• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le macronisme est-il totalitaire ? - Conclusion

Le macronisme est-il totalitaire ? - Conclusion

J’avais commis un petit essai gratuit intitulé « Le macronisme est-il totalitaire ? »., auto-publié via lulu.com en février 2022. Je me propose ici de le publier par épisode. Rappel : cet essai est dédié aux gueux.

Lien vers l'épisode précédent : https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-macronisme-est-il-totalitaire-242202

Suite de l’épisode précédent :

 

Conclusion

 

L’hypocrisie d’un totalitarisme nouveau

Une des leçons à tirer des totalitarismes passés, c’est qu’ils n’étaient pas assez hypocrites pour durer. La violence omniprésente dont ils étaient coutumiers ne pouvait pas, à la longue, ne pas engendrer de dissidence. Imposer par la contrainte est moins efficace dans la durée que par la persuasion, même si c’est plus lent. C’est le soft qui permet d’assurer plus durablement l’adhésion d’une population à une idéologie, ou son assentiment tacite pour le moins. Ainsi, il est primordial pour chaque pouvoir à vocation totalitaire de préserver l’illusion d’une démocratie pour échapper à un trop facile dévoilement de ses aspects les plus odieux. Mettre en évidence une tension vers un système totalitaire quand des élections « libres et pluralistes » sont organisées tous les quatre matins est plus compliqué.

Comme il n’existe pas de norme partagée et admise du totalitarisme, dire d’un système existant ou envisagé qu’il est totalitaire est sans doute inepte. Tout au plus est-il possible d’affirmer qu’un régime tend vers le totalitarisme.

Effectivement, le macronisme tend vers un totalitarisme soft sur plusieurs points. L’avènement d’un parti unique qui ne tolère que des partis d’opposition alibis est un indice. Un autre indice est la concentration des médias et une quasi-hégémonie d’un discours où seules de petites nuances à la doxa / la propagande seront admises. Un usage démesuré de la force et de la contrainte, qu’elle soit physique et brutale ou psychologique et sournoise, dès lors qu’il s’agit de servir ses intérêts est un troisième indice. La mise en œuvre de politiques actives de contrôle social des individus permettant entre autre de traquer la dissidence sont un indice de plus. Le travail de sape de la famille, de l’éducation et de la culture ajoute un indice de plus. Le culte de la personnalité entourant Emmanuel Macron a certes du mal à s’implanter, mais les tentatives de son entourage pour l’imposer sont récurrentes et constituent encore un indice. Cela fait déjà un beau faisceau d’indices concordants qui militent pour qualifier le macronisme de totalitaire.

Pour ce qui concerne l’existence d’une économie dirigiste, la réponse est indirectement oui. La doxa du bénéfice par action, de la maximisation de la valeur actionnariale est la direction imposée à tous. Mais cette économie n’est pas centralisée, même si un tout petit cénacle de banque d’affaires et d’entreprises gigantesques donnent le la.

Pour ce qui est de l’existence d’une idéologie, c’est assez indécidable. Tout d’abord parce que disant tout et le contraire de tout, le macronisme s’exonère de tout socle de pensée un peu solide sur lequel pourrait se bâtir un système politique doté d’une cohérence suffisante.

Ces deux derniers critères où le macronisme semble se situer dans une zone grise, où les réponses sont moins évidentes et pourraient être débattues et contredites plus aisément suffisent-ils pour acquitter le macronisme de ce procès en totalitarisme ? Le bénéfice du doute sur ces critères doit-il invalider tout le faisceau d’indices concordants ? Ce n’est sans doute pas souhaitable.

Bien sûr, le macronisme comme avatar local d’un système politique mondialisé libéral, transhumaniste et relativiste apporte sans doute une novation : les totalitaires d’avant voulaient un individu seul face à l’état, sans aucun corps intermédiaire pour le protéger. Aujourd’hui, le macronisme rêve plutôt un individu aussi seul et isolé face au marché que face à l’état.

Les limites de la démarche

Vous lui aurez peut-être trouvé des longueurs, mais un tel essai est en fait trop court. Chaque sous-chapitre mériterait de plus grands développements pour prétendre à une démarche non pas exhaustive, mais beaucoup plus analytique pour être davantage probante. Au lieu de cela, ce ne sont que de brefs coups de projecteurs sur des faits certes saillants, mais trop peu nombreux (Sont-ils des exemples ou des anomalies ?) et trop brièvement analysés.

Un réquisitoire peut-il rester assez factuel et objectif pour ne pas être lui aussi une simple œuvre de propagande ? C’est l’une des ambitions qui a présidé à la rédaction de cet opus. Mais il n’est pas possible de se défaire entièrement de sa subjectivité, et le lecteur aura compris qu’ici, l’instruction s’est faite surtout à charge. D’abord parce que manquent les éléments et faits saillants qui infirmeraient la thèse postulée. Ensuite, parce que poser la question « le macronisme est-il totalitaire ? » induit une démarche partiale de procureur. Nul doute que des courtisans trouveront les mots pour écrire l’hagiographie démocratique d’Emmanuel Macron qui pourrait servir d’argument en défense contre ce réquisitoire. Bonne chance à eux !

Cet essai est militant. Son auteur assume d’être l’un des adversaires du macronisme, aussi négligeable soit-il. Il tente de convaincre à l’orée d’une échéance présidentielle de la véracité, ou peut-être seulement de la vraisemblance d’une hypothèse, d’une intuition : le macronisme serait un avatar français d’un totalitarisme en cours de déploiement dans le monde occidental et au-delà. Cet écrit partisan a pour objectif de contribuer à éviter que ne se prolonge une expérience déplorable. Ou que ne s’y substitue un nouveau copié-collé, tout aussi libéral, transhumaniste et relativiste. Avec un tel objectif, il serait logique de déposer une requête en suspicion légitime pour toutes les faiblesses énoncées et l’absence de neutralité.

Les gueux et la dignité de l’homme

Peut-être que la parole la plus emblématique dans toute la logorrhée du mandat qui s’achève est celle où Emmanuel Macron parle d’une gare-incubateur où se croisent « les gens qui réussissent et les gens qui ne sont rien ». La morgue du banquier d’affaire réduit l’homme à son éventuelle réussite. Descartes et son « je pense donc je suis » sont supplantés par une nouvelle doxa : celui qui n’a pas bâti son petit empire entrepreneurial n’existe pas. La méritocratie se mesure à l’aune des start-ups que chacun pourrait avoir créé. Comme pour les « sans dents » imputés à son prédécesseur, la distance entre nantis et gueux semble incommensurable. Un tel lapsus et d’une telle ampleur ne saurait qu’être révélateur.

Même s’ils sont une quantité prétendument négligeable trop aisément manipulée, les gueux existent. Certains ont porté des gilets jaunes en occupant des ronds-points. Certains, les mêmes ou d’autres, ont refusé les oukases sanitaires, préférant la précarité absolue. Ils sont la variable d’ajustement qui se passera de services publics, ou qui les verra se dégrader encore, parce que la puissance publique préfère se délester de ses obligations par seul soucis de son propre confort. Ils paient des impôts et vivent parfois mal de leur labeur. Ils perçoivent les absurdités qui règnent en maîtres, les normes et les injonctions qui détruisent, les hiérarchies et les inerties qui bloquent toutes les initiatives et bannissent le bon sens. Ils sont les pions et les pièces qui, tout au long de la partie d’échec, sont sacrifiés un par un pour être en position de mater. Les réduire à des catégories de population inférieures tant pour la richesse que pour l’éducation serait une erreur : il en est sans doute qui sont riches et très instruits. Nombreux parmi eux sont les cyniques désabusés pour qui une partie de pêche à la ligne un jour d’élection sera plus tentante qu’un déplacement au bureau de vote. « Si voter changeait quelques chose, ça fait longtemps que ça serait interdit  » remarquait opportunément Coluche.

Une caste de nantis aveuglés par la poursuite de leurs propres intérêts, se pâmant d’admiration narcissique pour leur image si enviable vole la dignité de ces gueux. Ils peuvent se résigner, se couler dans un esclavage soft, le panem et circenses actuel assurant une tranquillité au pouvoir en place. Ils peuvent aussi décider collectivement de reconquérir cette dignité perdue en sortant de cette impasse totalitaire. Même dans un pays qui croit (à tort) à l’existence d’hommes providentiels, c’est sans doute la condition sine quae non du rétablissement de la France comme une nation : un peuple qui se reconnaît une communauté de destin. Plus ce sursaut sera tardif, plus la réaction sera violente, et plus le chemin à parcourir sera long et douloureux.

Remerciements

Cet essai est un compromis. 

La tentation d’en faire un fascicule édité par le circuit habituel était voué à l’échec, la rédaction étant trop tardive par rapport à une certaine échéance électorale. De même, une écriture à 4 mains envisagée avec mon ami Pierre Martineau aurait rendu plus complexe et surtout plus lent le processus de rédaction et d’édition. Le choix est donc, faute de mieux, l’auto-édition.

Je remercie pour leurs relectures attentives mes amis Christian Ponsard, Frantz Toussaint et Pierre Martineau. Pour l’édition, mon épouse Marie-Laure a été mise à contribution, merci à elle.

Que tous les lecteurs qui trouveraient un intérêt à cet essai et qui penseraient que sa lecture peut éclairer certains choix n’hésitent pas à en faire la promotion autour d’eux. Je les remercie eux aussi de participer à son éventuel succès.

Ceux qui souhaiteraient être avisé de mes publications futures peuvent souscrire à mon fil Telegram à l’adresse t.me/remseeks.

C'est fini, pas de prochain numéro ! Vous pouvez toujours si vous le souhaitez télécharger tout l’essai via ce lien www.lulu.com/shop/rémy-mahoudeaux/le-macronisme-est-il-totalitaire/ebook/product-ev9qrm.html et le lire d’une traite, c’est à votre convenance.

Plan détaillé

Introduction [https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-macronisme-est-il-totalitaire-242190]

La démocratie en soins palliatifs

La démarche

I Du totalitarisme [https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-macronisme-est-il-totalitaire-i-242193]

1. Les mots ont un sens

2. Les éléments constitutifs du totalitarisme

II Le macronisme au crible totalitaire

(1/2) [https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-macronisme-est-il-totalitaire-242223]

1. Le parti unique

2. Les médias et la propagande

La crise sanitaire comme révélateur

La pression réglementaire

3. L’usage de la force

Les gilets jaunes

La torture psychologique sous la crise sanitaire

L’exploitation de nos faiblesses institutionnelles

4. Le contrôle de l’individu

(2/2) [https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-macronisme-est-il-totalitaire-242225]

5. Démolition de la famille, de l’éducation et de la culture

Un complot d’état contre la famille

… contre l’éducation

… contre la culture

6. Une économie dirigiste et centralisée

La fin du collectivisme

Le capitalisme financier

Le mauvais élève

Velléitaire ou opportuniste ?

7. L’idéologie et la promesse d’un paradis

Le relativisme

Le bénéfice par action

Le transhumanisme

Composite et allogène

8. Le culte de la personnalité

III Macronisme, totalitarisme et souveraineté [https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-macronisme-est-il-totalitaire-242202]

Conclusion

L’hypocrisie d’un totalitarisme nouveau

Les limites de la démarche

Les gueux et la dignité de l’homme

Remerciements

Plan détaillé


Moyenne des avis sur cet article :  2.4/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 20 juin 08:48

    ’’Comme il n’existe pas de norme partagée et admise du totalitarisme, dire d’un système existant ou envisagé qu’il est totalitaire est sans doute inepte. Tout au plus est-il possible d’affirmer qu’un régime tend vers le totalitarisme. ’’

    >

    « Comment instaurer aujourd’hui une dictature d’un type nouveau ? Par Michel Onfray

     

     « J’ai pour ce faire dégagé sept pistes : détruire la liberté ; appauvrir la langue ; abolir la vérité ; supprimer l’histoire ; nier la nature ; propager la haine ; aspirer à l’Empire. Chacun de ces temps est composé de moments particuliers.
     Pour détruire la liberté, il faut : assurer une surveillance perpétuelle ; ruiner la vie personnelle ; supprimer la solitude ; se réjouir des fêtes obligatoires ; uniformiser l’opinion ; dénoncer le crime par la pensée.
     Pour appauvrir la langue, il faut : pratiquer une langue nouvelle ; utiliser le double langage ; détruire des mots ; oraliser la langue ; parler une langue unique ; supprimer les classiques.
     Pour abolir la vérité, il faut : enseigner l’idéologie ; instrumentaliser la presse ; propager de fausses nouvelles ; produire le réel.
     Pour supprimer l’histoire, il faut : effacer le passé ; réécrire l’histoire ; inventer la mémoire ; détruire les livres ; industrialiser la littérature.
     Pour nier la nature, il faut : détruire la pulsion de vie ; organiser la frustration sexuelle ; hygiéniser la vie ; procréer médicalement.
     Pour propager la haine, il faut : se créer un ennemi ; fomenter des guerres ; psychiatriser la pensée critique ; achever le dernier homme.
     Pour aspirer à l’Empire, il faut : formater les enfants ; administrer l’opposition ; gouverner avec les élites ; asservir grâce au progrès ; dissimuler le pouvoir.
     Qui dira que nous n’y sommes pas ?
     »


    • Pascal L 20 juin 11:53

      @Francis, agnotologue
      Tout à fait. J’ajouterai qu’il faut faire croire à celui qui suit qu’il est dans le camp du bien qui combat le camp du mal et qu’un salut, image de celui annoncé par Jésus mais bien terrestre, l’attend à l’issue de son combat. Même pour cette idéologie totalitaire qu’est l’islam, le paradis est à l’image de l’homme. Tout ce qui a été interdit sera récompense : fainéantise, alcool et sexe...


    • BA 20 juin 09:05

      Coup de tonnerre ! La présidente de la région des Pays de la Loire s’appelle Christelle Morançais. Elle est membre du parti Les Républicains. Elle vient de déclarer : "Nous devons bâtir avec Emmanuel Macron un contrat de gouvernement."


      Christelle MORANÇAIS sur Twitter : "Ma réactions aux résultats du second tour des élections #legislatives2022 https://t.co/OyEIdjt00i" / Twitter



      • tashrin 20 juin 14:12

        @BA
        Au meme moment hier soir, Jacob disait niet et Copé lancait une proposition officielle... Vont pas rester longtemps en bloc les 61 LR...


      • rogal 20 juin 09:54

        Avec tout ça on ne sait pas où en est la plainte de Brigitte Macron et de Jean-Michel Trogneux. L’audience, fixée au 15 juin, s’est-elle tenue ?


        • eau-du-robinet eau-du-robinet 20 juin 10:51
          « Le macronisme est-il totalitaire ? ».


          Et vous en doutez encore après tout ce qu’on a vécu ces dernières 5 années ?

          .

          Nous vivons dans un système monarchiste, totalitaire et dictatorial, bref c’est un système patchwork du pire combiné, qu’on appel le mondialisme.


          • saint louis 20 juin 14:23

            L’UE vote le retour du passe vaccinal, qui sera appliqué avec beaucoup de verve contre les récalcitrants.

            Macron nous a déjà averti.

            Bien entendu aucune étude sanitaire n’en valide la mise en place.

            Mais le résultat du vote est déjà sans surprise, les députés réalistes et libres de leur choix n’ayant pas la majorité.

            Forcement nous pouvons encore chercher où se trouve un semblant de démocratie dans ce foutoir dont l’intérêt n’est pas celui du peuple, bien au contraire.



            • bertin 20 juin 19:00

              Toutes les démocraties occidentales sont devenues totalitaires. Elles sont en réalité dirigées par la répression secrète satellitaire du Mind Control, qui lit dans les pensées, décide de la météo, surveille, torture et tue à distance. Le régime qui prévaut en France commence à devenir aussi totalitaire que l’ancien régime soviétique, avec l’hypocrisie en plus. 

              Derrière les apparences de démocratie, l’horreur totalitaire de la répression électromagnétique.

              https://ladictatureinvisible.wordpress.com/2022/04/16/mind-control-et-poussee-fasciste/


              • Jetokex Jetokex 20 juin 21:25

                Macron le traitre, l’usurpateur, le génocide, le belliciste. Quarte fois condamné a mort. En dessous de 200.000 exécutions, ton programme n’est pas sérieux.

                Moi je comprend pas pourquoi vous avez commis ce suicide collectif, pourquoi en plus du retard mental générale, vous vous êtes auto infligé 30% de mutilés.

                Moi je comprend pas pourquoi vous vous acharnez a payer ces enculé qui veulent ouvertement détruire votre peuple, votre pays, votre langue, votre culture.

                Mo je comprend pas pourquoi vous vous acharnez a obéir a la police corrompue, aux juges pédophiles, aux nommés, aux faux élus.

                Pourquoi vois vous acharnez a respecté des lois absurde insensé, jamais voté ? Pourquoi s’acharner avec ses média menteurs, qui devrais parler dans le vide ?

                Pourquoi 75.000.000 d’attardé mentaux lourd continuent a obéri a 20.000 fils de putes qui ne leur font que du mal ?

                Pourquoi ces 75.000.000 de connard se laisse tuer comme des candide alos qu’il n’y a que 180.000 chiens sur le chemins du palais ?

                Je comprend pas votre suicide les gars. Je comprend pas pourquoi on se laisse tuer alors qu’on est beaucoup plus nombreux ? Pourquoi vous vous laissez tuer ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité