• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’inflation : éléments de réflexion

L’inflation : éléments de réflexion

 

Phénomène monétaire visible à travers la hausse générale des prix de vente des biens et des services.

L’inflation signifie la perte du pouvoir d'achat (*) de l'unité monétaire du pays. Cela pousse les agents économiques à dépenser avant que cette perte s’accentue. L'inflation "détruit l'atmosphère de confiance…"1.

La perte de pouvoir d'achat est égale à l'augmentation, en pourcentage, de l'indice des prix à la consommation (IPC).

L'inflation a pour causes :

la demande. "La cause immédiate de l'inflation est toujours et partout la même : un accroissement anormalement rapide de la quantité de monnaie par rapport au volume de la production."2 (cf. : théorie quantitative de la monnaie (*)). Croissance de la quantité de monnaie, c'est-à-dire de la masse monétaire, due à l'excès de création monétaire, principalement :

    - à travers l'augmentation du volume des crédits à l'économie octroyés à des taux d'intérêt avantageux tant en termes nominaux que réels. Augmentation qui va doper la croissance économique (cf. : surchauffe économique (*)) ;

    - et, dans certains pays, au financement du déficit de l'État par recours à la "planche à billets (*)"2.

Les agents économiques disposant alors de liquidités abondantes, leurs demandes de biens et services augmentent plus vite que l'offre de ces mêmes biens et services. In fine, l'équilibre se réalise grâce à la hausse des prix.

l'offre, notamment à travers :

    - une augmentation des coûts de production due à : la hausse des matières premières, la hausse des taxes et droits divers, à l'accroissement des normes et des contraintes réglementaires… mais aussi à la hausse des salaires qui, voulant rattraper l'inflation des prix, va engendrer la spirale ou boucle inflationniste "prix/salaires" ;

    - une hausse du coût des importations lié : à la dépréciation de la valeur de la monnaie nationale sur le marché des changes, à la volonté du ou pays exportateurs… ou encore à la spéculation en occurrence de risque géopolitique, du climat, de guerre, etc.

N.B. : Quand l'inflation est uniquement par les coûts, elle doit entraîner, selon la théorie quantitative de la monnaie, toute chose égale par ailleurs, une baisse de la masse monétaire et, in fine, une baisse générale de la dépense, c'est-à-dire de la demande globale, la monnaie se faisant rare.

Outre les éléments entrevus ci-dessus, l'inflation va engendrer, et cela de manière d'autant plus importante qu'elle sera forte et persistante :

- une diminution de la valeur réelle (en monnaie nationale) des capitaux sous forme monétaire ou financière. Diminution conjuguée à celle concomitante du taux d'intérêt réel, quand il est fixe ;

 De fait, l'inflation, si elle doit perdurer, encourage l'endettement à taux fixe en monnaie nationale (quel qu'il soit : pour investissements productifs ou spéculatifs) et donc l'esprit d'entreprise, mais décourage l'épargnant et l'investisseur ;

- la diminution de la compétitivité des entreprises et plus spécialement des exportations du fait du renchérissement des prix de vente, à moins que le taux de change baisse proportionnellement. Mais, si celui-ci baisse, cela va engendrer un renchérissement du coût des importations et, in fine, si les deux se conjuguent, une baisse… de la croissance économique ;

- une fuite devant la monnaie (perte de confiance) qui, convertie dans l'achat par anticipation de biens et services avant une nouvelle hausse des prix, accélèrera l'inflation ;

- un mécontentement social, réclamant une indexation des salaires nominaux et de toute prestation de transfert et des retraites sur le taux d'inflation, car avec l'inflation, leur montant réel diminue. Ce mécontentement est souvent conjugué à un sentiment d'injustice ressenti par les agents économiques pauvres ou modestes et n'ayant aucune dette. Sentiment réel, que leurs dépenses contraintes augmentent plus vite que l'IPC ;

- une altération de nombreux calculs économiques ou financiers, notamment ceux qui intègrent un taux d'actualisation ;

- une diminution (hors action de la Banque centrale sur les taux) du cours de la monnaie nationale sur le marché des changes et donc un renchérissement de tout actif libellé en devise "réévaluée" ;

- …

- une augmentation des stocks (spéculatifs ou non) des entreprises (surtout celles de négoce) dans l'attente d'une nouvelle hausse des prix de vente ;

- mais aussi, une stimulation à court terme des recettes de l'État − outre l'allégement du fardeau d’une part de sa dette publique, si émise à taux fixe −, car elles voient la valeur nominale de leur assiette augmentée (la TVA notamment). Effet, qui peut même réduire un déficit budgétaire existant, car les dépenses de l'État sont assez rigides et ne suivent généralement pas intégralement l'inflation.

La plupart des gouvernements − mêmes ceux qui ont une la dette publique importante (l'inflation leur est globalement profitable) − suit donc l'inflation avec une attention très particulière. Même si certains, souvent ceux des pays en développement, essaient parfois, en truquant les chiffres, de masquer son importance à leur population, ainsi qu'à leurs investisseurs… ignorant volontairement qu'une inflation non maîtrisée peut avoir des méfaits négatifs incommensurables (cf. : hyperinflation (*)).

Les Banques centrales des pays développés ont pour mission statutaire de combattre l'inflation, donc de veiller à la stabilité des prix et pour cela avoir explicitement une cible d'inflation (cf. : indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) (*)) inférieure à 2%, en se gardant toutefois de la déflation 3 avec une inflation trop inférieure à cette cible. Leur instrument est la mise en œuvre d'une politique monétaire adéquate associant un taux directeur conforme à leur attente, parfois associé à un surcroit de réserves obligatoires afin de retirer, de geler une certaine quantité de monnaie. Cela, malgré le risque de voir croître, à court terme, le chômage (cf. : courbe de Phillips (*)) et un ralentissement de la croissance économique 4.

 

N.B. : divers termes accompagnent celui d'inflation, notamment : l'inflation rampante quand il s'agit de quelques pour cent par an, durant plusieurs années ; l'inflation galopante... de plusieurs dizaines de pour cent, annuels ; l'inflation explosive ou l’hyperinflation de plusieurs centaines de pour cent par an ; l'inflation masquée dans laquelle le prix du produit ne progresse pas, mais sa qualité et/ou son contenu diminuent… et l'inflation perçue. Cette dernière montre que le consommateur a le sentiment que l'inflation qu'il subit est toujours supérieure à celle mesurée et publiée par les autorités du pays. Toutes les études 5 montrent que le consommateur retient davantage la hausse d'un prix plutôt que la baisse d'un autre, qu'il se focalise sur ses achats fréquents plutôt que sur ceux occasionnels, qu'il perçoit l'inflation de manière individuelle et à court terme alors que l'IPC est une mesure générale et qu'il doit être apprécié sur un an, etc. 

 

1. John Maynard Keynes (1883-1946) : La réforme monétaire, Chap. I-I-3, p. 48.

2. Milton Friedman (1912-2006) : Inflation et systèmes monétaires, première partie, chapitre 1, L'inflation, mal incurable, p. 67 et 79 (planche à billets). Friedman parle aussi d'imposition indirecte pour qualifier l'inflation (p. 76).

3. "Ainsi, l'Inflation est injuste, la Déflation est dangereuse. [...]. Il est pire en effet [...], de causer du chômage que de duper le rentier." (Keynes, Id. Chap. I-II, p. 57).

4. "J'ai déjà souligné quels pouvaient être les effets indirects du remède contre l'inflation. [...] un ralentissement de la croissance et un chômage important." (Friedman, Id., p. 84).

5. Qu'est-ce que l'inflation ? (ecb.europa.eu).

 

(*) prochain article.

 

Crédit photo : ici.


Moyenne des avis sur cet article :  2/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 20 juin 10:28

    La théorie économique c’est comme la philosophie : il n’y en a pas une mais plusieurs : quasiment autant qu’il y a d’individus concernés.

     

    Ce qui n’empêche personne de présenter la sienne. Mais il faut pour cela avoir une bonne raison.


    • tashrin 20 juin 16:45

      L’inflation est la seule manière de rembourser la dette déjà abyssale démultipliée par Macron et l’épisode COVID et la gabegie qui l’a accompagné. Hormis le défaut dont il ne saurait être question, évidemment...

      Donc il ya fort à parier que l’inflation est là pour un moment... et qu’il vaut mieux avoir des dettes que de l’epargne... qui sera du coup indirectement ponctionnée. Et directement si ca ne suffit pas.

      Ceci dit, les prix étaient moins sujets à variation depuis plusieurs années, mais les salaires ont baissé considérablement depuis 20 ans... ce qui s’assimile finalement à une inflation ciblée sur les travailleurs... 


      • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 20 juin 18:52

        @tashrin
         Vous ne pensez pas que votre commentaire, c’est du parti pris.
         Non mon cher tashrin, tout le monde est touché et pas uniquement les travailleurs.
         Avoir des dettes, c’est toujours oublié que c’est une voie qui est remplie de danger d’inflation aussi.
         Les prêteurs ne sont jamais devenus philanthropes. La misère humaine, ils s’en foutent et parfois ils en profitent avec des taux de plus en plus élevés.
         La fameuse pomme pour la soif, il faut en comprendre les tenants et les aboutissants.
         Comme je l’ai écrit dans mon dernier billet dans lequel je présentais la Branche 21 ou la Branche 23. Il s’agit de bien étudier comment la Bourse fonctionne comme je l’ai fait une époque avec mon PC tout neuf en 1983.
           


      • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 20 juin 16:57

        @Aimé,

         C’est pas l’inflation qui est grave, c’est la stagflation.

         Tant qu’on peut payer cette augmentation des prix, pas de problème.

         Quand ce ne se sera plus possible, que les drames vont commencer ?

        L’économie s’immobilise et l’argent ne roule plus. On appelle cela une économie de guerre et de privations limitée à l’essentiel obligatoires.

         C’est ce que j’ai essayé de faire comprendre dans ce billet avec humour dans la catégorie « Parodie »

         .


        • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 20 juin 17:04

          Quand les taux d’intérêts sont nuls comme ce fut le cas c’est dernières années, l’argent n’a plus de valeur.
          On peut faire fonctionner la planche à billets.
          On oublie par la même, la vétusté du matériel.
          Une inflation de 3% est nécessaire.
          Le problème c’est qu’elle est montée trop vite.
          Les raisons sont simples à comtrendre.
          L’arrêt Covid pendant des mois
          Le rebond en 2021. La demande dépassant l’offre. Pénurie. Montée des prix.
          Pour couronner le tout, en 2022, la Russie qui a des envies d’extension.
          Et, la découverte subite que tellement de choses essentielles proviennent de Russie que l’on n’est pas prêt de remplacer. .


        • Jetokex Jetokex 20 juin 21:42

          Bon en fait c’est plus simple que ca.

          T’a un tas de bien, et un tas de billets. 

          T’indexe tes billets sur ton tas de bien.

          Arrive un banquer véreux, qui commence a dépenser de l’argent neuf, la planche a billet, l’ex nilho. Du papier. Il le donne a ses amis.

          Donc on as plus de billet, et autant de bien -> Chaque billet vaut moins.

          Il te font des cachoterie, mais en gros ca fonctionne en « rotative ouverte » depuis le début du covid, ce qui fait que l’hyperinflation est déja en route, le seul moyen de l’arrêter serais de bruler des gros cochon (détruire leurs capitaux)

          Ensuite le tas de bien... Ben il est creux, et tout le monde le sait. Des « bulles », des « actifs toxiques », bref, de l’actif volé, tu crois que t’a un truc, mais t’a rien.

          Tout ceci a été planifié et voté par les puissant entre eux, il veulent une démolition controlée facon 1939 et en sortir 1% qui détient 99%.

          « Tout changer pour que rien ne change »

          Par ailleur, a cette occasion on vous enfile pass vaccinal pass climatique carte d’identié mondiale et monaie electronique.

          Une unique agence mondiale pourra vous cancel d’un seul clic, vous n’existez plus. L’ordre public du futur est un chantage perpétuel aux fonction bridé/débridé. 

           

          Les années de merde que vous allez vivre sont planifié. Fourrez vous dans le crane que cette crise est artificielle, organisé, par les suspect habituels.

          Ce n’est pas le destin qui vous frape, c’est le forum économique mondial.


          • Aimé FAY Aimé FAY 25 juin 12:48

            Bonjour,

            Lundi 26/06/22, je propose, comme convenu, un article sur le pouvoir d’achat.

            Bon WE à toutes et tous.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité