• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La Révélation : Le document qui prouve la réalité des projets de dictature (...)

La Révélation : Le document qui prouve la réalité des projets de dictature de la Finance

En démocratie, les citoyens ont droit à une information totale et sincère.

Nous avons tous entendu parler de projets de l'Union Européenne Nous constatons qu'il existe une concordance entre les réformes qui nous sont imposées et celles qu'ont déjà subies des pays voisins.

Nous réalisons maintenant que ces réformes présentées comme l'unique condition du progrès vont toujours dans le sens d'une régression sociale. Certains désignent les responsables : le gouvernement, la sociale démocratie, le Medef, l'Union Européenne, peut-être les USA et certainement la meilleure ennemie de François Hollande : la finance internationale. Tout cela fait un peu désordre. Les avis les plus tranchés se trouvent sur des sites qui n'ont pas bonne réputation, peu fiables car « probablement complotistes », et il semble aventureux d'en recommander les liens. Là, j'ai envie d'ouvrir une parenthèse en demandant si quelqu'un connaît ceux qui distribuent les certificats de bonne et mauvaise réputation ?

 

Il se trouve qu'en lisant un article plutôt banal, j'ai lu une invitation à « cliquer ici », ce que j'ai fait par curiosité. Je me suis retrouvée sur … le site de la Maison Blanche. J'ouvrais de grands yeux, je n'étais jamais allée vagabonder dans ce genre d'institution, d'autant plus que mes derniers cours d'anglais datent de 60 ans. Le document, orné de son élégant logo, avait une présentation raffinée.

Il s'agissait d'un accord concernant toute la durée de notre siècle cosigné par le Président George W. Bush et le Chancelier Gerhard Schroeder en date du 27 février 2004. Voici le titre officiel en anglais :

The German-American Alliance for the 21st Century Joint Statement by President George W. Bush and Chancellor Gerhard Schroeder.

 

Vous pourrez le lire maintenant sur le même site, mais classé dans les archives, au lien suivant :

http://georgewbush-whitehouse.archives.gov/news/releases/2004/02/20040227-10.html

Après un paragraphe rappelant la profonde amitié qui lie leurs pays, les deux hommes se promettent de poursuivre ensemble les mêmes objectifs, en compagnie de leurs amis et alliés européens. Leur ont-ils d'ailleurs demandé leur accord ? Rien n'est moins certain puisque ce Pacte n'est proposé officiellement qu'en anglais et en allemand (dans les archives de la Chancellerie). Il n'existe pas en français et je remercie ici Romaric qui a bien voulu le traduire dans notre langue au plus près du texte initial afin d'éviter tout risque d'interprétation approximative. Il faut d'ailleurs préciser qu'aucun média français, aucun de nos journaux n'en a parlé à l'époque, alors qu'il a été publié dans d'autres pays de l'UE et, en particulier, dans la presse allemande et anglo-saxonne. Il semble donc assez peu connu en France. Pourquoi ? Cette crainte d'être classés parmi « les complotistes » provoque-t-elle l'autocensure chez nos journalistes ou des ordres ont-ils été donnés en haut lieu ?

Pour ma part, je cherche toujours à me référer à des documents officiels et consultables par tous. Ce pacte est très important car il éclaire d'une nouvelle lumière les évènements actuels. Je ne suis pas particulièrement habilitée à commenter ce genre d'information, je suis une simple citoyenne qui estime que chacun de nous est en droit de la connaître.

C'est une preuve irréfutable qui concerne nos vies et je prends donc le risque de la publier.

QUI OSERA DOUTER DE LA FIABILITE DU SITE DE LA MAISON-BLANCHE ?

 

LA REVELATION :

Ma première lecture du document dans la langue d'origine m'a permis d'en saisir le contenu général et, là, ce fut vraiment une révélation : la preuve, par son authenticité, de l'horreur démentielle des objectifs destructeurs de ces deux pays dans le but de la mise en place de l'hégémonie des Etats-Unis sur une partie du monde :

 

LA ZONE GEOGRAPHIQUE CONCERNEE :

Elle est décrite avec précision,

- tous les états de l'Union Européenne, dont l'Allemagne est considérée comme le chef de file,

- tous les états bordant la rive sud de la Méditerranée, le Proche-Orient et le Moyen-Orient.

On peut simplifier en disant que la zone concernée s'étend de l'Atlas jusqu'au Golfe Persique,

l’État d'Israël inclus. (voir sur le net la définition du Grand-Moyen Orient, expression des USA).

 

LE CONTENU DETAILLE DE CE PROGRAMME :

Il convient de souligner d'abord que l'ensemble du texte est écrit dans une langue diplomatique qu'il est nécessaire de « traduire » pour bien comprendre. A première vue, il s'agit de la mise en œuvre d'intentions généreuses et louables de la part d'un grand pays voulant favoriser la paix, un vivre ensemble harmonieux et un progrès économique dans toute une région de la terre, à l'occasion de la globalisation en devenir.

Après une lecture plus approfondie et à la lumière de l'actualité, on comprend vite que ce tableau idyllique n'est qu'un mirage et que la réalité se révèle brutale et violente. Il s'agit de la réalisation de l'avancée du vieux rêve impérialiste des Etats-Unis qui veulent asseoir leur hégémonie dans le cadre d'une « globalisation positive », selon l'expression de Joschka Fischer, ministre allemand des affaires étrangères de l'époque. Là, je dois m'écarter un peu du texte du Pacte pour donner quelques précisions : Ce projet, que je n'hésite pas à qualifier de machiavélique, a germé dans les cerveaux d'autorités politiques et économiques lors de plusieurs réunions dans les think tanks allemands (Fondation Bertelsmann et le CAP) en 2003, puis lors de la 40ème Conférence de Munich sur la politique de sécurité sous l'égide de l'OTAN

Je reviens donc à mon « texte probant ». Le pacte prévoit le renforcement de l'OTAN et se félicite de son élargissement à l'occasion de celui de l'UE. Il entend bien renforcer également les relations économiques entre les USA et l'Union Européenne. Là ; j'attire votre attention sur le traité « de libre échange » entre l'Europe et les Etats Unis, au bénéfice essentiellement de ces derniers, en cours de discussion actuellement (appelé plus communément TAFTA) qui concrétise ce projet. Le pacte prévoit aussi que Nord-Américains et l'Europe Unie devront travailler ensemble à la promotion de la paix, de la démocratie, des droits humains, de l’État de droit. Il déclare le soutien américain à la réalisation complète de l'intégration européenne. Il annonce ensuite qu'ensemble, nous devrons agir avec les peuples d'Afrique du Nord et du « Grand Moyen Orient » afin d'installer partout nos valeurs communes. Il prévoit également, en ce qui concerne le proche-Orient et le Moyen-Orient, des accords sur le contrôle et la distribution de l'énergie, ainsi que des moyens de communication.

Ce document semble dire tout et son contraire. Il insiste sur l'achèvement de l'Union Européenne, qui doit devenir un pays important, sans doute fédéral sous une forme que nous ne connaissons pas encore, mais surtout disposant d'une reconnaissance juridique et capable de mener des politiques communes dans des domaines importants. Il n'est donc plus question de la souveraineté des peuples qui le composent, ce qui est une condition indispensable à une véritable démocratie. De plus, le citoyen disparaît au fur et à mesure que les autorités décisionnelles s'éloignent de lui. C'est pourquoi le terme « démocratie » perdra dans cette hypothèse sa réalité et sa pratique sur des points essentiels. Nous le voyons déjà dans l'élaboration du budget national, dans sa soumission de nos élus aux directives européennes ... Même si cette construction convient à certains, il me semble que cela ne renforce pas la démocratie.

Le fait d'être dans un état de droit n'est pas une garantie de la sécurité des citoyens. Les dictatures ont aussi leur législation. Les règles sont parfois légales, mais illégitimes.

Cette communauté de valeurs demande à être précisée. Elle est généralement interprétée comme l'intégration de tous les habitants au moyen du partage d'une seule et même culture, fondée sur la démocratie, le droit, le libre-échange et sa concurrence libre et non faussée, une politique économique et sociale identique dans toute l'Union Européenne, mais aussi une langue commune, une Histoire commune ou une absence d'Histoire, une seule religion ou des religions compatibles et partagées, des repères communs, un même mode de pensée etc. Il est bien sûr plus commode de choisir comme modèle une culture existante et, puisque les USA sont un grand pays « parfait », ce sera donc leur culture qui deviendra celle de tous. Avez-vous envie que vos enfants abandonnent notre bain culturel pour devenir tous semblables et Américains dans leur tête ? Comment ce projet fou pourra-t-il se réaliser dans les populations musulmanes, dans les foyers fondamentalistes en particulier ? Ceux-ci n'ont rien à faire d'une démocratie qui n'existe pas dans leur modèle civilisationnel, ni de certains droits humains, ni d'une religion autre que la leur. Cela amène, par exemple, le Professeur Pierre Hillard à évoquer « le formatage des esprits aux normes occidentales pour les populations musulmanes » et j'ai lu ailleurs le terme « désislamisation ». N'est-ce pas une véritable déclaration de guerre envers ces populations ?

Devrons-nous, à la demande des Etats-Unis, imposer la paix par la guerre, le chaos et la mort ?

 

Voilà ce que cette Alliance pour le 21ème siècle promet aux Français avant 2099 :

- l'assassinat criminel de nos cultures, c'est-à-dire de ce que nous sommes en tant que Français.

- la disparition possible de notre de notre Etat-Nation,

- notre langue devenue deuxième langue, voire langue morte facultative,

- une démocratie réduite à une part de citoyenneté (c'est déjà le cas bien souvent),

 

Voilà ce que cette Alliance génère dans notre actualité :

- la casse de nos droits sociaux si la loi « Travail » n'est pas retirée malgré les résistances justifiées qu'elle provoque,

- l'abandon déjà acté de notre souveraineté dans la politique monétaire, nos choix budgétaires et économiques,

- nos modifications de découpages administratifs en cours de réalisation pour préparer une territorialisation de l'Union Européenne et afin de terminer l'intégration européenne souhaitée par les USA.

- la démolition permanente et insidieuse de nos services publics et, en ce moment, la résistance légitime de nos cheminots,

- les menaces qui pèsent sur nous en cas de signature des traités de libre-échange avec les USA et le Canada sur la défense des consommateurs et celle de notre planète, notamment dans le domaine sanitaire (OGM, poulet au chlore, viande aux hormones, produits chimiques dangereux, exploitation des gaz de schiste …),

- Les guerres et le chaos qui en résulte au Grand Moyen Orient et, sans doute, la poursuite du terrorisme par les intégristes islamistes.

 

Je me suis assurée que cette Alliance n'avait pas été dénoncée par une des parties. Au contraire, elle a été confirmée par Angela Merkel dès qu'elle a été élue chancelière.

 

DONC, NOS ENNEMIS, CE SONT LES ETATS-UNIS ?

Ce n'est pas si simple. En fait, il existe une convergence d'intérêts entre l'impérialisme des USA et

la soif de profits des multinationales et de la finance internationale jamais assouvie. Ces derniers, dans le cadre de la globalisation et la concentration du capital, souhaitent avoir une emprise totale sur la population, les salariés et les consommateurs, afin de les soumettre tous à la réalisation du plus grand profit possible. Le problème est qu'un groupe de financiers ne peut pas encore légiférer et signer des traités avec des gouvernements ; il leur est donc nécessaire de passer par un état. Ainsi, les Etats-Unis et la finance internationale se sont rejoints pour parvenir ensemble à leurs fins. Certains n'hésitent pas à déclarer que le Président Obama est le chef des financiers et des multinationales. Nous avons bien vu sa contrariété lorsqu'il est venu sermonner Angela Merkel et les responsables de l'UE parce que les accords commerciaux entre les USA et le Canada d'une part, l'UE d'autre part, traînaient trop à son avis.

 

C'est pourquoi, grâce à ce document probant, nous pouvons conclure qu'il ne suffit pas de dénoncer l'Union Européenne, ni même l'Allemagne. Ceux qui veulent faire notre malheur,

ce sont les USA et la finance internationale,

soutenus par leurs sous-fifres : l'Union Européenne et nos gouvernants.

 

Nous ne les laisserons pas faire !

(Danièle Dugelay, atp)

 

Remerciements : - Fifi Brin d'Acier pour m'avoir dirigée sur le bon chemin,

- Madame le professeur Annie Lacroix-Riz pour ses bons conseils,

- Monsieur le Professeur Pierre Hillard pour ses articles si intéressants,

- Romaric qui a eu la gentillesse de faire la traduction en français.

 

(de son blog, Les amis de Médiapart).


Moyenne des avis sur cet article :  4.7/5   (43 votes)




Réagissez à l'article

172 réactions à cet article    


  • Etbendidon 2 mai 2016 17:35

    mais tout ça va exploser comme le prédit Pierre Jovanovic (tout comme bientot le yellowstone)

    https://youtu.be/-wq-TO-HdWs


    • @Etbendidon

      AGCS PUIS TAFTA  !!!!!!! CHAUD CHAUD L’ ETE SERA CHAUD !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


    • tashrin 2 mai 2016 18:02

      Devrons-nous, à la demande des Etats-Unis, imposer la paix par la guerre, le chaos et la mort ?

      Euh c’est déjà le cas, et c’est pas de 2004 que ca date
      Le document auquel vous faites allusion reprend les grandes lignes de la doctrine US en matière d’affaires étrangères, ca a toujours été leur manière de faire
      Sauf qu’avant on essayait un peu de resister


      • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 2 mai 2016 21:55

        @tashrin
        Vous avez raison. Moi-même j’en avais entendu parler plusieurs fois, mais cela me semblait tellement fou que je n’osais pas y croire. Ce que je souhaite apporter ici, c’est une preuve, un acte officiel, signé par deux chefs de gouvernement et proposé sur un site sûr. C’est aussi dans l’espoir que les lecteurs et leurs amis réagissent.


      • Alainet Alainet 2 mai 2016 18:40

        - On ne se méfiera jamais assez d’eux.. Ce fut une des dernières confidences de François Mitterand :
        *" Après 14 années passées à l’Elysée, et quelques semaines avant de mourir, François Mitterrand livra son testament politique aux Français : « La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l’Amérique. Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique, une guerre sans mort…apparemment. Oui, ils sont très durs les Américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde… C’est une guerre inconnue, une guerre permanente, sans mort apparemment et pourtant une guerre à mort ! » Ce blog a pour vocation de nous faire vivre au jour le jour, par la publication d’une revue de presse et de vidéos, cette guerre contre le libéralisme forcené qui nous conduit inévitablement vers l’Apocalypse…(sic)
        http://www.nouvelordremondial.cc/2010/11/20/francois-mitterrand-nous-sommes-en-guerre-avec-lamerique/


        • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 2 mai 2016 22:04

          @Alainet
          C’est exact et j’ai acheté le livre. Il s’appelle « Le dernier Mitterrand ». L’auteur est Georges-Marc Benamou. J’ai dû prendre le modèle broché car je vois mal, mais il existe aussi en poche.


        • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 9 mai 2016 13:19

          @trouduku puduku
          C’est gentil de bien vouloir reconnaître que mes écrits peuvent te blesser puisque tu les qualifies d’armes et cela me fait plaisir que tu reconnaisses qu’ils sont bien situés à gauche.
          Quant à toi, tu t’es trouvé un pseudo qui te va comme un gant.
          Tu sais certainement que personne n’est obligé d’attendre d’avoir atteint un grand âge pour redevenir poussière et je pense que si tu nous débarrasses de ta présence, de l’image de ton trou du cul que tu imposes à notre imagination, de ton odeur désagréable et de ta bêtise permanente, personne ne te regrettera..


        • César Castique César Castique 2 mai 2016 19:55

          « C’est pourquoi, grâce à ce document probant, nous pouvons conclure qu’il ne suffit pas de dénoncer l’Union Européenne, ni même l’Allemagne. »


          Si, si, ça suffit, parce que c’est contre eux que nous pouvons agir politiquement et obtenir des résultats. On ne peut rien contre les Etats-Unis et rien contre la finance internationale, il faut donc lutter contre leur laquais et alliés objectifs, mondialistes de gauche et d’extrême gauche inclus.

          • Donbar 2 mai 2016 20:05

            @César Castique
            ’’On ne peut rien contre les Etats-Unis et rien contre la finance internationale«  ». Contre les États-Unis on peut refuser le dollar. Certains pays y travaillent. Contre la finance internationale on peut mettre fin à la liberté de mouvement des capitaux, et pour cela commencer par quitter l’UE. (Je laisse à Fifi le couplet de l’article 50.)


          • César Castique César Castique 2 mai 2016 20:20

            @Donbar


            Je persiste et signe, à titre individuel et personnel, on ne peut rien.

          • Donbar 2 mai 2016 21:25

            Vous avez parfaitement raison, César. Retrouvons-nous à plusieurs demain sur le Forum.


          • Croa Croa 3 mai 2016 17:10

            À César Castique,
            *
            C’est mal dit en fait et à priori nous n’avons rien contre les États Unis si ce n’est leur tendance à vouloir le monde à leurs bottes.
            T’as raison les coupables sont nos ’’élites’’ : Il faudra un jour les juger pour haute trahison ! La démocratie de retour il suffira de reprendre notre légitime souveraineté et tout ira mieux pour nous (et pour les autres peuples faisant de même).


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 mai 2016 18:08

            @César Castique
            Qu’avez-vous à faire des autres pays européens ?
            Occupez-vous donc de la France et du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.
            L’article 50 du TFUE permet à chaque Etat européen de sortir légalement de l’ Union européenne.
            « Tout Etat membre a le droit de se retirer de l’ Union ».


          • lsga lsga 3 mai 2016 18:46

            @Fifi Brind_acier
            oui mais nous on préférerais que l’Union Européenne empêchent les crétins au pouvoir en France de continuer avec le Nucléaire. Il faut dire : ils ne mettent pas en danger QUE les Français...



            Souveraineté nationale ? souveraineté mondiale !

          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 mai 2016 19:27

            @lsga
            C’est aux Français de décider ce qu’ils veulent dans le domaine énergétique.
            Personne ne leur a jamais demandé leur avis sur aucun choix énergétique.
            L’UPR prévoit après la sortie de l’ UE, des débats contradictoires et un referendum sur l’énergie.
            Les Français décideront, et ce que pensent nos patrons de Bruxelles, on s’en fout.


          • lsga lsga 3 mai 2016 19:30

            @Fifi Brind_acier
            ah wiiii.... mais bien sûr ! C’est au Français de décider tout seul dans leur coin si ils peuvent mettre en danger l’ensemble de la population européenne et mondiale avec leur connerie de centrales nucléaires ! 

            « C’est la souveraineté de la France : on emmerde le monde entier, et vous crèverez avec nous si on veut ! »

            La souveraineté ne peut-être QUE mondiale. 

          • non667 7 septembre 2016 15:53

            @Croa
            T’as raison les coupables sont nos ’’élites’’
            mal dit , plutôt dire :
            T’as raison les coupables sont ceux qui votent  pour nos ’’élites’’ ,c’est à dire pour le front ripoublicain ! smiley smiley smiley


          • Pascal L 2 mai 2016 20:15

            La domination du monde par la finance est déjà faite depuis une cinquantaine d’année. Cela s’est passé en douceur avec le développement des monnaies scripturales (monnaie virtuelle, absence de billets). La création de la monnaie scripturale se fait obligatoirement avec une dette en contrepartie et ce dans presque tous les pays du monde. Lorsque la dette dépasse 50% du PIB, le piège se referme. Avec ce système, on ne peut plus ce passer de la dette pour faire fonctionner l’économie et la dette ne peut qu’augmenter au risque de couler l’économie. Ceux qui possèdent la dette possèdent le monde et nous ne pouvons plus rien faire sans changer le système monétaire. La solution est pourtant simple, il faut utiliser des richesses qui nous appartiennent en contrepartie de la création monétaire et non de la dette qui ne nous appartiens pas. Mais qui propose ce genre de solutions ?


            • Ar zen Ar zen 2 mai 2016 21:14

              @Pascal L

              Et bien, figurez vous que la Suisse, qui est une démocratie « directe », va proposer aux électrices et aux électeurs helvétiques de se déterminer, par une initiative populaire, validée par la confédération, sur un projet intitulé « monnaie pleine ». Il s’agit d’ôter définitivement aux banques leur droit de fabriquer de la monnaie scripturale. Tapez dans un moteur de recherche « initiative monnaie pleine » et vous ne serez pas déçu. 

              J’ajoute que c’est parce que la Suisse est un démocratie directe que ce genre d’initiative existe et est rendu possible. L’UPR propose de mettre en place en France l’initiative populaire. Alors, est-ce une bonne solution pour rendre sa puissance au peuple et faire en sorte qu’il s’auto-détermine au lieu de laisser « nos » élus nous dicter notre conduite et nous conduire vers la ruine ? 

            • Donbar 2 mai 2016 21:30

              Ar zen a raison. On connaît les voies de la démondialisation, si l’on veut bien dire ainsi. Les peuples ne peuvent espérer les emprunter pour de bon que si leurs gouvernants restent sous leur affectueuse pression. Le référendum d’initiative populaire est la priorité des priorités.


            • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 2 mai 2016 22:15

              @Donbar
              Oui et pour ne plus se faire avoir, je propose le référendum révocatoire.


            • Pascal L 2 mai 2016 23:13

              @Ar zen
              Les technos informatiques actuelles permettent de mettre en place une démocratie directe et c’est plutôt une bonne chose. Mais la Suisse a un petit quelque chose en plus qui rend ce référendum là possible : C’est le seul pays que je connaisse où la banque centrale n’a pas le monopole de l’émission monétaire. La banque WIR est une banque mutualiste qui émet sa propre monnaie qui n’est pas basée sur le Franc Suisse. Le Franc WIR existe depuis les années 30 et est partagé par les 70000 entreprises clientes de la banques. Son influence sur l’économie suisse est loin d’être marginale. Le mutualisme est pensé de manière bien différente qu’en France. La banque organise des foires pour permettre à ses clients de se développer et écouler leurs Francs WIR. Un autre aspect intéressant de cette banque, c’est que la monnaie appartient vraiment aux clients de la banque et si la création monétaire se faire ici aussi en échange de dette, la dette appartient aux clients de la banque et cela change tout.

              Bon, pour que je vote pour l’UPR, il faudra un peu plus que le référendum d’initiative populaire et/ou la sortie de l’Euro. L’objectif est bien une recréation du fonctionnement de la monnaie pour sortir du système de prédation actuel. Comme personne ne le propose aujourd’hui, je risque de voter avec mes pieds, car si nous ne le faisons pas, le président, quel que soit sont parti, n’aura aucun pouvoir.

            • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 3 mai 2016 02:03

              @Pascal L
              Bonjour. Je dois rectifier ce qui me semble être une méprise : je n’ai jamais adhéré à l’UPR. Si je remercie Fifi Brin d’Acier à la fin de mon article, c’est uniquement parce qu’elle m’a communiqué des liens lors d’un échange de commentaires et ce sont ces liens qui m’ont permis d’arriver jusqu’au site de la Maison-Blanche. Pour que les choses soient bien claires, je suis militante du Parti de Gauche depuis sa création, mais cela n’a rien à voir avec mes recherches que je fais en tant que citoyenne. Je ne suis mandatée par personne, ce qui explique que je signe « atp » (à titre personnel). Je suis convaincue que mes camarades sont autant attachés à la transparence et la démocratie que moi, mais je ne leur en ai pas parlé encore et ils découvriront cet article peut-être demain car j’ai prévenu mes amis, ma famille, mes camarades seulement vers minuit.


            • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 3 mai 2016 02:18

              @Pascal L
              Je suis bien d’accord avec vous. Nous sommes prisonniers dans un filet dont les mailles représentent tous les traités de l’UE, les structures internationales comme la BCE, le FMI, l’OMC etc... et nous devrons bien arriver à nous en délivrer, retrouver notre souveraineté et, peut-être en premier, le droit
              à la création de notre monnaie. Notre indépendance sera à ce prix. N’oubliez pas que vous êtes citoyen et, en tant que tel, vous êtes invité par certain(s) (?) candidat(s) à participer à l’élaboration du programme. C’est donc à vous de proposer ! Les choses changent déjà...


            • Ar zen Ar zen 3 mai 2016 07:00

              @Pascal L

              De tous les maux je choisis le moindre. L’Everest a été vaincu de nombreuses reprises, mais, à chaque fois, en installant des camps de base, en faisant des étapes.

              Peut être l’avez vous fait, mais, si vous êtes curieux, examinez donc les sujets des initiatives populaires sur lesquelles le peuple suisse a eu à se prononcer. Ceci veut dire qu’une étape essentielle à franchir est l’instauration en France de l’initiative populaire et de la suppression de la procédure du congrès, il va de soi. Les Suisses ont une conscience politique bien supérieure à celle des Français. Les associations, les partis politiques, les clubs de pensée, lors des initiatives font vivre le sujet. C’est donc en connaissance de cause que les Suisses prennent les « grandes » décisions qui conduisent leur vie.

              L’oligarchie en France est organisée, possède l’argent et le pouvoir médiatique. Le peuple est totalement désorganisé. Il est divisé en de nombreuses idéologies, de la gauche à la droite. Chacun prêche pour sa paroisse, chacun se mobilise pour faire émerger le parti qui porte ses convictions. L’oligarchie en profite. Aucune idéologie ne parviendra à émerger seule. L’unique solution c’est de se rassembler, hors clivage, de mettre en place « l’initiative populaire ». Camp de base ! Ensuite tous les sujets pourront être débattus et proposés au vote du peuple. La majorité décidera.

              En Suisse il y a constamment des surprises. Lors des initiatives la majorité qui s’exprime peut le faire parfois dans le sens d’une mesure de droite et, parfois, dans le sens d’une mesure de gauche. Le clivage droite-gauche n’existe plus vraiment, c’est le sujet qui importe. Au mois de juin les Suisses vont être appelés à voter pour une initiative « pour ou contre le revenu universel de base ». Est-ce que les Françaises et les Français se rendent compte de l’avance « démocratique » de la Suisse ? Si la majorité du peuple est d’accord, la Suisse aura le revenu universel de base. Nul ne sait comment le peuple va voter. Son verdict, sera son verdict, au dela de toute idéologie.


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 mai 2016 08:45

              @Danièle Dugelay
              Bonjour, si vous saviez tout ce qu’on a caché aux Français sur l’ Union européenne .... ! L’UPR a traduit et publié ce document en 2014 : « L’Alliance germano américaine pour le 21e siècle ».


              Seuls les Français ont droit au mythe du « couple franco- allemand ». Le Traité de l’ Elysée a été torpillé par Kennedy , qui a poussé le Gouvernement allemand à tricher, à introduite un préambule, avant de le faire ratifier par le Parlement allemand. Ce préambule remettait tout ce dont De Gaulle ne voulait pas : les Anglais, les USA, la Commission européenne, l’armée commune européenne etc.

              Mais ce n’est pas tout, quand on lit les projets économiques d’Hitler, on constate que les grandes lignes de la construction européenne ne sont que l’application des projets économiques nazis pour l’Europe après la guerre.
               C’est ainsi que les Américains ont sauvé le grand patronat allemand.

              Et cela continue aujourd’hui, Merkel veut TAFTA, car il va ouvrir un marché à l’industrie allemande.
              Elle se fiche bien des conséquences pour nous et pour tous les autres pays européens.

              Il est temps que les républicains et les démocrates français se rassemblent provisoirement, pour sortir de ce piège européen. C’est dans ce but que l’ UPR a été crée, sur le modèle du Conseil National de la Résistance, pour rendre l’indépendance et la souveraineté aux Français.

            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 mai 2016 09:14

              @Danièle Dugelay
              Mais d’abord, il faut sortir de l’ UE.
              Sans souveraineté politique, pas de souveraineté démocratique !


            • Pascal L 3 mai 2016 11:07

              @Fifi Brind_acier
              « Mais d’abord, il faut sortir de l’ UE »


              ou reprendre le pouvoir à Bruxelles. Ce n’est pas qui a le pouvoir qui est important, mais ce qu’il fait de ce pouvoir et au nom de qui il l’exerce. Aujourd’hui, il n’y a pas plus de démocratie à Bruxelles qu’à Paris ou dans une capitale de région. Les seuls qui exercent le pouvoir, ce sont ceux qui possèdent la dette et les politiques vont leur lécher les pieds. Donc même si ma commune fait sécession et qu’une monnaie communale est créée, si cette monnaie fonctionne comme l’Euro, nous n’aurons rien gagné. 

            • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 3 mai 2016 11:11

              @Fifi Brind_acier
              Bien sûr, Fifi. Quand je parle des traités de l’UE, je ne fais pas le tri ! Cependant, il faut reconnaître que ce ne sera pas facile et qu’il risque d’y avoir des réactions brutales. Je pense qu’il faudrait le soutien du peuple et même des peuples d’autres pays qui refusent cet avenir. Ceux qui ont passé le 20ème siècle à nous tromper et qui continuent ne seront sûrement pas d’accord pour renoncer aux fruits de leurs actions de brigands. L’esclavage ou la guerre ? Ce sera peut-être le choix que nous devrons faire.


            • Pascal L 3 mai 2016 11:24

              @Ar zen
              Je ne met pas les priorités dans le même sens. Si nous gagnons le référendum d’initiative populaire, je ne doute pas un instant que ceux qui possèdent le pouvoir actuellement vont faire pression pour que les choses aillent dans leur sens. Il faut donc commencer par leur couper leurs moyens. 

               Comptez donc les personnes qui en France sont conscients de la relation entre la variation de la dette et le chômage de masse. Le sujet n’est jamais abordé au journal de 20h. Ce chômage est une vraie arme de destruction massive qui peut être utilisée pour faire pression. La peur reste le premier moyen de contrôler la population et on nous annonce tous les jours des catastrophes futures.

              Pour revenir sur le référendum suisse sur la monnaie, je ne crois pas vraiment dans ce projet. Revenir au troc, c’est oublier la capacité d’une monnaie à créer la richesse. La monnaie scripturale actuelle est une erreur, mais cela n’empêche pas que, organisée autrement, cette monnaie peut être un véritable outil de création de notre avenir. La monnaie pleine disposera d’un rendement plus faible que les autres monnaies et disparaitra. Il manque donc une phase de maturation des projets complexes dans le système suisse. Il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain...

            • Ar zen Ar zen 3 mai 2016 11:45

              @Pascal L

              Je vois, à votre commentaire, que vous n’avez pas pris le temps de consulter le site « monnaie pleine », celui de l’initiative vers l’interdiction aux banques privées d’émettre de la monnaie scripturale.

              Vous me faîtes donc une réponse qui ne prend pas en compte le projet de monnaie pleine et les perspectives que celui ci ouvre. Vous restez sur votre idée sans vous documenter. Votre idée est peut être la bonne d’ailleurs. Mais, ce que vous dites sur l’initiative monnaie pleine et son application sur un territoire n’est pas juste. Vous n’avez pas mesuré la portée de cette initiative et de ses conséquences. Dommage.


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 mai 2016 17:59

              @Pascal L
              Et comment faites-vous pour reprendre le pouvoir à Bruxelles ?
              Ils ne sont pas élus, pas plus qu’à la BCE.

              IL ne s’agit pas de pouvoir local, mais de retrouver le franc.
              « Jacques Sapir : le retour au France = 2/3 de chômage en moins »


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 mai 2016 18:04

              @Pascal L
              L’objectif de l’ UPR est la sortie de l’ UE, de l’euro et de l’ OTAN, légalement par l’article 50.
              En ce qui concerne le retour au Franc, les planches des billets sont déjà prêtes.


            • Xenozoid Xenozoid 3 mai 2016 18:13

              @Fifi Brind_acier

              haqhasha les capitalo francais si il en reste serons ravis, fifi quand grandiras tu ?

            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 mai 2016 18:30

              @Pascal L
              Ce n’est pas tout à fait ainsi que la dette publique s’est constituée...
              Michel Rocard explique que depuis la création de la Banque de France en 1801, les Gouvernements ont emprunté à taux 0%.


              Puis dans le Traité de Maastricht est apparu l’article 104, qui interdisait aux Etats de se financer auprès de leur Banque Centrale et les obligeait à emprunter aux banques contre intérêts, évidemment.
              Cet article est devenu l’article 123 du TFUE, Traité de Fonctionnement de l’ UE.
              Voici l’évolution de la dette publique avec et sans les articles 104 & 123.

              Ce que nous remboursons chaque année aux banques, ce sont les intérêts de la dette. Un pays endetté devient otage des agences de notation et du FMI.

              On le voit en Grèce, mais aussi en France, où en octobre 2012, Hollande à peine élu, le FMI envoyait sa feuille de route pour la France, avec les réformes que nous connaissons maintenant, et qui ont été reprises et imposées par la Commission européenne.

            • lsga lsga 3 mai 2016 18:44

              @Fifi Brind_acier

              C’est évident : si les grecques imprimaient des drachmes à tour de bras, ils pourraient acheter toutes les matières premières de la Terre.... ou pas. 
               
              « Je t’échange ton pétrole contre du papier virtuel ? ça marche ? Allez : tu vas bien me filer tout ton coton ? Je viens juste d’imprimer 1 Milliards de drachmes juste pour te l’acheter ! Soit sympa merde, file moi tes métaux précieux, en échange je ferrais tourner ma planche à billet... »

              Les monnaies de singes ne fonctionnent que dans le cadre du néo-colonialisme. 

            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 mai 2016 19:52

              @Xenozoid
              Si la majorité des Français voulait du communisme, cela se verrait aux élections.
              Après la guerre, le PCF faisait 30% des voix.
              Quels résultats obtiennent le NPA et Lutte ouvrière ?
              Contrairement à l’ UPR censurée depuis 9 ans, Besancenot et Nathalie Arthaud sont connus de tous les électeurs. Ils devraient se précipiter par millions pour voter pour eux... Ce qui n’est pas le cas.
              Le NPA a même perdu 4000 militants depuis sa création, il doit en rester 2500..


              L’UPR n’est pas un Parti politique, mais un rassemblement provisoire, comme le CNR, pour rendre à la France sa souveraineté. Il n’est pas possible de rassembler sur un programme clivant pour la majorité ds Français.
              Même le PCF en 1943 l’avait compris, il fallait rassembler les Français autour d’un programme de consensus. Le programme de l’ UPR est un copié/coller de celui du CNR.

            • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 3 mai 2016 19:59

              @Fifi Brind_acier
              Hélas, Fifi, le texte entier n’est pas traduit, mais seulement des extraits. Je voulais absolument travailler sur le texte entier pour être certaine de ne pas me tromper. Je remercie encore Romaric pour sa traduction.


            • Pascal L 3 mai 2016 23:34

              @Ar zen
              Je suis allé voir le site de l’initiative, mais il me semble qu’il y a une confusion entre émission monétaire (les billets) et création monétaire (monnaie scripturale). Il s’agit bien de deux choses différentes. La création monétaire par la banque centrale peut se faire sans contrepartie car cette monnaie n’est pas réellement utilisée, sauf pour les quelques billets qui circulent encore. On peut dire que l’émission est régulée par la création. La création se fait avec une contrepartie qui est aujourd’hui la dette. Le problème n’est pas le fait que la création est faite par les banques, le problème vient de la contrepartie qui n’est constituée que de dettes et de plus ces dettes n’appartiennent qu’à des financiers. Pour chaque Euro qui circule, il y a un Euro de dette et dans les faits, les fuites ont fait que les dettes sont plus deux fois supérieures à la quantité de monnaie qui circule. Le remboursement est impossible.


              Dans la présentation de la réforme, on ne comprend pas si on demande :
               1) à la Banque Centrale de reprendre le rôle des banques, mais pour que cela fonctionne, il faudra que tout le monde ait un compte à la banque centrale avec le risque de faillite de la banque centrale ou
               2) si la création monétaire est supprimée au profit de la seule émission. Dans la deuxième solution, il faudra mettre en place des contreparties à l’émission comme au temps des monnaies basées sur l’or et on retourne à la bonne vielle époque du troc. Le système des réserves fractionnaires existe tout de même depuis très longtemps, les assignats sous Louis XV sont un bel exemple de faillite avant l’invention de la création monétaire. S’il n’y a pas de réserves fractionnaires (il existe autant d’or à la banque que de monnaie en circulation), le système poussera les utilisateurs à garder cette monnaie et à ne jamais la faire circuler. Cela ne sera sans doute pas optimal.
               
              Le vrai problème des monnaies reste la contrepartie de la création. Nous avons besoin de mettre en place des richesses qui nous appartiennent et non des dettes qui appartiennent à des financiers. Nous pourrions également faire une anticipation sur notre futur en créant de la monnaie en investissement sur les fonds propres de l’Etat ou des entreprises. Le cycle de circulation monétaire est ainsi mieux adapté au cycle de création de richesses. Ainsi, si vous investissez dans une école, la monnaie peut circuler jusqu’à ce que les élèves devenus adultes commencent à payer des impôts.

              Il existe un autre problème avec la monnaie, c’est le tabou autour de son fonctionnement. Ce n’est jamais enseigné dans les écoles de commerce, à Dauphine, à Sciences-po ou à l’ENA à part quelques banalité complètement fausses comme la neutralité de la monnaie. Dans ces conditions, réformer son fonctionnement est un tour de force.

            • Pascal L 3 mai 2016 23:55

              @Fifi Brind_acier
              1) Le retour au Franc n’est intéressant que si on change ses règles de fonctionnement. Les règles du Franc ont été progressivement modifiées depuis 1973 pour s’approcher progressivement du Mark qui est devenu l’Euro ensuite. Donc un retour au Franc sans changement des règles de permettrait pas la diminution de la dette. Le seul avantage est sur l’ajustement du taux de change à notre économie, mais ce n’est plus suffisant.

              2) Je ne considère pas Jacques Sapir comme un économiste pertinent. Je me suis déjà exprimé sur son blog, mais il n’a pas répondu... En France, je préfère largement Gaël Giraud ou Steve Keen au Royaume Uni/Australie.
              3) je n’ai rien dit sur la constitution de la dette publique. J’ajouterai que non seulement l’Etat empruntait à 0%, mais aussi que certaines dettes n’ont jamais vraiment été remboursées avant 1973. Cela ne pose pas de problèmes si la monnaie est utilisée pour augmenter la richesse publique (création de centrale nucléaires, Airbus...) car dans ce cas la contrepartie existe, mais les cadeaux aux électeurs créent inexorablement de l’inflation.
              4) sur le rôle des intérêts, je suis OK mais j’ajouterai que le remboursement rapide au rythme de la banque sans attendre les retours sur investissement crée également des manques de monnaie préjudiciables au bon fonctionnement de l’économie.
              5) les réformes imposées sont simplement la constatation du fait que le monde appartient à ceux qui possèdent la dette. La réforme de la monnaie doit passer avant n’importe quel changement dans les institutions, sinon cela ne servirait à rien.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès