• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le latin et le grec menacés de disparition outre-Atlantique...

Le latin et le grec menacés de disparition outre-Atlantique...

JPEG

Du passé faisons table rase ! C'est la nouvelle mode... comme si le passé était totalement honteux et haïssable... On déboulonne les statues, on réécrit des oeuvres littéraires, on expurge, on efface la mémoire.

Mais, c'est grave : la mémoire est essentielle, elle nous construit. 

 

Aux Etats-Unis, certains se font l'écho de cette nouvelle lubie : l'enseignement des lettres classiques serait une machine à fabriquer du suprématisme blanc !

Il faudrait donc éradiquer ces disciplines ! Cet enseignement aurait servi, au cours des siècles, à "justifier l’esclavagisme, la science de la race, le colonialisme, le nazisme et les autres fascismes du XXe siècle ».

On croit rêver ! L'antiquité gréco-latine entachée de tous les vices !

 

Mais c'est faire fi de tout un apport culturel humaniste précieux...

Ainsi, l'Odyssée d'Homère est une véritable leçon de vie !

L'Odyssée, c'est tout d'abord une fabuleuse histoire d'un voyage initiatique : Ulysse parti pour la guerre de Troie voit son retour à Ithaque, sa patrie, retardé et entravé par de nombreuses péripéties. Il connaît de multiples épreuves qu'il doit affronter avec courage, avant de pouvoir retrouver sa terre natale tant désirée.

 

Ces difficultés sont inhérentes à la vie humaine : il faut ,sans arrêt, pour progresser, franchir des épreuves et sans doute, le récit des aventures d'Ulysse, "Odusseus", en grec, est aussi l'histoire de toute vie humaine : le bonheur réside dans le fait d'avoir surpassé tous ces obstacles.

 

"Bien sûr, l’Antiquité était esclavagiste, mais au même titre que d’autres civilisations anciennes brillantes, qu’elles soient africaines, indiennes ou islamiques. Oui, Aristote a théorisé l’esclavage, mais étudier ses textes, est-ce les plébisciter ?"

 

Il est important, aussi, pour mieux affronter l'avenir de connaître toutes les origines de notre culture : le théâtre, la tragédie, la comédie, la poésie, la fable, toute notre littérature a des racines grecques et latines, nos auteurs se sont imprégnés de cette culture, et s'en sont inspirés.

Les sciences elles-mêmes se sont développées en Grèce, les mathématiques, l'astronomie, la physique.

 

"Contre les maths à neuneu, contre l'anglomanie délirante, la high-tech arrogante et l'IA pour les nuls, adulons sans frein l'héritage gréco-latin, sans lequel c'est toute la littérature française, la philosophie allemande, la peinture italienne et l'esprit critique universel qui partent en sucette !", écrit Vanessa Houpert dans un numéro du journal Marianne.

Préservons notre culture !

JPEG

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2021/04/le-latin-et-le-grec-menaces-de-disparition-outre-atlantique.html

 

Source :

https://www.xn—pourunecolelibre-hqb.com/2021/04/le-grec-et-le-latin-nouvelles-cibles.html

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.33/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

40 réactions à cet article    


  • Jeekes Jeekes 14 juin 17:06

    ’’Le latin et le grec menacés de disparition outre-Atlantique...’’

     

    Merde alors, après avoir ’’génocidé’’ les amérindiens et copieusement ’’agent-orangisé’’ les viets, v’la-t-y-pas que les amères-loques s’attaquent aux grecs et aux latins !

     

    Ah les salauds, mais jusqu’où s’arrêteront-ils ?

     

     


    • rosemar rosemar 14 juin 17:54

      @Jeekes

      En effet : quel est ce mépris pour la culture des autres ?!


    • Ouam Ouam 22 juin 00:53

      @rosemar
      peut etre parce que nous sommes devenus méprisable...
      Non ?


    • Y’en a qui sont calés avec les langues mortes , perso je préfère les langues vivantes ...çà a plus d’allure quand elles vont bon train smiley


      • rosemar rosemar 14 juin 18:03

        @Armand Griffard de la Sourdière

        Le latin et le grec ne sont pas vraiment des langues mortes, ce sont des langues anciennes dont nous avons hérité une large part de vocabulaire et des structures grammaticales !.


      • babelouest babelouest 14 juin 22:05

        @Armand Griffard de la Sourdière les langues vivantes du bois de Boulogne ?


      • popov 15 juin 14:46

        @rosemar

        Le latin et le grec ne sont pas vraiment des langues mortes

        Le français, c’est le latin qu’on parle aujourd’hui en France. Il juste est un peu différent du latin qu’on parle aujourd’hui au Portugal, en Espagne, en Italie, en Roumanie et Moldavie.


      • phan 14 juin 19:54

        Rosemar considère que les USA représentent seuls l’outre atlantique les autres américains sont des invisibles. Et elle nous gonfle avec l’histoire d’Odyssée : Ulysse est parti pour chercher un paquet de clopes et retourna auprès de Pénélope 20 ans après ...
        Le pape François est argentin et adresse régulièrement son traditionnel message « urbi et orbi » .
        Au lieu d’étudier le gréco-romain, étudiez l’Égyptien antique, l’esclavage était absent.
        Moralité : Il ne faut pas qu’on l’embête avec cet Hercule dans la grotte de la Mecque.


        • rosemar rosemar 14 juin 21:49

          @phan

          « L’existence d’un esclavage en Égypte antique fait l’objet d’un débat parmi les égyptologues, aussi bien dans sa définition que dans son application. Si les spécialistes s’accordent pour dire que l’esclavage, tel qu’il se pratiqua dans la Grèce antique, n’a pas existé en Égypte avant la période ptolémaïque, plusieurs formes de servitudes existaient néanmoins dans la civilisation égyptienne comme :

          La corvée, imposée à tous pour les grands travaux tels que l’entretien des canaux d’irrigation ou la construction de grands monuments ; pendant la période où, chaque année, la crue du Nil empêchait tous travaux agricoles, c’était aussi sans doute une façon d’occuper la population et d’éviter les dérives auxquelles peut conduire le désœuvrement ;
          Les condamnations de droit commun qui se traduisaient dans certains cas par des travaux forcés ; cet état pouvait, dans certains cas, se transmettre à la génération suivante. »

          extrait de wiki...


        • phan 15 juin 10:14

          @rosemar

          Toujours adepte de la blanchitude !
          en philosophie (Aristote, Platon),
          en histoire (Hérodote),
          en mathématiques (Pythagore, Thalès),
          en médecine (Hippocrate, Hérophile, Érasistrate, Galien) dans l’Égypte antique.
          Je vous laisse le soin de développer les apports des Étrusques aux Romains ...

          Contrairement à l’opinion généralement admise, l’esclavage n’est pas le produit du capitalisme occidental. Le capitalisme occidental est le produit de l’esclavage.
          Dès sa création, Wall Street fut une barrière assurant la survie des blancs et de la suprématie blanche.

        • pipiou2 26 juin 12:08

          @phan
          Eduque-toi, ça t’évitera de dire des bêtises ou de croire n’importe quelle théorie bancale trouvée sur Internet.
          L’esprit critique c’est important et ça se construit.


        • Il faut remplacer le latin et le grec par le bantou et le kikuyu, qui permettront de découvrir ces immenses civilisations injustement oubliées, et de devenir woke.


          • rosemar rosemar 14 juin 21:46

            @facta non verba au profil trendy

            Vous les connaissez ? y a t-il des textes de référence ?


          • babelouest babelouest 14 juin 22:08

            @facta non verba au profil trendy je repense à l’un des frères de mon gendre, qui est devenu prof de français à Taiwan : à la différence de la Chine continentale qui a simplifié son langage, là-bas c’est toujours le mandarin ancien qui a cours. Il paraît que ce n’est pas vraiment du gâteau.


          • mursili mursili 15 juin 14:12

            @babelouest

            Petite précision, si je puis me permettre : ce n’est pas son langage que la Chine continentale a simplifié, c’est seulement son écriture, ce qui peut en effet poser des problèmes aux Taiwanais, formés à l’écriture traditionnelle. 


          • Decouz 15 juin 14:35

            @mursili
            non je ne suis que débutant en chinois, mais ce serait plutôt l’inverse, car les caractères simplifiés ont simplement enlevé un certain nombre de traits, mais la forme globale reste la même (il y a d’ailleurs d’autres difficultés avec certaines graphies, même avec caractères simplifiés, qui s’apparentent un peu à ce qui serait pour un allemand la lecture en caractères gothiques).

            https://www.google.com/search?q=chinois+simplifie+et+traditionnel&client=firefox-b-d&sxsrf=ALeKk03pJp8BTlbjTjUD2QTdknGVG8en9g:1623760444495&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=2ahUKEwi96fmD05nxAhVyCWMBHUMdBGEQ_AUoAXoECAEQAw&biw=1536&bih=712#imgrc=8mSzeaie5BUMlM

            La difficulté pour les chinois vient de la grande diversité des accents, certes gommée par l’éducation actuelle, mais subsistant dans les régions rurales.
            Sans compter que le cantonnais (Sud, Singapour, Hong-Kong) est une langue autonome, parlée par environ 70 millions de personnes.


          • Decouz 15 juin 14:40

            @Decouz
            Ce n’est d’ailleurs qu’une petite partie des caractères qui a été simplifiée.
            Sinon il y a celui-ci qui doit demander quelque temps à être écrit, ou plutôt dessiné (57 traits) :

            https://fr.wikipedia.org/wiki/Nouilles_bi%C3%A1ng_bi%C3%A1ng


          • mursili mursili 15 juin 18:49

            @Decouz

            Effectivement, cela n’a pas l’air si difficile que ça. Dans cette vidéo (« les Taiwanais peuvent-ils lire l’écriture chinoise simplifiée ? »), la Taiwanaise s’en sort plutôt bien, avec parfois un temps de retard...
            https://www.youtube.com/watch?v=HCKLTUIhwx8


          • troletbuse troletbuse 14 juin 22:47

            D’après le titre, je suppose qu’en France, c’est le pied. Certaina arrivent au lycée sans savoir lire ni compter, alors le tatin ou le grec !


            • rosemar rosemar 14 juin 23:13

              @troletbuse

              Justement, le latin ou le grec commencés au Collège permettent de mieux maîtriser la grammaire et l’orthographe...


            • rosemar rosemar 14 juin 23:15

              @troletbuse

              Mais des réformes successives ont mis à mal ces enseignements.. hélas !



            • Samson Samson 15 juin 02:17

              Bonsoir Rosemar


              « Mais, c’est grave : la mémoire est essentielle, elle nous construit. »

              Évidemment, et c’est bien le but de la manœuvre : effacer ou « déconstruire » nos mémoires, c’est nous couper de nos racines et de nos appartenances afin de nous priver de tout élément sur lequel fonder et élaborer nos identités, afin de mieux y substituer le nihilisme d’identités consommables, interchangeables et normalisées pour mieux les fondre dans la fort fade et insipide bouillie de la doxa « humanitariste » et globaliste de rigueur en Pensée Unique avec son « progressisme sociétal » et sa « cancel culture », ...

              « Mais c’est faire fi de tout un apport culturel humaniste précieux... »
              Les fallacieuses sirènes du transhumanisme et de sa sujétion bio-technologique n’en ont cure, quand tant la tradition humaniste que toute autre constituent très précisément pour l’établissement de son programme d’asservissement les principaux obstacles à abattre !

              J’ai longtemps regretté de n’avoir eu durant mes études l’occasion d’étudier le grec. C’est la découverte de la pensée labyrinthique et plutôt hébraïsante de Jorge-Luis Borges (voir ma présentation) qui m’en a finalement guéri ! smiley

              Quant au latin, quoiqu’adolescent fort perturbé, révolté et contestataire durant mes études, je me réjouis d’en avoir assimilé les subtilités. Bien plus largement que sa structure grammaticale et syntaxique et la littérature romaine, il m’a ouvert à la lecture dans le texte d’une multitude d’ouvrages rédigés depuis la chute de l’empire jusqu’au XIXème siècle, imprimés depuis Guthenberg et maintenant numérisés et pour part accessibles en ligne par la grâce d’internet, notamment sur Gallica.fr.

              En fait, et exactement comme pour l’anglais et le « globish » aujourd’hui, la plupart des ouvrages rédigés par nos ancêtres en « latin de cuisine » étaient essentiellement destinés à être lus et compris par leurs pairs, ce qui - pour le curieux disposant de quelques rudiments et d’un bon dictionnaire - rend leur lecture nettement plus accessible que celle des classiques de l’antiquité.

              « Préservons notre culture ! »
              Plus largement que le seul héritage greco-latin, ce sont toutes nos racines et les traditions transmises par nos aïeux qu’il nous convient de chérir, respecter et préserver : ce sont elles qui tant dans toute leur multiplicité que parfois leurs contradictions constituent les fondements sur lesquels nous pouvons élaborer et nous construire une ferme identité qui nous permettra sans peur le partage et la rencontre avec celle de l’« autre », dans tout le respect dû à son inaliénable altérité.

              En vous présentant mes cordiales salutations ! smiley


              • Decouz 15 juin 13:49

                Le latin est encore parlé et écrit au Vatican, bien moins appris par les ecclésiastiques depuis Vatican II. Et certains sont partis du Concile, car ils ne comprenaient pas l’accent qui devait être influencé par l’italien moderne.

                Dire que le latin ou le grec sont une aide pour la compréhension du français, c’est très relatif. Quand on commence une de ces langues on connait déjà le français, donc on devrait dire que le français déjà connu aide à apprendre le latin, ou que ces langues se renvoient l’une à l’autre.

                Mais la structure grammaticale du français, sa prononciation, sont différentes de celles du latin classique, sans compter l’ajout des racines germaniques.

                On peut dire tout autant que lorsqu’on commence à apprendre le latin, on part à zéro dans une nouvelle langue, ou bien qu’il faudrait pour apprendre le grec ancien apprendre les langues dont il est l’héritier.

                Ou encore que pour apprendre le français actuel, il est utile d’apprendre le latin tardif ou les formes anciennes du français.


                • Decouz 15 juin 14:04

                  @Decouz
                  L’orthographe n’est pas très rigoureusement calqué sur le latin pour de nombreux mots on a doublé des consonnes qui sont simples en latin, et si l’on regarde l’ancien français et de grands écrivains anciens, on voit bien que c’est très relatif en regardant l’histoire et que des influences diverses, arbitraires souvent, sont intervenues.
                  Quant à la grammaire, elle est différente, pas de déclinaison par ex.

                  http://www.arretetonchar.fr/wp-content/uploads/2013/IMG/pdf/latin-francais_langue_mere_langue_fille.pdf


                • rosemar rosemar 15 juin 14:09

                  @Decouz

                  Bien sûr, il existe des différences... mais par exemple, notre accent circonflexe vient souvent d’un « s » latin qui a disparu : le goût, le maître, le château, l’hôtel, etc.


                • Decouz 15 juin 19:43

                  @oncle archibald
                  C’est pour ça à mon avis que le français résistera à l’anglais, par l’oreille et l’appareil vocal, il y a un coté physiologique dans la langue, mais l’influence de l’anglais, commercialement et culturellement, pourrait aboutir à un mélange qui ne serait ni de l’anglais, car prononciation trop peu naturelle surtout si l’on n’apprend pas jeune, ni du français car il y aurait trop de mots introduits. A savoir qu’une partie des mots anglais sont d’origine latine (les 2 tiers), mais ils ont été « digérés », transformés phonétiquement et utilisés avec une autre grammaire.
                  On m’a dit que mon père qui parlait occitan auvergnat pouvait se comprendre avec un portugais immigré.


                • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 15 juin 20:21

                  @oncle archibald
                  Il serait temps de dire aussi que la plupart de la France n’est pas de culture méditerranéenne .


                • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 15 juin 22:26

                  @oncle archibald
                  Et de dire que les trois quarts du territoire n’en ont pas rien a foutre de votre nombrilisme , mais bon trop c’est trop...


                • popov 16 juin 03:37

                  @oncle archibald

                  je n’arrive pas toujours à distinguer les mots que je suis pourtant capable de traduire à l’écrit.


                  C’est normal, en anglais, on écrit « élastique » et on prononce « caoutchouc ».

                  Prenez le « gh » de « enough », le « o » de « women » et le « ti » de « action » et vous obtenez le mot « ghoti » qui pourrait parfaitement se lire « fish ».


                • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 16 juin 19:11

                  @oncle archibald
                  On dit une bistouille . Et je ne suis pas sectaire . Le genièvre de Houlle c’est a quelques km de chez moi . Bienvenue.


                • I.A. 15 juin 14:40

                  Il y aurait effectivement beaucoup à dire, sur cette volonté de vouloir effacer tout passé dont on aurait honte.

                  Ça revient à ne pas assumer ses erreurs et à se comporter comme un enfant gâté : « cette histoire ne me convient plus, hop je l’efface ! »« cette langue est morte, hop je la biffe ! »

                  Surtout, à force d’effacer des mots de nos dictionnaires, nous allons les oublier. De même, effacer son passé, c’est vouloir l’oublier, c’est s’exposer à ne plus apprendre de nos erreurs et de nos expériences, aussi malheureuses fussent-elles.

                  Les mots que nous utilisons sont de racine grecque ou latine, ces mêmes racines qui nous permettent de deviner le sens et/ou l’orthographe d’un terme inconnu. 

                  L’homme se coupe de ses racines, c’est dire à quel point il est plein de vacuité et de fatuité.



                  • popov 15 juin 15:10

                    @rosemar

                    La Chine de Mao a aussi fait table rase du passé culturel.

                    J’ai côtoyé des étudiants boursiers chinois de cette époque. Aucun d’eux n’avait le niveau pour être à l’université.

                    Mais finalement, la Chine est parvenue à sortir du gouffre où Mao l’avait fait sombrer.


                    • eddofr eddofr 15 juin 16:39

                      En ce moment la « mode » c’est le « woke » et le « mondialisme égalitariste ».

                      Mais il ne faut pas se tromper. 

                      Ce qui compte réellement, c’est d’effacer tout ce qui fonde une culture « non-américaine ».

                      Il faut déjà éliminer le Latin, le Grec, les langues germaniques, et quand tout le monde sera « anglosaxonisé », il sera tant d’éliminer tout ce qui fonde la spécificité britannique pour qu’il ne reste enfin que la bouillie prémâchée qui sert de culture aux étatsuniens.


                      • mursili mursili 16 juin 00:45

                        @eddofr

                        C’est vrai que les Américains sont tous des ploucs qui ne peuvent pas se vanter d’avoir un taux de réussite de près de 100% au bac... 


                      • mursili mursili 15 juin 18:43

                        Dans un article paru dans la revue américaine The Atlantic, le linguiste afro-américain John MacWhorter, qui enseigne à l’Université Columbia de New York exprime son désaccord avec la décision de l’université de Princeton.

                        Extrait :

                        Lorsque les étudiants obtiennent un diplôme en lettres classiques, ils doivent connaître le latin ou le grec. Même s’ils sont noirs. Notez à quel point ce même est insultant. Mais la décision du département des lettres classiques de Princeton m’oblige à le formuler ainsi. En quoi est-il antiraciste d’exempter les étudiants noirs de défis à relever ?

                        https://www.theatlantic.com/ideas/archive/2021/06/princeton-classics-major-latin-greek/619110/

                        Il écrivait déjà en 2001 :

                        Ce sont les dispositions d’esprit des Noirs, bien plus que le racisme blanc, qui empêchent les Noirs d’avancer. La victimisation, le séparatisme et l’anti-intellectualisme sous-tendent les réactions de la communauté noire en général à tous les problèmes liés à la race. Il est temps que les Blancs bien intentionnés cessent de pardonner comme « compréhensible » le pire de la nature humaine chaque fois que les Noirs en font étalage.


                        • popov 16 juin 03:27

                          @mursili

                          Des paroles pleines de bon sens. Mais si ce John MacWhorter n’était pas afro-américain, comme on dit, il se ferait lyncher médiatiquement.


                        • mursili mursili 16 juin 05:06

                          Ce n’est hélas que trop vrai, c’est aussi ce que j’ai pensé. Il n’est cependant pas mauvais que des gens comme lui se fassent entendre face à la cancel culture et au wokisme.


                        • mursili mursili 16 juin 04:32

                          Ce n’est hélas que trop vrai, c’est aussi ce que j’ai pensé. Il n’est cependant pas mauvais que des gens comme lui se fassent entendre face à la cancel culture et au wokisme.


                          • popov 16 juin 09:53

                            @rosemar

                            Le latin et le grec, c’est bien pour les élèves qui iront à l’université après le lycée.

                            Cela approfondit le connaissance du français et ouvre une fenêtre sur les auteurs de l’antiquité. Ce qui m’a toujours frappé, c’est que même chez les auteurs les plus anciens comme Homère, les personnages nous ressemblent étrangement en ce sens qu’ils répondent aux mêmes motivations émotionnelles que l’« homme moderne ». L’étude de ces langues « mortes » permet donc de savoir d’où l’on vient et de se sentir en continuité avec une longue période du passé. Autrement dit, cela permet de se construire une identité culturelle. Les élèves qui iront à l’université auront tout le loisir d’y apprendre ce dont ils auront besoin pour leur vie professionnelle.

                            Pour les élèves qui vont quitter l’école après le lycée, par contre, il y a d’autres priorités. Un employeur potentiel va plus souvent demander au candidat s’il parle allemand, espagnol, italien, anglais ou allemand que grec ou latin.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité