• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La guerre malade

La guerre malade

Le fait qu'à peine commencée, cette guerre nous interpelle déjà sur son coût en Euros, qu'on en soit déjà à comptabiliser les heures de vol et le prix de chaque missile, révèle que la guerre perd en transcendances et qu'on commence à en parler plus librement, sans se sentir interdit par quelque drapeau ou monument aux morts.

Quand les Etats n'étaient encore que des cités, on ne se lançait pas dans une guerre sans se poser cent fois la question de son coût humain. Dans les deux camps, on savait qu'il allait y avoir des morts. Des gens très bien, des gens précieux allaient mourir et cette perspective rendait l'atmosphère grave. A chaque fin de guerre, on honorait les braves tombés au combat et il était hors de question de dire qu'ils avaient eu tort. De génération en génération, on a perpétué le culte des héros, on a sacralisé son Histoire et on ne l'a jamais critiquée.

Puis les Etats ont dépassé la taille de cités et il commença à apparaître que le sang à verser sera surtout fourni par les populations inféodées qui assumeraient aussi la charge financière de la logistique. La déconnexion devenait plus forte entre le Pouvoir qui décidait d'une guerre et la masse qui allait devoir en payer le prix.

En 1914, suite au soudain assassinat de l'archiduc François-Ferdinand, en un instant et pour une vague raison d'alliance d'essence aristocratique, un tas de pays se sont retrouvés en guerre. Pas le temps de pisser que Bidochon partait déjà vers quelque carnage. On ignorait qu'on démarrait le plus grand conflit de tous les temps mais on se doutait tout de même bien que ça allait être du lourd. On n'a pourtant pas parlé d'argent. Et même une fois lancée, cette guerre n'avait pas trop porté à s'interroger sur son coût. Ce n'est qu'à la fin, quand on a pensé à taxer le vaincu, qu'on a sorti les bouliers.

En 1939, on avait encore moins le choix mais je ne sache pas qu'on ait vérifié ce qu'on avait en caisse. Comme les EU y ont pris part sans avoir l'air de regimber sur quelque dépense que ce soit, comme ils auraient même joué les grands seigneurs allant jusqu'à livrer des Jeep à Staline, on en est encore sorti en conservant l'idée qu'une guerre peut se déclencher sur un coup de tête, qu'on n'avait pas à regarder à la dépense et qu'on devait réserver nos regrets aux morts. La sonnerie aux morts, le lever du drapeau, la minute de silence, la Marseillaise, ces rappels aux sacrifiés censuraient tous les chahuts et discours. Ca ne veut pas dire que personne ne se souciait des dépenses, mais ça veut dire que seuls quelques Colbert et autres Rothschild calculaient en toute discrétion les coûts en argent.

Les deux grosses guerres avaient fait tant de morts qu'on ne pouvait plus accorder d'amples cérémonies à chaque héros. On a semé les cadavres dans des champs qu'on a constellé de croix alignées, on a construit un vague monument collectif et faute de pouvoir considérer les qualités de chaque héros, on est allé à fasciner plutôt sur leur nombre. Millions ici, millions là, rien en dessous du million. C’est pendant ces guerres que par métonymie, on a utilisé le mot "chiffre" pour désigner le service de cryptographie des armées. Faire du chiffre deviendra un objectif, même civil.

Puis, en 1991, il y eut la Guerre du Golfe, menée par les Maîtres de la guerre. Comme ce sont des gens qui n'ont pas la réputation de radiner sur les armes, on en est encore resté à l'idée qu'il n'y avait pas à considérer la dépense si l'on voulait s'éviter des pertes humaines.

La guerre apparut alors bigrement technologique. On lance un Tomahawk, on se prend un scotch et le temps qu'on le déguste, la bombe arrive toute seule à destination et boum, tue le cafard qui n'a même pas le temps de piger ce qui lui arrive. Cette jouissance à tuer au loin en restant en pantoufles dans son salon vaut largement le prix d'un missile. 

Ce fut déjà le cas avec la guerre d’Indochine, d’Algérie et du Vietnam, mais avec l’Irak c’est devenu encore plus clair : on ne doit faire la guerre qu’à des gens en tongues qu’on domine très largement par la technologie de guerre.

Pendant la guerre du Golfe, nous ressentions les Irakiens comme étant des gens vraiment lointains. 12 ans plus tard ça n'a pas changé et c'est encore pire avec les Afghans.

Mais avec la Libye, il se passe quelque chose d'inédit. Ce pays n'est certes pas inscrit dans nos catalogues de villégiature ordinaire mais comme il est situé entre les autres pays du Maghreb où nous jouons régulièrement les nababs, il nous semble tout de même proche. C'est que depuis 40 ans, nous sommes devenus bien plus familiers des Marocains et des Algériens que des Bulgares et autres Kosovars. Nous connaissons tout du dromadaire, du henné, du raï, des pyramides, des lanternes en vessie de mouton, du couscous et du tadelakt. Nous pouvons citer les rois et les villes de ces pays du Maghreb alors que vers le sud-est, au-delà de Venise ou la vallée du Danube, c'est le grand brouillard. Et puis entre les Maghrébins et nous, c'est méchoui merguez pas de chichis. On se reçoit mutuellement, on se baigne dans leurs piscines, ils installent leur tente chez nous, on se fréquente en somme.

Cette guerre en Libye ressort donc comme étant la plus proche depuis 70 ans (Deux de nos nez pointus qui bombardent en Libye décollent et atterrissent dans la Haute-Marne !)

Et ces dernières années, il y a le GSM. 

Pendant la guerre du Vietnam, les EU, croyant bien faire, avaient permis aux reporters d'arpenter le terrain pour en rapporter des infos destinées au grand public.

Pendant la guerre du Golfe, les EU ont changé de politique et ont bloqué les reporters dans un hôtel. Le public n'avait donc que les images et infos censurées à se mettre sous la dent et n'a donc pas pu voir comment les Américains avaient calciné des centaines de milliers de soldats Irakiens, sans perdre un seul homme.

Et là, avec la Libye, commence à apparaître un fait nouveau. Comme il y a trois groupes dont un hors sol et que les reporters sont bloqués dans deux hôtels, c'est quasiment le péquin lambda qui, avec son GSM désormais équipé de webcam, livre à tous les protagonistes des images aussi bien populaires que d'intérêt militaire. Je dis tous les protagonistes car une image envoyée de Benghazi vers Rome, se retrouve dans l'heure dans tous les camps à la fois.

Dans les guerres précédentes, les soldats de chaque camp ne communiquaient qu'avec leurs chefs et ne portaient pas de GSM pour faire coucou à leur fiancée. Mais là, en Libye, c'est n'importe quoi puisque c'est une guerre civile. Les protagonistes n'ont pas de radio militaire, ils ont un GSM et les images qu'ils prennent de la guerre, des positions, des retranchements, giclent dans toutes les directions.

Concernant les infos militaires, les QG ont certes leurs propres sources, par exemple satellitaires ou volantes. Mais j'ai l'impression que dans les deux camps, les QG s'intéressent pour la première fois de l'Histoire aux infos en provenance du médiaparticulier. Si la Coalition pressent une cible, elle espère que des quidams lui enverront des infos de validation. Et même après une frappe, c'est encore des quidams qui peuvent fournir des images montrant les résultats. 

Concernant les infos populaires, grâce au GSM, on peut voir en direct la tronche de celui à qui on vient d'envoyer un mail " Alors Momo, elle te plaît la tof de son string ?". Et pareillement, on peut voir la tête qu'il fait si on préfère lui envoyer un missile "Alors Momo, ça fait comment le bruit ?" .

D'autre part, alors qu'on voit vraiment la guerre sous tous les angles possibles, on ne constate jamais d'héroïsme tel qu'il nous était traditionnellement servi. Les gars sont certes tous audacieux mais chaque fois qu'ils se font carboniser, ils ont bien plus l'air de couillons que de héros. Nous les trouvons aussi inconscients que braves, aussi pugnaces que stupides et indisciplinés. En fait nous voyons toutes les faiblesses du guerrier. Et ça vaut pour les 3 camps. Etant clair que c'est dans celui de la coalition que se trouvent les planqués.

Ici, on fait la guerre en restant dans son salon et on mate les dégâts que font nos robots chez le pote d’hier. N’étant pas occupés à ramper sous des barbelés, nous sommes disponibles pour papoter, commenter, sur AVox, avec nos potes en sueur de Benghazi, avec nos cousins terrorisés de Tripoli. Nos bavardages forment le principal fond sonore de cette guerre. Nos réflexions de salon se mélangent avec celles des gars qui sont sous les balles et nous voilà à parler de l'arrière au front, du soldat à la mère, de l'assiégé au fournisseur d'armes, tout ça sans aucune censure militaire. Je ne doute pas que Big Brother écoute ce brouhaha mais il ne peut pas le censurer, du moins pour l'instant. Ce n'est plus l'armée qui commente, ce ne sont plus les reporters, c'est nous, les péquins.

Dans le camp de l'Archange, la guerre n'est plus un chantier où le sang versé par les siens rendait indécente la question pécuniaire. Comme il n'y a plus de mort côté archange, comme il n'y a pas de messe ni de recueillement à prévoir, comme il n'y aura pas à cultiver de transcendances morbides du genre "Mort pour la patrie" ou "A nos morts", comme on ne voit plus rien d'héroïque, plus rien qui impose le respect, on ne se gêne plus pour parler sous.

A peine la guerre a-t-elle démarré que nous sortons déjà nos calculettes « Tu te rends compte, avec un seul de ces missiles je pourrais m’offrir une superbe maison » « Etait-ce bien le moment de dépenser autant alors qu’EDF parle d’augmenter encore ses tarifs ? » « Dis-donc, à ce prix là, tu crois qu’on va pouvoir tenir longtemps la cadence ? C'est que j'ai encore 4 ans de Cetelem à rembourser moi »

De même que nous nous préoccupons de la facture des SMS que nous envoyons, nous nous faisons du souci pour la facture des missiles que nous expédions "Dis-donc, ça va me coûter encore combien que tu tues ces 4 connards dans leur char de merde ? " " Dites les gars là, vous ne pourriez pas trouver un moyen de les tuer pour moins cher, chais pas moi, un gaz, un poison, hein, les gars !" "Offf, après tout, si ça doit coûter 1 million pour faire sauter un nid mais que tu me garantis qu'après ça, yaura le triple à se faire en pétrole, je suis d'accord". On approche du moment où l'on pourrait organiser des paris sur la guerre.

Le sang qu'on versait autrefois sublimait tout puisqu'on ne peut rien reprocher à un mort dont un tiers affirme qu'il a sacrifié sa vie pour nous et les chefs se sont régulièrement servis des Jean Moulin, des Guy Môquet et même de De Gaulle pourtant mort dans son lit, pour imposer aux générations suivantes le silence dit de décence. Il a toujours été impossible de remettre en cause les guerres passées et on n'a jamais eu d'autre choix que de perpétuer, d'une manière ou d'une autre, l'esprit de la guerre porté par ses transcendances magnifiées. (sur les forums on voit régulièrement des gens chanter l'héroïsme de leur grand-père).

Mais quand on sortira de guerre sans déplorer de morts, qui pourra nous imposer le traditionnel silence de décence ? Qui pourra nous empêcher de dire qu'on a fait une guerre stupide ou à arguments bassements matériels sans honneur aucun ?

Jusque là, il n'avait jamais été possible de faire une guerre sans déplorer des pertes humaines alors elles se sont empilées les unes aux autres. Mais nous arrivons à un seuil où nous pourrions mener une guerre sans déplorer un seul mort. Et paradoxalement, c'est en ne déplorant pas de pertes que nous allons pouvoir dénoncer la guerre sans subir ni censure ni autocensure. Pour la guerre portée par des transcendances, c'est le début de la fin. Au détail près que si un camp déplore des morts, il sera tenu de les honorer dans le respect...

Concernant le terrorisme à bombe humaine tel qu'il se pratique en ce moment, comme à chaque attaque, l'organisation affirme que le kamikaze s'est sacrifié pour ses équipiers, ces derniers se sentent tenus par une dette énorme et s'obligent à en faire autant.


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

58 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 28 mars 2011 10:09
    Pourquoi les occidentaux ont attaqué la Libye quand ils n’ont pas bougé ni en Tunisie ni en Egypte, ni en Côte d’Ivoire, ni à Gaza... ? Là est la question !

    Réponse : Le produit intérieur brut de la Libye est l’un des plus élevés d’Afrique : pas bon pour un pays pauvre ! Son économie repose en grande partie sur l’exportation du pétrole : super pour les USA qui sont avide de pétrole… 

    Le gouvernement de transission deja reconnu par Paris, est composé uniquement de personne ayant des rapports etroit avec l’occident ou ayant fait leur etudes aux USA !
     
    Et quand les USA s’en vont en guerre, regardez toujours le sous-sol du pays attaqué !
     
    Pourquoi les occidentaux ont attaqué la Libye quand ils n’ont pas bougé ni en Tunisie ni en Egypte, ni en Côte d’Ivoire, ni à Gaza... ? Là est la question !

    Réponse : Le produit intérieur brut de la Libye est l’un des plus élevés d’Afrique : pas bon pour un pays pauvre ! Son économie repose en grande partie sur l’exportation du pétrole : super pour les USA qui sont avide de pétrole… 

    Le gouvernement de transission deja reconnu par Paris, est composé uniquement de personne ayant des rapports etroit avec l’occident ou ayant fait leur etudes aux USA !
     
    Et quand les USA s’en vont en guerre, regardez toujours le sous-sol du pays attaqué !
     

    • titi titi 28 mars 2011 10:14

      « Et quand les USA s’en vont en guerre, regardez toujours le sous-sol du pays attaqué ! »

      Bah j’ai bien regardé les cartes du sous sol Somalien, j’ai rien trouvé...
      L’afghanistan non plus, Grenade pas mieux.

      Avez vous des infos ?


    • armand 28 mars 2011 10:36

      Oui Somalie = eau pétrole et gaz
      Afghanistan = lithium et oléoduc


    • c.d.g. 28 mars 2011 22:19

      Tunisie et Egypte : le pouvoir ne massacrait pas sa population a l artillerie lourde ou avec des avions
      cote d ivoire : idem et en plus c est quand meme nettement plus loin. Faire decoller un rafale de france pour attaquer une cible en Libye c est faisable sans ravitaillement en vol et sans survol d autre pays.

      Le petrole libyen va surtout vers l europe (pipe line vers l italie). tres peu d interet pour les USA. Qui plus est, kadafi etait devenu tout miel envers les USA et l europe recement. Les compagnies petrolieres occidentales n avaient aucun probleme. Kadafi bloquait les africains qui voulaient passer en europe sans y mettre de gants ... bref un bon collaborateur

      Attaquer un pays pour controler ses ressources c est pas simple : l irak ne produit toujours pas autant que sous saddam

      L afghanistan ne produit rien (a part de l heroine). Les potentielles richesses du sous sol ne sont pas exploitable tant qu il y a une guerre et de toute facon nécessiteront au moins 10 ans pour la contruction de route, ponts ...

      en somalie c est encore pire, il y a vraiment rien
      Et je parle pas des « fromages qui puent », en 1944 je pense pas que les américains soient venu pour piller nos réserves de Calvados !


    • titi titi 29 mars 2011 07:58

      @Armand

      « Somalie = eau pétrole et gaz »
      Vos sources SVP, car aucune prospection n’a jamais eu lieu dans ce pays. On est du domaine des arts divinatoires.

      « Afghanistan = lithium et oléoduc »
      Ah oui l’oléoduc...
      En 2001 les anti Bush le présentaient déjà comme existant.
      Sauf qu’il existe pas. En construction ? Non plus. En projet ? Surement.
      Pour le lithium tout a été vendu à des consortiums chinois...
      Sont pas malin les ricains, ils font la guerre et sont pas capable de mettre la main dessus..


    • titi titi 28 mars 2011 10:12

      « Le fait qu’à peine commencée, cette guerre nous interpelle déjà sur son coût en Euros, qu’on en soit déjà à comptabiliser les heures de vol et le prix de chaque missile, révèle que la guerre perd »

      Je pense qu’il s’agit simplement de politique intérieure.

      Lors des précédentes révolutions nord africaines, Sarkozy n’a pas bougé.
      Du coup, la gauche l’a fustigé. Pour la Libye il a bougé. Du coup la gauche est gênée aux entournures : elle peut pas critiquer puisqu’elle a critiqué le contraire...
      Vite une idée... Bingo : les sous. Ca coute trop cher..

      Ce qui est amusant car la guerre en Libye étant relativement proche, elle ne coute certainement pas autant que le dispositif Afghan et pire en encore le dispositif Licorne.
      Car il faut le rappeler, à l’époque où la France critiquait l’intervention US en Irak, elle a été elle même s’empétrer en Cote d’Ivoire, sans résultat : elle y est encore et la situation n’est pas du tout sous controle.


      • kako 28 mars 2011 20:33

        Cà c’est un scoop ! Je ne savais pas que Sarkozy modulait ses interventions ou ses actions à partir de ce que dit ou ne dit pas la gauche ... Si c’était le cas nous ne serions surement pas dans ce caca !!!


      • titi titi 29 mars 2011 09:42

        Parece que vous pensez que Sarko a joué les matamores sans arrières pensées de politique intérieure ?


      • Emmanuel Aguéra LeManu 29 mars 2011 08:28

        Rien compris à l’article...
        D’où il venait... où il va... contre qui, ou pour quoi...
        Mais je sus très con. Rien d’étonnant. Surement.

        Mais je vois que mon ami Juluch, qui a tellement l’air de s’y (re)connaître en matière de guerre, qui soutient « fraternellement » les trépannés qui vont se faire dégommer en mon nom (parait-il...) en Afghanistan ou ceux qui larguent leurs pilules sur le Raïs... Juluch, disais-je, apprécie... remercie, soutient.

        Tout va bien, donc, j’ai eu peur.


      • Alliance Rebelle citoyen du sud 28 mars 2011 12:49

        la Libye est entrain de subir l’importation de la démocratie aéro-porté a coup de missile 

        c’est ça la race blanche pagano-chrétienne civilisé ( ou judéo-chretienne pour les sionistes ) , depuis la guerre 1914 , l’homme blanc se développe et évolue a coup de tonnes de litres de sang humain ( et aussi de pollution de la terre , épuisement des ressources naturelle etc... )
        sur son propre territoire la première moitié du 20 éme siècle , sur le territoire des peuples décrié comme barbare depuis le début de la guerre froide usa-urss a nos jours
         notre plus grande malédiction c’est d’avoir du pétrole sous nos sols doublé d’un morpion expanSIONISTE en Palestine car sans ce pétrole et ce morpion ça fait longtemps qu’on leurs aurait réglé le comptes a nos pharaons sanguinaire
        enfin vu la démocratie que l’homme blanc nous as refilé en Afghanistan et en Irak , on sait ce qui attend nos frères libyens , les pauvres ... le concept de nation-building disait condoleeza rice ? puisse dieu épargner les peuples de couleur de la terre de la démocratie occidentalo-pagano-chertienne , et de sa civilisation consumériste en pleine expansion , civilisation grande pollueuse de la terre , suffit de voir le désastre japonais , destructrice de l’environnement et sanguinaire , grande vendeuse d’armes et de mines antipersonnel 
        grande exportatrice de la mort
        je crois bien que les 4 cavaliers de l’apocalypse sont surement issue de cette civilisation , 4 cavalier de race blanche et de culture pagano-chretienne 

        • Alliance Rebelle citoyen du sud 28 mars 2011 13:25

          Par juluch / Seriez vous raciste ?? 

          non pas raciste du tout , mais a suivre quotidiennement vos chaines tv , je vous renvoie la question a vous : seriez vous racistes ou bien est ce vos média qui le sont ?
          parce que vos média pue le racisme 
          il en de même de votre classe politique qui vous représente
          quand un homme politique représentant d’un peuple parle de croisade , mot qui nous rappelle tous les guerre que vous nous avez livré au nom de la croix , et cela sans aucune manif de protestation du peuple , ben on se pose la question
          par contre dés qu’une certaine minorité est touché , la c’est autre chose
          suffit de se rappeler la derniere affaire galliano , le pauvre alcolo , qu’elle honte ...

        • Alliance Rebelle citoyen du sud 28 mars 2011 13:50

          @ Par juluch

          j’ai jamais été athée , parfois croyant , parfois non ça dépend des jours et de l’humeur , quand ça va bien je crois quand ça va pas je crois plus en rien 
          par contre j’ai foi en l’homme quel que sois la race l’ethnie ou la confession a laquelle il appartient , ( juif compris , car beaucoup de juif font beaucoup pour l’humanité )
          je pense qu’un jour les guerres ne seront plus possible , que l’homme ne sera plus un danger pour l’homme et pour l’habitat de l’homme ( la terre ) et la paix régnera enfin
          j’espère que ce jour la , la terre sera encore habitable
          dans l’attente du futur jedi skywalker qui nous aidera a anéantir l’empire a multi-tete , puisse dieu nous épargné du pire , car l’avenir s’avère plutot sombre 

        • Patrick Samba Patrick Samba 28 mars 2011 15:57


          Quand je suis face à un raciste, je ne sais jamais trop bien quelle posture adopter. Parce que, voyez-vous, un raciste peut, c’est du moins ce que l’on espère, changer un jour ou l’autre sa vision du monde.

          Alors j’hésite entre le langage soft, genre « Ne croyez-vous pas, cher ami citoyen du sud, que votre vision du monde ait à souffrir d’une défaillance chromatique qui vous empêche de distinguer les nuances dans les blancs ? », ou le langage plus crû qui, lui, donnerait plutôt dans le « Eh connard, t’as pas encore compris qu’un mec ou une meuf obsédé(e) par le fric peut avoir n’importe quelle couleur ? Que la guerre expansionniste quand elle n’est pas religieuse (et j’ai la bonté de te dire que dans ce cas on l’appelle prosélyte), est (essentiellement certes) motivée par l’appât du gain, comme chez n’importe quel patron à tendance esclavagiste (que l’on retrouve je pense en très grand nombre dans les multinationales, genre Monsanto) ? »


        • Alliance Rebelle citoyen du sud 28 mars 2011 16:54

          @Par Patrick Samba 

          d’abord , je ne suis pas raciste , quand a ma vision du monde , elle est la réalité de ce monde ... parce que a bien regarder , a part les usa et leurs vassaux GB & france en téte , y’as combien de nation qui dispose d’une armée expansionniste que l’on retrouve aux 4 coins du monde ? armée qui sème la terreur ?
          y’as combien de nations qui soutiennent par tous les moyens politique financier militaire médiatique etc... des régimes corrompu et tyrannique ? tel miss alliot marie proposant d’armée la tyrannie tunisienne contre les manifestants avant sa chute , ou alain jupée soutenant la « dictature de droit divin » marocaine ( http://fr.lakome.com/opinion/62-chroniques-dopinion/207-m-le-ministre-de-quoi-je-me-mele-.html ) , ou son ambassade de france au Maroc actuellement en train de dire aux jeunes de ne pas suivre le mouvement de libération du 20 fevrier ( http://fr.lakome.com/politique/42-actualites-politique/237-la-diplomatie-francaise-sonde-la-jeunesse-marocaine.html ) mouvement que l’ambassade de france se permet de traiter d’islamistes et de marxiste
          nous n’avons pas oublié que sans la France et sont soutien indéfectible a la junte militaire algérienne, plus de 200 milles morts année 90 , l’Algerie ne serait pas ce qu’elle est actuellement il est vrai que l’occident a donné a l’humanité ce qu’il y’as de plus beau dans son histoire , tel que des valeurs comme démocratie droits de l’homme , mais il as été aussi la civilisation la plus destructrice et la plus sanguinaire de l’histoire de l’humanité , les guerre qui était des boucheries artisanal a l’épée ou la carabine , avec l’occident , ces guerres se sont transformé en boucheries industriel a grande échelle le bombardement au napalm des villages au Vietnam , pour le plus connu , les missiles en irak decrie comme frappes chirurgical ... je pense que la civilisation de l’homme blanc pagano-chretienne doit s’arrêter et faire le point sur ce qu’elle est , qu’elle se regarde en face et voit son vrai visage , avant qu’il ne soit trop tard , avant qu’il ne soit tard et qu’elle nous emporte tous autant que nous sommes dans sa folie meurtrière et destructrice je n’invente rien , car ce que je dit et pense , la majorité des hommes blanc amoureux de l’homme et de la vie le pense , je dirait même que ma pensée et plutot de seconde main , car elle n’est que la pensée nait en occident pensée que je partage et a laquelle j’adhère ... alors raciste ? non je ne le suis pas et jamais je ne le serais a moins que quiconque critique la société dont il ne fait pas partie serait de facto raciste 

        • kako 28 mars 2011 20:51

          @juluch
          Je ne comprends pas bien ; le fait d’être blanc n’implique pas que vous soyez de facto solidaire de toutes les fautes des blancs. Je suis assez géné par ce raisonnement, car on devient alors solidaire de pas mal de saloperies. Tous les européens seraient donc solidaires des actes de Mussolini, Hitler, Franco etc ??? Tous les espagnols seraient solidaires des massacres perpétrés par les conquistadors au Mexique et en Amsud ??? Tous les noirs devraient être solidaires de Bokassa ou de Amin Dada ???
          Non ce raisonnement ne tiens pas ; à la limite on pourrait le comparer à du racisme qui ne dit pas son nom.


        • Emmanuel Aguéra LeManu 29 mars 2011 11:08

          Vous fatiguez pas, Citoyens et autres... c’est juste un troll qui se la pête...


        • Patrick Samba Patrick Samba 30 mars 2011 21:33

          Écoutez, cher Citoyen du sud, supprimez les mots « blanc » et « blanche » de vos commentaires, et vous constaterez que leur absence n’enlève aucunement de la force à vos convictions. Elle leur retire juste leur tonalité raciste.
          Vous êtes en droit de penser qu’une culture détermine l’esprit guerrier, mais absolument pas la couleur. Y-a-t-il eu seulement une guerre dans l’Histoire qui se soit faite au nom de la couleur ? Même l’esclavage (qui n’est pas une guerre) ne s’est à priori jamais fait à partir de ce critère ; même s’il a pu ensuite être maintenu sur la base de celui-ci.
          Les guerres expansionnistes ou impérialistes sont idéologiques(religieuse notamment) et/ou nationalistes, mais le plus souvent économiques (même si les précédents fa


        • Patrick Samba Patrick Samba 30 mars 2011 21:42

          (même si les précédents facteurs en sont rarement exclus , mais plus alors comme alibis). Et elles se font en général au profit d’une caste, celle des hommes et des femmes mus par la cupidité. Et curieusement vos commentaires évacuent cette dimension essentielle. Ce n’est certainement pas un hasard...
          Maintenant « libre » à vous de retenir dans votre analyse la couleur comme facteur déterminant, mais alors attention aux missiles !


        • Taverne Taverne 28 mars 2011 13:01

          Comme on ne peut pas dresser le chien de Syrte, on l’élimine.


          • dogon dogon 28 mars 2011 13:50

            Bonjour Easy,

            D’accord avec vous sur les changements d’appréciation qu’impliquent une guerre sans morts de notre coté. J’espère qu’ainsi, ces changements déboucheront sur une nouvelle façon de regarder ces tueries.

            En revanche, le calcul : (heure de vol x prix d’une heure) + (nombre de missiles tirés x prix d’un missile) + ... est erroné dans ce cas de figure.
            Il ne s’agit pas seulement de filer un coup de main aux insurgés en échange de leur pétrole s’ils gagnent.
            Toutes ces situations réelles de combat sont très utiles pour entrainer les troupes (y compris les équipes d’assistance au sol, les personnels médicaux, les renseignements, ...) et tester et améliorer notre matériel grandeur nature, deux intérêts qu’aucune armée ne négligera.

            Il y en a un troisième à plus long terme.
            Tout ce que nous aurons détruit devra être reconstruit. Et là, je verrais bien Sarko 1° parié sur des « remerciementss » pécuniaires des insurgés, en cas de victoire.
            De plus, pour le NdJ de l’Elysées, comme a priori il ne croit pas à une possibilité de guerre longue et de défaite, il pourrait se faire mousser en « libérateur » du peuple lybien. Je n’ose même pas vous parler de notre « diplomate » de BHL.  smiley


            • easy easy 28 mars 2011 20:42

              Bonjour Dogon,

              Ce n’est pas moi qui calculerais en prix de missile X leur nombre

              Pour avoir géré 3 entreprises, je sais que les calculs ressemblent plutôt à ceux que vous faites.

              Et ces calculs changent au fil du temps !

               smiley


            • njama njama 28 mars 2011 13:51

              Enfin un premier article qui parle de « GUERRE », qui appelle un chat un chat !

              La coalition frappe, l’Otan frappe, les forces aériennes frappent, les frappes internationales, ou occidentales détruisent ... On ne bombarde plus, c’est dépassé, vieux jeu ce vocabulaire ... les frappes touchent les civils, elles cassent des blindés, ou des avions (on ne sait même pas si elles tuent) , les frappes soutiennent les insurgés ... « nous allons continuer les frappes » (Juppé) et comme les frappes sont toujours ciblées, et, on éloigne toutes images qui pourraient frapper les esprits, réveiller cette compassion naturelle de l’homme pour le malheur de l’autre, et questionner. On comptera les cadavres plus tard ...
              Les frappes prolongent la politique du Gouvernement, d’ailleurs point n’est besoin que le Parlement soit d’accord ou non avec ces frappes depuis la modification de l’article 35 de la Constitution.
              Qui parle de « guerre » ? Google me donne de la guerre Marine Le Pen / Copé, de la guerre des brevets, du viol utilisé comme arme de guerre, d’anciens chefs de guerre de la RDC transférés à La Haye, de petite guerre entre amis, de deux lionceaux d’une espèce rare sauvés de la Somalie en guerre ... mais pas de guerre en (ou avec) La Lybie ! tout simplement comme l’explique l’@uteur, c’est qu’avec « la Libye, il se passe quelque chose d’inédit. » Voilà l’explication !
              Pas de souci, nous sommes en démocratie vous pouvez en penser ce que vous voulez de la politique du Gouvernement ...


              • easy easy 28 mars 2011 20:52

                Marrant hein tout ce vocabulaire

                Par exemple, on dit qu’on a détruit un avion. On ne dit pas qu’on a tué ses pilotes.

                Contrairement à l’Illiade nos récits ne disent jamais que nous tuons.
                Nous ne disons même pas que nous lançons une attaque. Nous disons certes que les rebelles attaquent mais quand nos avions prennent en chasse un engin loyaliste et le verrouille, il ne l’attaque pas, il le frappe. Il lui met une fessée, un coup de poing.

                Alors que les rebelles Libyens, j’ai idée qu’ils n’ont pas trop de problème pour dire qu’ils ont tué des ennemis, au contraire.


              • njama njama 28 mars 2011 21:39

                @ easy
                « Contrairement à l’Illiade ... »
                Ah l’Illiade ... ce bon Ulysse qui n’aurait su se réjouir de la mort d’un homme ...
                L’Art de la guerre se meurt ... la transcendance aussi. Les soldats n’y sont pour rien, ils « exécutent ».
                Vous parlez d’un autre temps, où les chefs de guerre étaient en première ligne, à risquer leur sang, et, pas planqués derrière des écrans de contrôle avec un joystick dans la main comme maintenant ...


              • easy easy 28 mars 2011 22:26

                Vous savez, j’en arrive à ne pas piger comment les anciens pensaient. 

                Le concept archangiste qui consiste à aller jusqu’au plus profond des enfers pour y décapiter quelque Méduse nous anime encore. Nous ressentons encore parfaitement la pulsion herculéenne, théséenne, perséenne. Nous fantasmons exactement d’occire quelque dragon, de brandir quelque tête de Minotaure. Ca se voit dans toutes nos armes dans nos drapeaux militaires, dans le soin que nous accordons aux représentations de ce fantasme, dans nos jeux vidéos aussi. Mais nous n’osons pas l’avouer.

                Nous le cachons du mieux que nous pouvons et le plus simple consiste à inverser la proposition. Comme en une sorte de lapsus révélateur, alors que nous sommes évidemment loin d’être les plus à plaindre sur cette planète, nous parlons tout le temps de ce fantasme mais à l’envers, en nous posant en victimes de quelque gros monstre.

                Du coup, je me demande comment ça se passait du temps de Virgile. Est-ce que les copains de Virgile disaient tout de go qu’ils iraient bien décapiter quelque Méduse dans quelque grotte ?

                Il me semble tout de même moins stressant de vivre entre gens du XXI ème siècle qui fantasment de décapiter mais qui s’interdisent de le publier et jouent les victimes que de vivre parmi des Romains parlant tout de temps de leur désir de trancher des têtes. 

                Je vais chez un pote Romain, il me montre sa dernière acquisition, une statue de lui en train d’égorger quelque pirate. Bin je détale fissa.


              • Hijack Hijack 28 mars 2011 13:51

                @ l’auteur ... Ce n’est pas une guerre, mais une agression ... ou simplement un bombardement, car pour que ce soit une guerre, ils faut des combats, forces contre forces, ce qui n’est pas le cas ... je ne parle bien sûr pas de tirs de pétards mouillés sur les Rafales, et autres F15/16 et simililaires ... qui n’ont pas l’air d’inquiété la coalition.

                Ce n’est donc pas une gurre !


                • easy easy 28 mars 2011 23:18

                  J’ai étudié un peu l’Histoire et j’ai remarqué que bien des engagements militaires ne sont pas qualifiés et parfois même pas annoncés. Ce n’est qu’après, une fois les eaux décantées que les historiens qualifient ces engagements et la plupart du temps les qualifient de guerre.

                  En Février 1979, sans rien dire, la Chine attaque le Vietnam, qui se défend et la repousse. Un mois plus tard, la Chine s’est repliée. Il n’y a eu aucune déclaration de guerre ni signature de paix et l’Histoire retient cet évènement sous le nom de guerre sino vietnamienne.

                  Guerre du Sinaï pareil.


                • Hijack Hijack 29 mars 2011 23:27

                  @ l’auteur,

                  Les exemples que tu cites ne sont pas en rapport.

                  Quoi qu’il en soit ... il ne faut pas confondre, guerre et agression !!!

                  La guerre du sinaï (ou des 6jrs) était une guerre, même si les 2 armées n’étaient pas armés avec du matériel de même puissance ou même technologie ... car c’étaient bien 2 armées.

                  Mais le VietNam n’était pas une guerre à mon sens, vu la différence de puissance, tout comme la révolte indépendance d’Algérie .. L’Afghanistan et l’Irak ne sont ni plus ni moins que des agressions ... tout comme l’agression que fait l’Armée la mieux armée au monde -Israël, qui bien qu’utilisant du matos US, bien des soldats de ce pays n’en disposent pas, mais aussi du bon matériel israélien- contre quelques résistants du Hamas parqués, affamés et assoiffés, les moins bien armés du monde si on peut appeler ça ... armés, car ils n’ont que quelques lance roquettes qui font « pshitttt » ... contre des bombes au phosphore blanc, de l’uranium apauvri etc ...


                • Hijack Hijack 29 mars 2011 23:29

                  Donc la Libye est une agression ... (pour ne pas dire encore agression de tentative de néo colonisation) ... mais, surtout pas une guerre !!!


                • liberta 28 mars 2011 14:11


                  BHL s’est manifesté quand les préparatifs à la guerre en Lybie étaient bouclés -

                  Les dessous de ces « frappes de la coalition » sont visibles ici :

                  http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=23915


                  • njama njama 28 mars 2011 14:48

                    Guerre en Libye Réseau Voltaire par Thierry Meyssan
                    Les frappes françaises sur la Libye ne sont pas une opération française, mais une sous-traitance de l’opération Odyssey Dawn placée sous l’autorité de l’US AfriCom.
                    ...
                    Pour concrétiser la force expéditionnaire franco-britannique, les ministres compétents des deux pays, Liam Fox et Alain Juppé (ministre de la Défense du 14 novembre 2010 au 27 février 2011) ont planifié un vaste exercice aérien commun qui devait se dérouler du 21 au 25 mars 2011, sous la dénomination Southern Mistral. [...]
                    Cet exercice devait être dirigé par les généraux Desclaux et de Longvilliers (France), l’air marshall Garwood et l’air commodore Maas (Royaume-Uni).

                    Hasard ou préméditation ? Quoi qu’il en soit, c’est une opération réelle et non un exercice qui a été lancée le 19 mars 2011 en application de la résolution 1973 du Conseil de sécurité.
                    ...
                    http://www.voltairenet.org/article168973.html

                    Southern Mistral 2011
                    Voir le Scénario !
                    SOUTHLAND : Dictature responsable d’une attaque visant les intérêts stratégiques nationaux de la FRANCE.  
                    FRANCE : Décide de démontrer sa détermination envers SOUTHLAND (sous la résolution du Conseil de Sécurité des Nations Unies n°3003).
                    ROYAUME-UNI : Pays allié dans le cadre de l’accord bilatéral. Le Royaume-Uni aide la France en engageant des moyens aériens.


                  • easy easy 28 mars 2011 14:33

                    Bonjour à tous,

                    Mon propos n’est pas du tout de débattre de l’utilité ou du sens de notre intervention en Libye mais de mettre en exergue le fait que la guerre perd en transcendances (et que ce n’est pas forcément un mal)

                    Le cas de la Libye n’étant alors qu’une occasion de plus qui nous permet de mieux voir les évolutions des guerres sur le plan de leurs transcendances.

                    Par exemple, si pour quelque bataille au loin on utilise le mot croisade alors qu’on n’affiche au compteur aucun mort (qui ne soit pas un mercenaire) on a tout faux.
                    Car dans une croisade on doit combattre et éventuellement mourir pour une transcendance (dieu, un vieux tombeau, un morceau de vieille croix, des amis, des morts, des mémoires)

                    Quand on combat depuis un salon en envoyant un missile à 1000 bornes et qu’on ne risque rien que son fric, on n’est pas du tout du tout dans une transcendance, on est dans la sponsorisation, dans l’investissement immanent.
                     
                    Une transcendance, qu’elle s’appuie sur l’amour ou sur la haine, appelle forcément au dépassement de soi ; elle appelle à offrir quelque chose de plus grand que ses misérables immanences ; elle appelle donc à offrir jusqu’à son sang, jusqu’à sa vie pour elle, pas son or, pas ses biftons. 

                    Du coup, comme Juluch a évoqué deux des transcendances qui jusque là nous poussaient à faire la guerre, à savoir le devoir, l’esprit de corps, je vais la reprendre pour essayer de recentrer le débat sur le devenir des guerres quand elles ne sont plus soutenues, protégées et validées pour la postérité par des transcendances

                     

                    «  »« Malgré tout, je soutiens nos militaires qui font leur devoir et je leur apporte mon soutiens fraternel. »«  »

                    A mon sens, nous sommes encore dans la limite où l’on peut encore prétendre que nos militaires sont portés par des transcendances du genre amour de la patrie, fraternité nationale, devoir patriotique, solidarité de corps, de régiment, etc.

                    Mais nos militaires sont désormais tous des professionnels. Comme le dernier poilu est mort, comme à peu de choses près, ils ne risquent pas plus leur vie que les pompiers ou les policiers, le côté « Mort pour la patrie » tend à s’estomper.

                    Les pompiers morts le 11 septembre ont eu droit à infiniment plus de reconnaissance que les mercenaires de Blackwater morts « pour » les EU.
                    Le mot « Pour » étant évidemment bourré de transcendance. L’utiliser ou pas à cet endroit là
                    change complètement le regard.

                    Blackwater ou les mercenaires de Kadhafi nous montrent que plus ça va, plus les militaires meurent pour le fric sans être portés par la moindre transcendance, tout au contraire. Et il ne vient pas à l’idée de ceux qui les paient d’évoquer autre chose que le fric. 
                     

                    Il y aura toujours deux grandes sortes de guerres, celles qu’on mène pour défendre son territoire et là, il peut y en avoir encore pour des siècles car sans aucun doute les citoyens devront toujours se porter au combat, et celles qu’on mène au loin. Au train où ça va, ces dernières ne seront probablement plus menées que par des mercenaires dont la mort ne nous fera ni chaud ni froid. Les mercenaires morts, quand bien même seraient-ils des millions, ça laissera tout le monde indifférent. Comme si c’étaient des androïdes.

                    On assiste à un changement radical de l’image de la guerre dont l’esthétique rejoindra de plus en plus celle des jeux vidéos où ce sont les esthétiques immanentes (muscles armes, boucliers, énergies) qui fascinent et non les esthétiques morales.


                    Ces guerres au loin, où seuls des mercenaires meurent, conduiront à la disparition de la sonnerie aux morts et chacun pourra donner un avis beaucoup plus libre sur l’opportunité de les mener. 

                    Dans quelques années, face à une situation du genre Libye, nos technocrates et eux seuls sortiront des tableurs et nous diront : Si l’on dépense 100 millions en armes et mercenaires, on a des chances de récupérer 300 millions en pétrole, que décidez-vous ? 
                    On ne parlera alors plus que de fric et ça évitera tous les discours en langue de bois qui enfument encore nos actions militaires. 


                    Et le plus étonnant, c’est qu’à terme, étant donné que la mort de 1000 ou 10 000 employés de Blackwater ne créera strictement aucun trouble moral (on ne saura même pas s’ils ont été enterrés quelque part) étant donné que nous n’aurons aucune mort de patriote à déplorer, les seuls qui pourront encore mouliner de transcendances, d’héroïsme, de sacrifice de soi, ce seront les groupes terroristes qui affichent des mort, des martyrs.
                    Eux seuls ne se paieront pas de mercenaires et ils resteront peut-être les derniers à verser leur sang pour autre chose que le fric.


                    • njama njama 28 mars 2011 15:11

                      Bien que je sois pacifiste, je comprends qu’il pourrait y avoir une certaine transcendance héroïque dans d’inévitables et courageux combats pour se défendre. Mais dans le cas présent, avant d’évoquer une solidarité ou une empathie patriotique qui ne va pas de soi, encore faudrait-il savoir aussi précisément que possible les dessous de cette guerre ... nous avons à les connaître très clairement avant d’acquiescer ou non, le citoyen n’est pas un petit soldat au garde-à-vous à la solde d’un Gouvernement !
                      La Libye se fait agresser alors qu’elle n’a agressé aucune nation étrangère  ! Je pensais qu’au moins quelques règles (ultimatum) présidaient aux déclarations de guerre. Le discours diplomatique perd en transcendance, comme le discours politique, puisque le Parlement n’est plus consulté.


                    • easy easy 28 mars 2011 15:34

                      «  »«  »«  »«  »«  »« Le discours diplomatique perd en transcendance, comme le discours politique, puisque le Parlement n’est plus consulté.
                       »«  »«  »«  »«  »«  »"


                      Exact.
                      Idem pour la fonction présidentielle mais pour d’autres raisons.

                       


                    • Hijack Hijack 28 mars 2011 22:54

                      Ton titre est faux, donc ta analyse va avec.


                    • jean-jacques rousseau 26 avril 2011 09:14

                      La transcendance elle est dans l’aspiration du peuple libyen à la liberté et la dignité. Si vous le soutenez dans la lutte, vous soutenez aussi sa cause.


                    • Prometheus Jeremy971 28 mars 2011 14:38

                      C’est vrai que la guerre en Lybie montre une manière dérangeante de faire la guerre. Ca me fait penser à la vision d’un auteur de science fiction, Pierre Bordage dans le cycle de Wang.

                      D’un coté l’Europe, les USA, et Israël qui sont protégés par un champ de force, de l’autre le sud. Et les occidentaux peuvent regarder la guerre que se livre le SUD sur des images retransmis par satellite, et de temps en temps envoient des missiles sur les armées trop importantes, et les batiments technologiques. Bien sûr les occidentaux sont paresseux, cyniques, et abrutis. Ce qui fait qu’à la fin du cycle le champ tombe, et ils se font tous étriper. C’est peut être l’avenir ? Des guerres qui se font à la maison, au chaud, avec des militaires qui ressembleront plus à des ingénieurs en informatique en treillis qu’à des rambos ?


                      • easy easy 28 mars 2011 15:02

                        Et du coup, libérés du respect qu’on doit à « ceux qui sont morts pour nous » puisqu’il n’y en a plus, nous pouvons enfin parler librement de son sens, dire qu’on la trouve nulle ou grotesque.


                      • Gérard Luçon Gerard Lucon 28 mars 2011 14:50

                        la 1ère guerre mondiale (14-18) a été suivie d’un changement radical dans le rapport entre les morts civiles et les morts militaires

                        Alors que, jusqu’en 1918, 90% des morts étaient des militaires (engagés ou enrolés de force) depuis ce rapport s’est inversé au point que maintenant les militaires morts au combat représentent 5% du total des pertes ... les 95 autres % sont femmes,enfants, vieilards, etc.... 


                        • easy easy 28 mars 2011 15:11



                          Voilà en effet, un autre changement. Mais les monuments aux morts ne listaient pourtant que les soldats. 


                        • titi titi 29 mars 2011 07:47

                          « Alors que, jusqu’en 1918, 90% des morts étaient des militaires »

                          C’est faux.
                          En fait la guerre de 14 est une exception du fait du peu de mobilité du front, mais aussi du fait de l’organisation du ravitaillement de troupes.
                          Jusqu’alors dans les troupes en guerre vivaient sur l’habitant. Lorsque les troupes se déplacent entre deux batailles rangées, elles pillent, elles violent, elles tuent.
                          C’était particulièrement le cas pendant les guerres de Louis XIV (Pays Bas, Palatinat, Franche Comté)
                          C’est le cas pendant la campagne de France de 1815, où les cosaques font reigner la terreur dans le nord de la France.
                          C’est aussi le cas en 1870 où les bavarois fusillent à tour de bras.

                          Donc non, il n’y a pas eu de changement radical.




                        • Patrick Samba Patrick Samba 28 mars 2011 15:51

                          Bonjour à toutes et à tous, et en particulier à l’auteur,
                          quel remarquable article, certes désabusé comme le souligne Juluck mais ne l’est-il pas lucidement ? Et un brin cynique non, et pourquoi pas ? Reste à savoir pourquoi l’Homme se lance dans une guerre que ce soit depuis les portes de sa cité ou à partir de sa caverne...


                          • easy easy 28 mars 2011 17:54

                            Bonjour Patrick,

                            Le pourquoi sera sans doute à déterminer au cas par cas, mais ce qui est sûr c’est que si l’on ne se sent plus censuré par les « morts pour nous » on les trouvera ces pourquoi.




                          • LE CHAT LE CHAT 28 mars 2011 16:24

                            ça reste une guerre du tiers monde , alors que l’Otan bombarde le peu de défense aérienne et quelques pauv’ blindés , tout le reste est au niveau de hordes barbares comme on voit dans les Mad Max ( insurgés ou mercennaires )


                            • agent orange agent orange 28 mars 2011 17:37

                              T’as besoin d’un nouveau GSM, Momo ?
                              On n’a toujours pas reçu tes images des avions de Kadhafi canardant les civils...


                              • easy easy 28 mars 2011 17:49

                                Exactement


                              • Gérard Luçon Gerard Lucon 28 mars 2011 18:29

                                @[email protected] .... pourtant c’est bien une petite frappe qui nous a engagé dans cette aventure minable ... donc le terme frappe est approprié


                                • easy easy 28 mars 2011 19:38



                                  Avant l’avènement de la photographie, il n’y avait jamais que les dessinateurs, les peintres, les graveurs et un peu les sculpteurs qui livraient au public -bien après les combats- une représentation de la chose. Les artistes pouvaient transformer des tripes à l’air en guirlandes célestes. 

                                  Il y avait eu l’épisode doublement douloureux du naufrage de la Méduse ou en plus de la réalité du drame, Gericault avait, pour la première fois, montré de la peau cadavérique. Jusque là, la mer avait été très peu représentée, les rois ne montaient jamais sur des navires, sauf pour quelques croisades. Et là, le choc de voir la défaite de l’archange, par le biais de ces rescapés affamés, se cannibalisant, la honte du Blanc puisque rien, pas même un animal ou un esclave n’apparaissait sous sa férule. Le Blanc affamé et cannibale quand 10 jours plus tôt il faisait encore le fier en perruque, ça casse pas mal de transcendances. On est en pleine mode romantisme, il y a du désespoir mais ce n’est pas celui d’un amoureux transi, c’est celui de la civilisation Blanche

                                  L’artiste était donc tenté par le style journalistique, Hugo aussi quand il racontera la mort d’un condamné, Zola, Dumas, surtout.
                                  Alors on freine sur les emphases guerrières. Bonaparte sur le Pont d’Arcole, c’est peut-être la dernière représentation bourrée de transcendances portant le concept de chef courageux. Mais ensuite, le héros sera le gamin de Paris de 1830 dont Hugo fera son Gavroche et ce sera sur une barricade. Le héros n’est donc plus celui qui est sur le magnifique destrier. C’est quasiment le contraire. 

                                  La photographie de la guerre de Secession secoue les tripes, Tout est banalement moche d’autant que c’est en noir et blanc. 

                                  Et ça n’arrêtera plus. Bien sûr des photos, des films seront truqués, recadrés mais énormément d’images seront livrées montrant au monde la réalité toute immanente de la guerre. Du coup, aiguilonnés par le réalisme des photos, les peintres peignent Sedan façon crue.

                                  Avec l’aviation, les ailes, les archanges, les transcendances reprennent un peu de hauteur. Jusqu’à ce que les premiers biplans se mettent à larguer leurs premières bombinette. Là ça redevient moche. 
                                  Il y a bien eu la bataille d’Angleterre avec ses Spitfires et ses Hurricanes qui ont donné quelque prestige à la guerre mais c’est à peu près tout. On entrait dans la réalité très moche de la guerre. Hiroshima, Nagasaki, pas de quoi pavoiser.

                                  Picasso en a marre des récupérations toujours possibles d’une esthétique de guerre, alors il fait son insaisissable Guernica

                                  Quoi qu’il en soit, par la technologie et l’archangisme, c’est l’aviation qui porte encore le mieux les derniers restes de transcendances guerrières. Et puis un pilote, quand il est perdant, il descend du ciel sous une blanche corolle, c’est plus esthétique qu’un équipage de char carbonisé.

                                  Plus ça va, plus on a des images vidéo toutes criantes de vérité. On tire un missile et quelque minutes après Momo en larmes nous montre la cervelle de sa soeur dans l’évier, sa mère qui hurle à travers les ruines « Pourquoi, pourquoi, mon dieu, pourquoi .. »

                                  Il devient donc très difficile de croire encore à l’héroïsme de guerre quand on est dans le camp du vainqueur.


                                  Alors que chez les pompiers de New York, chez les ingénieurs de Fuku, chez Greenpeace, on peut voir de l’héroïsme pur. 


                                  • karpediem karpediem 28 mars 2011 21:18

                                    Merci à Easy , à Njama , Jeremy , Le Chat et Apoafin : vous voilà du moins cinq à savoir vous exprimer en français + sans faute. Au milieu de ce souk logorrhéique , ça me rassure.


                                    • Alexis_Barecq Alexis_Barecq 28 mars 2011 22:13


                                      Le cout de la guerre, pour ce qui concerne l’agresseur, est une question inepte.

                                      La vrai question est celle de la moralité, de la légalité, des conséquences.

                                      Honte éternelle à la France. Ce crime d’agression devrait être jugé par le TPI. Il le sera peut-être, un jour...


                                      • easy easy 28 mars 2011 22:54

                                        Attention Alexis.

                                        Vous avez cité trois points que vous considérez importants à examiner si par exemple on faisait le procès de Sarko-Libye.

                                        Je serais l’avocat de la défense, je passerais vite sur les deux derniers et je vous enfoncerais sur le premier point, celui de la moralité.
                                        Parce que des 3 points c’est le plus subjectif et que je pourrais donc tirer dessus la magnifique couverture des transcendances archangistes.

                                        Si au moment du procès, et c’est là un point important, je peux aligner quelques morts dans le camp de mon client, il me sera très facile, au nom des transcendances objet de ce papier, de vous imposer la décence. « Comment osez-vous vous poser en moraliste alors que nos hommes ont sacrifié leur vie pour sauver le veuve et l’orphelin bla bli bla blo »


                                        Vous ne voulez pas de ce genre de guerre ?
                                        Alors ne gaspillez plus votre salive à discuter morale donc transcendances avec les va-t-en-guerre. Comme il n’y a plus de morts de notre côté, contentez-vous de l’argument le plus sûr ; le fric.
                                        Vous refusez de dépenser le moindre euro pour cette guerre et elle ne peut pas avoir lieu.

                                        Je crois que l’idée est trop nouvelle, vous n’arrivez pas à l’intégrer.

                                        Réfléchissez-y et vous verrez qu’il est infiniment plus facile de bloquer une guerre en s’entêtant à ne parler que de son coût qu’en acceptant de discuter avec ses promoteurs sur le terrain des transcendances.
                                        Patrie, honneur, moralité, tout ça c’est des pièges tissés du fil de « braves morts pour nous »
                                         S’il n’y a plus de « braves qui se sont sacrifiés pour nous » il devient possible de rejeter tout débat sur des transcendances et s’arquebouter alors sur les sous, rien que sur les sous.

                                        Pas de sous, pas de guerre.


                                      • Gérard Luçon Gerard Lucon 29 mars 2011 06:34

                                        @Alexis, erreur, le TPI est réservé aux Serbes et aux noirs


                                      • Raie's kareray 29 mars 2011 08:18

                                        Aurons-nous encore longtemps les moyens ???


                                        • Raie's kareray 29 mars 2011 08:23

                                          Lisez le GEAB N° 53 et précédents...édifiant !!!
                                          (on ne peut pas copier un lien dans le post, pourquoi ? c’est tellement plus simple à suivre...)


                                          • Emmanuel Aguéra LeManu 29 mars 2011 13:25

                                            Voilà c’est là
                                            excellente info Kakeray.


                                          • Raie's kareray 30 mars 2011 06:34

                                            Merci LeManu ! Où se trouve la manip ? On ne peut pas copier/coller le lien directement dans le post...


                                          • Antoine Diederick 3 avril 2011 00:28

                                            hum hum...pour le moment c’est pas une guerre pour les européens, cela ressemble plutôt à une opération de police....

                                            en revanche pour les libyens, c’est une guerre et une guerre civile....et un peu curieuse tout de même cette guerre civile.....


                                            • Antoine Diederick 3 avril 2011 00:39

                                              "Une information fondamentale publiée par l’Agence internationale de l’énergie (AIE) est passée totalement inaperçue : le pic pétrolier s’est produit en 2006. Alors que la demande mondiale continuera à croître avec la montée en puissance des pays émergents (Chine, Inde et Brésil), la production de pétrole conventionnel va connaître un déclin inexorable après avoir plafonné. La crise économique masque pour l’heure cette réalité.« 

                                              Source Le Monde en ligne.

                                              Titre de l’article : Le genre humain, menacé

                                              Vous remarquerez que l’ensemble de la classe politique européenne n’a pas le courage de préparer l’opinion à un changement de paradigme.

                                              Si vous retrouvez cet article lisez le en entier car il y a plus de courage »transcendant" à opter pour un changement de paradigme plutôt qu’à faire la guerre....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès