• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le presse-ail

Le presse-ail

En ces temps riches en événements ( brexit, fouteballe, décès de Saint Michel Rocard), j'ai l'audace de proposer un article pusillanime.

Je vais vous parler d'un accessoire ménager bien utile pour ceux que ne rebute pas la consommation de l'allium sativum sous sa forme crue.

Mais qu'on se rassure je vais essayer d'élever le débat et de transformer l'ustensile en question en une sorte de symbole.

Mais commençons par le début. L'ail (sous son nom latin allium sativum) est une plante potagère monocotylédone, dont les vertus médicinales ne sont plus à démontrer. Je laisse au lecteur le soin de googler pour rechercher ses propriétés lesquelles diffèrent selon que l'on consomme la plante crue ou cuite.

L'ail a également des vertus gustatives, mais qui ne font pas l'unanimité. J'appartiens au groupe des gens qui se délectent de ses gousses cuites ou crues. Mon épouse, à l'odorat particulièrement fin, me déconseille la consommation d'ail cru quand nous fréquentons la société, ce qui, avec l'âge devient de plus en plus rare.

Je ne dirai que quelques mots de l'ail cuit. Insérez quelques gousses dans la viande à rôtir (poulet, porc, etc.), mais n'oubliez pas de mettre quelques gousses entières, avec la peau, dans le jus de cuisson. L'intérieur devient fondant et c'est un vrai régal, il vous suffit de mastiquer le tout et de recracher la peau, généralement laissée intacte par la cuisson.

Nous allons maintenant nous consacrer à la préparation de l'ail cru. Vous pouvez ajouter les gousses entières pelées dans toutes sortes de marinades et de conserves comme les concombres et les cornichons, à la mode russe, avec des feuilles de raifort, des racines de persil des feuilles de cassis, et que sais-je encore. Vous pouvez également préparer les olives avec de l'ail en gousses entières.

Spécialisons encore notre propos. Je vais maintenant me concentrer sur le cas où, voulant utiliser l'ail cru en condiment, vous souhaitez disperser sa saveur sur l''ensemble d'un plat comme une vulgaire salade verte ou bien un plat de haricots verts, ou bien encore réaliser une sauce persillée pour manger des choses n'ayant naturellement ni goût ni saveur comme les escargots ou les grenouilles. Il vous faut alors fragmenter vos gousses. Le puriste travaille à la lame avec un couteau d'office aiguisé. Il faut un peu d'apprentissage et d'habileté pour découper une gousse en minuscules cubes en tranchant en 3D. Je sais comment faire, mais je n'ai pas l'intention de vous apprendre ici. Il existe pour les néophytes un ustensile ad hoc le plus souvent désigné sous le nom de 'presse-ail' ce qui indique clairement sa fonction : « transformer l'ail cru en une sorte de purée » que l'on peut étaler ou répandre dune façon ou d'une autre dans une préparation.

Cet instrument se trouve au rayon 'ménage' de toutes les grandes surfaces et en diverses variations. Il y a le style 'classique', le style 'design' pour les 'fashion victims'. Il y a du 'made in France' pour les nationalistes, et du 'made in China' pour les radins et les sans-dents. Tous les matériaux sont utilisés pour la fabrication, le plastique, l'acier inox ou nom, l'aluminium, etc. On trouve un peu tous les prix de 5 à 35 euros. Voir par exemple cette page.

J'en viens maintenant au but ultime de cet article : 90 % de ces accessoires ne fonctionnent pas ou du moins pas correctement avec des défauts rédhibitoires qui vous les feront jeter à la poubelle après quelques tentatives d'utilisation. Comment cela est-il possible ?

Voyons d'abord le principe de fonctionnement. La gousse d'ail est enfermée dans une cage, une sorte de cylindre, dont le fond est une grille perforée. Un piston vient par dessus exercer une pression sur la gousse et la forcer à passer à travers la grille, le principe est donc ultra-simple, la plupart des hachoirs à viande ne fonctionnent pas autrement.

Voyons maintenant tout ce qui peut clocher dans un dispositif aussi simple. A la différence d'un hachoir classique la presse est réalisée par un simple levier, ce qui fait que l'outil ressemble grosso-modo à une pince ou à un casse noix. Ainsi il est difficile pour le piston de pousser dans l'axe. Le piston se présente donc de travers (avec un angle) ce qui rend un usinage précis difficile. Ainsi le défaut d'étanchéité entre la cage et le piston fera qu'une bonne partie de la gousse va refuser de se laisser pousser vers le bas et va au contraire remonter le long des parois de la cage. C'est le défaut majeur de tous les modèles pour lesquels (par souci d'économie) le piston n'est pas articulé et ne peut donc ajuster sa course avec l'axe du cylindre dans lequel il évolue.

Cela dit, tous ceux qui s'y sont essayés savent que pour écraser une gousse d'ail une forte pression est requise. C'est spécialement vrai pour les sujets âgés qui commencent à sécher, à germer et à devenir élastiques contrairement au sujets jeunes qui sont tendres et juteux.

Il faut donc bannir tous les modèles dont les manches sont en pastique. Sous la pression le manche se plie, voire se casse et notre gousse reste intacte.

Rarement la taille du cylindre est adéquate. Ce qui vous oblige à découper au couteau préalablement les gousses de taille honorable.

Nous en venons maintenant à la grille elle-même. Si elle n'est pas assez coupante, la gousse ne passera pas facilement au travers, nous aurons donc plutôt un extracteur de jus qu'un hachoir. C'est le cas des modèles en plastique et en fonte d'alu qui sont généralement coulés (moulés) et pour lesquels un usinage précis de la grille n'est pas possible. Seule une grille en acier sera suffisamment tranchante pour venir à bout des sujets les plus âgés.

Signalons qu'une gousse d'ail, même épluchée correctement conserve une peau assez dure (et quelquefois un germe) et c'est justement cela qui obstrue les trous de la grille et interrompt le fonctionnement normal de l'opération par encrassement prématuré.

Quand l'opération est terminée vous avez à faire un bilan. Quel pourcentage de la gousse a réellement été pressé, et quel pourcentage reste coincé soit contre les parois soit dans la grille ? Ce qui n'est pas passé est perdu, mais doit en plus être nettoyé. Certains appareils se distinguent par un nettoyage facile en désolidarisant le cylindre du reste de l'appareil. D'autres prévoient un poussoir passant à travers les trous de la grille et éjectant, du moins en théorie, les restes. Rares sont les systèmes qui dans ce domaine encore, tiennent leurs promesses.

Bref un presse-ail de qualité c'est une chose rare, extrêmement rare. Si vous êtes l'heureux possesseur d'une telle merveille, n'en dites rien à personne. Pressez dans le plus grand secret. Faute de quoi, tôt ou tard on vous empruntera votre merveille et vous ne la reverrez plus.

Comme je le dis plus haut, ce presse-ail est un symbole. J'aurais pu écrire un article sur les tire-bouchons, les casse-noix, les dénoyauteurs, les hachoirs de toutes sortes, les râpes, les presse-agrumes, etc.

Bon, je sais que pour ce genre d'articles il y a des magazines spécialisés, des associations compétentes (60 millions de consommateurs, Que choisir ?, etc.) Mais en fait tout cela existe depuis bien longtemps et le pourcentage d'articles méritant directement la poubelle ne diminue guère.

Ne faudrait-il pas dans le cadre d'une vraie politique verte, qu'un Institut de la Consommation délivre une autorisation de mise sur le marché, avant d'autoriser l'importation de toute cette camelote ?

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.64/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • invino invino 16 juillet 2016 11:16

    "Mon épouse, à l’odorat particulièrement fin, me déconseille la consommation d’ail cru quand nous fréquentons la société, ce qui, avec l’âge devient de plus en plus rare."
    Cessez donc de fréquenter votre épouse, même si c’est de moins en moins fréquemment, espèce d’infect terroriste.


    • Abou Antoun Abou Antoun 16 juillet 2016 11:50

      @invino
      C’est une idée. Que n’y avais-je pensé plus tôt. AV ouvre des portes ....


    • Alren Alren 16 juillet 2016 18:26

      @invino

      L’ail a de grandes vertus pour la santé.
      Pour lui faire perdre son odeur d’haleine désagréable, on laisse les gousses tremper dans de l’huile pendant plusieurs jours : le composé soufré va se dissoudre dans le corps gras et l’on pourra croquer l’ail crue sans crainte (la cuisson lui fait perdre une partie de ses bienfaits)

      PS on trouve des bocaux d’ail dans l’huile dans des épiceries bio ...


    • Abou Antoun Abou Antoun 16 juillet 2016 18:34

      @Alren
      Bonjour Alren. Je vois que j’ai affaire à un connaisseur. Je gardais mes petits secrets pour la fin mais je vois qu’il y a des spécialistes dont vous faites partie.
      Je m’apprêtais donc à dire à tous mes chers lecteurs que pour minimiser les pertes mieux valait écraser une grande quantité d’ail à la fois et que pour conserver ce précieux produit sans empuantir le frigo il suffisait de saler la mixture et de la recouvrir d’huile (d’olive évidemment). Cette préparation facile à utiliser parce que l’ail se dissout peu à peu dans l’huile peut être conservée au frigo quelques jours sans perdre ses propriétés alors qu’à l’air libre l’ail râpé ou écrasé s’altère très vite.


    • Abou Antoun Abou Antoun 16 juillet 2016 11:55

      Je me réjouis que la modé d’AV autorise mon article. Néanmoins il paraît dans une actualité encore plus chargée qu’au moment de sa conception (attentat de Nice, coup d’état en Turquie), ce qui d’un côté le rendra encore plus dérisoire, mais d’un autre côté il aura un côté ’divertissant’ (au sens propre) même si son rôle n’est évidemment pas de détourner l’attention d’une actualité pour le moins préoccupante.
      Bon week-end à tous !


      • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 16 juillet 2016 11:57

        Vous avez oublié l’essentiel : ça repousse les vampires !! ^^


        • Abou Antoun Abou Antoun 16 juillet 2016 12:01

          @bouffon(s) du roi
          Peu de constructeurs l’indiquent sur la notice et le wiki est muet la-dessus, mais la chose est fort possible. Merci pour cette contribution.


        • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 16 juillet 2016 12:07

          @Abou Antoun
          Que voulez-vous, c’est que le lobby des vampires est fort puissant, et agit dans l’ombre (pour des vampires ça parait normal ^^).


        • Croa Croa 16 juillet 2016 23:31

          À bouffon(s) du roi
          Pas besoin de presser l’ail pour cet usage. Il suffit d’en avoir dans la maison pour être préservé des vampires.


        • Osis Oxi gene. 17 juillet 2016 07:00

          @bouffon(s) du roi

          Vous avez oublié l’essentiel : ça repousse les vampires !! ^^

          Ce n’est pas scientifiquement démontré.


        • alinea alinea 16 juillet 2016 12:09

          D’abord, ce qui reste au bord n’est pas perdu, on le décolle avec un couteau ou bien on le repasse, et hop on le « verse » sur les tomates coupées en rondelles !! Mais jamais un presse ail fera quelque chose de joli ! J’ai un truc : vous prenez une fourchette dont les dents sont un peu aiguisées, enfin pas trop rondes, et vous râpez votre gousse dessus ; peut-être que quand on arrive tout au bout de la gousse il faut, comme moi, avoir des mains de paysanne pour ne pas « se blesser », mais ça marche rudement bien et c’est rien à rincer !
          J’adore l’ail aussi, et il faut savoir qu’il nous donne tous ses trésors, cru ; cuit en chemise, c’est du tonnerre, mais des vertus ont disparu dans la cuisson !
          Bon appétit à tous et merci à l’auteur pour ce rappel d’un quotidien qui, quand même, fait une bonne partie de notre vie !!


          • Abou Antoun Abou Antoun 16 juillet 2016 12:24

            @alinea
            Bonjour alinea et merci pour votre visite. J’ai oublié de parler des ’râpes’ à ail, d’un usage fréquent dans le midi. Elles sont généralement élaborées à partir d’un article de poterie mais ne marchent pas bien. Les petites râpes (style fromage) fonctionnent mieux.
            Une solution pour la salade consiste à frotter les gousses crues contre des croûtons secs ou même légèrement frits à l’huile d’olive , Le pain +l’ail+l’huile d’olive cela vous requinque une salade.


          • alinea alinea 16 juillet 2016 12:36

            @Abou Antoun
            Ah oui, les croûtons aillés, je vote pour !! avec la soupe à l’oignon aussi !! smiley


          • Quintilla (---.---.88.240) 16 juillet 2016 18:07

            @Abou Antoun

            Bonjour, 

            Je vais vous faire une confidence, Le Presse-Ail merveilleux existe, Il est allemand, et peut aussi presser du fromage.... :




          • Abou Antoun Abou Antoun 16 juillet 2016 18:17

            @Quintilla
            Ça a l’air pas mal en effet, mais pour tout vous dire je possède un presse-ail qui fonctionne. Cependant je m’interdis toute forme de publicité ici. En fait la chose est amusante. Ma famille et mes amis étaient au courant de mes coups de gueule contre ses saloperies d’engins. Alors un jour on m’a fait un cadeau venu de Russie et je crois ’made in Sweden’ et qui fonctionne à merveille. Cela finit par se savoir et l’appareil m’a déjà été emprunté, je crains un jour de ne pas le voir revenir.
            La grille allemande a l’air de conception simple et sans doute très facile à nettoyer. Peut-être peut on craindre une érosion avec le temps. Un tel outil ne s’affûte pas.


          • Croa Croa 16 juillet 2016 23:41

            À Abou Antoun
            Les croûtons aillée dans la soupe c’est très bon en effet. Pour ça il te faut des croûtons grillés, c’est meilleur.
            Les croûtons aillés crus c’est pour le dessert : Avec du chasselas smiley (Mais il faudra attendre que ce soit la saison smiley ) Il faut juste faire une frottée à l’ail sur la croûte du pain.


          • Alex Alex 16 juillet 2016 13:32
            Votre article est d’autant plus utile que l’importance de la consommation d’ail est attestée depuis longtemps : sa privation fut à l’origine de la première grève répertoriée, celle des « esclaves construisant la pyramide de Khéops, vers 2558 av. J.-C., à la suite de la diminution puis de la suppression de l’ail dans les rations quotidiennes. »
            1200 plus tard (d’après leur comput), les Hébreux se plaignaient à leur gourou (momo) : « Nous nous souvenons des poissons que nous mangions en Égypte, et qui ne nous coûtaient rien, des concombres, des melons, des poireaux, des oignons et des aulx. » [NOMBRES 11.5]
            Quand on sait qu’ils ne disposaient pas de cet outil, on compatit !

            PS : correction ; seuls les riches achètent chinois puisqu’ils doivent en changer une fois par an...


            • Abou Antoun Abou Antoun 16 juillet 2016 14:01

              @Alex
              Bonjour Alex !
              Je connais les vertus de l’ail, mais ce n’était pas mon propos que d’en faire état ici.
              Enfin, c’est intéressant, il n’y a pas de ’petits’ sujet. Un passionné pourrait écrire une « histoire de l’ail » ou bien « l’histoire racontée par une gousse ».
              Merci de nous faire partager votre érudition, et que toute famille contrainte à l’exode, forte de cette leçon de l’histoire pense à emporter son presse-ail favori plutôt qu’un téléphone portable.
              Pour ce qui est de la Chine, voilà qu’il vendent maintenant la matière première, c’est presque un casus-belli. Voyez plutôt.


            • Jason Jason 16 juillet 2016 15:10

              Comme je pensais en faire une cure il me vint l’idée d’aller prendre les aulx.

              On dit que l’ail est vermifuge, pour les petits enfants. Certains allaient jusqu’à affirmer que l’ail « tue les petite enfants qui ont des vers » (le lecteur corrigera).

              En cuisine, il vaut mieux enlever le germe, au milieu, qui est amer.

              On remplacera avantageusement le presse ail par un bon mortier et un pilon. C’est la méthode choisie pour préparer l’aïoli.

              Certains peuples d’extrême-Orient, qui se battaient comme des chiffonniers, insultaient leurs adversaires en les traitant de mangeurs d’ail. Comme quoi... l’ail fera toujours parler de lui, embaumera les haleines et enchantera les palais.


              • Abou Antoun Abou Antoun 16 juillet 2016 16:15

                @Jason
                Ah oui, nous aurions pu dire aussi que l’ail se singularise par son pluriel.
                Mortier+pilon, humm !!! Je vois plutôt cela pour pulvériser des produits secs, disons des petits-beurres.
                Pour ce qui est de l’aioli le jus de citron remplace avantageusement le vinaigre. Au Liban, de façon traditionnelle, on sert avec le poulet rôti une sorte d’aioli à la pomme de terre qui est un vrai régal.
                La feuille de l’ail jeune se consomme exactement comme la civette (ou la cébette).


              • Shopi 16 juillet 2016 18:17

                Pour nettoyer mon presse ail j’utilise une vieille brosse à dent ça déloge tous les petits bouts dans les trous.

                Le mien de presse ail est un vieux de la vieille qui a quelques bonnes dizaines d’années et fait un super boulot.
                Donc je prends note et le tiendrai désormais bien caché...

                • Abou Antoun Abou Antoun 16 juillet 2016 18:28

                  @Shopi
                  J’ai abandonné la ’bonne vieille’ brosse à dent il y a quelques années pour les modèles électriques plus efficaces.
                  il y a donc un vrai problème de recyclage. Le nettoyage du presse ail est en effet une possibilité. Enduire les godasses de cirage en est une autre ; les brosses ’ad-hoc’ étant généralement peu fines et tartouillant le produit sur les lacets et tout le restant.
                  Pour en revenir au nettoyage, le cylindre de mon presse-ail possède une ’chemise’ en acier qui peut se détacher. J’enlève donc cette chemise et je la jette dans une bassine d’eau, après quelques minutes les résidus se détachent seuls, tout part avec l’ongle sans autre accessoire. Évidemment alinea dirait que c’est gâcher mais bien que n’étant pas ail je suis quand même souvent pressé.
                   


                • Raoul-Henri Raoul-Henri 16 juillet 2016 23:44

                  Merci pour cet article Abou Antoun, reçu comme une bouffée d’air frais dans cette jungle de propagande guerrière et narcissique.
                  Pour moi l’ail c’est au couteau (aiguisé d’office comme vous dites) que je l’émince. L’échalote et l’oignon, le persil et la ciboulette : idem.
                  Cela dit, j’ai le même problème que vous concernant ces « ingénieurs » new-age qui n’ont pas souvent mis les pieds dans une cuisine pour la préparer ; en particulier la difficulté de trouver un presse-purée comme celui de Maman ; un modèle rotatif à pale unique qui faisait une purée merveilleuse car bien aérée. Je vous passe les détails mécaniques mais après en avoir jeté à la poubelle et en désespoir de cause, j’ai opté pour le presse-purée à poussée manuelle et verticale. Mais lorsque je l’ai acheté, je n’avais pas remarqué sous l’épais blister l’anneau métallique de suspension fiché en haut du manche. Ce qui fait que l’on ne peut s’en servir correctement sans se faire mal à la paume. Ah... ces « ingénieurs » sans génie ! :)


                  • Abou Antoun Abou Antoun 17 juillet 2016 00:03

                    @Raoul-Henri
                    Oui, cela change un peu les idées, et puis on soulève un vrai problème pour lequel existe des solutions si on veut vraiment.
                    Quelqu’un a-t-il réellement calculé le coût de la production de la camelote, de son emballage, de son transport, de sa commercialisation et de son élimination ? Tous ces gens occupés à créer et à répandre des objets quasi inutilisables...
                    La suppression du marché de tous les objets (ou plutôt le refus d’autorisation de mise sur le marché) s’ils ne remplissent pas un cahier des charges précis viendrait déjà désencombrer les rayons des supermarchés. On peut également travailler au niveau des ventes forcées (packaging), des emballages, etc... Bref on peut légiférer contre le gâchis. Mais que font nos verts ? Ils sont exclusivement préoccupés par le mariage pour tous et les combinazioni gouvernementales.


                  • alinea alinea 17 juillet 2016 00:07

                    @Raoul-Henri
                    Un jour, avec des amies du village, nous avons organisé un grand repas collectif ou chacune ferait un hachis parmentier ; je n’avais jamais fait de hachis parmentier de ma vie mais je savais comment faire. À part quelques secrets oubliés pour la viande, j’ai reçu le premier prix, vous savez pourquoi ? Ma purée !
                    Vous cuisez vos pommes de terre dans beaucoup de lait et un peu d’eau, au bout d’un petit moment de cuisson, vous commencez à les écraser à la fourchette, puis, quand le liquide est presque absorbé et évaporé, vous finissez à la fourchette encore.
                    Essayez, vous m’en direz des nouvelles !! smiley


                  • Abou Antoun Abou Antoun 17 juillet 2016 00:20

                    @alinea
                    Décidément votre fourchette fait des miracles, aussi bien avec l’ail qu’avec les pommes de terre. Moi je la réserve pour le guacamole.


                  • Croa Croa 16 juillet 2016 23:46

                    C’est peut-être l’outil qu’il faut pour réussir un vrai ailloli ! (Il ne doit pas y avoir d’œuf dans un vrai ailloli : Ce n’est pas facile à réussir !)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



-->