• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le complexe de l’enseignant mort derrière son masque

Le complexe de l’enseignant mort derrière son masque

Je me présente : je suis enseignante en maternelle et j'opère sur des enfants de 4 à 6 ans depuis quelques années. J'apprécie cet âge charnière où l'enfant est sorti théoriquement de son égocentrisme primaire et de la phase du non pour commencer à s'ouvrir aux autres, accepter des interdits qui contrecarrent sa toute puissance primaire et qu'il commence à en ressentir du plaisir ... J'ai noté de manière empirique cette phase aux alentours des 5 ans, phase où j'ai pu constater une réelle métamorphose chez certains enfants de mes classes : soudainement ces enfants m'ont semblé éprouver un réel plaisir à participer au monde et ces enfants qui ne souhaitaient au départ que leur bon plaisir - jouer en permanence et frapper tous ceux qui entravaient ce désir - se sont mis à sourire et devenir des élèves prêts à travailler avec la classe. 
Et c'était un réel plaisir d'assister à cette mêtamorphose... Je pense que l'avènement de cette métamorphose est en lien bien sûr avec un stade de développement de l'enfant mais ce stade se fait grâce, je pense, à la rupture avec le cellule familiale qui ne suffit plus à l'enfant en terme d'estime de soi. La cellule familiale amène l'amour, le professeur amène l'estime de soi, le moi social, on pourrait dire. Je n'épiloguerai pas dans ce texte sur la différence d'âge quant à la survenue de cette rupture en ce qui concerne les filles et les garçons car tel n'est pas le propos... ni que je me pose en ce moment la question si je ne me suis pas fourvoyée en les incitant à adhérer au monde en leur donnant confiance en ce monde qui n'est pas du tout, mais PAS DU TOUT aujourd'hui moins qu'hier encore, un monde bienveillant et inclusif, pour prendre des mots à la mode dans le milieu éducatif.

Mon propos actuel est de parler du complexe de la mère morte développé par André Green en psychanalyse : il développe l'idée qu'une mère dépressive, appelé mère morte, ne donne plus vraiment l'amour inconditionnel à son enfant et donc que ce dernier ne l'investit plus comme un bon objet et finit par revivre toute sa vie cette perte et à chaque traumatisme dans sa vie, il sombre aussi dans la dépression. ( C'est une simplification de ce qu'il me reste de sa théorie un peu trop "théorique").

Et je me demande si plus tard il n'y aura pas un complexe de l'enseignant mort ... Un enseignant masqué ne peut encourager ces enfants par son sourire, ces enfants qui sont en pleine éclosion de leur estime de soi. Mon sourire est mon arme pour les amener à oser parler en classe, les inciter à s'engager dans une activité, les inciter à me faire confiance. Bien sûr, il y a tous ceux qui vous disent de faire passer ce message par les yeux. On peut faire passer de la connivence dans les yeux mais pour qu'il y ait connivence, il faut un socle commun de complicité antérieure... ou de connaissance commune... Mes cocos sortent de l'œuf, comment créer ce socle commun si je ne peux plus leur sourire ? 
Paul Watzlawick dit qu’on comprend mieux un savoir si on a confiance en celui qui le délivre. Et pour moi, le premier pas dans la confiance passe par le sourire. Puis par la voix. Ces deux outils de l'enseignant sont masqués à présent.

 Que restera-t-il de cette période ? 

On a tous dans la tête un enseignant qui nous a marqué et qui nous a donné envie, envie d’apprendre mais aussi envie de participer tout simplement au monde tel qu’il est, d’en être un rouage. A contrario, on a tous une foule d’enseignants ou d’adultes qui nous ont plutôt dégoûté de participer à ce monde...

J'ai vraiment peur qu'on les dégoûte entièrement de ce monde et de favoriser par ma soumission une vague de suicide ou de dépression de ces enfants qui deviendront un jour grands ... sauf si on trouve un vaccin contre ce monde mort qu'ils doivent intégrer. Un vaccin intelligent, pas leur poison qu' ils souhaitent nous injecter...


Moyenne des avis sur cet article :  4.41/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

40 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 28 septembre 2020 16:50

    « j’opère sur des enfants de 4 à 6 ans  »

    houla !

    c’est comme ça qu’on dit ?

    je n’avais jamais lu ni entendu ça avant, mais ça m’effraie autant que ce que l’article entend (à juste titre) dénoncer.

    je savais que les traders opéraient sur des marchés,

    que les transporteurs opéraient sur des lignes régulières

    mais je ne savais pas que les enseignants « opéraient » sur des enfants

    sans doute un nouvel anglicisme provent de « oeprate in » ?


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 28 septembre 2020 17:01

      @Séraphin Lampion

      « operate in »


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 28 septembre 2020 17:07

      @Séraphin Lampion

      Finalement, après avoir rebaptisé les instits « professeurs des écoles », on pourrait les appeler « pédo-opérateurs » (concentré en pédopérateurs« ), comme le mot »tour-opérateur« , calqué directement sur l’anglais ’tour operator »

      désigne les voyagistes.


    • tobor tobor 29 septembre 2020 00:45

      @Séraphin Lampion
      Il me semble plutôt mesquin de coincer sur ce point rhétorique vis-à-vis d’une enseignante de maternel qui soulève le problème en question.
      Il ne faudrait en tout cas surtout pas que d’autres personnes désireuses de témoigner ou de s’engager y renoncent par peur du ridicule face à ce genre d’invective.

      Cette instit qui se pose ce genre de question cherche des voies pour échapper à l’horreur imposée, c’est un modèle à suivre par un maximum de ses collègues !


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 29 septembre 2020 08:07

      @tobor

      Alors je ne commenterai pas la réponse de l’enseignante en question qui figure un peu plus loin dans les réactions, mais je soulignerai quelques traits en les mettant en gras pour conforter mon propos :

      "Ces enfants là qui avaient un surmoi très fort créé par beaucoup d’interdits sociétaux n existent plus... on doit faire aujourd’ hui , une véritable opération de Communication pour les amener sur le chemin des connaissances et cette opération de com passe par une relation de confiance ...

       « 

      Avec ce genre d’idéologie de la »com« rédemptrice balayant les préjugés des vieux cons, les tenants de l’ »illusion pédagogique" de 68 sont relégués au rayon des antiquités.


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 29 septembre 2020 10:36

      @tobor

      A l’école comme à l’usine, la communication n’est qu’un lubrifiant utilisé pour rendre moins douloureuses les frictions.
      Ce n’est pas un remède, mais un palliatif.
      Ca permet de donner une illusion de fluidité et de dispenser la dose de « soma » quotidienne en douceur.
      Chaque génération a ses techniques pour formater les futurs zombies.


    • Djam Djam 29 septembre 2020 13:52

      @Séraphin Lampion
      Ce n’est pas un anglicisme (vu que 70 % des mots anglais sont d’origine normande, vieux français lire le livre d’Anthony Lacoudre « L’incroyable histoire des mots français en anglais Ed. Walworth Publishing), mais un mauvais emploi du mot »opérer« .
      Ce verbe, effectivement, n’est pas très correct pour parler d’un enseignement, d’une transmission, d’une formation...

      Quant à l’article, il s’ajoute à la déjà longue liste des handicaps générés forcément par le port quasi permanent d’un masque »de protection" qui ne protège de rien et qui, à contrario, permet de bien refouler nos propres miasmes ordinaires dans nos tuyauteries respiratoires... c’est la garantie que les rhumes, allergies et autres petites maladies respiratoires n’attendront pas l’hiver pour se manifester... ce qui permettra aux dingues de l’hystérie covidienne d’affirmer (sans rire) qu’une 2ème vague est arrivée !



      • The White Rabbit The White Rabbit 28 septembre 2020 18:33

        Il vous faut utiliser un masque transparent et ainsi vos élèves (avec lesquels vous « opérez », sic !) verront l’expression de votre visage. Vous enseignez et vous accompagnez vos élèves, vous ne les opérez point. L’usage de l’anglicisme est tentant puisqu’étymologiquement cela vient d’ouvrer et d’œuvrer, mais cela choque ici.

        Quant à votre positionnement antivax, il ne regarde que vous et pas vos élèves.


        • Fergus Fergus 29 septembre 2020 09:37

          Bonjour, The White Rabbit

          Personnellement, là où je le peux, j’utilise une petite visière (lien) qui laisse effectivement voir les expressions du visage.
          Apparu notamment en Bretagne au mois de juin, cet accessoire essaime en différents endroits du territoire.
          Malheureusement, il n’est pas autorisé dans tous les lieux clos (écoles, salles de spectacle, bibliothèques) ; sans doute faudrait-il assouplir les protocoles dans ces lieux.


        • Djam Djam 29 septembre 2020 13:57

          @The White Rabbit
          Je le redis ici :
          operate n’est pas à proprement parler un mot anglais, mais... français, mal prononcé par les anglais qui ont récupérer pas moins de 70 % de mots français pour parler... anglais.

          Les anglais ne le savent pas mais en réalité ils parlent majoritairement le français (mal et en le déformant depuis le début). On peut pousser le constat en allant (pour s’amuser) jusqu’à dire que l’anglais n’est qu’un sabir de français déformé et, pour pas mal de mot, amputé de voyelles ou de consonnes imprononçables pour des bouches saxonnes.

          L’histoire de la langue anglaise n’est jamais enseigné dans les cours de langues, ni en France ni en Angleterre où les plus érudit le savent mais préfèrent faire comme si...


        • saint louis 28 septembre 2020 19:06

          C’est touchant tout cet amour et cette passion pour faire éclore ces jeunes enfants.

          Bon il faut espérer que cet épisode de masques ne dure pas trop longtemps.


          • Sarah Volt 28 septembre 2020 20:01

            Opérer est effectivement une façon de parler qui se rapproche plus d’œuvrer pour... et ce qui est aussi beaucoup plus vrai maintenant que ça ne l’ a jamais été.. Les enfants ont souvent été assimilés à des vases vides dans lesquels on déverserait la connaissance ( mais ça , c’était valable tant que les enfants venaient à l’école en posture de dominé qui ne sait rien et que le dominant, le sachant lui donnait la connaissance ... Ces enfants là qui avaient un surmoi très fort créé par beaucoup d’interdits sociétaux n existent plus... on doit faire aujourd’ hui , une véritable opération de Communication pour les amener sur le chemin des connaissances et cette opération de com passe par une relation de confiance ... C est pourquoi cet anglicisme est plus approprié qu’enseigner ou alors il faudrait changer le mot enseigner en y mettant ces nuances propres à une communication de pleine confiance entre l’apprenant et l’ enseignant . 


            • Jeekes Jeekes 28 septembre 2020 21:18

              ’’On a tous dans la tête un enseignant qui nous a marqué et qui nous a donné envie, envie d’apprendre mais aussi envie de participer tout simplement au monde tel qu’il est, d’en être un rouage.’’

               

              Ben non !

               

              Moi, ce qu’il me reste de toutes ces années ’’d’enseignement’’ c’est l’image de profs tous plus feignants les uns que les autres, plus pressés de voir sonner la cloche que de s’occuper de ceux qui n’ont rien bité à leurs polycopiés tout cradingues, et à leur bla-bla fleuve pré-mâché et ressassé d’une année sur l’autre.

               

              Et tant pis pour ta gueule si t’as rien compris.

              Evidemment, ça ne peut pas être parce que ça t’est expliqué par un bon à rien. 

              Nan, c’est toi qu’est une cloche !

              Pis tu fais chier, l’heure est finie, y’a autre chose à faire...

               

              Enseignants ? ==> Tiens, l’exemple qui tue, la rose-marie qui chouine quand il faut bosser mais qu’à le temps de courir les ’’festivités’’, de faire tout plein de photos, et surtout de chier des n’artiks de merde sur son blog tout pourri qu’A-viandox nous répercute au quotidien pour faire de la putaklic. 

               

              Alors ’’qu’en même temps’’ elle souille sa culotte à l’idée qu’elle pourrait être contaminée par une de ces p’tite tête blonde.

               


              • Gasty Gasty 29 septembre 2020 09:07

                @Jeekes
                Relisez le début et notamment ceci pour apprendre à vous connaître ( légèrement modifié par moi ) : "cet âge charnière où Jeekes aurait dû sortir théoriquement de son égocentrisme primaire et de la phase du non pour commencer à s’ouvrir aux autres "


              • Fergus Fergus 29 septembre 2020 09:49

                Bonjour, Jeekes

                « l’image de profs tous plus feignants les uns que les autres »

                Houla ! Voilà un propos qui frappe par son caractère nuancé et objectif !!!

                Personnellement, j’ai souvent eu des rapports difficiles avec les professeurs, ce qui m’a valu de connaître durant ma scolarité une dizaine d’établissements jusqu’à la seconde, dernière année où les enseignants ont eu à me subir.

                Des instituteurs et des profs, j’en ai donc connu et « expérimenté » des dizaines

                Or, que ce soit dans le public ou le privé  j’ai pratiqué les deux —, jamais je n’ai ressenti ce que vous décrivez.

                Certes, j’ai eu des profs fainéants, et même deux cinglés dont l’un a fini en hôpital psychiatrique, des sadiques également (cf. Au bon vieux temps des châtiments corporels dans l’enseignement catholique) et des ronds-de-cuir. Mais j’ai aussi eu la chance de voir à l’oeuvre des enseignants passionnés par leur boulot et capables de capter l’attention de leur auditoire.

                Il faut donc croire que vous n’avez pas eu de chance pour n’avoir eu affaire qu’aux plus mauvais. smiley


              • JulietFox 29 septembre 2020 10:20

                @Jeekes
                Enseigner à un attardé, ça donne un Jeekes.


              • pipiou2 29 septembre 2020 23:25

                @Jeekes
                Vous avez encore la marque du radiateur sur la joue smiley


              • pipiou2 29 septembre 2020 23:27

                @JulietFox
                A l’impossible nul n’est tenu : un enseignant ne saurait faire boire un âne qui n’a pas soif.


              • Sarah Volt 28 septembre 2020 23:08

                Désolée pour vous Jeekes si vous n avez pas connu un tel enseignant ...moi j en ai connu 4 ou 5 .. qui m ont donné envie d’être meilleure. J espère ne jamais avoir fait pensé à aucun de mes élèves qu il était une cloche qu il ait 3 ans ou 11 ans... Je déteste les paroles qui ne sont pas impeccables et je pense que la parole impeccable est un des accords tolteques intrinseques à ma facon d être... je ne fais peut être pas toujours de mon mieux par fainéantise ( ce pour quoi je crain le jugement des autres parfois) comme vous dites mais même avec parfois peu de préparation, il me semble que j arrive à faire quelque chose pour les faire avancer sur le chemin, pas le mieux comme enseignante mais l enseignante peut être suffisamment bonne ..


                • tobor tobor 29 septembre 2020 00:38

                  Dans l’enseignement maternel et primaire, tout repose entre les mains de l’instit bien plus que sur l’institution, on a de la chance ou pas de tomber sur des personnes de valeur.
                  Je n’ai jamais eu vraiment de bol ni la poisse, mes instits étaient fades et j’ai dû attendre la fin des secondaires pour avoir une prof de bio vraiment ...humaine, qui contournait volontiers le programme parce qu’elle a des choses à transmettre et nous parlait en toute transparence de ses dissensions avec les collègues, la direction et l’autorité en général.

                  Il se déroule aujourd’hui une expérience de Milgram grandeur-nature, à chacun/e de se positionner selon ses limites. Je connais les miennes et le masque n’existe dans ma vie que durant les brefs instants où un potentiel contrôle répressif s’annonce. Personnellement, je ne me l’impose jamais que pour quelques secondes.

                  Il conviendrait normalement de trouver entre la direction et tout le personnel de l’établissement, un mode de fonctionnement rationnel tel un signal en cas de contrôle sanitaire. Car cette histoire de masque a durée indéterminée risque d’engendrer une génération de psychopathes dénués de toute empathie...


                  • Sarah Volt 29 septembre 2020 08:34

                    @tobor. Tout à fait d accord. C est bien dit..le masque à durée indéterminée...pour Ce qui concerne le contrôle repressif, j ai eu. Visite surprise Maire. Inspecteur. Je suis en arrêt. Et je ne sais pas si je serai sanctionnée à mon retour.


                  • Samson Samson 29 septembre 2020 14:54

                    @tobor
                    « Car cette histoire de masque a durée indéterminée risque d’engendrer une génération de psychopathes dénués de toute empathie... »

                    Ben oui !
                    L’empathie constituant pour la start-up « France » un très sérieux handicap de compétitivité, on conviendra que l’obligation généralisée du port du bâillon jusque dans les classes reste une solution de « management » nettement plus « élégante » que le recours systématique à l’exemplarité mutilatoire des LBD.
                    Et si en stricte conformité au dogme de la Sainte Croissance « Il faut des jeunes Français qui aient envie de devenir milliardaires », comme l’avouait avec enthousiasme lorsqu’il était encore ministre notre très immature et narcissique petit Monarc psychopathe de haut vol soi-même autant démarrer dès la maternelle pour susciter d’authentiques vocations !
                    Et pour le vaste reliquat voué En Marche vers Nulle Part au destin des « gens qui ne sont rien », on pourra utilement orienter les mieux prédisposés vers une carrière au sein de nos forces de l’ordre.

                    Oui, je sais, çà n’a rien de franchement drôle ! smiley


                  • Fergus Fergus 29 septembre 2020 09:30

                    Bonjour, Sarah

                    Très bon article qui souligne en effet la difficulté des enseignants à communiquer leurs émotions et leurs ressentis aux jeunes enfants en phase cruciale de développement., ainsi que la difficulté pour les petits à se construire de manière harmonieuse.

                    J’ai quand même tiqué sur cette phrase à la fin : « pas leur poison qu’ ils souhaitent nous injecter ».

                    Que les grands labos cherchent à faire de juteux profits n’est pas douteux, et cela a même donné lieu à quelques-uns des plus grands scandales de nos sociétés contemporaines.

                    Mais en l’occurrence vous faites à a recherche médicale un procès d’intention que l’histoire ne valide pas : dans l’écrasante majorité des cas, les vaccins ont rempli leur mission et permis d’éradiquer de dangereuses maladies !


                    • Samson Samson 29 septembre 2020 15:07

                      @Fergus
                      « Mais en l’occurrence vous faites à a recherche médicale un procès d’intention que l’histoire ne valide pas ... »
                      Il ne faut peut-être pas confondre les études bidouillées et grassement financées pour complaire aux ambitions de Big Pharma et une recherche médicale censurée dès qu’elle ne s’y conforme pas.
                      Je ne sais pas pour vous mais, quoique n’ayant personnellement plus grand chose à redouter, je serais au risque d’être taxé de parano plus enclin à me fier au principe de précaution que grégairement participer à la validation par l’histoire du poison suspecté !

                      En vous présentant mes cordiales salutations ! smiley


                    • tobor tobor 2 octobre 2020 22:43

                      @Fergus
                      Savez-vous que la vague de polio à la fin des ’50s et qui a laissé pas mal de boiteux en Europe était un effet involontaire du vaccin ? Il se passe actuellement la même chose au Soudan où l’OMS a dû interrompre sa campagne de vax anti-polio car ce vaccin file la polio !!! L’histoire de la vaccination, ce sont des milliers de soldats (jeunes hommes en bonne santé) décédés d’avoir servis de cobayes puis l’apparition de diverses pathologies allant de l’allergie à la méningite en passant par l’autisme. Autant de cas niés officiellement alors que les collectifs de victimes directement liées aux vaccins réunissent des foules. Combien de vie brisées par le gardasil, le ROR ?
                      Et le vaccin anti-grippe annuel ? Il aggrave toute infection par coronabidule mais nos états poussent les vieux à se l’inoculer cette année, en octobre. Ce vaccin est-il aussi une arme létale à ses heures ?


                    • Albert123 29 septembre 2020 15:03

                      « J’apprécie cet âge charnière où l’enfant est sorti théoriquement de son égocentrisme primaire et de la phase du non pour commencer à s’ouvrir aux autres »


                      Je n’abonderais pas dans votre sens, et malgré votre sincérité et votre dévouement qui semble bien réelle, l’école est une prison qui conditionne les individus à la pire des docilités,


                      Je considère ce moment comme le plus ignoble, celui où un être encore « pur », singulier et créatif devient, par reproduction sociale, un clone conforme aux attentes d’une société détraquée au sein de laquelle devenir un mouton docile (et surtout malade) est un idéal, ce qui est à gerber.

                      ce que vous vivez présentement à vos dépends et en respectant les règles édictées par des malades mentaux ne fait d’ailleurs que confirmer mes propos.

                      « accepter des interdits »

                      ça je peux l’admettre

                      « qui contrecarrent sa toute puissance primaire »

                      ça déjà moins, tant on sent déjà poindre l’idéologie misandre du féminisme actuel

                      « et qu’il commence à en ressentir du plaisir »

                      et là c’est carrément du masochisme qui ne convient qu’aux métrosexuels boboïsés et surtout défaillants

                      « le professeur amène l’estime de soi »

                      du coup j’en doute profondément, a part fabriquer de la chair à canon pour big pharma.


                      • Sarah Volt 29 septembre 2020 16:47

                        Il ressent du plaisir à obéir quand la parole est saine..j ai l impression quand même sans masochisme... bien que... l activation des archaïsmes de l’enfance revient en psy à du plaisir dans La régression au stade dit anal.. j ai plus de mal à manier ces concepts de psy , c est pour ça que j ai abordé Green en disant ce que j ai compris de sa théorie... le,plaisir au stade oral et anal de l’enfant ( manger, se retenir) est plus abstrait. Le côté misandre, je ne le nie pas, car c est vrai qu on est nombreux à avoir plus de difficulté avec le principe masculin qui est quand même plus de prendre à l’autre et de se battre pour avoir ( ce qu on constate dans nos classes) ( on se faisait une réflexion avec une collègue : quand on amène les enfants en forêt, les garcons ramassent des bâtons pour taper les arbres et les filles ramassent des fleurs) ... mais j ai evité l écueil en disant bien que je ne parlerai pas de l âge différent pour devenir élève en ce qui concerne les filles et les garçons ..🤪🙏🏼En petite section, on a des petites mères déjà super scolaires et nos petits guerriers mettent un peu plus de temps à venir au moi social, estime de soi ... Mais bon Cyrano est un homme, Didier Raoult aussi, Kundera aussi , jean Pau Dubois aussi donc le masculin peut aussi engendré du très grand donc je vous garde🙏🏼


                        • Sarah Volt 29 septembre 2020 16:53

                          Albert 123.’ Quand je Mets je vous garde, je mets un smiley sourire et un namasté ...pour dire que je garde les hommes sur la nouvelle terre dont parle Eckart Tollé ... j enlève juste nos gouvernants et tous les criminels


                          • arthes arthes 29 septembre 2020 17:01

                            Je crois que ....Si je devais redevenir petiote.....Je préfèrerais avoir Rosemar comme instit..... smiley


                            • arthes arthes 29 septembre 2020 17:10

                              @Shawford
                              Pas toi ?
                              Sérieux... ?


                            • arthes arthes 29 septembre 2020 17:16

                              @Shawford

                              Ahhhh, j’ai compris : Tu voudrais Maitresse Arthes comme instit !!!


                            • arthes arthes 29 septembre 2020 17:25

                              @Shawford

                              A cause du covid, je ne peux mm pas aller en Russie, alors Tel Aviv....En plus ça m’attire pas, ya mm pas de samovars.

                              Donc, chez moi, j’ai tout ce qu’il faut, pour des cours en plein air, dans les forêt , au milieu des ruines médiévales....


                            • Shawford 29 septembre 2020 17:34

                              @arthes

                              Tu m’estounes ! Tu sais moi aussi en fait la Geopolitique profonde, ça me saoule, surtout quand il faut trop se fatiguer pour leurre faire ouvrir grand la bouche ! smiley

                              Promis, je m’évertuerai désormais à me concentrer sur comment faire déguster du PETRUS des meilleurs millésimes à D. , en petit comité champêtre, sans que lui-même n’ait trop à se fatiguer inutilement ! smiley


                            • arthes arthes 29 septembre 2020 18:30

                              @Shawford

                              Ce qu’il y a de cool à ne voir que mes réponses à TOI, dont les posts disparaissent, c’est qu’il faut imaginer ce que tu as pu dire à quoi je réponds....Vaste programme...


                            • arthes arthes 29 septembre 2020 18:43

                              @Shawford

                              Promis, je m’évertuerai désormais à me concentrer sur comment faire déguster du PETRUS des meilleurs millésimes à D. , en petit comité champêtre, sans que lui-même n’ait trop à se fatiguer inutilement ! 

                              Hop, je capture le post...

                              Un pitit cloclo rien que pour toi, baby : 
                              https://youtu.be/cy33qBMtFGA smiley


                            • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 29 septembre 2020 18:57

                              @arthes

                              Tain de la musique de tarlouse pour Shaw ...me doutait bien qu’il était de la jaquette , mais toi qui a jugée sur pièce confirme .


                            • In Bruges In Bruges 29 septembre 2020 17:30

                              Tiens, tiens...

                              « des ruines médiévales.. » ça me rappelle quelqu’un, mais qui ? ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité