• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La réforme Darcos perdra nos enfants

La réforme Darcos perdra nos enfants

Notre président veut attiser les haines entre les citoyens, aujourd’hui il a choisi les parents contre les enseignants.

Nous ne faisons pas la grève pour notre plaisir car ceci nous coûte cher et comme tout le monde un jour de grève représente une privatisation sur notre pouvoir d’achat.

Mais nous avons des convictions et nous les défendons, nous pensons que la réforme Darcos est mauvaise pour les enfants, pour vos enfants  :

  • moins de professeurs donc des classes à effectifs qui augmentent et moins de remplacements ;
  • diminution à disparition à long terme des RASED (réseau d’aide) ;
  • plus de sujets au programme déjà bien chargé ;
  • attention danger ! On supprime la réflexion et on veut privilégier les automatismes ;
  • effet d’annonce : plus d’école le samedi matin ! Mais comment dispatcher les 2 heures supplémentaires sur la semaine pour aider les enfants en difficulté ? Le matin ? Début des cours une demi-heure avant l’heure habituelle ! Entre midi et deux ? Pendant que les autres enfants jouent dans la cour ou mangent chez eux ? Le soir après 17 heures ? Les enfants sont fatigués.

Cette décision nous paraît irresponsable.

Notre ministre ne donne pas de solutions à croire qu’il veut seulement abîmer notre Education nationale (les week-ends étant plus importants que l’école).

Nous refusons cela pour vos enfants.

Jusqu’à ce jour, nous pouvions être fiers de notre enseignement car de nombreux cerveaux sortent du cursus scolaire français, nous avons toujours fait ce que nous pouvions pour aider les enfants en difficulté, mais l’école ne peut pas à elle seule panser tous les maux de la société qui resurgissent sur les enfants et les empêchent d’apprendre sereinement : chômage des parents, manque d’argent, mauvaises conditions de logement, etc.

Notre président veut aujourd’hui voler au secours des familles pauvres en imposant le service minimum dit-il alors qu’il intervienne aussi contre l’augmentation des taxes sur les carburants, le gaz et les marges de la grande distribution sur les produits de première nécessité, il participera d’une façon bien plus efficace au bien-être des enfants des familles des travailleurs.

Aujourd’hui plus que jamais, nous devons être solidaires contre ce régime intransigeant et inculte, soutenez-nous dans nos actions et envoyez des mails au ministère et aux inspections.

Il faut qu’on fasse bouger les choses, il faut que notre ministre et le président acceptent de nous entendre pour l’avenir de notre Education nationale.


Moyenne des avis sur cet article :  3.31/5   (166 votes)




Réagissez à l'article

126 réactions à cet article    


  • Zagnam Zagnam 19 mai 2008 10:13

    La réduction du nombre d’enseignants en 2008 (rentrée) n’est apparemment que la première étape puisqu’une autre vague est prévue en 2009.

    Or j’ai entendu par un média que le nombre d’enfants scolarisés allaient augmenter dès 2010,

    Confirmez vous cette "information" ?


    • Zagnam Zagnam 19 mai 2008 10:16

       allait augmenter - pardon


    • Medicis 19 mai 2008 13:43

      Bien sûr , lesffectifs augmentent dans le primaire puisque le ministre se vante de créer des postes ( environ 1 pour 60 élèves supplémentaires alors qu’il supprime pratiquement autant de postes qu’il y a d’élèves en moins dans le secondaire).


    • tvargentine.com lerma 19 mai 2008 10:17

      Une fois de plus,nous lisons un article du TSS qui ne prend pas en compte la réalité et qui déforme l’information de cette réforme nécessaire

      Arrêtez de dire que parce que nous réduisons le nombre de fonctionnaires dans ce pays,que la Terre va arrêter de tourner

      Votre article participe au nivellement des idées du PS ,représentait maintenant par de vulgaires produits de marketing que sont Me la catholique ROYAL ou Mr PARIS PLAGE

       


      • 5A3N5D 19 mai 2008 10:31

        Lerma,

        Hier, sur une radio bien connue, Xavier Darcos a repris et défendu l’idée des 35 heures dans leur établissement pour les profs.

        On se demande où certains vont chercher des idées pareilles !!!


      • Gasty Gasty 19 mai 2008 11:03

        Professeur lerma.

         

        Que pensez-vous de l’école obligatoire qui assure le minimum d’instruction afin de garantir les valeurs fondamentales de notre société, c’est à dire de pouvoir permettre au citoyen la liberté de s’exprimer, d’acceder au savoir et d’oeuvrer pour que la société sorte définitivement de ce nouveau barbarisme intellectuel qui veut enchainer la pensée humaine dès le plus jeune age. 

        Une question : Vous a-t-on déjà supprimé la réflexion ?


      • arroc 19 mai 2008 11:09

        L’amour rend aveugle comme chacun le sait.

        lerma est aveugle. Seule explication, il doit être amoureux de nicolas sarkozy,

        Comme l’amour est quelque chose de merveilleux, je propose qu’on arrête de lui répondre pour ne pas le déranger dans ses rêveries, et de le replier pour lui donner un peu d’intimité.

         

        Le Comité de Défense des Fleurs Bleues.


      • Gasty Gasty 19 mai 2008 11:10

        @ Chantal

         

        Vous avez mon soutien.


      • Medicis 19 mai 2008 13:44

        Toujours dans les bassesses dignes de Le Pen ce pauvre lerma !


      • Zagnam Zagnam 19 mai 2008 10:30

        C’est tellement facile d’imputer la responsablité de l’echec scolaire d’un certain nombre d’enfants aux enseignants.

        Et la réussite d’un certain nombre d’autres c’est grace à qui ?

        Les autres causes d’échec, pourquoi n’en parle t-on pas ? Le parents sont -ils disponibles pour accompagner leurs enfants ? Ont-ils le temps ? Notamment quand Les deux parents sont obligés de travailler à plein temps.

        Combien d’émissions éducatives à la télévision ?


        • OGM=DRM 19 mai 2008 10:31

          Pourquoi ne parle t on pas de faire des réductions égales aux subventions aux écoles privées ?

          Ca semble logique que les deux fassent le même effort .

           


          • 5A3N5D 19 mai 2008 10:35

            Mais... Quelle mauvaise langue !

            L’éducation, le gouvernement s’en fout totalement : savez-vous que les communes qui accepteront de mettre en place le "service minimum d’accueil" recevront des subventions de l’Etat ?

            IL n’y a pas d’argent, mais on en trouve quand même lorsqu’il s’agit de casser une grève.


          • tmd 19 mai 2008 10:44

            Il est facile à trouver cet argent là, il s’agit de celui économisé par l’État qui ne paye pas les jours de grève des enseignants.


          • OGM=DRM 19 mai 2008 11:54

            Pour les établissements d’enseignement privés sous contrat, selon la loi n° 59-1557 du 31 décembre 1959, l’État prend en charge la rémunération des personnels enseignants, les charges sociales et fiscales incombant à l’employeur ainsi que les dépenses de formation initiale et continue des enseignants. Les collectivités locales participent quant à elles au fonctionnement matériel des classes sous contrat sous la forme de forfaits. Pour l’enseignement secondaire sous contrat d’association, la contribution financière des départements et des régions est obligatoire.

            Les relations entre les établissements d’enseignement privés et l’État
            • Les contrats passés entre les établissements privés et l’État

            Les établissements privés peuvent être hors contrat, ou bien liés à l’État par un contrat simple (pour les écoles primaires) ou un contrat d’association. Le contrat d’association s’est généralisé et témoigne d’un fort rapprochement des établissements d’enseignement privé avec l’État : l’enseignement est dispensé dans les mêmes conditions que dans le système public, et les professeurs ont la qualité d’agents publics.
            Les pouvoirs publics prennent en charge tout ou partie des dépenses de fonctionnement des établissements privés, en échange d’obligations de service public.

            - Le contrat simple

            pour les écoles primaires ou spécialisées. Les classes doivent avoir fonctionné pendant au moins 5 ans, et les locaux doivent répondre aux exigences de salubrité. L’établissement sous contrat simple doit ensuite organiser l’enseignement des matières de base par référence aux programmes et aux horaires de l’enseignement public. Les maîtres sont nommés par l’autorité privée et salariés de droit privé, mais rémunérés par l’État.

             

             

            Est ce que ceux là seront touchés par les mesures d ’ économies ?


          • JJ il muratore JJ il muratore 15 décembre 2008 07:20

            @tmd. COMMENT ? L’Etat ne paierait plus les jours de grève des enseignants ? C’EST UN SCANDALE !!!!!!


          • tmd 19 mai 2008 10:41

            Diminuer le nombre de personnel EN de moins de 0.1% alors que dans le même temps ,le nombre d’élèves diminue encore plus, je ne comprends pas pourquoi c’est un problème. Surtout quand on sait que 1 personnel EN sur 3 (sur un total de plus d’un million) n’est pas en contact avec les élèves ! D’antant plus que cela fait 25 ans que l’EN demande toujours plus de moyens, et 25 ans que l’EN obtient plus de moyens, alors que dans le même temps le nombre d’élèves n’a pas, loin s’en faut, autant augmenté.

            Cela dit, en tant que conjoint d’enseignant, je vois effectivement un lente dégradation. Mais elle n’est pas dûe au manque d’enseignants en soi (quoique pour les remplaçants il soit de plus en plus dur d’en avoir), elle est plutôt dûe à la surcharge de formulaires et de courriers demandés, ce qui implique le besoin de plus en plus de personnels dans les bureaux et non dans les classes. Conjointement à la perte d’autorité induite par le soutient systématique des parents, et non des enseignants, fait par la hiérarchie, ceci implique un part de plus en plus importante du temps de cours à faire de la discipline plutôt que de l’enseignement.

            Enfin, je le sais, je le vois, vous faites de votre mieux, et beaucoup d’enseignants se décarcassent et prennent leur métier à coeur. Mais les résultats en comparaison des autres pays de l’OCDE sont désastreux, pour un pays qui investit (en pourcentage) plus que les autres.


            • sacado 19 mai 2008 12:50

              "Surtout quand on sait que 1 personnel EN sur 3 (sur un total de plus d’un million) n’est pas en contact avec les élèves "

              Effectivement, mais quel est le problème ? C’est le cas de n’importe quelle grande entreprise. Une chaîne de supermarchés ou un groupe bancaire, par exemple : il n’y a pas plus d’un tiers du personnel derrière les guichets, loin de là. L’écrasante majorité des gens qui travaillent dans le cinéma ou à la télévision n’ont jamais fait face à une caméra, etc.

              C’est normal. Ne serait-ce que dans un lycée, il faut des administratifs (comptables, intendants, aides de laboratoire, techniciens, concierges, cuisiniers, proviseur, etc.), et ça, c’est sans compter toute l’administration qui gère le fonctionnement des établissements (et du personnel) entre eux : inspecteurs, recteurs, gestion des RH (mutations, paies, recrutement, gestion des carrières), formation des enseignants, etc. Énormément de boulot, la gestion d’une institution d’un million de personnes. Enfin, dans le supérieur, il y a aussi toutes les personnes qui travaillent exclusivement sur la composante recherche (une des 2 composantes de l’Université) : chercheurs, ingénieurs, techniciens, etc. Eh oui, ça monte vite quand on y regarde à deux fois.


            • Medicis 19 mai 2008 14:18

              C’est bien connu, les statistiques, on peut leur faire dire n’importe quoi dès qu’on sait calculer une simple moyenne.

              Si on s’en tient aux propos actuels, il y aurait un enseignant pour environ 11 élèves en France contre 13,5 en Finlande . Seulement si dans le calcul on ne tient pas compte des personnes travaillant à temps partiel, des personnes en congé de maternité et il y aurait de multiples exemples, la moyenne est totalement différente, alors chacun prend ce qui l’arrange surtout ceux qui sont de mauvaise foi.

              On se demande pourquoi les pays étrangers viennent prendre nos chercheurs, nos ingénieurs sortant des Grandes Ecoles voire même de l’Université. Ils se sont formés seuls ? Il me semblait qu’à un moment ou un autre ils étaient tous passés par cet affreux système !


            • chmoll chmoll 19 mai 2008 10:46

              ça sert plus à rien les enfants d’faire des années d’études,pasque votre diplome,quelle qu’il soit

              s’ras un diplome au rabais,les entrepreneurs iront chercher ingénieur ect ect à l’étranger,ç’est j’crois déjà commencé d’puis un bon moment

              à la limite allez jusqu’a un CAP

               


              • JL JL 19 mai 2008 11:16

                Entièrement d’accord avec Philippe. Je signale qu’il m’est impossible de le plusser. Léon non plus je n’ai pas pu le plusser.

                Sarkozy ne divise pas pour régner, il règne pour diviser. C’est d’ailleurs ce que ses maîtres qui ont fait sa fortune lui demandent. Il sait que dans 4 ans il sera ’grillé’ dans l’opinion, c’est pour cela qu’il n’envisage pas un deuxième mandat, et qu’il mène tambour battant les ’réformes’.

                 


              • JL JL 19 mai 2008 11:18

                post scriptum : les scores de Léon et Philippe sont montés. Il semble que la mécanique qui signale "vous avez déjà voté" soit plus rapide que celle qui met à jour le score, et parfois on a l’impression que le système n’en fait qu’à sa tête. Désolé.


              • Fergus fergus 19 mai 2008 10:57

                Je suis totalement solidaire avec les enseignants, et les parents qui se joignent à eux, pour combattre les projets de réforme et de réduction d’effectif conduits par Darcos. Des projets qui reposent en effet sur la démogagie et la comptabilité la plus absurde sans tenir compte des réalités sociales.

                Cela étant, il n’en est pas moins vrai qu’un pourcentage non négligeable d’enseignants se révèle incapable d’encadrer utilement des jeunes ou font preuve d’un cruel manque de pédagogie (malgré les techniques apprises) en face à face avec nos enfants. Il me semble donc urgent de réformer en profondeur le recrutement et la formation de ces enseignants, admis trop souvent sur un niveau d’études et en aucun cas sur des aptitudes au contact avec les enfants ou des dispositions charismatiques. Sans compétence avérée, il est sinon impossible, du moins très difficile de faire passer le fond d’un enseignement. Or la compétence est la convergence de connaissances (en l’occurrence pédagogiques) et d’aptitudes. Point de salut si l’une des composantes manque à l’appel. D’où les énormes difficultés de certains enseignants. Car ce ne sont effectivement pas les techniques apprises,en IUFM par exemple, qui font d’un individu, aussi cultivé et déterminé soit-il par ailleurs, s’il n’a au départ pas le profil psychologique pour assumer cette difficile mission. Ce problème existe également en sport où les plus diplômés des entraîneurs ne sont aucunement assurés de succès là où des sans-grade réussissent parfaitement par leur talent à motiver les jeunes, et cela parfois en dehors de toute recette pédagogique.

                C’est pourquoi je souhaiterais que le problème soit posé et que, dans l’avenir, le recrutement des futurs enseignants aille beaucoup plus loin dans la sélection de profils adaptés.


                • Yannick J. Yannick J. 19 mai 2008 11:02

                  @ l’auteure :

                  Bonjour, sur le fond, je peux comprendre vos revendications, mais....

                  "Notre président veut aujourd’hui voler au secours des familles pauvres en imposant le service minimum dit-il alors qu’il intervienne aussi contre l’augmentation des taxes sur les carburants, le gaz et les marges de la grande distribution sur les produits de première nécessité, il participera d’une façon bien plus efficace au bien-être des enfants des familles des travailleurs".......

                  c’est aller un peu trop vite... comment le gouvernement peut-il infléchir la hausse des énergies fossiles ? il ln’en a pas la capacité, loin s’en faut... réduire les taxes dessus ? d’accord mais c’est autant moins d’entrées d’argent, qu’il faut soit compenser soit assumer... alors en ce cas investir plus dans l’éducation n’ationale, d’accord mais il faut augmenter des impots quels qu’ils soient... ou une taxe... enfin bref il faut aller trouver des sous...

                  Pour ce qui est des marges de la grande distribution, vous croyez réellement que le gouvernement à la capacité à faire peur à ces marques ? franchement ? c’est fini, dépassé, malheureusement... le gouvernement n’a presque plus son mot à dire dans notre économie telle qu’elle est actuellement...

                  je ne suis pas pour le sarko team, loin s’en faut, mais il faudrait voir à ne pas mélanger tout...

                  cordialement à vous, bon courage pour votre lutte.


                  • arroc 19 mai 2008 11:17

                    3900 contribuables échappent à 43 milliards d’impôts.

                    Si on est tellement dans la mouise, pourquoi ne pas supprimer les niches fiscales tant que la situation n’est pas meilleure ?

                     

                    Et si on arrêtait de toujours piquer aux plus pauvres ? Et accessoirement, si vous arrêtiez de nous prendre pour des cons ?

                     


                  • Yannick J. Yannick J. 19 mai 2008 11:43

                    Vous prendre pour des cons dites vous ?

                    ah.... pas mal celle là !

                    je ne faisait que répondre et recadrer certaines assertions de l’article rien de plus, je n’ai jamais dit que j’étais contre... je mettais un peu de pragmatisme dans ces revendications.

                    maintenant si ça vous gène ce que je viens de dire...

                    Quant aux 43 milliards de ces 3900 "contribuables", pourquoi pas ? d’ailleurs il me semble que c’est un chantier auquel le gouvernement devrait s’attaquer je crois.

                    en attendant, je doute que sarko se tire une balle dans le pied et aille réellement dire à ses potes qu’il faut qu’ils payent... ça me parait un peu trop beau pour être vrai......

                    cordialement à vous.


                  • sacado 19 mai 2008 12:55

                    "réduire les taxes [sur les énergies fossiles] ? d’accord mais c’est autant moins d’entrées d’argent, qu’il faut soit compenser soit assumer..."

                    Oui et non. Quand le prix HT augmente de 10%, le montant des taxes augmente lui aussi de 10%. Si l’on décidait d’un montant fixe (85c. au litre, par exemple), la montée des prix se ferait moins sentir, mais le montant prélevé en taxes serait le même.


                  • xa 19 mai 2008 13:12

                    @arroc

                    Vous devriez préciser votre pensée.

                    Autant que je sache, 43 milliards, c’est le montant cumulé des niches fiscales en France. Dans les niches fiscales, on en trouve dont je doute la remise en cause de votre part. Par exemple la PPE. C’est une de ces 400 niches fiscales, et elle coute 3 milliards. C’est d’ailleurs l’une des plus couteuses. Pourtant je doute que vous remettiez en cause cette niche là.

                    Et je doute aussi que seulement 3900 personnes en bénéficient. Moins d’ailleurs, parce que dans les 3900, il y a forcément ceux qui bénéficient du bouclier fiscal (400 millions en 2007), et qui n’ont pas la PPE.

                     

                    Vous me direz, ceux qui touchent la PPE en ont besoin, ceux qui bénéficient du BF non. Oui, je suis d’accord. Reste que sur les 43 milliards que vous dénoncez, on en a déjà trouvé 3 qui ne peuvent pas être récupérés. Reste 40.

                    Dans les 43 milliards, on trouve aussi 1,5 milliards de non imposition des intérêts du livret A, du LEP et de l’ex Codevi devenu LDD... Vous ne remettez pas en cause cette niche non plus, je suppose ? reste 38,5.

                    Remettez vous en cause la déduction des dons aux associations (un peu moins de 2 milliards par an), dont au moins un partie part vers les Restos, la Croix Rouge, ... ? Allez, on coupe la poire en deux, on garde 1 milliard de déduction pour les associations vraiment importantes, et on enlève la déduction sur les autres. Reste 37,5.

                     

                    Tiens, une qui est rémunératrice : les bons de capitalisation. Ca coute de 3 à 4 milliards en manque à gagner. Ca concerne beaucoup les riches, puisque c’est un mécanisme permettant d’échapper en partie à l’ISF. Seulement, ça touche aussi des retraités.

                    Au final, j’imagine que vous voulez dénoncer les allègements offerts aux plus riches d’entre nous. Cependant, à lancer des chiffres sans regarder ce qu’il y a dedans, c’est aussi les allègements à destination des plus pauvres que vous dénoncez.

                    Bilan :

                    1) Les 40 et qq milliards des 400 niches fiscales ne concernent pas uniquement 3900 personnes.

                    2) Certaines niches n’ont probablement pas de raison d’exister, et il faut les supprimer (allègement des journalistes ?). On pourrait faire la même chose avec certains avantages acquis, qui n’ont plus de raison d’exister, et qui ne sont pas toujours déclarer en avantage (donc non imposé). Vaste sujet.

                    3) certaines niches fiscales ont une logique et un intérêt, il faut les conserver.

                     

                    Maintenant, faites nous la liste de ces niches inutiles, couteuses, et dont l’annulation comblerait le manque de ressources de l’Etat.

                     

                     


                  • xa 19 mai 2008 13:28

                    @sacado

                    Le prix HT augmente. Si vous fixez le prix de vente à la pompe, mécaniquement, le volume des taxes baissent, donc l’Etat a moins d’argent qui rentre. Donc il faut compenser (trouver des financements ailleurs ou réduire des dépenses) ou assumer le complément de déficit et augmenter la dette. Cette augmentation de dette, ce n’est que le report dans le temps du même problème : trouver plus tard des financements ou des réductions de dépenses.

                     

                    Il faut se rappeler que grosso modo, si le prix HT du carburant prend 1 cts, alors les taxes augmentent de 4cts, et le prix à la pompe augmente de 5 cts en tout (1 de HT, 4 de taxes diverses).

                     

                    Comme on ne peut pas figer le prix HT ............. Quelle est la possibilité pour limiter l’impact des prix des carburants ? on en revient à soit diminuer les taxes (pertes de rentrées), ou prévoir un chèque carburant (niche fiscale supplémentaire), le tout sans réel effet puisque la hausse va perdurer et que le même problème se reposera dans 3 mois (deuxième chèque transport alors ? et ainsi de suite).

                     


                  • sacado 19 mai 2008 14:11

                    @xa

                    Effectivement, il ne faut pas figer les prix à la pompe, mais bien la valeur des taxes. Si l’on part du principe qu’actuellement, grosso modo, le prix de l’essence est constitué de 80% de taxes, on a :

                    - l’essence est à 30c HT ? Cela fait 30x4 = 1€20 de taxes, soit un litre à 1,50€.

                    - l’essence voit son prix doubler, passant à 60ct HT ? On a 2€40 de taxes, soit 3€ TTC/litre. Les recettes de l’état ont augmenté (certes) mais le prix est prohibitif.

                    Si l’on applique une taxe fixe, par exemple (vu les chiffres ci-dessus), 1€20 / litre, quel que soit le prix du litre :

                    - pour l’essence à 30c HT, on a 1€50 TTC

                    - pour l’essence à 60c HT, on passe à 2€10 TTC, soit plus cher, mais pas trop, avec des rentrées d’argent équivalentes pour l’état, comme si les prix n’avaient pas bougé. Il n’y a pas réellement de perte, même si l’État aurait gagné plus d’argent en profitant de la hausse du pétrole. Mais ce n’est pas forcément sa vocation, et qui dit hausse du prix dit baisse de la demande, donc rentrées d’argent quasi-équivalentes au final.

                    En plus, avec ce système, les prix du marché ont doublé, mais le prix à la pompe n’a augmenté "que" de 33%, ce qui donne l’impression d’une précarité moindre au consommateur.


                  • xa 19 mai 2008 14:42

                    @sacado

                    En figeant au niveau actuel les taxes, on limiterait effectivement la hausse à la pompe. Au passage, c’est la mécanique d’une niche fiscale : on limite les taxes liées à un revenu, chose dénoncée par ailleurs (complexe, couteux, illisible).

                    Reste qu’en période de déficit, la manne représentée par les taxes pétrolières ou la TVA (rapport à l’inflation) est providentielle. Douloureuse pour nous, mais providentielle pour les comptes de l’Etat (donc pour notre portefeuille de demain, puisque les dettes sont des impots futurs).On en revient au choix entre des impots tout de suite ou reporter sur nos enfants les impots que nous ne voulons pas payer maintenant.

                     

                    @parkway

                    Auriez vous l’obligeance de faire le détail des 15 milliards à destination des riches ?

                    - Heures sup : 4 milliards

                    - emprunts immobiliers : 4 milliards

                    - bouclier fiscal : 800 millions

                     

                    Même si je considère que la déductibilité des emprunts est une hérésie en ce moment (elle alimente la valorisation immobilière artificiellement) et qu’elle est plutôt destinée aux personnes aisées n’en déplaisent à Mme le Ministre (vu les remboursements annuels pour bénéficier à plein de la mesure) et même en incluant le bouclier fiscal, on est à 5 milliards.

                    Pire, si la loi TEPA doit couter dans les 15 milliards, au moins 4 sont à destination des salariés ayant droit aux heures sup...

                    Un peu de précision ne nuit pas à la critique, au contraire.


                  • Yannick J. Yannick J. 19 mai 2008 15:41

                    @ parkway :

                    losque je parle du fait que le gouvernement n’est pas pour grand chose dans les prix du pétrole,

                    en novembre pendant la réunion de lagarde et des patrons prétroliers, elle demandait à ce qu’ils ne prennent pas trop de marge sur le litre... tout lemonde s’est satisfait d’une jolie poignée de main etc...

                    bilan ? en février on constatait que de 5.5/6 ct par litre ils se mettaient 8.5/9 ct par litre dans la poche....

                    effectivemetn mme lagarde a été très très écoutée.......

                    tout cela pour dire que non les patrons de ces boites là se contrefoutent complètement des gouvernements et de quelque bords qu’ils soient... ce sont eux qui font ce qu’ils veulent......

                    et n’allez pas me trouver un lapin du chapeau sur ce sujet, vu que je travaille dans ce domaine, je le connais trop bien.

                    les gouvernement du monde entier ne peuvent rien contre les pétroliers, tant fournisseurs que rafinneurs, etc...

                    Pour le reste, les charges patronales etc, on ne va tout de même pas repprocher à quelqu’un qui s’affiche ouvertement du coté des patrons de ne pas les favoriser ?

                    je l’ai déjà dit, vaut mieux être une gauche caviar qu’un prolo de droite...... je ne le suis pas, mais c’est la triste vérité ! et pourtant 53% des votants se sont exprimés pour le bling bling donc...

                    encore 4 ans comme ça ! sympa non ?


                  • Philippe D Philippe D 19 mai 2008 11:03

                    Vous dites en commençant votre article :

                    ’’Notre président veut attiser les haines entre les citoyens..’’

                    Quelle drôle d’idée de pouvoir penser celà ! Quel aveuglement - manque de réflexion - reprise d’une formule creuse etc.. Que ce gouvernement, comme tout autre avant lui ou après lui, tout comme les syndicats eux aussi, cherche à utiliser des clivages de la société pour faire bouger quelques immobilismes, nous sommes d’accord. De là à parler d’attiser les haines, voilà qui discrédite l’ensemble de votre papier par un ton de militantisme sectaire.

                    "....un jour de grève représente une privatisation sur notre pouvoir d’achat." Voulez-vous dire privation ?

                    Qui est le Nous au nom duquel vous parlez ?

                     


                    • Philippe D Philippe D 19 mai 2008 11:05

                      Vous dites en commençant votre article :

                      ’’Notre président veut attiser les haines entre les citoyens..’’

                      Quelle drôle d’idée de pouvoir penser celà ! Quel aveuglement - manque de réflexion - reprise d’une formule creuse etc.. Que ce gouvernement, comme tout autre avant lui ou après lui, tout comme les syndicats eux aussi, cherche à utiliser des clivages de la société pour faire bouger quelques immobilismes, nous sommes d’accord. De là à parler d’attiser les haines, voilà qui discrédite l’ensemble de votre papier par un ton de militantisme sectaire.

                      "....un jour de grève représente une privatisation sur notre pouvoir d’achat." Voulez-vous dire privation ?

                      Qui est le Nous au nom duquel vous parlez ?


                      • JL JL 19 mai 2008 11:25

                        @ Philippe D : Sarkozy ne divise pas pour régner, il règne pour diviser. C’est d’ailleurs ce que ses maîtres, ceux qui ont fait sa fortune lui demandent. Il sait que dans 4 ans il sera ’grillé’ dans l’opinion, c’est pour cela qu’il n’envisage pas un deuxième mandat, et qu’il mène tambour battant les ’réformes’. Il pratique le politique du "ça passe ou ça casse" et est gagnant à tous les coups puisque le but est de casser ! Dans le jeu de "Pile je gagne face tu perds", Sarkozy a depuis longtemps démontré sa supériorité flagrante.


                      • Philippe D Philippe D 19 mai 2008 11:35

                        @ JL

                        Vous faites un concourt de langue de bois ?

                        Si oui, Vous êtes bien placé


                      • JL JL 19 mai 2008 11:55

                        Philippe D, si vous n’avez pas des oreilles de bois vous aurez remarqué que les français n’ont jamais été aussi divisés que depuis que Sarkozy a le pouvoir.

                        La langue de bois est réservée aux gens qui ont le pouvoir. Les autres parlent pour ne rien dire. Un conseil : ne me lisez pas si vous me trouvez insignifiant. 


                      • Castor 19 mai 2008 13:39

                        Quelle drôle d’ambition, ça, de se faire chier à se faire élire juste pour emmerder le monde après...

                        Y’a vraiment des gens qui n’ont rien à foutre, hein !

                         


                      • 5A3N5D 19 mai 2008 11:23

                        Il y a trop de profs ! Puisqu’on vous le dit ! Et on appelle en renfort des retraités de l’Education nationale pour donner un coup de main. 

                        On n’a plus de sous ! Mais on organisme des stages de rattrapage pendant les vacances. Les heures sont payées en heures supplémentaires aux enseignants volontaires. Chercher l’erreur.

                         


                        • IMAM ATHEE 19 mai 2008 11:30

                          Vous ne le saviez peut-être pas, mais... 8 6 % des Australiens reniflent leur slip 4 7 fois par minute , mais 7 8 % d’entre eux reçoivent plus de 3 0 patates par minute . Pendant les 7 4 dernières années, 3 2 6 8 milliards de tonnes de purée de carottes ont été consommées par 1 tiers de la population péruvienne


                          • IMAM ATHEE 19 mai 2008 11:36

                            Les français en ont assez de ces enseignants-pornographe, qui sont toujours en vacances, toujours malades, toujours en grève !

                            Remettez vous au boulot !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès



-->