• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le manspreading, une parade d’intimidation chez les singes (...)

Le manspreading, une parade d’intimidation chez les singes mâles

L'éthologie des primates nous éclaire sur la signification du "manspreading", la posture "jambes écartées"très tendance chez les usagers du métro...

Dans sa savoureuse chronique sur Europe 1, Raphaël Enthoven s’est insurgé hier contre le terme Manspreading qui désigne le fait pour un homme d’écarter ses jambes quand il est assis dans les transports en commun. Le philosophe considère ce terme comme sexiste puisqu’il stigmatise les hommes, alors que certaines femmes l’adopteraient aussi, même si c’est plus rare.«  Le manspreading… Ca ne fait pas de l'homme en soi un animal qui par définition s'assoit de cette manière » observait-il.

Est-ce que les animaux de sexe masculin écartent les jambes en position assise ?

Effectivement, les singes en particulier sont adeptes de cette posture. Plus intéressant encore,l’éthologie des primates nous éclaire sur la signification de cette pratique : chez nos cousins elle ne relève pas d’un souci de confort mais plutôt d’un jeu de pouvoirs.

Il y a presque 30 ans déjà, Shirley Strum[1], une primatologue spécialiste des babouins a remarqué qu’en présence de rivaux ou de subordonnés qui menacent leur statut, les singes dominants écartent leurs jambes pour afficher leur pénis en érection, symbole éclatant de leur virilité et de puissance 2.

Les femelles n’étant pas, à ma connaissance…. dotées de cet organe sexuel, l’écartement des jambes, n’a pas la même signification en terme de pouvoir pour elles. On comprend mieux leur rejet du manspreading dans un contexte de lutte contre les inégalités hommes-femmes.

Pourquoi continueraient-elles à accepter ces parades d’intimidation d’autant qu’à l’ère du transport de masse, elles les privent de la jouissance de leur siège ? Elles ne peuvent occuper qu’une moitié de leur place à moins qu’elles ne supportent un contact prolongé avec la cuisse de leur imposant voisin de banquette !  

Le manspreading est d’autant plus inacceptable pour nous autres primates humaines, qu’à la différence de nos cousines singes, nous faisons des efforts en position assise, pour garder les jambes serrées ou croisées afin de nous conformer aux codes sociaux. Il ne faudrait pas nourrir « les basic instincts » des voyageurs mâles ! Nous sommes censées contrôler notre comportement en veillant à dissimuler l’entre-jambes et ce, au mépris de notre santé, sciatiques, varices, et autres cystites. Tel est le prix à payer pour cette posture « jambes collées-serrées » tandis que la gent masculine peut adopter des postures physiologiquement plus adaptées, plus relaxantes et qui, cerise sur le gâteau, confirment son statut de mâle dominant.

"L'étalement masculin" apparait donc à la fois comme un héritage de comportements primates et comme le reflet de notre société avec ses codes et les inégalités hommes femmes qui persistent. C’est pourquoi le terme Manspreading qui associe cette pratique aux "mâles" apparaît légitime. Tout comme le combat pour interdire ce comportement.

New York et aujourd’hui Madrid ont lancé des campagnes pour sensibiliser l’opinion sur cette pratique, espérons que Paris et la RATP suivront prochainement leur exemple. Au nom de la lutte contre le sexisme et le harcèlement ou ... plus prosaïquement pour échapper au bad buzz !

 

[1] S.C Strum, Presque humain,Voyage chez les babouins Eshel, Paris, 1990.

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.76/5   (55 votes)




Réagissez à l'article

66 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 17 juin 08:24

    Ben vous voyez qu’on y est pour rien !

    C’est l’instinct, l’atavisme, la génétique, l’hérédité.
    Il n’a a qu’une solution : celle adoptée par les femelles bonobos...

    • sarcastelle sarcastelle 17 juin 09:04

      La maman chez les singes s’appelle une guenon, comme une jument chez les chevals, etc.


      • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 17 juin 11:05

        @sarcastelle

        tout-à-fait,
        et en générale, la vision anthropomorphique des couples accueillis par Noë dans son arche, attribue aux mâles et aux femelles des qualités complémentaires :
        - la jument a une belle croupe et l’étalon est bien monté
        - le cochon a un comportement libidineux que la truie est en mesure d’apprécier à sa juste mesure
        - l’esthétique de la guenon est à l’image de celle du singe (qui ne fait pas de grimaces, parce qu’il est tout le temps comme ça).
        etc...
        ma retenue naturelle, mon sens du bon goût et le respect que ce site m’inspire m’interdisent d’évoquer les mœurs particulières de la levrette, car cela nous entraînerait dans des évocations qui n’ont pas leur place ici.


      • Christian Labrune Christian Labrune 17 juin 11:22

        la vision anthropomorphique des couples accueillis par Noë dans son arche, attribue aux mâles et aux femelles des qualités complémentaires
        ===============================================
        @Jeussey de Sourcesûre
        Je vous conseille, dans la même veine - mais il se pourrait bien que ce fût votre source sûre : la notion de « complémentarité » ne trompe pas- de relire la quatrième sourate du Coran (Les femmes) où vous trouverez maints versets qui vous permettront d’étoffer un peu votre argumentaire.
        Si quelqu’un en fait la demande, je peux en recopier plusieurs, même si c’est fastidieux, mais cela me vaudra peut-être, sinon les soixante-douze vierges, à tout le moins quatre ou cinq. C’est déjà ça.
        Allah akbar !


      • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 17 juin 11:56

        @Christian Labrune

        Quelle culture !

      • eresse eresse 18 juin 02:40

        @Christian Labrune La complmentarit se retrouve chez l’humain. L’homme pisse sur la cuvette et la femme nettoie...


      • Franko 18 juin 12:18

        @sarcastelle « comme une jument chez les chevals »  ?? Ce sont peut-être « comme une jument chez les chevAUX » ??


      • UnLorrain 18 juin 22:26

        @eresse

        Exploser de rire !

        Perso,ce ne sont que des postillons pour ma part...que j essuie par la suite,une feuille suffira,et si pas de rouleau pq je me sert du mouchoir papier que j’ai constamment dans une poche,pour essuyer la substance drangeante,mais parait il,servait a un poilu de substitu a desinfecter sa blessure..voir la consommer en cas d extrme soif.


      • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 19 juin 10:42

        @sarcastelle
        les chevaux ?


      • sarcastelle sarcastelle 17 juin 09:11

        Mon mec dit que n’en déplaise à l’autrice, c’est la position assise les jambes croisées qui donne à une femme le plus d’élégance, sans parler des jeux de dentelle si elle a le bon goût de laisser ses pantalons chez le marchand. En plus, la pointe du pied en l’air peut alternativement se tendre et s’agiter discrètement dans son escarpin, ce qui selon lui est une façon raffinée d’attirer l’attention. Il dit que le womanspreading, pour parler comme l’article, c’est d’un vulgaire à faire fuir. Mon mec est délicat, lui. 


        • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 17 juin 11:07

          @sarcastelle

          Votre mec vous a-t-il informé de la série de questions qui trotte dans sa tête quand il se délecte de ce spectacle ?

          - « a-t-elle mis une culotte, et si oui de quelle couleur ? »


        • Christian Labrune Christian Labrune 17 juin 12:02

          @sarcastelle
          Je vous conseille de relire, dans « Emile » de Jean-Jacques Rousseau, les pages consacrées à l’éducation de Sophie appelée à devenir sa compagne. Ne vous effrayez pas : sur les cinq ou six cent pages du volume, l’éducation de Sophie n’occupe qu’un court chapitre. C’est qu’elle n’a pas besoin d’être « savante » ! Il ferait beau voir qu’elle fût un jour en état de « donner des leçons » à son mari !

          Il dit donc à peu près la même chose que vous, et il y a une page que je n’ai pas le courage de retrouver pour la citer, où il s’attendrit sur l’attitude fort plaisante à voir d’une femme occupée à faire de la broderie près de la cheminée. Je suppose que pour la décoration de l’appartement seront posées sur la cheminées d’autres potiches du même genre qui redoubleront le plaisir esthétique d’Emile attendant le dîner, les jambes étendues, fort écartées, vers les chenets, pour le plus grand confort du membre viril.

          Pour les amateurs de littérature, je conseille le chapitre de « Madame Bovary » ou Flaubert évoque Emma lorsqu’elle rencontre Léon à l’auberge, le soir de son arrivée à Yonville. Là, c’est le contraire : devant le feu allumé, c’est Emma qui soulève sa charmante bottine au-dessus des flammes et même du gigot cuisant dans la cheminée, laissant voir au clerc de notaire médusé la cheville... et deviner le reste. 
          Mais Emma, bien qu’elle ait toutes les séductions qu’on peut peut attendre d’une femme, est véritablement un homme, et son mari, le pauvre Charles, n’a pas l’ombre d’une couille dans sa tête de parfait abruti. Bien avant Beauvoir, Flaubert avait compris bien des choses qui resteront toujours étrangères à plusieurs bovins dont les déjections sont venues salement dégueulasser cette page de l’internet.

           


        • Albert123 17 juin 12:19

          @sarcastelle


          « Il dit que le womanspreading, pour parler comme l’article, c’est d’un vulgaire à faire fuir. »

          Et il a bien raison




        • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 17 juin 12:47

          @Christian Labrune

          Puisque vous vous référez à Jean-Jacques et son « Emile », vous avez sans doute apprécié ce passage :

          « Toute fille lettrée restera fille toute sa vie, quand il n’y aura que des hommes sensés sur la terre. »

          ou cet autre :

          « L’art de penser n’est pas étranger aux femmes, mais elles ne doivent faire qu’effleurer les sciences de raisonnement. »

          ou ce dernier :

          « Une femme bel esprit est le fléau de son mari, de ses enfants, de ses amis, de ses valets, de tout le monde. »

        • sarcastelle sarcastelle 17 juin 14:57

          @Christian Labrune

          .
          Il est vrai que bien des esprits épris de modernité s’acharnent à promouvoir une morale digne de Savonarole dans le but d’anéantir la sensualité, véritable injure et dégradation de la femme. Prenez garde, je vous sens en danger d’être entraîné là-dedans. Dois-je préciser que mon mec et moi-même restons marmoréens devant ce genre de leçon.
          .
          Toutefois, je ne suis pas misandre, d’où il résulte que je ne vous approuve pas lorsque vous traitez d’homme Emma Bovary, la plus conne des héroïnes littéraires. C’est à ce titre que j’approuve pleinement le procureur Pinard. 

        • sarcastelle sarcastelle 17 juin 15:01

          @Jeussey de Sourcesûre

          .
          Ne vous limitez pas à Rousseau ; il y a aussi Corneille : 

          Et ce sexe imparfait, de soi-même ennemi
          Ne posséda jamais la raison qu’à demi.


        • Christian Labrune Christian Labrune 17 juin 17:46

          @Jeussey de Sourcesûre
          je tiens effectivement Jean-Jacques pour le pire des sales cons. Je ne suis ni violent ni méchant, encore moins sadique, mais j’aurais eu plaisir, non pas à lui botter les fesses (parce que même si je ne ressemble guère à Mademoiselle Lambercier, celui lui aurait fait trop plaisir) mais à lui flanquer quelques baffes.


        • Christian Labrune Christian Labrune 17 juin 18:11

          @sarcastelle
          Vous gagneriez à relire le roman de Flaubert ! Je ne la « traite » pas d’homme, je ne fais que rapporter le point de vue de l’auteur. Dans le chapitre de la rencontre avec Charles, « elle portait un lorgnon d’écaille, COMME UN HOMME ». Lorsque naît Berthe, sa fille, elle se désespère parce qu’elle déteste la condition qu’on fait aux femmes : elle aurait voulu être un homme, pour être libre. Après la nuit de noces, on scrute son visage avec des arrière-pensées salaces, mais il reste impassible. En revanche, c’est Charles qui paraît avoir été, comme une jeune fille qui viendrait de voir le loup, tout à fait chamboulé par l’expérience. etc.
          « Madame Bovary, c’est moi », disait Flaubert, et ça explique bien des choses, y compris le fait qu’il la déteste radicalement. Arrivé à la fin de son manuscrit, il écrit à Louis Bouilhet : « Ca y est, la Bovary a son arsenic dans le ventre ».
          Après ce que vous venez de dire des Savonarole en morale, je ne comprends pas que vous puissiez « approuver pleinement » le procureur Pinard. Ce qu’ils reproche au roman, c’est « sa couleur lascive », et il y a un moment fort drôle où il se montre ulcéré par telle phrase décrivant le bal à la Vaubyessard, où Flaubert écrit, pour évoquer la valse « Leurs jambes entraient l’une dans l’autre ». Quelle cochonceté, en effet ! Il lui reproche aussi d’avoir écrit, à propos du vieux duc de Laverdière qui bave dans son assiette, qu’il « avait couché dans le lit des reines » (ce qui fascine Emma !) et qu’il « avait été l’amant de marie Antoinette entre Monsieur de Coigny et le duc de Lauzun ». (je cite de mémoire, mais c’est à peu près ça). Autrement dit, qu’on faisait la queue pour coucher avec la reine. Il avait dû remarquer, Pinard, mais il n’ose quand même pas le dire, que le mot « queue » apparaissait deux fois, comme par hasard, dans les paragraphes qui précèdent, comme pour mieux le souffler au lecteur. C’est, dans la salle de billard, des messieurs « qui poussent leur queue », et le vieux duc qui porte « une petite queue », coiffure qui était à la mode au siècle précédent.
          Pire tartuffe que Pinard, ça doit être difficile à trouver, même en son siècle !


        • Daniel Roux Daniel Roux 17 juin 09:13

          Les promoteurs du déclin français vont se réjouir de ce nouveau mot anglais pour signifier quoi au juste ?

          En traduction brute : Former un angle avec ses jambes.

          En situation : Prendre ses aises.

          Toujours cette manie de nommer tout en anglais pour faire moderne. C’est devenu la règle chez les scientifiques. Tous nouveaux concepts, inventions, découvertes, sont nommés en anglais.

          Les Français se soumettent tout comme ces pauvres victimes féminines du machisme primaire.

          Sortez vos mouchoirs.

          Selon la théorie développée par l’auteur, les femmes seraient victimes des instincts dominateurs du mâle. A contrario, les femmes adopteraient une attitude de soumission envers les mâles.

          Comme souvent, c’est à la fois juste et réducteur. Tous les hommes ne sont pas machistes et toutes les femmes ne sont pas soumises.

          Et puis, c’est oublié qu’elles ne sont pas les seules victimes de ce comportement « viril », les hommes aussi doivent supporter ce qu’il faut nommer par son nom, l’incivilité.

          Certains résistent et luttent silencieusement entre deux stations de métro pour conserver leur intégrité territoriale, d’autres préfèrent subir et d’autres encore, contre-attaquer.

          Il en est de même dans les avions sauf que le combat se déroule sur l’accoudoir.

          Hommes et femmes, même combat, contre ceux qui nous oppriment !


          • Daniel Roux Daniel Roux 17 juin 09:19

            Au fait ! Comment s’appelle l’acte qui consiste à poser son sac à main sur le siège d’à côté, pour en prendre possession ?


          • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 17 juin 11:08

            @Daniel Roux

            et celui qui consiste à mettre le caddy derrière soi et non pas devant à la caisse du superU ?

          • foufouille foufouille 17 juin 11:58

            @Daniel Roux
            faire chier le monde et extrêmement courant.


          • hunter hunter 17 juin 13:53

            @Daniel Roux

            Le « purse spreading » ?

             smiley

            Adishatz

            H/


          • agent ananas agent ananas 17 juin 10:17

            Merci pour cet article d’une importance capitale pour l’humanité.
            Au contraire, j’ai toujours cru que c’était les femmes qui écartaient les jambes ... Mes deux enfants en sont la preuve ... !


            • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 17 juin 10:26

              C’est une question de chaleur, les couilles serrées entre les cuisses, dans un pantalon et dans les transports en commun, c’est juste pas confortable ^^


              • Christian Labrune Christian Labrune 17 juin 11:09

                , les couilles serrées entre les cuisses, dans un pantalon et dans les transports en commun,
                ===========================================
                @bouffon(s) du roi
                Encore faudrait-il en avoir, des couilles ! Les couilles sont dans la tête, celles de Theresa May, par exemple, récemment exhibées dans un discours précédant les élections, et il y a déjà vingt ans, dans mes classes, j’entendais souvent des filles dire à tel de leurs condisciples mâles : « tu nous casses les couilles ! ». Les vertus qu’on dit « viriles » ne sont assurément pas le propre des hommes, et on en trouverait aisément mille exemples dans toutes les périodes de l’histoire. 

                Quand on n’en a pas dans la tête, celles qui siègent plus bas n’ont pas une bien grande importance, et le mâle conformiste intellectuellement châtré de nos sociétés actuelles peut bien s’asseoir dessus, ça ne changera pas grand chose à sa condition puisqu’en réalité il n’en a pas.

                Un certain pseudo-féminisme actuel qui va jusqu’à s’émouvoir des marques du genre dans la langue française m’horripile. Une fonction qui peut être assurée aussi bien par une femme que par un homme n’a pas de sexe ; une femme maire ou proviseur restera toujours pour moi UN maire ou UN proviseur, et je ne vois pas non plus pourquoi un homme qui s’occupe à réaliser des accouchements (il y en a) ne resterait pas UNE sage-femme comme un soldat chargé de porter des messages - et pourtant, l’armée cultive la virilité !- est depuis toujours UNE estafette. Or, il remplit une fonction périlleuse, qu’on ne confierait pas à une lopette.

                L’article est fort intéressant. Les réactions le sont beaucoup moins : beaucoup se comportent sur cette page comme ils se comporteraient dans le métro, et ça n’est pas très beau à voir.


              • Albert123 17 juin 11:21

                @bouffon(s) du roi

                ça rend surtout stérile la semence.

                mais bon on connait le profil des féministes depuis 50 ans et leur capacité à se retrouver à 45 ans sans enfants avec une matrice ovarienne HS qui s’ajoute à la couche d’aigreur, conséquence de la frustration liée à une éducation de petite princesse à licornes.

                du coup la stérilité masculine devient pour elles une compensation à la frustration issue de leur propre échec.

                « Si c’est pas pour moi ça ne sera pour personne d’autre »

                comportement typique de tout ce qui est la conséquence du système de pensée luciférien

                laissons donc ces organismes vivants que je ne peux plus considérer comme étant des femmes à leur propre sécheresse mentale et vaginale.

              • Christian Labrune Christian Labrune 17 juin 11:30

                @Albert123
                Difficile de faire mieux dans l’ordre de ce que Simone de Beauvoir appelait la « chiennerie ». Bravo ! Mais la publication du « Deuxième sexe », si mes souvenirs sont bons, c’est 1949. En 68 ans, il est quand même curieux qu’on n’ait pas trouvé le temps de lire ça. Les lumières progressent, mais le vieux monde toujours là.


              • Albert123 17 juin 11:37

                @Christian Labrune


                « Les lumières progressent »

                celles d’une bougie tout au plus

                « mais le vieux monde toujours là »

                cela s’appelle la Nature, un truc qui dérange les adeptes du luciférisme si fiers de la petite lumière minable qui leur sert de phare.

              • Albert123 17 juin 11:45


                « beaucoup se comportent sur cette page comme ils se comporteraient dans le métro, et ça n’est pas très beau à voir. »

                la vérité n’est jamais douce et sucrée, mais l’hypocrisie est encore plus laide.



              • hunter hunter 17 juin 13:57

                @Albert123

                « ....à se retrouver à 45 ans sans enfants avec une matrice ovarienne HS.... »

                Pas un problème grâce à la « macaron team » : elle pourra s’acheter un gremlin sur le net, avec ou sans livraison comprise, période de réflexion d’un an (s’il est trop chiant elle le renvoie), et paiement sécurisé sur le net, via paypal ou Visa !

                Bon d’accord, faudra qu’elle ait de la thune, mais bon, l’électorat macaroniste, c’est les « winners » non ?

                 smiley

                Adishatz

                H/


              • hunter hunter 17 juin 14:06

                @Albert123

                Elles se feront féconder par un jeune et vigoureux migrant, chargé d’islamiser l’Ex-France !

                Macaron va en importer en gros, donc pas de problèmes, et ça sera accessible à toutes, un billet de 20 balles, et le migrant pratique un alésage course pendant plusieurs heures, à la plus grande joie de la néo-fémniste, qui va redécouvrir les joies de coups de reins virils et bien appliqués !

                Ça lui changera des manières d’adolescents attardés de ses habituels amants métrosexualisés !

                Adishatz

                H/


              • Albert123 17 juin 14:57

                @hunter


                « Elles se feront féconder par un jeune et vigoureux migrant, chargé d’islamiser l’Ex-France ! »

                elles feront ce qu’elles ont envie, ce n’est pas mon problème et je n’aie pas vocation à perdre du temps avec cette masse hystérique qui ne veut pas s’en sortir et pire encore se complaît dans cette médiocrité qui ne leur demande pas de s’élever et leur donne une impression de grandeur dont elle est de plus en plus éloignée,

                Heureusement il y a encore plein de femmes avec un cerveau qui fonctionne et qui respecte les phénomènes de causalité et le bon sens.

                bien assez pour ne pas me soucier des ravagées du bulbe capables de dire une chose et de faire exactement l’inverse pour venir gémir ensuite en maudissant tout le genre (masculin) humain sans jamais se rendre compte qu’elle sont seules responsables de leur malheur en raison de leurs propres choix toujours à géométrie variable.

                l’inconstance est leur marque de fabrique et la raison pour laquelle l’immense majorité ferait mieux de se suffire de « l’opium du peuple » plutôt que de le renier pour sombrer dans le néant libertaire.






              • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 17 juin 18:45

                @Christian Labrune

                Je ne prends pas le métro ^^


              • Alice Alice 17 juin 22:41

                @hunter
                 

                « Elles se feront féconder par un jeune et vigoureux migrant, chargé d’islamiser l’Ex-France ! »

                 

                Vu le taux très élevé de consanguinité des pays d’où ils viennent, ce serait plutôt dé généré. 


              • Fergus Fergus 17 juin 10:48

                Bonjour, Marie

                Ne vous laissez pas impressionner par les commentaires négatifs. Vous avez parfaitement raison de stigmatiser ce comportement.

                Je nuancerais toutefois le propos dans la mesure où de nombreux adeptes du manspreading n’en réservent pas la gêne qu’aux seules femmes : tous leurs voisins de siège, quel que soit leur sexe, subissent l’inconfort lié à leur muflerie !


                • sylvie 17 juin 11:32

                  @Fergus
                  ne vous inquiétez pas Fergus, Marie ne commente jamais et ne modère pas non plus, elle ne sait surement pas que son article soit publié ici.


                • muzard marie muzard marie 19 juin 14:05

                  @Fergus
                  vous avez raison, il est vrai que chez les primates ils utilisent cette posture pour impressionner leurs rivaux et pas seulement leurs « subordonnés », donc il est possible que chez nous aussi, ils ne réservent pas cette posture aux femmes seulement et qu’ils l’adoptent pour impressionner certains « voisins » de banquette ceci étant j’ai le sentiment qu’ils ont tendance à 

                  davantage se laisser aller quand leur voisin est de sexe féminin., c’est peut être moins risqué ?

                • muzard marie muzard marie 19 juin 14:21

                  @sylvie
                  merci sylvie pour votre commentaire, c’est vrai que j’ai plus que tardé à réagir, désolée, je ne connais pas bien agoravox, son fonctionnement, règles de modération, j’avais pas mal publié d’article il y a de nombreuses années et puis plus grand chose. Au vu des réactions je ne pense pas que ce type d’article et de sujet ait sa place dans agorovax mais les commentaires sont quand même assez instructifs !


                • cartouche cartouche 17 juin 11:16

                  Bonjour,


                  Le système étudié, un métro, est composé de 10 a 100 super-calculateurs biologiques socialement interactifs. Nous nous penchons sur les raisons du choix de posture individuel des sujets masculins.

                  Physiologique / Transpi : Aspect thermorégulation, accumulation de la sueur au fil de la journée. 

                  Physiologique / Etat d’usage : Des muscles, articulations, Posture recommandé par un médecin...

                  Social / Comportemental : Effets de groupes sur les posture, effet de médias.

                  Social / Educatif : Posture des parents et des maitres imité pendant l’apprentissage.

                  Social / Politique : Partage conscient de l’espace entre les tenant d’un même poteau, d’un même banc.

                  Sociale / Adaptatif : Aux voisins, plus ou moins puant, effrayant, séduisant. (e)

                  Social / Communication : L’affiche « Respectez les autres voyageurs » (Même les puants)

                  Culturel / Vestimentaire : Contrainte imposés par la rigidité des tissus, la forme des chaussures...

                  Culturel / Espace vitale : Revendication territoriale individuelle, très variable.

                  Social / Non-Verbal : Posture de méditation, posture du singe sexy, garde-a-vous, semi foeutus ...

                  Génétique/ Prédisposition : Anatomiques, métaboliques, Pluri- et Inter- Ethnies et générations.

                  C’est un thème a tiroir et on aurais pu écrit un article comme le tien pour chaque sous paramétré que je vient de citer, et tant d’autres. Tu ne fait qu’effleurer le thème et tu donne un avis hors sujet.

                  Je te propose de faire une vulgarisation ou une présentation sommaire de l’étude que tu veux nous faire lire ; De consacrer un bloc de 3 ligne a dire précisément dans quel tiroir tu vas travailler ; De t’abstenir de mélanger appel a la mobilisation et recherche de la vérité.

                  Car ceci est un article de propagande sans aucun intérêt scientifique, culturel, littéraire.....

                  ++

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès