• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La reine des gueux

La reine des gueux

Le 7 novembre 2008, la presse belge annonçait l’organisation en 2009 d’un concours de miss destiné aux femmes SDF. La fondatrice du projet, Mathilde Pelsers, gérante de plusieurs foyers de sans-abris dans la région bruxelloise, s’est dite inspirée par les concours de beauté auxquels participe sa fille. Son but : attirer l’attention des médias et du public sur la précarité de ces femmes et leurs déplorables conditions de vie. Une étonnante histoire belge.

Mais attention, précise Mathilde Pelsers, « la future Miss SDF ne sera pas forcément la plus jolie, mais la plus méritante, la plus courageuse, animée d’une volonté de s’en sortir ». C’est pourquoi le jury prendra en compte le vécu des candidates. L’enjeu : un an de logement gratuit. Toutefois, indique l’organisatrice, le concours ne récompensera pas seulement la gagnante, mais l’ensemble des finalistes par des prix de différentes natures sous forme d’aides ou de bons d’achat.

Depuis, les choses ont avancé, sous l’impulsion conjointe de Mathilde Pelsers et de sa propre miss de fille (Première Dauphine de Miss Flandre 2008), la très jolie Aline Duportail. Les premières sélections de candidates ont été organisées dès le 14 février et ont vu participer des femmes de tous âges, ici une timide jeune femme noire, là une dame entre deux âges prête à saisir toutes les opportunités pour s’extraire de la rue, sans oublier cette femme édentée au formidable sourire qui s’accroche à ce concours comme à une planche de salut.

Les sélections se poursuivront jusqu’au 10 octobre pour déboucher sur une élection en 2010. Avis aux lectrices d’AgoraVox : leur candidature peut encore être prise en compte en s’adressant à l’une de deux organisatrices dont les coordonnées figurent sur le site officiel de Miss SDF belge. À condition toutefois d’être sans-abri pour prétendre au diadème. Ce qui ne va pas sans poser une épineuse question : les candidates devant en bonne logique être encore SDF au moment de recevoir leur prix, devront-elles renoncer, d’ici là, à l’abri du carton ou de la porte cochère ?

Inutile de préciser que cette initiative fait scandale en Belgique. Et cela d’autant plus que certains liens du site officiel semblent beaucoup plus axés sur la promotion d’Aline Duportail que sur la mobilisation de tous en vue d’éradiquer l’exclusion dont sont victimes les SDF en général, et tout particulièrement les femmes exposées dans la rue à des risques d’agression aggravés par leur vulnérabilité.

Personnellement, je me refuse à juger qui que ce soit dans cette affaire. Peut-être les organisatrices ont-elles des arrière-pensées commerciales ou peut-être sont-elles tout simplement maladroites. Sans doute sont-elles également sincères lorsqu’elles parlent de ces femmes sans-abri et de leur volonté de les aider par ce biais discutable.

Pas de jugement donc, mais un profond malaise, en grande partie lié à cette lueur d’espoir vue hier soir au JT de France 2 dans les yeux brillants de cette SDF au visage sans forme qui pense avoir trouvé là une occasion de recouvrer sa fierté mise à mal par la rue et les privations. Après tout, qui sommes nous pour nous ériger en censeurs ? 


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • Jojo 27 février 2009 10:51

    Génial, il va falloir qu’elles prouvent qu’elles veulent s’en sortir … Et si elles y arrivent, elles auront douze mois de loyer assuré. Merci qui ?

    Un … Oriental a il y a quelques temps, commandé comme jet privé un A380 à 250 millions€. Probablement le jour où il a appris que son Yacht de 86 mètres ne pouvait pas voler...

    Question à deux sous, pouvons nous descendre plus bas que ça ?.


    • Fergus fergus 27 février 2009 14:41

      Bien vu, Philippe. Personnellement je n’ai pas de nom qui me saute à l’esprit pour toutes ces lauréates, excepté "Miss Pétasse" qui, sauf erreur de ma part, a servi durant des années de Viagra à Mitterrand.


    • Allain Jules Allain Jules 27 février 2009 10:56

      @Fergus,

      Bonjour.

      J’ai adoré cette belle histoire.

      Bien à vous.


      • Jojo 27 février 2009 11:07

        Une belle histoire. smiley


      • jpmail 27 février 2009 13:31

        C’est pas pareil un trisomique et un SDF : un trisomique ne peut rien faire pour changer son état. Un SDF, il peut essayer (arrêter l’alcool par exemple, se laver, chercher un travail...). Et ce concours, c’est une très bonne idée pour les motiver.


      • Gasty Gasty 27 février 2009 14:06

        @ jpmail

        Entre vous et un SDF....ça ira.

        Et si vous etes motivé, vous pourrez toujours vous mesurer avec un trisomique.


      • Fergus fergus 27 février 2009 14:51

        Je crois, Jpmail, que vous n’avez jamais été en contact de près avec des SDF car vous sauriez que si certains ont gardé un minimum de capacités à se prendre en charge ou à se remettre en cause, d’autres en sont TOTALEMENT incapables tant ils sont détruits.

        Savez-vous qu’il faut parfois des mois d’approche sur le terrain à certains travailleurs sociaux pour établir le début d’un contact sérieux avec certains "accidentés de la vie" tant est grand leur délabrement psychique ? 


      • Algunet 27 février 2009 11:20

        A quand une téléréalité ou le meilleur des SDF filmés sur le trottoir aura le droit, lui de manger à sa faim durant une année après avoir éliminé ses adversaire d’un jeu...
        Aussi nul que miss france et ces émissions de télé réalité avec en plus la culpabilisation à la corecte émotion... 
        Vivement l’époque romaine avec ses gladiateurs, là il y avait du sang au moins ! smiley


        • Fergus fergus 27 février 2009 12:07

          Je comprend parfaitement les réactions négatives à une telle initiative. Et mon premier réflexe à été de condamner moi aussi ce concours plutôt dégradant.

          Mais pour avoir suivi sur le terrain deux ou trois fois une amie dans son job aux sans-abri des transports en commun parisiens, j’ai pu constater à quel point les SDF peuvent s’accrocher parfois à des planches de salut incertaines, discutables ou moralement douteuses.

          C’est pourquoi je refuse de m’ériger en juge d’une initiative dont je condamne pourtant le fond et la forme, mais qui, à n’en pas douter, sera pour quelques dizaines de femmes en très grande difficulté une embellie dans une existence qui se résume à une lutte quotidienne pour survivre.


          • Gasty Gasty 27 février 2009 12:51

            Le mieux serait de récompenser synboliquement des municipalités, des associations ou des initiatives personnelles de personnes qui viennent en aide aux SDF plutôt que des mises en scènes sur un estrade qui sera démonté à la fin de la représentation.


          • Fergus fergus 27 février 2009 13:02

            Oui, Gasty, vous avez entièrement raison. Mais en l’occurrence, je ne m’exprimais pas sur ce qu’il convient de faire, mais sur ce qui est en cours de réalisation.
            Puisse ce délirant concours être utile à une réflexion élargie sur les initiatives qui pourraient êtres prises dans l’avenir pour aider efficacement les SDF.
            A cet égard, j’approuve totalement votre idée de récompense aux municipalités qui agissent pour lutter contre l’exclusion, au delà des aides basiques habituelles. 


          • Gasty Gasty 27 février 2009 13:03

            Un spectacle ordinaire de la misère réalité de notre société mis en paillette pour attirer le regard, dans la rue les gens ont plutôt tendance à détourner le regard,pas beau à voir. Demain les stars de la rue, on vit une époque formidable.


          • Gasty Gasty 27 février 2009 13:07

            @fergus

            Esperons toujours.


          • foufouille foufouille 27 février 2009 13:41

            mesdames , messieurs le grand cirque barnum du benevolat ouvre ses portes !!!
            venez admirer nos monstrueuses SDF !!!
            tout le monde pourra toucher leurs dents pourris !!!!!!!!

            et c’est pour quand le combat entre deux SDF "meritants" ?


            • La Taverne des Poètes 27 février 2009 14:40

              Une question  : qui offre l’année de logement gratuit ? La collectivité publique ou une oeuvre privée ? Dans le premier cas, ce serait scandaleux mais je dout que ce soit ça.


              • Fergus fergus 28 février 2009 08:55

                Bonjour, La Taverne. J’ai cherché la réponse mais sans succès. Je vais peut-être envoyer un mail aux organisatrices.


              • cathy30 cathy30 27 février 2009 15:05

                on achève bien les cheveaux...


                • cathy30 cathy30 27 février 2009 15:10

                  chevaux, pardon cette histoire me retourne. Excellent livre écrit pas James mac coy dans les années 30 aux Etats unis suite à la grande crise de 29. Rien de nouveau sous le soleil. La société est toujours aussi immonde en temps de crise.


                  • Fergus fergus 27 février 2009 15:31

                    Oui, Cathy, pas grand chose n’a malheureusement changé depuis cette époque, également marquée par la crise avec les mêmes conséquences sur les comportements.

                    Petite précision : sauf erreur de ma part, l’excellent livre (et le non moins excellent film) auquel vous faites allusion est de... Horace Mc Coy.


                  • cathy30 cathy30 27 février 2009 16:04

                    Je vous fais confiance pour le nom de l’auteur je l’ai lu il y a une trentaine d’année, c’est un peu loin tout ça, mais l’histoire très présente encore par sa violence et sa déshumanisation.


                    • Papybom Papybom 27 février 2009 17:15
                      Ballade du Roi des Gueux 
                      Jean RICHEPIN (1849-1926)
                      Venez à moi, claquepatins,
                      Loqueteux, joueurs de musettes,
                      Clampins, loupeurs, voyous, catins,
                      Et marmousets, et marmousettes,
                      Tas de traîne-cul-les-housettes,
                      Race d’indépendants fougueux !
                      Je suis du pays dont vous êtes :
                      Le poète est le Roi des Gueux.

                      Vous que la bise des matins,
                      Que la pluie aux âpres sagettes,
                      Que les gendarmes, les mâtins,
                      Les coups, les fièvres, les disettes
                      Prennent toujours pour amusettes,
                      Vous dont l’habit mince et fongueux
                      Paraît fait de vieilles gazettes,
                      Le poète est le Roi des Gueux.

                      Vous que le chaud soleil a teints,
                      Hurlubiers dont les peau bisettes
                      Ressemblent à l’or des gratins,
                      Gouges au front plein de frisettes,
                      Momignards nus sans chemisettes,
                      Vieux à l’oeil cave, au nez rugueux,
                      Au menton en casse-noisettes,
                      Le poète est le Roi des Gueux.

                      ENVOI

                      Ô Gueux, mes sujets, mes sujettes,
                      Je serai votre maître queux.
                      Tu vivras, monde qui végètes !
                      Le poète est le Roi des Gueux.

                      • Fergus fergus 27 février 2009 17:56

                        Merci à vous, Papybom, de nous rappeler ce superbe poème du grand Richepin.


                      • ninou ninou 27 février 2009 21:50

                        la future Miss SDF ne sera pas forcément la plus jolie, mais la plus méritante, la plus courageuse, animée d’une volonté de s’en sortir

                        Quelle abjection ! Leur plus grand mérite est, pour elles toutes, de rester en vie !

                        Elles ont perdu tout le reste, dignité y-compris, et une "bienfaiseuse" vient leur promettre je ne sais quelle "action" pensée à l’aune de ce qui fait qu’elles sont à la rue : la société de la réussite égocentrique. L’indécence de cette action a sans doute poussé cette "bienfaiseuse" à ne pas oser offrir à la plus méritante (celle qui sera le moins loin des valeurs de notre si belle société !) un logement décent, des soins médicaux (une rolex ?) etc...

                        Et puis les autres.... Les "perdantes" ? ..... Bah elles retournent à la rue sans sublissime prix "bon d’achat".

                        En plus de vivre une vie sans vie et sans espoir, elles auront eu un espoir (peut-être pas celui de remporter le prix, mais celui qu’on leur a vendu : faire connaître leur "cause") et on le leur aura retiré aussi sec :
                        C’est sûr, pendant la soirée de remise des prix, il y aura du monde devant l’écran de TV ! Je parie même que le lendemain, tout le monde ne parlera que de ça !
                        Mais après ?....

                        Rien comme d’hab’. Sauf peut-être la bonne conscience de la "bienfaiseuse".

                        Humanitaire,
                        Faut pas nous la faire !!


                        • Fergus fergus 28 février 2009 09:18

                          Ce n’est malheureusement pas si simple, Ninou, c’est pourquoi je crois qu’il est difficile de jeter si facilement l’anathème sur l’organisatrice.

                          Mathilde Pelsers travaillle depuis 20 ans (!) dans l’action sociale en région bruxelloise. Elle gère quatre centres d’accueil pour SDF et s’implique personnellement et, semble-t-il, avec beaucoup d’opiniâtreté dans l’assistance aux sans-abri. Peut-être est-ce cette implication personnelle forte auprès des SDF qui lui a fait perdre le sens des réalités et la hiérarchie des valeurs à force de rechercher de nouveaux moyens d’aide pour ses protégés.

                          Cette action est évidemment très dérangeante et pose de nombreuses questions sur le plan de la déontologie humanitaire, mais encore une fois qui sommes-nous pour être aussi virulents dans nos avis et de quelle action humanitaire personnelle pouvons-nous nous prévaloir pour nous ériger en censeurs ?

                          Je n’en désapprouve pas moins l’initiative, mais sans la condamner de manière définitive, par égard pour l’action passée de Mme Pelsers et par compassion pour ces femmes remplies d’espoir. D’un espoir hélas probablement vain et porteur de la déprime qui ne manquera pas de suivre l’éphémère passage sous les projecteurs.


                        • loco 1er mars 2009 01:13

                           Bonsoir,
                           Pour ma part, j’ai adoré cette idée, peut être en partie parceque j’ai découvert ce concours dans un JT dont le sujet précédent était la vente Bergé. Le parallèle saisissant entre cette misère NON-SECOURUE, surtout chez nous où DAL fut condamné pour les tentes dans la rue, et le millions ou milliards d’€ qui jonglent à tout propos, du sauvetage de telle banque, à l’aide à telle industrie ou à la dispersion de la collection accaparée par les deux dandys décadents me semble utile, nécessaire, salutaire....
                           Ah, ça nous ennuie qu’on les montre, ces pauvres, ça nous choque qu’on leur offre une petite mise en scène, ça nous désoblige qu’on nous montre ce qui nous attend !!! Oh que nous préférons voire s’étaler le luxe de tous ces bandits qui nous font rêver, des affaires au show-biz en passant maintenant par la politique.
                           Mais , par contre, ça ne nous est pas insupportable du tout de savoir qu’ils sont là, de les voir dans le froid de la rue mendier respectueusement de nous quelques miettes de ce que nos maîtres nous jettent.


                          • Fergus fergus 1er mars 2009 10:59

                            Bonjour Loco. Il est vrai que le parallèle est saisissant, et je comprends votre opinion même si je ne la partage pas.

                            Cela dit, si l’absurdité d’organiser des manifestations de ce type pour "venir en aide" à tous les pans de la population en difficulté a été posée, rien n’a été dit sur les hommes. Que penser d’une initiative en direction des SDF qui établit de facto une discrimination sexiste d’autant plus choquante que Mme Pelsers prétend vouloir récompenser le "mérite". Le mérite est-il sexué ?


                          • loco 2 mars 2009 09:57

                             @ fergus, 
                             bonjour, 
                             Dans la même eau que celle, ô combien trouble, que cette médiatisation remue, un des piliers de l’idéologie actuelle en prend aussi pour son grade, le fameux "mérite".
                             Cette notion n’est en rien une nouveauté, déja chouchoute de bien des réformistes depuis les débuts de la république, mais elle est contraire à son esprit, et même à sa devise. Egalité est -il écrit au fronton des mairies, et les idéologies réactionnaires n’ont de cesse de vouloir y lire "équité", version basse de l’égalité conditionnée à l’effort ou en terme moderne au "mérite". C’est ainsi que l’on veut justifier les écarts de traitement entre les citoyens, si éxagérés soient-ils, subordonner l’acquisition de nationalité au passage sous les fourches caudines de la mode du moment, bref, légitimer l’inacceptable.
                             Et si notre élection repose la question du "mérite", elle va plus loin en posant par le biais du ridicule celle de sa mesure (Molière pas mort ?). En effet, qui évalue cette quantité d’effort, sur quels critères, au départ de quels starting-blocks ? EGALITE, oui, égalité "des chances", non, FRATERNITE, oui, "ascenseur social, non, car la LIBERTE est au prix de nos deux autres valeurs........... communes ????

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès