• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Kagamé-Wrong - « Paul Kagamé à Paris »

Kagamé-Wrong - « Paul Kagamé à Paris »

Il fallait que le titre de mon billet soit assez accrocheur.

« Kagamé », tout le monde connaît ... C’est le président Rwandais démocratiquement élu (de fait, depuis 1994), celui auquel le Président Macron au nom de la France unanime s’apprêterait à demander pardon « ....pour avoir préparé, participé, empêché d’arrêter » le génocide des Tutsis du Rwanda (AOC), qui a fait selon l’ONU, 1.200.000 morts principalement Tutsis (et éventuellement Hutus modérés) en moins de 100 jours et que Kagamé, a, au prix de son propre sang, héroïquement arrêté, pour apporter au peuple rwandais (qui le suppliait) : la Paix, la Démocratie, la Liberté (et accessoirement avec Bill et Melinda Gates et Bill et Hillary Clinton, la vaccination des petites Hutus contre le cancer du col de l’utérus que le bourreau sanguinaire d’Habyarimana refusait à son propre peuple)

« Wrong » en anglais cela signifie : « Faux.... Tout faux » ... Oui, mais il s’agit aussi du nom d’une journaliste Anglaise Michela Wrong[1] qui vient de publier un livre dont le titre est : « Do not Disturb. The story of a political Murder and an African regime gone bad”[2]. (Ne pas déranger. L'histoire d'un meurtre politique et d'un régime africain qui a mal tourné).

Le meurtre est celui de Patrick Karegeya un des ex-bras doits de Kagamé, le 1er janvier 2014, dans une chambre d’Hôtel, à Johannesburg. [3]

Je viens de lire ce livre qui semble assez intéressant à commenter.

Comme d’habitude, je commence toujours pas lire la « dernière de couverture », les « avant-propos » », l’introduction, la table des matières, l’index des noms et je feuillette rapidement l’ensemble, pour, ensuite, apprécier globalement la mise en page et autres détails d’iconographie et d’édition.

Je commence mon « analyse » par quelques « commentaires de presses ».

De l’Archevêque Desmond Tutu[4] : « An extremely important profoundly disturbing book  » (Un livre extrêmement important et profondément perturbant).

John Le Carré[5], lui, avait écrit : “A withering assault on the murderous regim of Kagame” (Un assaut féroce contre le régime meurtrier de Kagamé).

Quant à Blessing-Miles Tendi [6] : « … Kagame and Karegeya …. the ghosts of other historic mortal fallouts : Stalin and Trotsky, Sankara and Compaore, Robespière and Danton, Mugabe and Mujuru” (…les fantômes d’autres brouilles historiques et mortelles…)

Jason Stearns[7] estime que « ...Wrong navigates amid myths and disinformation » (Wrong navigue au milieu des mythes et de la désinformation)

Adam Hochschild[8] déclare : “Wrong uses a killing to expose a man today seldon recognized as a ruthless dictator.... a chilling story » (Wrong utilise un meurtre pour décrire un homme, Kagamé, aujourd'hui rarement reconnu comme un dictateur impitoyable .... une histoire effrayante)

Noel Twagiramungu[9] constate : « Like Saturne, the Kagame’s regime is now devoring its children “(Comme Saturne, le régime de Kagamé dévore désormais ses enfants )

René Lemarchand[10] avance : « Wrong paints a frightening picture of Rwanda as a police state with all the hallmarks of the Stalinist era...” (Wrong dresse un tableau effrayant du Rwanda en tant qu'Etat policier avec toutes les caractéristiques de l'ère stalinienne..)

Pour terminer Filip Reyntjens[11] : « This book is a indictment of those complicitit in ensuring Kagame’s impunity during the last quarter century” (Ce livre est une mise en accusation de ceux qui ont été complices d’assurer l’impunité de Kagamé au cours du dernier quart de siècle).

Assez édifiant et promettant une approche aussi dérangeante du Kagamisme que celle de la Canadienne Judi Rever (Rwanda l’Eloge du Sang) dont la traduction avait connu une saga mémorable[12].

Je présume que l’édition française de ce livre risque également de prendre un certain temps

« Do not disturb » est un complément corroborant le point de vue de la canadienne J’essayerai dans des billets ultérieurs, à encore rédiger de faire quelques remarques sur ce « Do not disturb » : Kagamé analphabète ? Kagamé à Fort Leavenworth ? L’assassinat de Fred Rwigema ? Kagamé selon Stephen Kinzer , les morts de Lizinde, Katabazi, Gapyisy, Kisito, et al., les survivants Nyamwassa, Rudasingwa et Gahima, etc, etc.

A suivre ( ?)

 

[2] 4th estate – London - ISBN 978-0-00-823887-2 (2021)

[4] Sud-Africain-Prêtre anglican, militant, essayiste - Prix Nobel de la paix en 1984.

[5] † 12 décembre 2020. Maître du roman d'espionnage, mais aussi et surtout grand écrivain. Travailla pour le « Secret Intelligence Service (MI6) »

[6] Blessing-Miles Tendi is an Associate Professor in the Politics of Africa, in the University of Oxford's Department of Politics and International Relations (DPIR) and the African Studies Centre (ASC).

[7] 2005 - 2007, based in Nairobi, Kenya, as a senior analyst for the International Crisis Group, working on the Democratic Republic of the Congo, Rwanda and Burundi. Auteur de “Dancing in the Glory of Monsters : The Collapse of the Congo and the Great War of Africa”. New York : Public Affairs, 2011. ISBN 978-1-58648-929-8

[8] Ecrivain et historien américain auteur de : « Les Fantômes du roi Léopold, Paris Belfond, 1998 »

[9] A survivor of the horrors of the 1994 genocide in Rwanda, he worked as a human rights activist until he was forced into exile in 2004. Director , Africa Center for Strategic Progress.

[10] Chercheur en sciences politiques français basé aux États-Unis. Auteur de « Rwanda and Burundi »

[11] Professeur retraité de droit et de sciences politiques à l'université d'Anvers.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • saint louis 18 mai 11:31

    Kagamé est :

    1 la brute

    2 le bon

    3 le truand

    Choisir la bonne case.


    • Bertrand Loubard 18 mai 11:46

      @saint louis
      Merci pour le commentaire. J’essayerai, un peu plus tard, de montrer en quoi le livre de Michela Wrong est particulièrement interpellant. Cela fait depuis octobre 1990 que beaucoup connaissent la vérité sur le fait que Kagamé est en plus de ce que vous dites un très grand malade (du « type » Hitler, Staline, Pol Pot, Kim Il Sung, Pinochet ou Ceausescu). Sans faire de la physionomie – anthropologique, il ne faut pas être un « profiler » pour trouver le coupable des crimes commis depuis trente ans dans la région des Grands Lacs Africains. Bien à vous.


    • ETTORE ETTORE 19 mai 10:40

      Mais regardez comme il est «  jouissif » notre merveilleux Monarc, parmi tous ces

      « présidents » Africains !

      Il se pavane, dans son costard étroit, face à des mastodontes qui viennent quémander ce que notre Gâteau Financier, leur promet, en faisant pression sur l’Your Hope, pour les ingrédients !

      De l’argent, en container, qui iras approvisionner ces comptes courants, placés dans des hôtels particuliers à Paris, ou quelques châteaux et domaines, dont cette Ripoux blique semblable à ses clients, se délesteras contre argent invisible pour le peuple Français.

      Il se la pète comme un missionnaire, peu visionnaire, à toucher les poings en guise de salutations covidée, les mêmes poings que se prendrons les populations, dans leurs dents, pour toute contestation légitime.

      Il se la joue « grandiose » le petit machin....

      Mais il ne se pose même pas la question de savoir, si le molosse chinois, qui a depuis longtemps, planté ses crocs dans l’africaniDé, ne lui boufferas pas tôt ou tard son slip tricolore qu’il exhibe à profusion, et qui sous peu, risque d’avoir une couleur peu ragoutante....Où le « jaune » va se rappeler à ses bons O(ri)FFICES !


      • Bertrand Loubard 19 mai 12:29

        Je suis étonné que depuis quelques temps déjà, dès que je « ponds » une dithyrambe sur Kagamé, je n’ai plus aucune réaction, comme si il n’y avait pas d’expats Rwandais en France pour s’exprimer, le sujet ne les intéressant pas. Ne doit-on pas relire dans
        https://glpost.com/william-israel-a-st-marys-professor-on-how-one-of-his-classes-was-spied-on-by-a-rwandan-diplomat/ sous le titre : “William Israel, a St. Mary’s professor, on how one of his classes was spied on by a Rwandan diplomat”, et se rappeler ainsi que le Rwanda est deuxième sur le podium mondial de la cyber - criminalité (après Israël et la Chine) (sous : https://www.ericpilon.com/a-bruxelles-on-espionne/)
        Bien à moi


        • ETTORE ETTORE 19 mai 13:27

          Bertrand Loubard

          @

          Bonjour Bertrand Loubard.

          Il semblerait que plus la bête est dévoreuse de vies, plus ce monde, la considère comme une normalité.

          Un droit d’être toujours représenté, et reconnu en bon sauvage, avec un nonos dans le nez, et la machette, dans la main ?

          Un folklore de bande dessiné pour nous, un génocide pour le peuple.

          C’est exact toutefois, qu’on peut se demander si des Rwandais sont sur bien sur notre sol.

          Nous sommes décidément très proches, de la définition parlant de

           « L’humanisation des animaux, et de l’animalisation de l’homme  »

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité