les figurants !

Humanité : « NOUS », les figurants !

JPEG

Il a été démontré qu’un pays fonctionne à peu près correctement avec seulement 1% de ses habitants qui seraient incontournables. C’est ceux qui décident, prévoient, planifient, organisent. Les « autres », NOUS, 99% ; Sommes là, mais comptons pour du beurre, des ajustements de variable à la rigueur, et encore... Ainsi, le monde va, dans une direction où NOUS serons de moins en moins indispensables, donc ?

Nous nous multiplions à la rapidité des cafards (désolé pour la comparaison) : De 7,4 milliards aujourd'hui, la planète accueillera 8,5 milliards d'êtres humains en 2030 et entre 10 milliards en 2050, soit une augmentation de plus de 80 millions de personnes chaque année, (une France 1 quart ajoutée par an)...

Faisons alors un petit tour du propriétaire avant que l’apocalypse nous guette, nous gagne, nous engloutisse et glou et glou !

----------------------------------

Une quatrième révolution industrielle, dite robotique, pour 2025

Les multiples avancées technologiques en robotique permettent au Forum économique mondial de statuer que les machines et les algorithmes effectueront la moitié des tâches d’ici 2025. Il est primordial d’attirer l’attention sur les changements rapides que subira le marché du travail dans les années à venir. Autrement dit, les robots seront responsables de 52% de la répartition du travail contre 29% actuellement. Comparé à un travailleur d’hier et d’aujourd’hui souvent peu qualifié, les avantages de l’automatisation seront nombreux et permettront de réduire les erreurs humaines, d’accomplir un volume de travail record en un minimum de temps[1] et surtout d’éliminer le droit du travail, le syndicalisme, les grandes gueules et tous mouvements de contestation, ouvriers, travailleurs, travailleuses ; Laguiller bonne à être empaillée au musée d’histoire naturelle !

Liberté sous haute surveillance, tous réunis dans le Big data.

Nous étions déjà immatriculés, numérotés, encartés. Avec la biométrie faciale, souriez vous êtes filmés sera notre lot quotidien (ça l’est déjà pour les chinois). Il est évident que NOUS perdons déjà notre identité de ce qui fait de NOUS cet individu unique, au profit d’un fichage généralisé. Il est inquiétant de savoir que NOUS n’avons plus d’intimité, même dans notre cocon familial où nous sommes sous le regard inquisiteur d’enceintes connectées, télévisions, IPhone, boxes, compteur Linky et autres caméras de surveillance.[2] Et si jamais notre comportement n’était pas adéquat ? Et s’il NOUS prenait d’avoir des conduites déviantes ? Qui saurait décider que ces attitudes ne correspondent pas « à la norme » ? Les 1% ? Ceux qui construisent « le meilleur des mondes » ?

Alimentation : trop beaucoup ou pas assez énorme

Près d’un décès sur cinq dans le monde serait lié à une alimentation déséquilibrée dénommée « malbouffe », et à l’autre extrême, 795 millions de personnes souffrent de la faim. Ces chiffres sont en augmentation constante depuis des décennie et ne font qu’accélérer ce grand écart entre ceux qui bouffent trop et mal et ceux qui ne mangent pas ou si peu.

Les besoins alimentaires mondiaux vont augmenter de 70% d'ici à 2050, les experts prévoient une baisse de la production agricole destinée à l'alimentation, notamment du fait de l'urbanisation et du changement climatique.[3] Il y aura donc, les « privilégiés » qui pourront bâfrer de la bouffe industrielle malsaine les rendant obèses et causant des ravages de santé, et ceux « des pays pauvres » (mais riches en matières premières indispensables) qui eux, les maigriots devant encore plus se serrer la ceinture et subirent des famines...

L’eau : pénurie, pollution, montée, salinisation

Il y a un siècle, il y avait 15.000 mètres cubes d’eau disponible par habitant de la planète et par an. En 2030, il n'y en aura plus que 3.000 mètres cubes. Actuellement plus de 36 pays font face à des difficultés d'approvisionnement et selon l'ONU, la demande augmentera de 50% d'ici 2030, notamment en raison des besoins de l'industrie, de l’agriculture industrielle, de l'énergie et de l'accroissement de la population.[4]

La pollution des eaux est comme l’animal hybride, elle a de nombreuses têtes...

Une grande quantité d'eau est utilisée à la fabrication de produits de consommation courante, par exemple :

- 41.500 litres d'eau pour produire un kilo de viande.

- 500 litres d'eau pour produire une seule orange.

- 5.000 litres d'eau pour créer un kg de riz.

Aussi, cette pollution sévit par sources chimiques, par sources microbiologiques, par sources physiques, par sources de matières organiques. Ne pas oublier le rôle de l’agriculture, de la pisciculture, de l’aquaculture et sans oublier l’urbanisation galopante.[5]

Autre fléau : La montée des eaux s’accélère. Dans leur scénario le plus pessimiste, les experts prévoient une hausse du niveau moyen des mers de 98 cm à l’horizon 2100 (26 cm dans l’optique la plus optimiste), contre 19 cm de hausse entre 1901 et 2010. Plus généralement, on est passé de vitesses d’élévation relativement faibles au cours des deux millénaires précédents à des vitesses plus importantes à partir de la fin du XIXe siècle[6] ; Résultat de la révolution industrielle et ce qui s’en suivit...

Quant à la salinisation des eaux ? Qui affecte plus particulièrement les régions rizicoles, d’où provient le riz, aliment de base de la majorité de l’humanité...Une vraie bombe à retardement ! Cette augmentation de la salinité des eaux douces de surface et souterraines résulte de l'intrusion d'eau salée suite à la montée du niveau marin, au pompage d'eau de mer en puits et à la construction d'ouvrages aquacoles contenant de l'eau de mer en région côtière, ou inondées comme celles des rizières.[7]

Les terres qui périssent

Les terres émergées représentent 13,5 milliard d’ha. Mais, quand on a retiré les déserts, les hautes montagnes, l’Antarctique, le Groenland, il ne reste que 3 milliards d’ha cultivables, soit 22% du total ; c’est seulement 50 fois la France Et, la moitié de ces 3 milliards d’ha cultivables sont déjà cultivés. Comme on prévoit à court terme le doublement des populations humaines, il est plus que temps de se préoccuper de la sauvegarde du capital sol. Or, ce capital est inextensible et menacé par entre autres fléaux la salinisation des sols qui est un problème majeur à l’échelle du globe. Selon la FAO et les estimations les plus récentes, elle affecte déjà au moins 400 millions d’ha et en menace gravement une surface équivalente. Elle est donc très importante quantitativement puisque, encore une fois, nous n’avons qu’un milliard et demi d’ha qui restent à cultiver sur une planète qui n’est pas extensible... [8]

Comme vous avez pu le constater, à travers ces quelques arguments (je pourrais en citer bien d’autres), tout cela pour dire que : il y a tous les ingrédients pour que ce monde tombe en panne sèche. Deux solutions s’imposent : nous continuons sur cette lancée, et dame nature va régler le problème vite fait bien fait. Les phénomènes de changements climatiques ne sont pas du genre à prendre la forme d’une courbe harmonieuse ascendante, mais agissent par à-coups violents. Déjà, avec tous ces tsunamis, tremblements de terre, ouragans, cyclones, chaleurs intenses, froid polaire en des régions tempérées, cela devrait nous mettre sacrement la puce à l’oreille non ? Ou, alors, deuxième solution : les 1% vont décider qu’il est temps de donner un grand coup de balai, et de « débarrasser » la planète de cette charge inutile qui est « NOUS », les figurants... Mais comment ?

Déjà, avec les dégâts causés par la malbouffe, l’industrie Big-pharma, l’alcool, les drogues, le stress au travail, les inégalités, les guerres, les famines, les épidémies, et bien d’autres calamités, nous réussissons tout de même à nous multiplier et à augmenter chaque année la population mondiale ; Des cafards je vous écrivais... C’est déjà intenable, mais ça pourrait continuer encore jusqu’à disons le fin de ce siècle ? Les 1% eux, sont là pour anticiper, avant qu’eux même disparaissent dans le chaos.

Les vieux disaient : « avec une bonne guerre, on pourra tout recommencer » ; ouais, mais ça prend du temps les « bonnes guerres », et il faudra éliminer au moins les 8/10ème de ces figurants inutiles, soit à la louche au moins 6 milliards. Un sacré charnier non ? De temps à autre l’utilisation de la bombe atomique est suggérée mais bon, les retombées sont incontrôlables et resteront à polluer l’air des dizaines de milliers d’années, donc, que faire ? Des armées conventionnelles face à face, c’est has been, pis il faudrait des siècles pour évaporer ces 6 milliards, et comme d’hab il y auraient des dommages collatéraux, comme par exemple s’en prendre aux 1% de nantis. La guerre généralisée par drones et par robot au sol ? Oui, mais, il y a le facteur humain incontrôlable du pilote de l’engin qui fait que ce n’est pas une certitude que les ordres reçues, soient respectées à la lettre... Actuellement, avec ce type de drones, l'opérateur peut donner des ordres de vol dits "de haut niveau" (consignes de vol), interpréter les données transmises par les capteurs embarqués (vidéo jour/nuit, images radar,…) et déclencher le tir des armements ; mais ça a des états d’âmes un pilote/figurant... Cornélien me direz-vous ? Il y a peut-être une solution. L’intelligence artificielle.

Dans un article dans Le Monde intitulé : L'utilisation de drones armés est-elle morale ?[9]  Où on parle de l’accroissement des aides informatiques pour automatiser le pilotage etc. Mais aussi, je cite : « Une autonomie complète de ces drones n'est ni souhaitable, ne serait-ce que pour des critères moraux : comment accepter qu'un programme informatique "décide" de tuer un être humain ? Et les règles d'éthique peuvent-elles se réduire à des équations ? Qui serait en mesure de contrôler ce programme et d'en autoriser l'emploi opérationnel ? A plus long terme, nous tombons dans la science-fiction, et d'ici-là, nos critères moraux auront également eu le temps d'évoluer pour s'adapter à l'environnement qui exister a alors. » L’auteur de cet article apparemment croit toujours au père noël ; car, les 1% eux, n’ont pas ce genre de vague à l’âme, de doutes métaphysiques. Des programmes informatiques sont déjà capable de piloter des drones. Des programmeurs à la botte rentrent des données paramétrées imposées par l’oligarchie, maitres absolus de cette minorité dominante. Il suffit d’ailleurs tout simplement de définir en langage binaire, ce qu’est un « indésirable », un « figurant » et hop, la machine fait feu. Plus besoin d’aller sur le terrain, plus besoin d’avoir un œil sur les troupes, pas besoin d’avoir « des pilotes » derrière leur joystick ; seulement un QG centralisé qui fera agir de concert les drones dans les airs, les robots sur terre et sur mer. Et là, ce sera la fête foraine de dégommage à tout va. Les grands méchants du 1% resteront planquée pénards dans leurs pénates tour d’ivoire, et « en bas » ça dégagera, pis avec de bons lances flammes montés sur des engins, on fera le grand ménage de printemps. En quelques années, le quota de figurants à supprimer sera atteint, et les dominants resteront entre eux, tout en ayant gardés un petit milliard d’individus, « utiles » aux taches subalternes. Les 1% représentent 70 millions d’individus qui déjà de nos jours dominent de la tête et des épaules le reste du genre humain. L’un d’eux, Attali, celui qui avait annoncé trois avant l’arrivé du messie Macron sorti d’un chapeau ; ben un jour qu’il avait trop fumé avait souhaité à la Tévé :« une gouvernance mondiale, dont la capitale serait à Jérusalem »... Remember ?

Nous sommes trop nombreux, avec de moins en moins de possibilités de travail et des ressources qui s'amenuisent... Donc ? Va falloir que ça dégage, faire place nette !

Ne dit on pas qu’un optimiste est un pessimiste informé ? Et lorsque tous ces présidents marionnettes autant que nous, des figurants avec voiture et chauffeur balançaient lors de leurs colloques à mesdeux sur le climat des « Notre maison brûle et nous regardons ailleurs  », ou encore des « let’s the planet great again ! » et bien moi, simple trou d’uc de figurant moins que rien sans dent, sans Rolex, vous rappelle dans ce papier non recyclable qu’il y a le feu à la baraque et qu’elle va crouler sous les décombres de notre connerie à clefs universelles ; Amen ! (et n’oubliez pas d’apporter votre petit panier pour ce dernier barbeuk).

Georges Zeter/septembre 2018

 

PS : juste annoncé pendant que je rédigeais :

- Séisme et tsunami en Indonésie : au moins 384 morts, les images de la vague qui a submergé Palu.[10]

PS bis : Des scientifiques de l'Université de Hong Kong ont diagnostiqué pour la première fois le virus de l'hépatite E du rat chez un être humain...

PS ter : La fièvre du Nil occidental réapparaît en Europe alors qu’aucun traitement n'est connu. L'Agence régionale de santé du PACA) informe qu'à ce jour, et depuis le 7 juillet 2018, vingt cas d'infection à virus West Nile ont été identifiés.

...La terre continue de tourner, et les catas continuent de tomber...



Moyenne des avis sur cet article :  2.4/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • George L. ZETER George L. ZETER 1er octobre 12:37
    bonjour chers lecteurs d’agora : je vous présente toutes mes excuses pour la quinzaine de fautes d’orthographes que j’ai repéré après lecture ce matin... malheureusement après correction il était trop tard, l’article était dans les tuyaux...


    • foufouille foufouille 1er octobre 14:49
      "Près d’un décès sur cinq dans le monde serait lié à une alimentation déséquilibrée dénommée « malbouffe », et à l’autre extrême, 795 millions de personnes souffrent de la faim."
      trop mort de rire comme pour tout le reste de la partie escrolo et parano.


      • George L. ZETER George L. ZETER 1er octobre 15:07

        @foufouille
        c’est bien au moins j’te fais marrer... moi.


      • bibou1324 bibou1324 1er octobre 15:38

        « Nous » ?


        Ce « nous » est un piège grossier. Il n’y a pas d’unité de l’humanité, il n’y a pas de « nous ». Face aux événements futures, ce qui va se passer c’est que les frontières, les murs vont être plus nombreux et plus difficiles à franchir, comme c’est déjà la tendance. Chacun pour sa peau.

        En France rien ne changera, dans 100 ans comme dans 1000 ans : natalité stable, ressources naturelles plus que suffisantes (on exporte plus que ce que l’on importe de nourriture), compétences, zone géographique qui peut encaisser quelques variations climatiques sans autres soucis que les habituels râles bien français ...

        Ailleurs bien sûr les gens vont crever : de chaud, sous les inondations, de faim, de soif, de maladies liées aux conditions d’hygiènes et à la promiscuité. La solidarité ? Une fable. Les gens feront des dons qui iront engraisser des profiteurs, les ONG en réalité créant une dépendance afin d’asseoir des groupes européens en territoires sinistrés. 

        Comment ça ? Les bobos parisiens se féliciteront d’avoir aidé une famille à l’autre bout du monde à manger 3 jours. Au passage cet afflux de nourriture gratuit aura ruiné le paysan local, qui sera obligé de travailler à l’usine fraîchement implantée par un grand groupe européen pour que dalle.

        Vous voulez changer le monde ? Commencez par supprimer la notion de frontière, de gouvernement et de pays. Là, on aura peut être un « nous »...

        • hugo BOTOPO 1er octobre 17:25

          À l’auteur et aux nombreux intervenants de son article sur la phagothérapie solution aux maladies nosocomiales.

          Le bon sens et l’analyse critique sont souvent mal partagés :

          - la traduction de « staphylococcus aureus » est « staphylocoque doré » et non pas « d’orée » : aureus et aurifère se rapporte à l’or !
          - les vaccins pendant des décennies (depuis Pasteur) sur les maladies à virus (rage et autres) ont été mis au point et avalisés ou validés par les instances scientifiques alors que les microscopes de l’époque ne permettaient pas de voir les virus, seulement les grosses bactéries.
          - la méthode de sélection des phages spécifiques à une infection bactérienne est scientifique, avec protocole ou procédé précis. La durée de vie des phages est de l’ordre de 200 jours. On peut pour des maladies courantes nosocomiales détenir préventivement des phages.
          - en URSS, puis Russie et Géorgie, des cocktails de phages sont commercialisés dans les officines.
          - l’auteur aurait bien fait de lire attentivement le livre du Dr Dublanchet « des virus pour combattre les infections » avant de rédiger son article.
          - Félix d’Hérelle et L’institut Pasteur, dès la découverte des phages, ont produit des préparations pour traiter efficacement des blessés de la Grande Guerre ! En 1917 ;1918 et 1919.
          -les chercheurs rémunérés de l’Institut Pasteur ne sont pas autorisés à commercialiser des traitements, d’où probablement un licenciement administratif.
          - la collection très importante de phages de l’Institut Pasteur a été plus ou moins détruite dans les années 1990.
          - L’université Laval au Québec qui a accueilli Félix d’Hérelle, poursuit les études sur les phages et en possède une grande collection : elle peut même en vendre à des laboratoires de recherche non lucratifs.
          - la déclaration d’Helsinki définit les conditions pour appliquer un traitement pas encore autorisé mais éprouvé dans les cas où les traitements classiques connus et officiels sont inopérants, avec l’avis éclairé du malade.en
          - Pendant des décennies les traitements à base de « préparations de bactériophages » était autorisés avec des fournisseurs dans le Vidal.


          Pour l’article en cours
          , inutile de reproduire les inepties sur les consommations d’eau pour produire des aliments de base :
          - Un poulet de un kilo peut être produit avec des céréales (blé, orge..) non irriguées (seulement les pluies naturelles dans les champs) et ne consommer qu’une dizaine de litres d’eau uniquement pour étancher sa soif pendant son élevage !
          - De même un bovin élevé à l’herbage, avec des compléments naturels de foins et de céréales cultivés sans arrosage/irrigation ne demandera qu’environ une dizaine de litres d’eau de boisson par jour pendant moins de 1000 jours, soit 10 000 litres pour 500 kg de viande (20 litres par kg et encore souvent de l’eau de pluie (rivières, sources, mares ...)).

          Quant aux prédictions sur l’avenir de l’humanité tenant compte de l’automatisation, des robots, des drones, de l’Intelligence Artificielle... et surtout de la croissance démographique mondiale sur une Terre aux ressources limitées (car non infinies), les « inutiles, version Macron » ne se limiteront certainement pas à de la copulation : ils se feront un plaisir ou une obligation de révoltes et de destructions généralisées ! Enfin la Terre sera débarrassée de ses prédateurs inassouvis !


          • foufouille foufouille 1er octobre 17:33

            @hugo BOTOPO

            un khmer vert vert n’a besoin de preuves pour démontrer sa science verte et surtout pas scientifiques et statistiques. pour un khmer vert, le salpêtre n’a pas KNO3 quand il chimique, il devient différent avec atomes verts.


          • Claudec Claudec 1er octobre 18:40

            « Il a été démontré qu’un pays fonctionne à peu près correctement avec seulement 1% ... »


            Qui a démontré quoi ?
            Qu’est-ce que fonctionner à peu près correctement, pour un pays ?
            Quel(s) pays fonctionne(nt) à peu près correctement ?


            vous y trouverez quelques données sur le sujet, plus sérieuses, précises ... et démontrées.


            • Zolko Zolko 2 octobre 11:09
              @Claudec : « Il a été démontré qu’un pays fonctionne à peu près correctement avec seulement 1% ...  »
               
              oui, moi aussi j’aimerais savoir qui a démontré ça. Car si l’auteur prend les 1% de décideurs (admettons) on se demande quand-même ce que ces décideurs vont manger, avec quelles voitures ils vont se déplacer, avec quels téléphones portables ils vont communiquer, qui va les soigner quand ils se feront mal, qui va construire leurs maisons, qui va cuire leur baguette ...

            • George L. ZETER George L. ZETER 2 octobre 13:06

              @Zolko
              on me demande d’où je sors ces 1%... cela vient d’une étude japonaise qui démontrait en anglais que le japon n’avait besoin que de ce pourcentage pour fonctionner et le reste (99%) était là pour exécuter les taches courantes ; malheureusement je n’arrive pas à remettre la main dessus. quand à votre question sur comment ces 1% vont manger etc... j’écris dans l’article qu’ils se garderont 1 milliard pour les servir...


            • Zolko Zolko 2 octobre 17:30
              @George L. ZETER : « ils se garderont 1 milliard pour les servir... »
               
              et qui surveillera ce milliard ? Même le 1% voudra écouter de la musique, et les musiciens ne les serviront pas car ils (le 1%) n’a rien à donner aux artistes, qui, eux, veulent la gloire et l’admiration du grand nombre.
               
              Vous ré-inventez l’eau chaude : une société humaine complexe a besoin de toute la pyramide, mais certains y font - ou ont des rôles - plus uniques et identifiables que d’autres. Comme chez les abeilles.

            • Ruut Ruut 3 octobre 08:13

              @Zolko

              Surtout vue le faible niveau de compétence technologique des dits dirigeants.


            • Reiki Reiki 1er octobre 20:22

              Salut George , 

              Dans l ensemble se sont des sujet qui mérite d etre traité et pris en compte. 
              Sauf cette idee , d’1% de population .... 
              Du coup comme vous me paraissez connaitre le sujet, que pensez vous du déclin du champs magnétisme terrestre  ? Sujet Tabou ? Ou conspiration ?

              • George L. ZETER George L. ZETER 1er octobre 22:12

                @Reiki
                bonsoir je n’ai aucune opinion sur le changement du champs magnetique terrestre ainsi que du mouvement des poles. les 1% representent plus ou moins le club des milliardaires, grands banquiers etc, d’ailleurs il est souvent mentionné la fortune colossale de ces 1%


              • Claudec Claudec 2 octobre 04:57

                @George L. ZETER

                Mentionné par qui ? Par Oxfam, par l’observatoire des inégalités ? Pas si simp(list)e !

                C’est en effet oublier – indépendamment du caractère outrageusement arbitraire de ces 1% – que plus l’économie et la population croissent, plus s’atrophie la pyramide sociale, donc plus son sommet (ou logent les riches) s’éloigne de sa base et se creusent les écarts de richesse et les inégalités sociales.

                Le développement économique ayant pour premier vecteur la population humaine en tant que consommatrice et productrice, aidée par le progrès scientifique et technique, la solution est d’ordre avant tout démographique, ce sur quoi nous somme d’accord mais est incompatible avec la lutte des classes et le sectarisme qui inspirent le 1% ci-dessus.


              • George L. ZETER George L. ZETER 2 octobre 07:36

                @Claudec
                bonjour, merci pour le lien, ca a l’air interessant


              • Claudec Claudec 2 octobre 09:23

                Ravi que ça puisse vous intéresser. Je serais heureux que nous puissions échanger à l’occasion de votre consultation de ces blogs. Vu l’ensemble de votre article, vous semblez en effet comme moi préoccupé par une même problématique, que je ramène pour ma part – démonstration à l’appui – à sa dimension démographique.


                « Ne dit on pas qu’un optimiste est un pessimiste informé ? »
                Il faut à mon avis ne parler ni d’optimisme ni de pessimisme, qui ne sont que des sentiments que nous inspire notre spiritualité (réduite à de l’idéalisme), cette faculté réservée aux hommes, qu’ils appliquent à la politique comme à la religion, pour tenter de s’expliquer ce qu’ils ne comprennent pas. Il faut au contraire tenter d’y voir clair en se gardant de tous les dogmes, non seulement religieux et politiques, mais parfois scientifiques. 

                • JC_Lavau JC_Lavau 2 octobre 23:02

                  Ta montée des eaux, compte-là dessus et bois de l’eau claire !

                  « La montée des eaux s’accélère. Dans leur scénario le plus pessimiste, les experts prévoient une hausse du niveau moyen des mers de 98 cm ».

                  Si c’est propagandé par Li mMonde et L’aberration, et que ce n’est pas dans le voisinage immédiat que tu puisse vérifier, tu sais déjà que c’est sciemment mensonger.

                  • Claudec Claudec 3 octobre 11:09

                    @JC_Lavau

                    D’après une nouvelle étude basée sur 25 années de données satellitaires de la NASA et de l’Europe, le niveau moyen de la mer, à l’échelle de la planète, s’accélère progressivement ces dernières décennies, au lieu d’augmenter de manière linéaire.

                    Cette étude a été publiée le 12 février 2018 dans les Actes de la revue de la National Academy of Sciences.

                    Le niveau moyen des océans augmente à cause du réchauffement climatique en cours, qui engendre principalement deux phénomènes dont la contribution à cette hausse est équivalente : la fonte des glaciers (calottes polaires et glaciers de montagne) et la dilatation thermique de l’eau. Les glaciers apportent davantage d’eau douce dans les océans et mers du globe et plus l’eau est chaude, plus elle occupe de volume, on parle de contribution stérique.
                    En outre, à l’échelle côtière, les marées, surcotes atmosphériques et vagues contribuent également aux variations du niveau de la mer.

                    Au XXème siècle, le niveau des mers a augmenté de moins de 2 mm par an, mais depuis les années 1990, elle est supérieure à 3 mm / an. Depuis 1992, date des premières mesures satellitaires du niveau moyen des océans, la hausse du niveau des océans s’accélère chaque année de 0,084 millimètres. Ainsi, en seulement 25 ans, le niveau moyen des océans a augmenté de plus de 8 cm.


                  • JC_Lavau JC_Lavau 3 octobre 11:31

                    @Claudec. Simple : tu commences l’enregistrement du marégraphe à marée basse, puis tu l’arrêtes à marée haute. Là dessus, tu procèdes à une régression linéaire selon les deux points extrêmes, et boum ! Tu prédis que l’Himalaya sera submergé en 2035.

                    L’ONERC payé par nos impôts (Office National des Effets du Réchauffement Climatique) a ainsi arrêté d’enregistrer l’enneigement au col de Porte dès que l’enneigement est redevenu fort. Puis ils ont supprimé la page. Avec ta mémoire de poisson rouge, pas de danger que tu te souviennes de ce genre d’entourloupes chez les fraudeurs professionnels.

                    Contrairement à Lyssenko qui était un escroc à lui tout seul, et qui avait monté son escroquerie tout seul, ces fraudeurs aux ordres sont payés pour frauder.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès