• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La mondialisation (1/3) : généralités

La mondialisation (1/3) : généralités

La mondialisation est le phénomène qui "évoque l'intégration croissante des économies dans le monde entier, surtout au moyen des courants d'échanges et des flux financiers." 1

Le sujet est vaste. Il convient, a minima, de distinguer la mondialisation en général (objet de ce papier), de celle d'une activité économique et de celle financière (prochains papiers 2/3 et 3/3).

La mondialisation n'est pas un phénomène nouveau, bien que le mot qui la qualifie soit entré dans le langage courant avec son équivalent anglais de "globalization", dans les années 1990.

Si le terme est souvent réduit au commerce mondial (symbolisé par le porte-conteneurs), aux mouvements de capitaux et à la planétarisation de la concurrence, il est aussi celui des transferts internationaux de main-d'œuvre, de connaissance et de savoir-faire… ainsi que celui de facilitateur de la propagation de multiples maux et risques (économiques, financiers, politiques, sociaux, religieux, sanitaires, environnementaux, etc.) qui surgissent ici ou là. Autant de traits positifs ou négatifs qui vont s'accroître sous l'impulsion du développement des pays actuellement émergents − quelque 3,5 milliards de personnes − et de ceux qui aspirent à le devenir − quelque 2,5 milliards de personnes −, et nécessiter, de fait, que la croissance de la mondialisation soit maîtrisée, régulée, organisée… voire contrôlée par des instances internationales formelles, comme informelles (Fonds monétaire international, Organisation mondiale du commerce, G20, etc.).

Cela étant, la grande question qui agite de nombreux débats sur la mondialisation, au-delà de savoir si elle est une opportunité pour les uns et une menace pour d'autres, est : la mondialisation accroît-elle la pauvreté et les inégalités ? L'étude du FMI 1 montre qu'entre 1900 et 1999 :

- la "production par habitant a augmenté sensiblement, mais … la répartition du revenu entre les pays est plus inégale qu'au début du siècle"… bien que le club des milliardaires 2 ait récemment accueilli : la Chine, la Russie, l'Inde, le Brésil, le Mexique et le Nigéria, pays pauvres ou en développement d'avant la globalisation ;

- mais, qu'en "termes d'IDH (indice de développement humain) les résultats sont très différents de ce que laissent entrevoir les seules statistiques de revenu". "Aujourd'hui (il s'agit d'une étude de l'an 2000)), le revenu (ajusté pour tenir compte de l'inflation) dans les pays pauvres est encore inférieur à ce qu'il était dans les grands pays en 1870. Et l'écart entre les revenus s'est creusé. Toutefois, les IDH des pays pauvres sont nettement meilleurs que ceux des grands pays en 1870. Ce résultat tient essentiellement à ce que l'espérance de vie a sensiblement augmenté grâce aux progrès de la médecine et à l'amélioration du niveau de vie." 1.

Notons cependant qu'entre 1980 et 2013 3, l'IDH du Mexique a progressé de 0,595 à 0,756 ; celui Brésil de 0,545 à 0,744 ; celui de la Chine de 0,423 à 0,719 ; celui de l'Inde de 0,369 à 0,586… celui du Niger (pays le plus pauvre de la planète, en 2013) de 0,191 à 0,337. Dans le même temps, l'IDH des pays riches n'a que légèrement augmenté. Les chiffres sont là, irréfragables !

N.B. : en 2012, Joseph Eugene Stiglitz (1943- , Nobel 2001) notait : "Bref, la mondialisation [...] rétrécit les choix que peuvent faire nos démocraties : elle leur rend plus difficiles de mettre en œuvre les politiques fiscales et budgétaires nécessaires à la création de sociétés plus égalitaires et dotées d'une meilleure mobilité sociale." 4. En 2006, le Nobel reconnaissait que : "La mondialisation – sous la forme d'une croissance dynamisée par l'exportation – a contribué à sortir de la pauvreté les pays d'Asie orientale." 5.

À suivre  : La mondialisation d'une activité économique.

1. La mondialisation : faut-il s'en réjouir ou la redouter ? 12 avril 2000 (site : imf.org).

2. The World's Billionaires list (site : forbes.com).

3. Human development report 2014, p. 164-167 (ONU).

4. Le prix de l'inégalité, Chap. 5, p. 209. Dans La grande désillusion (chap. L'avenir, p. 350) Stiglitz disait que la mondialisation de l'économie avait trop mis au-dessus de tout, le fanatisme du marché.

5. Un autre monde : contre le fanatisme du marché, Chap. 2, p. 79.

 

Crédit photo : Usine Nouvelle 06/10/2015 (porte-conteneurs CMA CGM)


Moyenne des avis sur cet article :  3.83/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • Daniel Roux Daniel Roux 26 mai 2016 08:57

    L’auteur débute sa série d’articles en évoquant l’un des rares points positifs de la mondialisation, l’accession de millions de personnes, à un minimum de confort. Des millions de paysans chinois, indiens, indonésiens etc.. ont quitté leur village pour aller travailler en ville.

    C’est un phénomène identique à ce qui s’est passé en France lorsque notre pays est passé d’une économie principalement agricole à une économie principalement industrielle. Après les paysans français, polonais, italiens, espagnols et ce sont ceux du Portugal et du Maghreb, qui ont apporté leur force de travail.

    La différence avec ce qui s’est passé en France, est que ce développement de l’industrie dans ces pays asiatiques, s’est effectué par un transfert de charge de travail, de capitaux, de savoir faire et de technologie, aux dépens des populations industrieuses des pays développés qui ont été dépouillé sans scrupule.

    Pendant que des millions de gens sortaient de la misère noire dans laquelle ils vivaient, d’autres millions s’appauvrissaient.

    Le résultat n’est pas neutre. Les pays développés avaient mis en place des politiques sociales, des normes écologiques, des exigences de qualités que les pays en développement n’ont pas, ou pas encore. Tous ces progrès humains sont menacés. Leur financement, principalement constitués de prélèvement sur les salaires, sont en baisse constante.

    La mondialisation est un vaste sujet qui mérite toute notre attention et auquel j’ai consacré de nombreux articles, comme par exemple :

    http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/des-paradis-aux-enfers-de-la-84586

    http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/le-veritable-enjeu-politique-de-83855


    • L'enfoiré L’enfoiré 26 mai 2016 09:32

      @Daniel Roux salut,


       Est-ce que la première phase de la mondialisation n’a-t-elle pas été la colonisation ?
       Le besoin d’écouler son excédant de production, en deuxième phase ? 
       Une question pas si bête que ça puisque vous avez déjà eu quelques articles dans le domaine..

    • Daniel Roux Daniel Roux 26 mai 2016 10:24

      @L’enfoiré

      La mondialisation est un processus permanent qui ne date pas d’hier. Comme l’écrit l’auteur, le concept est vaste. Il ne s’agit pas seulement de commerce.

      La colonisation, une domination du plus fort sur le plus faible, par la guerre, le commerce ou la culture, fait partie du processus.


    • Jean-Yves TROTARD Jean-Yves TROTARD 26 mai 2016 09:18

                 De mon temps on appelait ça « Internationalisation des capitaux » . Cela existait déjà depuis les années 1830 : par exemple , le père de l’ami de Karl MARX , Frédéric ENGELS ,exploitait une usine textile à Manchester avec ses associés anglais .C’est là qu’ ENGELS fit fortune comme cadre et associé…

                 L’économie politique vulgaire de notre temps se contente d’inventer des pseudo concepts nouveaux pour désigner les memes vieux phénomènes.

      • julius 1ER 26 mai 2016 09:19

        la mondialisation est une vaste farce .....elle a permis à l’oligarchie dominante de se soustraire aux lois et aux règlements mis en place difficilement dans de nombreux pays évolués pendant plusieurs siècles ..... 

        aujourdhui cette oligarchie à un visage , c’est le système Ultra-Libéral mis en place par le trio infernal Friedman, Reagan, Thatcher et prorogé par tous les laquais du Capital depuis lors !!!

        la pauvreté relative a augmenté partout, les services publiques ont reculé dans de nombreux pays et le niveau de vie pour les classes moyenne est en chute libre .... 

        il n’y a qu’a regarder les chiffres des restau-du-coeur pour s’en rendre compte !!!!, à l’origine Coluche avait mis en place cela pour aider les plus démunis or le chiffre est passé de quelques millions à des dizaines de millions de repas servis chaque année et ce chiffre a suivi une courbe exponentielle depuis 1986 et il n’est pas près de diminuer , c’est là que se situe la vérité des chiffres pas dans des statistiques tronquées par des officines adhoc !!!!!

         pour rappel j’avais écrit il y a quelques mois que les restau-du-coeur fêteraient leur 30 années d’existence cette année et je posais la question si certains allaient oser commémorer ces 30 années d’existence ?????????????????

        or la réponse à cette question est un aveu ...... Mister « commémoration man » dixit F Hollande ne va certainement pas commémorer cette « institutionnalisation de la pauvreté » car c’est de cela qu’il s’ agit l’ancrage de la paupérisation de la société ......qui est la condamnation à mort de ce type d’économie ultra-libérale dans laquelle nous vivons et qui n’apporte aucune solution de fond pour le bénéfice de la majorité des citoyens.....

        et tous les grands acteurs de l’économie vont bien se garder de faire un bilan de l’existence des restau-du-coeur car ce bilan est accablant et montre que les buts de l’économie qui sont d’apporter le progrès pour tous ....

         ces buts ont été dévoyés et n’apportent la prospérité et le confort que pour une minorité !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

        • L'enfoiré L’enfoiré 26 mai 2016 09:26
          @L’auteur,

          « en termes d’IDH (indice de développement humain) les résultats sont très différents de ce que laissent entrevoir les seules statistiques de revenu »
          Pourriez-vous prouvez cela ?
          C’est assez étrange.


          • Spartacus Spartacus 26 mai 2016 09:38
            Evidemment la répartition des richesses est inégale entre les pays....

            Les pays libéraux depuis longtemps ont distancé les pays qui ont connu le communisme ou les socialistes ou politiques interventionniste d’état.

            Corée du Sud versus Corée du Nord.
            Pays de l’est versus pays occidentaux d’Europe.
            Venezuela versus Colombie.
            Suisse versus France.

            La mondialisation a vaincu la famine. Permis l’accès aux produits capitalistes de rupture sociétale du capitalisme aux plus pauvres (ordinateur, mobile, internet, voitures). 
            Au développement de débouchés nouveaux et richesses des pays pauvres. Et débloqué les possibilité d’émancipation en diminuant les droits ou sélection d’entrée à l’enrichissement individuel.

            De l’autre le marxiste et souverainisme conforte dans l’immobilisme du replis sur soi, de la corruption, du clientélisme, du statutarisme et de la sanctuarisation de privilèges et la perte des libertés.


            • L'enfoiré L’enfoiré 26 mai 2016 14:26

              @Sparta,


               Exact.
               Quand je posais la question à l’auteur, c’était pour rectifier que l’ensemble des pays dans leur plus grande majorité se sont élevées avec la mondialisation.
               Les écarts entre les pays riches dont nous faisons partie, sont restés semblables.
               Il n’y a pas si longtemps, en Europe, il y avait un pays qui restait totalement fermé comme la Corée du Nord : l’Albanie qui s’est terminé en 1991 avec la chute du Communisme ce qui a généré beaucoup d’émigration vers les autres pays comme la Grèce et l’Italie..
               Passer du communisme au capitalisme n’est jamais aisé.
               L’ostalgie a régné dans tous les pays de l’est.. 
               Encore une fois, il y a ceux qui s’y sont adaptés et d’autres qui sont restés sur le carreau.
               Dans le monde du vivant dont l’homme fait partie, on survit que quand on s’adapte à l’évolution. 
               
               

            • Pakal (---.---.176.215) 26 mai 2016 14:48

              @L’enfoiré

              Chercher sur le net l’écart de richesse entre pays pauvres et riches dans les années 70 et maintenant. L’écart s’est creusé partout (amerique latine, afrique, asie du sud est ) 

              Un développement tech n’indique pas un développement sociétal, il valait mieux vivre durant les 30 glorieuses sans télé et téléphone mais avec un boulot, qui me permet de devenir proprio et construire ma vie et à la fin avoir une retraite.

              Vous pensez réellement qu ’avoir un Iphone, construit par 2 chinois payé en bol de riz, nous permet de dire que notre société est mieux, que la vie est plus agréable à notre époque ?

              @Sparta,

              « La mondialisation a vaincu la famine. Permis l’accès aux produits capitalistes de rupture sociétale du capitalisme aux plus pauvres (ordinateur, mobile, internet, voitures). »

              Mais vous etes fou, où vous voyais qu’il n’y plu de famine ?

              permis l’accés aux produits... vous etes au courant que les pc et internet n’existaient pas avant et que les mobiles date du XXIéme. Donc la mondialisation n’a pas permis au pauvres d’avoir accés à ces produits, mais plutot que ce ne sont plu des produits de grande valeurs comme une voiture, logement, meuble de qualité.


            • julius 1ER 26 mai 2016 15:05

              @L’enfoiré


              à mon avis il y a quelques manques dans ta culture historique .... 

              pour faire simple il y a quelques années il existait une pub pour une boisson ..." le thème se déclinait ainsi... cette boisson ressemblait à l’alcool, avait la couleur de l’alcool, mais ce n’était pas de l’alcool ..... c’était du Canada Dry !!!!!

              aussi encore pour faire simple il en va de même pour de nombreux pays ce n’est pas parcequ’ils prétendent être ceci-cela qu’ils sont ceci-cela !!!!

              il en va de même pour l’Albanie d’Enver Hodja ou la Corée de Kim il Jung ce n’est pas parcequ’ils se prétendent (aient) communistes qu’ils sont ou étaient communistes ......

              et ce n’est pas parceque Spartacus pratique la désinformation à longueurs de forums que ce qu’il raconte devient de l’information !!!!!!!!!!
              tu devrais relire le congrès de Tours du mouvement socialiste en 1920 et ainsi comprendre ce que voulaient les anciens lorsqu’ils parlaient du communisme, cela n’a rien à voir avec Hodja ou Kim !!

            • Spartacus Spartacus 26 mai 2016 16:09

              @Pakal
              La dernière grande famines de masse c’est la Corée du Nord. Il reste des foyers de malnutrition, mais la famine est vaincue.

              Ceci est factuel. La difficulté pour les misérabilistes c’est simplement de l’admettre.Elevé dansd le marxiste de croire que les pauvres sont toujours de plus en plus plus pauvre, il est difficile pour les gens de cette religion rouge de l’admettre.

              Avant il y avait le minitel ou le téléphone filaire. Mais cela restait qu’occidental.

              Sans mondialisation pas d’accès aux produits....
              Pas d’accès aux échanges internationaux.

            • L'enfoiré L’enfoiré 26 mai 2016 16:23

              @Pakal,


               Je vais vous dire ce qui était différent avec les années 70.
               Avant on était persuadé que demain serait meilleur que hier.
               C’est un sentiment général de penser aujourd’hui que ce sera l’inverse.
               La vie était tout aussi chère 
               Il y avait d’autres boulots.
               Il y en a encore mais ce sont les études et l’école qui n’ont pas suivi assez vite pour s’adapter aux transformations.
               Pour beaucoup ce fut une rupture numérique. Pour moi, comme j’étais dans le milieu, ce ne fut qu’une simple évolution.
               Pour beaucoup de personnes, aujourd’hui, l’évolution des coûts du ménage a fait que ce n’est plus la nourriture qui est importante. On va la chercher dans les grandes surfaces au plus bas prix.
               ON mange de la merde, mais parce que c’est moins cher, on l’accepte.
               Mais on veut des vacances le plus souvent possible pour tout oublier, pour s’évader de sa merde quotidienne en « All inclusive ».
               Ca c’est la vie d’aujourd’hui.

            • Pakal (---.---.176.215) 26 mai 2016 16:43

              @Spartacus
              non la famine il y en tout les ans en afrique, en ce moment regardé le venezuela. Ceci est factuel. lolilol 

              Non plus dommage élevé dans la culture gaulliste et ump. « Qd on veux on peux » « le travaill est recompensé »

              Non plus quand vous dites le minitel, vous parlez des années 80 mais les 30 glorieuses, l’ascenseur social c’étais aprés guerre jusqu au milieu des années 70. ce sont des époques différentes. le minitel n’étais que français et le tél fixe étais partout dans le monde un peu développer (japon, russie Am du Sud ...)

              « Sans mondialisation pas d’accès aux produits »mais vous racontez vraiment n’importe quoi, avant on produisé dans nos pays c’est tout. Avant la mondialisation il n’y avait pas de produits, de marchés, d’hypermarchés ?

              nous n’avons absolument rein gagner à produire nos produits en chine

               


            • Pakal (---.---.176.215) 26 mai 2016 16:49

              @L’enfoiré
              « C’est un sentiment général de penser aujourd’hui que ce sera l’inverse. »

              ce n’est pas un sentiments c’est une certitude

              « Il y avait d’autres boulots. » mais aujourd’hui il n’y a plus de boulot ils sont où les boulots qui compense les industrie ?

              Mais tout les produits sont de merde de nos jours, pas seulement la nourriture.

               Mais justement avec l’evolution des couts des ménages , nous pourrions logiquement avoir une plus grandes part de nos salaires à épargner, investir ou payer un credit immo. Alors que nous n’avons rien de tout ça.


            • Spartacus Spartacus 26 mai 2016 21:39

              @Pakal
              Je vous accorde un début de famine au Venezuela, mais, c’est surtout la volonté de refuser la mondialisation.

              C’est justement un pays fermé.
              La culture Gaulliste est une culture socialo-souverainiste, qu’on ne peut qualifier de libérale.

              La croissance de l’après Guerre a vu le pétrole remplacer le cheval avec un effet levier de différence d’énergie de 1 à 100. 
              C’était déjà la mondialisation.

              Avez vous été en Chine ? Les magasins sont pleins de parfums Français, d’alcool ou de vins de notre pays.

            • L'enfoiré L’enfoiré 27 mai 2016 13:40

              @Pakal, 

              Et oui. C’est de notre temps. Comme je l’ai écrit déjà en 2005 dans mon tout premier article, « Nous sommes tous responsables » de cet état des choses. 
              Je ne connais pas votre âge, mais en fonction de ce que vous dites, vous devez être jeune. Personnellement, je n’aurais jamais eu le temps de venir sur Agoravox pendant ma vie active. 
              Et oui, un jeune a plus de problème aujourd’hui que hier. Il lui faut montrer patte blanche avec des diplômes qui ne sont parfois que des peaux d’âne.
              Il ne peut pas être trop cher, mais avec des compétences en dehors du commun.
              La France est un beau pays, mais il y a trop d’esprit français et peut être aussi trop de Français tout court.  

              Je ne suis que partiellement sur Avox. Hier, je suis tombé sur cet article « Mes rêves brisés d’universitaire ». Il faut parfois sortir de ses rêves, entrer dans le réel et faire ce qu’on appelle une étude de marché avant de décider de suivre des études dans un domaine qui n’est pas porteur, au moins dans son pays si ce n’est pas ailleurs. 
              La fuite des cerveaux n’est que le résultat de la morosité ambiante et qui se répand comme une tache d’huile. On s’en fout du pays où on naît. Mais on ne s’en fout pas de se retrouver sur le carreau après les études 

            • L'enfoiré L’enfoiré 27 mai 2016 13:46

              @Spartacus,


               En Chine, ils aiment notre chocolat et notre bière belges.
               Cela ne les empêche pas d’en créer eux-mêmes.
               Actuellement, c’est au Japon qu’on en fait la promo nous-même. 
               C’est ça qu’il faut se rappeler.
               La Chine n’est plus l’usine du monde.
               Le Japon a sa propre production de robot et comme la population vieillit, c’est par eux, qu’ils voient le futur pour payer la pension des retraités.
               La Corée est encore un pays jeune, mais pour combien de temps..
               Ils sont entrée de plein fouet dans la mondialisation à outrance et s’en portent parfois mal, parfois bien.
               Avez-vous déjà goûté du vin chinois ?
                


            • Alpo47 Alpo47 26 mai 2016 10:09

              Si la mondialisation a permis de fournir un travail à des centaines d’habitants des pays « en développement » (doux euphémisme) elle a paupérisé les salariés des pays « développés » (économiquement),déstabilisant l’économie de ces pays contraints d’utiliser d’énormes masses d’argent pour fournir le minimum à ses « laissés pour compte ».
              Son but essentiel n’est pas davantage de fournir des produits à bas prix aux habitants des pays développés, elle est D’ABORD d’augmenter les marges des entreprises, donc les dividendes de leurs actionnaires/propriétaires.
              Et c’est un bon résumé du monde actuel : le profit à court terme pour quelques dizaines de milliers de gros actionnaires, au détriment ... de tous les autres.


              • Spartacus Spartacus 26 mai 2016 13:02

                La gueule de la direction de l’argent soi disant pour les « laissés pour compte »...des statutaires, des obligés de la gamelle de l’état, des privilèges et autres droits acquis et rentes corporatistes...

                Les « laissés pour compte » ne sont l’excuse bidonné des rentiers de la gamelle de la redistribution de l’argent des autres...

                En Allemagne dans certaines région, en Suisse il y a 2% de chromage et « laissés pour compte » sont plus riche que 75% des habitants de la planète.. 

                • Ben Schott 26 mai 2016 13:06

                  @Spartacus
                   

                  « en Suisse il y a 2% de chromage »
                   
                  Nickel.
                   


                • L'enfoiré L’enfoiré 26 mai 2016 14:31

                  @Spartacus, 

                  Un extrait de ce que j’ai écrit récemment :
                  To be or having be. That’s the question..
                  Imaginer le futur c’est avoir des vision qu’il faut rentabiliser. 
                  Réinventer, c’est redéfinir un nouvel objectif dès qu’il y a trop de concurrents sur la même voie.
                  Comment se fait-il que les écoles n’ont pas de professeurs visionnaires choisis parmi des inventeurs et des imaginatifs qui sont très souvent des autodidactes ?
                  Apprendre ce n’est pas uniquement pendant les vingt premières années de la vie d’un individu. C’est toute une vie.
                  Le numérique a tout changé. Le nouveau paradigme qui s’est insinué dans nos habitudes, c’est ainsi que l’on peut l’appeler.
                  L’homme n’a pas encore compris à cause de sa manière analogique traditionnelle de progresser et qu’il n’a pas encore totalement assimilé sinon par quelques aspects qu’il trouve pratiques.
                  Le travail pratiqué comme avant ne marche plus.
                  Avec nos neurones de plus, nous n’avons pas été créé dans l’évolution pour travailler mais pour penser et réfléchir.
                  Les administratifs seront les premiers sur la liste noire des prochains virés.
                  Ce nouveau paradigme a créé des dépossédés, victimes de leurs habitudes et des renaissants qui gardent espoirs dans le futur qui pourrait être utopique. 
                  Ces derniers sont des créateurs d’idées neuves, d’étincelles et de bons vendeurs des idées de ceux-ci. Ils se retrouveront dans le peloton de tête. Les autres surnageront.
                  Ce qui est important, c’est l’imagination et l’originalité qui font et feront progresser le schmilblick.
                  Le numérique est une science « pragmatistique », qui fait de l’efficacité et de la recherche du moindre coût comme guide. En cela, il correspond à notre environnement puisque l’écologie nous force à le faire dans un monde qui est devenu fini.
                  Sa manière de pratiquer est simple. 
                  Une fois, les données connues en « input » et les projets définis connus en « output », il n’a plus qu’a remplir le milieu du chemin par du remplissage à inventer par les meilleurs procédés pour y arriver.
                  Le numérique a quelques dizaines d’années derrière lui. Le siècle des Lumières est né avec l’électricité et n’a que trois siècles d’existence.


                • julius 1ER 26 mai 2016 15:07

                  @Ben Schott


                  il faudrait apprendre à cet idiot de Spartacus ce qu’est la « pauvreté relative » .... c’est une notion économique qui lui échappe totalement !!! 

                • L'enfoiré L’enfoiré 26 mai 2016 16:09

                  @julius 1ER,


                   A moi, de te rappeler de lire les autres commentaires.
                   Je viens de dire que l’homme réagit en analogique et pas en numérique.
                   Analogique ou relatif, sont synonymes.
                   Analogie c’est à dire « à peu près ».
                   Le numérique travaille en valeur absolue avec des décimales et exactitude.
                   Je pense qu’on a intérêt à revenir au numérique et pas à des estimations.
                   

                • L'enfoiré L’enfoiré 26 mai 2016 16:26

                  J’espère que Aime Fay va se réveiller et nous raconter en répliques aux commentaires ce qu’il en pense intimement.


                  • mmbbb 26 mai 2016 21:36

                    @L’enfoiré « la mondialisation heureuse » d Alain Minc  ?


                  • L'enfoiré L’enfoiré 27 mai 2016 13:25

                    @mmbbb,


                     Si vous saviez à quel point je me fous d’Alain Minc.
                     Il fait sa vie, j’ai fait la mienne sur des terrains différents et des parallèles très éloignées.
                     Je suis un mécréant. C’est à dire que je ne suis pas d’idéologie. Je poursuis ma route.

                  • apxypac 27 mai 2016 06:45

                     Definitely a great post. Hats off to you ! The information Provided That You-have is very helpful. Casino


                    • baleti baleti 27 mai 2016 18:55

                      je ne pense pas que la mondialisation, comme le suppose quelque un,a été cree pour reduire la pauvreté et les inegaliter social.

                      esque l’on peu comparer quelqu’un qui a l’habitude d’avoir faim, (qui c’est adapter a sa situation),avec des personnes qui mange moin.(a qui on demande de s’adapter)
                      et si la mondialisation étais la pour donner un peu plus a manger au un, pour les maintenir au boulot, et de diminuer le pouvoir d’achat des autres, pour leur dire, fait gaffe a ton boulot (en appliquant la loi el komri par exemple)
                      les un comme les autre sont des « pigeon », de grand manipulateur, la mondialisation est une mauvaise plaisanterie pour les naif.Qaund on sais que se sont des banquiers qui sont au manette de la mondialisation,faut vraiment être naif de croire qu’ils peuvent se soucier de la faim dans le monde
                      certain espère croire qu’il y a du bon dans la version de la mondialisation que nous vivons,c’est faux,tous simplement parseque les inegaliter monétaire on pas été toucher, le tau de change des monnaie est baser sur des calcul politique et militaire, et non commercial.
                      les états unis n’on pas la moitier de réserve en or, des dollars en circulation dans le monde, et les chinois devrais avoir une montais presque égal au dollar (vue les exportation et commerce qu’ils genere)
                      la version pisse and love de la mondialisation, serai crédible et surtous équitable, si il y avais une seul montais pour tous le monde.
                      imaginons un 110 metre hais, ou pas un a le meme nombre de haie a sauter,pas un a une meme auteur de haie, encore pire, tous les coureurs sont pas sur la meme ligne. c’est la « compétition » que nous vivons
                      c’est devant nous mais les angle des camera(les information) sont positionner pour qu’on voie se qu’ils veulent.
                      et on passe sur l’acharnement de la finance a dicter ses volonté, la destruction de la phone et de la flore, et encore pire, la définition de comestible, par en cacahouète .
                      la mondialisation,fille de capitalisme,petit fils de commerce, a « évoluer », elle a meme changer la définition de liberté.elle nous a redefine, l’image sociaux culturel et religieux,de nos societer.
                      et nous, esclave de nos envie, esclave de nos crédit banquaire, on se crois libre

                      j’aimerais me tromper,c’est juste une vision personnel
                       pour le moment,the sky is blue, the sun is shining

                      ps excuser l’horographie et autre

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès