• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le jour du « Dépassement ». Croîs, crois, croa…

Le jour du « Dépassement ». Croîs, crois, croa…

Lemaire, ministre de l’économie et du fric, tirait sa gueule d’employé de banque pour dire que le gouvernement compte réviser à la baisse sa prévision de croissance pour l’économie française en 2018 après le "chiffre décevant" du deuxième trimestre. La sacro-sainte croissance foutrait le camp ?

« Croissez et multipliez-vous », qu’il aurait croassé le prétendu taulier si l’on en croit les élucubrations des diverses névroses collectives encore appelées religions.

La croissance ralentit se lamentent les politicards à la solde des multinationales…

La croissance économique nous mène dans le mur chougnent les « décroissants »…

La croissance démographique mène l’humanité à sa perte, prédisent les pessimistes lucides…

Ouais. Mais qui faut-il croire dans cet embrouillamini ?

Ben, un peu tout le monde, ça dépend du point de vue que l’on adopte.

La croissance qui ralentit, ce sont des chômeurs en plus. Peut-être. De toute façon le travail comme vecteur de redistribution des richesses créées a vécu. Il faut donc trouver une autre voie de répartition de ces richesses afin que les citoyens puissent vivre décemment. Le revenu universel, sous quelque forme que ce soit, est inéluctable.

La croissance illimitée dans un monde aux ressources limitées est une stupidité totale. Plus de 43 millions de bagnoles ont déjà été fabriquées cette année, plus de 150 millions d’ordinateurs ont déjà été vendus cette année. Plus de 3 millions d’hectares de forêts ont déjà été détruits cette année. Plus de 4 millions d’hectares de terres arables ont été perdus par l’érosion des sols, Plus de 5,6 millions de tonnes de produits chimiques toxiques ont été déjà balancées dans la nature par les industriels cette année… Allez voir là !

Mouais… Mais demandez à Kevin de laisser son smartphone et sa caisse pétaradante au garage et à Jennifer de renoncer à ses belles fringues, faut être optimiste… Les « décroissants » croissent moins vite que les con-sommateurs boulimiques.

Quant à l’emballement démographique, chut, faut pas dire de gros mots, c’est rien, c’est pas grave, la Terre peut nourrir jusqu’à 10 milliards d’estomacs voraces et même plus si affinité (pour les affaires). Tè, au moment où j’écris, le compteur vient de dépasser, à fond la caisse, le nombre effarant de 7 639 630 423 Terriens ! Nous avons passé la barre des 7 milliards le 31 octobre 2011… La croissance démographique mondiale cette année dépasse déjà les 47 788 289 (plus de 47 millions) de nouvelles bouches voraces. Dans les années à venir, « ils » mangeront peut-être (comme dans « Soleil vert ») mais ils mangeront debout parce qu’ils n’auront plus la place de s’asseoir !

Bon, tout ça pour en venir à quoi Victor ? Tu veux nous gâcher les vacances ? Tu as raté ton aïoli ? T’as eu un accident de hamac ?

Ben non, c’est juste que ce mercredi 1er août est le « jour du dépassement » !

Qu’es aco ?

C’est la date à laquelle nous avons utilisé plus d’arbres, d’eau, de sols fertiles et de poissons que ce que la Terre peut nous fournir en un an pour nous alimenter, nous loger et nous déplacer et émis plus de carbone que les océans et les forêts peuvent en absorber. Autrement dit en sept mois on a bouffé ce qu’on devait bouffer en un an. Donc on va vivre cinq mois à croum ! À noter qu’en 1970, le « jour du dépassement » était le 29 décembre !

À noter qu’il existe des pays plus ou moins vertueux à l’échelle du globe. La France est un mauvais élève puisque son jour de dépassement était le 5 mai dernier. Mais il y a pire. Ainsi le Qatar, cette verrue de l’horreur, et le Luxembourg, ce repaire de tricheurs ont respectivement atteint leur « jour de dépassement » les 9 et 19 février. À l’inverse, dans un pays comme le Vietnam, la date retenue est celle du 21 décembre.

Ouais mais alors qu’est-ce qu’on fait ? Vaste programme… Revoir la façon dont sont pensées les villes pour limiter l’utilisation de la voiture et l’émission de polluants, développer et privilégier les énergies vertes, lutter contre le gaspillage alimentaire et la surconsommation de viande, et surtout limiter l’expansion démographique…

Depuis 1950, la Syrie a vu sa population passer de 3,4 à 20,7 millions soit une multiplication par 6,1… Durant la même période, l’Érythrée est passée de 1,1 à 5,2 millions et la Somalie de 2,3 à 10,8 millions (soit pour ces 2 pays une multiplication de la population par 4,7)… Quant à l’Afghanistan, le passage de 7,8 à 32,5 millions correspond à une multiplication par 4,2.

Attention, cela ne signifie pas que c’est directement l’explosion démographique qui a causé les guerres actuelles, mais il est cependant probable que ce facteur a joué, ne serait-ce que parce que les autorités n’ont pas pu subvenir correctement aux besoins d’une population en croissance continue et disproportionnée par rapport aux ressources disponibles.

On ne sait déjà pas comment résoudre le problème des migrants actuel, ce n’est pourtant que le hors-d’œuvre. Le plat de résistance, entre l’explosion démographique et le changement climatique est à venir. Et il sera particulièrement indigeste pour nos pays de gaspilleurs bouffis…

 

Illustration X - Droits réservés


Moyenne des avis sur cet article :  3.2/5   (40 votes)




Réagissez à l'article

152 réactions à cet article    


  • jymb 1er août 10:27

    il est de bon ton de gémir contre l’étalement urbain et d’assurer que c’est du passé


    Une petite balade montre l’inverse de manière écrasante.

    Limites d’agglomérations repoussées en rase campagne ( pas perdu pour les boites à fric-radars), puis lotissements clapiers à la place des champs, où des baraques sont casées au chausse pied sur des parcelles ridicules ( mais sans doute trés rentables pour des promoteurs complices) 

    Idem autour des villes
    Je conseille Montpellier pour une urbanisation complétement folle sur ces dernières décennies...plus une vigne, plus un champ, une agglomération vertigineuse remontant au nord, est, ouest, la N113 massacrée, devenue une infâme boyau « 3O » les immeubles 19 émes remplacées par un bétonnage d’immeubles effarant 

    Les bobos, les politiques x et y se lamentent sur les terres fertiles, la verdure, la perte des champs et des campagnes 
    Et font l’inverse absolu de manière écrasante 

    • oncle archibald 1er août 11:12

      @jymb : tout à fait d’accord, et dans les conséquences de cette urbanisation horizontale complètement débile on oublie les coûts pour la collectivité (ramassage des ordures, allongement des réseaux, etc etc ), et le coût des sinistres qui résultent de ce bétonnage honteux quand survient un « épisode cévenol ».

      Puisque vous faites référence à Montpellier nécessairement vous savez ce que c’est. Une très grosse pluie de printemps ou d’« automne quand les nuages pleins d’eau venant de la mer se retrouvent coincés par le vent d’ouest qui veut rentrer, c’est très courant depuis toujours dans le midi, mais les conséquences de ces intempéries très naturelles et prévisibles deviennent horribles. Toute l’eau descendue du ciel est collectée par les toitures, les terrasses, les rues, les trottoirs, etc etc .. et se retrouve en quelques minutes seulement dans des égouts saturés et des ruisseaux qui débordent puisque les horribles pavillons et leurs infrastructures ont remplacé ces »surfaces absorbantes« naturelles très efficaces que constituaient les terres agricoles labourées. Toute cette eau ne sachant où aller déborde en quelques heures, parfois moins, dans les maisons, les commerces, les écoles .... C’est de la folie pure et simple.

      Personne n’a voulu voir autre chose que son profit immédiat, que ce soit les agriculteurs qui font fortune non pas avec leurs vignes mais en vendant du terrain à bâtir, les promoteurs, les banquiers, les marchands de matériaux, et même les acquéreurs qui ont vu qu’ils allaient avoir leur »pavillon 4 faces« (surtout ne pas construire en mitoyenneté, berk berk berk, toucher la maison de son voisin quelle horreur, peut être il a la gale !) sans deviner que ce qu’il leur fallait acheter en premier pour équiper leur cabane améliorée ça n’était pas un barbecue mais des bottes, des lave-pont et des serpillères !

      Misère, misère, aurait dit Coluche qui avait si bien compris comment fonctionnent les crédits immobiliers et comment les pauvres gens se font arnaquer !

       »Pendant le crédit, tu répares c’qui s’écroule, et au bout de 15 ans, les ruines sont à toi."

      http://www.leblogfinance.com/2006/12/coluche-au-bout.html


    • V_Parlier V_Parlier 1er août 13:16

      @jymb

      Il faut dire que la manie des exilés de la ville à vouloir perpétuer leurs habitudes une fois arrivés à la campagne (les sorties, le shopping, le ciné, le resto) facilite le phénomène. Si c’est de la vraie campagne ils la transformeront eux-mêmes en ville, comme j’en ai déjà été le témoin.

      Dans l’article je lis : « Le revenu universel, sous quelque forme que ce soit, est inéluctable. »
      -> Et la retraite moins tardive, ce ne serait pas plus juste que cette lubie injustifiable ? La répartition du travail, ça peut se faire (*) en temps travaillé (de différentes manières) mais pas en nombre de personnes. (Hors de question que je travaille pour un groupe d’élus au revenu universel). Je rappelle que nous n’avons pas de manne pétrolière pour financer ça, et même chez ceux qui l’ont ça n’a pas marché bien.

      (*) Bien entendu, en situation de libre échange tout cela n’est même pas envisageable. Mais le peuple a choisi depuis déjà longtemps...

    • Gisyl 1er août 13:34

      @jymb


      Pas d’accord pour Montpellier : il vaut mieux des barres d’immeubles à la limite des vignes comme dans le quartier Pablo Picasso plutôt que des pavillons sur 30 km comme en banlieue parisienne. C’est cet habitat concentré qui vous permet pour l’instant d’éviter l’étalement urbain réellement monstrueux de l’Ile-de-France !

    • oncle archibald 1er août 17:02

      @Gisyl :

      Ce qui permet d’éviter l’étalement urbain c’est la volonté politique exprimée concrètement dans les règles du PLU. Si on ne veut pas d’extension des quartiers pavillonnaires on laisse aux terres qui la permettraient leur vocation agricole, point final ....

      Mais pour faire ça il faut être capable de résister aux sirènes car du pognon en jeu il y en a beaucoup et donc il est « possible » que des pressions soient exercées sur les décideurs !


    • hervepasgrave hervepasgrave 2 août 01:22

      @V_Parlier

      Bonjour, autant je suis d’accord sur le fait qu’une majorité d’imbéciles irresponsables veulent la ville a la campagne,chose qui est incompatible dans un monde ou les terres ont été spoliers depuis longtemps et que cela remettrait en cause le sens de la propriété sous toutes ses formes perverses.Surtout et notamment le fait de vouloir être propriétaire d’un lieu,d« une région.la possession donne le pouvoir dans notre monde.Le progrés ne s’accorde pas avec les avantages
      et l’héritage.Voila surtout le problème.Et puis il y a un problème que l’humanité devra résoudre tôt ou tard »qui a le droit de vivre ?«  »qui peux se permettre d’avoir par possession et héritage le droit de vie et de morts ?« C’est bien là un défi pour l’avenir car ceux qui parlent de cout ,ne sont que ceux qui nous coute cher ,très cher.Il sont réfractaires a toutes les avancées.Alors s’ils pouvaient massacrer les autres ,ils ne se gêneraient pas ! Nous sommes toujours au même point qu’a la case départ »la loi du plus fort« Mais la différence entre les possesseurs d’aujourd’hui »les héritiers« et leurs ancêtres eux se sont sali les mains,mais nos héritiers d’aujourd’hui délèguent ou veulent créer ce monde virtuel pour se cacher et s’extraire a la vue de tous et sur tous les continents.Vous défendrez bec et ongles cette monstruosité qu’est le commerce et la loi du fric,mais vous serez victimes par effet ascenseur. Il est parait-il la-bas dans un pays lointain un monument qui donne l’objectif de 500 millions d’humains sur terre,le message est clair, il faut faire le vide.Mais qui seront ces 500 millions de survivants »hum ! c’est là tout compte fait que j’aime la science fiction ,qui risque d’être en retard par rapport a la réalité.Vous parlez comme les propriétaires de toutes choses et certainement pas comme des humains.Il faut urgemment revoir l’ordre des choses qui nous est imposé sur notre planète.Car les humains ,ne seront pas en surnombre dans un monde sans guerres,sans famine,mais c’est là que le bas vous blesse sans aucun privilège.Un médecin ne serait qu’un individu lambda avec la même vie qu’un balayeur,plus de rois ,de présidents,chefs de mes fesses qui par captation auraient des avantages ,niet tout le monde eau même pain.Alors ! en attendant l’injustice,les misères,les famines,les guerres ont encore de belles heures a vivre.

    • Enabomber Enabomber 2 août 07:55

      @oncle archibald
      Ce qui permet d’éviter l’étalement urbain, c’est aussi de supprimer les allocs au-delà du 3ème enfant, qui est là aujourd’hui pour rembourser le prêt du cagibi en cité dortoir. Dans cette optique, avoir un 3ème et plus devient un choix à assumer financièrement, ce qui responsabilise les parents.


    • Hecetuye howahkan 2 août 10:42
      @hervepasgrave

      Salut....comme aurait pu dire jacquouille : je plussoie...

      je crois que la masse des humains, sauf exceptions, non seulement n’a rien compris à la chute qui va venir et en fait est en cours , mais en fait elle continue a tombeau ouvert vers celle ci, avant d’être une chute matérielle elle est avant tout une chute terrible mentale due à la perte de nos capacités intelligentes collectives...la pensée n’étant qu’une calculatrice...certes complexe mais une calculatrice nez en moins...

      après tout cette chute me semble devoir arriver non ?

      sans aucun privilège sera le changement radical à venir..oui

      la pensée ne peut créer ex nihilo cela....nous avons donc un chemin en nous même à accomplir..

      c’est pour moi la raison du pire qui s’abat sur certains et ce de + en +.....


      le pire, le mal, etc dans le monde extérieur joue exactement le même rôle que la souffrance mentale pour une personne...c’ est simplement multiplié par 7 milliards
      le malheur de cette non vie ne nous lâchera pas tant que nous sommes sur la mauvaise route, car c’est un procédé certes issu de L’Origine mais il est mécanique , il est intégré à la pensée et si celle ci comme c’est notre cas depuis genre disons 5000 ans mais là je ne sais pas, si celle ci est la seule capacité encore en marche, et bien elle ne peut que produire de la souffrance et des désastres, y compris le suicide ultime du à la tentative de fuite impossible de la douleur, comme pour une personne là encore bien sur ..et si au bout d’un moment rien ne change radicalement chez les humains , nous serons simplement éliminés...par mère nature..

      ceci me fut montré par ??? et ai donc vu tout cela..comme dans vision..et bien plus....

      merci de ton post..

      je te salue..

    • Enabomber Enabomber 2 août 12:18

      au-delà du 2ème, pardon.


    • hervepasgrave hervepasgrave 2 août 14:37

      @Hecetuye howahkan
      Bonjour, cela rassure de ne pas être seul a penser comme moi !Le seul regret ,c’est certainement qu’une très large majorité et cela l’échelle mondiale qui pense ce que je dis,mais ce qui me désole c’est que cette majorité est d’une lâcheté sans commune mesure avec ce qu’ils subissent ! Je ne comprends décidément pas comment un pauvre hère comme moi qui se considère peureux et faux jetons arrive tout de même a ne pas baisser la tête,malgré l’adversité !Je te salue,même si des fois je ne te comprends pas toujours et que je me demande si tu délire.Cestpasgrave ! je ne dis pas cela pour te choquer ,mais c’est l’expression de mes sentiments honnêtes.


    • Hecetuye howahkan 2 août 15:27

      @hervepasgrave


      Salut....je crois qu’il s’agit aussi d’ignorance.....
      là ou « on » ne comprends pas , il y a paralysie de l’action...

      pour certains , nombreux, c’est évidemment du pur délire...mais il est toujours plus facile de voir le délire réel ou supposé de l’autre et pas le sien...

      j’ai vécu des moments plus que étranges, en paix totale et bien plus que cela , remplis de pur contentement sans raison, que la plupart n’ont pas vécu, cela fait très hautain et élitiste en apparence mais est juste l’expression d’un fait, et il n’y a ni valeur + ni - la dedans, et ceci n’est pas un jeu de la pensée capable bien sur de sortir avec aplomb n’importe quelle connerie imaginaire..pour se faire valoir, paraître modeste en étant un, mais j’ai eu et ai la chance de voyager dans la souffrance et faire semblant est de la souffrance, donc je ne joue plus...........certains les ont aussi vécu évidemment, pas mal je pense mais plus dans les sociétés non occidentale...surtout mais pas seulement ceux qui sont allé sans le vouloir sur les chemins de l’Emily ou état de mort imminente, or ce que j’en sais pour en avoir parlé avec des gens qui ont vécu cela c’est que ce sont en fait des moments de vie, la vie t’ elle que nous passons quasi intégralement à coté....

      cela cette capacité à la critique doit absolument être utilisé contre soi même..mais pour commencer chercher les faits réel pour la critique dans le monde extérieur est un bon apprentissage

      et à un moment nous devons utiliser cela contre soi même...

      bon etc il y a tant et tant à dire...

      bon je te salue..

    • hervepasgrave hervepasgrave 2 août 16:51

      @Hecetuye howahkan

      Re,
      Pour tout avouer j’ai connu aussi l’approche de la mort,mais le décrire est assez difficile dans notre monde.Cela ne ma que confirmé que ce n’est rien de mourir.Que la souffrance,la douleur et même les drogues pour apaiser ces douleurs ne servent a rien et que la mort n’empêche pas de rester lucide.L’approche de la mort est une chose intéressante pour se connaitre et peux surprendre.Car c’est a ce seul moment que tu connais ta valeur réelle.Avant d’avoir vécu cela tu ne peux être certain de ce que tu es vraiment, est - tu un homme fiable ou simplement changeras tu devant le dernier moment.Te vendras tu pour ne pas mourir..... Alors quand un jour il y a déjà longtemps j’ai été marqué par le regard d’une vieille femme que l’on gardait en état de légume pour faire de l’argent. A la différence des autres j’ai lu dans ces yeux qu’elle souffrait,elle n’était pas morte cérébralement et cela m’a marqué et quand c’est a toi que cela arrive et que tu lis dans les yeux de ceux qui te regarde ,là tu comprends qui a peur,qui a peur presque d’avoir des comptes a rendre un jour ! c’estpasgrave ! mais après cela tu es plus serein. Allez salue l’indien !

    • Hecetuye howahkan 2 août 17:20

      @hervepasgrave


      Oui assez difficile dans notre monde car c’est rejeté..or rejeter un tel absolu est une erreur....absolue..car tout étant à sa juste place sur le plan mental évoquer la mort donc le futur donc l’inconnu est entre autre avec la souffrance mentale vécue ce qui ouvre nos autres capacités sans le chercher, et oui c’est un paradoxe pour la pensée...il est un monde ou si je cherche je ne trouve rien du tout et nous sommes là coincés..
      Une fois j’aurai du ne plus être, être mort, mais la réponse fut : non fait pas « chier » pour le moment ......alors je saisis ce que tu dis..il y avait un certain calme présent...ce fut presque banal...presque bien sur....ce qui est souffrance c’est de résister en fait..

      et c’est là ou tout cela est vital car cela, ce principe de la souffrance s’ applique en fait quasiment partout sur le plan mental...je résiste au fait, je veux ceci....là les problèmes commencent, je ne parle pas ici bien sur d’organiser la vie pratique , je parle de cette sorte de moi je contre l’univers..combat perdu d’avance bien sur et bien sur pas par l’univers

      merci du partage...je te salue également..ciao !!

    • Sozenz 3 août 16:49

      Globalement, les 4 000 principaux groupes cotés à travers le monde pour lesquels les données sont disponibles affichent un bénéfice par action en hausse de près de 15 % par rapport au même trimestre de 2017, selon Bloomberg.

    • Matlemat Matlemat 1er août 11:59

       La baisse de la croissance fait qu’il sera impossible de rembourser les dettes, pourtant les obligations d’état comme la France ou les USA sont toujours considérés comme sûr !


       Les dirigeants ont besoin de croissance pour gérer les budgets nationaux car, incapable de gérer l’argent des autres, il y a toujours plus de dépenses que de rentrées.

       La croissance de la population sert aux commerçants pour vendre toujours plus de leurs produits et babioles.

       A défaut d’anticiper et d’avoir une décroissance choisie on finira par avoir une décroissance subie, c’est à dire un effondrement.
       

      • V_Parlier V_Parlier 1er août 13:20

        @Matlemat
        Le commerçant peut se contenter d’une croissance zéro tant qu’il reste bénéficiaire. Les entreprises cotées en bourse, c’est carrément autre chose. Des résultats identiques à l’année précédente (même si elle était considérée bonne) sont considérés comme un échec.


      • Matlemat Matlemat 1er août 13:22

        @V_Parlier
         Oui, et une action dont le prix n’augmente pas ça n’est pas bon pour l’investisseur.


      • Enabomber Enabomber 2 août 08:02

        @Matlemat
        Ponzi


      • Spartacus Spartacus 1er août 12:25
        Les stats gaucho-ecolo bobos, plus c’est con, plus c’est gros et anxiogène plus ça passe !

        Y’a plus plus d’arbres, d’eau, de sols fertiles et de poissons.....
        C’est le jour fatidique, y’a plus rien a bouffer....
        Ca y est nous mourrons tous a partir d’aujourd’hui...Dans d’affreuses souffrance.
        Quelle horreur l’auteur va mourir ce soir....
        Dieu est ton âme...Victor.  smiley

        Y’a plus ou marcher et se baigner... 
        Hectares de forêts détruits cette année. Hectares de terres arables érodés. Produits chimiques partout...
        Prions pour Victor, lui qui vivait dans un paysage sans arbres et dans le désert....

        • gnozd 1er août 14:27
          @Spartacus

          Vous êtes vraiment une caricature !


        • Eric F Eric F 1er août 15:22

          @Spartacus
          Le retour à la terre et la tempérance étaient typiquement des valeurs de droite, mais c’était la droite conservatrice des valeurs, et non la droite frivole de l’argent immédiat.


        • Sébastien A. 1er août 15:58

          @Spartacucu Ave,

          Le respect de la nature, la sauvegarde des ressources naturelles et l’inflexion de la démographie sont les principaux problèmes de la planète, bien plus que le nombre de chômeur, la croissance ou le solde de la balance du commerce extérieur. C’est sûr que les thuriféraires de l’économie dans votre genre se disent : "plus de gens, c’est plus de consommateur, donc plus de croissance. CQFD" et je ne vous en fais pas remontrance tant voilà un raisonnement qui semble frappé au coin du bon sens et du pragmatisme. Mais non, ça ne se passe comme ça en fait, et avec un peu de bon sens, on voit bien que cela pose des problèmes ; je vous donne quelques exemples simples pour vous faire comprendre :

          1. les arbres ne poussent pas jusqu’au ciel (je sais c’est douloureux comme révélation)
          2. plus on est de fous, moins y’a de riz (et plus il est cher)
          3. la chaîne alimentaire commence par les bactéries et se termine par l’homme, donc si on détruit notre substrat, qu’allons-nous manger ? Du soleil vert ? Des OGMs ?
          4. jusqu’à preuve du contraire, vous ne buvez pas l’eau des chiottes ? Pourquoi, je vous le demande un peu ? Eh oui, parce qu’elle est polluée par nos sécrétions  ! Donc si on pollue toute l’eau, on boit quoi ? Le PDG de Nestlé a, parait-il, une solution miracle : vendre à prix d’or, et à ceux qui peuvent payer, les quelques flaques d’eau pure qui restent sur cette planète. Oui, mais les autres, les obscurs, les sans-grades, les Spartacucu, les Sébastien A. ils font quoi ?
          5. il paraît que les gens ne vivent plus à Tchernobyl ou à Fukushima, certains ont évoqué la phobie des ondes, mais c’est surtout, d’après les spécialistes, que l’air pollué ne réussit pas bien à l’homme (encore une révélation douloureuse), donc si l’air est tout pollué, tout partout et qu’on devient tous plus ou moins malades : on fait quoi ? Les dépenses de santé vont exploser et il faudra beaucoup d’argent pour la sécurité sociale afin que les hôpitaux puissent nous réparer. C’est ce qu’on appelle un problème de santé publique et, le pire, c’est que ça va vous mettre hors de vous : car ça fait encore de la dépense publique ! A moins qu’on ne répare que les plus riches et qu’on laisse les autres péricliter seuls dans leur coin. Mais, pas sûr que la solution agrée à la majorité (vous, moi)…

          Notez que j’imagine bien la scène : Spartacucu, essayant de boire l’eau de ses chiottes avec son masque à gaz sur le nez en tenant dans une main droite sa ration de soleil vert aux OGMs, et dans sa gauche son journal favori, tout en raticionant sur le problème « anxiogène » de la faible croissance due selon lui aux « gaucho-ecolo bobo ».

          A titre personnel, je tire la conclusion philosophique de tout cela que la croissance infinie de l’économie et des hommes est un non-sens, car elle détruit tout, et qu’à part Dieu (si l’on est croyant), tout a une limite - l’univers tout aussi bien que notre planète. Donc quand on aura plus à respirer que de l’air vicié, plus beaucoup d’eau saine à boire (je crains que l’eau de mer ne soit pas bonne à faire autre chose que du bateau ou se baigner), et qu’on dînera de restes infâmes et sans saveur qui nous rendront malade : on fait quoi ? On part vivre sur Mars (il paraît qu’il y a de l’eau) ? C’est vrai que c’est con comme question, que c’est gros et « anxiogène », mais je vous le répète : on fait quoi, si tout le monde vit comme un Spartacucu ou un Sébastien A. et refuse de faire quelque effort ? Je ne suis pas sûr que la technique macronienne du bras d’honneur géant ne nous apporte, en la matière, autre chose qu’un réconfort narcissique.

          Au passage, ce même Dieu (s’il existe) « hait » votre âme. Car si c’est vrai qu’il les possède toutes, alors, parfois, en son for intérieur (si l’expression m’est admise) il décide qu’untel doive la lui doive et les vivants, tout éplorés, souhaitent à untel que Dieu ait son âme ; bien que vous pussiez me rétorquer, tout aussi philosophiquement, que Dieu est toutes les âmes. Nous ouvrons, vous le voyez, et malgré nous, un abîme de réflexions théologiques.
          Economiquement vôtre,


        • Spartacus Spartacus 1er août 16:42

          @Sebastien A

          Quel monde de cliché totalement décalé du monde réel et de la dynamique de l’économie..
          La croyance que l’économie est un jeu à somme nulle est assez carricatural.

          1. les arbres ne poussent pas jusqu’au ciel
          Si c’est par rapport à la croissance, comparer un stock avec un flux démontre a quel point les profs de gauche ont formaté une armée d’ignorants en économie la plus basique. 
          Incroyable, la rivière coule depuis des siècles. « Mais c’est pas possible dit le gauchiste. En haut de la montagne il ne peut y avoir autant d’eau. »

          2. plus on est de fous, moins y’a de riz. 
          Non. Plus on en plante, plus on améliore le rendement, et on peut aussi manger de la salade ou des frittes à la place. 
          Malthus avait prédit que nous ne pourrions vivre pas plus de plusieurs millions sur terre, nous sommes plusieurs milliards.
          Personne ne t’a expliqué que Maltus c’est planté sur tout par l’ignorance de la dynamique économique.

          3-4-5.Armaguedon cataclysmique de « si » 
          Du vrai gauchisme écologique. Aucun concret et que du terrorisme intello par les arguments de la peur fictive pour imposer son points de vue...
          C’est sur t’y crois toi que demain matin y’a plus rien et tu va mourir !

          Sympa, je vais te sortir de ta torpeur conditionnée par l’enseignement par les profs de gauche qui détruisent l’intellect a une vision morale et auto-flagellante de l’humanité.

          Une ressource se définit comme suit : 
          Un ressource est une ressource. Et comme comme toute ressource c’est dynamique.
          Dans une économie de marché elles sont toutes renouvelables, périssables et en éternelle destruction créatrice.
          L’homme a épuisé la ressource du mammouth, celle du cheval et épuisera celle du pétrole et passera a quelque chose d’autre.
          L’homme est passé de la bougie à l’huile et maintenant l’électricité pour s’éclairer. 
          Rappelle moi, tu t’éclaire encore à la bougie vu que t’aime pas les LED ? T’as pas honte d’épuiser le suif ?
          Nous utilisons pas 0.01% des matériaux de la terre, et l’espace n’a pas fait l’objet d’exploitation de ressurces. Parait il que Titan est rempli de lac d’hydrocarbures.
          T’inquiète pas l’colo, la fin des ressources, y’a de la marge...

          Et même si dans ta caste de conditionné des idéos gauchios-vert de gris qui prennent tous les gens pour des beaufs et l’humanité pour des cons, le factuel démontre qu’on vit mieux aujourd’hui qu’hier dans la moyenne et on vivra mieux encore demain.




        • Sébastien A. 1er août 17:36

          @Spartacucu ave,

          Je vous ai mis en colère, moi qui ne vous faisais que quelques questions simples et vous donnais des observations de bon sens ! Je n’avais certes pas l’intention de passer pour quelques Saint-Jean de l’Apocalypse à vos yeux, ni de déclencher votre ire et votre courroux (qui sont à craindre venant d’un gladiateur). 

          Merci en tout cas pour les définitions et notamment votre explication de la dynamique économique, qui ont fait le bonheur de ma journée. J’aime tout particulièrement votre définition de la ressource et ne manquerais pas de ressortir à l’occasion (comme on dit trivialement).

          Que vous le vouliez ou non, les arbres ne montent pas jusqu’au ciel. Pas plus que la croissance ne pourra continuer éternellement. C’est là une considération d’ordre mathématique et physique (ne vous en déplaise, et quoi que cela vous fit éructer à nouveau). Sauf à considérer que la croissance, c’est de la croissance et que par définition, ça croit ; mais là ce serait un tantinet taquin de votre part et je vous en ferais remontrance, à votre grande honte. C’est d’ailleurs pour cela que de temps à autres, on détruit tout (par exemple, une bonne guerre : rien de mieux pour rasséréner le capital déclinant). C’est pas moi qui le dit, c’est Marx, mais aussi Schumpeter. Comme quoi.

          En tout cas, le procédé est connu : progrès technique. Mascarade dénoncée par Ellul en son temps qui expliquait que tout nouveau progrès engendre des catastrophes, lesquelles doivent être traitées avec un autre progrès qui entraînera lui-même des conséquences encore plus néfastes. A ce propos qui aurait imaginé au début du XXème siècle que la Méditerranée serait devenue en un siècle un dépotoir géant à cause de l’invention des déchets ? Et permettez que je vous dise également que ces quelques chiffres lancés au hasard ne convainquent que vous. Mais rassurez-vous : c’est vous qui êtes dans le vrai, le concret, la réalité. Je ne suis qu’un pauvre rêveur (un gôchiste dans votre parler, quoique que je m’en défende). Le monde ira vers toujours plus de progrès, de libéralisme. Tout ce qui pourra être fait, sera fait : bientôt c’est nous-mêmes qui deviendront des marchandises. Et vous continuerez toujours, à éructer contre ces infâmes gocho-écolo-je-sais-pas-trop-quoi, à uriner contre le vent en somme (ou ailleurs) et à se plaindre que vous en avez plein le pantalon.

          Souffrez également que je ne sois pas comme vous et que je pense que le monde qu’on promeut ne m’agrée pas particulièrement, que je le trouve inhumain et que j’ai le droit de le dire, d’autant qu’il a été fait sans que jamais on ne nous demande notre avis. Technique du bras d’honneur, qui est -avec celle de la main invisible du marché dans le fondement, les deux principaux modes de raisonnement du capitalisme libéral.

          Vous posez en affirmation, ce qui n’est qu’une question : vit-on mieux aujourd’hui qu’hier ? Quantitativement peut-être : nous avons, sur nos smartphones, lesquels sont fabriqués dans quelque sombres usines dans d’obscurs pays du tiers-monde par des esclaves modernes, l’intégralité de la connaissance humaine au bout des doigts (ce qui fait se pâmer d’aise le bon Michel Serres), vous pouvez prendre l’avion pour aller à Bangkok et y acheter les mêmes vêtements que vous trouvez au coin de rue de n’importe quelle bourgade de France.

          Mais au fond, à quoi tout cela vous sert-il ? Rencontrez-vous beaucoup de nos semblables qui lisent Platon dans le métro ? Nos contemporains sont-ils plus humains qu’au XVIIème siècle ? Ont-ils plus d’empathie pour leurs semblables ? Cédent-ils leur place à une femme enceinte ?

          D’un point de vue qualitatif, je ne serais donc pas aussi affirmatif que vous (mais la vie intérieure, la réflexion, faire soi-même sa confiture et quelques autres broutilles dans le genre) ne sont pas forcément des choses qui comptent dans la société capitaliste et individualiste.

          Economiquement vôtre,


        • mmbbb 1er août 19:17

          @gnozd 

          le problème est la, il se disqualifie lui meme tant ses propos sont caricaturaux C ’est un des traits des liberaux Par pure symetrie, ils raisonnent comme les communistes dont pourtant ils sont les ennemis , Dans l énoncé d une problématique ils éludent les points négatifs et évitent de facto d apporter une pondération a leurs arguments et ils caricaturent les propos de leurs contradicteurs  Un des traits que l on retrouve dans Contrepoints Une des techniques employées par les staliniens . Ils pourraient reprendre la même thématique de propagande communiste imagée par la locomotive dont la prise de vue fait apparaitre a l ecran un point à l horizon vu de face et grandit jusque à nous montrer un monstre d acier ; allégorie du progres que rien ne pourrait arrêter.



        • Spartacus Spartacus 1er août 19:56

          @Sébastien A.


          Ce n’est pas « ma définition » mais la définition des ressources en économie de marché...
          Heureux de vous avoir appris le minimum du minimum de base économique minimaliste..

          Déjà, malgré les sarcasmes, et un formatage en monopole écolo-gauchiste depuis l’enfance, sur un simple forum, si vous retenez même à charge, c’est déjà bien.

          Je dois donc vous apprendre ce qu’est la croissance au minimum du minimum.

          Voici décrypté votre raisonnement actuel.
          1-les lapins mangent des carottes
          2-les lapins ne mettent pas de lunettes...
          Déduction gauchiste.
          Les carottes donnent une meilleure vue.
          C’est con ? Oui c’est con ?
          La vue est corrélée à la vison. Pas aux lapins

          1-La terre est limité a son volume terrestre.
          2-Le pétrole et certaines ressources viennent de la terre.
          Déduction gauchiste
          La croissance est limitée parce que la terre finie.
          C’est con ? Oui c’est tout aussi con !

          La croissance est cordelée aux besoins des individus, pas à des ressources terrestres. 
          Les besoins sont infinis..

          La croissance est un calcul de flux, ce n’est pas un calcul de stock de réserves physiques...
          Ça se calcule d’une année sur l’autre a faire mieux que la précédente.

          La qualité de vie est un ressenti individuel....
          En France nous somme un pays communiste qui s’ignore...
          Décrédibilisé le totalitarisme communiste, les rouges ont tourné au vert.
          Les pertes de libertés sont journalières.... 
          La terreur apocalyptique que nous enfument les médias et dont vous avez l’air d’être tombé dedans ne dois pas vous rendre bienheureux. 
          Le summun de l’idéal des profs gauchistes qui occupent l’éducation nationale annihile la volonté de se réaliser, et les gamins qui sortent ont comme idéal de devenir « fonctionnaires » ou « salariés ».
          Le capitalisme est imparfait, mais s’enrichir permet d’être généreux. 
          Le capitalisme est imparfait, mais il oblige le boulanger a se lever à 5h pour faire du pain, donner le meilleur de lui, pour des gens qu’il ne connait pas.
          Le capitalisme est imparfait, mais dans l’inégalité la plus élevée, le plus pauvre des pauvres Suisses, est plus riche que 80% des habitants de la terre...
          Le capitalisme est imparfait, mais il entraîne la responsabilité, la Suisse est un pays ou la nature est plus respectée qu’en France pays social démocrate quasi communiste. 

        • Spartacus Spartacus 1er août 19:56

          @Sébastien A.


          Ce n’est pas « ma définition » mais la définition des ressources en économie de marché...
          Heureux de vous avoir appris le minimum du minimum de base économique minimaliste..

          Déjà, malgré les sarcasmes, et un formatage en monopole écolo-gauchiste depuis l’enfance, sur un simple forum, si vous retenez même à charge, c’est déjà bien.

          Je dois donc vous apprendre ce qu’est la croissance au minimum du minimum.

          Voici décrypté votre raisonnement actuel.
          1-les lapins mangent des carottes
          2-les lapins ne mettent pas de lunettes...
          Déduction gauchiste.
          Les carottes donnent une meilleure vue.
          C’est con ? Oui c’est con ?
          La vue est corrélée à la vison. Pas aux lapins

          1-La terre est limité a son volume terrestre.
          2-Le pétrole et certaines ressources viennent de la terre.
          Déduction gauchiste
          La croissance est limitée parce que la terre finie.
          C’est con ? Oui c’est tout aussi con !

          La croissance est cordelée aux besoins des individus, pas à des ressources terrestres. 
          Les besoins sont infinis..

          La croissance est un calcul de flux, ce n’est pas un calcul de stock de réserves physiques...
          Ça se calcule d’une année sur l’autre a faire mieux que la précédente.

          La qualité de vie est un ressenti individuel....
          En France nous somme un pays communiste qui s’ignore...
          Décrédibilisé le totalitarisme communiste, les rouges ont tourné au vert.
          Les pertes de libertés sont journalières.... 
          La terreur apocalyptique que nous enfument les médias et dont vous avez l’air d’être tombé dedans ne dois pas vous rendre bienheureux. 
          Le summun de l’idéal des profs gauchistes qui occupent l’éducation nationale annihile la volonté de se réaliser, et les gamins qui sortent ont comme idéal de devenir « fonctionnaires » ou « salariés ».
          Le capitalisme est imparfait, mais s’enrichir permet d’être généreux. 
          Le capitalisme est imparfait, mais il oblige le boulanger a se lever à 5h pour faire du pain, donner le meilleur de lui, pour des gens qu’il ne connait pas.
          Le capitalisme est imparfait, mais dans l’inégalité la plus élevée, le plus pauvre des pauvres Suisses, est plus riche que 80% des habitants de la terre...
          Le capitalisme est imparfait, mais il entraîne la responsabilité, la Suisse est un pays ou la nature est plus respectée qu’en France pays social démocrate quasi communiste. 

        • mmbbb 1er août 20:17

          @Spartacus il est vrai que les Suisses sont moins cons que les francais la je suis d accord


        • mmbbb 1er août 23:32

          @Spartacus Rappelle moi le liberal , le marche regle tous Absolument tout Bon il y a eu quelques scandales sanitaires dont la vache folle Il y a eu l Amoco Cadiz qui fut un déclencheur Auparavant les bateaux naviguaient au gré du désir du commandant au large des cotes francaises c etait un beau bordel Il y eut ce naufrage Le marche regle tout , le marche est un autoregualteur tout sauf que la il n a rien regle C ’est encore l Etat une fois de plus qui a du legifer , il a même dû s imposer puisque les commandants parlementaient lorsque le bateau etait a la derive Selon le reglement desormais tout bateau a la derive est pris en charge par la marine nationale et c est le bateau l Abeille Flandre qui le remorque Le capitaine la ferme point barre. Il n ’est plus le commandant a bord  Dis moi le liberal combien de naufrages evites  ? , combien de victimes en moins apres les dispositions draconiennes de l Etat concernant la vache folle Je rappelle dans cette affaire que ce sont les anglais qui avaient decide de baisser la temperature de cuisson de ces farines afin d en limiter le cout Ce sont ces memes liberaux tel un seul homme debout qui essayèrent de convaincre l opinion que le prion ne passait la barrière des especes Quant a conclusion, il est evident qu il vaut encore mieux vivre dans un pays tel la france qu en Somalie ou l espérance de vie n est que de 55 ans Donc avant d avancer des idees il vaudrait mieux en cerner les limites non . Quant a Titan , donnes nous le cout de l exploitation de cet hydrocarbure Sur la Lune il y aussi de l Helium 3 rare sur la terre Mais idem le cout de l explotation n est pas evoque Deja que les nodules de metaux rares aux fonds des oceans ne peuvent pas être exploites alors parlez de Tirtan est un peu precoce non Que les ideaux progresso liberaux cessent aussi ne nous prendre pour des cons ! Spar Vraiment cesse ne nous prendre pour des cons 


        • Enabomber Enabomber 2 août 08:05

          @Sébastien A.
          Il ne faut pas faire attention, Aspartamus a sûrement un CV d’économiste, avec le niveau en sciences d’un élève de CP.


        • JL JL 2 août 08:23

          @Enabomber

           
          ’’Aspartamus a sûrement un CV d’économiste, avec le niveau en sciences d’un élève de CP.’’
           
           Est-ce que ce n’est pas le cas de tous les économistes pro-doxa néolibérale ?

        • Sébastien A. 2 août 09:21

          @Spartacucu ave,

          Je vous ai vraiment mis en colère ! Pour la troisième fois, je vous répète que je ne suis pas l’écolo-gaucho-je-ne-sais-pas-quoi qu’il vous plait d’imaginer. Si vous voulez tout savoir sur mes opinions politiques, je vous ferais la même réponse que Georges Orwell : « tory-anarchist ». Ceci étant posé, voici un petit cours de logique pour vous.

          La croissance est un flux dites-vous pas un stock. Argument massu, sans réponse pour le gocho-trotsko-vert. Oui, mais le problème c’est qu’un flux n’est jamais que l’émanation d’un stock. Percez un sac de farine et vous comprendrez. Allez je vous explique plus avant et vais reprendre avec vous, votre propre exemple (et après ne venez pas me dire que vous ne saviez pas) :
          L’eau descend continuellement de la montagne, donc le flux est infini car sans cesse renouvelé. « C’est pas possible pour un gauchiste ! » fulminez-vous. Sauf que le gauchiste de base et même le Spartacucu de base a des yeux et il sait que pour que l’eau descende de la montagne (flux), il faut que le stock se renouvelle continuellement (pluie, fonte du glacier...). Sans pluie ou neige, plus de flux de votre eau magique. Eh oui, encore une vérité choquante, les flux ne naissent pas tout seul comme l’enfant Jésus.
          Pour la croissance économique, c’est un peu la même chose. D’où, par exemple, sur un plan macro-économique, le problème de la création monétaire avec l’institution de banques centrales, des taux directeurs, tout ça, tout ça. Vous croyez que ça a amusé les sacro-saints défenseurs du marché de créer ces mécanismes compliqués ? Eux aussi se sont rendus compte que la croissance ne peut JAMAIS être infinie, qu’elle soit stock ou flux, car à un moment : soit on crée trop de monnaie et de richesses et il faut dévaluer, sous peine de ce qu’il s’est passé aux décours des années 30 (ouvrez un livre d’histoire), soit il n’y a pas d’inflation et là le problème est pire : stagnation de la demande, manque de la monnaie, les entreprises ne qui peuvent plus investir, et c’est... la crise, les gens dans la rue. Oui, mais dites-vous « La croissance est cordelée aux besoins des individus, pas à des ressources terrestres. » Je suppose que « cordelée » est écrit par erreur pour « corrélé ». Dans tous les cas, rien de plus faux. Car les individus ne sont pas encore de purs esprits vivants dans l’éthérée, mais des individus vivant sur la terre. Or on voit les problèmes que posent l’augmentation permanente des biens et des services : la déforestation, la croissance endémique des naissances, l’épuisement des sols (qui est avéré, de même que la mort de ces mêmes sols, ne vous en déplaise). Les services n’ont plus ne sont pas épargnés : pour que Spartacucu n’ait pas trop chaud dans son bureau, il faut de la clim, et on en arrive à cette aberration qu’on produit de la chaleur l’été !

          Nous avons épuisés les chevaux, les mammouths, etc. Oui, les Mammouths ont disparu suite à un réchauffement climatique (sans que l’homme y soit pour grand’chose) ; pour les chevaux, même si nous les avons épuisés, ils galopent encore (plus vraiment dans nos prairies sauvages), mais au moins sur les champs de courses. Nous allons épuiser le pétrole, car c’est une ressources fini, fut-elle flux ou stock, et plus vite que prévu. Nous n’avons visiblement pas épuisé une chose : la connerie.

          J’hésite à vous dire que votre histoire de lapin porte un nom : sophisme. Lisez Protagoras.
          La qualité de vie est un ressenti individuel. Je suis d’accord avec vous (je suis beau joueur).
          « S’enrichir permet d’être généreux » : faites attention aux grosses bêtises que vous écrivez. Etre riche n’a aucun rapport avec la générosité. Je connais des pauvres pingres, et des riches généreux, mais c’est une question de morale ou d’éducation. Et pour le coup, ne confondez pas l’aumône avec la redistribution qui est une idée généreuse et qui consiste à faire payer aux plus riches pour les plus pauvres. Idée d’ailleurs tellement sulfureuse que tous les riches s’en prennent à elle sous différents modes : « être riche permet d’être généreux, donc pourquoi payer pour les pauvres » (version Spartacucu, Gattaz), « ça coûte un pognon de dingue » (version Macron), « nous ne pouvons pas accueillir toute la misère du monde » (version Rocard).

          Ce que vous ne semblez pas comprendre, c’est qu’il n’y a pas que l’économie dans la vie, c’est d’ailleurs une matière assez secondaire depuis le début de l’histoire de l’Humanité. Ce qui est plus important, c’est de savoir dans quel monde nous souhaitons vivre et comment. L’imposition de l’économie capitaliste et de son mode de vie à tout le monde, revêt un caractère totalitaire. Au passage, vous n’avez répondu à aucune de mes questions : sommes-nous plus ou moins policés qu’au XVIIème siècle ? Les humains sont-ils plus intelligents aujourd’hui qu’au Vème siècle grec ? etc.
          Economiquement vôtre.


        • Spartacus Spartacus 2 août 10:13

          @Sébastien A.


          La persistance dans l’ignorance d’un bobo n’a pas besoin d’un stock semble t-il !  smiley  smiley
          Quand c’est pas physique mais immatériel vous bloquez et dépasse vos limites.
          Le drame de croire que l’économie est un jeu a somme nulle est assez dramatique...

          Non ! Un flux de demande ou d’offre n’a pas besoin d’un stock
          La croissance est liée aux échanges, pas a un stock. Evidemment.
          C’est tellement dur à comprendre cette base minimaliste ?

          Le secteur tertiaire c’est carrément 75% des salariés de France.
          En aucun cas leur travail ou leurs revenus dépendent de stocks ou ressources. La ressource est juste un agrégat marginal.

          La croissance ne dépend pas de ressources, mais de l’offre et la demande.
          C’est a dire les besoins de l’homme....Et ils sont infinis et se renouvellent sans cesse.
          La demande de mobile entraîne des réseaux, qui entraîne des services, qui entraîne des applications qui entraîne etc etc. Les services entraînent d’autres services et etc sans arrêts....
          La dynamique du capital est infinie. La crois

          Les drames, déforestation, sont le signe de l’absence de droit de propriété et de responsabilité. 
          Quand tout appartiens à personne, personne n’est responsable.
          On appelle cela la tragédie des communs, ou la tyrannie des communs.
          En Corée du Sud, pays du riz, 2 régions ont géré les canaux des rizières différemment.
          L’une collectiviste. Les canaux libres gratuit et chacun se sert. 
          L’autre à des propriétaires privés et payants. Dans une région la production c’est écroulée, dans l’autre, chaque propriétaire a entretenu son bien et la production générale a été 1000 fois plus importante et tout les gens ont eu du travail...
          Depuis en Corée les canaux sont privés.

          Les principaux drames ont étés dans des pays non capitalistes (mer d’Aral, pluies acides pays de l’Est, Tchernobyl).
          Le capitalisme entraîne la responsabilité et l’individu ou la personne morale doit répondre de ses actes.
          Ici par exemple vous constaterez que les polluants les pires ont diminués de 73% aux USA.

          Donc même en environnement ou démographie, rien n’est figé....
          Il faut que le monde devienne juste plus capitaliste et moins social démocrate, socialiste ou communiste.





        • velosolex velosolex 2 août 10:35

          @Spartacus
          A coté de vos élucubrations Trum est un philosophe stoïcien.....Mieux vaut en rire....


          Le monde est en train de s’effriter sous nos pas, et vous dites qu’il est costaud, qu’on peut passer...C’est comme ça qu’un guide a sacrifié une famille en corse....
          Le réel n’est ni de gauche, ni de droite, il correspond juste à une équation. Un peu comme simplement une balance de roberval. A un certain moment, un plateau est plus lourd que l’autre, quand les charges lui sont attribuées....
          On a pu un moment se rassurer avec la « révolution verte », pensant que la terre pourrait nourrir des milliards d’individus en plus. C’était oublier l’intendance qui allait avec, un détail...Sans parler du fait que cette révolution n’était possible qu’en mettant en danger la ressource terre par l’emploi des pesticides, associés à des conséquences insensées ( mort des animaux, de l’eau, de l’air) on n’a absolument pas anticipé les rejets et la consommation liés à ce surplus ( je fais très court)
          En fait Malthus avait entièrement raison. Seul le crétinisme, la vanité et la mythomanie ont pu faire croire sur fond de déni que les murs allaient s’ouvrir devant ce nain, qui croie dominer les montagnes, avant que celles ci ne lui retombe sur le gueule, le faisant enfin taire. 

        • Spartacus Spartacus 2 août 10:50

          @velosolex


          Malthus sort de ce corps que tu as contaminé...
          Savez vous que Malthus c’est trompé sur tout ?

          Le problème de vos pensées Malthusiennes c’est que c’est du ressenti.
          Vous souffrez du syndrome des mauvaises nouvelles qui détruit la perception du factuel.

          Le factuel c’est : 
          1960 : 3 milliards d’habitants, 2 milliards souffrant de malnutrition et famine (soit 66 %).
          2000 : 6 milliards d’habitants, 830 millions souffrant de malnutrition (soit 13,3 %).
          2015 : 7 milliards d’habitants, 725 millions souffrant de malnutrition, famine disparue (soit 10,1 %)

          Le Factuel c’est :
          1970 : Pollution de l’air, pluies acides en Allemagne de l’Est
          2018 : les 5 plus gros polluants ont diminués de 70% depuis cette époque.


        • Sébastien A. 2 août 11:21

          @Spartacucu ave,

          « Quand c’est pas physique mais immatériel vous bloquez et dépasse vos limites. »
          Je ne peux rien pour vous ! Si vous n’arrivez même pas à comprendre que nous ne sommes pas ectoplasmes mais des êtes faits de chair et de sang. Même rendre un service consomme : que vous portiez les courses en voiture à votre voisin (puisque vous êtes riche et donc vertueux), que vous écriviez sur votre ordinateur, que vous échangiez discrètement des « bitcoins ». Un être vivant vous dis-je, attention c’est une grande révélation que je vous fais ! Tenez un autre exemple simple : quand vous tapez Agoravox sur votre moteur de recherche, vous faites marcher des serveurs, des ordinateurs. Vous CONSOMMEZ de l’électricité (l’équivalent de faire bouillir 1 litre d’eau sur votre bouilloire électrique : ce n’est pas rien tout de même), tout cela pour nous rendre le menu service de nous faire part de votre incommensurable profondeur intellectuelle.

          Imaginons : si agoravox était côté en bourse, le prix de ses actions dépendrait de quoi à votre avis ? De sa capacité à vendre de la publicité, des abonnements etc. Vous êtes d’accord non ? Mais alors, Agoravox serait-il vertueux, un exemple de croissance immatérielle à suivre qui n’en finira jamais et apportera le bonheur sur Terre et préserverait les ressources naturelles ? Que nenni, le site est installé quelque part, pour fonctionner il lui faut de l’électricité, des serveurs, des salles blanches maintenue à température par une climatisation. Tout cela est fait avec quoi ? De la poudre de perlimpinpin ? Avons-nous en ce moment des échanges téléphatiques ? Et bien non, tout cela est fait avec de la bonne vieille matière première. A ce qu’il me semble nous ne sommes pas encore alchimistes et ne maîtrisons pas la transmutation des éléments de la table de Mendéleiv, donc nous consommons des ressources, qui ne sont pas infinis. Donc et pour la troisième fois : la croissance infinie dans un monde finie est une absurdité.

          « la dynamique du capitalisme est infini ». Finalement, je vous ai démasqué : vous êtes un shadok et faites de l’humour ; si ce n’est pas le cas continuez à creuser : la roche n’est pas loin ! En tout cas, merci pour cette franche tranche de rigolade (volontaire ou non).

          Une supplique : de grâce, ouvrez un bled ou bescherelle ! Vos raticionations sont infâmes écrites dans ce sabir qui vous tient lieu de style.

          Economiquement vôtre,


        • Enabomber Enabomber 2 août 12:12

          @JL Ça dépend, oscillant entre la moyenne section et le CE1.


        • Spartacus Spartacus 2 août 14:42

          @Sébastien A.


          Retour à la formation économique de base : 
          1-les lapins mangent des carottes
          2-les lapins ne mettent pas de lunettes...
          Déduction gauchiste.
          Les carottes donnent une meilleure vue.
          C’est con ? Oui c’est con ?

          1-Agoravox fait consommer de l’électricité.
          2-Agoravox est utilisé par plein de gens comme forum public
          Déduction gauchiste.
          La croissance fait consommer de l’électricité.
          C’est con ? Oui c’est tout aussi con !

          Evidemment la croissance n’a rien a voir avec ce whataboutisme.
          La croissance de nos jours se fait plus sur des moyens de diminuer les consommations, et ne sont pas corellées automatiquement à de la hausse de la consommation.

          L’électricité ou les ressources physiques dans les services ne sont qu’un simple agrégat dynamique et variable et en aucun cas un déterminant.
          La croissance dépens des besoins de l’individu et non pas des ressources...Point. 
          Y’a pas a tortiller du cul c’est comme ça.

          C’est là règle de base minimale. Il faut que tu l’apprennes. Comme pour les additions, 2+2=4.

          Le gauchiste décroissant refuse par idéologie a comprendre cette base minimaliste de l’économie. 
          Triste de s’accrocher à ces chimères.

          En plus la consommation d’électricité sur terre diminue depuis 2009, c’est dire si les élucubrations du monde décroissant Mad Max ne se vérifient pas vraiment dans le monde réel. smiley  smiley

        • oncle archibald 2 août 17:02

          @Spartacus :

          Il est vrai que quand j’étais enfant mon père a acheté une Simca Aronde parce qu’elle consommait peu, c’est à dire 10 à 12 litres d’essence au 100 km à condition de ne pas tirer sur les vitesses intermédiaires ! Aujourd’hui une voiture beaucoup plus spacieuse, plus confortable et plus rapide, consomme environ 5 à 6 litres d’essence ou 4 à 5 litres de gazole aux 100 km !

          A propos du gazole, ce pelé ce galeux d’où venait tout le mal, mis à l’index par les écolos-bobos, personne ne dit la vérité qui est celle ci : les moteurs diesel et les pots d’échappement de ces moteurs sont à ce jour ultra performants, ce qui fait que les rejets des gaz de combustion dans l’atmosphère n’ont absolument rien à voir avec les diesels d’il y a 20 ou 30 ans. Comme en outre les moteurs diesel par nature consomment nettement moins qu’un moteur essence équivalent, on peut dire aujourd’hui que la circulation des véhicules munis de ces moteurs pollue moins l’atmosphère que s’ils étaient équipés de moteurs à essence équivalents en performances.

          Sauf qu’on ne peut pas le dire parce que c’est défendu, mais dans le milieu de la fabrication des automobiles tout le monde le sait !


        • Sébastien A. 2 août 17:05

          @Spartacucu ave,

          « La croissance dépens des besoins de l’individu et non pas des ressources...Point. Y’a pas a tortiller du cul c’est comme ça. » c’est fait : vous avez atteint le rocher, faut arrêter de creuser maintenant. Vous êtes un aimable plaisantin. Certes les besoins des individus déterminent la consommation mais, en retour la satisfaction d’un besoin dépend des ressources disponibles. Vous savez : l’offre et la demande. Par exemple : si je veux manger un oeuf de Dodo et que l’espèce a disparu depuis le XVIème siècle, je fais comment ? Je clone l’ADN, je recrée l’espèce ? Méfiez-vous : le diable est souvent dans les détails.

          Vous êtes aussi d’une prétention et d’un aplomb sans limite : non la consommation d’énergie (électrique ou autre) n’a pas baissé dans le monde depuis 2009. Si elle a stagné dans les pays de l’OCDE (et uniquement eux), c’est en raison de la stagnation... du PIB, donc de la croissance. Ce qui prouve le lien croissance-consommation des ressources, « c’est comme ça » pour parler comme vous. Une « variable » toujours pour parler comme vous (qui semblez aimer les subtilités byzantines et les précisions inutiles) mais qui détermine bien des choses.

          Economiquement vôtre

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès