• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’épreuve de philo...

L’épreuve de philo...

 

JPEG

Ce lundi 18 juin, se déroule l'épreuve de philosophie du Baccalauréat : traditionnellement, c'est cette discipline qui ouvre cet examen de fin de cycle... une épreuve particulièrement importante pour les élèves de la série Littéraire, puisque le coefficient est de 7.

 

On a tous en mémoire cette discipline réservée à l'année de Terminale... une discipline exigeante, complexe, qui nous faisait découvrir de nouveaux horizons.

 

Platon, Montaigne, Descartes, Nietzsche, Kant, Marx, Freud, Alain, autant d'auteurs variés qu'on nous invitait à analyser.

La philo ! C'est l'occasion de se livrer à une réflexion approfondie sur une question : l'épreuve dure 4 heures au cours desquelles la concentration doit être intense.

 

Et la philosophie est bien une merveilleuse école d'attention, de concentration à une époque où ces qualités ont tendance à se perdre, où l'attention se disperse en tous sens, face à toutes sortes d'écrans.

La philosophie nous invite à la réflexion...

 

Pour ma part, j'avoue ne pas avoir apprécié, à sa juste valeur, cette discipline, au cours de cette année de Terminale... J'étais, sans doute, trop jeune, encore immature pour bien comprendre combien la philosophie peut être importante pour trouver des voies, des chemins de vie, des solutions à certaines difficultés.

Et ce doit être le cas de beaucoup d'élèves : à 18 ans, on ne comprend pas bien les enjeux de la philosophie.

 

Avec le recul du temps, il me prend l'envie de me remettre à la philo, d'étudier les grands philosophes du passé, de me questionner sur toutes sortes de sujets.

Car la philosophie est avant tout interrogations, questionnements pour essayer d'avancer vers une certaine sagesse.

Plus de lucidité, plus de sérénité, de bonheur, de liberté : c'est ce que peut nous apporter cette discipline.

Combattre les préjugés, la bêtise, progresser vers la connaissance, s'enrichir tous les jours de nouveaux savoirs, faire des choix...

 

La philosophie doit s'accompagner d'efforts : ce sont ces efforts qui nous procurent aussi satisfaction et joie.

Et toutes sortes de sujets peuvent nous inviter à la réflexion : j'ai lu, ainsi, cet ouvrage d'André Comte-Sponville, paru récemment, L'inconsolable et autres impromptus.

Il y évoque tour à tour la joie de vivre, l'ennui, la musique, la littérature, la poésie, la nature, les droits des animaux, les croyances, les religions, des sujets qui nous concernent tous.

Une philosophie qui est à la portée de tous, sans érudition, sans technicité...

Il n'est jamais trop tard pour redécouvrir cette discipline et pour apprendre à philosopher...

JPEG

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2018/06/l-epreuve-de-philo.html

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.29/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

48 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 18 juin 2018 11:55

    Le rapport entre l’escroc Freud et la philo ?


    • rosemar rosemar 18 juin 2018 12:39

      @Clocel

      En général on étudie Freud, lors de l’année de philo...

    • Clocel Clocel 18 juin 2018 13:31

      @rosemar


      OK ! Ce que je ne comprend pas, c’est le rapport entre l’art de plumer un pigeon et la philosophie !?

    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 18 juin 2018 22:28

      @Clocel

      Accusez le pigeon, pas l’enseignant.

    • rogal 18 juin 2018 11:56

      Lisons Taverne !


      • rosemar rosemar 18 juin 2018 12:43

        @rogal

        Un spécialiste...

      • Charles Martel Charles Martel 18 juin 2018 12:02

        il est amusant de constater que les medias nous bassinent longuement des sujets du bac de philo chaque année.
        Par contre aucun journaliste ne se risque à discourir sur les sujets de maths ou de physique.

        Il est vrai qu’on peut difficilement faire croire qu’on y connaît quelque chose quand on est incompétent dans ces matières.


        • rosemar rosemar 18 juin 2018 12:42

          @Charles Martel

          Et pourtant, les sections scientifiques sont beaucoup plus prisées que les sections littéraires...

        • foufouille foufouille 18 juin 2018 12:54

          @rosemar
          pour devenir journaliste, il vaut mieux suivre une formation littéraire .....................


        • rosemar rosemar 18 juin 2018 12:58

          @foufouille

          Certes, mais les débouchés sont réduits... 

        • Sozenz 18 juin 2018 14:10

          @Charles Martel

          tu veux discourir sur les maths et la physique ? ce sont des matieres ( sciences ) exactes ....
          tu comprends le fonctionnement , les rouages , tu utilises les théorèmes , les formules .
          ton résultat est exacte ou faux . tu veux faire quoi ?

          En philo , il y a moyen d’ affirmer ou d infirmer les composantes d un sujet , d’un concept . faire peser le pour le contre , avantages /inconvénients etc ...
           pour ceux qui aiment jouer de la contradiction : la philo est le meilleur terrain pour s amuser .
          comme on le voit sur agora vox ; on parle sur tout et son contraire . pourquoi , parce qu il n y a pas qu une solution une variable viable , mais des combinaisons infinis

        • foufouille foufouille 18 juin 2018 14:13

          @rosemar

          encore plus réduits si tu veut devenir journaliste pour un magazine scientifique. il faut en plus un bon niveau en science.


        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 18 juin 2018 14:29

          @Charles Martel


          certains pervers ont séparé les maths, les sciences de la philosophie, alors qu’ils sont intrinsèquement liés. Comme la chimie avec l’alchimie. PHILON, PYTHAGORE ET HERMES ont tenté, mas des siècles d’obscurantisme voltairien ont écrasé ces lumières. Qui n’était que de l’entour« loupe ». 

        • Sozenz 18 juin 2018 15:00

          @Mélusine ou la Robe de Saphir.

          vous rentrer dans un sujet qui ne sera jamais traité dans les écoles .
          tout comme on ne construit plus selon les régles du nombre d or , ... ( saisissez pourquoi je fais le lien entre les deux ?

        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 18 juin 2018 15:30

          @Sozenz, 
          Maintenir dans l’igno « rance » et recueillir le SEL de la tourbe,....


        • amiaplacidus amiaplacidus 18 juin 2018 16:10

          @Charles Martel

          Permettez-moi de ne pas partager votre avis lorsque vous dites : « Il est vrai qu’on peut difficilement faire croire qu’on y connaît quelque chose quand on est incompétent dans ces matières. ».

          Lorsque l’on voit le nombre d’âneries proférées par des gens qui savent tout juste faire un rapport de proportionnalité, et encore, et qui dissertent à longueur de pages sur la physique quantique ou la relativité restreinte ou générale, sans oublier la thermodynamique, la physique du solide et autres chapitres.

        • baldis30 19 juin 2018 09:44

          @foufouille

          bonjour,
          « pour devenir journaliste il vaut mieux suivre une formation littéraire »

           Ah que.... Ah que…. ouiiii  !

          Vu le nombre de fautes d’orthographe, de fautes de syntaxe , de fautes de manque d’accord entre les modes et les temps, sans oublier celles de logique et l’ignorance crasse en matière scientifique comme on peut le constater tous les jours dans la presse de toutes les teintes possibles on ne peut que se poser des questions sur la valeur de la formation que les journalistes reçoivent dans les sections littéraires… !


        • foufouille foufouille 18 juin 2018 12:46
          " bien comprendre combien la philosophie peut être importante pour trouver des voies, des chemins de vie, des solutions à certaines difficultés."
          certainement du genre apprendre à être un bon chien d’esclave quend une personne se retrouve au RSA.


          • eric 18 juin 2018 12:51

            Je ne suis pas sur que ce soit une question d’âge et de maturité. Peut être plutôt de programme et de profs.
            En terminal, on a fait presque deux trimestre sur Marx et le prof envisageait de passer à Freud....
            Un élève lui a dit, c’est peut être beaucoup, surtout dans une classe ou il n’y a pas un marxiste. Le prof a levé le doigt (! !! si, si je vous assure), en disant timidement, « si, moi ! »

            Tout était assez médiocre. Profs, cours programmes, bac.

            Tout, peut être et surtout, était idéologique et politique. Du moins à l’époque. Il parait qu’il y aurait même « un » prof de philo de l’éducation nationale qui voterait FN aujourd’hui ( si, si, j’ai lu un article...)

            En Économie aussi, l’échec patent de toutes les formes de progressisme dans le monde entier et notamment en France, aurait parait il conduit à ce que certains profs français de lycée fassent mine de se souvenir que les plus grands théoriciens de l’économie furent libéraux.

            Dans le même temps, au temple, on faisait des études sur les manuscrits esséniens, les évangiles apocryphe et leur comparaison avec le Coran. On nous apprenait à douter et à chercher les questions qui font avancer, plutôt que des réponses toutes faites.

            Il est parfaitement possible d’apprendre à des gamins à se poser des questions, y compris à partir des grands anciens. Le problème est qu’on leur bourre le crâne de réponses.

            IL ne faut pas oublier que tous les socialismes sont issus du scientisme, persuadé qu’il existe en gros UNE bonne réponse à toute question et que le « spécialiste », le maître" la connaît. Philosophie parfaitement adaptée à une culture prof. et à donner bonnes et mauvaises notes.

            Ce n’est pas grave. Les élèves s’en foutent. Le bac étant donné à tous le monde, même un fort coefficient ne permet pas vraiment de faire jouer la note de gueule pour bien pensance.

            Si on tient à ce que ses enfants développent un esprit critique et une liberté d’esprit un peu tôt, il suffit de le mettre dans le privé ou à l’instruction religieuse.

            Le bourrage de crane n’a en effet qu’un temps. Il y a un fort vote pour les extrême imbéciles de 18 à 25 ans, l’âge et la maturité aidant, seuls ceux qui restent dans le système, les futurs profs. restent dans l’obscurantisme.


            • Fergus Fergus 18 juin 2018 13:30

              Bonjour, Rosemar

              « On a tous en mémoire cette discipline réservée à l’année de Terminale... »

              Euh... non ! Bac-2, je n’ai jamais été confronté à ce type d’épreuve, et je suis loin d’être le seul parmi les intervenants d’AgoraVox à n’avoir pas passé le bac pour cause d’entrée précoce dans la vie professionnelle.

              Cela ne m’a pas empêché de m’intéresser ensuite à certains aspects de la philosophie.

              Enfin, pour sourire, voici la définition donnée par Frédéric Dard : « La philosophie, c’est l’art de se compliquer la vie en cherchant à se convaincre de sa simplicité. »


              • Pere Plexe Pere Plexe 18 juin 2018 17:38

                @Fergus
                C’est tout le paradoxe d’en avoir fait une discipline scolaire.

                D’avoir fait d’un apprentissage de la liberté de pensé une valeur cardinale, mais de prétendre la juger et la noter !
                On vous donne les éléments pour fonder votre réflexions mais on vous fait savoir les résultats attendus.

                Ce n’est sans doute pas un hasard si la France est la seule à avoir cette matière de façon obligatoire, cette approche (les autres pays étudient la philo sous un aspect plus historique) et des résultats médiocres au classements internationaux.

              • rosemar rosemar 18 juin 2018 22:11

                @Fergus

                Il existe de bons vulgarisateurs qui mettent la philosophie à la portée de tous, par exemple, André Comte- Sponville...

              • Fergus Fergus 19 juin 2018 09:38

                Bonjour, rosemar

                La meilleure démarche philosophique réside moins dans lecture des essais, aussi brillants soient-ils, que dans la capacité de chacun à s’appuyer sur ses observations de la vie et son expérience pour tenter de trouver des réponses aux questions existentielles.


              • Fergus Fergus 19 juin 2018 10:34

                Bonjour, Robert Lavigue

                Je n’ai pas dit qu’il ne fallait pas étudier les essais philosophiques (j’en ai moi-même lu avec intérêt), je dis simplement qu’il importe également - et à mes yeux prioritairement, mais vous avez le droit de penser le contraire - de se poser à soi-même les questions importantes sans chercher systématiquement à plaquer les pensées des autres sur ses propres introspections.

                Qui plus est, vous citez des auteurs qui ont étudié d’autres auteurs. Cela me semble de leur part une évidente démarche d’avoir étudié ces prédécesseurs. Mais la démarche d’un individu lambda n’est évidemment pas de même nature.

                Pour ce qui est votre suffisance constante à mon égard, sachez qu’elle m’amuse énormément ! smiley


              • kalachnikov kalachnikov 19 juin 2018 11:06

                @ Fergus

                Dans le post du philosophe Lavigue à votre intention, c’est surtout les première et dernière phrases qui importent, elles synthétisent son ample pensée, le reste n’étant là qu’à titre ornemental.

                Bon, Lavigue, radical ? Oui. Démagogo ? Oui. Mais philosophe ?

                Ca a commencé comment votre histoire de philosophie, Lavigue ? Le premier - qui d’ailleurs ?, il étudiait qui, lui ?
                Et si ce premier que vous ne savez pas même qui c’est disait n’importe quoi, que les suivants le commentent, vous êtes sûrs que c’est la Culture, votre idole, ça ? Ca ne serait pas plutôt la Sottise ?

                Allez, bonne journée, mon cher Lavigue.

                 

                 


              • kalachnikov kalachnikov 19 juin 2018 11:12

                L’objet de l’enseignement de la philosophie est d’enseigner l’histoire des idées et d’apprendre à disserter (exposer des idées tirées de l’histoire des idées). Il n’est pas de rendre philosophe. Il en est de même concernant les études de lettres ou de maths ; ces enseignements ne sont pas destinés à faire des romanciers ou des mathématiciens (au sens de créateurs).


              • kalachnikov kalachnikov 19 juin 2018 11:14

                Donc, c’est un enseignement destiné à rendre savant, cultivé, lettré et à apprendre à se servir de l’outil pensée. Pour des tâches propres à chacun et correspondant à la personnalité, aux aptitudes de chacun.



              • kalachnikov kalachnikov 20 juin 2018 09:25

                @ Self con troll

                Ouh ouh ouh ouh...

                ’il y a au nord du Mexique, à quarante-huit heures de Mexico, une race de purs Indiens rouges, les Tarahumaras. Quarante mille hommes vivent là, dans un état comme avant le déluge. Ils sont un défi à ce monde où l’on ne parle tant de progrès que parce que sans doute on désespère de progresser. Cette race, qui devrait être physiquement dégénérée, résiste depuis quatre cents ans à tout ce qui est venu l’attaquer : la civilisation, le métissage, la guerre, l’hiver, les bêtes, la tempête et les forêts. Elle vit nue, l’hiver, dans ses montagnes obstruées de neige, au mépris de toutes théories médicales. Le communisme existe chez elle dans un élan de solidarité spontanée.
                Si incroyable que cela paraisse, les Indiens Tarahumaras vivent comme s’ils étaient déjà morts... Ils ne voient pas la réalité et tirent des forces magiques du mépris qu’ils ont pour la civilisation.
                Ils viennent quelquefois dans les villes, poussés par je ne sais quelle envie de bouger, voir, disent-ils, voir
                comment vivent les hommes qui se sont trompés.
                Pour eux, vivre dans les villes, c’est se tromper.
                ils viennent avec femme et enfants, à travers d’impossibles trajets qu’aucun animal n’oserait tenter.
                a les voir ainsi aller leur route, à travers les torrents, la terre qui s’éboule, les taillis épais, les escaliers de roche, les murs à pic, je ne puis m’empêcher de penser qu’ils ont su conserver la force de la gravitation naturelle des premiers hommes’.
                [A.Artaud]


              • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 18 juin 2018 14:23

                La meilleure manière d’enseigner la philosophie est encore de l’appliquer comme le faisait le GRAND SOCRATE : La maïeutique ou l’art d’accoucher et susciter l’envie de savoir et de la recherche. La philosophie est une science vivante que la classe dominante a tenté d’étouffer par le dogmatisme. Un simple énoncé peut se comprendre de mille manières et les mots qui le compose aussi, ainsi que les lettres. D’où la richesses des langues anciennes en descendant jusqu’à l’ACCADIEN. il y a mille manière d’interpréter : tu aimeras ton prochain comme toi-même. Mais si des gourous ou des Eglises s’en mêlent,...


                • rosemar rosemar 18 juin 2018 22:09

                  @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                  Merci pour ce rappel de la maïeutique, l’art d’accoucher les esprits....

                  A lire : Si Platon revenait, de Roger-Pol Droit...

                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 18 juin 2018 22:25

                  @rosemar

                  j’ai un peu enseigné. Ma méthode était simple : Je suis payée pour vous élever au niveau du savoir, expliquez moi comment ? J’ai écouté, les ai regardé, un à un (classe de pied-Nickelés plutôt arabisant). Et l’un d’eux qui était proche de moi me dit : Madame ; vous aimez Platon ,Socrate, et avez-vu : Les enfants du Paradis. C’était Aux Etangs-Noirs ; Commune dont sont partis les djihadistes. j’ai manqué m’évanouir : l’instant était magique et je me suis simplement laissée guidée. C’est eux qui me montraient le chemin et nous rebondisions sur n’importe quel sujet. Mais en France, vous n’avez pas je crois des formations très utiles pour les enseignants. 

                  http://ligueimpro.be/. l’année fut très réussie. On avait donné un appareil photo automatique à chaque élève et ils devaient photographier n’importe quoi à Molenbeek. On s’attendait à du porno. Rien. Le but étant de monter un tableau art contemporain. A SBOLGI Mauro qui m’a tout appris. Mort fin mars de cette année. http://enmemoire.sudinfo.be/annonce/305636791522406410/sbolgi-mauro

                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 18 juin 2018 22:26

                  @rosemar


                  Plongée dans Blavatsky. elle survole tout avec le regard de l’Aigle.

                • Giordano Bruno 18 juin 2018 14:53
                  J’ai une licence de philosophie.

                  Parmi les auteurs estampillés « philosophes », j’ai identifié essentiellement 3 catégories.

                  Les hermétiques. Je n’ai pas compris ce qu’ils voulaient exprimer. Sans doute n’ont-ils pas fait beaucoup d’efforts pour cela. Je ne suis pas disposé à en faire plus qu’eux. Je pense que la plupart sont des imposteurs.

                  Les poètes. Ils s’amusent avec les mots. Ils relient des concepts pour la beauté de la liaison, se moquant bien de la plausibilité de qu’ils écrivent. Je ne les estime pas plus philosophes que les premiers.

                  Les philosophes proprement dits. Ils s’efforcent d’être compréhensibles et ont discours sensé. Hélas pour moi, la plupart d’entre eux dans la plupart de leurs pages ont écrit soit des choses que je pensais déjà soit d’autres avec lesquelles je suis en désaccord. Très peu m’ont vraiment ouvert à des idées qui me furent profitables. Il me faut lire des centaines de pages pour en extraire quelques paragraphes qui me sont réellement utiles.

                  Du coup, je ne lis quasiment plus les « philosophes ». Je passe sans doute à côté de belle pépites, mais tant pis. Je ne suis pas disposé à remuer des tonnes de vase. D’autant que plongé quotidiennement dans la littérature, je trouve chez certains auteurs une densité d’idées d’un intérêt pour moi au moins aussi grande.

                  En lisant les Mémoires d’Hadrien ou la Comédie humaine, je fais d’une pierre deux coups.

                  • ZenZoe ZenZoe 18 juin 2018 15:55

                    @Giordano Bruno
                    Parmi les auteurs estampillés « philosophes »

                    C’est peut-être là le problème. Qui les a estampillés philosophes ? Eux-mêmes, les media, leurs pairs ? S’agit-il d’avoir un diplôme en philo pour l’être ? Et dans ce cas, vous l’êtes aussi avec votre licence, y a pas de raison. Sinon, sans diplôme, comment savoir si on en est un ? Ecrire un bouquin sur le sens de la vie suffit-il ? Et que dire de la foule d’anonymes qui à force de vécu et de lectures se sont élaboré leur propre ligne de pensée ?

                    Au fond, à mon sens, peu importe la définition des uns et des autres. Le principal n’est-il pas de trouver des pépites un peu partout, comme vous le faites, et d’en ressortir plus « éclairé » ?


                  • kalachnikov kalachnikov 19 juin 2018 11:18

                    @ Giordano Bruno

                    C’est assez emblématique que vous ayez une licence en philosophie alors que vous êtes anti philosophe au possible.

                    Exemples ?
                    ’Je n’ai pas compris ce qu’ils voulaient exprimer. [...] Je pense que la plupart sont des imposteurs.’

                    ’Très peu m’ont vraiment ouvert à des idées qui me furent profitables. Il me faut lire des centaines de pages pour en extraire quelques paragraphes qui me sont réellement utiles.’


                  • Giordano Bruno 19 juin 2018 13:06
                    @ZenZoe
                    Je rejoins beaucoup de vos réflexions.

                    Un diplôme de philosophie ne fait pas un philosophe, loin s’en faut. Pour obtenir un diplôme, il faut connaître certaines idées de certains philosophes. Pour être philosophe, il faut être capable d’en produire. Ce n’est pas du tout la même chose. Socrate n’avait pas de diplôme.

                    Qui les a estampillés philosophes ? Eux-mêmes, les media, leurs pairs ? écrivez-vous.

                    Les 3 cas se rencontrent. Je pars du postulat qu’une personne estampillée philosophe qui passe régulièrement dans les médias est sans doute un imposteur, ou à minima un philosophe qui se censure énormément. La philosophie est bien trop subversive pour être compatible avec les médias.

                    Je me méfie aussi beaucoup de ceux qui se déclarent philosophes. Nous pouvons prétendre essayer de philosopher, mais c’est aux philosophes qu’on estime de nous dire si nous y sommes parvenus.

                    Les mots ont dérivé avec le temps. En gros, le sophiste est au philosophe de la Grèce antique ce que le « philosophe » auto-déclaré est au philosophe s’abstenant par humilité ou par scepticisme de se qualifier ainsi à l’époque contemporaine.

                    Je suis convaincu que la plupart des personnes ayant une pensée philosophique très profonde seront à jamais inconnus. Je fais le pari, que la plupart n’écrivent pas de livres (ou ne sont pas édités). Et qu’en plus, ils ne font même pas souvent part de leurs réflexions à leur entourage. La meilleure façon de les détecter est de les regarder vivre. Ils ont choisi leur chemin, et celui-ci surprend par son originalité.

                  • Giordano Bruno 19 juin 2018 13:12

                    @kalachnikov


                    J’ai commencé mes études de philosophie, plein de naïveté sur ce que j’allais y découvrir. Puis, je me suis forgé une opinion et n’ai pas jugé utile d’aller au-delà de la licence.

                  • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 19 juin 2018 13:36

                    @Giordano Bruno Bonjour. Perso en philo j’ai la licence IV de ma mère qui m’a élevé une partie de mon enfance et adolescence dans le bistrot qu’elle avait en gérance. Beaucoup appris sur l’humain.



                    • phan 18 juin 2018 17:27
                      Avec le recul du temps, il me prend l’envie de me remettre à la philo, d’étudier les grands philosophes du passé, de me questionner sur toutes sortes de sujets.
                      Et les philosophes du présent comme Botul-Henri Lévy ?


                      • mmbbb 18 juin 2018 19:25

                        @phan Vous pouvez avoir fait des lingues etudes et etre neanmoins engage dans des chemins obscurs BHL SARTE et Heidegger des exemples typiques . BHL en tient une sacree couche c ’est le paradoxe de ces personnes Il est vrai qu en France nous avons le culte de l intellectuel



                      • Montdragon Montdragon 18 juin 2018 19:01
                        « Sachant que je tue mes enfants et mes petits-enfants à persister dans l’erreur à voter pour le 4ème Reich, dois-je continuer à exister physiquement en tant que contributeur Agoravox ? »
                        Vous avez 5 mn.

                        • mmbbb 18 juin 2018 19:33

                          @Montdragon La France a toujours ete plus ou moins soumise Jules Cesar d une part et desormais depuis tonton Adolf, Merkel Quoi qu il en soit vous pouvez rester , c’est ce que disait dans un discours et sous une forme tres argumentee dans un beau francais Philippe Seguin dans un discours a l assemblée nationale Les Allemands ne se soumettraient jamais Nul n est prophéte en son pays


                        • philippe baron-abrioux 19 juin 2018 07:34

                           Bonjour Rosemar ,

                           je me souviens avoir utilisé avec plusieurs groupes de jeunes en difficulté avec le français un outil appelé, si ma mémoire est bonne, « photo- langage » . quelques dizaines de photos en noir et blanc de scènes de la vie courante .

                           à plusieurs reprises , lors de discussions à bâtons rompus ou pendant les pauses , le mot « philosophie » avait été cité . plusieurs questions étaient associés à chaque fois à ce mot : « c’est pour qui ce truc ? à quoi ça sert dans la vie ? pourquoi c’est obligatoire pour avoir le bac ? c’est quoi en vrai la philo ?

                           je n’étais que formateur et je voulais éviter l’écueil de tenter une définition (bien difficile d’ailleurs à donner de la philo ) . je percevais malgré tout une curiosité pour cette philo dont ils avaient tous ou presque entendu parler sans avoir la moindre idée de ce qu’elle était et encore moins bien sûr des auteurs désignés comme des »philosophes« .

                           mon prof de philo m’avait offert lors de sa mutation son »encyclopédie des philosophies et des religions « de Bordas , inadapté et trop orienté pour pouvoir être utilisé .

                           je ne me souviens pas avoir entendu parler de »la philo pour les nuls « .je suis donc allé chez mon libraire habituel ,à plusieurs reprises pour tenter de trouver un outil simple qui pourrait servir de support et tenter éventuellement d’approcher des domaines habituellement dits »philosophiques « , selon moi , les choses les plus banales , les plus courantes de toute vie .

                          je me suis donc équipé de cet outil que j’ai soumis au regard de ces jeunes , un secrétaire de séance était choisi dans le groupe et les échanges étaient enregistrés sur magnétophone .

                           étrange ambiance lors de ces moments , calme quasi permanent , écoute attentive , échange sur ce que chacun avait »vu« dans chaque photo et débat apaisé quand une photo »suggérait" bien plus que ce qu’elle représentait , que ce soit l’illustration d’un sentiment , d’une pulsion , d’un concept .

                           avalanche de questions et de tentatives de réponses données par ces groupes .

                           était ce de la philo ? une ouverture et une place laissée à une curiosité ? les deux peut être .

                          bonne fin de journée , Rosemar !

                           P.B.A.


                          • kalachnikov kalachnikov 19 juin 2018 08:33

                            @ philippe baron-abrioux

                            Bonjour ;

                            Selon Platon, s’étonner de ce dont nul ne s’étonne. Et ajoute Schopenhauer, disciple de Platon, s’élever du particulier (ce qui est propre à un individu) au général (ce qui est commun à tous).

                            La sagesse, c’est la connaissance de l’Homme, et par là la connaissance de soi.


                          • Crab2 19 juin 2018 11:29
                            Qui connaît Platon ?

                            Aujourd’hui, pour nos compatriotes étudiants, c’est le jour philo du bac jusqu’à ce que Platon s’en suive...

                            https://laicite-moderne.blogspot.com/2018/06/qui-connait-platon.html

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès