• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le Coran est-il un plagiat de la Bible ?

Le Coran est-il un plagiat de la Bible ?

La question peut paraître surprenante, pourtant après avoir lu le Coran juste dans la foulée de ma dernière lecture, la Bible, je me suis immédiatement posé cette question !

Les livres traitant des différentes croyances, notamment du monothéisme et de l’hindouisme, font partie de mes nombreuses lectures. J’ai copié ces livres sur mon disque dur. Cela permet des comparaisons et des recherches plus faciles et beaucoup plus rapides.

Première surprise ! Les phrases des deux livres ont un parfum semblable. Puis, en comptant le nombre de fois que le nom du prophète de l’islam, Muhammad, apparaît dans le Coran, à 18 reprises, je m’aperçois que le nom de David, le célèbre héros de la fable biblique, apparaît autant de fois.

Pourquoi le livre d’une grande croyance, donne-t-il presque autant de place à un héros d’une autre croyance, plutôt qu’à celui de la sienne ? Cela fait peut-être partie de la tolérance que revendiqueraient les écrits du Coran.

Deuxième surprise ! Mon étonnement est à son comble quand je fais le décompte des noms de la Bible cités dans le livre concurrent : le Coran. Plus de 500 fois !

Ainsi, Moïse, le grand patriarche de la Bible, est cité 174 fois ; Abraham, celui à qui le Dieu de la Bible a parlé, 83 fois ; Noé, l’homme sauvé du Déluge, 49 fois (le seul personnage dont le Coran, mentionne l’âge à sa mort, 950 ans, comme dans la Bible) ; Joseph, le père du fils du Dieu de la Bible, 44 fois ; Marie, la mère du fils de ce Dieu, 42 fois ; Adam, le premier humain (selon ces 2 croyances), 26 fois ; Salomon, le grand roi, 25 fois ; Jésus, l’un des 3 dieux des chrétiens, 29 fois. Et puis, les noms bibliques continuent à défiler dans le Coran, de verset en verset : Aaron, 22 fois ; Jacob, 20 fois ; Isaac, 17 fois ; Ismaël, 12 fois ; Goliath, 3 fois, etc., etc.

Pourquoi construire une religion en reprenant toutes les célébrités d’une autre religion ?

Que dirait-on si un écrivain d’aujourd’hui faisait un roman en reprenant, par exemple, tous les personnages de Victor Hugo dans Les Misérables ? Et, sans changer aucun nom !

Mais, le Coran ne s’arrête pas là.

Troisième surprise ! Tous les grands événements bibliques sont aussi repris, notamment :

- la création du Monde :

- Coran, Sourate 6-1 : "Louange à Dieu qui a créé les cieux et la terre…"

- Bible, Genèse 1-1 (*) : "Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre…"

- la création de l’Homme :

- Coran, Sourate 32-7 : "Celui [...] qui a commencé la création de l’homme à partir de l’argile"

- Bible, Genèse 2.7 : "L’Éternel Dieu forma l’homme de la poussière de la terre"

- le Déluge :

- Coran, Sourate 29-14  : "Nous avons envoyé Noé à son peuple. Il demeura avec lui durant mille ans, moins cinquante ; puis le déluge les emporta parce qu’ils étaient iniques. Sourate 29-15 : "Mais Nous avons sauvé Noé et ceux qui se trouvaient dans le vaisseau, et Nous en avons fait un signe pour les mondes.

- Bible, Genèse 7-10 : "Sept jours après, les eaux du déluge furent sur la terre". Genèse 7-11 : "L’an six cents de la vie de Noé [...] ce jour-là toutes les sources du grand abîme jaillirent, et les écluses des cieux s’ouvrirent.

- le buisson ardent dans le Sinaï où Dieu parle à Abraham :

- Coran, Sourate 28-29 : "Lorsque Moïse eut accompli le temps [...], il aperçut, du côté du Mont Sinaï, un feu [...]". Sourate 28-30 : "Quand il y fut arrivé, un appel lui parvint du côté droit de la vallée, dans la plaine bénie et du milieu du buisson : " O Moïse ! Je suis, en vérité, Dieu, le Seigneur des mondes !"

- Bible, Exode 3-2 : "[...] Moïse regarda ; et voici, le buisson était tout en feu, et le buisson ne se consumait point". Exode 3-4 : "L’Éternel vit qu’il se détournait pour voir ; et Dieu l’appela du milieu du buisson, et dit : Moïse ! Moïse ! Et il répondit : Me voici !". Exode 3-6 : "[...], je suis le Dieu de ton père, le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob [...]"

- le passage de la Mer Rouge :

- Coran, Sourate 2-50 : "Nous avons fendu la mer pour vous ; Nous vous avons sauvés ; Nous avons noyé, sous vos yeux, les gens de Pharaon"

- Bible, Exode 14-21 : "Moïse étendit sa main sur la mer. Et l’Éternel refoula la mer [...], il mit la mer à sec, et les eaux se fendirent". Exode 14-27 : "Moïse étendit sa main sur la mer [...]". Exode 14-28 : "Les eaux revinrent, et couvrirent les chars, les cavaliers et toute l’armée de Pharaon, qui étaient entrés dans la mer après les enfants d’Israël ; et il n’en échappa pas un seul".

- le Veau d’or :

- Coran, Sourate 2-51 : "Lorsque nous avons fait un pacte avec Moïse, durant quarante nuits, vous avez, en son absence, pris le veau pour l’adorer. Vous avez été iniques !". Sourate 2-54 : "Souvenez-vous de ce que Moïse dit à son peuple : " O mon peuple ! Vous vous êtes fait tort à vous-mêmes en adorant le veau. Revenez à votre Créateur"
 

- Bible, Exode 24-18 : "Moïse entra au milieu de la nuée, et il monta sur la montagne. Moïse demeura sur la montagne quarante jours et quarante nuits". Exode 32-4 : "Il les reçut de leurs mains, jeta l’or dans un moule, et fit un veau [...]. Exode 32-7 : "L’Éternel dit à Moïse : Va, descends ; car ton peuple, que tu as fait sortir du pays d’Égypte, s’est corrompu"

Quatrième surprise ! Tout à fait surprenante ! Le Coran cite presque ses sources. En effet la Torah, le premier livre de la Bible des Hébreux est cité 19 fois. Les Évangiles, 12 fois. Exemple significatif parmi bien d’autres :

Sourate 3-3  : "Il a fait descendre sur toi le Livre en toute Vérité, déclarant véridique ce qui était venu avant lui, et Il a fait descendre la Torah et l’Évangile"

Et puis, comme dans la Bible, le Coran parle aussi du jardin d’Éden, 11 fois. Et aussi sûrement de bien d’autres situations bibliques qui ont échappé à mon œil fatigué.

Surprenant n’est-ce pas ?

Cependant, même si tout cela paraît sympathique pour moi qui ne croit pas, que dirait-on si un écrivain d’aujourd’hui faisait un roman en reprenant tous les personnages de Victor Hugo dans Les Misérables et aussi toutes leurs situations ?

Tel est semble-t-il ce qu’a fait le Coran avec les noms de la Bible et ses événements. Il ne peut pas s’agir de simples coïncidences !

Aujourd’hui, s’agirait-il d’un plagiat pur et simple ? Le livre serait-il retiré de la vente, avec toutes les conséquences juridiques que cela entraînerait contre son ou ses auteurs ?

Plus surprenant aussi, que je sache, le problème d’un éventuel plagiat n’a jamais été soulevé par le gardien, autoproclamé, de la Bible, c’est-à-dire le Vatican. Pourquoi ?

C’est un vrai mystère, bien qu’à mon avis, la réponse est contenue dans la Bible elle-même ! En effet, cette Bible (Holy Bible pour les Américains), dite aussi Sainte Bible pour les chrétiens, est en fait composée à 70 % de la Bible hébraïque : la Bible des Hébreux, copiée mot pour mot, et sans aucune vergogne : renommée Ancien testament.

 

(*) pour celles et ceux qui n'ont pas ce livre : voir ICI.

crédit photo : croixsens.net


Moyenne des avis sur cet article :  3.81/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

103 réactions à cet article    


  • nenecologue nenecologue 21 août 10:18

    L’islam est une religion inventée par les juifs pour contre le christianisme.


    Et quand on sait cela tout s’explique !

    • nenecologue nenecologue 21 août 10:18

      @nenecologue

      *contrer

    • Phalanx Phalanx 21 août 19:32

      @nenecologue

      Vu ce que le Coran dit des Juifs, je penserais plutot que c’est l’inverse.

    • Alvares Alvares 22 août 08:27

      Mais déjà la bible est un plagia des textes sumériens et égyptiens, tout a déjà été prouvé par la traduction des tablettes sumérienne et égyptienne, il n’y a plus de doute là dessus, ce n’est pas diffusé pour le grand public mais tous ceux qui veulent le savoir peuvent le découvrir par les nombreux sites webs ou livres qui en parlent.

      Mais la plupart des croyants ne peuvent pas se détacher comme cela et diabolisent ces vérités, comme un enfant en colère qui refuse d’arrêter de croire au père noël.

      Même le nouveau testament vient du livre d’Hénoch qui vient des sumériens.

      La Kabbale est égyptienne et elle garde de nombreux mystères, c’est pour cela que de nombreux kabbalistes juifs entrent dans la FM pour tenter d’aller plus loin, mais même eux, je pense, n’ont pas toutes les réponses.


    • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 22 août 16:49

      @nenecologue
       

      Absurde, absurdité et débilité !

    • bionet bionet 22 août 22:33

      @nenecologue
      bien possible, auriez-vous des infos plus précises à ce sujet ? Merci.


    • bonalors 22 août 22:56

      @Alvares
      Bonjour
      oui nos origines pourraient ne pas vraiment satisfaire notre ego surdimensionne


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 août 06:58

      @bionet
      Un livre collectif, très érudit et documenté, a été publié sur les ressemblances entre les religions juive, musulmane et chrétienne : « Dieu, une enquête » .


    • zzz999 21 août 10:18

      L’auteur découvrant avec surprise que le Coran est assis sur la Bible ce que tout pratiquant un peu au courant sait depuis des lustres, on comprend l’approximation si ce n’est le caractère profondément erroné de ses analyses précédentes.


      • P.-A. Teslier 21 août 12:16

        @zzz999

        Ah bon ! Tout croyant sait ? Je ne connais pas les mms que vous ?

        Mais au fait, de quelle bible parlez-vous ?


      • zzz999 21 août 16:30

        @P.-A. Teslier

        La même que la vôtre.....lol !


      • Phalanx Phalanx 21 août 19:37

        @P.-A. Teslier

        Il parle de l’Ancien Testament :

        Bible =
        Ancien Testament (Judaisme, Christianisme, Islam)
        +
        Nouveau Testament (Christianisme)

      • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 21 août 10:32

        Dans la nuit du 11 au 12 octobre 1492, Christophe Colomb découvre l’Amérique.

        Le 21 Août 2017, M. Teslier découvre la parenté des religions abrahamiques.
        Il faudra peut-être encore 500 ans pour que M. Teslier découvre que deux et deux sont quatre ?

        • Decouz 21 août 10:41

          @Jeussey de Sourcesûre

          sinon il y a la collection « Pour les nuls »


        • P.-A. Teslier 21 août 12:19

          @Jeussey de Sourcesûre
          J’ai pris mon temps depuis qlqs décennies !


        • Decouz 21 août 10:35

          Le Coran cite la Bible, il dit bien, c’est exact, que ce sont des citations, ce n’est pas comme un auteur qui ne mentionne jamais ses sources.
          Un auteur récent a réécrit un livre de Camus, sous une autre perspective, « L’étranger », vu du coté de la victime, personne ne lui a reproché d« avoir pris pour canevas le texte de l’écrivain français.
          Il faut considérer : ce qui a été rajouté, ce qui a été enlevé, et ce qui a été réécrit, ce qui est nouveau, dans le style ou dans idées, en restant sur le plan simplement littéraire.
          Je penche pour la notion de réécriture, dans la mesure où les notions bibliques sont soit reprises telles quelles, soit modifiées, soit enlevées (blâme en général dans l’islam pour les »israilyât", les histoires juives ne figurant pas dans le Coran), quant au rituel s’il reprend des rites précédents, jeune, aumône, pèlerinage, il a un aspect tout à fait distinct, il existe des prosternations ailleurs, mais pas la forme spécifique de la prière islamique.
          Il n’y a pas de droit d’auteur dans les langages divins, et comme on dit il arrive qu’un cheval mette ses pieds dans les traces d’un autre cheval.
          Il y a des auteurs qui font des plagiats ou des pastiches, des imitations sans génie ou des variations plus ou moins géniales, dans d’autre cas il s’agit d’une création singulière.
          Le Vatican n’est pas le gardien de la Bible, il ne s’est jamais proclamé ni auto proclamé comme tel.


          • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 21 août 10:48

            @Decouz


            Dans le judaïsme, la règle d’interprétation de la Torahpropose quatre quatre sens possibles : peshat, remez, drash, et sod.

            Ca laisse une certaine marge...

          • Decouz 21 août 11:06

            @Jeussey de Sourcesûre
            oui cela a été repris par les chrétiens, dans la Qabbale on a aussi de multiples facettes, 7, 49 etc
            Aussi dans le Coran Ramz, qui correspond au remez.


          • loulou 21 août 10:49

             Ne critiquez pas trop Monsieur Teslier. .Après tout, il n’est jamais rappelé ( Est-ce volontaire ?)

             cette évidence.
             Je ne suis pas un spécialiste,mais quand on lit un peu les textes, on peut remarquer que la bible 
             hébraïque vient en droite ligne, en grande partie des textes sumériens et Babyloniens’( Mythe du 
             paradis, par exemple.),Ensuite les Chrétiens pompent sur les juifs et enfin , les musulmans 
             utilisent la doctrine chrétienne et juive pour fonder une nouvelle religion.
             Ainsi, en occident ,, nous avons dans la tête, sans vraiment le savoir, une partie des idées et des réflexions des premiers créateurs de ville du croissant fertile de l"époque.( Irak, Syrie
             actuels.), il y a près de 5000 ans.
             Quand à l’Asie, c’est une autre histoire.


            • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 22 août 16:53

              @loulou


              Très juste ! La seule chose importante ici n’est pas le contenu de l’article mais juste le rapport Coran/Bible que l’auteur ne peut expliquer. Mais pour moi c’est déjà très pertinent de trouver le premier rapport entre deux choses...

            • JC_Lavau JC_Lavau 21 août 10:51

              Rappel : « qoran » est un mot juif, désignant un lectionnaire. Celui qui est actuellement désigné comme « Muhammad » était un syrien, judéo-nazaréen, qui recrutait des supplétifs arabes pour reconquérir Jérusalem.

              La Mecque n’existait pas encore de son vivant. Fondée vers 760.
              Le caravansérail des Qoraish était encore visible et sur les cartes en 1920. Il est actuellement sous les eaux du lac de barrage Tischreen.

              On peut ouvrir un concours de falsifications entre les religions dites « du livre », il n’y en a pas une pour racheter les autres.

              • Claude Simon Claude Simon 21 août 19:39

                @JC_Lavau


                Le hic, c’est lorsque les mensonges deviennent vérité. S’ils sont bienveillants avec date limite de péremption à destination de l’utilisateur indiqué sur l’emballage, ça passe.

                Merci aux historiens. Ca nous fait une belle trame de la construction culturelle des monothéismes, des El-ohim (phénicien) et le YWH shassou jusqu’à Mahomet. Ca permet de pondérer un certain multi-culturalisme.imposé par un mille-feuille de raisons impérialistes.

              • Pascal L 22 août 15:18

                @JC_Lavau
                Il existe un deuxième lieu qui était présent sur les cartes grecques de l’époque. Il s’agit du Khân el-Qurashiyé à 30 km au nord-Est de Lattaquié qui a pour avantage d’être très près de la mer et explique les références à la pêche et à la salinité de la mer dans le Coran. Les archéologues y ont trouvé les restes d’un campement jouxtant les ruines d’un village juif.

                Coran est utilisé dans la langue syriaque et non dans l’hébreu, mais cela désigne bien le lectionnaire qui était lu à l’assemblé. Le lectionnaire est composé de plusieurs livres et non d’un seul. Il semble qu’il était composé à l’époque de la Torah et de l’Evangile Judéonanzaréen qui n’est plus connu que par des citations.
                Muḥammad était plutôt arabe que judéonazaréen, mais il avait bien adopté la foi des judéonazaréens et s’était fait prédicateur acharné avec un discours très eschatologique qui annonçait un retour imminent de Jésus pour fonder le royaume de Dieu sur terre, royaume ou le pouvoir serait donné aux croyants. C’est pour cela que les arabes se sont concentré sur la prise de Jérusalem qu’ils ont réussi en 638 (Muḥammad est mort en 634 et non en 632 car il est attesté quatre fois à la bataille de Gaza).

                Pour la fondation de La Mecque, je pense que c’est avant 760. La première mosquée dont la qibla pointe vers La Mecque a été fondée en 725 et c’est devenu une obligation en 822. Une ville de l’Arabie Pétrée a été utilisée comme ville sainte entre Jérusalem et La Mecque et ce pourrait bien être Petra. on peut supposer que la fondation de La Mecque est due au calife ʿAbd Allah ibn Al-Zubayr dans les années 680. Celui-ci revendiquait le pouvoir aux Omeyyades au non de la descendance de Muḥammad, mais n’a jamais régné sur la Syrie et les lieux saints. Il a fait frapper des pièce au nom de Muḥammad en 684 et c’est le premier texte avec ce nom après la mort de Muḥammad. Al-Zubayr a été battu par ʿAbd Al-Malik en 692. ʿAbd Al-Malik a repris à son compte l’idée d’un prophète purement arabe et Muḥammad tombait bien. Son nom s’écrivait mḥmd dans l’écriture défective de l’époque avec 16 consonnes (sans majuscule ni consonne doublée). Or mḥmd peut tout aussi bien vouloir dire « le loué » ou « le désiré ». Or « le désiré » pour l’époque ne pouvait que désigner Jésus dont le retour imminent était attendu. Pour ʿAbd Al-Malik, cela permettait de créer une religion purement arabe et les inscriptions ambigüe du Dôme du Rocher qu’il venait de construire trouvaient une nouvelle légitimité.

                La seule religion du livre connue est l’Islam. Si vous affirmez que le Judaïsme et le Christianisme sont des religions du livre, c’est que vous acceptez le discours musulman. La Bible n’a pas le même rôle que le Coran. La Bible peut faire l’objet de toutes les études critiques possibles, mais si vous trouvez une falsification dans les Evangiles, faites moi signe, beaucoup de génération d’Imams s’y sont cassé les dents et certains se sont même convertis.

              • Massada Massada 21 août 11:02

                Oui, c’est un plagiat mais un très mauvais plagiat.

                Mohamed jaloux que les juifs et les chrétiens avaient leurs textes sacrés a voulut quelque chose de semblable pour les tribus arabes.
                Il fit une compilation des textes bibliques dont il ne comprenait pas grand chose avec des ajouts perso suivant ces défaites ou victoires militaires.
                 
                On se retrouve avec un salmigondis incompréhensible avec tout et son contraire.


                • QAmonBra QAmonBra 21 août 11:03

                  Merci @ l’auteur pour le partage.



                  (. . .) « Surprenant n’est-ce pas ? » (. . .)



                  Si votre surprise n’est pas feinte, il n’y a aucune raison de le croire, elle est révélatrice de la grande ignorance d’une majorité de nos concitoyens en matière d’Islam et, hélas, en bien d’autres domaines.

                  C’est dans ces carences, comme brèches béantes, que s’engouffrent impunément nombre de menteurs intéressés et d’ignares jouant les savants, au point qu’on peut sérieusement craindre que l’abêtissement des français rejoigne bientôt celui des « zuniens ». . .


                  • Crab2 21 août 12:03

                    Lectures comparées

                    Coran
                    - Ancien Testament - Nouveau Testament - Réforme de l’École et du collège

                    Un athée, bien souvent, ayant dans sa prime enfance « baigné » dans un milieu religieux, s’il admet la critique athée et féministe des religions aura toujours un peu de mal à souscrire au blasphème, c’est un peu surprenant dans la mesure où en principe blasphémer ne concerne que les religieux entre-eux
                    - cela dit, dans l’actualité tout se dit, tout se lit, tout se débat sur le coran dans …. suites :

                    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2015/05/lectures-comparees_10.html


                    • cathy cathy 21 août 12:50

                      Le nom de Jésus ne parait pas dans le coran, mais le nom de issa qui veut dire Esaü, celui qui vendit son droit d’aînesse pour un plat de lentilles. Un livre écrit par des pharisiens, ils ne pouvaient résolument pas mettre le nom de Jésus dans ce livre. De plus le moyen orient était chrétien, les maghrébins connaissaient bien le nom de Yeshoua. Non ils ne se sont pas trompés en mettant le nom de Issa, et en lui donnant pour mère Myriam, la soeur d’Aaron, restant dans la tribu des sacrificateurs lévitiques et par la même en enlevant tout droit divin à Jésus-Christ par la promesse faite par Juda.


                      • QAmonBra QAmonBra 21 août 14:11

                        @cathy


                        (. . .) « Un livre écrit par des pharisiens, ils ne pouvaient résolument pas mettre le nom de Jésus dans ce livre. » (. . .)


                        Totalement faux, car vous omettez une précision fondamentale, les premiers partisans post mortem de Yéshoua étaient des juifs connus dans l’histoire sous l’appellation de nazaréens, le cousin de Khadija, la 1ère épouse de Mûhammad, en était un et se nommait Ibn Waraqa,

                        Ce serait ce dernier qui, le 1er aurait rassuré et confirmé le prophète de l’Islam dans son rôle de messager d’Allah, après la 1ère visite de l’archange Djibril, car Mûhammad pensait devenir fou.

                        Contrairement à, ce que vous affirmez par ailleurs, Aïssa fils de la vierge Méri Oum (Marie mère) est bien le Jésus de ce qui va devenir plus tard les chrétiens, ou adorateurs du Christ, mais pour les musulmans il ne serait pas mort sur la croix, ce serait un autre à sa place, ce qui ne veut pas dire qu’il ne soit pas mort plus tard car, toujours pour les musulmans, l’immortalité n’appartient qu’à Allah. . .


                      • P.-A. Teslier 21 août 15:25

                        @cathy

                        vous dites que le nom de Jésus n’apparaît pas dans le Coran.

                        FAUX il est cité plus de 20 fois !

                        voir les versets suivants où le nom de Jésus est cité :

                        2.87  ; 2.136  ; 2.253  ; 3.45  ; 3.52  ; et 19 autres fois. Il faut juste lire !.


                      • cathy cathy 21 août 18:54

                        @P.-A. Teslier
                        Je dis que issa n’est pas le nom de Jésus mais d’Esaü.


                      • cathy cathy 21 août 12:54

                        Si vous êtes intéressé, par les différentes traductions de la bible avec les strongs hébreu et grec, c’est ici : http://www.enseignemoi.com/bible/


                        • cathy cathy 21 août 12:56

                          Il n’y a pas la TOB


                        • P.-A. Teslier 21 août 15:43

                          @cathy

                          ICI la TOB (traduction oecuménique de la Bible).

                          Idem sauf pb de virgules ou de points !


                        • _Ulysse_ _Ulysse_ 21 août 13:15

                          Je vous trouve bien sévères avec l’auteur.

                          Vous parlez d’évidence mais tout de même :

                          Pour la faire court, on a l’évolution suivante :

                          Bible Hébraïque -> Bible chrétienne -> Coran.

                          Les religions du livre sont tout de même très proches. La seule différence essentielle est
                          que le judaïsme n’est pas prosélyte. Le reste c’est essentiellement cosmétique et des différences protocolaires on va dire (carême chez les chrétiens, ramadan pour les musulmans... par ex).

                          Les trois textes sont par ailleurs tous les trois très violents.

                          Vous faites un mauvais procès à l’auteur
                          .
                          Déjà parce qu’on lit et entend régulièrement qu’il n’y aurait que le coran qui serait violent ...
                          Ce qui est contradictoire avec l’hypothèse de départ.

                          Ensuite, ce n’est jamais dit nul part que le coran est une reprise de la bible.
                          Enfin, c’est très très loin d’être admis par tout le monde.

                          La plupart des gens à qui je dit cela en rigolent, me prenne pour un fou et bien souvent un pro islam ...


                          • QAmonBra QAmonBra 21 août 13:37

                            @_Ulysse_

                            (. . .) « La seule différence essentielle est que le judaïsme n’est pas prosélyte. » (. . .)


                            N’est plus prosélyte, apparemment, (faut bien les peupler les colonies d’eretz $ion !) serait une formule plus exacte.

                            Il est scientifiquement prouvé grâce, notamment, aux formidables progrès en génétique, que plus de 90 % des personnes se prétendant juives sont soit des européens, soit des berbères, voire même des arabes convertis au Judaïsme voici plusieurs siècles. . .


                          • Vraidrapo 21 août 16:09

                            @QAmonBra
                            90 % des personnes se prétendant juives

                            Ceci rejoint la contribution de Shlomo Sandt.
                            En extrapolant, on pourrait avancer la formule que « l’Assemblée de ce peuple prétendu juif est un Club de communautés cooptées et autoproclamé ».
                            Certains prétendent même que les Palestiniens seraient l’authentique peuple hébreu qui n’a jamais quitté le Pays...
                            On ne convaincra jamais beaucoup de gens, tant les choses sont allées loin mais, ça fait plaisir de le lire ou de l’écrire.
                            De toutes façons, ceux qui nous succèderont (peut-être) sur cette Planète verront bien si dieu viendra sauver les siens lors de la prochaine inversion des pôles magnétiques terrestres... dans 2 millénaires environ.
                            Comme j’aurais voulu y assister pour me taper sur les cuisses smiley smiley ...


                          • zzz999 21 août 16:40

                            @_Ulysse_

                            Où avez-vous vu que la bible Chrétienne était violente ? Je parle ici explicitement du nouveau testament puisqu’avant par définition Jésus n’était pas encore incarné.


                          • QAmonBra QAmonBra 21 août 16:57

                            @Vraidrapo

                            (. . .) « On ne convaincra jamais beaucoup de gens, tant les choses sont allées loin mais, ça fait plaisir de le lire ou de l’écrire. » (. . .)

                            Comme la crasse, de multiples couches de mensonges et de mythes pris pour argent comptant au fil des millénaires et crédités encore de nos jours !

                            (. . .) « Comme j’aurais voulu y assister pour me taper sur les cuisses   ... »

                            C’est pour cela que j’ai choisi de me fendre la poire dès à présent, plutôt que de me prendre la tête avec les ignares, les ânes (j’en demande pardon au cousin asin) chargés de livres et autres menteurs congénitaux. . . 

                          • macchia 21 août 14:00

                            « Une religion peut en cacher una autre »-Coluche


                            • kalachnikov kalachnikov 21 août 14:40

                              Il s’agit de la même croyance, le maître-mot est ’dieu révélé’ ; dieu s’est révélé à Abraham, puis à Moïse sous le nom de Iahvé, etc, etc. Il y a toute une généalogie spirituelle ; Moïse, Jésus et Mahomet sont à proprement parler des réformateurs qui se succèdent ; leur discours est qu’ils viennent parce que la foi est perdue ou corrompue. Leur querelle interne, propre à cette macédoine commune, est liée en fait à la question du monopole. La réalité du cas Jésus, c’est qu’avant l’universalisation de son supposé enseignement, il s’agit d’un schisme à l’intérieur du judaïsme entre un contestataire et l’ordre établi.

                              Pour le reste, aucun de ces livres n’est écrit par le protagoniste qu’il met en scène ; ce sont des ouvrages politiques parce qu’ils suivent un but originel : chez les juifs, il s’agit de donner une identité nouvelle (la judéité) à un peuple en effaçant sa mémoire première (une sorte de greffe du mental, qui se fait avec des moyens révoltants) ; chez les Chrétiens, il s’agit via l’universalisation de judaïser le monde entier (saint Paul était juif, ex- persécuteur chrétien ; élevé dans le culte de la culpabilité propre aux Juifs, tortionnaire, il ne pouvait donc finir que dingo et exporter sa pathologie au monde pour faire du christianisme un machin doloriste ne voyant que le Péché) ; chez les Musulmans, il s’agit tout d’abord de créer un empire (le Califat).

                              Chez les premiers, l’affaire est interne et il ne peut y avoir ni conversion, ni prosélytisme. Pour les deux autres, l’affaire est externe et devient possible. Dans ces deux cas, les livres sont la trahison-même des enseignements de Mahomet comme de Jésus qui ne sont d’ailleurs invoqués qu’en tant que faire-valoir et utilités pour légitimer et ancrer dans la généalogie. D’ailleurs, ces derniers, n’avaient strictement rien prévu sur le plan concret pour leur suite, pas d’héritier, etc.

                              Ces livres sont des collections et c’est pourquoi ils sont politiques, ils procèdent de choix ; et la raison du choix, c’est justement le but politique qu’ils poursuivent et qui est inscrit dans leurs gènes ainsi que l’autel pourri sur lequel ils s’érigent : sacrifier l’individualité pour faire une bonne grosse masse bien larvaire.

                              Les points communs vont au-delà des occurences ; c’est par exemple que le dieu est invisible à tous hormis au héros qui a un contact privilégié ; et bien entendu ce héros ne peut infirmer ou confirmer, ’tu crois ou tu ne crois pas’ et ’si tu ne crois pas, pan, t’es mort’. Tout ça, ce sont des ficelles psychologiques qui ont part aussi bien au modelage psychologique chez l’individu que dans les affaires d’ingéniérie sociale. (il y en a plein d’autres, la Menace/crainte du Châtiment, par exemple, avec les prophéties apocalyptiques chez Daniel, Jean ou le thème du ’guide attendu’.

                              Concernant spécialement le Coran, il est facile de comprendre qu’il est écrit en s’inscrivant dans une généalogie et en fonction de. Par exemple, il est obligé de nier la divinité de Jésus car la démagogie a été placée très haut pour ce coup-là (l’incarnation du dieu que personne ne doit voir) et il est impossible de faire mieux (c’est-à-dire de plus vulgaire). Idem concernant la notion d’au-delà merveilleux, absent chez les Juifs, par exemple. Mais voilà, quand tu veux concurrencer un marchand, si celui-ci propose la vie éternelle, il faut au moins t’aligner si tu ne peux proposer mieux. Sinon le chaland ne change pas de crémerie et le crémier gardera son monopole.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès