• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La fabrique de Noël...

La fabrique de Noël...

JPEG

La façade de l'église s'illumine et soudain, une fée déverse une pluie d'or sur les murs... on découvre alors une inscription en lettres d'or : La Fabrique de Noël...

 

Encore un tourbillon de lumières sur l'édifice qui change de couleur ! Il passe du bleu à des teintes dorées alors qu'une étoile filante apparaît et parcourt toute la façade... L'atelier du père Noël se dessine alors comme par magie !

 

Des briques en couleurs surgissent... Il neige et, dans la tourmente, des tourbillons de cadeaux s'envolent...

 

Et voici le père Noël qui nous sourit entouré d'une multitude de bottes de Noël !

 

Puis, s'inscrivent des mots d'enfants adressés au père Noël : J'espère que tu vas bien, tu vas avoir beaucoup de travail... cette année, j'ai été bien sage, sauf une fois..."

 

Et la fabrique se met en marche : Analyse des demandes, affectation des lutins, vérification des stocks, préparation, fabrication, mise en route chrono...

 

Les aiguilles tournent, s'affolent : l'horloge sonne !

 

Se dessinent alors tous les rouages de la machine... les lutins s'activent pour acheminer les cadeaux.

 

Et l'édifice devient un magnifique paquet-cadeau !

 

C'est un tourbillon de cadeaux colorés qui enveloppe la fabrique avec des milliers d'étoiles !

 

Les monuments de la ville de Nîmes sont aussi mis en lumière sur la façade : la Maison Carrée, les Arènes, la Cathédrale...

 

Enfin, le traîneau du Père Noël apparaît en ombres chinoises, filant à toute allure, se rapprochant de plus en plus...

 

 

Joyeux Noël à tous !

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2021/12/la-fabrique-de-noel.html

 

Vidéos :

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.14/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Schrek 27 décembre 2021 11:54

    Avez-vous enfin tourné les buches du Père Noël ?


    • Pascal L 27 décembre 2021 11:59

      Le 25 décembre 274, l’empereur Aurélien proclamait Sol Invictus pour faire de l’ombre à la fête chrétienne de Noël. Aujourd’hui, la fête du Père Noël poursuit le même objectif. Ce père Noël qui fait pleurer les enfants lorsqu’il n’y a pas assez de cadeaux devant le sapin. Que va-t-il rester à ces enfants lorsqu’ils vont se rendre compte que les cadeaux coûtent ? Vont-ils continuer à acheter toujours plus de cadeaux à la prochaine génération ? 

      Tout ça pour que nous ne voyons pas le plus beau et le plus inouï des cadeaux que Dieu nous a fait : la vie éternelle, car c’est bien cela que les chrétiens célèbrent à Noël. Qui peut bien avoir intérêt à ce que nous l’ignorons ?


      • Séraphin Lampion Schrek 27 décembre 2021 13:52

        @Pascal L

        Vous renversez la chronologie et donc l’histoire réelle : Sol Invictus a précédé le Noël chrétien dont il est la matrice, et non pas le contraire.

        L’empereur Aurélien (270-275) a assuré une place officielle à cette divinité reprenant les cultes d’Apollon et de Mithra pour l’usage des soldats de l’armée romaine recrutés un peu partout en proclamant que le Soleil invaincu était le patron principal de l’Empire romain, et en inaugurant un nouveau temple en l’honneur du dieu Sol le 25 décembre 274, faisant ainsi du 25 décembre, alors solstice d’hiver, une fête officielle appelée le « jour de naissance du Soleil » (du latin dies natalis solis invicti). Cette fête est venue se placer dans le prolongement des Saturnales, une période de fête ancienne et la plus importante de Rome. Un temple dédié au Soleil au Champ de Mars, et orné du butin rapporté de Palmyre était servi par un collège de prêtres nommés pontifices Solis.

        Ensuite, Constantin Ier, le premier empereur romain converti au christianisme mais adepte du Soleil invaincu au début de son règne a fait du dimanche, appelé à Rome « jour du soleil », un jour de repos en hommage au Sol Invictus par une loi du 7 mars 321. Les premiers chrétiens célébraient déjà le dimanche en tant que jour de la résurrection du Christ et « premier jour de la semaine », et se réunissaient pour une Eucharistie le dimanche soir. Un des titres messianiques appliqués à Jésus étant « soleil de justice », un syncrétisme avec le symbolisme solaire romain a alors été effectué dans un contexte chrétien, et la christianisation de l’empire romain a progressivement remplacé le culte de Sol Invictus par la célébration de la naissance de Jésus de Nazareth le 25 décembre par les chrétiens de Rome.


      • Pascal L 27 décembre 2021 17:56

        @Schrek
        Ne croyez donc pas tout ce qu’on vous raconte sans vérifier. Je sais que cela peut rassurer d’entendre quelque chose qui va dans le sens de ses convictions et le plus souvent on oublie de vérifier. Vous nous démontrez à quel point les tentatives d’effacement du christianisme trouvent des oreilles attentives dans la population. Le succès du Père Noël en est un autre exemple.

        Saint Hyppolyte de Rome donne, entre 202 et 204, les dates du 25 avril et du 25 décembre comme dates possibles pour la naissance de Jésus. C’est donc bien avant la proclamation de Sol Invictus le 25 décembre en 274 par l’empereur Aurélien. Ceci dit, il peut être né n’importe quel jour sans que cela change quelque chose pour les Chrétiens.

        Par ailleurs, proclamer la renaissance du soleil un 25 décembre, c’est particulièrement insultant pour les astronomes de l’époque. Le solstice est le 21 décembre (en fait le 12 décembre le soir et le 1er janvier le matin par chez moi). Il est tout de même assez facile de planter des piquets pour vérifier l’alignement du soleil et ce serait même à votre portée s’il n’y avait pas autant de nuages à cette période de l’année. Il ne faut pas oublier que le diamètre de la terre avait été calculé avec une bonne précision dès le 2ème siècle avant notre ère par Eratosthène et c’est autrement plus complexe.

        « soleil de justice » pour Jésus, vous confondez avec d’autres prétendants au titre de Messie, tels que ceux qui ont laissé des traces à Qumran. Cette idée de soleil de justice est hérétique d’après l’enseignement de Jésus. Jésus nous a révélé un Dieu d’amour et l’amour dépasse la justice. Le Dieu de justice, c’est celui de l’ancien Testament et encore, plus sur la fin. Parler de soleil de justice, c’est refuser l’amour de Dieu.

        Quand à Constantin, il voulait une religion pour lui, pas pour Dieu. Nous lui devons le schisme de l’Eglise Orthodoxe qui est intervenu plus tard, mais il en avait semé les graines car les Orthodoxes ont choisi le lien avec le pouvoir.

        Pour les Chrétiens, Jésus est bien vivant et vous pouvez le rencontrer si le cœur vous en dit et vous n’êtes pas ainsi obligé de me croire. Il n’est pas nécessaire d’avoir un certificat de baptême, mais il faut accepter de vous laisser aimer par un amour infini ce qui pose tout de même un problème à beaucoup de monde. Le fait de pouvoir communiquer avec lui nous évite le genre d’hérésies que vous me citez. Jésus sait parfaitement montrer sa présence chez ceux qui ont une foi véritable. C’est même à la présence de l’Esprit-Saint que je reconnais des communautés ou des individus authentiquement chrétiens. Ce n’est pas moi qui décide, c’est Dieu.


      • Xenozoid Xenozoid 27 décembre 2021 18:01

        @Pascal L

        car les Orthodoxes ont choisi le lien avec le pouvoir.

        et pas les autres ?


      • Pascal L 28 décembre 2021 12:00

        @Xenozoid
        Les autres ne l’ont pas choisi car c’est contraire à l’enseignement de Jésus : « Alors le diable l’emmena plus haut et lui montra en un instant tous les royaumes de la terre. Il lui dit : « Je te donnerai tout ce pouvoir et la gloire de ces royaumes, car cela m’a été remis et je le donne à qui je veux. [c.f. Sourate 3, 26 où ce pouvoir est attribué à Allah] Toi donc, si tu te prosternes devant moi, tu auras tout cela. » » (Luc 4, 5-7)
        Les armes ne sont pas du côté de l’Eglise et cette Eglise est parfois faible. Satan est aussi assez fort pour pervertir des chrétiens mais jamais l’ensemble de l’Eglise. L’orthodoxie souffre toujours de ces liens avec le pouvoir et son organisation suit l’organisation politique. En témoigne le schisme de l’Eglise Ukrainienne qui a introduit une dispute entre plusieurs Eglises orthodoxes.
        Ceci dit, l’Esprit-Saint est également présent auprès d’orthodoxes qui préfèrent Dieu à César. Ceux-là sont authentiquement chrétiens.


      • Florian LeBaroudeur Florian LeBaroudeur 27 décembre 2021 12:16

        Quand j’ai lu « La fabrique de Noël », je pensais que vous avez enfin écrit un article de réflexion. Las...il n’y a décidément rien à attendre d’un esprit conventionnel pour un anticonformiste. 


        • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 27 décembre 2021 15:00

          @Sergio
           bonjour,
           
           qu’on se comprenne bien : je ne fais pas à Jelena le reproche de ne pas écrire des articles, mais de se plaindre de la mauvaise qualité des articles publiés ici.
           
          Cordialement.


        • ETTORE ETTORE 28 décembre 2021 01:02

          Bonsoir rosemar.

          Joli, mais bien, dans l’ère du temps.

          Projection factice et éphémère.

          Ce qui reste, immuable mais effacé, est le support en arrière plan, qui défie les siècles, et le temps ....des hommes.

          Actuellement, beaucoup se contentent de maquiller la surface des choses, de tricher avec l’existant, pour quelques couleurs arc en ciel, qui leur semble, devoir leur appartenir, à tout prix, et que la pluie des larmes, viendras emporter.

          On se contente désormais du superficiel, sûrement parce que la profondeur d’âme, devient un luxe que beaucoup ne peuvent plus se payer, pour de multiples raisons.

          C’est rapide, expéditif, démontable, et remballé aussitôt la magie des yeux écarquillés rendormis.

          Pourtant, l’homme avait, avant, l’art et la manière de peindre pour l’éternité, des joyaux artistiques, que nous enfermons dans des musées, comme des reliques d’un temps, ou les rêves étaient possible, et que la réalité, s’y pliait, à force de volonté.

          Où est passé ce « Fais le » si impératif, qui éclosait dans l’esprit, et qui animait les mains, et qui nous laisse sans souffle, devant un marbre, une toile, dont nous nous sentons proche par fraternité d’humanisme, mais prisonniers d’un monde, ou le factice et la supercherie sont roi et reine, sur le même trône bicéphale ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité