• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Ils vivent dans un autre monde...
#4 des Tendances

Ils vivent dans un autre monde...

Mon métier d'enseignante m'amène à côtoyer, tous les jours, des adolescentes et des adolescents... Et, j'en prends conscience, de plus en plus : ces jeunes vivent dans un autre monde que le mien...

 

Je suis consternée, souvent, par leurs comportements : ils n'ont, même plus, la capacité d'écouter, de se concentrer en classe : la simple écoute leur demande des efforts surhumains.

 

Certains n'ont pas la volonté de prendre le cours, de s'intéresser aux textes étudiés en classe, certains s'accordent le droit de bavarder, comme si c'était une preuve de sociabilité.

 

Certains vivent dans le paraître permanent : montres voyantes, tenues provocantes, certains se croient dans un salon de coiffure, se recoiffent, s'observent dans un miroir, ont l'oeil rivé sur leur portable...

 

Oui, ces adolescents vivent dans un autre monde : celui des apparences, du rire, de l'irrespect, de l'indifférence au travail des autres.

 

Leur monde n'est pas le mien : cernés par les écrans, par internet, ils semblent obnubilés par les images et ils en oublient, parfois, la véritable réflexion qui exige recherches et attention.

 

On perçoit, parfois, un manque de pudeur dans le comportement : ce sont des baisers très appuyés dans les couloirs du lycée, des attitudes provocantes...

 

Quels exemples ont-ils sous les yeux ? Sur internet, toutes sortes de sites douteux leur sont accessibles : pornographie, sexualité étalée, photos dégradantes...

La valeur travail existe-t-elle pour eux ? On peut en douter, au vu de leur paresse, du laisser-aller dont ils font preuve...

 

Certains se permettent même de renverser les valeurs, de mettre en cause le comportement de l'enseignant, de l'accuser d'être insultant, alors qu'eux mêmes bafouent les règles élémentaires du savoir-vivre...

 

Soutenus par leurs parents qui voient en eux de petits anges, les adolescents d'aujourd'hui semblent avoir tous les droits et toutes les excuses pour mentir, sécher les cours, ne pas faire leur travail !

 

Mais vers quel univers de laxisme les pousse-t-on ? Est-ce rendre service à ces adolescents que de tout leur pardonner, de tout leur offrir sur un plateau ?

 

Pour ma part, je considère que ces adolescents doivent être recadrés : je n'hésite plus à sanctionner, exclure, chaque fois que les bornes sont dépassées...

Mais, pour autant, même les sanctions ne semblent pas les émouvoir ou les impressionner : ils semblent indifférents et même, parfois, fiers de la punition qui les a frappés.

 

Face à ces extra-terrestres, je me sens, quelque peu, démunie : confrontée à des problèmes de drogue, de laisser-aller, de refus de la discipline, j'essaie de survivre... et d'inculquer des règles de conduite à des jeunes qui semblent avoir perdu leurs repères.

 

Oui, ces adolescents vivent dans un monde qui n'est pas le mien : je m'inquiète de leur insouciance, de leur inconscience.

 

Leur monde est celui de l'argent, des apparences, et aussi, celui du refus de la culture qui est, pourtant, si utile et indispensable : j'essaie de leur en montrer l'importance, mais j'ai souvent l'impression de ne pouvoir les atteindre...

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/article-ils-vivent-dans-un-autre-monde-123791137.html

 

Documents joints à cet article

Ils vivent dans un autre monde...

Moyenne des avis sur cet article :  3.48/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

200 réactions à cet article    


  • Elles voulaient faire des bébés toute seules,.....


    • rosemar rosemar 16 mai 11:37

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      C’est une explication ? Croyez-vous ?

    • @rosemar

      A cent pour cent,....

    • @rosemar


      un prof ne peut relayer l’absence de règles, de surmoi, d’amour du savoir (bref, le rôle du père). Les mères toujours à courir partout, jettant leur moufflet le matin en quatrième vitesse dans une crèche. Vite au boulot : faut assurer, si le père est parfois présent, il est le plus souvent au chômage. Faut assurer (femmes des années 80,..bla bla bla). Les hommes au foyer cela dure un temps, mais comme il finissent par se sentir castrés puisqu’il n’ont plus aucune reconnaissance, cela se termine en bouteille de bière devant un match de foot. Ou alors, il se barre. Mais comme leur compte en banque est souvent proche de zéro, le scénario se répète à l’infine. La femme veut bien de lui,...futur géniteur en vue. Excusez-moi , mais les femmes ne sont pas plus malines que les hommes. Normal, elles finissent par leur ressembler ;

    • rosemar rosemar 16 mai 11:50

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Non... C’est une crise de nos sociétés où règnent l’argent, les apparences...

    • @rosemar

      vous reconnaissez-vous dans ce portrait ?? Je sais, toutes mes copines sont dans ce genre de cas. Mais c’est Mon point de vue et nous sommes dans l’échange. Notez, l’argent et le capitalisme est aussi cause des destruction d’emplois valorisants. Si vous avez l’occasion de lire le livre sur la Forge de Lourmarin. TOUT y est,.....

    • @rosemar


      Enseignante vous auriez-dû lire : https://fr.wikipedia.org/wiki/Alexander_Mitscherlich. La société sans pères,...et repères. IL avait tout imaginé.....

    • geedorah geedorah 16 mai 18:12

      @rosemar

      encore plus simple que ça
      LA SUPERFICIALITÉ
      mais tout n’est pas perdu, en grandissant certains se rattrapent ;) la positive attitude ^^)

    • jjwaDal jjwaDal 16 mai 21:50

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      A 100% sûrement pas. Bernard Stiegler aurait une autre opinion sur le sujet non exclusive de la vôtre mais assurément décrivant une partie de la réponse à savoir que nous passons tellement de temps en interactions avec les machines (eux surtout) que l’échange intergénérationnel se trouve réduit à pas grand chose. L’internet, la TV, les jeux en lignes, facebook, la liste est tellement longue de leurs addictions qu’ils développent des inaptitudes sociales et de travail qui se voient.
      Pourquoi chercher, pourquoi mémoriser ? Google est là. Pourquoi respecter quand la vulgarité et l’irrespect sont en tête de gondole sur tous les grands médias, etc...
      Mais une part de l’explication je le crois.


    • @jjwaDal


      je ne peux m’empêcher au cas flagrant de ma dentiste. Elle a fait des études très poussées pour atteindre son niveau. Son cabinet est un petit bijou d’inventité et quand je lui demande des nouvelles de sa fille que je connais un peu, les études qu’elle a poursuivi. Silence. Oh, elle a bientôt trente ans, elle ne sait toujours ce qu’elle veut faire dans la vie, mais comme pour se rattraper : elle a de nombreuses amies. Comme je connais aussi un peu le père. Je crois avoir compris le problème. Mais bon, le reste relève de la vie privée,.... 

    • V_Parlier V_Parlier 16 mai 23:02

      @rosemar

      Pas que l’argent (ou plutôt : l’envie d’argent facile). C’est un mode de vie promu aussi par la gauche sociétale et anticonservatrice, aussi bien qu’à présent par les libéraux. Cette capacité à se comporter en parasite insouciant et incapable s’appelle aujourd’hui : « Adhérer aux valeurs européennes ». Quand un article de journal vous parle d’un projet de révolution à la con quelque part, on vous annonce tout de suite la couleur : Les « valeurs européennes », c’est le droit de fumer du shit, de s’exhiber, de faire des gays prides, de soumettre les lois du pays aux intérêts LGBT et de promouvoir la techno-béatitude (et non pas le savoir scientifique) sensée nous rendre plus intelligents, comme vous pouvez le constater. On fait croire aux écoliers que ce qu’ils font c’est du travail... Le choc une fois arrivé sur un marché de l’emploi complètement bouché (grand bonheur de la mondialisation heureuse), je ne vous dis pas...


    • picpic 17 mai 09:39
      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Vous pointez du doigt un aspect, mais il faut creuser plus profondément.
      Toute la société capitaliste est axée par une énergie féminine qui dévore la virilité.
      observé bien les réseaux sociaux, tout ce qu’on y fait, est purement de l’ordre de l’énergie féminine (coquetterie, émotionnelle, gosse, recette de cuisine). même les hommes s’y mettent.
      entendons nous bien je parle d’énergie féminine et pas de « femme » en tant que tel.

      mais pour précision, une femme avec une énergie féminine trop prononcée est une bimbo insupportable et un homme avec trop de masculin est un beauf complètement con et tous sont des gros deux calculateur immoraux.
      on peut aussi parlé de yin et de yang.

      la société devient donc une bimbo insupportable (féministe, dans le mauvais sens, castratrice ) imbu d’elle même qui ne veut pas qu’on touche à ses enfants et qui n’interagit qu’au travers de l’émotionnel.

      c’est la destruction de la virilité qui a pour corolaire le manque du père dans les foyer.
      car un père peut être présent dans un foyer et le problème sera le même, puisqu’il se féminise...il manquera l’énergie masculine viril qui cadrera l’éducation de l’enfant.

      Un bon coup de pied au cul ou une beigne bien velue derrière la tête, voilà ce que mériterait ces gamins dans ces classes !
      mais on ne peut pas le dire ou même le penser, car la bimbo va nous faire sa crise d’hystérie !




    • @picpic


      Je suis à sans pourcent d’accord avec vous. Mais en numérologie je suis très Yang. Le féminin intégrant le paternel : ATHENA. J’ai quelques côté hystérique dans mon côté comédienne, mais c’est tout. J’ai un peu enseigné et savais parfaitement tenir ma classe de barakis. Rosemar est trop YIN.

    • chocolatine chocolatine 18 mai 23:53

      @jjwaDal
      c’est vrai, internet créé l’impression d’une connaissance encyclopédique,mais il créé en méme temps

      une vision fragmentée de la réalité, qui s’étire en tous les sens
      il faut avoir une possession physique réélle des supports d’apprentissage, il n y a plus d’objets qui construisent ,il y a l’éther, le« cloud » ,le nuage ou tout s’évapore,sans consistance !

    • Alren Alren 20 mai 12:56

      @rosemar

      C’est une catégorie seulement des adolescents qui sont aussi détestables en classe malheureusement souvent regroupés dans le même établissement selon des critères de classe sociale !

      Car par ailleurs jamais les bibliothèques n’ont été aussi fréquentées, jamais autant de jeunes ont pratiqué un instrument de musique, par exemple, les facs sont pleines et trop petites pour accueillir tous ceux qui ont le droit théorique d’y entrer.

      À ce propos l’échec important que l’on constate la première année est due, de mon point de vue, autant à la pédagogie hautaine et indifférente de certains profs de facs, qu’à la structure même de l’enseignement par immenses amphis : on dirait que l’université fait tout pour diminuer ses effectifs !

      Les profs de TD pédagogues constatent tous une forte adhésion des étudiants à leur enseignement. D’autre part les programmes de sciences laissent la part trop belles aux mathématiques qui ne sont pas directement utiles à la matière qu’à choisie l’étudiant.

      Quand les auteurs de programmes comprendront-ils que la recherche mathématique pure dont les retombées sont enseignées jusque dans les lycées ( les fameuses « maths modernes » directement issues du groupe de théoriciens formalistes« Bourbaki ») et n’intéressent qu’une très faible minorité des cerveaux humains ?

      En sciences, le premier semestre de la première année devrait être consacré à une sorte de révision des connaissances acquises au lycée afin de réaliser une sorte de continuité, après les longues vacances qui ont précédé avec les connaissances plus ardues à comprendre et maîtriser qui caractérisent le haut niveau des universités françaises. (Quoi qu’on en dise !)

      Je vois une explication de l’attitude d’adolescents détestables dans la forte proportion de chômeurs dans leur famille. À quoi ça sert de travailler à l’école si comme son père ou son grand frère, malgré une réelle qualification, on reste sur le sable ?

      L’enseignant apparaît comme de l’autre côté de la barrière sociale, un privilégié qui est assuré d’avoir un bon salaire sa vie active durant et une bonne retraite ensuite.

      La littérature, le latin sont des enseignements de « bourgeois », superfétatoires devant cette perspective inquiétante : trouver du travail, un travail non précaire, bien payé et motivant.

      Par ailleurs l’adolescence est une période où chacun se doit d’affirmer une personnalité propre même si cela en incite certains à suivre et admirer des modèles de leur âge et former des groupes où il est indispensable d’être en opposition systématique avec le « système » incarné en premier par le lycée, mais aussi par la famille, les contrôles (port du casque pour les deux roues par exemple) et de manière générale les obligations sociales, les contraintes de toutes sortes.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 mai 19:47

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      La fin des repères a été sciemment organisée par le marketing et les publicitaires, utilisant la psychanalyse, pour booster les achats. Cela a commencé en France en Mai 68 : « Il est interdit d’interdire » = laissez aller vos instincts, vos pulsions, faites ce que vous avez envie de faire, liberté, achetez, jetez, tout doit être facile etc 

      « Il est interdit d’interdire », on ne peut dire plus clairement qu’il ne faut plus d’interdits, plus de limites aux pulsions et aux envies. Créer une autre réalité et occuper le temps de cerveau disponible sont devenus la base du monde virtuel du marketing marchand, mais aussi politique. Ce sont nos cerveaux qui les intéressent. « PSYWAR - La guerre psychologique »






    • @Fifi Brind_acier


      Je vous conseille alors deux auteurs : Denis Duclos qui parle bien du neveu de Bernays avec lequel il ne s’entendait guère (la cité perverse-https://fr.wikipedia.org/wiki/Denis_Duclos). Marcuse avait aussi vu clair. 

    • Rajoutons Wilhem Reich, pour le côté libertaire (Freud ou Reich de Janine Chasseguet-Smirgel). 


    • arioul arioul 16 mai 10:47

      Non leurs monde c’est la perspective du chomage , d’aucune vision de bonheur ou de valeurs futures . Leur monde c’est la chute de l’empire romain. Triste avenir que le leur.


      • rosemar rosemar 16 mai 12:12

        @arioul

        C’est certain : notre monde est en perte de valeurs, c’est pourquoi, la culture doit être remise à l’honneur : elle est un facteur essentiel d’émancipation.

      • HELIOS HELIOS 16 mai 16:29

        @rosemar


        Apres l’enfant roi ... ne croyez pas, la culture n’a plus rien a voir, nous sommes simplement a l’etape 2/3 (2 sur 3)...
        La troisieme étape sera la reprise en main par le « spirituel », pas necessairement celui que vous imaginez en lisant ceci, c’est a dire en rigolant, mais le spirituel qui enferme les esprits.

        Lorsque la periode des calins sera terminée, reviendra celle des coups de pied au cul. et pour que cela soit impossible on vous prépare déja l’interdiiction de la violence parentale où gifle et fessée vous enverrons VOUS, en taule alors que leur incivilité et leur manque d’education, celle que vous n’avez pas su leur donner, révelera son absence.

        Une nouvelle ère pour la résurrection des talibans arrive a grand pas.




      • yahourtnature 16 mai 19:29

        @arioul A cet âge-là, on ne pense pas trop à son avenir, encore moins au chômage...


      • arioul arioul 16 mai 19:31

        @yahourtnature
        Ils le perçoivent indirectement que le monde part en couille.


      • yahourtnature 16 mai 19:55

        @arioul je ne sais pas trop, beaucoup d’adultes n’ont déjà pas conscience d’un effondrement qui peut être très prochain, alors les ados... 





      • Le421 Le421 16 mai 21:03

        @arioul
        Encore une fois, je me demande si vous n’avez pas raison.
        On leur a, de fait, cassé tout espoir.
        Alors que nous, du temps où on pouvait encore faire les cons, on avait envie de tout !!


      • V_Parlier V_Parlier 16 mai 23:07

        @arioul

        "Non leurs monde c’est la perspective du chomage , d’aucune vision de bonheur ou de valeurs futures . Leur monde c’est la chute de l’empire romain. Triste avenir que le leur."
        -> Oui mais ils ne le savent pas encore. Pour l’instant ils s’imaginent que ça va durer comme ça, en faisant semblant de travailler comme à l’école, casé dans un coin chaud. Ca a existé, mais aujourd’hui ça n’existe plus que pour les pistonnés. Pour les autres ça va être en effet très très dur, quand on voit déjà comment sont traités les actifs d’aujourd’hui. C’est tout le paradoxe de la situation qui promet de belles catastrophes.

      • arioul arioul 16 mai 23:19

        @V_Parlier
        Vous avez raison sur l’avenir il va etre très dur. Mais meme s’ils sont insouciants ils voient autour d’eux des familles monoparentales qui en chient , des copains qui ont le père ou la mère au chomage , ils en parlent entre eux , et ils voient bien que les choses tournent mal.


      • chocolatine chocolatine 18 mai 23:55

        @arioul
        ils sont « légion » dans leur empire vide de sens auquel ils sont aliénés


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 mai 19:58

        @rosemar

        la culture doit être remise à l’honneur : elle est un facteur essentiel d’émancipation.

        C’est surtout leur seul capital disponible, pour tous ceux qui ne vont pas hériter d’une entreprise ! Mais les médias et la publicité pèsent bien plus lourd que les enseignants, hélas. Ils passent leur temps à mettre en avant des « people » qui ont échoué dans leurs études, mais ont réussi à la télé, au cinéma, dans la chanson etc.

        Tous ces faux-culs de l’ignorance programmée, mettent sans doute leurs propres enfants dans des écoles privées réputées et triées sur le volet, non ?

      • chocolatine chocolatine 20 mai 23:52

        @HELIOS
        effectivement la spiritualité décline !


      • Zip_N 16 mai 10:56

        Pourquoi vous leur proposez pas les jeux vidéo ? si vous leur parlez comme ici et vous leur montrez rien, vous devriez comprendre leur somnolence.


        • rosemar rosemar 16 mai 11:38

          @Zip_N

          Les profs sont responsables de toutes les dérives de la société, c’est bien connu...

        • Zip_N 16 mai 12:28

          @rosemar

          Exact ! les majeurs sont responsable ! c’est connu !


        • yahourtnature 16 mai 19:35

          @Zip_N C’est avant tout un échec de la génération actuelle qui délaisse de plus en plus aux profs le soin d’éduquer ses enfants-rois. 


        • V_Parlier V_Parlier 16 mai 23:14

          @yahourtnature
          Les parents ont été formés ainsi par leurs papa-gouvernements successifs. En plus c’est facile comme ça. On se contente de subvenir aux besoins de ses rejetons, de s’assurer qu’ils se marrent bien et ne font pas (trop) d’histoires. Et on se dit : « A la reprise on verra, ils auront grandi et se caseront dans un plan tranquille ». Sauf que ceux qui croient encore en une quelconque « reprise » d’une sorte ou d’une autre sont à côté de la plaque, même s’ils sont encore très nombreux.


        • chocolatine chocolatine 18 mai 23:56

          @V_Parlier
          tous les parents ne sont aussi naifs !


        • Sparker Sparker 16 mai 10:59
          Hé oui c’est le monde du « travail, famille, consommation » chair à patron, chair à consommation, tête vide et tous manchots.
          Et encore ils sont jeunes et peuvent encore avoir l’arrogance ou le j’m’en foutisme pour se défendre mais bientôt ça va faire mal quand ils vont devoir prendre leur « responsabilités » beaucoup pêtent un câble et le suicide des jeunes ne fait qu’augmenter.
          Quel gachis et bien souvent les parents complices par démission, étant déjà eux même lobotomisés, n’y comprennent rien et tentent comme vous la coercision qui les renforces en définitive dans leur vide intérieur et arrogant.

          Les punks des années soixante dix avaient raison, No future in the capitalist dream... dies

          J’y vois pas bien beau dans l’ futur, comme dirait mon voisin...

          • Le421 Le421 16 mai 21:04

            @Sparker
            Bah !!
            Entre Androïd et TF1, ils ont de la distraction...
            Pas sûr que ça en fasse des premiers de cordée !!  smiley


          • bob14 bob14 16 mai 10:59

            Notre société est devenue une vitrine, ou il faut étaler des vêtements qui ont conservé quelques splendeurs malgré l’usure du temps... !


            • L’autorité généralement est incarnée par le père dans un coupe classe hic. Ce n’est pas au prof de palier ce qui est la base est « ramolli ». Les mères ne peuvent être au four et au moulin. Assumer le rôle nourricier et mettre des limites. Burne-out assuré. Pétain était surtout l’homme de la : fête des mères"... Il est bon de se le rappeler. Le nazisme n’avait rien à voir avec le patriarcat, mais un matriarcat dégénéré incarné par des hommes soumis à la BIG MOTHER qu’était HITLER. Les mères phalliques, ce n’est pas qu’un fantasme.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès