• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le cadeau empoisonné

Le cadeau empoisonné

La proposition de Nicolas Sarkozy sur le « parrainage » d’enfants juifs déportés par des élèves de CM2 a déclenché un nombre important de réactions très vives, dont celle de Simone Veil n’est pas la moindre.

Cela montre à quel point ce sujet est complexe et émotionnel. En effet, il se situe à l’intersection de deux thèmes particulièrement sensibles : la Shoah et l’éducation des enfants.

Je vais essayer, dans la mesure du possible, d’apporter ici un point de vue que j’espère un peu distancié.

A mon sens, Nicolas Sarkozy apporte une bien mauvaise réponse - à plusieurs niveaux - à une question importante. La question est celle de la transmission et la compréhension de faits historiques complexes et décisifs. La Shoah est l’archétype d’un événement majeur et bouleversant - au sens étymologique, à la fois de par son unicité, sa radicalité et sa proximité - tout particulièrement pour nous Européens. Ainsi au moment où les derniers survivants des camps, les témoins, disparaissent, il va en effet falloir repenser les mécanismes de passage et de préservation de la mémoire au sujet de la Shoah. Les approches sont multiples, et souvent déjà présentes à partir du collège : compréhension des faits historiques, lectures, visites des camps, films et documentaires, archives photographiques... et doivent être séquencées. On n’a évidemment pas la même maturité à 10 ans ou 15 ans pour aborder ces questions et les supports ne peuvent pas être les mêmes. Si l’appel à l’émotion - et quel ressort plus puissant que l’identification pour faire passer l’émotion ? - est légitime il doit être préparé par une approche méticuleuse et rationnelle, qui fait d’abord appel au cerveau plutôt qu’au cœur. Il semble assez évident, et pas besoin de faire de longues études de psychologie pour s’en douter, qu’un enfant de 10 ans auquel on ferait porter le poids d’une mémoire viscéralement proche - celle d’un autre enfant, de son propre pays - au mieux ne comprendrait pas cette approche par manque de repères et d’outils conceptuels, au pire la vivrait comme un fardeau voire la dénaturerait dans un mécanisme de défense. En ce sens, la proposition de Nicolas Sarkozy ne semble pas pertinente car isolée et non contextualisée, arrivant à un âge trop précoce, uniquement centrée sur le pathos à l’instar de la lecture de la lettre de Guy Môquet. La mémoire de la Shoah, oui, bien sûr, c’est fondamental, indispensable, mais pas comme ça.

La seconde raison pour laquelle la proposition de président n’est pas bonne est liée au caractère émancipateur de la mémoire qui semble ici occulté. La mémoire n’est pas seulement le réceptacle du passé, elle doit être aussi être porteuse d’avenir. Elle est un mécanisme de rebond. En l’espèce, elle doit nous dire ce qu’il faut refuser avec toutes nos forces aujourd’hui, les crimes qui se perpètrent sous nos yeux aux quatre coins du monde parce que l’autre est autre, différent. La Shoah doit permettre d’aborder l’histoire de notre monde pour que nos enfants, conscients des catastrophes du passé, qui se sont déroulées sous les yeux de nos grands-parents, de leurs aïeux, puissent faire en sorte que les tragédies du futur ne se produisent pas. L’histoire de la Shoah doit être insérée dans un processus au travers duquel nos enfants deviennent des citoyens libres et vigilants. Or, ici, il n’en est pas question, seul domine l’affect.

Enfin la dernière raison pour laquelle cette initiative est très maladroite est son timing et sa gestation. Tout d’abord, en intervenant à quelques semaines d’élections, elle ravive les suspicions, les soupçons de bas calculs électoraux. Il n’y avait aucune actualité particulière sur le sujet, aucune demande des communautés concernées. Ensuite, cette annonce a été faite sans aucune concertation que ce soit avec les victimes de la Shoah, la communauté éducative (enseignants, parents) ou encore des spécialistes de ces questions (historiens, psychologues...). Nicolas Sarkozy a fait cette annonce, seul, sans aucune préparation et sans aucune idée des conséquences. Cela s’appelle être irresponsable lorsqu’on aborde des sujets aussi sensibles.

Par ailleurs et de façon extrêmement dangereuse, Nicolas Sarkozy ouvre la boîte de Pandore des compétitions mémorielles car sa proposition n’est pas articulée dans une démarche globale de réflexion sur notre histoire propre et sur ce qui fait lien entre les Français. Il suffit de lire les vagues de commentaires antisémites depuis cette initiative sur certains sites - dont malheureusement Agoravox - pour voir à quel point cette compétition des victimes est nauséabonde ou comment toute initiative mal préparée sur la mémoire la Shoah déchaîne les amalgames, les propos indignes ou incohérents (jusqu’à un Denis Baupin qui compare la Shoah et la guerre d’Algérie dans une grande confusion). Ainsi cette polémique sur la mémoire de la Shoah devient un instrument pour ceux qui veulent raviver les tensions communautaires et les passions guerrières en mélangeant allégrement questions politiques et identitaires, guerres coloniales et domination économique... Nicolas Sarkozy aura donc réussi l’exploit paradoxal d’attiser la polémique, les rancœurs et parfois la haine. Son « cadeau de la mémoire » pour reprendre son expression est un terrible cadeau empoisonné.
Pour toutes ces raisons, Nicolas Sarkozy aurait mieux fait de ne pas faire cette proposition ; on peut espérer, malgré les dernières déclarations du président sur le mode « je persiste et je signe », légèrement tempérées par Emmanuelle Mignon dans Le JDD devant les réactions critiques, que la réflexion prévaudra quant à son éventuelle (non) application.

Pour terminer une petite remarque : il y a vraiment deux sujets que Nicolas Sarkozy devrait définitivement laisser aux spécialistes ce sont l’histoire et la religion.


Moyenne des avis sur cet article :  4.72/5   (100 votes)




Réagissez à l'article

115 réactions à cet article    


  • Fergus fergus 18 février 2008 10:04

    Tout à fait d’accord avec cet article. A cet égard, voilà ce que j’écrivais hier sur un autre blog :

    Devant la levée de boucliers justifiée qu’a provoquée, notamment chez les juifs, les pédopsychiatres ou les historiens, la proposition de Sarkozy sur la mémoire de la Shoah, sa directrice de cabinet Emmanuelle Mignon monte aujour’hui au créneau dans le JDD pour en modifier sensiblement le contenu et désamorcer la polémique. Il ne serait plus question de faire porter le poids d’un enfant juif exterminé à chaque gamin de 10 ans, mais à l’ensemble d’une classe. En l’occurrence, le bon sens a parlé, et il était temps avant que la polémique ne prenne des proportions plus grandes encore. Mais en annonçant cela, Emmanuelle Mignon a parlé pour ne rien dire de plus que ce qui se fait déjà, sous des formes variées, dans de très nombreuses écoles où la pédagogie des enseignants s’appuie précisément sur l’identification à un disparu ou à une famille de déportés. Une nouvelle fois Sarkozy s’est exprimé sans avoir pris la pleine mesure de ses propos et se voit contraint d’effectuer l’un de ces rétro-pédalages dont il devient coutumier. Un simple rappel devant le CRIJF de la nécessité d’entretenir dans l’enseignement des jeunes Français la mémoire des victimes de la barbarie eût été suffisant. 

     D’autre part, je ne peux m’empêcher de penser que cet enseignement de la barbarie (qu’elle soit génocidaire ou non) ne doit pas s’appuyer sur le seul peuple juif. Prenons les cas de Nantes ou de Bordeaux : ces villes portent encore le poids des trafics négriers qui ont contribué à leur développement et à leur richesse. Pourquoi ne pas admettre qu’en ces lieux, l’enseignement des horreurs de la barbarie s’appuie sur les traitements ignobles infligés aux Africains par des marchands esclavagistes sans scrupules ? 

    Enfin, je crains vraiment des débordements dans certaines écoles à forte majorité maghrébine où l’instrumentalisation par des intégristes communautaires est hélas présente ; il suffit à cet égard de voir, ici et là, les violentes contestations de l’enseignement des sciences ou du fait religieux pour nourrir les craintes les plus vives. C’est pourquoi je dis oui à l’enseignement de la barbarie (et en premier lieu de la Shoah), mais en laissant à chaque enseignant la liberté de sa méthode et le choix des évènements les plus à même d’atteindre la conscience de leurs élèves.

    • Icks PEY Icks PEY 18 février 2008 14:48

      @ Fergus

      Si on pouvait éviter de comparer constamment la Shoah et les négriers, ce serait déjà un grand pas vers la vérité historique !

      La Shoah reste unique de part sa philosophie, sa méthodologie, sa systématicité, son contexte historique et sociologique. Qu’au XXème siècle, qu’un état dit moderne et civilisé ait pu mettre en place une telle entreprise reste un élément hors norme de la barbarie humaine.

      Les négriers, eux, s’inscrivent dans un autre contexte, dans d’autres périodes, avec d’autres modalités ... ce qui rend ces deux tragédies différentes et donc incomparables.

      Cela étant dit, je suis d’accord avec cet excellent article.

      Icks PEY


    • Gazi BORAT 18 février 2008 10:11

      @ l’auteur

      Entièrement d’accord avec vous sur la nécessité de laisser les questions historiques aux historiens.

      On se trouve ici non plus dans le champs, qui tend vers le rationnel, de la recherche historique, de l’explication des faits et de leur transmission éventuelle mais dans le champs, totalement passionnel celui-là, de la mémoire..

      Nicolas Sarkozy, depuis son entrée sous les projecteurs, a toujours excellé dans l’exploitation du passionnel, quitte à enclencher des mécanismes (je pense à certaines émeutes qui avaient suivi ses écarts de langage..) de division qu’il sera dans l’incapacité totale de contrôler..

      Comme en 2005, Nicolas Sarkozy aurait une fois de plus gagné à se taire..

      gAZi bORAt

       


      • dafi 18 février 2008 10:12

        Je ne comprend pas la volonté de MR sarkozy de ressasser le passé même aussi dramatique qu il est été , lui le premier dit qu’il faut regarder devant .Je suis d accord pour ne pas oublier mais de là a vivre tous les jours avec ça sur la conscience et de le faire supporter a nos enfants , il ne faut pas exagérer ! MR LE PRESIDENT . Je crois qu’il y a plus urgent a régler en France et vous le savez qu il ne faux pas traîner car vous vous préparé de mauvais jour si rien n est fais pour les français , la fin d année risque d être très dur pour vous , aux risque de devenir le président de France le plus impopulaire ( 68 pourrait être de la rigolade comparé a ce qui gronde en ce moment ) . bonne chance et laissé a nos enfants leur innocence, il sauront bien assez tôt que l HOMME est un destructeur de vie , de nature , de moralité !

         


        • Emile Red Emile Red 18 février 2008 10:12

          Merci pour cette analyse, froide et explicative, hors les tensions et les explosions emotionnelles.


          • faxtronic faxtronic 18 février 2008 10:16

            la pomme de discorde,

            Furieuse de n’etre pas invitée au banduets des dieux, la deesse de la discorde se vengea en envoyant un cadeau, une pomme d’or, avec une invitation : "Cette pomme est pour la plus belle". Athena et Aphorodie se disputerent la pomme, et finalement la guerre de Troie eclata.

            Ici c’est la meme chose. Sarko dit aux communautés la meme chose, et il recoltera la tempete. Mais en fait il est bien trop con pour avoir premediter son geste de discorde et la comparaison s’arrete la. Conclusion : Sarko est vraiment trop con.


            • goc goc 18 février 2008 10:21

              Il suffit de lire les vagues de commentaires antisémites depuis cette initiative sur certains sites - dont malheureusement Agoravox - pour voir à quel point cette compétition des victimes est nauséabonde

              Il faudrait surtout parler des vagues de commentaires fanatisés et obscurantistes des neo-sionnistes proférant le plus souvent des propos racistes anti-arabes et anti-francais

               

              l’extremisme n’est pas toujours du coté ou on pense


              • Drine de la Mirette Drine de la Mirette 18 février 2008 10:22

                J’ajoute ma réaction aux précédentes, indignée également par cette malheureuse et honteuse initiative.

                Combien de voix, connues ou moins, combien de contre-arguments et de réserves, combien de hauts-le-coeur et de témoignages de révolte seront nécessaires pour que M. Sarkozy abandonne ce pitoyable projet ?

                De mon côté, j’ai lancé un appel - un article est en cours de publication ici - pour que chaque enfant soit representé et défendu par un avocat de volonté citoyenne ... c’est l’objet de la lettre d’André, 9 ans, au Président de la République, que l’on lira ici ou sur mon site : http://MySpace.com/drinedelamirette

                Quel que soit le moyen, quels que soient les instigateurs ... puissions-nous obtenir le retrait définitif et total de ce projet.

                 

                Bien cordialement,

                Drine de la Mirette

                 


                • ZEN ZEN 18 février 2008 10:35

                  Bonne synthèse, qui va droit au but.


                  • malou malou 18 février 2008 10:36

                     C’est bien simple. L’ainé de mes fils est en CE1, il a encore quelques années avant d’arrivé au CM2, d’ici là pas mal d’eau sera passé sous les ponts...

                    Bref si cette mesure DEBILISSIME est encore d’actualité, JE FERAI SECHER l’école à mon fils ce ou ces jours là !!

                    C’est du grand n’importe quoi. PARENTS, je lance un appel au boycott de cette connerie.

                    Même s’il est hors de question d’oublier l’Histoire, un enfant de CM2 n’a en aucun cas à porter un tel fardeau.

                    Sarko n’a de toute évidence PAS élevé ses propres enfants pour imaginer une telle mesure. !!

                    On pourrait lui proposer d’envoyer les enfants de CM2 dans un vrai camps histoire qu’ils comprenne bien !!

                    Vous l’aurez compris, je suis fou de rage devant tant de connerie !! A quand la lecture des bienveillantes en CP ?


                    • Emile Red Emile Red 18 février 2008 10:54

                      Attention : le maire que vous allez élire pourra décider de la suspension des allocs si votre enfant est trop souvent absent....

                      Ils ont tout prévu.


                    • malou malou 18 février 2008 11:18

                       Ils ne vont quand même pas passé l’année dessus... d’autant plus que la deuxième guerre mondiale n’est pas (pour le moment en tout cas) au programme du CM2 !!


                    • Jean-Charles DUBOC Jean-Charles DUBOC 18 février 2008 10:38

                      Très bonne analyse, et la dernière proposition de l’Elysée que ce soit une classe entière plutôt qu’un élève à qui sera « confiée la mémoire » d’un enfant juif victime de la Shoah, ne retire rien au chantage affectif et à l’inévitable culpabilisation qui s’en suivra pour des enfants de dix ans.

                       

                      La réaction la plus humaine à la proposition aberrante de Nicolas Sarkozy est celle de Simone Veil : « Mon sang s’est glacé ».

                       

                      Et je me pose cette question : « A quelle occasion le sang d’un être humain, que la vie a aussi cruellement éprouvé dans son adolescence que Simone Veil, et qui sait ce qu’est la Shoah, peut-il se glacer ? »

                       

                      La réponse est celle-ci : Le sang d’une personne « se glace » lorsqu’elle se trouve face à une véritable monstruosité, face à quelque chose d’inhumain, qui l’horrifie totalement. Et le sang de Simone Veil s’est glacé lorsqu’elle a compris ce que signifiait cette proposition pour des enfants de dix ans.

                       

                      Mais il s’est aussi vraisemblablement glacé pour une deuxième raison.

                       

                      En effet, comment Nicolas Sarkozy a-t-il pu utiliser  la mémoire d’enfants martyrs pour monter une opération de manipulation du public dans son propre intérêt ? Car cette proposition de Nicolas Sarkozy n’est rien d’autre qu’une horrible manipulation affective.

                       

                      Et là, je suis inquiet pour mon pays dont le dirigeant le plus élevé prouve ainsi son manque d’humanité.

                       

                      Cette proposition de Nicolas Sarkozy, me consterne, m’atterre, m’horrifie.

                       

                      Je me demande si Nicolas Sarkozy utilise sa connaissance de l’être humain dans l’intérêt commun, ou bien si c’est pour satisfaire, au moyen de la manipulation des émotions, un besoin de pouvoir quasiment sans limite que lui apporte, d’ailleurs, la Constitution de la Vèm République.

                       

                      Jean-Charles Duboc

                       


                      • Lairderien 18 février 2008 12:24

                        ’’Cette proposition de Nicolas Sarkozy, me consterne, m’atterre, m’horrifie’’

                        Je suis dans le même mauvais état et totalement en phase avec votre conclusion.


                      • Vilain petit canard Vilain petit canard 18 février 2008 10:49

                        Excellente mise au point sur ce sujet. J’ajoute un point important à cette déglingue mémorielle : le Président n’a pas fait cette annonce à la cantonade, mais au dîner annuel du CRIF, accompagné de vingt Ministres (alors que c’est un dîner chic, certes, mais à caractère privé), et de plus, il en a rajouté, en parlant de son futur "grand discours" à la Knesseth lors de son prochain passage en Israël.

                        C’est-à-dire que, non seulement, il a lancé les Olympiades de la Victimisation, mais de plus il a publiquement pris l’association des Institutions juives de France pour l’ambassade d’Israël.

                        Il aurait voulu relancer l’antisémitisme en France qu’il ne s’y serait pas pris autrement. Soit il ne se rend compte de rien, et c’est qu’il est complètement con, soit il se rend compte, et là, il faut le sortir le plus vite possible, ça va péter.


                        • Nostrum 18 février 2008 11:03

                          Se poser la question du « pourquoi » d’une telle annonce.

                          Lecture en classe de la lettre de Guy Môquet, exhibitionnisme de la vie privée du Président de la République, teste ADN pour les migrants, show autour de la libération des infirmières bulgares, promotion de la religiosité, annonce d’une loi sur la rétention de sûreté, médiatisation des rafles d’immigrés, cour têtes à claques « artistico-politico-capitalo-pipolo-médiatiques » et bling-blingueries en tout genre, plus la dernière « idée » Elyséenne de la semaine d’associer chaque élève de CM2 à un enfant-victime de la Shoah, nous posent la question de l’existence, ou non, d’une cohérence entre toutes ces « matières » jetées en pâture sur la scène publique ? De prime abord, face à l’éclectisme de ces sujets, l’existence d’une cohérence peut ne pas paraître évidente. Pourtant, comme en politique toute proclamation à une « intention… », il est toujours judicieux de tenter de la rechercher, ne serait-ce que pour de savoir ce que ce quinquennat nous réserve. Sommairement résumé, ce qui vient à l’esprit peut s’exprimer ainsi : enfumage tous azimuts du citoyen. Autrement dit, ces « matières » ont une fonction de leurre servant à éviter que d’autres sujets, dont le sarkozysme veut à tout prix éviter de débattre, n’émergent sur la place publique. Des sujets dérangeants tels que ceux se rapportant au pouvoir d’achat, aux services publics, aux droits sociaux et au droit tout court, etc. Bref, la lecture que je propose est que le sarkozysme essai d’adapter à la chose politique la devenu célèbre formule de l’ex-P.-D.G. de TF1 : « Pour qu’un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible : c’est-à-dire de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages. Ce que nous vendons à Coca-Cola, c’est du temps de ce cerveau humain disponible. » Si cette modeste analyse a quelque pertinence, la question qui en découle est la suivante : qu’est-ce que le sarkozysme cherche à vendre au bon peuple ? Je suggère une plausible réponse, empruntée à Marat : « Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir. »


                          • 5A3N5D 18 février 2008 13:34

                            "nous posent la question de l’existence, ou non, d’une cohérence entre toutes ces « matières » jetées en pâture sur la scène publique ?"

                            Rassurez-vous (ou inquitez-vous, comme vous voudrez), la cohérence entre toutes ces actions existe bien : à travers l’initiative de la commémoration des enfants victimes de la shoah, ce n’est pas une religion qui est visée, il s’en faut de beaucoup. C’est la culpabilisation qui est de retour, comme si la République Française devait porter la honte de l’Etat Français. Et le fait de parler d’enfants n’est pas davantage anodin. La réponse de Madame Simone Veil n’a pas été, à mon sens, interprétée comme elle aurait dû l’être : ce n’est pas sa qualité d’ancienne déportée qu’on veut déposséder de toute valeur morale, mais la loi d’émancipation de la femme qui porte son nom. 

                            Je ne crois pas au hasard : à partir d’aujourd’hui et jusqu’à mercredi, une soixantaine d’évèques français participent à un colloque à Rennes pour exiger un statut juridique du foetus, suite à une récente décision de la chambre de cassassion civile. Dans un interview au journal Ouest-France de ce jour, Mgr Vingt-Trois s’avance sur le domaine scientifique, condamnant notamment l’utilisation de cellules souches d’embryons à des fins scientifiques, au nom du respect à la vie, de la conception à la mort.

                            La religion doit entrer partout : à l’école, dans les établissements de recherche, dans les prétoires. Nous nous américanisons à grande vitesse. Faute de pouvoir proposer à la majorité la plus pauvre de notre pays des solutions à ses conditions d’existence, on donne la morale religieuse (le renoncement) comme seule référence suprême. Tout est parfaitement cohérent, du discours de Latran à celui de Ryiad.

                            “Sans doute, Musulmans, Juifs et Chrétiens ne croient-ils pas en Dieu de la même façon. Sans doute n’ont-ils pas la même manière de vénérer Dieu, de le prier, de le servir. Mais au fond, qui pourrait contester que c’est bien le même Dieu auquel s’adressent leurs prières ? Que c’est bien le même besoin de croire. Que c’est le même besoin d’espérer qui leur fait tourner leurs regards et leurs mains vers le Ciel pour implorer la miséricorde de Dieu, le Dieu de la Bible, le Dieu des Evangiles et le Dieu du Coran ?" Sarkozy, président de la république laïque française.


                          • Nostrum 18 février 2008 14:19

                            Votre interprétation ne contredit en rien la mienne, aussi je puis sans problème y souscrire. A mon sens, nos deux lectures-interprétation du « pourquoi ? » peuvent très bien (malheureusement) s’additionner. Rien n’empêche en effet que N. Sarkozy soit à la fois le président du « bling-bling » et celui de la « Restauration ».


                          • Gazi BORAT 18 février 2008 14:41

                            En fait de "rupture" Nicolas Sarkozy, d’un naturel peu inspiré, va puiser toute sa "modernité" dans l’arsenal intellectuel des néo conservateurs américains dont il copie allègrement tous les concepts et tente de les acclimater dans l’hexagone.

                            D’où son penchant au communautarisme et sa bienveillance envers les religions..

                            D’après les ultras du libéralisme et, en premier lieu le maitre-à-penser Friedrisch Von Hayek, cher à Alain Madelin et Christine Boutin, les peuples n’ont pas besoin de lois qui entravent toujours le commerce, une bonne morale religieuse suffit !

                            gAZi bORAt


                          • ZEN ZEN 18 février 2008 11:33

                            Pour mieux comprendre le contexte :

                            Que représente aujourd’hui le CRIF ?Que dirait Théo Klein de ces dérives ?...

                             

                             

                            ".........Contrairement à son intitulé, le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) n’est pas —ou plutôt n’est plus— représentatif de tous les juifs de France. Si, à l’époque où il était présidé par l’avocat Théo Klein, il apportait un soutien critique à l’État d’Israël, il s’est aujourd’hui transformé en simple courroie de transmission du mouvement sioniste. Désormais, il lutte contre la République française, accusant d’« assimilationnisme » les juifs républicains héritiers de la Révolution et de l’abbé Grégoire. Il agit comme un lobby à l’américaine et entretient d’ailleurs des liens étroits avec l’AIPAC et l’AJC aux États-Unis. De 2001 à 2006, il était présidé par le banquier Roger Cukierman, secrétaire général de la financière Rothschild, qui en a considérablement durci ses positions. Il est aujourd’hui présidé par le cardiologue Richard Prasquier, également lié à la dynastie Rothschild.

                            Le dîner annuel du CRIF s’est progressivement imposé comme un événement mondain parisien. S’y montrer, c’est manifester son soutien à Israël et laisser entendre que l’on bénéficie soi-même de l’appui de ce lobby. Compte tenu de l’influence supposée de cette organisation, tout ce qui compte d’opportunistes en politique fait donc des pieds et des mains pour y être invité, quitte à payer chèrement sa place, car cette soirée de gala n’est pas gratuite.

                            Si des parlementaires et des membres du gouvernement s’y bousculent, le président de la République ne s’y rend jamais car sa fonction lui interdit d’apporter un soutien ostensible à quelque groupe de pression que ce soit. François Mitterrand a cependant dérogé une fois à cette règle (en 1991) pour des motifs électoralistes qui ne sont pas à son honneur. Nicolas Sarkozy, quant à lui, revendique au contraire d’user et d’abuser de sa fonction de président de la République pour favoriser ses amis. Ayant déjà honoré de sa présence les réunions de divers lobbys, il pouvait bien participer à celle du CRIF.

                            C’est donc devant un millier d’invités acquis au sionisme, ou feignant de l’être, dont la quasi-totalité de son gouvernement, que Nicolas Sarkozy a défini la nouvelle politique israélienne de la France. L’événement était retransmis en direct sur la chaîne parlementaire et sur la chaine d’opinion Guysen TV. .." (T.M.)


                            • alcyon 18 février 2008 23:54

                              oui, à travers cette affaire ce qu’il y a de trés préoccupant dans le comportement machiavélique de notre PR, c’est ce manque de dimenssion de la fonction par ces actes de communication" manipulation" indignes d’un chef d’état. Où nous sommes en droit d’attendre neutralité et réserve, nous avons des prises de position partisanes, qui font que beaucoup se sentent trahis et à bien analyser les choses je dirais que la trahison est de plus en plus patente, mais attention au delà de l’électorat il y a la République Française, dont la vigilance ne pourra pas laisser faire tout et n’importe quoi.


                            • ze_katt 18 février 2008 15:29

                              Vous avez parfaitement raison.

                              Pour ma part, je souhaiterais qu’on dresse une stèle dans chaque école en souvenir des 538 enfants traduits en conseil de guerre à la fin de la semaine semaine_sanglante.

                               

                               


                            • Gazi BORAT 18 février 2008 16:26

                              J’approuve !!

                              Et que l’on inscrive dans le programme de chants :

                              http://drapeaurouge.free.fr/cerises.html

                               

                              gAZi bORAt


                            • brieli67 18 février 2008 22:40

                              comme paysan alsacien protestant qu on supprime les lardons et le jambon et toute graisse animale

                              de la TARTE FLAMBEE qui lui donne un goùt de quiche lorraine - les lorrains étant nos ennemis héréditaires comme chacun sait

                               

                              le vendredi la fermière faisait son pain l’ouvrier ou le petit paysan touchait sa solde le juif-maquignon passait pour affaire le forgeron les voisins

                              Le vendredi midi c’était le repas oecuménique partagé autour du four à pain. Le Fierbreeli comme on l’appelle la Flamms chez nous - flammekueche est un néologisme srrasbourgeois des années dauphine 404 4cv ... 

                              avec vin frais gouleyant en pichets et schnapps bien sûr pour faire passer le goût acre de l’huile de colza

                              et pour les jeunes du sirop "Framboise"

                              Et vive la pizza blanche ! 

                               


                            • kompienga 19 février 2008 08:30

                              Bonjour,

                              Entièrement de votre avis, on peut également y ajouter la Croisade contre les Albigeois, la Terreur à Nantes etc...

                              Il semblerait que dans l’horreur on doive faire un tri, mais sur quels critères ? Les enfants tziganes, Rom et autres ne sont-ils pas autant à plaindre ? Et ceux d’Hiroshima et Nagazaki ? A moins que les 2 Présidents ne se soient mis d’accord sur le sujet ! Mon Grand-père disait toujours que : pour qu’il n’y ait pas de dispute on devait(à table) s’abstenir de parler de politique et de religion.

                              J’ai trouvé que tous les commentaires sur ce sujet étaient excellents

                               


                            • faxtronic faxtronic 19 février 2008 09:19

                              Comme catholique, je desire un devoir de memoire condamnant les mefaits de la Michelade, du Baron des Adrets et du Roi du Bearn.


                            • dafi 18 février 2008 11:57

                              tout a fait en accord avec vous

                               


                              • marc berger marc berger 18 février 2008 11:59

                                Excellent article. Nous sommes avec Sarko dans l’ère du show biz et des annonces démagogiques, je ne comprends pas comment on peut autoriser que le président de la république puisse systèmatiquement imposer à l’éducation nationnale ses effets d’annonce.

                                Le probème c’est qu’il joue avec l’éducation de nos enfants, et que pris dans ce sens il politise dans un sens ou l’autre l’éducation, ce qui est inacceptable. Je suis désolé il faut laisser le rôle aux enseignants, d’instruire l’histoire, c’est le propre des programmes que d’instruire l’histoire dans sa globalité, sans relever des attrocités plus que d’autres.

                                Dans ce cas pourquoi ne pas parler du rôle qu’on jouer les banques dans la montée du nazisme ? Pourquoi n’enseigne t on pas au enfant comment I.G Farben à contribuer au génocides des juifs ? quid également de tous les crimes de l’humanité ? L’intérêt de l’histoire est d’éviter justement de reproduire les erreurs du passé et non de faire culpabiliser des enfants de 10 ans, et c’est justement pour cela que l’enseignement de l’histoire se fait progressivement pendant plusieurs années afin d’en voir le plus possible sur ce que l’humanité à fait depuis la naissance de l’écriture, en bien et en mal.


                                • pascal 18 février 2008 12:18

                                  Bonjour,

                                  G. Farben doit etre un juif je suppose ?

                                  On ne va pas recommencer comme sur les autres articles concernant ce sujet à faire du révisionisme, voir de l’antisémitisme ? C’est une manie !

                                  Il faut arreter de chercher à faire des juifs, du moin une partie ( mais on ne sait pas trop en fait...) , les responsables de la shoa !

                                  Dans votre commentaire, je vois dejà les prémices de la démarche.

                                  Merci.

                                  Cordialement

                                   

                                   

                                   


                                • Gazi BORAT 18 février 2008 12:28

                                  @ Pascal

                                  L’I.G. Farben était un "konzern", à savoir un groupement d’entreprises dont Hoechst, BASF, Siemens, Bayer et IG Farben AG.

                                  IG farben AG est particulièrement connue pour avoir fabriqué (mais elle ne fut pas la seule) le gaz zyklon B qui fut utilisé dans les camps d’extermination nazis.

                                  Le "konzern" fut aussi, avec d’autres groupes capitalistes allemands, l’ un des grands bailleurs de fonds du NSDAP durant son ascension politique. En retour, il bénéficia des marchés du réarmement allemand de 1935 et de grosses commandes d’état par la suite.

                                  Il est aujourd’hui aisé de faire disparaitre l’action du grand capital allemand dans l’ascension d’Adolf Hitler et de réduire le nazisme à son seul antisémitisme quitte à oublier ensuite que les premiers hôtes des camps de concentration furent dès 1933, communistes, syndicalistes et opposants politiques de gauche..

                                  gAZi bORAt


                                • pascal 18 février 2008 13:09

                                  Ok d’accord...

                                  Vu comment dérivent les commentaires des autres textes, je suis maintenant assez méfiant.

                                  Cordialement

                                   


                                • Gazi BORAT 18 février 2008 13:39

                                  Pour en rajouter concernant l’ex-IG Farben, un scandale éclata lorsqu’un journaliste révéla que :

                                  "c’est une sous-marque de IG Farben et de Degussa, Degesch, qui avait été pressentie pour le marché du produit antigraffiti (antisémites, pour sûr) censé protéger les 2 700 stèles de béton du mémorial de l’Holocauste à Berlin.."

                                  L’IG Farben focalise l’attention mais les sociétés allemandes qui bénéficièrent et de main d’oeuvre concentrationnaire et des commandes de guerre de l’état national socialiste (de Siemens à Porsche et autres) se portent encore très bien aujourd’hui.

                                  A qui profite le crime ?

                                  gAZi bORAt


                                • Zalka Zalka 18 février 2008 14:28

                                  @Gazi Borat : Vous avez du lire comme moi sur ce site, certain faf réduire le nazisme au socialisme de national socialiste.


                                • Gazi BORAT 18 février 2008 15:17

                                  @ Zalka

                                  Oui, et c’est là toute la complexité du nazisme, idéologie "attrape-tout". Sa conception du socialisme relevait du tribalisme. Dans l’idéal, tous les Allemands répondant aux critères raciaux étaient égaux dans la "volksgemeinschaft". Dans la réalité certains étaient extrèmement riches mais la majorité, non.

                                  Les Nazis comptaient sur la mise en esclavge des peuples "inférieurs" pour garantir aux "volksdeutschen" un standard de vie confortable. Le pillage de l’Europe, en vivres comme en hommes pour le travail forcé, en fut la conséquence.

                                  Il existe un ouvrage intéressant sur la question :

                                  GÖTZ Aly "Comment Hitler a acheté les Allemands"

                                  http://www.monde-diplomatique.fr/2005/05/ALY/12192

                                  gAZi bORAt

                                   


                                • brieli67 19 février 2008 01:26

                                  toutes ces sociétés industrielles sont des sociétés mixtes. Donc état plus fonds privés. Le Professeur Bayer a déposé brevet sur la fabrication de l’Aspirine à Strasbourg et a crée avec les membres de sa famille diverses usines. Muenchen Leverkusen.... noms bien connus des footballeurs.

                                  L’ETAT allemand la nation des poetes et des ingénieurs .....à l’instar des junior-entreprises actuelles.... faisait passer rapidement les "nouveautés" du labo universitaire vers la production-commercialisation

                                  Le ZyklonB est encore produit en cherchant bien Cyanosil ou Zedesa Blausäure ou Zyklon

                                  http://www.bfr.bund.de/cm/217/bekanntmachung_der_geprueften_und_anerkannten _mittel_und_verfahren_zur_bekaempfung_von_tierischen_schaedlingen.pdf

                                  par ce géant de la chimie et de l’énergie reformaté

                                  http://corporate.evonik.com/en/index.html

                                   

                                  troublant http://www.amnistia.net/news/enquetes/zyklon/zykltext.htm

                                  mais Ugine produisait bien avant la guerre du cyanure mixte de potassium B

                                  Die Herstellung von Zyklon B und seine Lieferung an die Lager lagen in der Hand der 1919 gegründeten Degesch (Deutsche Gesellschaft für Schädlingsbekämpfung mbH). Herstellungsbetriebe waren die Dessauer Werke für Zucker und Chemische Industrie (Dessauer Zuckerraffinerie), die Kaliwerke Kolin (ab 1935/36, heute in Tschechien) und im Gemeinschaftsunternehmen der deutschen Degussa und der französischen Ugine in Villers- Saint - Sepulcre. Der Hauptproduzent war in Dessau. 1930 trat die IG Farben in den Gesellschafterkreis der Degesch ein und war mit 30% an ihr beteiligt. Bis dahin galt die Degesch als 100%ige Tochterfirma der Degussa. Sitz der Degesch war in den Räumen der Degussa in Frankfurt am Main, später in Friedberg/Hessen. 1936 wurde ein neuer Vertrag abgeschlossen. Dementsprechend gehörte die Degesch zu 42,5% der IG Farben, zu 42,5% der Degussa und zu 15% dem Theo Goldschmidt Konzern. Der Firmenleitung von Degesch kann die Verwendung ihres Produkts Zyklon B nicht verborgen geblieben sein. Die SS beauftragte Mitte 1943 die Gesellschaft, den als Warnsignal vorgeschriebenen, besonderen Geruch des Gases, der vor der Gefährlichkeit der Substanz warnen sollte, zu beseitigen.

                                  http://www.shoa.de/content/view/55/46/

                                   

                                  L’Agent orange http://fr.wikipedia.org/wiki/2%2C4%2C5-T&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ; 2,4,5-T

                                  et le http://fr.wikipedia.org/wiki/Dioxine_de_Seveso TCDD

                                  http://www.bfafh.de/SEARCH/ELFIST/DDW?W%3DAUTOREN+INC+%27sandermann%27*%26M%3D12%26K%3DT1+02+40%26R%3DY%26U%3D1

                                  pour le brevet . Environ 166 kilos de 2,3,7,8-TCDD sont responsables des dégats

                                  Le PDG de cette boite chimique vendeur à Dow Chemical pour le conditionner en Nouvelle Zélande cad MONSANTO rien de moins que Richard von Weizsäcker Il a été maire de Berlin de 81 à 84 puis Président fédéral de 1984 à 1994.

                                   

                                  Comme quoi beaucoup de zones d’ombres .. et ras le bol des simplificateurs de l’histoire !

                                   


                                • pascal 18 février 2008 12:07

                                  Rien n’a ajouter. Excellent article.


                                  • faxtronic faxtronic 19 février 2008 09:24

                                    "Excellent article" encore une injure antisemite, waaarf . I.G.Farben, c’etait vraiment trop drole.


                                  • 5A3N5D 18 février 2008 16:00

                                    Il n’y a jamais eu de gabelle en Bretagne


                                  • faxtronic faxtronic 19 février 2008 09:26

                                    Si tu savais ce que les habitants du Languedoc ont subit au debut du XV siecle pour le meme motif que tes Bretons, bien plus terrible que ta revolte : Languedoc pohouer !

                                     

                                     


                                  • Spyder974 Spyder974 18 février 2008 12:29

                                    Bonjour,

                                    Ce qui me chagrine ici, c’est cette affection que les grand de ce monde ont pour les juifs.

                                    Je m’explique avant d’etre critiquer, je n’ai rien contre les juifs, je suis pour que l’on oublie jamais la SHOAH, et les concéquences qui en on découlé, mais les méthodes utilisé sont, pour moi totalement dégoutante ! A les ecouter il n’y a que la SHOAH qui à de l’importance, et le reste !!!

                                    Oui, il y a d’autre eventement qui ne devrait pas etre oublier, mais helas ce n’ai pas dans l’air du temps, et donc on oublie ... on oublie ces esclaves qui ont servi de main d’oeuvre dans les colonies, leurs racines que l’on a tenté de faire disparaitre, ces gens qui nous ont aidé durand la guerre, et maintenant que l’on veut "expulser" sans plus etat d’ame, ...

                                    Oui la SHOAH est importante, mais dans ce cas il n’y a pas que celle ci, il faudra rajouter toute une liste de ce que notre pays ne doit pas oublier ... et cette liste pour le moment ne comporte qu’une seul chose ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires