• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le Brexit et le fantasme de Singapour

Le Brexit et le fantasme de Singapour

Alors que l'imbroglio politique britannique devient inextricable à l'approche de l’échéance du retrait de l'Union européenne prévu le 29 mars, un rêve a germé chez certains partisans du divorce : il s’agirait de transformer la Grande-Bretagne en un paradis fiscal sur le modèle de la cité-état de Singapour.

Ce projet compte quelques pointures parmi ses aficionados : Boris Johnson (ancien maire de Londres, postulant au poste de premier ministre), Michael Gove (secrétaire d’état à la justice), Owen Paterson (ancien secrétaire d'état pour l'environnement, l'alimentation et les affaires rurales, partisan de l'exploitation du gaz de schiste britannique et de la culture des OGM) et James Dyson (industriel, père de l’aspirateur à séparation cyclonique).

Le "modèle de Singapour" a également été montré en exemple par le secrétaire aux affaires étrangères, Jeremy Hunt (ancien ministre de la santé à l’origine d’une grève des hôpitaux en 2016 pour avoir voulu supprimer la majoration des heures supplémentaires pour les internes). Lors de sa récente visite dans cette ancienne colonie britannique (jusqu’en 1959) il a déclaré lors d'une conférence de presse : "La Grande-Bretagne peut être encouragée par le fait que la séparation de Singapour de la péninsule ne l'a pas rendue plus insulaire mais plus ouverte".

Sir Martin Sorrell (créateur « à partir de rien » du plus gros empire mondial de publicité mis à l’écart pour avoir fait un « mauvais usage d’actifs de l’entreprise » et avoir eu « une conduite personnelle inappropriée ») a déclaré cette semaine à la chaine Sky News (Davos) que la conquête de l'indépendance par Singapour "n'était pas sans rappeler certaines des choses que l’on entend à propos du Brexit : [le premier ministre fondateur de Singapour] a amené Singapour à un niveau jamais imaginé et obtenu les plus grands succès, sur une échelle certes beaucoup plus petite, mais les leçons sont là".

Flattés par ces louanges, les autorités de Singapour semblent toutefois déconcertées par les comparaisons entre deux pays dont la démographie, l’histoire et la géographie sont totalement différentes. Le taux d'imposition maximal des salariés au Royaume-Uni est de 45%, contre 22% à Singapour. Réduire les impôts entraînerait de nombreuses répercussions sur les choix budgétaires de l’état britannique, a expliqué le Premier ministre singapourien lors d'un entretien avec le rédacteur en chef de Bloomberg au Forum sur la nouvelle économie en novembre : "La Grande-Bretagne a mis au point un système de protection sociale de l'état dans lequel le gouvernement représente entre 40 et 45% du PIB. Le gouvernement de Singapour représente 16% du PIB, peut-être 17%. Donc, pour dire que vous allez ressembler à Singapour, allez-vous abandonner les deux tiers de vos dépenses, de vos retraites et de votre santé nationales ?"

Mais les raisons du « succès » de Singapour vont bien au-delà de son faible taux d’imposition.

Singapour est situé sur l’une des routes maritimes les plus fréquentées au monde. C’est d’ailleurs cette caractéristique qui avait attiré les colonisateurs britanniques au 19ème siècle. Deux siècles plus tard, la cité-état est devenue un important centre maritime et financier mondial, un maillon de la chaîne d'approvisionnement asiatique pour l’occident.

Le pays est l'un des membres fondateurs de l'ASEAN, une union commercial de 10 États membres, et aucun gouvernement singapourien n'envisagerait de quitter l'ASEAN parce que cela serait suicidaire.

La population de Singapour compte environ 3,5 millions de citoyens et 1,6 million de ressortissants étrangers (soit près de 36% des 5,6 millions d'habitants), une réalité que le gouvernement britannique aura du mal à faire accepter aux 52% d’électeurs qui ont voté en faveur de la sortie de l’UE, en particulier pour les questions liées à l’immigration.

Singapour n'est pas non plus un parangon d’« économie ouverte ». Son gouvernement a adopté une approche interventionniste de l’économie, et l’état a investi massivement dans ses industries naissantes. Une grande partie des terres de Singapour est nationalisée et plus de 80% de la population vit dans des logements publics bien construits, subventionnés par l’État, dotés de quotas ethniques, qui sont rigoureusement appliqués, ce qui sera difficile à avaler dans les friches industrielles de Leeds, Glasgow et Manchester.

Le système autoritaire de Singapour a permis au parti dominant pour ne pas dire « unique » de rester au pouvoir depuis l'indépendance et de mener à bien des politiques à long terme.

Cette semaine, l'entreprise éponyme de Dyson, évoqué plus haut, a annoncé le déménagement de son siège à Singapour. Malgré tous les discours sur le fait que la Grande-Bretagne doit devenir le Singapour de l'Ouest, les principaux partisans de ce rêve choisissent plutôt l’original. Gentil n’a qu’un œil.(1)

 

 

  1. Ma belle mère utilisait cette expression pour dire que les gens qui voulaient paraître bien intentionnés et de bonne moralité (gentil = gentilhomme) étaient souvent des hypocrites qui se voilaient la face par pruderie tout en gardant un œil ouvert pour ne rien perdre du spectacle...

Moyenne des avis sur cet article :  4.08/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

37 réactions à cet article    


  • Trelawney Trelawney 25 mars 10:29

    L’Angleterre est une démocratie et pour l’instant c’est toujours le peuple anglais qui décide de comment il va s’organiser.

    Il ne faut pas se voiler la face, les partisans du breixit ont un seul but avoir plus d’autoritarisme dans la façon de gouverner le pays. C’est à dire que la City décide et le pays suit sans rechigner. Cette chose, ils ne pouvaient pas la faire lorsqu’ils étaient dans l’UE (même avec leur statu), car Bruxelles décide quand même un peu de la marche à suivre pour l’union.

    Avec l’arrivée proche de ce divorce, les anglais commencent à prendre conscience de ce qu’il va leur arriver : moins de justice sociale, moins de liberté et un clivage riche pauvre qui va s’accentuer. Car dans une économie affaiblit par la fin des échanges avec l’UE ce seront les multinationales de la city qui vont donner le tempo.


    • P-Troll P-Troll 25 mars 10:41

      @Trelawney

      « L’Angleterre est une démocratie » 

      oui, c’est même ce pays qui a inventé la chose et non pas la Grèce antique à laquelle on a emprunté un mot qui sonne bien mais dont le sens était différent il y a 2 300 ans

      mais ce n’est pas une république, et la chambre des lords n’est pas élue 

      il s’agit en fait d’une monarchie parlementaire dans laquelle l’aristocratie a eu l’intelligence de donner de l’oxygène aux braves gens en leur laissant la possibilité de dire tout ce qu’ils veulent à Hyde Park, au « speaker’s corner », près de Marble Arch,

      pour ce qui est du pouvoir de la finance, elle a effectivement trouvé un allié avec l’UKIP pour initialiser un mouvement isolationniste en le présentant comme une forme de protectionnisme favorable à la population alors que cette politique ne sert que les intérêts de la « gentry », beaucoup plus habile que la bourgeoisie française héritière de la noblesse d’empire


    • velosolex velosolex 25 mars 11:02

      @P-Troll
      Penser que l’Angleterre puisse s’en tirer, en tant qu’exception, comme Singapour, et comme l’auteur le développe, ridicule, est tout à fait autistique.
      On ne peut à la fois soutenir un monde d’échanges, et les contrôler à sa convenance. 
      Il est vrai que cette pensée de marché, totalement déconnectée, de la vraie vie, fait des ravages. Cette erreur historique s’inscrit dans un monde en plein délabrement, où la fin du capitalisme est pour beaucoup actée ; Non pour des raisons idéologiques, d’ailleurs, mais tout simplement pour la bonne raison que cet archaïsme du laissé faire est une condamnation à mort du monde vivant. 
      L’écologie n’est pas compatible avec le capitalisme. OK, disent certains, alors virons n’écologie. Ce n’est pas même de l’humour, mais la pensée libérale en essence, qui consiste à se débarrasser de ses lunettes, pour foncer plus vite, sans avoir besoin de regarder les panneaux de signalisation. 
      Le Brexit est une mauvaise réponse, à un vrai problème : Les ravages de la mondialisation, dont le pays est à l’origine. C’est exactement comme ce capitaine de pétrolier qui a abandonné le navire en flamme dans une chaloupe. Quelque chose de très commun maintenant. La croisière s’amuse de moins en moins. 


    • Arthur S Arthur S 25 mars 11:12

      @velosolex

      « C’est exactement comme ce capitaine de pétrolier qui a abandonné le navire en flamme dans une chaloupe.  »

      Bien vu !
      Il ne reste plus qu’à faire comme le Capitaine Haddock dans le Crabe aux Pinces d’Or, faire du feu avec les rames de la chaloupe pour se réchauffer !


    • Alren Alren 25 mars 15:33

      @Trelawney

      « Avec l’arrivée proche de ce divorce, les anglais commencent à prendre conscience de ce qu’il va leur arriver : moins de justice sociale, moins de liberté et un clivage riche pauvre qui va s’accentuer. Car dans une économie affaiblit par la fin des échanges avec l’UE ce seront les multinationales de la City qui vont donner le tempo. »


      Ce recul social, cette accentuation des inégalités en faveur des parasites sociaux est en effet dans la perspective de ceux-ci avec le Brexit.

      Mais cela suppose une passivité des 99% qui n’est pas acquise.

      Le temps où Thatcher pouvait infliger une volée de coups au peuple britannique tout en étant réélue par lui, est certainement révolu.

      L’exemple des Gilets jaunes français pourrait être repris là-bas avec l’opiniâtreté bien connue de nos amis d’Outre-Manche au moins égale à la nôtre.


    • P-Troll P-Troll 25 mars 15:43

      @Alren

      attendez le résultat des européennes, vous allez pas être déçu


    • Paul Leleu 25 mars 18:19

      @Arthur S

      @ l’auteur : personnellement, j’ai déjà voyagé à Singapour à 2 reprises pour affaires professionnelles...

      de votre côté, vous êtes-vous déjà rendu dans ce « paradis » que vous nous donnez en exemple ? (la politique, c’est comme les brochures touristiques, il faut aller se rendre compte par soi-même).

      Ceci-dit, si les anglais veulent le modèle singapourien, ça les regarde... après tout, les différences de classe et de richesse sont appréciées dans les pays protestants et anglo-saxons... les pauvres aiment certainement être dominés, et les riches ont l’impression d’être des élus de Dieu.

      et puis, après avoir entièrement détruit la civilisation humaine avec leur sous-culture, peut-être que les anglo-saxons essayent de sauver ce qui peut l’être. En tous cas, on se souviendra de ces gens comme un désastre absolu pour l’humanité et la civilisation... Ciao l’Angleterre !


    • Trelawney Trelawney 25 mars 19:12

      @Paul Leleu
      Je n’ai absolument rien compris à ce que vous voulez dire. Alors Singapour c’est bien ou c’est pas bien ?

      Mon fils y habite depuis maintenant 2 ans. Il est vrai que l’immigration ne se fait pas facilement là bas. Il faut tout d’abord avoir les moyens de se payer un logement parce que même en HDB (sorte de HLM qui couvre 80% du parc immobilier) ça reste cher par rapport à chez nous. Disons les prix de Paris mais pour des logements deux fois plus grand. Comme le gouvernent bloque la spéculation immobilière les prix baissent d’année en année. Et puis la loterie pour savoir dans quel quartier vous allez habité est plutôt bien vu. Il n’y a pas de ghetto de riche, sauf peut être pour les trés rare maisons
      Pour ce qui est des soins, c’est la qualité top 5 étoiles par rapport à la France. Et surtout c’est entièrement gratuit.

      Maintenant votre histoire de domination des riches par les pauvres me fait plutôt sourire, car ça fait belle lurette que plus personne n’exploite plus personne. Et le riche se fiche pas mal du pauvre, il l’ignore totalement !


    • velosolex velosolex 25 mars 10:48

      Royaume de plus en plus désuni. Il y aurait une morale à sortir de cette histoire. Mentir honteusement, manipuler, ne voir que l’aspect économique d’un coup, a ses limites, et amène des conséquences en chaine quasi physiques. Je n’ai jamais cru au Brexit, dés le lendemain de l’affaire. Comment ont ils pu être assez fou ? 

      Cette affaire c’est faite sur un mensonge, une manipulation, qui devrait rendre cette affaire caduque ; Les probrexiteurs ont persuadé les anglais que l’argent versé à Bruxelles, très majoré, d’ailleurs, allait être reversé au social…

      La vraie question implicité posée, était donc : « Voulez vous davantage de social, moins de bureaucratie ». Cela dans un contexte où déjà ces politiciens avaient transféré sur Bruxelles, la responsabilité du dumping économique lié aux bas salaires polonais, qui ont laminé le droit des anglais. Résultat : Une pétition faisant un carton, plus d’un million de manifestants à Londres, des jeunes désespérés. Et aussi, c’est nouveau, le retour d’une image de l’Angleterre ringarde, hypocrite, fausse, avec ses vieux lords, ses colonels et ses vieilles rombières, méfiants du continent. Ca sent le moisi. Retour au jour d’avant, d’avant les Beatles. « Help ! »


      • Arthur S Arthur S 25 mars 10:59

        @velosolex

         « Comment ont ils pu être assez fou ? »

        Les meneurs de bal  sont calculateurs, menteurs, hypocrites, tout... sauf fous  !

        Ils avaient simplement élaboré leur stratégie avant l’élection de Trump et comptaient sur Wall-Street pour constituer l’axe transatlantique du monde capitaliste dont l’Union Européenne ne serait plus un partenaire, mais seulemnt un des clients !

        Et patatras ! Quand Theresa May est allée faire la cour à Trump pour lui vendre sa salade, elle a pris une douche froide. Et depuis, le plan n’a fait que se déliter.

        Non seulement tout le monde n’est pas Churchill pour concevoir des modèles du genre des « trois cercles », mais même Churchill a bénéficié de circonstances favorables dans ses alliances. Les ténors actuels de la politique britannique dont madame May n’est que l’agneau sacrifié n’ont ni l’envergure ni la distribution de carte qui correspond à la partie qu’ils ont voulu jouer.


      • velosolex velosolex 25 mars 11:13

        @Arthur S
        Ils pensaient aussi qu’en tirant le syphon de l’évier, l’Europe entière allait se vider au fond de la manche, peut être.
        Mais quelque chose s’est bloqué dans le tuyau. 
        Reste qu’on ne sait toujours pas comment va se passer le jour d’après. Je ne vois pas de frontière dure entre les deux Irlande.
        Celle du nord, sujet Britannique, va donc avoir une porte ouverte sur l’Eire, donc l’Europe, sans contrôle ni taxes, et permettre de faire passer tout ce que veut, dans les deux sens, de façon opportuniste. Le grand problème ne va t’il donc pas transféré des britanniques matois, aux européens, impuissants. ?
        Faudra t’il hausse le ton contre les irlandais, un pays bien opportuniste lui aussi, grand pratiquant du dumping de sièges d’entreprises. 


      • Arthur S Arthur S 25 mars 11:37

        @velosolex

        Il ne faut pas non plus dramatiser ! Comme toujours avec les Britanniques, wait and see.

        Tant qu’aucun accord commercial alternatif respectant la libre circulation entre les deux Irlande n’aura été trouvé, l’Ulster et tout le reste du Royaume-Uni resteront dans une union douanière avec l’UE. Les Britanniques continueront d’appliquer de nombreuses règles européennes (sanitaires, fiscales, environnementales...), si bien que la mise en œuvre de contrôles à la frontière avec la République d’Irlande ne serait pas nécessaire, même si cette situation apparaît inacceptable aux yeux de la majorité des parlementaires britanniques. Les pro-Européens dénoncent une situation qui pourrait devenir pire que la précédente (car le Royaume-Uni restera dans l’union douanière avec l’UE en perdant tout pouvoir de décision à Bruxelles dont il devracontinuer à appliquer les règles) et les défenseurs d’un Brexit dur désespèrent de voir leur pays reprendre un jour la main sur sa politique commerciale.


      • Alren Alren 25 mars 15:51

        @Arthur S

        « Quand Theresa May est allée faire la cour à Trump pour lui vendre sa salade, elle a pris une douche froide. Et depuis, le plan n’a fait que se déliter. »

        Avec Trump, ce n’est plus seulement « America first » c’est aussi « America only ».
        Aux yeux de Trump (comme aux yeux déjà de Truman en son temps n’en déplaise à Churchill) la GB ne pèse pas lourd en terme de puissance économico-commerciale surtout en face de la Chine.

        Thatcher et Major ont minutieusement désindustrialisé la GB parce que la City estimait qu’un pays sans industrie lui laisserait un poids financier plus grand dans le monde.
        C’était bien entendu un calcul à courte vue, le même que Macron applique à la France avec vingt ans de retard selon les vœux des parasites sociaux, aussi dogmatiques et stupides que l’étaient les financiers anglais.

        Car quelles exportations sur le marché mondial les Britanniques auront-ils à proposer pour sauver leur économie après la crise financière à venir dont les premiers indices sont déjà décelables avec les oscillations boursières ?

        Spécifiquement, ils n’ont que les réacteurs Rolls-Royce qui paraissent aujourd’hui moins fiables et avantageux que les General Electric US (dont la qualité est due en bonne partie au partenariat avec le français Safran) 


      • Arthur S Arthur S 25 mars 15:57

        @Alren

        entièrement d’accord, ça s’appelle vendre les bijoux de famille


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 25 mars 16:15

        @velosolex

        Les Anglais jouent très mal.... mais ils gagnent toujours. Ils ont compris depuis toujours que l’essence même d’un jeu est d’en faire accepter par tous des règles auxquelles on sera le seul à ne pas obéir. Ça va de la Guerre de Cents ans à garder la livre Stirling dans l’U.E.... Le Brexit sera sans doute une autre merveille de duplicité que nous ne comprendrons qu’après coup....

        pjca


      • Xenozoid Xenozoid 25 mars 16:22

        @Pierre JC Allard

        ils ont du lire sun tzu,et mélange maquiavel,,,sans humour, c’est la notion même du pouvoir de semer la confusion


      • P-Troll P-Troll 25 mars 16:30

        @Pierre JC Allard

        Qui perd gagne (ou bouffe-tout) est une variante du jeu d’échecs dans laquelle le but du jeu est de faire capturer toutes ses pièces par l’adversaire.

        Les règles du jeu d’échecs sont appliquées avec les exceptions suivantes :

        • la capture est obligatoire quand elle est possible,
        • si plusieurs captures sont possibles, le joueur dispose du choix de la capture,

        Le roi ne dispose pas de prérogative particulière, et par conséquent :

        • il peut être capturé,
        • il n’y a pas d’échec au roi ni d’échec et mat,
        • il n’y a pas de roque,
        • les pions peuvent être promus en roi,

        En cas de pat, les règles varient :

        • soit c’est une victoire pour le joueur qui est pat (règles internationales),
        • soit la partie est nulle,
        • soit le camp qui dispose du moins de pièces remporte la victoire. Si le nombre de pièces est égal, la partie est nulle. La nature des pièces ne joue pas de rôle (règle adoptée par le site FICS).

        Un joueur remporte la victoire quand toutes ses pièces sont capturées, ou qu’il est pat dans les cas décrits plus haut. La partie est nulle par répétition, application de la règle des 50 coups, accord mutuel ou s’il est impossible que les pièces restant sur l’échiquier se capturent (par exemple en présence de fous de couleur opposée).

        Bon, ben si c’est à ça qu’ils jouent, les rosbeefs, il fallait le dire, ça aurait éviter à Barnier de se donner autant de mal.


      • Xenozoid Xenozoid 25 mars 16:42

        @P-Troll

        et ceux qui change les rêgles en plein jeu, est ce legale ?


      • P-Troll P-Troll 25 mars 16:54

        @Xenozoid

        si c’est ton chef, oui
        si c’est ton subordonné, non


      • Xenozoid Xenozoid 25 mars 17:13

        @P-Troll

        tout est relatif,indeed


      • velosolex velosolex 25 mars 17:39

        @Pierre JC Allard
        Ceux qui ont eu beaucoup de chance, ont tendance à croire que cela va continuer toujours, comme le soleil sur l’empire. L’invisible armada n’est pas détruit à chaque fois par une tempête. Bien malin qui peut savoir qu’elle va être le coup d’après, et le coup de vent d’après. Personnellement j’ai rien contre les anglais, bien au contraire. Dans le centre bretagne, beaucoup se sont implantés. J’ai accompagné un couple d’amis à la préfecture de Quimper afin d’obtenir un permis de séjour, pour faire office d’interprète. Plus d’un est désabusé. Pourtant beaucoup ne veulent pas retourner en Angleterre. L’internaute qui a lancé la pétition en ligne, et a réuni 5 millions de soutien, a été menacé de mort plusieurs fois par des brexiters, ce qui en dit long sur l’ambiance là bas, et les forces en présence, occultes ou non. .. Ils voulaient cliver l’Europe, ils ont clivé la grande bretagne…« Selling england by the pound :  »Can you tell me where my country lies ? ....
        They eat without a sound 
        Digesting England by the pound."
        Un disque de Genesis, datant de 75


      • Paul Leleu 25 mars 18:24

        @Pierre JC Allard

        les anglais (et les américains) sont responsables des 2 guerres mondiales, et de la plupart des conflits en Europe et dans le Monde depuis des siècles... ce sont des ennemis de l’humanité... ils haïssent la civilisation, et veulent tout transformer en échanges monétaires et numéraires... je ne comprendrai définitivement pas de peuple, ni cette « culture » (j’ai du mal à utiliser le mot)...

        leur technique consiste à comploter diplomatiquement, pour faire se jeter les uns sur les autres les nations du Continent, et du Monde... et ensuite de récupérer la farine avec leur banques d’escalvagistes et de génocidaires de peuples premiers...

        la 1ère Guerre Mondiale a été gagnée par la France, mais le pognon a été gagné par les anglo-américains... la 2ème Guerre Mondiale a été gagnée par l’URSS, mais le pognon a été gagné par les anglo-américains... des torrents de sang noient les coffres de leurs banques... j’espère qu’un jour nous aurons le courage de tirer le bilan historique de cette « civilisation » anglo-américaine.


      • samy Levrai samy Levrai 25 mars 11:31

        Les euro fascistes , les mêmes qui se sont assis sur le vote des français de 2005 sont à la manœuvre et ils sont comme toujours à gerber avec leur arguments de dictateurs décérébrés par les merdias.


        • P-Troll P-Troll 25 mars 11:58

          @samy Levrai

          Vous êtes d’accord avec Nigel Farage, alors. Pour lui, le Brexitsera « grande révolution politique » au même titre que l’élection de Trump, estimant que le Royaume-Uni avait « un ami à la Maison-Blanche ». D’ailleurs, il a été le premier élu étranger avec qui Donald Trump s’est entretenu après son élection pour lui demander de militer contre les projets éoliens en Écosse, dont un était prévu près de l’un de ses golfs. Mais Trump ne lui a pas confié le poste qu’il espérait « pour améliorer les relations entre le Royaume-Uni et l’Amérique », même si Trump a déclaré que Nigel Farage ferait « un excellent travail » s’il était nommé ambassadeur britannique aux États-Unis, ce à quoi le gouvernement britannique a répondu avoir « déjà un excellent ambassadeur ».

          Seriez-vous, vous aussi, comme Farage un contributeur de Breitbart News ?


        • samy Levrai samy Levrai 25 mars 12:10

          @P-Troll
          Toi tu n’es qu’un petit troll euro fasciste qui ne respecte pas le vote des citoyens mais veut enforcer la vision anti democratique , purement dictatoriale, du lavage de cerveau que tu subis depuis 40 ans...
          Ton ignorance de l’organisation politique du Royaume Unis ne te permet pas de comprendre May et Farage.


        • Trelawney Trelawney 25 mars 13:25

          @samy Levrai
          Ton ignorance de l’organisation politique du Royaume Unis ne te permet pas de comprendre May et Farage.
          Il y a fort à parier que le million de manifestants ce samedi à Londres ne l’ont pas compris non plus.
          Cameron, comme Jonhson Farage et maintenant May se servent du breixit pour prendre le pouvoir et tous ces 4 n’ont rien à faire de la sortie ou pas de l’UE. Cameron est aux oubliettes de l’histoire, Farage se planque à Monaco. May va bientôt rejoindre Cameron et Johnson va les rejoindre sans même passer par le 10.

          Vous pensez peut être que bien plaqué dans votre petite France hexagonale vous ne risquez rien, tout comme le populiste anglais croit qu’isolée, la Grande Bretagne restera la Grande Bretagne. Mais malheureusement un pays n’est rien du tout sans les autres.
          Donc dans ce conditions les financiers anglais seront suffisament puissant pour diriger le pays et dire à ceux qui ont voté pour le breixit comme aux autres : fermez vos gueules et bossez. Quant à vos droits, on verra cela plus tard


        • P-Troll P-Troll 25 mars 13:46

          @Trelawney

          Si Theresa May était catholique, elle serait béatifiée de son vivant et canonisée dès son départ pour le paradis qu’elle aurait bien mérité en se sacrifiant comme martyre.


        • Ruut Ruut 25 mars 15:00

          @Trelawney
          Vue l’effet des GJ sur le gouvernement Français, visiblement les manifestations pacifistes n’ont AUCUN impacte sur nos irresponsables politiques.


        • P-Troll P-Troll 25 mars 15:34

          @Ruut

          si, si, ça les énerve et ils deviennent de plus en plus hargneux !!!
          d’abord la police, pis les CRS, puis les blindés, puis l’armée, le grand débat / grand messe, ils évoluent ! pas de le sens espéré, mais c’est comme quand on mange : ça peut permettre de rester en bonne santé et de se requinquer, mais ça peut rendre malade...


        • Paul Leleu 25 mars 18:27

          @samy Levrai

          vous feriez mieux de vous poser des questions sur les anglo-américains... la « perfide albion » est responsable de tous les grands massacres de l’Histoire sur le Continent depuis des siècles... ils ont fomenté les 2 guerres mondiales, pour faire s’affronter les puissances continentales, et asseoir leur empire sans tirer un coup de fusil, mais en encaissant les dividendes du sang....

          puis, ils sont passé à la vitesse supérieure, avec leur industrie du divertissement, en s’attaquant à la racine même de la dingité humaine et des sociétés...

          le bilan est ahurissant.


        • samy Levrai samy Levrai 25 mars 19:39

          @Trelawney
          Je suis sûr que contrairement à toi et le troll, le « million » sait que le premier ministre est le chef du parti majoritaire et que donc May qui est contre le BREXIT est le premier ministre, ils savent aussi que Farage ne peut en aucun cas avoir le pouvoir puisqu’il n’a pas assez de deputés...
          Par contre comme toi ce fameux million ignore qu’il a perdu l’élection ( god dammed losers !) et que ses demandes sont juste anti democratiques et injustifiables sauf pour des fascistes.


        • samy Levrai samy Levrai 25 mars 20:02

          @Paul Leleu
          Quand je pense que nous nous sommes battus contre les allemands suite a leurs agressions les deux fois...
          Les américains n’ont pas combattu ou presque les deux fois... arrivant quand la guerre était terminée et gagnée par d’autres. Ils ont financé la montée du nazisme mais plus pour contrer les soviétiques que par affection.
          Les anglais étaient un peu plus présents mais pas tant que cela.
          La premiere guerre a été gagnée par les français et seulement les français, la seconde est une victoire soviétique et seulement une victoire soviétique.


        • Trelawney Trelawney 26 mars 07:44

          un@samy Levrai
          De toute façon c’est plié on se dirige vers un breixit sans accord. résultat dans un premier temps.
          Les pécheurs français perdent 2/3 de leurs zones de pèche et vont devoir se battre avec les espagnols
          Les transporteurs français qui faisaient la navette seront au chômage technique
          Et les société anglaise qui fabriquées pour le marché européen (Honda, Austin, Glaxo) vont déménager pour conserver leur marché.

          Après on va encore me parler de politique qui déciderait. Ca c’est une idée de fonctionnaire. C’est le marché et seulement le marché qui décide. Le politique ne fait que suivre le mouvement et lorsqu’une connerie est faite il assume les conséquence.
          le breixit sans accord c’est 1 million de chomeurs en plus en France, car à la fin des comptes c’est toujours le même qui paie


        • Trelawney Trelawney 26 mars 07:48

          @samy Levrai
          Ils ont financé la montée du nazisme mais plus pour contrer les soviétiques que par affection.
          Ne refaite pas l’histoire, à l’époque où ils finançaient le nazisme, l’URSS envahissait la Pologne et la Finlande avec l’aide des nazis. La pacte germano-soviétique ça vous dit quelque chose ?


        • samy Levrai samy Levrai 26 mars 17:50

          @Trelawney
          C’est beau les fantasmes europeistes mais la realité fait que personne n’est parti en masse du RU , que le chomage est au plus bas et que les salaires augmentent...
          La France a le deuxieme domaine maritime mondiale et n’a pas besoin des zones de peche des autres... quand je vais sur les autoroutes je ne vois que des plaques polonaises, lettones, bulgares, lituaniennes, roumaines,... assez peu de camion français...tu crois que c’est le BREXIT ?
          Bref il y a ce que disent les merdias europeistes et la realité et les deux ne semblent pas correspondre.


        • samy Levrai samy Levrai 26 mars 18:09

          @Trelawney
          taratata... avant la pacte germano sovietique, il y a eu Munich... et le financement américain est nettement anterieur... tu as encore des leçons d’Histoire à me donner ?


        • L'enfoiré L’enfoiré 26 mars 17:26

          Le Brexit.... un mot magique... qu’on ne comprend pas toujours...

          Alors il y a deux méthodes

          Une amusante et une qui l’est moins

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès