• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Patrick Samba

Patrick Samba

Indigné auparavant en certaines circonstances, je le suis malheureusement en permanence depuis le 11 mars 2011.
Ce jour-là débuta la catastrophe de Fukushima. 

Tableau de bord

  • Premier article le 21/07/2011
  • Modérateur depuis le 01/12/2011
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 76 2333 3218
1 mois 0 34 0
5 jours 0 7 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 614 564 50
1 mois 21 21 0
5 jours 4 4 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Patrick Samba Patrick Samba 2 juin 22:03

    @xana
    « le » Covid-19 n’est le virus mais la maladie...

    Covid-19 = acronyme anglais de coronavirus disease 2019

    (id inverse de di pour la prononciation)



  • Patrick Samba Patrick Samba 2 juin 21:58

    « Comment, dans ce cas, peut-on encore draguer, badiner, voire flirter avec une telle menace ? »

    Oh vous savez, après 75 ans, on en est rarement à draguer et encore moins à flirter...

    "Bien entendu, on peut toujours outrepasser les consignes sanitaires, fut-ce au prix de l’inquiétude et de la mauvaise conscience"

    Ah d’accord... et alors vous vos textes sont sélectionnés... tandis que d’autres ne le sont pas... Je vois, le site progresse.



  • Patrick Samba Patrick Samba 2 juin 17:22

    Foi d’infectiologues officiels

    A la réputation indemne :

    Le confinement est plus mortel

    Que le virus honni lui-même

    Chacun se retrouve au « cachot »

    Sous le prétexte d’un péril grave

    C’est pas le fait d’néo-fachos

    C’est pour notre bien, futurs esclaves

    Grâce au délire

     

    D’un point de vue de santé publique

    Traitant d’une maladie bénigne

    C’est l’honneur de la politique

    De rejeter le choix indigne

    De transformer un rhume mineur

    En grippe qui en grand nombre tue

    Semant panique, troubles et terreur

    Au point qu’la Terre elle-même éternue

    Grâce au délire



  • Patrick Samba Patrick Samba 2 juin 17:22

    Aux médecins généralistes

    On opposait en épilogue

    Ici, épidémiologistes

    Là, très savants infectiologues

    Qui du haut de leur grand savoir

    Raillaient leurs confrères de terrain

    Force doit rester au Pouvoir

    Sans quoi on choit dans le bousin

    Grâce au délire

     

    Le résultat, à notre grand tort

    C’était de n’y comprendre rien

    C’est alors que les croque-morts

    Prirent le visage de la Buzin

    Ainsi que d’autres politiques

    Les Philippe, les Macron, les siens

    S’arrogèrent cette question d’éthique

    Pour en user en mode malsain

    Grâce au délire

     

    Crise financière, retraites, climat,

    Le nucléaire, les Gilets Jaunes,

    Municipales : branl’bas d’combat

    Du corona ils firent l’axiome

    Avant, Macron s’inquiétait pas

    Les masques profitèrent aux voisins

    Comme deux ronds d’flan on s’retrouva

    A peine moins buses que la Buzin

    Grâce au délire

     

    Ils accentuèrent la panique

    Imposèrent le confinement

    Nous exposant aux griffes de flics

    Pour le moindre petit déplacement

    Plus de violence, de gens à terre

    De divorcés et de ruinés

    Moins de défenses immunitaires

    Plus de morts et de suicidés

    Grâce au délire

     



  • Patrick Samba Patrick Samba 2 juin 17:20

    oh, et puis tiens je me permets, histoire de faire un pied-de-nez aux censeurs, de mettre dans les commentaires de votre article la chanson que mon article veut populariser pour combattre le délire, à chanter sur l’air du « Gorille », de notre grand Georges national

     :

    un rhume, pas même une grippe, et la Terre elle-même éternue

     

    Gare au délire

     

    Il se dit chez les informés

    Que cette histoire de virus

    Serait bien plus sophistiquée

    Et truffée d’épines de cactus.

    Il terrorise tout le monde

    C’en est à craindre l’infarctus

    Et l’angoisse est tellement profonde

    Que chacun tremble pour son anus

    Gare au délire

     

    Il nous est parvenu de Chine

    Où l’on imaginait le pire

    Ni une ni deux, mieux qu’l’aspirine

    Deux hôpitaux fallait construire

    C’est en dix jours que le premier

    Sortit de terre sous nos yeux

    Il prit le nom halluciné

    « De la montagne du dieu du feu »

    Gare au délire

     

    Et c’est bien ce qui se passa

    De l’angoisse naquit la folie

    Mettant le feu dans les médias

    En quête de buzz à tout prix

    D’un gros rhume aux symptômes mineurs

    Ils firent une grippe catastrophique

    Semant panique, troubles et terreur

    D’où nait le délire médiatique

    Gare au délire

     

    Des médecins généralistes

    Habitués aux grippes tueuses

    Crièrent aux propos alarmistes

    Dénoncèrent les infos trompeuses

    Ils avancèrent des chiffres clairs

    Disant qu’la grippe tuait bien plus

    Que personne n’en faisait mystère

    Pourquoi les prendre pour des gugus ?

    Gare au délire

     

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès