• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le risque de Black out

Le risque de Black out

En dépit de la propagande et des manipulations de nos médias, qui ne se soucient pratiquement plus d'informer simplement, il émerge peu à peu dans la conscience des français qu'un risque de Black out électrique existe.

Au centre de cette question se trouve ERDF, une entreprise qui se trouve dans une situation sensible, avec l'obligation de gérer un équilibre complexe de notre réseau électrique avec de fortes contraintes et de gros handicaps. Parmi ces obligations il y a celle de faire face aux conséquences d'un marché européen de l'électricité imposé par Bruxelles alors que les interconnexions entre pays ne sont pas au niveau. ERDF est aussi dans l'obligation de faire de gros investissements et mises à niveau, en fonction de choix essentielement politiques, comme l'introduction forcée des EnR intermittentes.Sur le fond, et ce n'est généralement pas compris, ici comme ailleurs c'est la finance qui impose ses choix et notamment la création d'une bulle financière de plusieurs centaines de milliards d'euros autour des EnR éolien et photovoltaïque.

Pour imposer ses orientations politiques à ERDF, le pouvoir y a imposé François Brottes, un incompétent notoire. Qui sur cette affaire joue son rôle de manipulateur en minimisant les risques.

Pour être clair ce que l'on risque c'est une perte incontrôlable et brutale de courant sur notre territoire avec des conséquences qui peuvent être dramatiques et traumatisantes. Avec des difficultés, qui peuvent être importantes, notamment s'il y a beaucoup de courant intermittent, pour relancer le réseau.

Pour sortir d'une situation à fort risque, des anciens du nucléaire, dont moi-même, ont interpellé l'Autorité de sûreté nucléaire et le premier ministre par des lettres dont on trouvera ci-dessous l'argumentation.

A la base du risque accru de Black out cet hiver, il y a les arrêts de plus de 20 réacteurs nucléaires REP. Ceci se situe dans la ligne de l'instruction de l'affaire dite des anomalies sur les couvercle et fond de cuve de l'EPR de Flamanville survenue mi 2015. A l'époque, les mêmes anciens avaient interpellé l'ASN, avec suffisamment d'impact pour que des réponses leur soient envoyées.

Si la terminologie un peu vague de l'ASN, "anomalies", et l'annonce du non respect d'une norme plus sévère, entrée en vigueur au 1er janvier 2015, au niveau d'un test de résistance aux chocs mécaniques, peut être dramatisée dans la propagande de nos médias, cela ne résiste pas longtemps à l'analyse d'experts du domaine.

Ce qui est qualifié d'anomalie par l'ASN, c'est la formation de ségrégations limitées où la teneur en carbone de l'acier passe de 0.22% en moyenne à 0,3%, ce qui ne change pas la nature de l'acier. Or sur le type d'acier des cuves le carbone peut migrer sous des gradients thermiques, que le forgeage de pièces lourdes, longues et épaisses, ne peut éviter. Les cuves forgées par les japonais n'échappent évidemment pas à ce problème. L'ASN parle d'anomalie, mais n'est évidemment pas en mesure d'affirmer que la norme est une proportion de carbone strictement uniforme de 0.22% sur toute la pièce forgée. Pour être précis, il faut considérer que cette très légère augmentation de la proportion de carbone aux joints de grains, n'a pas d'effet sur la corrosion sous tension et sur la tenue de l'acier sous irradiation.

La résilience déterminée par le test de Charpy est une énergie de rupture à la suite d'un choc mécanique brutal. En fonctionnement normal, transitoire lent et même incidentel il n'y a pas de situation que l'on peut classer dans ce modèle de rupture. En dehors du cas surpressions dues à un accident grave largement développé, les conditions que l'on peut associer à ce test, dans une démarche très conservative, sur la cuve primaire et sur le Générateur de vapeur, GV, sont relatives à des chocs thermiques. Qui n'ont pas la brutalité du test. Les arrêts d'urgence sont les cas les plus sévères. D'une manière systématique on cherche à éviter l'arrêt d'urgence en utilisant des procédures plus douces comme l'introduction de bore dans le coeur du réacteur [Cela avait créé une polémique absurde venant d'un soi-disant expert allemand qui s'en était pris à cette technique d'arrêt utilisée sur un réacteur de Fessenheim]. Il y a dans le dimensionnement un nombre d'arrêt d'urgence autorisés.

Ce qui n'est pas niable, d'ailleurs Areva l'a reconnu, c'est qu'il y a eu des problèmes administratifs que l'on peut classer sous le chapitre assurance qualité chez ce constructeur, qu'il est normal d'investiguer. Sur le plan technique les éléments précédents ne peuvent justifier une mise au rebut des couvercles et fond de cuve, fabriqués vers 2005 il faut le rappeler. Les craintes sur les GV sont encore plus disproportionnées, puisqu'il n'y a pas dans leur cas, de dommages notables créés par les neutrons de haute énergie.

Dans la réponse de l'ASN du 29 juillet 2015, il y a les grandes lignes des actions à mener pour débloquer l'affaire de la cuve de l'EPR de Flamanville, soient :

_ identifier les situations les plus pénalisantes vis à vis du risque de rupture brutale

_ définir des critères d'acceptabilité au travers de calculs mécaniques

_ caractériser le matériau par des essais destructifs

Il n'est pas possible qu'un tel programme prenne des années et il ne doit surtout pas s'étaler sur des années à cause des implications économiques et politiques.

Le Black out électrique

Si la situation de blocage sur les réacteurs REP se prolonge cet hiver, on risque une perte incontrôlable et brutale de courant, un Black out électrique, avec des conséquences au-delà de notre territoire comme l'a montré le Black out sur un réseau européen du 4 novembre 2006. A l'époque il a été caché aux gens que celui-ci était du à la défaillance d'un champ d'éoliennes en Allemagne. L'explication officielle, alambiquée, n'est pas vraisemblable, parce que c'est une puissance de l'ordre de 10.000 MWe qui est disparue du réseau brutalement, à la suite du choc initial du aux éoliennes.

Pour s'adapter à la consommation notre production d'électricité est conçue comme une pyramide. A la base se trouve l'électronucléaire pour une production stable et fiable. Si l'on a pas de nucléaire, l'alternative est constituée de chaudières à gaz ou à charbon principalement. L'électronucléaire représente en moyenne 80% de notre production de courant, c'est la largeur relative de la base pour un fonctionnement maîtrisé. Comme notre nucléaire est maintenu à une puissance maximum de 63,2 Gigawatts électrique par la LTE, en période de pointe sur les appels de puissance où ceux-ci dépassent largement les 100 Gigawatts électriques, cette proportion tombe à 50% environ. Dans cet état, pour l'instant ponctuel dans des hivers modérés, le risque de Black out est important.

Si l'arrêt de plus de 20 réacteurs nucléaires se prolonge sur une longue période, on va se retouver d'une manière permanente avec une base électronucléaire en dessous des 50%.

Bloquer ces réacteurs au-delà de trois mois, d'autant que certains de ces réacteurs jouent aussi un rôle de stabilisation du réseau, en pointe, instaurerait donc un fort risque de Black out.

Sur les GV il n'y a pas dans le dossier public de l'ASN d'éléments sérieux permettant d'envisager une rupture du corps de cet équipement. Qui ne s'est pas produite sur les nombreux GV utilisés en plus de 30 ans de fonctionnement de notre parc de REP.

Conclusion

Nous sommes dans une situation où la responsabilité de l'ASN, celle de résoudre au plus tôt des problèmes qui sont loin d'être majeurs, est engagée parce que l'instruction des questions soulevées s'étale sur des délais irraisonnables. Alors que de gros risques de Black out se profilent, que l'impact financier porte sur des milliards d'euros et que les conséquences politiques, notamment au niveau de la crédibilité de notre industrie nucléaire à l'export, sont désastreuses.

Notre groupe d'anciens a donc interpellé l'ASN sur la base de l'argumentation présentée, afin que celle-ci prennent ses responsabilités. Avec une information de cette démarche auprès du premier ministre, de partis politiques et d'élus.

Il y a peu de chances que les médias officiels livrent la moindre information sur cette action, au contraire on peut s'attendre à ce qu'ils fassent porter la menace d'un Black out sur le nucléaire. Ce sont globalement les mêmes qui réclament la fin du nucléaire. Sans naturellement dire que le nucléaire ne peut, dans les conditions actuelles, qu'être remplacés par des chaudières à gaz et à charbon.

Si l'ASN choisissait de rester sur ce blocage, la question de l'inféodation de cette Autorité à l'idéologie anti nucléaire se poserait sérieusement.

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.07/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

91 réactions à cet article    


  • JC_Lavau JC_Lavau 12 novembre 2016 12:10

    Tu pourrais proposer ton article au saker francophone. Je t’appuie évidemment.

    Exemple de bon article :

    A part cela, plein de crédulités carbocentristes et anti-nuks.
    Ce ne sont pas des scientifiques mais des traducteurs bénévoles.

    • lsga lsga 12 novembre 2016 13:21

      @JC_Lavau
      Il faudra quand même penser à ajouter à cet article un paragraphe sur la politique militaire française en Afrique. L’Uraniaum ne pousse pas dans les champs de blés de la Bosse, il est pillé manu-militari en Afrique. 


    • JMBerniolles 12 novembre 2016 14:13
      @JC_Lavau

      Bonjour et merci pour le commentaire.

      Je suis français, j’ai quelques réticences à passer par des médias étrangers même s’ils sont tout à fait honorables et pertinents comme le Blog du Saker. Ou Sputnik.

      C’est aux français de régler leurs problèmes intérieurs.

      Nous nous trouvons face à une censure féroce, qui est renforcée par l’état d’urgence permanent.
      Mais notre action a quelques échos. Les lettres sont diffusées, des hommes politiques interpellés répondent.... 





    • sarcastelle 12 novembre 2016 14:37
      T’as pas encore bouffé ton bonnet phrygien, toi, depuis l’élection de Trump ? smiley

    • sarcastelle 12 novembre 2016 14:39

      @sarcastelle

      .
      C’étais pour isga, hein !!

    • sarcastelle 12 novembre 2016 14:43

      @sarcastelle

      .
      « C’était » !!!
      .
      Il faut absolument que je me décide à faire opérer ma cataracte double !!


    • HELIOS HELIOS 12 novembre 2016 22:00

      @sarcastelle

      ... mais non, c’est pas un bonnet phrygien, c’est juste une Beauce sur sa tête

    • JC_Lavau JC_Lavau 13 novembre 2016 08:26

      @HELIOS. Ah ! Il y en a un qui suit !


    • moi29 moi29 13 novembre 2016 09:38

      @lsga
      Très juste et j’ai parié qu’on ne vous opposerait aucun argument. Gagné !


      Alors on parle d’autre chose....

      La france pille l’Afrique et déteste les africains qui migrent à cause de la misère. Arrogance.

    • Layly Victor Layly Victor 13 novembre 2016 16:37

      @lsga
      ça fait maintenant plus de deux mois que j’ai abandonné Agoravox et ses hystériques, mais je constate que les mêmes ânes sont en excellente santé, et que l’anti-français forcené Isga est toujours fidèle au poste.

      Premièrement, si la filière à neutrons rapides, dans laquelle la France était leader mondial, n’avait pas été sabordée et saccagée par vos amis de la gauche plurielle et le trotskyste Jospin (celui qui a définitivement installé l’ultra-libéralisme sans foi ni loi), les mines d’uranium sur le territoire français suffiraient à l’approvisionnement de nos réacteurs.
      Deuxièmement, il faut vous tenir au courant de la situation : il y a des gisements très importants en Mongolie et AREVA est sur place. A moyen terme, l’Uranium extrait en Afrique va servir aux Africains qui sont en train de développer le nucléaire : ils ont besoin d’énergie et ne sont pas, comme chez nous, en majorité des bobos bien nourris. Oui, Monsieur Isga, il y a des gens qui travaillent pour votre bien-être.

    • Lonzine 12 novembre 2016 12:32

      Merci de votre article, ce qui me chagrine, c’est que les « responsables » parlent de mesures d’urgence qui seront déclenchées pour obtenir plus de puissance, mais quelles mesures ???? l’achat aux voisins ? lesquels ????


      • JMBerniolles 12 novembre 2016 14:18
        @Lonzine

        Naturellement, ils ne parlent pas des vraies mesures qu’ils envisagent, c’est à dire de forts délestages. Linky est conçu pour réguler cela.

        Mais comme je l’ai dit, surtout s’il y a un manque brutal de puissance, le processus qui conduit au Black out peut être incontrôlable.




      • fatallah 13 novembre 2016 09:28

        @JMBerniolles

        Linky, en tant qu’appareil de régulation de la consommation est plutot une initiative heureuse : pourquoi encore accepter des pics de consommation, couteux, alors que l’on peut très bien effacer quelques consommations inutiles pendant quelques heures.
        Linky est aussi un emplatre pour pallier les conséquences de la politique « tout électrique - pas la peine de réfléchir » d’EDF. Équiper aussi largement les foyers français en convecteurs directs était et est une connerie.
        Mais voilà, Linky a des aspects intrusifs qui ne me plaisent pas ... il doit y avoir moyen de faire aussi bien sans collecter des informations sur la vie privée des gens. Cette maladie du Big Data est un gangrène !


      • JMBerniolles 13 novembre 2016 09:55
        @fatallah

        Qu’est ce que vous appelez consommation inutile ?
        Celle des autres sans doute, pas la votre.....

      • fatallah 15 novembre 2016 07:52

        @JMBerniolles
        inutile pendant quelques heures disais-je. Exemple : un cumulus encore à 40° peut attendre.


      • WALD 12 novembre 2016 12:38

        Excellent. La partie sur les taux de carbone et les tests de résistance est la plus intéressante (c’est là le noeud de la question). Tout est très clairement expliqué. Merci pour la réinformation, j’ai déjà cité à des amis des arguments de vous et Layly Victor.


        • JMBerniolles 12 novembre 2016 14:23
          @WALD

          Merci pour votre commentaire.

          Effectivement il est bon que ce genre d’argumentation que l’on ne risque pas de trouver par nos médias, circule.

        • Layly Victor Layly Victor 13 novembre 2016 16:46

          @WALD
          Je viens de rédiger une lettre à différents hommes politiques sur le sabotage actuel qui est de nature criminelle. D’autres de mes amis ont envoyé à ces mêmes hommes politiques un argumentaire technique précis montrant la mauvaise foi de l’ASN et sa volonté délibérée de provoquer une crise grave. Nous n’espérons pas de réponse car les politiques sont trop occupés à leurs « primaires » pour s’intéresser à l’énergie, qui est pourtant au cœur des sociétés modernes et à l’origine de toutes les guerres actuelles.



        • WALD 13 novembre 2016 20:50

          @Layly Victor


          qui est pourtant au cœur des sociétés modernes

          Vous savez, j’ai été un étudiant en Histoire, j’ai un second cycle en médiévale et avais beaucoup d’intérêt pour les civilisations pré-industrielles. Soyez donc tranquille sur ce point, n’importe quel étudiant intéressé, qui essaie de comprendre et d’un niveau un tant soit peu correct a une idée ce qu’est une civilisation sans énergie abondante, ce qui fut le lot de tout le monde avant que la mise au point des machines à vapeur. Mon domaine était, on peut dire, la production idéologique, et même là, on voit déjà ce qu’est le niveau de contrainte physique et matériel (pas de communications rapides des informations, un système de contrôle territorial très différent, la lenteur du « nomadisme royal »). Sans compter les cours de premier cycle (la marine à voile et les délais, les déboisements ravageurs pour produire du charbon de bois pour atteindre les températures nécessaires à la métallurgie du fer). Vous n’avez aucun besoin de me persuader.

          C’est pour ça que les arguments des anti-nucléaires me font doucement rigoler et je peux vous dire que ça ne date pas d’hier. 

        • leypanou 12 novembre 2016 13:55

          Il faut maintenant espérer que des gens comme l’auteur puissent être mieux entendus en haut lieu.


          • JMBerniolles 12 novembre 2016 14:28
            @leypanou
            Merci pour votre commentaire.

            Effectivement nous avons quelques contacts....

            Mais il est incroyable de constater tous les ravages que la propagande anti nucléaire a fait dans les rangs de tous ceux qui se réclament de la gauche.... enfin de la vraie gauche, disent-ils.

            Y compris chez les travailleurs du nucléaire et de l’EDF.

          • alinea alinea 13 novembre 2016 18:29

            @JMBerniolles
            Vous parlez toujours du pouvoir néfaste des antinucs, mais pourtant nous gardons nos vieilles centrales qui tremblent sur leurs fondations, et le gouvernement ricane de reporter toujours à demain leur fermeture ! Vu d’ici on se demande bien quel est leur pouvoir ; d’après vous, donc, juste celui de rendre le nucléaire dangereux, de faire dépenser des milliards aux contribuables et de nous priver de jus à la Noël !!
            La béotienne que je suis s’interroge et vient juste d’éteindre l’ampoule de 9 watts qui brûlait sans raison dans la pièce d’à côté.


          • JMBerniolles 13 novembre 2016 20:19
            @alinea

            Bonjour,
            Non, nos centrales ne sont pas vieilles (est-on vieux à 40 ans ?) 
            Les études sur les cuves ont montré que la durée de vie d’un réacteur nucléaire, PWR, REP maintenant chez nous, ou BWR, était de 60 à 80 ans. Aux USA on vend d’occasion des réacteurs nucléaires de 60 ans.

            Je ne pense pas que vous me contredirez, nous sommes dans un système orwellien dirigé par une petite minorité au pouvoir financier, qui règne à travers de Lobby des organisation que l’on classe automatiquement NGO comme l’open society de SorosGreenpeace une organisation internationale au financement et à la gouvernance trouble, .... Donc à vrai dire les anti nucléaires n’ont aucun pouvoir mais ils sont utilisés. Par exemple les Stop Iter n’avaient aucune chance d’aboutir.

            Je pense que vous avez compris que les responsables de l’écologie politique sont achetés.

            Comme je l’ai dit le système se moque du nucléaire, ce qui l’intéresse c’est la bulle financière, énorme, liée aux EnR éolien et PV qui intéresse la Finance.

            Je n’ai rien contre les militants sincères qui défendent l’environnement. Y compris des anti nucléaires, parce que j’ai bien conscience que l’on ne peut pas faire n’importe quoi dans ce domaine.

            Ce n’est peut-être pas facile à comprendre pour vous, pourtant vous faites preuve d’une certaine lucidité sur d’autres questions, mais l’écologie politique est d’abord utilisée comme façade avec la tarte à la crème de l’anti nucléaire pour nos responsables politiques, qui utilisent la propagande anti Nuke comme vous dites de nos médias entièrement contrôlés par le système, par le néo libéralisme.
            Obama était avec Gore, à la primaire socialiste en 2012 c’était un festival de la surenchère pour l’arrêt du nucléaire. C’est aussi un vecteur politique pour faire accepter l’austérité... 

            Chevet, qui n’a aucune expérience de terrain dans le nucléaire, si ce n’est des dossiers, est un anti nucléaire. En fait d’indépendance, il fait ce que le régime lui dicte.

            Là, la manœuvre est politique. Sans préparation idéologique et politique le pouvoir ne peut se permettre un Black out. Puisque l’EDF ayant une vocation européenne, c’est maintenant le gouvernement et Ségolène Royal (cela fait peur tout de même) qui est maintenant responsable avec ERDF de l’approvisionnement électrique de la France.

            Il s’agit donc de créer les conditions pour que les gens croient que notre électronucléaire sera responsable en cas de Black out. Qui peut se produire même avec tous nos réacteurs nucléaires en marche. D’où cette campagne qui n’ira sans doute pas jusqu’au maintien de l’arrêt de plus de 20 réacteurs cet hiver.

            La propagande marche pas mal.

            L’indifférence des gens sur ce site à une telle menace et la certitude que rien ne peut leur arriver personnellement, ne m’étonne pas. Elle m’enseigne seulement que les choses ne peuvent commencer à bouger que lorsque nous aurons touché le fond.


















          • alinea alinea 13 novembre 2016 21:14

            @JMBerniolles
            J’ai lu le livre de Nicolino « Qui a tué l’écologie », donc je ne tombe pas du nid !!
            Je pense (sais) que les hôpitaux ont des groupes électrogènes, donc je peux dire que je me fous d’un black out ! j’ai vécu en Cévennes où le moindre courant d’air nous privait de cette énergie ; en 2002, suite aux inondations, nous sommes restés quatre jours sans électricité ; le village était littéralement en fête ; on se réunissait sur une terrasse pour voir enfin le ciel, et les bougies derrière les carreaux des maisons étaient d’une poésie folle.
            mais c’est vrai, je suis frugale et démodée, et je pourrais revivre en grotte, à la bougie !! Alors tant que cela ne met pas la vie de tas de gens en danger, s’il ne s’agit que d’affaires, je m’en fous !! smiley
            je ne suis pas complétement inconsciente non plus ! tout marche à l’électrique, même faire son plein de gas oil !! alors j’imagine le bordel !!
            Vous ne pensez pas que ça fait peur, une société toute entière dans l’addiction du nucléaire et du pétrole ? Je m’amusais l’autre jour à détailler ; plus rien ne fonctionnerait, c’est dingue non ?


          • JMBerniolles 13 novembre 2016 22:42
            @alinea

            Vous n’avez pas conscience de l’état exact de nos hôpitaux....

            Oui notre société est fragile, mais il faut considérer la démographie, qui oblige à avoir une société moderne.
            Une société moderne est donc incontournable et une société moderne a besoin d’énergie.... Vous pensez que reconstruire la Syrie peut se faire sans énergie ?

            Nos sociétés ont aussi un besoin d’hommes compétents. Là nous avons des gens achetés et incompétents. Quand Brottes dit qu’avec le courant italien (les échanges passent par la Suisse) il va faire face à un manque de production brutale, il se moque des gens, mais oser dire cela montre aussi sa méconnaissance profonde du problème.




          • alinea alinea 13 novembre 2016 23:35

            @JMBerniolles
            Je le vois bien, et pourtant, avant tout ça, que de belles choses se sont construites.
            Aujourd’hui, par exemple : les médecins ont complétement perdu leur capacité de diagnostique parce qu’ils peuvent nous envoyer vers l’infaillible machine.. qui marche à l’énergie ; ceci dit cela n’empêche pas l’erreur de diagnostique !
            Le monde s’accélère, mais, pourquoi ? Rien de bon !
            Qu’il y ait besoin d’ énergie, on est bien d’accord, mais tant de choses inutiles et tant de gaspillage !
            Vous voyez bien que tant de choses détruites en Syrie s’étaient construites « sans énergies » !
            Pourquoi est-ce que ce serait un retour en arrière de prendre le temps ? On vit, quoiqu’on fasse.
            la course folle en avant, comme s’il s’agissait d’une pente naturelle, irrémédiable, ne nous mène nulle part ; l’énergie a détruit et ce qu’elle a construit est laid et éphémère, donc le peu qu’il faudrait à un confort minimum, c’est beaucoup parce que nous sommes nombreux, mais pas tant !
            si les gens retrouvaient la sensualité, le goût de la matière, l’ivresse de l’effort utile et pas juste dans les championnats, nous serions occupés à des tâches constructives ; au lieu de cela, combien d"énergie humaine est-elle sacrifiée, abîmée dans l’alcool, la folie le malheur ?
            J’aime les pays du tiers monde qui savent utiliser leur jugeotte, leur inventivité pour réemployer le moindre bout de ficelle ! Je suis comme ça, je ne gâche rien et je me débrouille avec pas grand chose , alors, au niveau supérieur on pourrait bien ne pas oublier ce plaisir là !
            mais on nous montre les économies comme une privation, alors qu’elles sont une ouverture sur la vie !


          • Layly Victor Layly Victor 14 novembre 2016 02:23

            @alinea
            Je suppose que votre appréciation suivant laquelle nos vieilles centrales tremblent sur leurs fondations repose sur des études avancées et des informations de première main.

            Justement, dans les lettres que nous avons envoyées aux hommes politiques et dans l’article de Jean-Marie Berniolles que vous n’avez même pas lu, de peur de vous contaminer, nous montrons que le sabotage actuel a pour but de faire croire que le nucléaire est responsable d’une éventuelle pénurie. Et cette tactique marche car tous les ânes répètent à l’envie ce qu’ils ont lu dans les journaux .
            Je ne vois pas pourquoi le gouvernement fermerait des centrales qui en ont encore pour 30 ans de durée de vie, sont révisées et remises à neuf régulièrement pour leurs composants essentiels, sauf la cuve qu’on ne peut pas changer, et représentent un trésor considérable de la nation. Croyez bien que s’ils pouvaient le faire pour gratter quelques misérables voix d’écolos, ils le feraient. L’Allemagne le fait en partie parce qu’elle fait produire son courant à base de charbon dans les pays de l’Est et peut nous intoxiquer impunément car elle a le pouvoir sur l’Europe.

            Ce qui vous met en rage, c’est que la dictature des ignares n’est pas encore totalement établie.

            Ne vous inquiétez pas, les bobos ne manqueront pas de courant. En période de pénurie, ce sont les pauvres qui sont frappés, je pense que vous l’aurez remarqué. Quant à ceux qui, comme vous, se chauffent à la crotte de bique, ils sont une petite minorité. 

          • Layly Victor Layly Victor 14 novembre 2016 02:33

            @alinea
            Et les millions de gens qui doivent emprunter les transports pour aller travailler ? Et les secours, l’approvisionnement, les écoles, les lycées, les universités, les usines, les exploitations agricoles, les entrepôts ?

            Etant âgé, j’ai connu votre belle époque où les femmes étaient des bêtes de somme, où les hommes étaient des vieillards à 50 ans. 
            Vous êtes l’exemple parfait de l’égoïsme forcené qui se donne bonne conscience.

          • Layly Victor Layly Victor 14 novembre 2016 02:38

            @alinea
            Les pays du tiers monde n’aiment pas les gens comme vous, ils les détestent. Eux, ce qu’ils veulent, c’est vivre mieux et sortir de la misère, et c’est leur droit car ce sont des humains qui ont les mêmes droits que vous.

            Votre soit-disant « ouverture sur la vie » à coup de privations, allez donc la leur proposer !

          • alinea alinea 14 novembre 2016 09:33

            @Layly Victor
            Qui avait décrété qu’une centrale était « garantie » trente ans ?
            Bien sûr que je suis ignare, bien sûr que je n’en sais que ce qu’on m’en dit, mais à quel endroit devrais-je être sceptique, à moins de ne pas croire non plus en les accidents, petits ou grands ?


          • alinea alinea 14 novembre 2016 09:37

            @Layly Victor
            Encore faut-il que les citadins « capitalistes » vivent mieux ! et pensez-vous qu’ils ne vivraient pas mieux si on n’accaparait plus leurs terres pour la monoculture à destination de l’occident riche, si on ne polluait pas leurs deltas, leurs brousses, ou bien si on les payait correctement, si on les formait ?


          • alinea alinea 14 novembre 2016 09:41

            @Layly Victor
            Ma vision est que faire cent bornes par jour en bagnole pour aller bosser, détruire terres et mers et eaux et air, c’est très égoïste vis à vis de nos descendants et je pense que nous aurions pu évoluer, alléger les peines en cessant toute exploitation de l’homme, et s’épanouir assez pour n’avoir plus besoin de dérivatifs aliénants pour oublier sa vie de con.


          • Layly Victor Layly Victor 14 novembre 2016 11:00

            @alinea

            J’ai le souvenir de mon enfance, quand les gens trouvaient du travail à proximité de leur lieu d’habitation. Mon père se levait à quatre heures du matin car son lieu de travail était à pas mal de kilomètres du village, et il devait les faire à pied, car très peu de gens avaient une voiture.
            Le seul luxe de mes parents, c’était la lecture. Une époque heureuse. Seulement, depuis cette époque, le nombre d’habitants sur terre a quadruplé.
            Comme vous, j’en suis nostalgique. Comme vous, je déteste cette époque matérialiste. Comme vous, je suis blessé par le viol de ma mère, la nature.
            La différence avec vous, c’est que je regarde la réalité du monde. La différence avec vous, c’est que je place mon espoir dans une énergie du futur, qui sera probablement la fusion, et qui permettra un retour vers la nature, à condition que les humains se défassent de leur cupidité. Même si je regrette la cheminée et la lampe à huile.

          • alinea alinea 14 novembre 2016 13:12

            @Layly Victor
            Puissiez-vous avoir raison, que le progrès, un jour, soit bon ; mais on n’a encore jamais vu ça, aussi, pour ma conscience m’en tiens-je à l’écart. J’aurais plutôt envie que nous réussissions à vivre en harmonie avec les richesses que la nature nous offre, et qui devraient nous suffire si toutefois nous devenions assez intelligents pour développer chez nous toutes nos capacités, et pas seulement celles produites par notre cerveau gauche ; celui-ci, hyper développé exige de nombreux palliatifs pour compenser très imparfaitement le déséquilibre causé, à notre corps, à nos sens, à notre sensibilité, à notre spiritualité. L’humanité est malade, c’est tout ce que je vois !


          • JC_Lavau JC_Lavau 14 novembre 2016 16:14

            alinea a énoncé : « et pas seulement celles produites par notre cerveau gauche ». Wow ! La piscologie échappée de Marie-Claire !


          • alinea alinea 14 novembre 2016 19:51

            @JC_Lavau
            C’est une manière de synthèse assez com:préhensible, c’est pourquoi je l’emploie ! Sinon, jamais lu Marie-Claire !!
            Mais votre commentaire doit relever d’un niveau de media que je ne fréquente pas !


          • JC_Lavau JC_Lavau 12 novembre 2016 20:08

            Voir le bilan d’un an d’exploitation à Hierro (citation, erreurs incluses) :

            D’après ses promoteurs, la centrale de l’île d’El Hierro était destinée à permettre d’alimenter l’île à près de 100% en énergie renouvelable. L’analyse d’un an de fonctionnement montre que l’opérateur a adopté un mode de fonctionnement totalement différent. L’installation de Gorona d’El Viento associe des éoliennes à une station de pompage destinée à stocker l’excès d’énergie éolienne pour la restituer ultérieurement. Le taux maximum de pénétration des énergies renouvelable a atteint 53,9% au mois de juin, quand les vents ont été très favorables. D’après les données disponibles, l’électricité renouvelable a représenté sur une année 34,6% de la production d’El Hierro à un coût d’environ 1000€/MWh. L’installation a permis d’économiser 12000 tonnes de « carbone » à un coût de 1000€/tonne. Le parc d’éoliennes d’une capacité de 11,5MW a été limité à produire 7MW au maximum. L’installation hydro-électrique a été utilisée principalement pour compenser les variations de production éolienne. L’analyse complète (en anglais) : http://euanmearns.com/el-hierro-completes-a-year-of-full-operation/ Fin de citation.Il faut rappeler que l’ile est habitée par 12000 personnes et que leur consommation en pointe est de l’ordre de 7 MW, soit environ l’équivalent de deux Centres Hospitaliers Régionaux". On est donc sur une expérience minuscule en terme de consommation.
            Voilà peut-être la raison pour laquelle ils ont choisi de ne jamais dépasser 7MW de génération éolienne. Même sur une île très isolée, mais montagneuse où un certain stockage est possible, la combinaison éolien- pompage n’arrive pas à atteindre ses objectifs. Le cout de la tonne de CO2 n’est pas de 1000€. Je me demande où les auteurs ont trouvé ce chiffre. En France, il est aux alentours de 30€ la tonne et c’est cette valeur qui a été proposée pour le prix plancher du CO2 ( on a déjà vu, dans le système des quotas le prix de la tonne de CO2 tomber à zéro ! personne n’avait besoin d’acheter).
            Il y a surtout la physique qui s’impose.
            L’éolien souffre de défauts qui ne permettent pas de l’utiliser seul. On le voit dans cette expérience : il y a toujours le diesel ou l’hydraulique pressent. Cabs l’un de ces groupes synchrones, le réseau ferait n’importe quoi à la moindre perturbation (variation de fréquence, de tension, oscillations en puissance).

            Par exemple la fréquence : Quand vous mettez une charge sur un moteur, il ralenti. C’est l’exemple de la voiture qui monte une cote. La parade est d’accélérer
            Pour un alternateur c’est pareil : si la consommation augmente, la vitesse donc la fréquence diminue. Pour de multiples raisons, il est impératif de régler la fréquence. Dans une centrale thermique on ouvre un peu plus les soupapes, dans l’hydraulique la vannes, et pour l’éolien le robinet à vent
            Voilà une raison simple qui montre que l’éolien seul ça ne marche pas.

            Il y a d’autres raisons, plus techniques, comme le réglage de la tension ou la stabilité du réseau (maintien du synchronisme entre les groupes) qui font que le rêve va être compliqué à mettre en place.
            « On » estime que 20 à 25% d’éolien serait le max pour assurer la sécurité.
            Au passage remarquons le glissement sémantique qui nous a fait passer de Énergies NOUVELLES Renouvelables à Énergies Renouvelables, de façon à inclure maintenant l’hydraulique sans quoi rien ne serait possible

            Entre les résultats de cette expérimentation et les blackouts géants d’Australie du sud, on peut s’inquiéter des orientations retenues dans la loi de programmation pluriannuelle de l’énergie. On souhaite, pour des raisons purement idéologiques, remplacer des installations rentables et économiques par d’autres chères et peu fiables. Tout ça, en catimini pour tenter de récupérer les voix de 2% d’écolos qui n’ont pas d’autre alternative que de s’adosser à un autre parti politique s’ils veulent exister dans le futur paysage politique.

            • Croa Croa 12 novembre 2016 23:21

              À JC_Lavau,
              Dans ton île la puissance installée pour le nombre d’habitants n’était pas suffisante, c’est tout.
              On peut tout à fait réguler la puissance d’un champ d’éoliennes aussi. Il suffit de faire varier le pas des ailes. À la limite on peut mettre en drapeau les ailes de quelques éoliennes. Sinon, c’est comme avec d’autres sources d’énergie, il faut d’abord disposer de plus de puissance que nécessaire vu que contre le manque de puissance il n’y a pas d’autre solution que celle consistant à agir sur la charge, c’est à dire de procéder à des coupures.


            • joletaxi 12 novembre 2016 23:37

              @Croa

              n’importe quoi(comme d’hab)

              voilà un suivi mois par mois de cette prodigieuse expérience

              http://euanmearns.com/el-hierro-october-2016-performance-update/

              un mystère subsiste ,
              le plus souvent le bassin de stockage n’est pas utilisé à pleine capacité
              soit des problèmes d’étanchéité de l’ouvrage(ou de stabilité) ou alors ,selon toute vraisemblance ,ils utilisent le bassin comme « régulateur de fréquence » en ouvrant les vannes tout en maintenant le pompage
               ils ont peut’être un shadock dans leur équipe, allez savoir ?

              Selon toute vraisemblance, l’UE va décider de supprimer la priorité d’accès au réseau des renouvelables
              Ceux qui ont suivi les conseils avisés du Mage d’investir dans ces énergies vont avoir des beaux papiers pour tapisser leurs chiottes, car c’est un véritable arrêt de mort pour ces énergies


            • JMBerniolles 13 novembre 2016 10:01
              @Croa

              Les éoliennes ne marchent pas, il faut plus d’éoliennes .... !

              En fait le problème des éoliennes et de hydrolienne aussi d’ailleurs, c’est la physique.

              Si le la vitesse du vent est divisée par deux la puissance des éoliennes est divisée par 8..... 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

JMBerniolles


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès