• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La route de nos pires bellicistes, sera-t-elle longtemps barrée (...)

La route de nos pires bellicistes, sera-t-elle longtemps barrée ?

Sur une proposition de la Russie, la conférence qui s’est tenue à Genève ce samedi 30 juin dernier, concernant le règlement de la question de la transition démocratique en Syrie, à débouché sur un accord, obtenu autour d’un texte très largement inspiré par Sergueï Lavrov, le ministre Russe des affaires étrangères. Ce texte n’exige pas le départ préalable du président Syrien, comme le voulaient les “atlantistes”, et surtout, il rend impossible selon ses termes, le recours pour le règlement de ce conflit, à une intervention militaire étrangère...

Les gouvernements français se suivent, les étiquettes changent, mais par delà tout le folklore des slogans bon marché qui leur servent de doctrine politique, et qui suffisent à ravir leurs idolâtres respectifs et en faire des inconditionnels, il est clair qu’ils portent tous la même marque de fabrique, celle des services de nations étrangères qui, par la manipulation médiatique et une infiltration systématique et très soutenue des élites dirigeantes, s’arrangent pour que concernant ce qui leur est essentiel, c’est à dire la politique étrangère de la France, celle-ci demeure, grâce à sa puissante armée, leur exécuteur dévoué de basse besogne.

Bien sûr, ils abandonnent, pour que cela puisse nous être supportable, et ne soit pas l’occasion de soupçons risquant de tout remettre en cause, les options de politique intérieure, aux humeurs du moment de l’électorat français. Ceci, étant bien entendu que par ailleurs, le champ d’action de ces différents gouvernements se trouve très sérieusement encadré, par des dispositions économiques et financières sur lesquelles ils n’ont aucune prise, et qui ne leur laissent guère d’espace, pour mener une politique qui soit résolument en faveur du peuple français.

Nous avons donc eu la chance de voir succéder, au bout d’années d’un longue attente, un gouvernement de gauche, avec tout ce que cela entraine forcément d’espoir renouvelé pour tous les démocrates et progressistes, au gouvernement de droite qui fut le plus délibérément réactionnaire, rétrograde, et néfaste, que ce pays a jamais subi, depuis les sombres heures de l’occupation. Et, il est clair que dans le plan des “manipulateurs”, cette faveur sociale, qui est malgré tout indéniable, devrait être en mesure de nous faire avaler ce qui va avec.

De fait, nous n’avons pas tardé à découvrir la contrepartie de cette stratégie laissant au peuple l’illusion que c’est bien lui qui a décidé de son dirigeant, à partir du choix en réalité, unicolore, quant aux affaires de politique étrangère, qui lui a été proposé, au bout d’une campagne électorale qui a soigneusement ignoré ce sujet.

C’est ainsi que la nouvelle équipe dirigeante, n’a strictement rien fait d’autre, que de reprendre à son compte, avec la même propagande mensongère déjà si bien rodée, le même aveuglement ethnocentrique, pour ne pas dire carrément, la même obsession raciste, le même mépris de la souveraineté des peuples, toutes les options bellicistes et criminelles de l’équipe précédente, dont les objectifs sont en réalité, tous en défaveur de notre nation, et ne satisfont que les intérêts de cet axe malfaisant, qui ne cesse d’ensanglanter et de martyriser l’orient, depuis des décennies.

Il est temps que se rétablisse enfin, une véritable et authentique pensée nationale, qui soit autre chose que le catalogue d’inepties et de malpropretés racistes d’un parti qui se dit tel. Ceci, pour que nous cessions de voir sacrifier nos intérêts, géopolitiques, économiques, et culturels, par des dirigeants sans envergure, sans message, et sans ambition nationale, et qui, alors que le pays doit déjà faire face à tant d’urgences, ne trouvent rien d’autre à lui proposer, que de s’engager à nouveau dans une de ces sottises interventionnistes totalement grotesques, dont l’expérience a pourtant maintes fois montré, qu’elles n’ont aucune issue favorable.

Ces interventions brutales qui sont dévastatrices pour les peuples injustement agressés, ruineuses pour les peuples agresseurs, totalement illégitimes, illégales, et immorales, puisque ceux-ci s’arrogent ce droit, alors même que les premiers, notons et retenons le bien, ne leur ont “strictement rien fait”, anéantissent l’idée religieusement entretenue par tant d’hommes de bonne volonté, d’un progrès possible de notre humanité. Ceci, en n’envisageant comme forme de règlement des différents entre les hommes, qu’une brutalité archaïque, et alors même que la fatalité catastrophique de cette méthode primaire et bestiale, que ne devrait plus ignorer personne, et surtout pas les responsables politiques au plus haut niveau de la nation, aura été plus que largement démontrée, en Somalie, au Liban, en Iran, en l’Irak, et en Afghanistan, et d’autres encore, contrées qui furent les théâtres éloquents de cette vanité.

Et qu’on ne vienne surtout pas nous chanter, comme le font tous ces idolâtres benêts, d’une gauche “défroquée”, qui n’a de cesse que de trahir et de salir tous ses idéaux proclamés, qu’il s’agit par tout cela, de porter secours à des populations martyrisées par des tyrans ? Ceci, en ayant le culot de prétendre que la férocité guerrière, qui fit suite à l’intervention partisane des onusiens en Côte d’Ivoire, qui a ruiné le pays et rendu vain, tout espoir de réconciliation nationale, que la livraison de la Libye, au délire de fondamentalistes sanguinaires, que les trente années d’interventions étrangères en Afghanistan, qui ont ramené ce pays au moyen âge, et que les centaines de milliers de civils irakiens sacrifiés, pour s’être maladroitement trouvés en lieu et place des inévitables dommages collatéraux, participent de la défense des opprimés...

A défaut d’honnêteté, d’humanité, de logique, et de simple bonne connaissance des dossiers, ne tirer aucun enseignement des expériences du passé, et s’employer à entrainer la nation dans le renouvellement d’un désastre prévisible, disqualifie définitivement un dirigeant, et n’en déplaise à celui-ci, ceci ne constitue en rien la marque de la “normalité”...

 

 Paris, le 1er juillet 2012
 Richard Pulvar 

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (85 votes)




Réagissez à l'article

34 réactions à cet article    


  • Walkyries Walkyries 3 juillet 2012 14:20

    Il ne faut plus dire : « ... en tant que sympathisant PS » mais : « ... en tant qu’hypocrite, ... »


    • Emmanuel Aguéra LeManu 4 juillet 2012 08:18

      Même si nous étions finalement d’accord, à supposer que vous ayez étayé quelque thèse, bravo ; voilà de la belle réflexion ; du beau commentaire. On a bien avancé, merci. Rien à ajouter devant tant de profondeur. Et à +18 ce matin... lol. Agoravox, où vas-tu ?
      En tous cas, et pour l’instant, soutien inconditionnel à Moscou et Pékin de rigueur, en vertu de mon hypocrisie bien sur.


    • Emmanuel Aguéra LeManu 4 juillet 2012 11:45

      Mais comme je suis rien sympa, économisez vos yeux et ouvrez vos esgourdes :
      http://www.youtube.com/watch?v=cVnbd03Xf5Q&feature=share

      Signé : l’Hypocrite (puisque électeur de Hollande).


    • Robert GIL ROBERT GIL 3 juillet 2012 14:30

      voici succintement les evenements de Syrie vu de Russie :

      http://2ccr.unblog.fr/2012/06/11/la-syrie-vue-de-russie/


      • ottomatic 3 juillet 2012 15:39

        T’en a pas marre de mettre partout et systématiquement des liens vers ton blog ?


      • Croa Croa 3 juillet 2012 22:16

        Les publications de Robert GIL valent la peine, généralement.

        Je ne vois pas pourquoi on s’en lasserait et on est pas obligé de cliquer ! ( Il gêne moins que ceux qui balancent des réactions aussi longues que l’article.)


      • Emmanuel Aguéra LeManu 4 juillet 2012 08:19

        C’est vrai que la lecture, c’est chiant.


      • Emmanuel Aguéra LeManu 4 juillet 2012 11:46

        Cette compilation est interessante, roberto, je la partage.


      • SEPH SEPH 3 juillet 2012 17:45
        Conseil de Guerre de l’OTAN contre la Syrie
        Rick Rozoff

        29 juin 2012

        Mardi 26 juin, à Bruxelles, le Conseil de l’Atlantique Nord – la plus haute instance de commandement du bloc militaire de l’OTAN (Organisation du traité de l’Atlantique Nord), dominé par les États-Unis – doit aborder la question de la Syrie sous l’angle des clauses de son texte fondateur qui, tout au long de la dernière décennie, a été à l’origine de déploiements préliminaires de forces armées conduisant au déclenchement de guerres totales

         
        Ce conseil est constitué des ambassadeurs des 28 États membres, représentant une population totale de 900 millions d’habitants. Ses membres fondateurs comptent trois puissances nucléaires – les USA, la France et l’Angleterre – dont la première s’est autoproclamée unique puissance militaire mondiale.
         
        Jusqu’à la veille de cette réunion, l’OTAN devait examiner une requête de l’un de ses membres, la Turquie, de tenir des consultations conformément aux dispositions de l’Article 4 du Traité de l’Atlantique Nord, qui autorise tout État membre à appeler l’intégralité des membres de l’Alliance à répondre à ce qu’il considère comme une attaque contre sa sécurité et son intégrité territoriale.
         
        Le 25 juin, trois jours après que le chasseur bombardier supersonique F14 eut été abattu au-dessus des eaux territoriales syriennes, la Turquie annonça qu’elle demanderait que l’alliance militaire en réfère à l’Article 5, lequel stipule que « toute attaque armée contre un ou plusieurs États membres en Europe ou en Amérique du Nord doit être considérée comme une attaque contre tous », les alliés de l’OTAN étant alors tenus de « porter assistance à la, ou aux parties ainsi attaquées, en engageant sur le champ, individuellement et en concertation avec les autres parties, toute action jugée nécessaire, y compris le recours à la force armée... »
         
        L’Article 5 avait été invoqué en octobre 2001, pour la première et unique fois en date, et fonde toujours, depuis une dizaine d’années, le déploiement en Afghanistan de troupes des 28 États membres et de leurs 22 partenaires.
         
        L’Article 4 fut invoqué pour la première fois le 16 février 2003, à nouveau par le Conseil de l’Atlantique Nord et à nouveau au sujet de la Turquie, à la veille de l’invasion anglo-américaine de l’Irak. Cela entraîna le déclenchement de l’Opération « Display Deterrence » [déploiement d’une force de dissuasion], et le déploiement en Turquie de cinq batteries de missiles d’interception ’Patriots’ – trois allemandes et deux américaines – ainsi que de quatre appareils de surveillance aérienne AWACS [Airborne Warning and Control Systems : Systèmes aéroportés de Contrôle et d’Alerte], en conjonction avec le Système de Défense Aérienne Élargi Intégré de l’OTAN.
         
        L’OTAN déploya, selon ses propres termes, « 1 000 techniciens spécialisés et extrêmement compétents » pour conduire l’Opération.
         
        Les premiers avions AWACS arrivèrent le 26 février, et trois semaines plus tard l’invasion et le bombardement de l’Irak étaient lancés. Bien qu’il n’y ait eu à l’époque en Irak que 25 millions d’habitants, contre 70 en Turquie, et bien que l’armée turque ait été la plus formidablement équipée de la région – tandis que l’Irak sortait affaibli de huit années de guerre contre l’Iran dans les années 1980, de la campagne de bombardements des États Unis et de leurs alliés en 1991 et depuis, et de douze années de sanctions écrasantes, l’OTAN ne tarissait pas d’éloges sur l’Opération Display Deterrence, qui venait de « tester et prouver la capacité des forces de l’OTAN à répondre immédiatement et avec la force offensive appropriée, à une menace évoluant rapidement contre l’un des membre de l’Alliance ».
         
        Dans quelle mesure un Irak aussi mortellement affaibli avait réellement pu représenter pour la Turquie « une menace évoluant rapidement », cela ne fut jamais précisé.
         
        Les AWACS sortirent sur une centaine de missions et les batteries de Patriots allemandes furent notamment équipées de missiles Patriot Advanced Capability-2, « un missile plus moderne fourni par l’Allemagne » expliqua l’OTAN.
         
        L’Opération prit fin le 3 mai, soit 65 jours après son déclenchement et 45 jours après le début de l’invasion de l’Irak. Pour donner une idée de ce que l’OTAN pourra déclarer à l’issue de cette réunion au sommet, l’Ambassadeur turc de l’époque, auprès de l’OTAN, déclara après avoir invoqué l’Article 4 : « Encore une fois, je tiens à témoigner de la sincère gratitude du peuple et du gouvernement turcs envers la solidarité dont l’Alliance a su faire preuve en renforçant la défense de mon pays en réponse à la dernière crise en Irak. Nous sommes convaincus que, à travers un déploiement d’une force de dissuasion aussi active et collective, l’OTAN a non seulement tendu la main et offert une aide infiniment appréciable à l’un de ses membres en grande difficulté, mais il a aussi prouvé une fois de plus sa crédibilité et sa pertinence, en tant que pierre de touche de la sécurité collective dans la zone Euro-Atlantique ».
         
        La Turquie était alors, tout comme aujourd’hui, présentée comme la victime – « en grande difficulté » qui plus est – tandis que l’Irak, en état de siège et sur le point d’être anéanti, était considéré comme l’agresseur.
         
        La population syrienne se trouve à l’heure actuelle dans la même position que l’Irak à l’époque, sauf que la Turquie est cette fois une nation quasiment trois fois plus grande. La Syrie est isolée et ses forces militaires sont dérisoires par rapport à celles de son voisin turc. Ce dernier peut en outre compter sur le soutien de 27 alliés, au nombre desquels la plupart des plus grandes puissances militaires du monde. Les États-Unis disposent déjà d’environ 90 bombes nucléaires tactiques B61 stationnées sur la base aérienne d’Incirlik, à 35 miles des côtes méditerranéennes de Turquie.
         
        C’est en outre au moins la seconde fois depuis avril dernier que le Premier Ministre turc Recep Tayyip Erdogan demande l’activation de la clause d’assistance militaire mutuelle de l’article 5 – qui implique le déclenchement d’une guerre. La première ayant eu lieu plus de deux mois avant la destruction du chasseur bombardier turc survenue la semaine dernière.
         
        Le 25 juin, le vice Premier ministre turc Bulent Arinc avait annoncé que sa nation « avait déposé auprès de l’OTAN toutes les demandes requises concernant l’Article 4 et l’Article 5 ».
         
        Selon l’agence de presse Associated Press, il aurait ajouté : « Il est important de comprendre que, dans le cadre légal, nous userons bien évidemment jusqu’à la fin, de tous les droits que nous garantit le droit international. Cela inclut notamment l’auto-défense. Cela inclut aussi toutes les formes possibles de représailles. Cela inclut toutes les sanctions applicables à l’État agresseur en vertu du droit international. La Turquie ne négligera absolument rien en la matière... ».
         
        Les États-Unis et l’OTAN avaient impérativement besoin d’un prétexte pour attaquer la Syrie, et la Turquie, seul membre de l’OTAN frontalier de la Syrie, a toujours été le prétexte idéal auquel recourir pour attaquer une nation arabe.
         
        L’incident de vendredi dernier et la réunion de l’Otan qui y a fait suite, marquent le début du quatrième acte d’une tragédie que le reste du monde n’a que trop peu de temps pour empêcher.
         
         
         
        Traduit de l’anglais par Dominique Arias.
         
        Auteur de nombreux articles très documentés sur les activités militaires des Grandes Puissances occidentales à travers le monde, Rick Rozoff est chercheur et activiste, créateur de l’organisation Stop NATO.

        Stop NATO : site et articles : http://rickrozoff.wordpress.com
         
        Source originale : Global Research
         
        OTAN - Syrie - Turquie

        • Wendigo Wendigo 3 juillet 2012 18:14


           Les révolutions c’est comme les vaccins, de temps à autre une piqure de rappel s’impose ..... et je vois que notre carnet de santé n’est pas à jours.


          • ALasverne ALasverne 3 juillet 2012 18:32

            Bachar el-assad n’a rien d’un démocrate, mais il faut en finir effectivement avec ce groupe de pays qui satisfont leurs intérêts, leurs impérialismes et leur volontés néo-colonialistes d’une manière générale au détriment des valeurs qui peuvent fonder la démocratie à l’échelle et surtout assurer la coexistence pacifique des peuples.

             La souveraineté des peuples ne doit pas être à géométrie variable d’une part et, d’autre part, si une ingérence humanitaire, démocratique s’avère légitime, elle ne peut être décidée et exécutée que par l’ONU. Ce qui sous-entend qu’on ne doit participer, nous français, à aucune menée et aventure bellicistes particulières. Encore moins décidées par un philosophe de projecteur, sur un coin de table, ou pour satisfaire les appétits de quelque Empire que ce soit.


            • 1871-paris 1875-Paris 4 juillet 2012 13:53

              Très juste, , sa change des autres commentaires se servant oportunement de se sujet pour crier à qui veux l’entendre leur cause conspiration névrotique.


              Quant à 
              « 
              Les gouvernements français se suivent, les étiquettes changent, mais par delà tout le folklore des slogans bon marché qui leur servent de doctrine politique, et qui suffisent à ravir leurs idolâtres respectifs et en faire des inconditionnels, il est clair qu’ils portent tous la même marque de fabrique, celle des services de nations étrangères qui, par la manipulation médiatique et une infiltration systématique et très soutenue des élites dirigeantes, s’arrangent pour que concernant ce qui leur est essentiel, c’est à dire la politique étrangère de la France, celle-ci demeure, grâce à sa puissante armée, leur exécuteur dévoué de basse besogne.
               »
               heureusement l’esprit de Saint richard est la pour nous guider vers la lumière...

            • Arafel Arafel 4 juillet 2012 16:06

              « grâce à sa puissante armée »

              Priez pour que nous ne soyons pas en guerre demain....parce que la « puissante armée française »............misère !
              Vous ne devez pas être au fait de l’état de délabrement réel de notre armée, je pense.
              Pourvu que l’on n’ait pas à faire une vraie guerre, contre des pays qui soient en état de se défendre (pas comme la cote d’ivoire, ou la Libye ou l’Irak, hein, des proies faciles).
              Tiens, au fait, si en Syrie il y a un dictateur, il y en a un 1000 fois pire en Corée du nord.....pourquoi on va pas lui chatouiller les pieds ?
               smiley


            • Login Login 3 juillet 2012 19:12


                Combien de centaines de milliers de morts M. Hollande ? 


              • Login Login 3 juillet 2012 23:35

                 -3 !  

                      Hollande n’a en rien démontré de pas être de ces bellicistes. 
                      A t-il engagé une révision sur l’intégration de la France dans l’Otan ?
                      L’affaire syrienne ne mérite t-elle pas autre chose que ce qu’il en dit !

                      Centaines de milliers de morts dans un guerre en Syrie, Cela serait juste un début...

              • Login Login 4 juillet 2012 20:58

                 -6 -3 smiley On jugera donc sur les faits dans les quelques mois à venir.

              • ykpaiha ykpaiha 3 juillet 2012 20:02

                Comme tout ce que nos politiques touchent actuellement se casse la gueule, c’a ne les empeche pas de continuer...
                Euro, Europe, Banques, Dette, Grece, ... spirale sans fin de tristes sires qui s’agitent dans un bocal mal fait pour eux.

                Alors pour la Syrie pourquoi serait ce différent ?
                On tourne on virequoiste, et au final une belle merde.

                Le jeu que joue Putin actuellement ressemble a un jeu du chat et de la souris, laissez venir a moi les petits-navions viens mon petit...
                Ils ont eu largement eu le temps de préparer le comité d’acceuil, reste a savoir qui sera le premier couillon.
                Avec Sarko c’a n’aurait pas trainé, mais Flanchois, bien que sur la meme longueur d’onde que ce que demande Wahing-Aviv il est moins vif le bougre !!

                Tonton Banania va etre obligé de se mouiller, et la cata va commencer...comme en Georgie.


                • FRIDA FRIDA 3 juillet 2012 20:05

                  Dans cette affaire syrienne, il faut rendre hommage à Kofi Annan, il est resté neutre et a bien résisté aux sirènes de la démagogie au chantage à l’émotion ,

                  contrairement à Bai ki Moon, ce dernier une vraie serpillère aux mains des Américains, il n’a plus su ce que c’est que la retenue ni le langage diplomatique et administratif, il s’est lancé dans l’imitation de la rhétorique américaine, au point de croire que c’est leur porte parole.

                  il y a maintenant une campagne des organisations humanitaires qui montent au crénau pour traduit les responsables syriens devant la CPI, une campagne d’accusation de la troture, du crime contre l’humanité et de crimes de guerre, ces mêmes organistations qui sont très silencieuses sur les prisons volant de la CIA et la sous traitance de la torture, et quant à l’affaire d’Abu ghraib, une goutte dans un océan de torture et bien qu’on n’ait jamais entendu ce justiciers de l’humanité avoir demandé de traduire Bush père et fils devant la CPI, et pourtant ils ont déclenché une guerre sur la foi de ce que contenait une petite fiole, ils continuent la persécution uniquement des coupables qui sont ennemis des Etats-Unis.

                  on reproche également à la Syrie d’avoir réograniser sa législation contre le terrorisme, et on le lui reproche alors qu’elle affronte une vrai guerre terroriste menée par des bandes de terroristes dont le seul but est justement la terreur et le chaos, une dévastation totale du pays. On lui reproche de se défendre et sur le plan militaire et sur le plan juridique, alors les Etats-Unis se sont dotés d’une législation anti terrorisme qu’ils ont exportée à tous les pays puisque tout le monde maintenant se plie à leur exigence au niveau de la sécurité.

                  bref, c’est qu’on appelle le double standard dans le triatement, en fonction de ce que vous êtes...


                  • anty 3 juillet 2012 21:51

                    N’empêche,Assad va perdre sa guerre sanglante

                    il s’est comporté comme salaud avec son peuple

                  • FRIDA FRIDA 3 juillet 2012 22:20

                    @Anty

                    ne vous réjouissez pas trop, Assad perd, mais viendra aussi le tour de la France,

                    elle s’est faite avoir souvent par les Anglosaxons, et elle se fera avoir encore une fois,

                    elle fait le sale travail pour eux, vous vous rendez compte, elle ne fait même pas le poids face à l’Allemagne, voilà un pays qui est sorti de la 2nde guerre mondiale vaincu, occupé et plustard divisé,

                    cherchez l’erreur, mais ne vous fatiguez pas, tout le monde sait que l’Europe voulue par les usa est un moyen d’affaiblir la France. . 


                  • globulos nilasse 3 juillet 2012 21:28

                    superbe article,pas une fausse note.


                    • Pierre-Joseph Proudhon Pierre-Joseph Proudhon 3 juillet 2012 22:39

                      La guerre possède de nombreux avantages :

                      • Elle permet aux dirigeants d’avoir une excuse pour justifier de leurs exactions - et leur permet aussi, pour peu que la propagande soit efficace, d’en retirer un certain « honneur ».

                      • Elle permet, suite à une proclamation de « lois martiales », de museler toute forme d’opposition.

                      • Elle permet de laminer les revenus de son propre peuple pour cause « de participation à l’effort de guerre ».

                      • Elle permet de relancer l’économe chancelante (le baisses de revenus de la population n’y étant pas étrangers).

                      • Elle permet à l’oligarchie au pouvoir de voler le peuple de la nation envahie (ça a été de tout temps le premier objectif).

                      • Elle permet surtout au lobby militaro-industriel de dégager des profits qui frisent l’insolence.

                      Seule différence de nos jours : Avant, la France faisait la guerre pour sa propre oligarchie. Maintenant, c’est pour l’oligarchie US qu’elle le fait, et il n’y aura aucune retombée « nationale » pour cette infamie. Par contre, nous allons en payer le prix fort au travers de l’impôt.

                      Et le comptez pas sur François Hollande ni sur Laurent Fabius pour se ranger du côté du peuple, ils n’écoutent que la voix de leur maître.


                      • cacapoum cacapoum 3 juillet 2012 22:44

                        Un article bien écrit, intéressant, concis et qui sonne vrai. Merci l’auteur.


                        • FRIDA FRIDA 4 juillet 2012 01:33

                          je fais un copié collé du mon com sur un autre article qui traite de la Syrie

                          quelques infos concernant la Syrie

                          1 vous savez qu’il se déroule une conférence au Caire rassemblant l’ensemble (très hétéroclite) des composants de ce qui est appelé par les médias l’opposition syrienne, le premier jour a réuni également des représentants des nations membres permanents au CS de l’ONU, et ensuite la ligue arabe et d’autre Etats comme la Turquie et le Qatar et surtout les représentants de chaque opposition. En effet, l’opposition n’est pas une mais à plusieurs têtes, qui va des islamistes sunnites purs et durs jusqu’aux laïcs en passant par les Kurdes et les turcs.
                          et bien figurez vous que cette conférence qui devez permettre l’élaboration d’une position commune a révélé au grand jour (je dois dire que ce n’est pas nouveau) des divisions irrémédiables :
                          les Kurdes veulent une reconnaissance en tant que PEUPLE, et ils ont insisté pour voir cela écrit noir sur blanc, et comme ils n’ont pas obtenu ce qu’ils voulaient ils ont quitté la conférence (au moment elle se déroulait à huis clos) et ensuite ils sont presque arrivés aux mains avec d’autres représentant de l’opposition. Les Kurdes sont furieux, parce qu’ils estiment qu’ils ont une occasion en or pour obtenir la même chose comme en Irak, ce que leur refuse les islamistes.

                          2 IRIB- La fuite du numéro un de la milice de l’Armée libre syrienne, Riad Al-Asaad, a été confirmée par le chef du Conseil National syrien (CNS) Abdel-Basset, selon Sida qui commentait cette information, publiée, par plusieurs medias et sites turcs et syriens, depuis 48 heures.Selon le site Arabs-Press, citant des médias turcs, le général Al-Assaad a pris la fuite vers la Bulgarie, le 16 juin dernier, emportant avec lui, de grosses sommes d’argent, évaluées à près de 2 millions de dollars, qu’il a escroquées des caisses de l’ASL, alimentée par des donateurs, qui soutiennent l’insurrection syrienne.

                          3 comme quoi, on livre une guerre contre la Syrie en s’appyant sur des mercenaires et des opportunistes, le but est sa division et son partage, et tous les idiots utiles tombent dans le panneau.

                          4 j’ajoute qu’après avoir visionné plus de 200 vidéos de ce que l’on appelle armée syrienne libre montre clairement des individus se réclamant de sunnites se battant contre les alaouites et les accusant d’être les aliés de l’Iran.
                          5 donc la question, une fois Assad est dégagé, on assistera à la décomposition de la Syrie, en micro Etats ou une guerre civile qui dura des années avant l’installation au pouvoir d’un autre dictateur, la troisième possibilité qui a la faveur des pays du Golf et leurs alliés les USA, un Etat islamiste sunnite.


                          • Lou Lou 4 juillet 2012 04:01

                            " ... Selon le site Arabs-Press, citant des médias turcs, le général Al-Assaad a pris la fuite vers la Bulgarie, le 16 juin dernier, emportant avec lui, de grosses sommes d’argent, évaluées à près de 2 millions de dollars, qu’il a escroquées des caisses de l’ASL, alimentée par des donateurs, qui soutiennent l’insurrection syrienne..."
                             
                            On pourrait demander à BHL Botul de financer l’ ASL avec les recettes de son dernier succès en salle ...


                            • rhea 1481971 4 juillet 2012 09:11

                              Pour qu’une population accepte ses conditions existentielles il faut lui donner en pâture des mythes, peut être que le 11 septembre en est un, mais il faut aussi écrire que la notion de liberté est un paradigme de notre civilisation semblable à ce qu’étaient les dieux aux grecs dans l’antiquité.


                              • Georges Yang 4 juillet 2012 11:40

                                Nous avons les « Printemps arabes » en Tunisie et en Egypte, l’élimination de Kadhafi, l’arrivée d’Ansar ed din au nord Mali, maintenant Assaad

                                Américains et Israelien ont besoin des islamistes au pouvoir pour avoir leur « axe du mal », le tout au détriment des populations arabes éduquées

                                Bravo !


                                • Abraracoutrix 4 juillet 2012 17:54

                                  Judicieuse analyse. Tout à fait d’accord, en ajoutant qu’il ne faut rien attendre du parti soi disant socialiste. Il est aux ordres de l’oligarchie état-unienne, et son chef, président de tous les français fait des courbettes a Angela et Obama.


                                  • Christian Tallon 5 juillet 2012 01:55

                                    Mon opinion est que les hommes n’ont que des actions dérisoires sur le déclenchement des guerres quand la pente des situations et des dynamiques y pousse. J’ai écrit avant la conférence de Genève qu’elle avait peu de chance de déboucher sur la paix parce que une des parties ne la voulait pas. Je pense que l’enchaînement des événements (sauf commando qui liquiderait Assad et ses proches) est à la guerre qui s’étendra de proche en proche aux pays voisins. La Russie ne lâchant rien et faisant par Syriens interposés du tir au pigeon avec les avions de l’OTAN et d’Israël.

                                    Je ne vois pas comment les opinions publiques occidentales zombies peuvent à part quelques manifestations symboliques s’opposer à un tel enchaînement. Ce sera trop peu trop tard.


                                    • Christian Tallon 5 juillet 2012 01:59

                                      Bravo pour l’article qui mérite amplement ses 90 % d’opinions favorables.


                                      • pens4sy pensesy 5 juillet 2012 06:06

                                        Hollande, Ayrault, Fabius, Vals et Moscovici, la nouvelle dream team dite « socialiste » qui met consciencieusement ses pas dans les traces laissées par le nabot et ses Fillon, Jupé, Guéant et Hortefeux.

                                        Ça ne tiendra jamais 5 ans a faire conneries sur conneries. Déjà a moins de 60 jours on n’en peut plus.


                                        • wangpi wangpi 6 juillet 2012 00:01

                                          fabius n’est pas à une sale histoire de sang près.


                                          • TSS 8 juillet 2012 09:57

                                            Aux USA et en Europe comme il se prepare un clash majeur entre le peuple et les princes

                                             qui nous gouvernent ,un petit conflit syriano-iranien permettrait de detourner la colère

                                             populaire et de faire consensus  !!

                                             Pendant ce temps les gens ne pensent pas au grand marché transatlantique(2015) qui va

                                            mener les paysans européens au suicide,au MES qui est une héresie et qui nous ampute

                                            d’une partie de notre souveraineté ... !!


                                            • chmoll chmoll 9 juillet 2012 08:16

                                              Kofi Annan au lieu de faire la tournée des hotels de luxe et petits fours à volonté au frais de la princesse

                                              rend toi utile au moins une fois ,tins arrète de décalotter les coucougnettes des chinois et russe

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès