• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La Libération (14) : l’opération roulement de tambour, la bataille du (...)

La Libération (14) : l’opération roulement de tambour, la bataille du kérosène

Revenons donc aujourd'hui en 1942 pour vous parler essence comme promis, à ce moment de la seconde guerre mondiale où la suprématie sur mer est allemande, ou plutôt sous la mer. Les U-Boot allemands sont alors insaisissables, car les alliés n'ont pas encore le remède miracle qui s'appelle ASDIC (pour Anti-Submarine Detection Investigation Committee), amélioration du Modèle 271 anglais, testé sur l' HMS Orchis (ici l'antenne), dont ils ne disposeront que l'année suivante. De cela, et du déchiffrage des communications allemandes qui fait un bon en avant le 8 mai 1941, avec l'éperonnage du sous -marin U-110 par l'HMS Bulldog, qui permet de s'emparer d'une machine de cryptage Enigma, avantage qui sera vite perdu avec la nouvelle génération à quatre rotors de la machine. L'ASDIC deviendra le sonar (pour SOund Navigation And Ranging), et l'invention des bouées sonores larguées d'avion marquera le glas de la suprématie des U-Boot. Le 7 mars 1942, la première bouée larguée traque le sous-marin S-20, le 25 juin 1942 la première bouée de détection, l 'AN/CRT-1, devient opérationnelle (*). Mais avant cela, voyons ce qu'il était du blocus allemand des côtes américaines, car ce fut bien le cas pendant plus de 15 mois. Les allemands ne pouvant bombarder New-York, faute d'avion pour le faire (**), se contentèrent de tenter de bloquer le ravitaillement des troupes anglaises en exerçant une stratégie de harcèlement qui va s'avérer payante pendant des mois.

Des sous marins allemands sont bien venus jusqu'aux côtes américaines ; la preuve en est, encore une fois une épave, retrouvée en 2001 dans le Golfe du Mexique. L'amiral Donitz rêvait depuis toujours d'attaquer les Etats-Unis, semble t-il, et l'attaque de Pearl Harbor avair ravivé cette donne. L'idée de Donitz n'était déjà plus de foncer sur New-York mais elle était bien plus prosaïque et bien plus réfléchie, en fait. Pour cela, il allait privilégier sa meilleure arme maritime qui n'est déjà plus le cuirassé : au début de la guerre, en 1939, l'Allemagne est entrée dans le conflit avec 46 U-Boots. A la fin, elle en sort avec 863 ! Largement de quoi s'en prendre aussi aux Etats-Unis et surtout à ses approvisionnements en pétrole !
 
 
Les sous-marins allemands mirent en place des techniques nouvelles préconisées par Donitz en personne, celle de la chasse des cargos en meute. Le 18 octobre 1940, déjà, elle est en œuvre contre le convoi SC7. L'U-Boot 93 avait averti ses collègues du passage du convoi, avant de se faire semer : les navires alliés avaient entendu ses messages. L'U-48 eût le même tour et dût aussi abandonner la poursuite, mais pour tomber sur une autre meute et surtout sur l'U-99 d'Otto Kretschmer, qui réussira à lui seul à couler 9 des 17 navires perdus par le convoi SC7, aidé par l'U-100. Mais le 16 mars 1941, alors qu'il rentrait à sa base de Lorient après avoir coulé 4 pétroliers et 2 cargos, une sentinelle assoupie ne vit pas arriver deux destroyers qui l'attaquèrent à coup de charges de profondeur : après avoir failli plonger trop profond, l'U-99 remonta et hissa le drapeau blanc. Pendant ce temps, ses collègues jouaient aux requins aux alentours du Golfe du Mexique : que faisaient-ils donc là-bas, aussi loin de l'Allemagne, c'est l'objet de cet article.
 
L'envoi d'une de ses "meutes" de "loups" comme ils s'appelaient eux-mêmes, pour harceler les cargos sortant des Etats-Unis fut un premier signe de cet état d'esprit particulier : en février 1942, les sous-marins U-103, U-106, U-107, et U-108 étaient déjà autour de la Floride ou des îles Caraïbes. Puis vinrent les U-432, 564, 578, 653, harcelant un peu plus au nord, entre Norfolk et Boston, l'U- U128 et U-504 arrivant un peu plus tard en Floride les U-67, U-129, U-156, U-161, l'U-502, dont la première mission remonte au 19 janvier 1942, s'occupant lui particulièrement du secteur de Trinidad. "À la mi-Janvier, au milieu des bourrasques de neige lourde, l'U-123 et l'U-66 sont entrés dans les eaux américaines. Le battement du tambour a commencé. A soixante-cinq miles à l'est du Cap Hatteras, sans que la pleine Lune ne trahisse sa présence, l'U-66 a attendu patiemment. Bientôt, une forme sombre semblait se déplaçant de gauche à droite au travers de l'avant du U-bateau. A 02h30, ce dimanche, 18 janvier, deux torpilles déchirérent la coque de l'Allan Jackson, un navire-citerne chargé de 72 000 barils de pétrole à destination de New-York. Vingt-deux hommes périrent. Huit survivants, imbibé de pétrole réussiront à s'échapper dans une embarcation de sauvetage pour s'éloigner au plus vite de l'hélice du navire". Le 28 janvier, c'est au tour de l'U-123 de couler le City of Atlanta : il y aura seulement 3 survivants sur 47. Le même jour il attaque en surface au canon le SS Malay, un tanker de 8000 tonnes capable d'emporter 70 000 barrils de pétrole, en fait il est à vide. Le lendemain il s'en prend au Ciltvaira, un cargo lituanien. Le 23 janvier, le tanker anglais Empire Gem est attaqué et détruit par deux torpilles tirées de l'U-66. A la fin janvier, la première campagne allemande dans le secteur est une totale réussite, les 5 sous-marins lâchés repartent tranquillement vers... Lorient. Les loups regagnent leur repère.
 
 
Il y a sur place une concentration de forces extraordinaire, avec toute une organisation de sous-marins ravitailleurs ou de "nounous", pour les apprivionner en gas-oil, en munitions et en nourriture pour les équipages. A la fin de leurs missions, qui durent souvent des mois, les U-Boot rentrent tous... en effet dans leur forteresse de Lorient  ! L'U-502, dans une de ses missions-type, par exemple, quitte le port français le 22 avril 1942 et y revient le 5 juillet 1942 : il s'attaquera cette fois-là entre temps au convoi "T5", en coulant 8 cargos d'affilée : le 11 mai 1942, l'anglais Cape of Good Hope de 4 963 tonnes, le 24 mai le brésilien Gonçalves Diaz de 4 996 tonnes, le 28 l'Alcoa Pilgrim, un cargo US de 6 759 tonnes, le 9 juin 1942 le cargo belge (le Bruxelles !), de 5 085 tonnes, le même jour encore le Franklin K Lane, de 6 589 tonnes encore un américain, et le 15 juin le véritable feu d'artifice avec trois navires : le Cold Harbor panaméen de 5 010 tonnes, le West Hardaway et le Scottsburg, deux navires américains de 5 702 et 8 001 tonnes respectivement !
 
Pourquoi donc un tel nid de frelons à cet endroit ? Pourquoi donc une telle concentration de chasseurs de cargos aux alentours du Golfe du Mexique ? C'est simple : leur objectif commun était tout ce qui pouvait sortir d'Aruba, dans les Antilles néerlandaises, endroit qui, depuis 1928, étaient l'emplacement d'où l'on extrayait des milliers de tonnes de pétrole. Ce sont en effet les raffineries d'Aruba et de Curaçao qui ravitaillaient en effet massivement les avions américains, mais aussi anglais ou français, avant la guerre et pendant. La Pan American Petroleum y était représentée par la Lago Oil & Transport Co, achetée en 1933 par Exxon(déjà !).  "Dès 1939, les raffineries sur les deux îles fournissaient 43% des besoins pétroliers britanniques et français, et environ 80% de ceux de la Royal Air Force britannique (en kérosène). L'invasion américaine en Afrique du Nord (1942-1943) a été alimentée à 100%, et la bataille dans le Pacifique (1944-1945) pour 75% par les hydrocarbures des Antillles". Or cela, tout le monde l'a oublié ! Donitz, en lançant l'opération "roulement de tambour" (Paukenschlag) savait ce qu'il faisait : ces U-Boots étaient alors les rois des mers, et ils empêchaient les américains de mettre en marche leur formidable logistique de guerre, celle que nous avons vue justement, lors de notre épisode 13. L'essence était bien le nerf de la guerre moderne, et les allemands aussi le savaient bien, eux qui redoubleront d'efforts pour s'en approvisionner durant tout le conflit, en finissant par fabriquer de l'essence synthétique.
 
Dans la nuit du 15 au 16 Février 1942, la première attaque dans le secteur du Golfe du Mexique se produit sur un tanker, le Pedernales, pris pour cible par l'U-156, qui s'est attaqué après à l'Oranjestad, qu'il a coulé, et à trois autres attaqués en face de St Nicolaas. L'U-Boot attaqua même une raffinerie sur la côte au canon, certain de son impunité. En mars on dénombre les tankers ou les cargos envoyés par le fond : l'Ario, l'Australia, l'Acme, le Kassandra, le Louloudi, l'E.M Clark, le Papoose, le W.E. Hutton, l'Esso Nashville, l'Atlantic Sun, le Naeco, l' Atik, et l'Equipoise. L'US Navy, dépassée par l'ampleur des dégâts, fera même appel aux bateaux à voile des pêcheurs du Cap Atteras ou d'Ocracoke comme chasseurs de sous-marins, en les équipant de charges de profondeur !
 
Les meutes d'U-Boot continuèrent à faire un carnage durant toute l'année 1942 dans le secteur, qui se termina par 280 tankers de coulés pour un tonnage effarant de 1 300 000 tonnes. Le bilan est sans appel pour l'année 1942 : on en est à 1 664 navires alliés coulés au total pour 1 097 ... en Atlantique, les allemands ayant perdu... seulement 2 sous-marins ! Dans les Indes Néerlandaises, ces attaques meurtrières provoquèrent une telle peur, que les équipages des cargos, pour la plupart chinois, en arrivèrent à faire grêve et à manifester pour une prime de risque qui semblait évidente : elle leur fut refusée par les compagnies de pétrole, et l'une des émeutes qui suivirent durement réprimée : on releva 44 manifestants touchés par balles, dont 15 décéderont. Au même moment, le bilan de l'année pour la région est 400 navires de coulés, avec 2 000 000 tonnes de matériel de guerre de perdus et la vie de 5 000 marins d'enlevées : ça tourne au désastre pour les alliés : les seuls responsables sont les 40 U-Boots déployés pour l'opération drumbeat. La "Bataille des Caraïbes" ou la "Torpedo Junction" auront été terrible pour les alliés.
 
Elle aura aussi des conséquences inattendues : le 14 mai 1942, le pétrolier Potrero del Llano est coulé par l'U-564 en face de la Floride (c'est en fait un navire confisqué aux italiens !), et un autre, le Faja de Oro (lui aussi saisi aux Italiens !), entre Cuba et les Etats-Unis, le 21 mai par l'U-106. Les 24 morts des deux attaques provoqueront une réaction... mexicaine, car les deux navires étaient originaires du pays : le 1er juin 1942, le Mexique agressé déclare la guerre au IIIe Reich ! Dans un article étonnant d'Aeroplane Monthly, de décembre 2008, on apprend que les U-Boots avaient même été pourchassés par l'aviation mexicaine.... équipé de AT-6 d'entraînement ! Six appareils seulement qui recherchèrent notamment l'U-129, auteur de l'attaque du 26 juin 1942 sur le tanker Tuxpan, et le lendemain du Choapas. Le pilote mexicain Noriego Medrano réussit à tomber dessus et lui larguer deux bombes de... 45 kilos, mais sans lui causer de dommages.
 
 
Ce blocus des convois diantrement efficace eut d'autres conséquences tout aussi étonnantes : les américains ne pouvaient envisager de sortir leurs porte-avions vers l'Atlantique ou dans le Golfe du Mexique, pour entraîner leurs pilotes, de peur de se faire torpiller par les U-Boot. Alors, ils ont inventé... les porte-avions d'eau douce. Surprenante information mais véridique (***) elle aussi : afin de pouvoir quand même s'entraîner à apponter, au milieu des Grands Lacs US, la Navy va avoir recours à une espéce de bricolage incroyable de dernière minute. Elle va réquisitionner de vieilles barges à roues à aubes (paddle wheel steamboat) comme celles que l'on trouvait à la fin du siècle précédent et monter dessus des pistes d'envol (en bois, comme sur les porte-avions de la période) et permettrent ainsi à leurs apprentis pilotes de s'initier à l'atterrissage ou au décollage sur pont de porte-avions. Rustiques, les deux navires fabriqués à la hâte n'avaient pas d'ascenseurs interne et ne pouvaient stocker les appareils. C'est ainsi qu'apparurent l'USS Wolverine, et l'USS Sable. Surpris à naviguer... au large de Chicago ! On y testa même les premiers drones US  ! L'expérience a des retombées inattendues actuelles : un bon nombre de Helcatts ou de Dauntless, voire d'Avengers se sont plantés en exercice  : tombés dans l'eau... douce, on les a retrouvés en très bon état.. suffit de gratter les moules d'eau douce.... et on a un Helcatt comme ici celui remonté en décembre 2009 ! En avril 2009, on sortait un Dauntless du lac Michigan. A part les ailerons de toile et le capot moteur, tout y était encore.... même les marquages d'hélices ! Une petite vidéo, visible ici, montre les efforts d'apprentissage des "cadets" US sur le Wolverine.
 
En mars 1943 encore, une attaque va tourner au massacre véritable pour les alliés : les convois HX229 et SC122 regroupant ensemble 88 navires marchands et 15 navires de protection parti d'Halifax, seront attaqués par 45 U-Boots regroupés en "wolfpacks," qui ont tiré 90 torpilles, et coulé 22 navires, le 1/4 du convoi de départ, en provoquant 372 victimes. Mais les allemands vont quand même perdre un U-Boot dans le Golfe du Mexique : un seul en effet ! L'épave de ce sous-marin, l'U-166, a été retrouvée par hasard... tout d'abord au radar, puis par l'équipe de C&C Technologies et son ROV travaillant pour BP et Shell : la firme, en sondant le fond du Golfe du Mexique, pour y déposer un pipe-line était tombée en mai 2001 sur une épave aux allures peu communes A 1 500 mètres de profondeur reposait l'U-Boot 166, le seul coulé et retrouvé à cet endroit, a à peine 1600 mètres de sa dernière victime, le SS Robert E. Lee, un paquebot de ligne. Le navire escorteur du Lee, le PC-566 l'avait attaqué à coups de mines de profondeur, alors qu'un J4F Widgeon des Gardes Côtes US lui avait envoyé une charge qui s'avéra ne pas être assez forte pour le couler. D'après les vestiges, il semble bien que ce soit un coup direct sur le pont de l'I-166 qui la fait couler : celle d'une charge du petit escorteur. Qui a dit que les puits de pétrole n'apportaient que des mauvaises nouvelles dans le Golfe du Mexique ?
 
La guerre s'est donc aussi gagnée à la pompe à essence. En juin 1942, les nazis vont aussi tenter une autre méthode encore pour harceler les USA. Le 17 juin 1942, l'U-Boot 584 déposait tranquillement sur une plage de Floride, à Ponte Vedra, deux équipes de saboteurs : l'une en partance pour New-York, l'autre pour Chicago... Le 13 juin 1942, quatre hommes avaient été déposés de la même façon sur la plage d'Amagansett, à Long Island, près New York.... l'opération sera un fiasco complet. Le principal responsable, John Dasch, âgé de 39 ans, fera défection en appelant lui-même les services secrets US, en pensant ainsi sauver sa propre peau en dénonçant ses camarades d'infortune.  Le premier groupe, arrêté le 27 juin, le sien, comportant Ernest Peter Burger, Heinrich Harm Heinck et Richard Quirin, et le second, composé d'Edward John Kerling, de Werner Thiel, d' Herman Otto Neubauer, et d'Herbert Hans Haupt, tous passèrent en jugement. Tous étaient âgés d'une trentaine d'années, et avaient été recrutés par l'Abwehr car ils avaient habité aux USA pendant une période et parlaient un anglais parfait. Le groupe avait sur lui 174 588 dollars pour commettre ses forfaits. Tous furent condamnés à mort, sauf Dasch et Burger, dont la peine fut commuée en prison par Roosevelt et déportés par Truman en 1949... en Allemagne. Dasch y mourrut en 1992 à 85 ans. Les autres furent exécutés le jour même du jugement, par chaise électrique. L'Allemagne ne tentera plus un seul essai d'espionnage de ce type, qui eut pour influence directe de fâcher à vie Donitz et l'Abwehr. Où apparut un jour, pourtant un amiral, le : Konteradmiral Wilhelm Canaris ;  mais ça c'est encore une autre histoire. Il sera pendu le 9 avril 1945, pour avoir tenté de comploter contre Hitler. Ses derniers mots disant "vouloir sauver son pays". Donitz, pourtant choisi comme dauphin du Furher, et dont les sous-marins n'avaient jamais secouru de naufragés, obtint 10 années de prison à Nuremberg. Il mourra le 24 décembre 1980.
 
 
(*) à la fin de la guerre, 40% des pertes des sous marins de l'axe sont le fait d'attaques aériennes, et la Navy US détient 150 000 bouées sonores et 7500 postes de réception.
 
(**) en réalité, ils expédièrent un prototype de Junkers Ju-390 pour photographier Manhattan, le 27 août 1943, mais n'eurent pas le temps d'en fabriquer davantage. Les allemands manquent de moteurs puissants.
 
 
(***) reprise également dans le N°382 d'Air Fan de septembre 2010.
 
Tous les U-Boats en photos ici
http://www.german-uboats.com/Uboat%20Photos/``
 
la carte des navires coulés dans le Golfe du Mexique ici :
http://www.electricbluefishing.com/shipwrecks_of_florida.htm
 
les vidéos de l'U-166 sont ici :
http://www.pastfoundation.org/U166/VideoofU166.htm
 
 sur le Lee et l'U-166
http://www.youtube.com/watch?v=5CtVEifmrLk
autre vidéo
http://www.youtube.com/watch?v=hicIkfAkVzI&feature=related
 
un long et très bon document sur l'U-166 et le Lee ici signé Historia Channel :
 
1) http://www.youtube.com/watch?v=mpztQi4AzWw&feature=related
2) http://www.youtube.com/watch?v=GZHkp2_wIzA&feature=related
3) http://www.youtube.com/watch?v=rpIHDRwaB7Q&feature=related
4) http://www.youtube.com/watch?v=4mwL38R3SlA&feature=related
5) http://www.youtube.com/watch?v=hicIkfAkVzI&feature=related

Moyenne des avis sur cet article :  3.3/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • fred 6 juin 2011 10:15

    Morice, j’ai besoin de votre avis sur une autre affaire que vous dénoncez dans un article précédent. Pourriez-vous me contacter via fred.agoravox@gmail.com ? Je vous expliquerai. C’est important... Merci smiley


    • Dzan 6 juin 2011 11:03

      Bonjour Morice.
      Un épisode que je ne connaissais pas du tout.
      Bravo pour vos recherches.

      Bien sûr les trolls habituels ont déja sévi.


      • morice morice 6 juin 2011 14:02

        Bien sûr les trolls habituels ont déja sévi.


        hélas !! quelle engeance : voilà que déboulent les négationnistes, qui ne veulent rien entendre des FAITS mais refaire l’histoire à leur main. Piteux.

      • loadmaster 6 juin 2011 13:38

        la seconde guerre mondial ne fut elle pas la première guerre pour le pétrole !!


        • morice morice 6 juin 2011 13:55

          la seconde guerre mondiale ne fut elle pas la première guerre pour le pétrole !!


          mondiale, si.

        • Zanini 6 juin 2011 13:50

          Donitz, pourtant choisi comme dauphin du Furher, et dont les sous-marins n’avaient jamais secouru de naufragés, obtint 10 années de prison à Nuremberg. Il mourra le 24 décembre 1980.

          C’est faux, plusieurs commandants de Uboat ont bien secouru des naufragés preuve en image , 2 , 3 ,4 il y a même des preuves videos avec témoignages des survivants.

          La vérité est que les sous marins allemand ont arreté de sauver les civils uniquement apres l’incident du laconia ou les alliées n’ont pas hésité a attaquer des sous marins qui avaient des survivant alliées sur le pont.Quiconque s’interesse un tant soit peu a la guerre sous marine ne peut ignorer le Laconia.

          Vous ne parlez pas non plus des etats unis qui auraient du etre condamné a Nuremberg pour les memes raisons que Donitz puisque leurs sous-marins américains faisaient exactement la meme chose avec le japon, a savoir guerre total sans se préocuper des victimes civils et ce dès le début de leur entrée en guerre , contrairement aux allemands ou l’odre formel de ne plus prendre de survivants n’est intervenu que plus tard.


          • morice morice 6 juin 2011 13:54

            C’est faux, plusieurs commandants de Uboat ont bien secouru des naufragés


            vous amalgamez à partir d’exemples ponctuels. L’histoire ne peut être ça et votre pseudo « nabien » est TRANSPARENT.


            Vous ne parlez pas non plus des etats unis qui auraient du etre condamné a Nuremberg

            en aucun cas : allez exercer votre NEGATIONNISME ailleurs.

            • Zanini 6 juin 2011 14:11

              J’ai jamais dit que c’etait l’habitude des commandants de Uboat mais bien que cela a existé.Ce que vous avez ecrit est faux et vous ne pouvez le nier.

              Negationnisme alors qu’on ne parle pas le shoah mais de la guerre sous marinne ? Vous êtes au courant que Nuremberg ce n’est pas que la shoah ?

              Comment peut on condamner les nazis pour la guerre totale sous marine et pas les états unis qui font exactement la meme chose ? Bien sur on ne peut pas d’ou la défense de Donitz par de nombreux amiraux américains, des sales négationnistes aussi ?


            • morice morice 6 juin 2011 14:55

              retour du troll connu, qui vient de se dénoncer tout seul : COMBIEN DE PSEUDOS, CELUI-LA ?


              « phryné », alias Dobrica Cosmic alias plein d’autres (pas le temps de chercher !)

              • morice morice 6 juin 2011 14:56

                Comment peut on condamner les nazis pour la guerre totale sous marine et pas les états unis qui font exactement la meme chose ? 


                ah oui ? en faisant la chasse aux cargos ?

                • Zanini 6 juin 2011 15:20

                  Les cargos japonais , bien entendu !?


                • Zanini 6 juin 2011 15:40

                  http://en.wikipedia.org/wiki/Allied_submarines_in_the_Pacific_War

                  Les pertes de la flottes marchande japonaise en tonnages :

                  Japanese merchant fleet losses during World War II

                  1942 725,000 tons
                  1943  1,500,000
                  1944 2,700,000
                  1945 415,000


                • tanguy 6 juin 2011 15:58

                  Une bonne conférence pour en apprendre sur le rôle des US durant la WW2 et la libération :

                  Le mythe de la bonne guerre : les US et la libération

                  C’est une conférence (1h00) de Jacques Pauwels qui donne le « Pitch » de son livre dont je vous met le descriptif :

                  La Deuxième Guerre Mondiale, une croisade américaine pour la défense de la liberté et de la démocratie ? Les vainqueurs écrivant l’histoire, c’est cette version qui est enseignée depuis 1945 des deux côtés de l’Atlantique. Alors que l’on se prépare à célébrer le 60ème anniversaire de la capitulation, Jacques Pauwels, preuves à l’appui, dévoile le mythe de la « libération ». Aux Etats-Unis, Hitler a très longtemps été considéré comme un excellent partenaire en affaires mais dans une guerre qui ne se déroule pas comme prévu, les alliances finissent alors par se former contre les « mauvais ennemis », avec les « mauvais alliés »...Le débarquement de Normandie qui ne survient que très tard, le 6 juin 1944, fera malgré tout de ce second conflit mondial une formidable aubaine financière pour les Etats-Unis. En libérant une partie de l’Europe des fascistes pour la « dominer » économiquement, toutes les conditions sont également réunies dès 1945 pour entamer une très longue Guerre froide...


                  • morice morice 6 juin 2011 16:39

                    Par tanguy (xxx.xxx.xxx.37) 6 juin 15:53

                    Et oui, c’est l’UPR de F. Asselineau.... Son site : http://www.u-p-r.fr/


                    allez donc faire votre pub ailleurs, « tanguy.... »


                    c’est ça que vous prônez

                    http://rennes-info.org/Attention-l-ultra-droite


                    Car si on revient sur le par cours poli ti que d’Asselineau, il devient évident que cet homme est de droite, et même issu de la droite dure : sorti d’HEC et de l’ENA, il a occupé des postes de direc teur de cabi net auprès de minis tres du gou ver ne ment Juppé cas seur de retrai tes et de sécu de 1995-1996, avant de rejoin dre en 1999 le RPF de Philippe de Villiers et Charles Pasqua. Entre 2000 et 2004, il occupe des postes impor tants de conseillers aux côtés de Pasqua, alors pré si dent du Conseil géné ral des Hauts-de-Seine. Toujours avec le même, alors allié à Jean Tibéri il se pré sente (et est élu) sur une liste de droite dis si dente aux muni ci pa les pari­sien nes de 2001. C’est sans étonnement qu’on le voit nommé par Nicolas Sarkozy le 20 octo bre 2004 à la tête de la direc tion géné rale à l’intel li gence économique à Bercy, et tra vaille alors en étroite col la bo ra tion avec Jean-Pierre Raffarin, autre grand cas seur de droits sociaux s’il en est. Il finit par être mis sur la touche par Sarkozy en raison de ses prises de posi tion en faveur du pro tec tion nisme, ce qui lui permet depuis de se pré­va loir d’un brevet d’anti-sar ko zysme censé lui donner une res pec ta bi lité pro gres siste. Mais ne nous y trom pons pas, et conti nuons : fin 2004, il rejoint l’UMP. Mi-novem bre 2008, il rejoint pour trois mois le comité direc teur du RIF (Rassemblement pour l’indé pen dance de la France), un mou ve ment sou ve rai niste situé à l’ultra-droite, puis fonde l’UPR en 2007 [4]. Lors des muni ci pa les qui sui vent, ils se pré sente dans le 17e arron dis se ment de Paris contre Françoise de Panafieu.

                    Les inter ven tions média ti ques d’Asselineau, ainsi que le choix de cer tains lieux pour tant répu tés d’extrême droite pour donner des confé ren ces, achè vent de le clas ser dans le champ poli ti que : notre énarque a ainsi donné le 7 jan vier 2010 une confé rence chez les sora liens mar seillais de la Cobema [5] mais aussi chez Serge Ayoub (dit « Batskin », le leader des bone heads pari siens) le 8 avril sui vant, soi-disant « à l’insu de son plein gré » (bien que la confé rence ait duré quatre heures et ce soit dérou lée dans une ambiance très cor diale sinon sym pa thi que, aux dires de plu sieurs témoins). Il est aussi inter venu sur la radio cons pi ra tion niste pari sienne Ici et Maintenant à, l’invi ta tion de l’ani ma teur d’extrême droite Pierre Jovanovic, ou encore sur Radio Courtoisie et Radio Notre-Dame.

                    bref : Asselineau dégage !


                    • tanguy 6 juin 2011 16:59

                      Ce n’est pas « ma pub », n’étant pas membre de l’UPR !!! Je précisais simplement quel était le parti qui proposait une sortie de l’Euro... ;

                      Et vos arguments pour catégoriser ce personnage sont pour le moins « limite » . Il est vrai qu’il est dans les « hautes sphères » depuis assez longtemps et qu’il est « de droite », mais je ne vois pas bien en quoi votre post le discrédite... Vous oubliez d’ailleurs de préciser que certains lui reprochent d’avoir donné des conférences devant des « communistes ».... Alors effectivement, peut être qu’un tel homme vous fait peur et que vous vous sentez obligé de tenter de le discréditer, mais ne m’agressez pas, Morice !


                    • tanguy 6 juin 2011 17:22

                      Je tenais à rajouter que, quoi que l’on pense de l’homme, les conférences de Asselineau sont très intéressantes (on peut les regarder sur le web pour ne rencontrer ni fachos, ni conspirationnistes ni communistes, ni non-définis politiquement)...
                      J’oubliais aussi de vous remercier pour les articles que vous proposez. Souvent très intéressants et bien « sourcés ».

                      Voila qui est fait,

                      Bien à vous


                    • morice morice 6 juin 2011 18:27

                      Asselineau est plus proche du FN que vous ne le dites : remarquez, vous ne vous en êtes même pas aperçu, d’après ce que vous en savez.


                    • Laurent_K 6 juin 2011 18:19

                      Article intéressant. Merci !


                      • morice morice 6 juin 2011 18:35

                        Alors que l’on se prépare à célébrer le 60ème anniversaire de la capitulation, Jacques Pauwels, preuves à l’appui, dévoile le mythe de la « libération »


                        qui est Jacques Pauwels ? 

                        celui qui raconte le mythe de la bonne guerre.

                        Il surfe sur l’intervention en Irak pour faire du débarquement autre chose : intellectuellement, c’est une ESCROQUERIE. 


                        extrait d’ubn blog « Jacques Pauwels fait une lecture hémiplégique de cette période de l’histoire. ce n’est pas très sérieux. Le public qui assistait à sa conférence était soit acquis à sa cause,soi pas très au fait de l’histoire de cette période car bien complaisant.
                         »

                        bref on a affaire à un nouveau gourou...


                        • tanguy 6 juin 2011 19:16

                          Son CV :
                          Studies and degrees : Licenciate History, State University of Ghent, Belgium, 1969 ; PhD History, York University, 1976 ; MA Political Science, University of Toronto, 1984 ; PhD Political Science, University of Toronto, 1995. Lectured at various Ontario universities, including U of T, Waterloo, Guelph.

                          Mais peut-être raconte-t-il des contrevérités, que ne ferait on pas pour la notoriété (bien que ses ouvrages lui valent plutôt d’être ostracisé) ? Si vous connaissez des faits permettant de le discréditer (affirmations fausses et pas des impressions ou commentaires extraits « d’un blog ») je pense que l’ensemble de vos lecteurs -et moi le premier- seraient content de les connaître... Peut être un travail collaboratif des lecteurs : écoute de ses conférences et/ou lecture de ses livres et publications d’articles et/ou commentaires afin qu’il ne puisse plus « surfer » à nos dépends. Je suis comme vous un fervent partisan du « debunking ».

                          Merci d’avance


                        • tanguy 6 juin 2011 19:17

                          Oups, encore un oubli : j’ai regardé la conférence proposée ci-dessus et il ne parle pas de l’Irak.


                        • morice morice 7 juin 2011 08:14

                          Je suis comme vous un fervent partisan du « debunking ».


                          ça ne veut pas dire tout mélanger et se laisser embarquer dans une thèse fausse.


                        • morice morice 6 juin 2011 23:51

                          De la même manière, certains disent qu’Hiroshima et Nagasaki étaient des crimes contre l’humanité. Et que ça n’avait servi à rien le Japon étant déjà à genoux. 
                          si le premier point est difficilement contestable, le second l’es beaucoup plus. La guerre aurai duré encore un an. Avec quelle sauvagerie eu égard à ce qui se passa à Okinawa 
                           ?


                          pareil : attendez au moins qu’on vous en parle avant de dérouler vos blablateries.

                          • morice morice 6 juin 2011 23:56

                            Franchement, Tanguy, vous vous foutez du monde : lisez au moins ce que j’ai DEJA ECRIT ICI, merde, avant de me sortir vos pleurnicheries !


                            voilà ma conclusion sur Curtis le May, dont vous ignorez sans doute même le nom !

                            C’est bien une grande gueule, et pire encore, donc, que soutient le pouvoir et la hiérarchie militaire, d’où sa carrière fulgurante : « dans les années 1940, sa promotion fut très rapide : capitaine en janvier 1940, major en mars 1941, lieutenant-colonel en janvier 1942, colonel en 1943, général de brigade en septembre 1943 ! ». C’est aussi un dément, un véritable psycopathe, dont on ne caricaturera que fort peu l’image en le faisant devenir... Buck Turgidson, le général psychotique du Docteur Folamour de Kubrick. La scène mythique n’est pas si éloignée que cela de l’original : cela, tout le monde le reconnaît ! « LeMay était apparemment immunisé contre l’horreur de tuer. Il avait dirigé le bombardement au napalm du Japon - qui estime-t-on a tué »plus de personnes dans une période de six heures qu’à tout moment dans l’histoire de l’homme« . ll a ainsi un jour résumé la guerre : « Il faut tuer les gens, et quand vous avez tué assez, ils cessent le combat. »Il a également dit : de façon cynique « nous avons bien tué, allez, disons vingt pour cent de la population de la Corée du Nord ». En fait, « plus de deux millions de civils sont morts dans les campagnes de bombardements de LeMay et la destruction de barrages géants pour inonder le pays ».Ce n’est donc pas un hasard si on le retrouve en politique aux côtés du gouverneur George Wallace, ce raciste invétéré, chrétien « born again »... et pourtant inscrit au parti démocrate ! Ce chaud partisan de la guerre nucléaire et des bombardements de civils n’avait pas grand chose à envier à un Goëring ! Sa haine de John F. Kennedy fut telle qu’on a régulièrement et automatiquement songé à lui comme l’un des commanditaires possible pour son assassinat, avec l’équipe de la CIA aujourd’hui bien répertoriée : Richard Helms, James Angleton, David Phillips, E. Howard Hunt, Theodore Shackley, William Harvey, David Morales, Edward Lansdale, et George Joannides.
                             
                            Plus tard, chef du SAC, Curtis Le May mit en œuvre cette autre folie des missions en B-47 et B-52 de 24 h sur 24, 365 jours par an : une gabegie phénoménale, qui disséminera on l’a vu des bombes nucléaires un peu partout dans le monde lors des crashs des appareils. Il menaçait régulièrement l’URSS de bombardement nucléaire : un fêlé, responsable non pas de milliers mais bien de millions de morts civiles. Un fêlé qui a laissé bien des traces indélébiles au sein de l’Air Force, on l’a particulièrement bien vu lors des bombardements inconsidérés en Irak et en Afghanistan. La « doctrine » LeMay, celles des massacres inutiles de civils, a longtemps continué ses ravages bien après la disparition de son concepteur, disparu le 1er octobre 1990,... trois mois à peine après le déclenchement de « Bouclier du Désert », où l’on assistera à des horreurs telles que la bulldozérisation de soldats vivants dans leurs tranchées, l’emploi massif de bombes à dispersion, la scène dantesque de « l’autoroute de l’enfer » au Koweit, avec des bus napalmisés, et des civils fauchés à la mitrailleuse d’Apache, etc : une énième Blitzkrieg ?

                            • tanguy 7 juin 2011 00:42

                              C’est tout de même incroyable, je propose une conférence qui va +- dans le sens de certains de vos écrits et traitant de la libération et des intérêts US, vous me répondez en me parlant de l’UPR qui n’a rien à voir avec l’article ou le commentaire posté et cela dans le seul but de tenter de me discréditer. Ensuite vous voulez dénigrer l’auteur de la conférence en donnant un commentaire d’un forum. Je vous donne alors son CV et vous demande si vous connaissez des choses à lui reprocher et vous m’agressez de nouveau en me parlant d’un autre sujet. J’avoue que j’ai du mal à comprendre votre raisonnement et quitte cette conversation qui ne rime à rien.

                              Dommage, vu votre culture et l’abondance de textes que vous êtes capable de nous faire connaître vous préférez m’agresser de manière stupide. Je vous avoue que je ne comprends pas. Peut-être avez vous confondu Pauwels avec un autre et avez vous pensez que je venais vous « attaquer » ? Et, pour infos, je connaissais le « bonhomme »


                            • morice morice 7 juin 2011 07:59
                              C’est tout de même incroyable, je propose une conférence qui va +- dans le sens de certains de vos écrits et traitant de la libération et des intérêts US, 

                              CERTAINEMENT PAS !

                            • morice morice 7 juin 2011 08:15

                               « en me parlant d’un autre sujet » : joli mensonge.


                              c’est le même là le bombardement de Tokyo !

                            • Mac Madam’ 7 juin 2011 00:54

                              GÉNÉRATION ET DÉTECTION DES ULTRASONS JUSQU’AUX FRÉQUENCES LES PLUS ÉLÉVÉES
                              LES PREMIERS PAS DANS LES RECHERCHES SUR LES ULTRASONS

                              P. BIQUARD

                              Ecole Supérieure de Physique et de Chimie, Laboratoire d’Electricité Générale, 75005 Paris, France


                              • morice morice 7 juin 2011 07:56

                                rapport direct avec le texte ??? en quoi biquard aurait été à la base du sonar ?



                                GÉNÉRATION ET DÉTECTION DES ULTRASONS JUSQU’AUX FRÉQUENCES LES PLUS ÉLÉVÉES
                                LES PREMIERS PAS DANS LES RECHERCHES SUR LES ULTRASONSP. BIQUARD 

                                Ecole Supérieure de Physique et de Chimie, Laboratoire d’Electricité Générale, 75005 Paris, France

                                Résumé 
                                En utilisant un certain nombre de documents récemment retrouvés, sont décrites les premières tentatives de Paul Langevin dans la production et la réception des ultrasons (condensateur chantant, microphones, quartz, triplet quartz-acier, etc...). Certaines difficultés techniques de l’époque sont soulignées. Les publications et le cours de Langevin au Collège de France sont évoqués.


                                le livre de biquard date de 1958... et c’est un que sais-je 

                                les ultrasons Pierre BIQUARDPublication : Presses Universitaires de France 1958 . 127 pType : LIVR 
                                Auteur(s)  : Pierre BIQUARD ; 
                                Editeur  : Presses Universitaires de France : 1958 
                                Description  : 127 p, , 
                                Collection/Série  : Collection Que sais-je ? . - Nê 21




                              • morice morice 7 juin 2011 07:58

                                votre premier post ici : et déjà un changement de pseudo = TROLL


                                http://www.agoravox.fr/auteur/flo-du-sud
                                Par Flo du Sud (xxx.xxx.xxx.245) 10 décembre 2010 14:08

                                Morice est ’protégé’, il est à l’abri des poursuites judiciaires 


                              • velosolex velosolex 7 juin 2011 01:44

                                Lorient, était la principale base d’Uboat, (avec celle de saint-Nazaire) Y vivait l’amiral Doenitz , chef de la marine allemande et successeur désigné d’Hitler.
                                 A partir de 42, les alliés vont s’acharner sur la ville, afin de détruire la base de sous-marins.
                                En mai 45, ce sera la dernière ville libérée en France, car même après la capitulation, les allemands ont continué à défendre leur position.
                                La ville sera pratiquement entièrement détruite par les raids d’aviation successifs.
                                Mais la base de sous marins restera intact.
                                De même que la villa de l’amiral Doenitz


                                • morice morice 7 juin 2011 02:16

                                  « De même que la villa de l’amiral Doenitz »


                                  située où ?

                                  • velosolex velosolex 7 juin 2011 11:25

                                    A larmor-plage, juste en face de la base de sous-marins


                                  • velosolex velosolex 7 juin 2011 19:31

                                    Un peu péremptoire, mon billet ce matin. Je me dis que j’aurais pu mettre un peu plus de formes. Cette villa s’appelle la villa Margaret, il suffit de regarder sur internet et vous pourrez apprécier le site. La villa est entourée de plusieurs bunkers, ou les officiers pouvaient se réfugier en cas de blitz. Est-ce pour ça qu’elle n’a pas été détruite ?
                                     J’avoue que cela m’a toujours surpris de la voir debout alors que toute la ville a été détruite. Si on peut s’en féliciter au niveau de la conservation du patrimoine, les questions du naïf de base n’ont pas trouvé de réponse.

                                    Sinon, bravo pour votre documentation, et votre travail d’analyse.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès