• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > « Il y a trop de social en France ! »

« Il y a trop de social en France ! »

PLUS UN SOU !

Macronisant plus blanc que blanc, Monsieur COLLOMB se montre bon élève…. et met au pas les centres sociaux de sa bonne ville de Lyon via les consignes données à son successeur et « obligé » ainsi qu’à l’administration municipale.

Il est vrai qu’à Lyon, « sur la colline qui travaille », la Croix Rousse pour les lecteurs qui ne seraient pas lyonnais, le summum de la « rentabilité » a été atteint par 60 bénévoles qui encadrent GRATUITEMENT dans les locaux du Centre Social 164 enfants signalés par l’éducation nationale comme ayant des difficultés scolaires !

Voilà donc le bénévolat devenu l’alpha et l’omega du social en Macronie et les militants pris au piège de leur engagement.

En conséquence, La VILLE DE LYON refuse de financer les surcoûts salariaux de la dizaine de salariés du Centre social dont elle demande la mise à disposition pour l’animation de « la » fête emblématique municipale « tout le monde dehors » chaque année déclinée dans les quartiers.

Les élus du 4ième arrondissement, retournant leur veste qui fut socialiste en d’autres temps, de pointer que « certains centre sociaux ne fonctionnent qu’avec des bénévoles ».

Ils n’envisagent donc nullement de payer les heures supplémentaires effectuées par les salariés du centre social requis dans le cadre de l’animation municipale du quartier.

Je viens en tant que « bénévole », renchérit la représentante du MEDEF au Conseil d’administration de la Caisse d’Allocations familiales, principal financeur du Centre Social, « je suis chef d’entreprise et ma présence ici n’est pas rémunérée ! »

Il se trouve que le Conseil d’administration du Centre social est, lui aussi, composé de « bénévoles » qui n’ont pas attendu ces injonctions pour s’investir.

Une administratrice, représentant une association adhérente du centre social, bénévole depuis près de 20 ans, que l’on avait à peine vue en bout de table, tant elle était discrète, déclara alors, dans le silence qui suivit ces fortes affirmations inscrites aux quatre coins du « bon sens macronien » :

 « Le moment est peut être venu de se demander s’il ne faut pas faire la grêve du bénévolat. » et une autre d’ajouter : « si TOUT travail devient bénévole il va falloir songer à instituer un revenu universel ».

Les délégués du personnel, qui font partie statutairement du Conseil d’Administration du Centre Social, observaient en silence la passe d’arme. De fait, ces salariés sont sollicités pour l’animation des festivités dès potron minet et jusqu’à plus de minuit, en week-end.

Si des « bénévoles » venaient à les remplacer sur un évènement comme la déclinaison de « tout le monde dehors » dans les quartiers, ces bénévoles « travailleraient »

  • sans être rémunérés,
  • sans les assurances autorisant l’accueil et les activités proposées à un public,
  • sans les diplômes et formations réglementairement éxigées des salariés,

Est-ce trop demander à une Mairie, « en même temps de gauche », de prendre ses responsabilités sociales, comme le fait le centre social, employeur du privé, qui applique, lui, la législation du travail en payant les surcoûts salariaux liés à cette journée exceptionnelle ?

Rappelons que la principale source de déficit de notre système social est le travail dissimulé et notamment les heures supplémentaires impayées, système que nourrit donc, toute honte bue, la Municipalité de LYON !

Paradoxalement cette même Ville de Lyon demande au Centre Social « DE SUPPRIMER LES ACTIVITES NON RENTABLES » !

Pour l’heure, Le Conseil d’Administration du Centre social applique la nouvelle DOXA municipale : Il a décidé de ne pas mettre à disposition les 10 salariés demandés puisque l’activité est « déficitaire », La Mairie ne prenant pas en compte les coûts salariaux .

« Ce n’est pas grave rétorque-t-elle, nous avons pris attache avec une autre association qui mettra à disposition ce personnel » sans coût supplémentaire !

Pas de chance pour les élus , c’est un collectif qui anime « tout le monde dehors » sur la Croix Rousse et qui seul peut prendre la décision d’accepter ou de ne pas accepter le travail dissimulé de personnels extérieurs au collectif : Les héritiers des Canuts** ont gardé leur tradition rebelle.

Mais la passe d’arme avec la « MAIRIE en même temps de gauche » n’allait pas, ce soir là, en rester à l’organisation de la fête de quartier. Les élus municipaux furent interrogés sur le fait qu’à un mois de la fin de l’année scolaire ils n’avaient toujours pas communiqué le nombre d’enfants inscrits pour Septembre aux activités périscolaires.

En effet, la Ville de LYON sera probablement en Septembre 2018 à l’origine de pertes d’emplois en grand nombre affectant tout le secteur de l’animation du périscolaire et partant, responsable de la perte de ressources de nombreux étudiants déjà quelque peu traumatisés par les méandres de « parcours sup .

Les conditions juridiquement ** et démocratiquement contestables de la « votation » de la modification des rythmes scolaires ont eu en effet à Lyon pour seule visée la réduction du poste municipal de dépenses périscolaires sans le moindre égard pour les personnels qui n’oublieront pas leur première année de salariés en Macronie.

En effet, il est statutairement possible, pour un grand nombre mères qui travaillent d’obtenir un temps partiel avec le mercredi non travaillé alors que c’est statutairement rarement le cas pour le vendredi.

Les premières indications dont on dispose montrent donc que la fréquentation des activités périscolaires sera en réalité plus limitée le mercredi que le vendredi ce qui explique le silence gêné des services municipaux qui avaient escompté l’effet inverse.

Les familles constatent en effet que l’on passe d’UNE DEMIE JOURNEE DE SCOLARITE GRATUITE à UNE DEMIE JOURNEE D’ ACTIVITES PERISCOLAIRES PAYANTES.

Les plus fortunées investissent dans des activités « choisies » cours d’anglais, musique, sports divers, les plus modestes gardent leurs enfants à la maison évitant ainsi des frais supplémentaires. Dans les deux cas les objectifs de mixitié sociale et d’éducation alternative ne sont pas atteints.

 « Accessoirement », les femmes sont renvoyées, qu’elles le souhaitent ou non au foyer, avec toutes les conséquences délétères bien documentées de cette situation.

Du coté des personnels, il faut rappeler que les salariés du périscolaires sont par définition à temps partiel puisque l’animation du périscolaire à la pause méridienne et à la sortie des écoles représente environ une demie journée de travail en semaine ainsi qu’une demie journée conventionnelle d’accueil des enfants qui passerait, par décision UNILATERALE municipale, du vendredi après midi au mercredi matin.

Quand bien même le nombre d’enfants inscrits au périscolaire seraient stable, qu’en Septembre, les animateurs qui travaillaient pour le périscolaire le vendredi ne pourront pas forcément suivre le Centre Social le mercredi pour peu que cette nouvelle organisation soit incompatible soit avec leurs études soit avec un second emploi .

Dans ce cas, la législation sur le licenciement économique imposera au Centre Social de verser des indemnités de licenciement économique. La Mairie refuse de les prendre en charge, motif pris que le Centre social « n’avaient qu’à signer des CDD et non des CDI » or, le périscolaire est une activité pérenne qui n’autorise pas légalement la conclusion de CDD, ce que semble ignorer nos édiles.

Il s’avère en outre que l’organisation même des horaires du périscolaire pour l’année 2018-2019 par la Mairie de LYON est illégale.

Pour respecter notamment le droit du salarié à temps partiel à avoir un emploi complémentaire ou à suivre ses études, il est interdit de fractionner l’activité en périodes de travail distantes de plus de deux heures.La Mairie de Lyon ne respecte pas cet impératif. Aux dernières nouvelles, après une journée de grêve des personnels, elle accepterait de payer la perte de salaire consécutive à cette organisation.

C’est un niveau d’impéritie extraordinaire pour une si grande Commune mais, peut-être y a-t-il une raison à cette légèreté dans la gestion des personnels : Le périscolaire, après les prochaines élections municipales, sera du ressort de la Métropole.

Peu importe que les étudiants salariés perdent leurs ressources, que les salariés voient l'emploi du secteur social diminuer, que les familles soient mécontentes de perdre la gratuité de l'éducation, que les femmes soient contraintes de prendre un emploi à temps partiel pour garder leurs enfants, que le centre social soit mis en difficultés, les édiles se sont créé un bastion inexpugnable en Métropole.

Les familles, ne pourront guère peser sur les choix politiques de la Métropole puisqu’à LYON (comme à Paris et Marseille) tout a été fait pour éviter que le scrutin municipal n’affecte la composition de la nouvelle instance et, comme par hasard, le Maire du IVième arrondissement de Lyon, Monsieur David KIMELFELD, se verrait bien la présidant .

Les arrondissements de LYON 1ER et LYON IV avaient des véléïtés de vote « social », un mot proscrit en Macronie : Monsieur COLLOMB leur adjoint, dans le nouveau découpage, le second arrondissement dont la fibre sociale est d’une toute particulière faiblesse !

Quant à l’intérêt des enfants dont les rythmes biologiques sont mis à mal, il n’en a simplement pas été question. Les petits lyonnais se voient imposer des rythmes scolaires parmi les plus éreintant de toute l’Europe.

A travers les débats d’un conseil d’administration de Centre Social, en cette jolie soirée de mois de Mai, la machineriede la communication macronienne se dévoile pour ne laisser transparaître que l’idéal rabougri d’un comptable qui ne pourra pas faire illusion longtemps.

PEUT-ETRE FAUDRAIT-IL EN EFFET UNE GREVE GENERALE DES BENEVOLES afin de contraindre les employeurs du Public à payer le juste prix du « travail » ?

 

plus d'infos : ** Conseil d’écoles non convoqués dans les règles statutaires et éviction de certaines de leurs composantes statutaires, notamment les salariés


Moyenne des avis sur cet article :  4.11/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

82 réactions à cet article    


  • nenecologue nenecologue 5 juin 10:12
    Tout ce que vous demandez arrivera :

    Quand l’état prendra en compte l’intérêt du public.

    Quand certains fonctionnaires accepteront de finir leurs journées à 19 h , comme dans les pays du monde ou l’administration fonctionne. Les principaux visés étant les fonctionnaires territoriaux , les impots et les municipaux.

    Quand le copinage et l’intérêt personnel au détriment du plus grand nombre seront punis.

    Bref , jamais ...


    • Christ Roi Christ Roi 5 juin 11:30

      La ville de Lyon est obligé par l’Etat de dépenser son argent à l’accueil des déportés africains (qu’ils appellent migrants). Elle n’a pas le choix. Elle ne peut pas tout faire et son budget n’est pas illimité. 


    • carnac carnac 5 juin 12:03

      @Christ Roi

      faut-il vous rappeler la Bible ? « ce que vous ferez pour le plus petit d’entre les miens vous le ferez pour moi »
      La Ville de LYON a les moyens de payer un stade de foot sompteux, un musée des Confluences , l’aménagement des quais de Rhône et Saone et pas les quelques heures supplémentaires de travail d’une fête de quartier ....

    • carnac carnac 5 juin 12:09

      @nenecologue

      ben justement un centre social du privé , comme une crêche du public .... ne peut pas fermer avant le départ des derniers enfants donc il ferme précisément vers 19 heures puisque déjà le périscolaire finit à 18H30.... Vous avez à Lyon IV une bibliothèque non stop qui ferme .... à 19 heures  , je ne vous parle pas des hopitaux (ce sont des fonctionnaires aussi) , des éboueurs qui commencent à 3 heures du matin ....

      il faudrait que vous réinitialisiez votre computer .... il date un peu

    • colibri 5 juin 14:54
      @carnac

      « ce que vous ferez pour le plus petit d’entre les miens vous le ferez pour moi »

      Sorti de son contexte ca ne veut rien dire et surtout pas au niveau d’un pays , Jésus n’a jamais dit qu’il fallait laisser entrer toute la misère du monde dans un pays et des gens ingérables aux dépens d’une société .
      Alors ce n’est pas la peine de convoquer la Bible pour des propos qui n’y sont pas .(C’est comme si vous disiez qu’au nom du pardon et de la miséricorde l’église doit tolérer les prêtres pédophiles , ce qu’elle a fait pendant des années , au nom justement d’une fausse interprétation des évangiles )..

      Comme le stipulait St Thomas d’Aquin l’accueil est toujours conditionné au fait de bonne intégration de l’immigré et de la soumission à la société qui le reçoit , et il insiste sur le fait que le nombre ne doit pas être trop important et la population d’accord .
      De même les moines bénédictins reconnus pour leur hospitalité conditionnent leur accueil à l’état d’esprit de ceux qui sont accueillis et qui doivent se conformer aux règles de leurs hôtes sous peine d’être congédiés si ils se montraient vindicatifs ou indiscrets, ils sont même dans l’obligation de lire un texte des Ecritures .

      L’accueil doit toujours être rationnel et conditionné sinon c’est un manque de discernement .


    • carnac carnac 5 juin 15:30

      @colibri


      Pouvez-vous préciser votre référence ST THOMAS D’AQUIN , cela m’intéresse , je ne le connais pas sous cet angle. 

      Ensuite je vous rappelle que la France est très loin d’accueillir « toute la misère du Monde » , par exemple ce sont les turcs qui accueillent le plus de syriens 

      quant à la délinquance .... elle est condamnée en France pour toute personne qui s’y adonne .... que je sache. si l’on en croit les statistiques pénales


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 5 juin 20:14

      @carnac

      La Bible, hélas, ne vous parle jamais des Traités européens, et c’est bien dommage ! Vous apprendriez que Bruxelles exige des économies budgétaires à tous les étages.

      Un stade de foot, ça occupe le temps de cerveau disponible des mougeons, pendant ce temps, ils ne lisent pas les Traités européens....

    • carnac carnac 5 juin 23:07

      @Fifi Brind_acier

      Coucou Fifi toujours le Frexit en tête .... on y arrivera peut être in fine ....

    • mmbbb 6 juin 07:41

      @carnac bien sur j ai ete dans dans logements sociaux dont un rehabilité A Lyon . Il y avait des cas soss au bout d un an les lieux commun etait saccages un grand classique Pres d Auchaun a Caluire un lotissement ausi sociale aux alentours notamment le parking un dépotoir j ai un inventaire a la Prevert Quant a la délinquance , vous êtes naives ou quoi , Certains actes délictueux sont devenus des mains courantes desormais . Quant a la justice, elle est vraiment dissuasive surtout pour les gens solvables qui peuvent etre emmerder. Dans les quartiers a risque dont l etat a depenser des milliards les flics ferment les yeux Commentaire lénifiant d un adpete de la doctrine sociale a Chalot . 


    • mmbbb 6 juin 07:47

      @ Caranc Raisonnement debile J habite pres de Lyon Les ROMS vienennent chier sous la frsque murael des Fraire Lumieres place Dupont Cette fresque sert d urinoir . Prenez les chez vous Il y a dautres pays catho notamment la Pologne refusant ces migrants Les Polonais ont raison Cette migration semble savamment organisée et les couloirs d immigration ainsi que les villes d accueil choisies Du bon travail planifie pendant que la classe moyenne francais est saignee par les impots taxe et autres


    • carnac carnac 6 juin 08:12

      @mmbbb

      Vous parlez d’incivilités que l’on retrouve dans TOUS les quartiers y compris rue de la RE à LYON au petit matin. Ayant déménagé 22 fois à l’âge de 16 ans en suivant je peux vous dire qu’ on est toujours le « cas soc » de quelqu’un à tous les étages de la société et dans tous les contextes urbains ou ruraux . j’en ai fait l’expérience

    • Pimpin 5 juin 10:14

      Tout cela est le résultat d’une politique de gauche qui prend le social comme un objectif à imposer arbitrairement, au motif que le social c’est bien, c’est humain. Du genre vous devez construire x places de logements sociaux sinon gare à vous ! 

      On arrive à saturation. Bientôt l’obligation de faire du bénévolat ?

      Ce que les gens de gauche n’arrivent pas à comprendre c’est que le social ne peut pas être un objectif, c’est une sanction ! c’est le résultat d’une gestion économique désastreuse. Moins l’économie fonctionnera correctement et plus il y aura des besoins sociaux. 
      Surtout si on prétend en plus accueillir (arbitrairement et obligatoirement) toute la misère du monde.

      Le véritable objectif n’est donc pas d’obliger à construire des logements sociaux, mais à mettre en place une économie qui permet aux citoyens de se payer des logements normaux sans intervention de l’état. 
      Cela impose des réglementations qui favorisent la liberté d’entreprendre, une politique qui soutient les entreprises génératrices d’emploi et de richesses à l’intérieur du pays. 
      Mais voilà, pour la gauche, richesses, entreprises, liberté, ce sont des gros mots (bizarrement sauf pour les multinationales, sans doute celles qui financent la gauche) !

      Evidemment on aura toujours besoin d’une part de social, mais qui n’a rien à voir avec la tendance socialiste actuelle.

      • carnac carnac 5 juin 10:27

        @Pimpin 


        Où voyez-vous une « tendance socialiste » dans les décisions gouvernementale actuelles ? moi j’ai du mal à les voir que ce soit pour le logement des handicapés par exemple , la suppression de l’ISF , l’augmentation de la CSG des retraités sans réelle augmentation du net à payer au bénéfice des salariés qui sont rackettés par l’augmentation des frais de transport par exemple (taxe sur le fuel, multiplication par deux du prix de location de vélos à lyon etc etc ...)

        Précisément il serait temps de se rendre compte que le social est RENTABLE par exemple le soutien scolaire assuré par des bénévoles .... on ne peut même faire guère plus rentable que cela et un centre social organise des activités demandées par les habitants avec des pluri financements : les cotisations des adhérents au quotient familial en premier lieu ! 

      • Pimpin 5 juin 11:31

        @carnac J’ai donné en exemple l’obligation pour les municipalités de créer un certain % de logements sociaux. Il y a aussi la répartition imposée des soi-disant réfugiés, l’importance de taxes et d’impôts tout à fait confiscatoire, le poids de l’administration sur les entreprises, etc. Et puis bizarrement vous en citez-vous même, concernant la CSG et les frais de transport. 

        N’oubliez pas ce principe : prendre peu à un très grand nombre de gens est souvent bien plus rentable que beaucoup à très peu de gens.
        L’ISF n’est pas supprimé ! Seuls les biens mobiliers (actions ...) en sont déduits. Avec une bonne intention, faire en sorte que l’argent soit investi dans des entreprises. Sauf qu’en bon socialiste mondialiste il n’a pas compris (ou c’est volontaire) que cet argent allait servir plutôt à faire de la spéculation et à enrichir des multinationales. Il fallait faire l’inverse, taxer la spéculation et exonérer l’immobilier en France.

        Le social rentable par le soutien des bénévoles ? Ben voyons ! effectivement faire travailler des gens gratuitement, c’est rentable ! Que diriez-vous si des entreprises pratiquaient ce genre d’escroquerie ?
        Et puis le social, ce n’est jamais rentable ! c’est une perte d’énergie, une perte d’argent. Je vous ai expliqué pourquoi.
        Moi du bénévolat j’en fais dans une association, et des fois je me demande si les politiques ne nous prennent pas pour des cons ...

      • carnac carnac 5 juin 11:58

        @Pimpin

        vous faites du bénévolat .... et en effet vous pouvez comme moi vous interroger sur le fait de continuer ce bénévolat quand cela a pour effet de concurrencer des emplois qui devraient être salariés. 

        Je m’interroge par exemple sur le fait qu’en mon jeune âge j’étais pupille de la nation et j’avais à l’époque 10 demi-journées de cours GRATUITS payés par l’impôt direct des français .... qui étaient bien moins « riches » qu’aujourd’hui si l’on en croit l’évolution du PIB.

        Aujourd’hui mes petits enfants ont perdu 2 demi-journées d’éducation gratuite et leurs parents doivent payer le périscolaire s’ils veulent assurer leur semaine professionnelle de travail.

        l’éducation pour moi ce n’est pas du « social » c’est la condition d’existence même d’une société. Il faut donc déjà s’entendre sur ce terme absolument FOURRE TOUT qu’est le « social » .

      • Pimpin 5 juin 15:10

        @carnac Effectivement, pour moi le social c’est l’aide aux personnes en difficulté.

        L’éducation nationale, ce n’est pas du social, c’est du service public accessible à tout le monde, riches ou pauvres.

      • Trelawney Trelawney 5 juin 17:00

        @carnac
        vous pouvez comme moi vous interroger sur le fait de continuer ce bénévolat quand cela a pour effet de concurrencer des emplois qui devraient être salariés. 

        Que ce soit bénévolement ou pas, il faut faire les choses qui doivent être faite !
        Je trouve pour ma part scandaleux qu’une municipalité puisse demander à des bénévoles d’exécuter un travail pour l’organisation d’une fête qu’elle a elle même décidé. Elle peut faire appel à la bonne volonté, mais c’est tout.
        J’ai quitté une grosse agglomération (Eurométropole Lille, Courtrai Tournai de plus de 2 millions d’habitants plus qu’à Lyon) pour me retrouver dans un village de 700 habitants.
        Alors que dans une grosse agglomération tout est cadré « organisé » et aucune municipalité ne laisse à des bénévoles le soit d’organiser quoique ce soit. Dans un village c’est entièrement différent.
        Dans cette configuration, les mamans du villages se retrouve à la salle communal pour tous ensemble confectionner des guirlandes en papier crépon pour décorer le village le jour de la fête. L’agriculteur viendra avec ses ballots de pailles pour organiser le stationnement etc etc. On verra l’employer municipale agir comme un maître d’oeuvre et organiser le travail pour tous ces volontaires. Si on ne fait pas comme cela la fête ne se fait pas.
        Dans les grandes villes on débloque un budget et on fait travailler les entreprises. Le citadins qui veut consommer du spectacles ne sera que le témoin de ce spectacle sans en être le participant. C’est d’ailleurs pour cela qu’il préfère habiter une grande ville où il n’a qu’à se servir qu’à la campagne.

        Dernièrement le ministère de la Culture (toujours aussi con ceux là) on fait voter une loi interdisant les spectacles où les acteurs sont bénévoles, car ils concurrencent le travail de vrais acteurs. cela veut dire que de petites troupes d’artistes bénévoles organisant des spectacles « gratuits » n’ont plus le droit d’exister. Cela veut dire aussi que la fameuse cinéscenie du Puy du fou (380 000 spectateurs par an) avec ses 3900 bénévoles n’a plus le droit d’exister non plus

      • carnac carnac 5 juin 18:32

        @Pimpin

        La présence de salariés de l’animation en ville c’est surtout pour des raisons d’organisation de la sécurité .... 10 personnes pour plus de 2000 visiteurs ce n’est pas un luxe et cela ne veut pas dire que les visiteurs soient des « consommateurs » , toutes les associations sont présentes et comme je le fais moi même on cuisine pour fournir de quoi manger , on tient la buvette tout comme dans un village.

      • aimable 5 juin 23:54

        @carnac
        le socialisme chez les riches existe , puisqu’ils aident les moins riches d’entre eux , avec les membres du gouvernement et leurs chefs ils sont dans l’entre soi .


      • carnac carnac 6 juin 07:26

        @aimable

        Je ne crois pas que l’on puisse confondre socialisme et charité. Le socialisme c’est aussi le fait de donner à chacun la possibilité de s’émanciper de sa condition s’il le souhaite par toutes sortes de dispositifs :

        - pour ma part, Pupille de la nation et n’ayant de ce fait pas pu compter sur un soutien familial, j’ai pu faire toute mes études en formation professionnelle continue par exemple. 

        - Elevant seule mes trois fils j’ai pu compter sur une aide financière de la caisse d’allocations familiales qui m’a permis de leur offrir des études de bon niveau si bien qu’ils ont rapidement été intégrés professionnellement ensuite .

        Quand on parle aujourd’hui de réduire les allocations familiales c’est à cela que je pense et quand l’augmentation de la CSG sur ma retraite représente 600 euros par an , je sais bien que cela ne profite nullement aux salariés mais bien à la réduction de l’ISF des plus fortunés de nos concitoyens.

         Personnellement c’est une somme que j’aurais volontiers donnée pour une allocation de chomage universelle c’est à dire ouverte à tous les français qui ont participé à la richesse nationale quel que soit leurs statuts : entrepreneurs , indépendants ou salariés

        un tel dispositif aurait été évidemment protecteur pour mes enfants et petits enfants. 

        Mais MACRON applique le programme des personnes qui ont financé sa campagne électorale c’est à dire un programme réactionnaire qui va par moment jusqu’une sorte de revanche sociale. La revanche de quoi ? de quoiont-ils souffert pour réagir ainsi ?

        Pour moi nos gouvernants représentent le VIEUX MONDE , les générations montantes ont d’autres vues et je les encourage du mieux que je peux


      • sweach 5 juin 11:24

        A dire vrai plus personne ne sait ce que veut dire être « social »


        Quand on entend « Il y a trop de social en France ! », c’est forcement qu’il y a un problème.
        En réalité les gens sont de plus en plus égoïste et individualiste, donc le social est plutôt en train de mourir.

        Malheureusement le social souffre dans notre société, la faute en revient à l’image d’assistanat qu’on veut lui coller, qui pourtant est à des années lumière des abus des nanties.

        Au lieu de dénoncer les injustes, les gens préfère se réfugier dans l’égoïsme, chacun pour sa gueule.

        Hors je réalise que autour de moi, il y a des quartiers dans des villes dont je n’ai pas les moyens d’aller, il y a des écoles, des études que je n’ai pas les moyens de faire, il y des soins médicaux, dentaire dont je n’ai pas les moyen de me payer.

        Pourquoi ???? pourtant je travail, j’ai un salaire et une vie normal, pourquoi je ne peu pas avoir un logement ou je le souhaite ? que mes enfants puissent s’inscrire à Sciences-Po ? que je puisse avoir des implants dentaires ?

        Plus on dénoncera le « trop de social » et plus on aura d’inégalité, on se tire tous une balle dans le pied.

        Que le luxe ne soit pas accessible, je peu le comprendre, mais on devrait tous avoir les même droit et même traitement face à notre société sans imposer de sélection par l’argent, hors c’est vers quoi en va.

        • foufouille foufouille 5 juin 12:28

          @sweach

          "Pourquoi ???? pourtant je travail, j’ai un salaire et une vie normal, pourquoi je ne peu pas avoir un logement ou je le souhaite ? que mes enfants puissent s’inscrire à Sciences-Po ? que je puisse avoir des implants dentaires ?« 
          le prix de vente des logements est libre donc le loyer le sera aussi. comme tout le privé.
          certaines études sont pour »l’élite".



        • Konyl Konyl 5 juin 15:25

          @sweach
          « Pourquoi ???? pourtant je travail, j’ai un salaire et une vie normal, pourquoi je ne peu pas avoir un logement ou je le souhaite ? »

          Et bien si vous aviez moins de revenu vous pourriez prétendre à un logement social en plein Paris.


        • foufouille foufouille 5 juin 15:28

          @Konyl

          je doute que les HLM soient nombreux en plein paris ................


        • sweach 5 juin 17:29

          @foufouille

          le prix de vente des logements est libre donc le loyer le sera aussi. comme tout le privé.
          certaines études sont pour »l’élite".
          Ce n’est pas parce que c’est comme ça que c’est normal et qu’on doit tous l’admettre en baissant la tête.

          Le principe du social c’est justement de faire une concurrence déloyal, pour empêcher l’injustice et la sélection par l’argent.

          Aujourd’hui certain quartier très demandé se vide de ses habitants, les propriétaires préfèrent louer à la nuité ou bien garder leur logement vide pour que celui à coté reste à un tarif élevé.

          La liberté des prix dans les fait est une catastrophe pour tout le monde.

          Ce que ne comprennent pas ces idiots qui dénoncent le social, c’est que toutes ces aident sont directement injecté dans l’économie, donne 500€ à un pauvre il va les dépenser car il en a besoin.
          Donne 500€ à un riche il va les cacher.

        • Konyl Konyl 6 juin 08:32

          @foufouille
          Et bien allez faire un tour sur le site de la RIVP et des HLMs de Paris, je ne dis pas que vous aurez une place rapidement, c’est certain. Après pour la RIVP, c’est très « les copains d’abords ».

          http://www.leparisien.fr/paris-75/paris-dans-ces-hlm-rue-de-richelieu-c-est-la-vie-de-chateau-20-04-2017-6871671.php

          Exemple caricatural mais bien réel.


        • foufouille foufouille 6 juin 09:18

          @Konyl

          ce ne sont pas des vrais H Loyer Modérés mais des logements pour fonctionnaires bien payés ou des élus.
          c’est quand même payé par le con-tribuable.


        • Konyl Konyl 6 juin 10:58

          @foufouille
          https://www.paris.fr/services-et-infos-pratiques/logement/logement-social/demander-un-logement-social-37

          Les loyers et l’accessibilité sont en fonction des revenue, alors c’est certain, c’est plus cher que dans la creuse... mais ça reste bien moins cher que le privé. 850 euros pour 63m² c’est planché !


        • foufouille foufouille 6 juin 17:35

          @Konyl

          un peu cher pour un smicard ............


        • sweach 7 juin 10:36

          @foufouille

          *un peu cher pour un smicard ............*

          Il est idiot de regarder toujours les cas extrême, comparer le prix de l’immobilier au salaire médian est bien plus pertinent.

          En 2016, le salaire net médian est de 1 772 euros par mois.

          Pour une famille en France 91 m2 est la surface moyenne du logement.

          Donc pour un couple qui consacre 33% de son budget pour le logement, il faut compter 1169 euro par moi pour 91 M2, soit un prix du M2 a presque 13 euros

          Donc 850 euros pour 63m², c’est les prix pratiqué, après cela devient hors de prix voir totalement indécent quand la barre des 13 euros le m2 est franchie.

        • colibri 5 juin 11:32
          Et vous êtes étonné ?
          le système des aides est en train d’exploser ,
          l’Etat n’a plus les moyens de gérer le social et ca ne fait que commencer ..
          N’avez vous pas vu la chute du communisme ou tout était centralisé et les citoyens tous à égalité ?

          Pimpin a entièrement raison , il faut voir la réalité en face et non croire à des idéologies et faire du social sans se préoccuper d’où vient l’argent et le social en est une .Il n’y a pas de trésor caché ou l’état peut piocher indéfiniment .

          L’état est très mauvais employeur et gestionnaire , on l’a vu , le social est un tonneau des Danaïdes .

          La gestion du social par un Etat qui centralise pour ensuite redistribuer est un phénomène très récent historiquement .

          Pendant des siècles la solidarité était avant tout familiale ,puis au niveau de chaque village, les employeurs d’antan prenaient soin des gens qui travaillaient pour eux et payaient leurs soins , l’Eglise avait une fonction d’aide sociale importante , elle s’occupait de l’éducation , des hôpitaux , prenaient en charge les pauvres , gérait les centres de soins ou les indigents étaient soignés gratuitement comme dans les Hospices de Beaune. 


          Puis la révolution est passée par là , avec la destruction petit à petit de la famille donc de la solidarité personnelle qui de familiale et proche est devenue nationale , centralisée et impersonnelle :des aides qui se sont multipliées au fil du temps au point d’en faire un patchwork très compliqué auquel plus personne ne comprend rien , générant des abus car grâce à ce salaire national il suffit maintenant de naître pour être assisté par l’Etat jusqu’à la mort , ce qui attire bien évidemment tous les gens des pays étrangers qui imaginent qu’ils auront une vie matérielle plus agréable que chez eux .

          Le système ne peut qu’exploser avec d’un coté une demande sociale de plus en plus importante , de l’autre des citoyens générateurs de richesse de moins en moins nombreux , car trop ponctionnés.

          • carnac carnac 5 juin 11:47

            @colibri

            Je vous invite à écouter pour votre information l’émission de france culture sur le budget social vous y apprendrez que 80% de la dépense dîte « sociale » c’est le budget de la santé : vous avez dû sûrement prendre à un moment ou un autre des médicaments et le budget du retraité que vous serez un jour .... donc si on doit vraiment faire des efforts c’est sur ces deux points c’est plus efficace que sur les 20% restant . Il faut donc s’assurer que la très modeste somme restante soit bien orientée . https://www.franceculture.fr/emissions/lesprit-public/faut-il-poser-la-question-de-lefficacite-des-aides-sociales

          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 5 juin 20:27

            @colibri

            Le modèle social français solidaire a été mis en place à la Libération, dans un pays économiquement dévasté, et on n’aurait pas les moyens aujourd’hui de le faire fonctionner ??

            Cherchez donc des ressources du côté des paradis fiscaux, du CICE qui a créé 0 emploi, et des 173 milliards de niches fiscales aux entreprises chaque année, je suis sûre que vous allez trouver de quoi financer le social... !!

            Rester dans l’ Europe, c’est le libéralisme, qu’il soit appliqué par la Gôooche ou par la Drouate, on socialise les pertes et on privatise les profits.
            C’est Robin des Bois à l’envers, on prend aux pauvres pour enrichir les riches.

          • Yaurrick Yaurrick 5 juin 22:52

            @Fifi Brind_acier

            Quelques rappels :
            - 57% du PIB mangé par l’état (n°2 mondial)
            - 45% de prélèvement obligatoires hors impôts (n°1 mondial)
            - code du travail de 3500 pages, SMIC qui enferme les moins productifs dans le chômage
            - Marché du logement archi-verrouillé, des numerus clausus en pagaille, ce qui crée des pénuries de logements, de services.
            Bref de brillantes idées bien interventionnistes et étatistes, qui au passage ne sont pas le fait de l’Europe comme vous voulez le faire croire.

            La conséquence est que les citoyens et entreprises se font littéralement tondre et en ont marre, pas étonnant qu’on arrive pas à créer des emplois et de la richesse, pire on crée un cercle vicieux de trappe à pauvreté.

            Et vous voudriez qu’on continue ce délire ? Alors qu’il faut au contraire remettre un état fort mais limité au fonctions régaliennes, à l’opposé de l’état obèse qu’on a... Bref un état au vrai sens libéral , pas ce qu’on essaie de faire passer pour du libéralisme.

          • carnac carnac 5 juin 23:12

            @Fifi Brind_acier

            parfaitement d’accord ..... le CICE c’était à en croire Gattaz Fils 1 million d’emplois .... on les cherche toujours .... Gattaz Père avait fait le même coup .... à toute les générations on ressort cette méthode qui n’a jamais marché .... 

          • carnac carnac 6 juin 07:50

            @Yaurrick

            CODE DU TRAVAIL
            si vous enlevez les « dérogations » demandées à grands cris par le patronat vous avez un code du travail qui fait moins de mille pages avec lois et décrets : je le sais puisque j’ai été 17 ans conseillère prud’homale et Présidente de conseil des prud’hommes . DONC ARGUMENT DE MAUVAISE FOI.


            Au quatrième trimestre 2017, le secteur du logement confirme globalement son dynamisme des trimestres précédents. Les autorisations sont à un niveau proche de celui de la fin 2016 et les mises en chantier progressent nettement (+ 8,7 %). En revanche, les mises en ventes des promoteurs immobiliers à destination des particuliers s’inscrivent en forte baisse sur un an (- 13,2 %), mais le repli est nettement moins prononcé pour les réservations (- 3,8 %) qui restent à un niveau élevé. Dans l’ancien, les transactions atteignent un niveau record et les prix accélèrent à + 3,9 % sur un an. Parallèlement, les taux d’intérêt sont stables à un niveau bas, de même que ceux des OAT.

            PRELEVEMENTS OBLIGATOIRES
            45% de prélèvements obligatoires c’est la contrepartie de SERVICES : après on peut discuter du niveau des services que l’on souhaite mais de toutes manières que je sache vous prendrez un jour des médicaments et vous serez si vous êtes gravement malade accueilli dans un hopital grace à la sécurité sociale vous n’aurez pas le prix réel d’une intervention à payer .

            IMPOT
            57% DU PIB MANGE PAR L’ETAT voilà une observation développée sur BOURSORAMA : là encore si on cumule les choux et les raves on ne va pas s’en sortir une partie de cette somme ce sont des services communs assurés par des fonctionnaires d’Etat comme l’éducation, l’hopital public , l’armée , la gendarmerie  : lorsque j’étais enfant j’avais droit à 5 jours de classe , aujourd’hui la Fance est plus riche qu’elle n’était alors et mes petits enfants ont droit à 4 jours de classe pour bien plus de matières à apprendre . dans mon enfance l’informatique n’existait pas. 

          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 6 juin 07:50

            @Yaurrick

            Et oui, dans le système mondialisé que vous affectionnez, il faut aligner les conditions de vie des Français avec celles de la Roumanie ou du Bangladesh...
            Pourquoi n’allez-vous pas vivre dans ces merveilleux pays ??


          • Yaurrick Yaurrick 6 juin 11:23

            @carnac

            - Code du travail : dans un petit pays voisin, il y a un code du travail de moins de 100 pages, bien plus de flexibilité, pas de salaire mini imposé de force : bref on laisse les parties prenantes libres et responsables . Conséquence, un chômage quasi nul, des salaires bien plus élevés, le tout avec beaucoup de frontaliers venant y travailler. Bref loin de la vision de Zola que certains voudraient faire croire en l’absence de code du travail..

            - Marché du logement : heureusement qu’il y a un peu de constructions dans des villes, mais pas assez pour faire tomber le prix de l’immobilier . Les lois SRU, la réglementation du marché locatif et autres « subventions » apportent plus de contraintes qu’autre chose. Essayez de louer ou d’acheter un bien sans de solides garanties, vous constaterez que le marché du logement est bel et bien artificiellement restreint au profit des insiders.

            -Prélèvement obligatoires : une contrepartie de services oui, mais absolument aucun moyen de pouvoir arbitrer la qualité voire simplement la nécessité des dits services.. .Et désolé de vous le dire, la France est malheureusement loin du compte en terme de rapport qualité prix.
            Expliquez moi pourquoi on ne laisse pas les citoyens libres de choisir, nous avons le choix de nos assurances auto, maison, en vertu de quoi nous ne pourrions pas nous assurer sur la santé ? Et si j’estime ne pas avoir besoin d’une assurance chômage, ça ne regarde que moi, pas vous.

            -Impôts : les fonctions régaliennes (police, justice, armée), c’est de l’ordre de 5 à 10% du PIB.
            La France c’est 15% des dépenses sociales mondiales pour 1% de la population : on devrait être dans un eden avec toutes ces dépenses, sauf que ce n’est pas le cas, il y a un gaspillage monstre.
            C’est Marx (qu’on ne pouvait pas assimiler à un capitaliste et à un libéral) qui disait qu’au delà de 500000 fonctionnaires, on était dans une bureaucratie qui maintenait les citoyens sous la dépendance forcée de l’état. Je vous laisse imaginer ce qu’il en est avec 5.7 millions de fonctionnaires.
            Quant à l’éducation, le classement PISA montre une dégringolade monstrueuse, et l’EdNat ressemble plus à une machine à exclure plutôt qu’à créer des jeunes aptes à travailler.

            @Fifi
            Encore une fois, le petit pays à coté (la Suisse) tire largement parti de la mondialisation, il est très largement ouvert au commerce international .
            La différence avec la France, c’est qu’ils comprennent quelque chose à l’économie.

            Sur 148 pays la France est classée à la :

            - 130ème place pour le poids global des réglementations.

            - 134ème pour les prélèvements obligatoires.

            - 144ème pour les règles trop strictes encadrant les licenciements.

            - 137ème pour les réglementations liées au fait d’entreprendre.

            - 135ème pour les relations conflictuelles entre entrepreneurs et salariés

            - 137ème pour la fiscalité défavorable à l’investissement privé,

            - 117ème pour la flexibilité.

            - 134ème pour le taux d’imposition en pourcentage des profits,

            - 127ème pour les incitations fiscales à travailler
            La Suisse est systématiquement dans les 10 premiers, c’est la liberté économique qui apporte la prospérité, et ça ce sont des faits. Mais continuez de vous bercer de douces illusions tant que vous voudrez et chercher tous les boucs émissaires que vous voulez...


          • carnac carnac 6 juin 13:36

            @Yaurrick
            Je connais un peu la Suisse dans la mesure où l’un de mes beaux-fils y travaille .... il faut y vivre pour voir comment cela fonctionne réellement 


            Les Suisse entretiennent un ghetto de riches grâce au prix de l’immobilier , au prix exhorbitant de n’importe quel repas et même d’un simple café au comptoir.

            Il se trouve que ce jeune est suffisamment talentueux pour faire des remplacements de tromboniste à l’orchestre de la Suisse Romande mais il n’y sera jamais intégré parce qu’il n’est pas Suisse . Déjà pour ses études à Genève c’est parce qu’un qu’un Suisse, qui pourtant avait été classé au concours après lui, s’est désisté qu’il a pu intégrer l’école des hautes études musicales.

            Les transfrontaliers français sont considérés comme leur main d’oeuvre immigrée à eux .... tayable et corvéable à merci et servent surtout à faire baisser les salaires des salariés Suisse , ... ce qui leur vaut un mépris appuyé de leurs collègues dans les entreprises

            Paradis fiscal au coeur de l’Europe comme le Luxembourg, avec les scandales qui vont avecle mécénat y est roi .... ainsi la charité veut que l’on invite les musiciens pour les soirées de gala à venir manger des petits toasts .... 

            Ce n’est pas précisément ce que j’appelle un pays ouvert ..... c’est le disneyland de la finance mondiale.

            Seul le système républicain m’intéresse notamment les « votations » ainsi que de très belles ONG comme la croix rouge.

            En plus vous avez des rivalités au sein du pays entre le pays Genevois et les autres vallées .... au moins aussi rudes qu’entre l’Allemagne et la Grèce .

            Vous devriez y aller vivre .....

          • Yaurrick Yaurrick 6 juin 15:33

            @carnac

            Vous savez, les ghettos ça existe aussi en France, là dessus on a n’a pas de leçon à donner : les zones de non-droits, d’exclusion sont malheureusement une réalité chez nous.

            Il est vrai que les transfrontaliers sont parfois mal considérés, mais n’oubliez pas que la Suisse accueille bien plus d’étrangers en proportion que la France, le tout avec bien moins de chômage.
            On peut aussi rappeler que les français sont mal vus dans un nombre important de pays, car nous nous considérons comme supérieurs et prétendons donner des leçons aux autres alors que nous ne sommes pas en mesure de le faire.

            Je ne dirais pas que la Suisse est un paradis fiscal, je dirais que c’est la France qui est un enfer fiscal. Et comme un malheur n’arrive jamais seul il n’y aucune stabilité fiscale en France : on passe notre temps à inventer et modifier la législation.

            Sur le système de votations et des ONG, je suis parfaitement d’accord vous. Ce qu’il faut comprendre, c’est que les Suisses sont bien plus attachés aux libertés et responsabilités que nous.

            Je ne suis pas surpris que vous me disiez qu’il y a des rivalités ... Le canton de Genève est beaucoup plus proche de la mentalité française (je parle de la tendance au collectivisme) comme le canton de Vaud ; rien d’étonnant par rapport à ce que j’énonçais plus haut.

            Je ne prétends pas que la Suisse est le paradis, mais comparé à la France, je pense qu’on aurait bien des choses à apprendre de la Suisse.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès