• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’affaire des vignerons Japonais de Banyuls : Quand l’administration

L’affaire des vignerons Japonais de Banyuls : Quand l’administration a un goût de bouchon ! 

 

 

« Une obligation de quitter le territoire français a été notifiée à un couple de vignerons japonais installé depuis 2016 à Banyuls-sur-mer (Pyréées-Orientales), faute de ressources suffisantes pour obtenir un titre de séjour !  » D’abord on lit l’article en diagonale, puis on le relie, persuadé de n’avoir pas tout compris. J’en ai parlé à ma femme. « C’est une blague, un fake, ton histoire ; un truc de journaliste, un hameçon pour les gogos ! …. »

     On aurait dit c’est vrai la présentation d’un mauvais polar. Un de ceux qu’on referme en haussant les épaules. ... Fallait revoir le scénario. Crédible peut être très loin d'ici, en Amérique du sud. Mais sûrement pas dans notre pays des droits de l’homme ! Pourtant, d'autres liens glanés sur le net confirmait la nouvelle.

    « Non, non, je t’assure. Ca paraît vraiment sérieux ! » Libé, le Parisien, le Dauphiné, Ouest-France, tout le monde en parle.

      - 20 minutes : Il font un vin d’exception mais sont menacés : https://bit.ly/2IReRag

                   -La Dépèche : Un couple de japonais, qui produit un vin d’exception….https://bit.ly/2Nun8oq

                  - Le Parisien : https://bit.ly/2IKNy1j

          Pourquoi voudrait-on expulser ce jeune couple qui réussit si bien ?... Pensez : Avec Patience, détermination et talent, ils ont réussi à mettre en valeur un petit domaine dans le vignoble du Banyuls.. Aucune subvention, un apport personnel de 100 00 euros, un crédit de 50 000, et puis le produit de leur énergie, de leur apprentissage. Car ils viennent de loin comme on dit ! Pas seulement au niveau géographique. Ils sont passés par toutes les étapes de la vinification culturelle « made in France ».

      L’affaire ne faisait tout de même pas la une, comme les matchs de la coupe du monde de foot. Hasard et circonstances, même en Russie, l’équipe du Japon venait de surprendre ! Après une partie homérique, contre nos amis Belges, le 11 nippon avait rendu les armes à la dernière seconde. J’avais assisté au match et j’en étais resté abasourdi !.

          Une équipe au jeu collectif, propre, technique, respectueux de l’arbitre et des règles, avait failli ridiculiser la troisième équipe du monde..... Il y avait le fond et la manière. Peut-être était-ce le produit d’une culture, faite de la recherche de l’excellence et du respect, où le sens du devoir et de l’abnégation sont omniprésents, ainsi que de l’importance de l’image que l’on donne aux autres. Un peu les mêmes qualités présentés par ce jeune couple, qui semblait avoir trouvé dans la réalisation de ce vin du sud ouest, une quintessence de perfection et d’équilibre.

           Un modèle d’intégration pourrait-on dire. Le gouvernement les aurait crée pour donner une image parfaite de l’immigration qu’on aurait dit qu’ils en faisaient trop ! A l’interview, tous deux maîtrisent un français parfait. Mais c’est vrai qu’ils commencent à connaître le pays. France 3 régions : Japonais à Banyuls, ils font un vin d’exception. https://bit.ly/2MIYy1R

        Rie Shoji, 42 ans et Hirofumi Shoji, 38 ans, se sont en fait connus en France, où tous deux sont arrivés, attirés par un amour commun, celui de nos vignobles, du vin, de la connaissance et du travail qui allaient avec. Ils n’ont donc pas acheté immédiatement leur 3 hectares et quelques de vignes. Ils ont travaillé comme ouvriers agricoles, et cavistes, forts de leurs diplôme d’exploitant agricole ou de technicienne en œnologie, décrochés dans l’hexagone. En 2016 ils se sont enfin lancés, après avoir mûri longuement ce projet. Une recherche éperdue de la qualité, et du sens.

        Ils ont accroché leur ambition écologique aux vignes. Un vin naturel, sans sulfites, sans pesticides. Demandant beaucoup de technicité. Le résultat ne s’est pas fait attendre, La cuvée 2017 a été une réussite. Le prix de la bouteille s’est envolé. Le bouche à bouche a fonctionné à plein ! Les meilleurs cavistes l’ont recommandé, épuisant la réserve. Ce vin est arrivé sur la carte d’un des meilleurs restaurants du monde : Le Can Roca, à Gérone. « Le verre volé » à Paris a été conquis ! « Qualité de raisin, choix pertinent de la date des vendanges, précision et perfectionnisme typiquement japonais dans la vinification. Ce serait vraiment une grande perte pour nous, collectivement, de les voir partir », a commenté dans le quotidien L'Indépendant Jean L'Héritier, organisateur du Salon des vins naturels à Perpignan. »

      Leur deuxième cuvée est tout aussi prometteuse : « 75 % est déjà réservée », assure leur avocat, soulignant qu'en raison de sa nationalité, le couple ne « bénéficie d'aucune aide » Ils sont à jour de leur cotisation et de leurs impots.....« Ils ne gagnent pas 2 000 euros, tout à leur investissement. Mais le revenu moyen dans ce secteur y compris les aides, est inférieur à 1 000 euros », affirme-t-il. Le couple a déposé une demande de titre de séjour en France début 2017.

     Que leur reproche l’administration ? De ne pas gagner encore assez d’argent..... De ne pas posséder encore une rentabilité excessive, celle que les grands groupes industriels parfois réalisent, en truquant leurs comptes, en pompant l’argent public, en pillant le savoir faire. En on tombe sur les fesses !.... Qui est le tueur qui se cache derrière les lignes administratives ?

     « Les éléments transmis à l'appui de leur demande ne permettent pas de justifier du revenu minimal fixé par la loi », indique benoîtement la préfecture. Un recours contre l'obligation de quitter le territoire français qui leur a été signifiée doit être étudié par le tribunal administratif le 6 septembre.

      Nous sommes là loin, très loin de l’affaire Leonarda, cette gamine originaire du Kosavo, et qui ridiculisa la France et le président Hollande, il y a quelques années, en s’accrochant bec et ongles, avec sa famille, à un statut de demandeuse d’asile, quelque peu bancale, et opportuniste. On accepte cahin-caha des bateaux de réfugiés. On se déchire sur l’arrivée de certains migrants, qui choisiraient leur pays « à la carte » dissertant sur les avantages réels ou fantasmés que leur offrirait l’un plutôt que l’autre. 

      Le sujet de l’immigration, sur fond des milliers d’immigrants économique, traversant la mer en compagnie de réfugiés politiques autoproclamés, réels ou opportunistes, est un sujet qui clive, source souvent de rétropédalage et d’embarras, au pays « des droits de l’homme » ! La France est mal à l’aise devant cet afflux de misère, tenant des discours contradictoires. Des lignes de fracture dans la population apparaissent, mais tout autant au niveau politique, ou colères surjouées, démagogie, et récupération, alternent. Reste l’engagement de vrais indignés, retroussant leurs manches, affrétant des navires pour répondre à l’urgence de vies à sauver !.

      Une réalité, ce n’est pas en deux jours qu’on transforme en migrant en « Français » ! La nationalité n'est qu'un leurre, si l'on a pas intégré son concept et ses valeurs, les devoirs que cela impose. Il faudra du temps, souvent des années, à l’immigrant pour apprendre non seulement la langue du pays qui l’accueille, son histoire, mais pour accepter les règles et les usages qui vont avec.

       La laïcité n’est pas aussi évidente qu’une étiquette de vin déclarant le millésime, le cépage, et l’origine d’une bouteille... Quoique que les meilleurs vins se fassent sur de multiples croisements, et mélanges savament dosés. Il faudra utiliser son expérience, éviter les erreurs du passé, celles qui ont amené une partie des immigrés à se marginaliser et à se recroqueviller sur leur groupe ethnique ! Ce phénomène s’est accentué avec l’aggravation du chômage sans fin, le travail étant le meilleur intégrateur social, un ferment qui donne du sens, de l’espoir, qui familiarise avec les règles du vivre ensemble.

      On se demande en fait quelle case notre couple de japonais ne coche pas, à ce jeu de l’immigré parfait ? Si on les intégrait à un réalité show, genre : «  Le bonheur est dans les vignes », il semble qu’ils pourraient briguer le premier prix.

      Cultivés, courageux, autonomes, ils ont su en moins de temps qu’il ne faut parvenir à l’excellence, et parvenir à la consécration dans un domaine où le savoir faire est envié, et valorisé à l’international, comme une marque de notre culture. A l’heure des quartiers sensibles, des voitures incendiées à la moindre étincelle, l’image lumineuse de ces deux jeunes gens venus du pays du soleil levant, donnerait au notre celle d’un soleil couchant, ou d’un vin salement bouchonné, bourré de pesticides, si leur aventure devait prendre fin !

       Retour au mondial : Après le coup de sifflet final, qui les avait vu rendre les armes face à la troisième équipe du monde dans les dernières secondes, après avoir tout risqué, les japonais étaient restés un moment sonnés, assis sur la pelouse. Il y a cependant des défaites honorables. On n’oubliera pas ce match homérique. En partant, le onze japonais avaient nettoyé le vestiaire à fond, et laissé un petit mot de remerciement. La grande classe !

       L’affaire des vestiaires a aussi à longuement été traité dans les journaux. Ce n’est pas la première fois, mais d’habitude c’est pour déplorer la casse. Dans ce milieu, les perdants ont eu parfois le réflexe de faire un carnage, vandalisant les lieux. Les exemples à ce titre sont malheureusement légions. ASSE : insultes, vestiaire saccagé, Lemoine ... - But Football Club

      Les « péteurs de plomb » milliardaires, leur ballon d'or comme une plaque diplomatique leur donnant tous les droits, n’ont souvent pas un regard pour les petites gens qui doivent ramasser leurs déjections, refaire les peintures. Ils sont à l’image de cette oligarchie, méprisante, hautaine, qui oublie totalement ses origines, consentant juste à signer les autographes que les gamins leur demandent pour des raisons d’images, quand les télés sont là. Tous ne sont pas ainsi, évidemment, mais que la leçon donnée par les japonais, est été reprise par tant de journalistes étonnés est signifiante en soi de quelque chose d’unique.

       L’exemplarité et le civisme, ainsi que toutes les valeurs morales, quand elles aboutissent au succès doivent être médiatisés. https://bit.ly/2KIfTdX Nous sommes des êtres grégaires, d’imitation, et les jeunes sont particulièrement sensibles à de tels déroulements, dans un sport qui crée modèle et fascination.

     Le shintoïsme et le bouddhisme sont les religions les plus courantes au japon, et un certain syncrétisme s’établit entre eux. Le culte de la nature, et de ses forces vives, le respect des ancêtres, issu du confucianisme, fait que la société japonaise donne une place importante à la morale, à l’excellence même. Cet absolu n’est pas sans faire de dégâts, et de marginaux, dans la même course à la mondialisation que nous suivons nous mêmes, corrompoins nos idéaux, et notre culture, pour un produit insipide vendu au rabais, sans saveur< ;

       Le Japon est une société écartelée entre modernité et tradition, l’art le plus brillant, et l’appréhension des risques majeurs ; industriels, naturels, et environnementaux, comme installé au centre de toutes les plaques techtoniques du monde. Notre dette envers les habitants de cette île lointaine sont grandes. De l'art de la calligraphie, au arts martiaux, et à la cérémonie du thé, à la philosophie du zen, c'est toute une richesse de signifiants qui se déplioie en poupées gigognes.

       Ne parlons pas du cinéma et de la littérature. Les références culturelles sont si nombreuses, nous ont tant influencé, ont tant changé notre regard sur le monde, qu’il est impossible de les compter, sans même aborder les nouvelles technologies. Tout cela n'est pas le produit du hasard ! 

        Il y a plus d’un siècle, Vincent Van Gogh, pétri de l’influence des estampes japonaises, comme tant d’autres peintres de cette époque, s’installa lui aussi, en Arles, dans le midi de la France. Un Hollandais voyant des cerisiers japonais en fleurs en bordure du Rhône, croyant peut être reconnaître dans les neiges du mont Ventoux, l’écho lointain du mont Fuji Yama.

      Il faut parfois être étranger au pays, pour voir et sentir avec une acuité nouvelle, toute la grâce et la beauté d’un pays, en faire ressortir au mieux ses essences. Si les toiles de Vincent parle au monde entier, c’est qu’il a su capter en sa peinture l’énergie du monde, faire œuvre de chaman, de passeur. Une savante alchimie qui convertit les soleils levant en or pur et en vermillon.

      On dit que celui des bouteilles de vin que produisent notre couple est éclatant, et que le goût est somptueux. Je veux bien le croire. Mes papilles sont déjà aiguisées. J’espère bien le goûter un jour. J’y sens déjà toutes les substances de ce Languedoc parfumé, si authentique, se cognant à la corne de l’Espagne.

          

 

       Et puis au delà des senteurs de thym, et de garrigue, les odeurs de la mer, immense, qui nous envoie au bout du monde. D’autres ferments « tout en nez, ou en bouche » comme on dit, nous plongeant ravis dans des réminiscences harmonieuses et veloutées, nous faisant dériver tout en haut du pic du Canigou, ou du mont Fuji !

  …..  Bien loin, si loin de relents acides de l’administration !

      Une dive bouteille, une sorte de syncrétisme heureux entre ce que le Japon et la France produisent de mieux, quand ils jouent ensemble. Le meilleur d’une rencontre ! Il ne faudrait pas que notre couple, après une décision administrative défavorable, nous laisse comme leurs footballeurs en Russie, un mot d’adieu, nous remerciant de notre accueil, et de notre gentillesse.

      Enfin, peut être pas quand même... « Si la France ne veut pas de nous, alors nous partirons ! » Ont-ils déclaré….. Ca serait dommage. 

     Voilà l’affaire. Tout le monde s’est ému, tant l’absurde semble côtoyer l’injustice la plus totale. https://bit.ly/2z4lZ3v Pétition : Non à l'expulsion des vignerons japonais de Banyuls !

Cette pétition en ligne a recueilli déjà plus de 30 000 signatures. Les raisins de la colère et de l’indignation secoue le pays.

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.37/5   (38 votes)




Réagissez à l'article

119 réactions à cet article    


  • alinea alinea 5 juillet 11:46
    Presque cinquante mille !
    Bandes de connards, y a-t-il plus con qu’un fonctionnaire ? plus obéissant ?
    Qu’on leur donne des aides s’ils sont trop pauvres, mais je vois bien le coup : pas de pesticides et pas de sulfites, c’en est trop ! car question revenus, je vais leur en présenter des paysans , des éleveurs qui ne gagnent rien !

    • velosolex velosolex 5 juillet 12:09

      @alinea
      Bonjour. C’est peut être bien le cœur du problème. Malgré les discours officiels, on ne supporte pas les gens courageux qui se lancent dans le bio. Pour ceux ci, pas moyen de leur couper les subventions, ils n’en avaient pas. On s’est aperçu alors qu’ils étaient japonais...Ainsi cette affaire est un peu russe aussi, avec des poupées gigogne se contenant les unes dans les autres. Le soutien à cette production bio, qui devrait être une cause nationale, devait être actée, une fois pour toutes....Je ne vous apprends rien. Tout de même, cette affaire est si ubuesque que je ne doute pas qu’elle servira de tête de pont pour représenter toute la bêtise d’un système, quelque peu mafieux. Symbolique d’une sorte de schizophrénie, que les fonctionnaires traduisent d’un coup de tampon. Car les déclarations « la main sur le cœur », des soit disant marcheurs, s’opposent à la réalité du terrain, et des simples observations que le pékin moyen contemple, et subit, dans son assiette ou son verre. Notre terre est en train d’agoniser. Les paysans dissidents, ces pionniers qui tentent de faire survivre l’écosystème, et toute un culture, devraient être soutenus. 

      Pas besoin que l’administration les inscrive au patrimoine de l’humanité, comme les buildings de « la grande motte », mais de les respecter, et de les encourager, sans leur foutre un coup de pied au cul !

    • Alren Alren 5 juillet 13:20

      @alinea


      Des travailleurs indépendants pauvres qui paient plein pot les cotisations et autres dépenses obligatoires, c’est pourtant ce que recherchait le pouvoir avec le statut des autoentrepreneurs.
      Ils coûtent moins à la société mais ils lui rapportent autant qu’un travailleur ayant de meilleurs revenus.

    • Alren Alren 5 juillet 13:21
      @Alren

      Bien entendu, j’ai signé la pétition.

    • reivax 6 juillet 14:21

      @alinea

      Merci pour tous les fonctionnaires qui ont signé cette pétition, dont je fais parti.
      N’ a t’il pas plus C.. qu’un C..qui s’ignore, et qui croit tout savoir sur tout.


    • alinea alinea 6 juillet 22:15

      @reivax
       smiley je ne sais pas la réincarnation de qui vous êtes ! mais je défends toujours les fonctionnaires ; ceci dit j’en connais un paquet, avec leur petit pouvoir, qui font suer le burnous de qui ils peuvent pour se sentir forts !!


    • Clocel Clocel 5 juillet 11:54
      Signé !

      Ils ont dû se faire des potes dans les environs, p’t être même que leur petite affaire fait des envieux chez les locaux !?

      Allez savoir, ce pauvre pays est tellement pourri jusqu’à la moelle...

      • velosolex velosolex 5 juillet 12:12

        @Clocel
        Evidemment, on pense aux vipères, aux spéculateurs, qui flairent la bonne affaire ! 


        Mais l’administration est tout aussi redoutable. Cela rappelle les jours sombres, quand il y avait de la dénonciation.
         Mais parfois, il suffisait juste du zèle de quelques fonctionnaires, visant une gratification. 

      • Clocel Clocel 5 juillet 12:47

        @velosolex


        Nous sommes au pays de Jean de Florette...

        Mais nos anciens auraient dû être vigilants lorsqu’on leur a refilé cet ectoplasme de l’Empire romain : Le Préfet.

      • velosolex velosolex 5 juillet 13:09

        @Clocel
        Au bout de la main du préfet au garde à vous, le bras de l’état. 

        En marche avant, ou plutôt arrière. 
        Refus de légiférer sur le glyphosate, soumission aux diktats des lobbys. On s’en remet à cette vague responsabilisation des « acteurs de terrain », pour changer leurs pratiques, alors que les pesticides, d’une année sur l’autre, battent tous les records d’utilisation .
         Yannick Jadot est une rare voix divergente, qu’on laisse de temps en temps s’exprimer. 

        Ce qui se passe en ce moment, où le silence des oiseaux est assourdissant, et qui sonne comme le glas de notre humanité, est si grave que l’on peut ne parler que d’ethnocide. 
        Plan biodiversité : "On peine terriblement à voir arriver les mesures ...

      • ZenZoe ZenZoe 5 juillet 12:04
        On se demande en fait quelle case notre couple de japonais ne coche pas,

        A mon humble avis, des vignerons locaux jaloux ont du faire des pieds et des mains pour virer ces concurrents. A savoir même si ces vignerons ne font pas partie des élus ?

        • velosolex velosolex 5 juillet 12:22

          @ZenZoe
          A mon avis, c’est raté. La mobilisation ressemble à cette vague peinte par un peintre japonais. Certaines vous emportent, d’autres vous soutiennent. La revue de presse du 5 juillet Je viens de voir qu’un radio du sud a inclus cette nouvelle dans sa revue de presse. Cette information c’est vrai catalyse toute la bêtise du monde, et son énergie. 

          Un mauvais film qui se terminera on l’espère par une happy end. 

          Reste que bien des gens faisant du bio sont obligés de vivres parfois dans la clandestinité. J’ai entendu au mois d’avril cette rubrique, si parlante de l’état des lieux, sur france culture, dans cette superbe émission nommée les pieds sur terre, que la radio diffuse tous les jours à 14 heures. On peut les réécouter en post cast. La fabrique du silence : les agriculteurs sous la pression de l ...


        • Robert Lavigue Robert Lavigue 5 juillet 12:26

          @velosolex

          La mobilisation ressemble à cette vague peinte par un peintre japonais.

          C’est pas une vague peinte, c’est une gravure !
          https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Grande_Vague_de_Kanagawa

          Pour une vague peinte, c’est par exemple celle de Gauguin, mais il est français
          https://www.christies.com/features/Lot-6-Paul-Gauguin-La-Vague-8994-6.aspx

          bien à vous et toussa


        • Méduse Méduse 5 juillet 12:37
          @ Robert Lavigue

          Crachat à mauvais escient. Velosolex employait ’peinte’ au sens figuré = représentée.

          Et toc.

        • velosolex velosolex 5 juillet 12:42

          @Robert Lavigue
          Vous avez raison. Merci. C’est un thème qui a été repris par bien des artistes. Les estampes japonaises, exposées dans les vitrines des marchands parisiens, provoquèrent l’ahurissement des artistes français de la fin du dix neuvième siècle. 

          Van Gogh en acheta beaucoup, et l’évolution de son style en fut marqué à jamais.
           La rencontre avec le midi de la France fut celle que l’on sait. 
          Les retrouvailles avec Gauguin à Arles furent moins heureuses. Viviane Forrester, l’auteur de « l’horreur économique », publia dans les années 80 un bon livre sur cette histoire. 
          Van Gogh ou l’enterrement dans les blés, Viviane Forrester, Littérature ...

        • Robert Lavigue Robert Lavigue 5 juillet 12:43

          @Méduse

          Et peintre japonais pour parler de Hokusai, c’était aussi au sens figuré ?

          L’histoire de l’art citoyenne progresse...
          Et retoc !


        • velosolex velosolex 5 juillet 12:47

          @Méduse
          L’essentiel est dans l’esprit. 

          C’est tout l’art du japon, qui est de prendre subtilement une mèche de vos cheveux, et de l’enrouler jusqu’au ciel, avec beaucoup de grâce et de déliés, tout dans la suggestion. 

        • velosolex velosolex 5 juillet 12:55

          @Robert Lavigue
          Je n’aime pas trop le mot « toc » ! 

          Il me rappelle le bruit sourd d’un tampon de l’administration tombant sur un imprimé !

          De tous temps, les artistes se sont inspirés les uns des autres. 
          Les eaux de l’atlantique et du pacifique se mélangent
           L’Afrique inspira aussi beaucoup nos génies français. 
          Les masques africains n’étaient pas signés. Picasso en ramena un dans son atelier. 
          C’est comme ça que sont nés les demoiselles d’Avignon. Un bande de prostituées prenant le frais sur le pas de leur porte avec des masques africains sur la tête, en guise de modernité. 
          On en fit de demoiselles par convenance.
           L’histoire de l’art est une coffre à malices, avec tampon de l’administration faisant foi

        • Mekissê Mekissê 5 juillet 13:42

          @velosolex
          Vraiment on nous cache tout


        • Mekissê Mekissê 5 juillet 13:47

          @Mekissê

          Je voulais dire aussi que
          Quand on veut faire un lien vers un commentaire
          Il y a un moyen simple de renvoyer vers les commentaire précis
          C’est très simple....

        • velosolex velosolex 5 juillet 14:10

          @Méduse
          No comprendo. Soyez plus explicite. 


        • Méduse Méduse 5 juillet 14:39
          @ Mekissê

          Merci. Je suis gâteux moi aussi mais je n’ai pas encore réussi à marionnetiser un Lavigue et à lui faire danser la polka de la piété filiale pour qu’il pallie à mes carences concernant les technologies modernes.

          Ps : un peu de gratitude, j’essaie de relancer le ventilateur.

        • marmor 5 juillet 17:03
          @Robert Lavigue
          C’est pas très charitable, ça Robert

        • Christian Labrune Christian Labrune 5 juillet 17:21
          Et peintre japonais pour parler de Hokusai, c’était aussi au sens figuré ?
          =======================================
          @Robert Lavigue

          Mauvais procès : l’histoire de l’art a toujours considéré que Hiroshige, Kunisada ou Hokusai, et tous leurs devanciers de l’Ukiyo-e à l’époque d’Edo, étaient des « peintres », même s’ils s’exprimaient surtout par la xylographie des estampes.

          Article « artiste peintre » dans Wikipedia :
          Un artiste peintre (ou simplement peintre avant le XIXe siècle) est une personne pratiquant la peinture, comme discipline des beaux-arts ou des arts plastiques, comme activité de loisir (peintre amateur) ou bien comme métier (peintre professionnel). Ce terme est apparu début du XIXe siècle en France, pour distinguer le peintre d’art de l’artisan peintre, qu’il soit peintre en bâtiment ou peintre décorateur dans la loi de finances du 22 octobre 1798, après l’abolition des corporations. Selon les périodes les artistes peintres ont eu des organisations professionnelles et des reconnaissances différentes. Leur métier a également évolué en fonction des techniques pratiquées : peinture à l’huile, aquarelle, fresque, pastel, peintures à base de résines synthétiques et aujourd’hui avec toutes techniques infographiques et numériques dans un but non technique (donc qui ne soit ni du design, ni de dessin industriel) qui apparaissent comme des techniques contemporaines, comme le fut en son temps la sérigraphie utilisée par Andy Warhol, Robert Rauschenberg et les peintres du mouvement Pop Art. Au XXIe siècle, le terme « artiste-peintre », « peintre » inclut ainsi aussi le terme « artiste plasticien », dont le sens va au-delà de la seule peinture.

        • velosolex velosolex 5 juillet 19:46

          @Christian Labrune
          Vous avez raison. J’ai voulu faire court. La représentation et les matériaux dépendent des techniques, des matériaux, et des échanges, qui se répondent.

           « La vague » de Hokusai est sans doute la peinture qui a le plus été reprise par les peintres japonais et occidentaux. Les thèmes de« passage de pont » sont tout aussi nombreux.
           Van Gogh s’en inspira beaucoup. 
          Les « nabi » du mot « prophète » en hébreux, travaillèrent à cette peinture symboliste, inspirée elle aussi des estampes japonaises 

        • spearit 5 juillet 20:05

          @Méduse
          Ha bon ??? parce que vous êtes dans la tête de Velosolex pour savoir s’il entendait employé le sens figuré plutôt que le sens premier... étrange et oh combien inquiétant !!!


        • kalachnikov kalachnikov 6 juillet 00:12
          @ spearit

          Selon moi, Méduse voulait juste faire panpankuku à son pote Lavigue.

        • eddofr eddofr 5 juillet 12:08

          Le motif d’expulsion est tellement tiré par les cheveux que j’en viens à me demander s’ils n’ont pas fait de l’ombre à un quelconque notable local.


          Quand aux fonctionnaires, on se plaint qu’ils n’aient ni imagination ni initiative, mais c’est parce qu’on fait tout ce qu’il faut pour réprimer la moindre intelligence en eux .. Imaginez un peu qu’un fonctionnaire se mette à faire preuve d’intelligence, à interpréter les décrets et ordonnances, il risquerait sans nul doute de mettre en évidence l’ineptie de nombreuses décisions politiques ...

          • Milka Milka 5 juillet 12:14

            Vive le Japon !

            A bas l’administration !

            • velosolex velosolex 5 juillet 12:35

              @Milka
              Il y a pas mal de fautes d’orthographe, et de frappes. 

              J’ai lu cette nouvelle hier, et elle m’a tellement révolté que j’ai pris mon sabre de samouraï, sans trop avoir le temps de me corriger. Le Japon est un curieux pays, qui m’ a toujours fasciné, et que je visite grâce à ses films, pleins d’intelligence, et de subtilité, avec leur trame souvent sur la famille. 
              Ainsi, curieusement, même s’il est bien plus pudique, il me rappelle le cinéma italien des années d’après guerre, celui du néo réalisme, et qui a couru jusque dans les années 70, posant des questions essentielles, et entretenant la grâce, une esthétisme magnifique, une calligraphie cinématographique savante. 
              Les films de Kurosawa , d’Ozu, et tant d’autres m’ont autant marqué que ceux de Tati, de Carné...
              Quand à la littérature, Mishima et Kawabata ont trouvé bien des successeurs. Et Ogawa est une sorte de Patrick Modiano du soleil levant

            • gaijin gaijin 5 juillet 12:27
              «  Cultivés, courageux, autonomes, ils ont su en moins de temps qu’il ne faut parvenir à l’excellence »
              donc il n’ont rien a faire en france .....personne ne leur a donc expliqué ? quand on fait des dossiers ( expériences, analyses , contrôles ......) on le fait a l’envers : on part du résultat que l’on doit obtenir et on bidonne tout jusqu’à ce que ce que ça rentre dans les cases ............

              • révolQé révolQé 5 juillet 13:00

                Haaaa...si seulement ils savaient escalader les façades d’immeubles... smiley


                • velosolex velosolex 5 juillet 13:19

                  @révolQé
                  Il y a des ceps de vigne plus haut que les immeubles de wall street. !


                • velosolex velosolex 5 juillet 13:24

                  Apparemment les choses s’arrangent à toute allure. 

                  Les bouchons vont bientôt sauter !. 
                  Retournement de situation pour Rié et Hirofumi Shoji. Après leur avoir refusé à chacun le titre de séjour, le préfet des Pyrénées-Orientales décide de réexaminer leur dossier. Ce couple japonais s’est installé à Banyuls il y a un an seulement et la préfecture estimait que l’exploitation n’était pas viable « alors que la première récolte date seulement de septembre dernier » 

                  • ZenZoe ZenZoe 5 juillet 14:03

                    @velosolex
                    Comme quoi les media servent à quelque chose des fois !


                  • Robert Lavigue Robert Lavigue 5 juillet 14:11

                    @ZenZoe

                    Je sens comme une pointe d’ironie dans votre commentaire !

                    Pour ma part, je me réjouis que la publication de l’article de Vélosolex ait provoqué une réaction rapide des autorités...
                    C’est à ces petites choses que l’on mesure le pouvoir du journalisme citoyen...


                  • Cadoudal Cadoudal 5 juillet 14:13

                    @ZenZoe

                    C’est gentil de votre part de remercier les lanceurs d’alerte de la « fachosphère »...

                    Mais pas sur que vos amis apprécient...

                  • ZenZoe ZenZoe 5 juillet 14:16

                    @Cadoudal
                    Hein ?


                  • velosolex velosolex 5 juillet 14:18

                    @ZenZoe

                    Avec le net, la mobilisation va parfois très vite. On observe que l’information, si elle a été traité avec engagement par FR3 régions, n’a pas eu de répercution sur france inter. France culture, je ne sais pas...Le ton est souvent dérangeant et engagé. J’en reviens à l’émission sur pied sur terre, où la journaliste mettait la dernière fois sur le grille une juge qui avait blanchi contre toute attente arcelor mital dans l’accident d’un ouvrier, brulé vif, tombé dans un laminoir....A un certain moment, devant les questions accablantes de la journaliste, elle lui indiqué ...La porte....

                  • velosolex velosolex 5 juillet 14:21

                    @Robert Lavigue
                    Mon article n’a que l’importance de la goutte d’eau dans la force de la vague. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès